Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

SCARCIA AMORETTI, Biancamaria, (dir.), Islam in East Africa: new Sources (Archives. Manuscripts and Written Historical Sources. Oral History. Archaeology)

International Colloquium (Rome, 2-4 December 1999), Rome, Università degli studi di Roma “La Sapienza”, Herder, 2001, 471 pages
Vittorio Morabito
p. 523-527

Texte intégral

1Les contributions de cette publication, issue d’un colloque international tenu à Rome sous les auspices de l’Université La Sapienza et de l’Institut d’études et de recherches sur l’Afrique et l’Orient, l’ISIAO, s’insèrent, à différents degrés, dans l’histoire de l’Afrique orientale. Une autre référence, l’Islam, est commune à tous les écrits, soit comme élément prééminent, soit en relation avec des sujets particuliers. Les vingt et une contributions sont réparties en trois sections : archives et sources écrites, histoire orale, archéologie. Trois contributions sont rédigées en italien, deux en français et toutes les autres en anglais.

2Du point de vue territorial, c’est l’île de Zanzibar qui réunit le plus grand nombre d'interventions. Khamis S. Khamis rappelle l’espoir porté par l’unique siège du Centre EACROTANAL (East African Centre for Research on Oral Tradition and African National Languages) logé aux Archives nationales de Zanzibar et éditeur entre 1981 et 1988 de quatre volumes de catalogues d’anciens manuscrits arabes récoltés dans l’île tanzanienne. Un cinquième catalogue et un corpus de plusieurs correspondances en arabe restent inédits.

3La documentation des Archives nationales de Zanzibar est illustrée par deux contributions. D’abord, Abdul Sherif dans The Records of the ‘Wakf1 Commision’ as Source of Social and Religious History of Zanzibar, analyse quelques Fonds waqf récoltés par la Commission spéciale mise en place en 1905 pour assurer le bon fonctionnement de cette institution, essentielle dans la vie sociale et religieuse des îles Unguja, Pemba et Zanzibar. Dans le testament d’un personnage distingué, ses biens waqf sont également partagés entre des esclaves libérés et des gens pauvres de la Secte Ibathi, les ibadites2. La littérature populaire arabe, transmise à travers les manuscrits du XIXe siècle des Archives nationales, touche plusieurs domaines : les pratiques religieuses, la médecine, les plantes médicinales, la magie, la botanique, l’astrologie, l’interprétation des rêves et la neutralisation des ğinn. Fondée sur le Coran, elle propage en même temps, note Lorenzo Declich dans The Arabic manuscripts of the Zanzibar National Archives : sources for the study of popular Islam in the island during the 19th century, le sentiment culturel ustaarabu, mot swahili synonyme de ‘civilisation’ s’appliquant à ‘quelqu'un qui s’assimile aux Arabes’.

4Bien que l’Islam ait animé l’élite patricienne qui contrôle les villes de la côte tanzanienne sous le couvert de l’idéologie hégémonique de l’ustaarabu, la persistance de la 'a¢abiyya, la solidarité du groupe basée sur la métaphore d’un ancêtre commun, permet une diffusion plus graduée des pratiques religieuses prodiguées aux classes basses de la société, notamment chez les esclaves, “ bêtes brutales, ennemies de Dieu et du Prophète ” telles que les qualifie un proverbe swahili. J. Glassman remarque ce phénomène pendant l’irruption des Allemands et pendant la construction nationale de la période post-coloniale dans sa contribution Stolen knwoledge : Struggles for popular Islam on the Swahili coast, 1870-1963.

5L’établissement du protectorat britannique en 1890 introduit une série de réformes dans l’administration. Anne K. Bang, dans sa contribution Intellectuals and Civil Servants : Early 20th century Zanzibar ‘Ulamā’ and the Colonial State, présente la collaboration avec les Britanniques de la Cour suprême de justice – dominée initialement par quatre qadi, dont un ibādī et trois sunnī – en ce qui concerne l’administration des biens waqf, la diffusion de l’enseignement religieux et l’élaboration d’un système légal tenant compte des théories importées comme des préceptes de l’Islam.

6S’il est vrai que la population de Zanzibar – 750 000 habitants – se considère globalement zanzibarienne et tanzanienne, dans des situations particulières elle peut se référer à une origine plus précise : Comores, Oman, Yemen, île de Tumbatu, intérieur du continent africain, Europe etc. K. Larsen observe que le signe identitaire le plus marquant est le lieu d’origine, y compris pour les esprits majinni (de ğinn) ou masheitani (pas toujours de shaytān ‘le diable’) qui peuple ce que l’on a coutume de nommer ‘l’Islam populaire’. Avec l’appui de sources orales – des épisodes dans des vies de femmes – il montre la persistance de cultes de possession orientés maintenant dans les villes vers l’attribution d’un statut social.

