Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Aïssaoui Mohammed, 2010, L’affaire de l’esclave Furcy

Paris, Gallimard
Françoise Ugochukwu
p. 171
Référence(s) :

Aïssaoui Mohammed, 2010, L’affaire de l’esclave Furcy, Paris, Gallimard, 197 p.

Texte intégral

1Ce récit inhabituel, directement inspiré du dossier Furcy mis aux enchères à l’hôtel Drouot le 16 mars 2005, participe du devoir de mémoire attendu de nos sociétés postcoloniales. Fruit d’une enquête de quatre ans en France et à la Réunion, il témoigne du désir de l’auteur, journaliste au Figaro littéraire, de retrouver la trace de son héros, « comme s’il avait disparu hier, comme si je pouvais le retrouver vivant », cherchant à comprendre « ce qui pousse un homme à vouloir s’affranchir » (p. 22). Aïssaoui a reconstitué ici sous forme de récit de vie la lutte juridique entreprise au début du dix-neuvième siècle par un esclave d’origine indienne pour recouvrer sa liberté.

2Les premières pages replacent la personne de l’esclave Furcy dans le contexte de l’époque, dans l’Île de la Réunion, alors Île Bourbon, où en 1817 se faisait déjà sentir l’impact de la Déclaration des Droits de l’Homme, aussi bien dans la population servile que chez les planteurs. Le récit, reliant par un fil d’Ariane les documents épars et poussiéreux d’un dossier longuement compulsé, fait ensuite revivre ce procès unique en son genre, qui dura vingt-sept ans, de la première comparution au jugement en cassation en 1843, et eut un énorme retentissement. Il nous entraîne dans le cercle fermé des colons, bien décidés à protéger leurs privilèges et leurs acquis face à la montée de l’abolitionnisme. L’auteur révèle au passage une société du bout du monde, l’avarice, les mesquineries et la cruauté des planteurs, les ravages de l’exploitation esclavagiste, comme le courage et l’endurance des esclaves, illettrés mais assoiffés de connaissance. Au fil des pages, on retrouve un écho des théories inégalitaires de l’époque et des propos racistes en circulation, et la mention du Code noir. Le récit met l’accent sur le dévouement et l’intelligence de la mère de Furcy, Madeleine, qui passa sa vie à accumuler les documents qui allaient servir au procès et à l’affranchissement de son fils. Divers documents authentiques ont été insérés sans commentaire entre les chapitres : des extraits du Voyage à l’Île de France, à l’île Bourbon et au cap de Bonne-Espérance de Bernardin de St Pierre (1773), de l’édition de 1842 de l’Atlas Migeon et d’un Rapport sur les suicides d’esclaves (1806), une petite annonce parue dans la Gazette de l’Ile Bourbon en 1831 et un message personnel, qui, dans leur nudité, démentent le mythe selon lequel l’histoire de l’esclavage serait une histoire sans archives. En annexe, l’auteur fait la liste des ouvrages et des documents d’archives consultés, et dresse une chronologie de la famille de Furcy depuis la naissance de sa mère en 1759 jusqu’à la proclamation de son affranchissement en cassation en 1843.

3À l’heure où des voix de plus en plus nombreuses s’élèvent pour dénoncer les métamorphoses contemporaines de l’esclavage et exiger un enseignement objectif de l’Histoire, ce plaidoyer passionné adressé au grand public, cet effort pour sortir de l’oubli et du silence un personnage hors du commun, contribue à la mise au jour d’un pan de l’Histoire longtemps caché.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Ugochukwu, « Aïssaoui Mohammed, 2010, L’affaire de l’esclave Furcy », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 171.

Référence électronique

Françoise Ugochukwu, « Aïssaoui Mohammed, 2010, L’affaire de l’esclave Furcy », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 07 janvier 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3758

Haut de page

Auteur

Françoise Ugochukwu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org