Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Arborio Sophie, 2009, Epilepsie et exclusion sociale – de l’Europe à l’Afrique de l’Ouest

Paris & Marseille, IRD & Karthala
Yves Tyrode
p. 172-173
Référence(s) :

Arborio Sophie, 2009, Epilepsie et exclusion sociale – de l’Europe à l’Afrique de l’Ouest, Paris & Marseille, IRD & Karthala, 384 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est préfacé par un texte concis, pertinent et lumineux de Doris Bonnet qui nous décrit en quelques pages comment, au cours des siècles et selon les contextes sociaux, chaque société a pu proposer son modèle explicatif de la crise convulsive et élaborer un ensemble de métaphores représentatives de la problématique maladive.

2Le travail de l’auteur s’appuie sur un vécu de terrain, dans le cadre du recueil et de l’analyse des récits de vie de malades rencontrés parallèlement à un programme médical d’épidémiologie et thérapeutique dans la région de Bamako, plus précisément dans une série de villages proches de Baguineda. Six mois d’enquête et plusieurs autres missions effectuées dans différentes régions du Mali avaient précédé cette action de terrain qui sera ciblée, sous la forme d’enquêtes (probablement formelles et informelles, individuelles et collectives, mais nous regrettons l’absence de toute documentation sur les prérequis et sur la méthodologie, ainsi que sur le processus d’analyse et d’exploitation scientifique des résultats) auprès des patients, de la famille des malades, auprès des soignants : guérisseurs, médecins, infirmiers et matrones, auprès des fonctionnaires des services scolaires et sociaux et, également, auprès de personnes non directement concernées par l’épilepsie. Le terrain linguistique retenu est celui de la langue bambara, excluant notamment les souches culturelles peuls.

3Cet ouvrage dense, et parfois touffu, contient de riches renseignements et de nombreux enseignements pour le chercheur en sciences sociales et en anthropologie médicale. L’auteur n’en reste d’ailleurs pas à ses propres considérations de terrain et propose un corpus universaliste concernant les rapports de l’Homme et de la Société dans leur confrontation à l’épilepsie, dans le champ anthropologique, socioculturel, historique et politique, ainsi qu’en histoire des sciences médicales, afin d’offrir aux lecteurs un précieux éclairage multidisciplinaire et transculturel.

4Les travaux précurseurs d’Henri Collomb à Dakar, publiés dans Psychopathologie africaine et Afrique médicale, sont cités ainsi que les travaux de nombreux auteurs de référence, au premier rang desquels, pour exemple, R. Bastide, F. Laplantine, mais également, bien entendu, M. Griaule et G. Dieterlen, pour ne citer que les Grands Ancêtres.

5Sophie Arborio, dont l’ouvrage d’esprit anthropologique déborde largement du projet sociologique annoncé dans un titre inutilement restrictif, souligne comment la crise convulsive, du point de vue causal, s’interprète, pour les Bamanas, sur plusieurs registres : celui de la théorie des fluides corporels qui propose un modèle de la contamination faisant songer à celui de la médecine musulmane ou celui du processus analogique qui fonctionne en privilégiant des rapports de connexion ou de chaînes de représentations, l’origine pathogène pouvant être rapprochée de certaines identités animales, par exemple.

6Ce travail illustre combien le sujet malade fonctionne dans l’interdépendance, étant à la fois le résultant de la concordance de ses relations avec l’univers divin, avec la nature et avec la communauté humaine. La maladie n’occuperait donc pas un espace isolé des autres domaines de l’existence et recouvrirait des significations qui dépassent l’individualité propre du sujet : si la maladie est le lieu privilégié et obligé de l’expression d’une osmose entre naturel et surnaturel, la place est faite pour l’interpénétration des sciences médicales occidentales et l’approche traditionnelle et culturelle, que l’auteur nous détaille avec de nombreuses et passionnantes séquences illustratives des récits de ses interlocuteurs Bamanas. Maladie de Dieu, maladie de l’air, voire maladie l’oiseau, parfois associée à la force occulte et néfaste du Nyama animal.

7La connotation contagieuse est aussi évoquée ainsi que l’action du destin ou de la fatalité, ainsi que parfois, paradoxalement, l’hérédité. Enfin, l’explication privilégiée sera parfois externalisée en méfaits du diable.

8Simulacre de mort et de résurrection, la crise kirikirimasien (les Bamanas dénomment ainsi l’épilepsie) introduit une rupture dans l’ordre quotidien et renvoie à la notion de Nogo ou souillure. Le relationnel de l’individu épileptique est souvent mis à mal dans sa communauté et il perd la mogoya, à savoir la sociabilité pour laquelle il a été éduqué depuis l’enfance.

9Si le malade impose généralement la crainte par le spectacle fascinant et déstabilisant de sa crise, l’entourage familial peut, en dernier ressort, être d’un grand secours, prenant en charge son patient, tant sur le plan humain que matériel.

10En fait, la représentation populaire de la maladie reste, bien souvent, labile et inconstante, selon les résultats synthétiques proposés par l’auteur. Les savoirs populaires ne sont pas pérennes : ils varient d’un interlocuteur à l’autre et aucun des schémas explicatifs proposés ne fait l’objet d’un consensus culturel. L’absence totale d’interprétation traditionnelle apparaît même courante : le non-savoir est fréquent.

11Dans sa conclusion, Arborio revendique un positionnement de chercheur en anthropologie démontrant son utilité par sa capacité à objectiver des savoirs, des représentations et des pratiques placées en perspective au regard du cadre existentiel et social du sujet malade. L’auteur se défend d’être un « entremetteur culturel » susceptible de faciliter l’implantation d’un projet médical, se définissant essentiellement par son indépendance. Son activité, au regard de l’expérience relatée dans cet ouvrage, est effectivement apparue décalée, plus que complémentaire, face au projet « Epilepsie-onchocercose au Mali » qui avait été initié par la faculté de médecine de Marseille et celle de Bamako.

12Une riche et exhaustive bibliographie complète ce volumineux ouvrage rédigé soigneusement selon les canons universitaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Tyrode, « Arborio Sophie, 2009, Epilepsie et exclusion sociale – de l’Europe à l’Afrique de l’Ouest », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 172-173.

Référence électronique

Yves Tyrode, « Arborio Sophie, 2009, Epilepsie et exclusion sociale – de l’Europe à l’Afrique de l’Ouest », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 07 janvier 2016, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3762

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org