7Grâce à ces détails représentés sur des cartes et des images, la section archéologique de l’ouvrage captive davantage ; elle permet d'ailleurs d’avancer vers l’examen du vaste ensemble culturel étendu en Afrique orientale. Elle touche l’habitat de Kizimbazi Dimbani à Zanzibar et l’aire du swahili, c’est-à-dire l’ensemble de la côte swahili et de l’Océan indien et en particulier l’île de Lamu au Kenya et la ville médiévale de Kilwa au sud de la Tanzanie.

8L’implantation humaine à Kizimkazi Dimbani, un modeste port au sud-ouest de la côte de Zanzibar, est ancienne. L’archéologue S. Flury a communiqué en 1922 la découverte qu’il avait faite dans l’ancienne ville d’une inscription kufique placée dans les ruines de la qibla d’une mosquée, datée vers l’an 500 de l’Hégire (1107). Une inscription kufique, similaire et sûrement contemporaine à celle de Kizimbazi, a été trouvée en 1989 à Tumbatu, l’île située entre le continent africain et l’extrême pointe nord de Zanzibar. L’archéologue norvégienne E. Johansen Kleppe résume dans son intervention le bilan des fouilles entreprises à Kizimkazi Dimbani en 1988 dans le but de mieux comprendre l’utilité des établissements d’étrangers dans ces petites communautés de pêcheurs. L’équipe comprend également l’archéologue V. Van Neer, lequel nous livre une liste des animaux, environ soixante espèces, dont les ossements ont été trouvés dans les sites des fouilles : ils ont constitué la faune aquatique et terrestre du village, riche surtout en poissons et crustacés. Le nombre élevé de localités habitées aux IXe et Xe siècles et l’abondance de poteries d’importation suggèrent qu’un accroissement du peuplement étranger a eu lieu à ce moment. À Tumbatu, des ateliers de construction de barques et la possibilité de fournir des poissons particuliers à des moments précis de l’année ont pu constituer une attraction supplémentaire. Kizimkazi Dimbani offre ses produits de la mer et un lieu d’accueil pour les hommes provenant d’Arabie ou de Perse avant la reprise du voyage vers Kilwa, au sud. Les mois des masika, grandes pluies, étaient défavorables aux déplacements maritimes ; en revanche lors des petites pluies vuli, de novembre à février, les courants marins et les vents de moussons d’Asie, de nord-est, étaient propices aux voyages vers la côte sud. Les deux localités étaient donc probablement les lieux complémentaires d’un unique système de navigation.

9L’antiquité des communications entre l’Afrique, l’Orient et l’Asie à travers l’océan Indien ainsi que leurs moyens techniques sont rappelés par D. Whitehouse, l’explorateur de Siraf, la cité portuaire du Fars iranien donnant accès au golfe Persique. Déjà au VIIIe siècle, des vaisseaux partent de Siraf pour le Mozambique et la Chine ; les céramiques chinoises sont très recherchées. À la fin de la première période du commerce transocéanique, à partir du XIe siècle, les trafiquants s’installent dans des circuits régionaux : mer Arabique, Inde et Malaysia, Chine et Asie du sud-est. Dans ce contexte se forme le "couloir swahili". La percée des Portugais, à la recherche de biens de haute valeur au XVe siècle modifie les habitudes commerciales.

10Sous le sultanat de princes persans natifs de Shiraz se développe à partir du Xe siècle le port de Kilwa, au sud de la Tanzanie. J. E. Sutton dans Kilwa in the early fourteenth century : Gold trade, monumental architecture and Sunnī conformity at the southern extremity of Dār al -Islām nous offre les résultats des ses fouilles et de celles révélées par H. N. Chittich3 et les rapproche des renseignements consignés dans la Chronique de Kilwa et dans les écrits du voyageur Ibn Ba11ûta. En effet, le renversement de la dynastie par l’usurpateur al-Hasan bin Talut au XIVe siècle a provoqué l’éclosion d’une considérable activité commerciale, administrative et culturelle. La “ culture swahili ” prend forme et les constructions en pierres de corail des mosquées, du palais et du comptoir commercial sont l’expression d’un art monumental. La ville est riche et frappe quelques monnaies. Son port jouit d’une ère de prospérité, tandis que le commerce vers l’Arabie et vers l’Asie se renforce. Un réseau international permet d’exporter de l’or extrait au Zimbabwe, de l’ivoire, du fer et des esclaves vers Aden, la Chine et la mer Rouge, et de là, en Europe.

