Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Baldé Al-hadji Thierno Mouhammadou et SALVAING, Bernard, 2008, Une vie au Fouta-Djalon

Brinon-sur-Sauldre, Ed. Grandvaux
Claude-Hélène Perrot
p. 173-175
Référence(s) :

Baldé Al-hadji Thierno Mouhammadou et SALVAING, Bernard, 2008, Une vie au Fouta-Djalon, Brinon-sur-Sauldre, Ed. Grandvaux, 416 p.

Texte intégral

1Si le Fouta-Djalon, au nord de la Guinée, a attiré Bernard Salvaing et est devenu son terrain de recherches privilégié – mais non exclusif – c’est sans doute parce qu’on peut déchiffrer aujourd’hui, dans ce pays de haut relief, l’histoire des plus anciens occupants du sol, les Manding et celle des Peuls, et aussi parce que ce fut le point de départ de djihads ouest-africains. L’existence de nombreux lettrés, producteurs ou détenteurs de manuscrits rédigés en arabe ou en ajami (peul écrit en caractères arabes) dont Salvaing a fait d’ailleurs une abondante collecte, sous forme de photographies, n’est pas étrangère à ce choix. Pourtant, en dépit de ces atouts, ce terrain était resté peu fréquenté par les chercheurs.

  • 1 Autobiographie en deux volumes : Almamy Maliki Yattara et Bernard Salvaing, Almamy, une jeunesse su (...)

2C’est à l’un de ces lettrés – Al-hadji Thierno Mouhammadou Baldé, lui-même auteur d’un copieux ouvrage religieux –, que Salvaing donne la parole dans cette biographie, issue d’une longue suite d’entretiens enregistrés, et qu’il a publiée sous le nom du narrateur. En se mettant en retrait derrière celui dont il s’est fait le porte- parole l– e scribe, pourrait-on dire – , Salvaing renouvelle l’expérience, très réussie, menée précédemment par lui-même aux côtés du Malien Almamy Maliki Yattara 1 ; selon une pratique qui n’est pas toujours respectée par les chercheurs.

3Tout en saluant cette pratique comme il convient, il faut dire qu’on souhaiterait en savoir plus sur le déroulement des séances de travail, sur la façon dont étaient sollicités les souvenirs du narrateur, sur la part du dialogue dans les entretiens, comme aussi sur le travail de rédaction, sur la mise en ordre des propos enregistrés, en un mot sur la façon dont ce livre a été composé.

4On trouvera tout d’abord dans cet ouvrage une géographie religieuse du Fouta-Djalon, avec la localisation des lieux saints, notamment ceux qui abritent les tombeaux des grands wali (saints) une nomenclature, sorte de who’s who des lettrés, grands et moins grands, qui forment une catégorie sociale puissante, on serait tenté de dire un réseau, dont les généalogies et aussi les alliances matrimoniales sont mémorisées avec soin par le narrateur. On suit les trajectoires qui les ont menés dans leur jeunesse, durant leur période d’apprentissage, au Fouta-Toro (Sénégal) et jusqu’en Mauritanie, à la recherche de maîtres réputés. Il en est tracé de remarquables portraits.

5Si son ancrage territorial dans le Fouta constitue l’un des principaux apports de ce livre, il est clair que les spécialistes de l’islam en Afrique de l’Ouest y trouveront largement leur compte ; les liens avec l’extérieur sont présents, au point qu’on en vient à se demander si le Fouta-Djalon se situe à la périphérie du monde de l’islam, à laquelle il a souvent été relégué, ou s’il en est l’un des centres.

6On suivra dans ces pages la diffusion d’une célèbre confrérie, la Tidjaniyya, dont le narrateur cite les différents propagateurs.

7En outre, Al hadji Thierno Mouhammadou Baldé nous livre un témoignage sur son temps. Né en 1923, et aujourd’hui imam du village de Compaya, il a connu la colonisation française dans ses différentes phases, la décolonisation, puis le régime de Sékou Touré et sa chute. Sur ce dernier, il passe rapidement, comme pour éluder de pénibles souvenirs, se bornant à mentionner le nom de deux de ses victimes, alors qu’il s’étend volontiers sur la période coloniale.

8Sous la colonisation, sa famille a connu une notable ascension sociale, commencée avec son père, ancien combattant de la première guerre mondiale et promu chef de canton par le pouvoir colonial. Lui-même, de la même façon, a été fait chef de village, ce qui ne l’a pas empêché d’exercer, par intermittences divers métiers (chauffeur, transporteur etc.). La vie quotidienne d’un chef de village nous est ainsi rendue accessible, de même que la vision du monde qu’il partageait sans doute avec les autres chefs issus comme lui de la colonisation. Pour eux la domination coloniale n’est évidemment pas à remettre en cause, mais doit s’exercer dans un domaine circonscrit. Si le monde d’ici-bas (al-dunya) est livré aux chrétiens, le monde de l’au-delà (al-akhira), qui leur échappe, est le seul à compter véritablement. La coexistence est possible, à condition que le premier n’empiète pas sur le second, auquel cas des pouvoirs magiques peuvent se manifester pour repousser l’intrusion.

9Tout en continuant à valoriser, comme par le passé, l’agriculture et l’élevage (« étudie ! cultive ! élève tes bêtes ! »), il fait bon accueil aux « nouveautés » importées, à l’automobile par exemple : « Que le temps d’aujourd’hui est joli », dit- il.

10On perçoit en outre que, dans leur situation de dominés, ces chefs disposaient néanmoins d’une certaine marge de manœuvre qui leur permettait de poursuivre dans l’ombre leurs propres stratégies, comme cela a été observé ailleurs dans les relations entre colonisateurs et colonisés.

11Ce précieux témoignage, éclairé par des photographies qui surgissent dans le texte à point nommé, est rendu parfaitement intelligible, même à qui ne sait que peu de choses du Fouta-Djalon, grâce à un très solide et cohérent appareil critique.

Haut de page

Notes

1 Autobiographie en deux volumes : Almamy Maliki Yattara et Bernard Salvaing, Almamy, une jeunesse sur les rives du fleuve Niger (vol. 1), suivi de L’âge d’homme d’un lettré malien (vol. 2), parus également aux éditions Grandvaux, 18410, Brinon-sur-Sauldre, en 2000 et 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude-Hélène Perrot, « Baldé Al-hadji Thierno Mouhammadou et SALVAING, Bernard, 2008, Une vie au Fouta-Djalon », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 173-175.

Référence électronique

Claude-Hélène Perrot, « Baldé Al-hadji Thierno Mouhammadou et SALVAING, Bernard, 2008, Une vie au Fouta-Djalon », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 07 janvier 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3764

Haut de page

Auteur

Claude-Hélène Perrot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org