Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Barthelemy Pascale, 2010, Africaines et diplômées à l’époque coloniale (1918-1957)

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, Coll. Histoire
Suzanne Lallemand
p. 175-177
Référence(s) :

Barthelemy Pascale, 2010, Africaines et diplômées à l’époque coloniale (1918-1957), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, Coll. Histoire, 344 p.

Texte intégral

1Qualifiées de « femmes savantes » et de « frigidaires », mais reconnues comme pionnières par l’auteur, les premières diplômées d’AOF furent des femmes d’exception. D’abord, du fait de leur nombre dérisoire : un millier de personnes sur les douze millions d’habitants durant une quarantaine d’années. Mais aussi par le contraste entre ce nombre et leur visibilité sociale due à l’apprentissage de métiers précis, au nombre de trois : sage-femme, institutrice, infirmière-visiteuse. Et par les carrières de certaines d’entre elles.

2Un court historique situe leur apparition. À la fin de la première guerre mondiale, les autorités coloniales se préoccupent de santé publique et notamment du fort taux de mortalité infantile. D’où la création de la première École de médecine à Dakar, et plus modestement dans la foulée, celle d’un diplôme de sage- femme et d’infirmière-visiteuse. Parallèlement, l’inspection de l’enseignement primaire s’inquiète de la disparité du nombre de garçons et de filles. Des écoles seront créées pour celles-ci, puis des concours visant à recruter dans chaque région des élèves de l’École normale lesquelles deviendront des monitrices d’enseignement, puis des institutrices.

3Ces concours posent quelques problèmes à l’auteur : quels étaient les critères retenus ? Il ne semble pas que les capacités particulières des postulantes aient totalement justifié leurs réussites, mais plutôt leur appartenance à des familles ayant su ne pas déplaire aux autorités dirigeantes et disposant d’un bon statut social. En d’autres termes, une forte part des adolescentes recrutées sont prioritairement des métisses euro-africaines, puis des enfants de fonctionnaires locaux, commerçants, employés. Pascale Barthélemy ne mentionne que cinq reçues nées de parents agriculteurs. Bref, la reproduction sociale est importante puisque l’auteur précise aussi qu’en 1943, 30 % de réussites à l’entrée de ces écoles sont attribuées à des filles d’instituteurs.

4Les lectrices de cet ouvrage risquent d’être assez déçues à la lecture des activités et objectifs de l’enseignement dispensé : beaucoup de nettoyages, de couture et de cuisine, peu de mathématiques et de géographie. Et il est fortement suggéré que le projet de l’École normale consiste à donner aux nouveaux cadres africains des épouses dignes d’eux. Rappelons cependant dans les manuels correspondant au niveau du brevet féminin, en France, à la même époque et plus tard, le nombre de pages dévolues aux arts ménagers, à l’économie domestique et la puériculture.

5Si les salaires sont attrayants (mais plus bas que ceux des collègues institutrices de la métropole) et les statuts enviables, l’exercice de ces métiers s’avère pénible, particulièrement du fait des affectations ; dans le chapitre intitulé

6« Tu pars où on te lance », l’auteur fait état de la détresse des jeunes diplômées, rejoignant des postes très éloignés de leurs lieux de naissance, non citadins, dans le Nord de l’AOF et même en AEF dont elles ne sont pas originaires. Des lieux hostiles, délabrés, peuvent leur être assignés ; quelquefois elles ne comprennent ni les usages ni la langue de la population. Pire, ces gens n’ont pas besoin d’elles : notamment en matière d’accouchement, ils ont leurs propres traditions ; quelquefois elles se heurtent à leurs rivales, les matrones traditionnelles. Et que dire des institutrices devant quelquefois peupler des écoles vides, haïes des mères et fuies par les filles ? A cause ou malgré l’aide de l’administration locale (dont les gendarmes iront, une fois, jusqu’à ficeler des femmes enceintes pour les mener chez la nouvelle sage-femme), les débuts sont ardus. Mais ce que montre bien l’auteur, c’est la capacité des diplômées à faire la preuve de leurs aptitudes et à créer le besoin que l’on aura d’elles.

7L’auteur s’intéresse aussi aux autres aspects du mode de vie de ces femmes. Contrairement aux angoisses de leurs mères et aux propos satyriques et misogynes qu’elles déclenchent, Barthélémy assure qu’elles se marient aisément et ont beaucoup d’enfants. La conjugalité les déçoit souvent, leur première enseignante française leur ayant trop vanté une monogamie difficile à obtenir des époux. Souvent choisis par les familles, ceux-ci sont aussi des diplômés. L’auteur décrit leurs intérieurs, mentionne les sports (plutôt chics, tel le tennis) auxquels elles s’adonnent, et les hauts niveaux d’études auxquels accèdent leurs enfants. Enfin, un chapitre s’applique à restituer la visibilité sociale ces femmes, dans leur domaine d’activité comme en d’autres sphères d’action. Un certain nombre d’entre elles accèdent aux postes de directrices, ouvrent de nouvelles écoles. Elles prennent part aux luttes pour l’indépendance, militent avec leurs maris dans des partis et des syndicats ; mais surtout elles animent ou dirigent les grandes associations féminines, participent à des congrès internationaux, et représentent parfois leur pays à l’étranger. Plusieurs d’entre elles auront fait carrière et sont considérées comme des élites.

8Lestement écrit, avec des sous-titres humoristiques, ce livre offre une description exhaustive de ce groupe féminin. Il ne ménage pas l’ancien colonisateur dont il n’apprécie ni la revendication civilisatrice, ni l’autosatisfaction des discours. En pointillé, il insiste sur les différences culturelles entre les étudiantes et le milieu extérieur, puis entre les diplômées et l’entourage chez lequel elles exercent. Mais curieusement ce qui ressort de ces parcours professionnels c’est leur similitude avec leurs homologues d’un autre continent, les premiers médecins de campagne, les premières institutrices envoyées dans de minuscules communes françaises à peu près à la même époque. Les méfiances et les envies que suscitent les unes et les autres, sont du même type chez la population rurale (ou quelquefois citadine) des alentours. Les antipathies des mères de Djenné pour celles qui leur ôtent l’aide de leurs filles a pour écho les mécontentements des paysans aux moments des moissons et des vendanges, qui ne peuvent disposer de leur main d’œuvre enfantine retenue à l’école, en Auvergne ou en Bourgogne. Et les jeunes femmes seules qui rejoignent leur poste sont aussi perçues comme des êtres inclassables. De même, aussi, les normaliennes « frigidaires » à quelques exceptions près, ont épousé, non les agriculteurs locaux mais bien leurs collègues instituteurs ou fonctionnaires, en Afrique comme en Europe, au Sénégal comme en France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Suzanne Lallemand, « Barthelemy Pascale, 2010, Africaines et diplômées à l’époque coloniale (1918-1957) », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 175-177.

Référence électronique

Suzanne Lallemand, « Barthelemy Pascale, 2010, Africaines et diplômées à l’époque coloniale (1918-1957) », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 07 janvier 2016, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3766

Haut de page

Auteur

Suzanne Lallemand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org