11Mark Horton expose l’orientation de l’Islam au sein du monde swahili de la côte. Les événements rapportés dans la Chronique de Kilwa ont semé une profonde confusion dans son interprétation car ce texte arabe n’indique pas de données directement valables et datables mais seulement les évolutions sur de longues périodes. À la différence de Sutton qui, dans son intervention, attribue à l’année 1320 la frappe monétaire de Kilwa réalisée au nom d’un incertain 'Alî, Horton accepte l’interprétation de Chittich et sa datation autour de 1200. Les données archéologiques des vestiges islamiques, à commencer par les mosquées de Kilwa et surtout de Shanga (au nord du Kenya, près de la côte somalienne) du VIIIe-Xe siècle, avec ses tombeaux, ses frappes de monnaies de haute qualité et les informations perceptibles sur Lamu (nord du Kenya) montrent que l’installation de l’Islam est très ancienne et subit les influences de divers mouvements islamiques ; ceci incite à la considérer comme intimement liée aux comportements indigènes et à diversifier les modalités de la conversion. Horton insiste sur le fait que l’Islam s’installe sur la côte, sans pénétrer à l’intérieur du continent africain.

12On arrive au XIXe siècle avec l'examen des échanges économiques et des transformations culturelles mené à travers l’investigation historique de l’architecture de la ville de Lamu (Kenya) proposée par M. Cenzer. D’abord, il se demande s’il existe une identité swahili ou plutôt une revendication contradictoire d’identité par rapport à la société africaine, arabe, islamique ou asiatique. Le plan architectural des maisons respecte l’implantation urbaine dite mji : la cité dans l’espace et dans l’entente communautaire. D’autre part le peuplement multiethnique s'harmonise avec la sensibilité et les exigences de l’architecture swahili. Loin de certaines simplifications arbitraires4, la complexité de la question swahili apparaît.

13L’ouvrage accueille également des contributions relatives à l’Afrique orientale. Quant aux repères bibliographiques pour l’ensemble de ce territoire, M. Lobato et E. Medeiros proposent une liste d’ouvrages essentiellement de langue portugaise sur les communautés islamiques et l’islamisation. E. Lodolini examine les sources de l’histoire de l’Afrique orientale existantes dans les archives italiennes et F. Cresti ajoute un bref aperçu sur les documents de la Congrégation De Propaganda Fide, toujours en Afrique orientale.

14Plusieurs études concernent la Somalie. Le matériel et les photos utilisés pour ses publications par l’explorateur Ugo Ferrandi sont signalés dans une note de M. G. Stasolla, illustrée de photos. A. Gori explique les particularités des manuscrits relatant l’autobiographie manâqib, écrite avant 1917, du sheikh ‘Alī b. Muhammad "Maye" de la tarīqa al-ahmadiyya de Merca. L’anthropologue Ioan M. Lewis, spécialiste de l’hagiographie islamique de Somalie5, résume les caractéristiques sociologiques du “ free market ” de la sainteté populaire, selon l’expérience de ses quarante ans de recherches. Sont rappelés : la conception des qualités requises à celui qui doit être un saint, son pouvoir, les modalités de la sanctification et les lignages de sainteté. Said Samatar traite un sujet similaire, le mysticisme du sheikh Uways de Brava, adepte de la tarīqa qādiriyya, confronté à celui de Sayyid Muhammad de l’Ogaden, adepte de la tarīqa sālihiyya. Considéré jadis comme “ le George Washington du nationalisme somalien et le Shakespeare de leur littérature dans une seule personne ”, Sayyid et la sālihiyya sont soumis à un “ révisionnisme mystique ” et l’auteur fait amende honorable de son ancien jugement. On entre dans la poésie avec deux textes religieux ou mystiques composés en vers shtenzi (tendi en swahili) et en langue non arabe, le chimwini d’origine bantoue parlé à Brava. Leurs particularités, assure Francesca Declich, consistent à ne pas être écrits – ils font partie de l’oralité – et à être composés par une femme, Dada Masati, de son vrai nom Habibi Jamaladdin, probablement une ancienne esclave.

15J.-C. Penrad se reporte aux Comores lorsqu’il montre, lettres et photos à l’appui, comment le prolongement des réseaux confrériques de la shādhiliyya yashūtiyya et de la ‘alawiyya est arrivé aux Comores.

16Un livre digne d’intérêt, utile pour une mise au point d’arguments rarement traités, quoique certaines contributions auraient supporté des développements plus approfondis.

Haut de page

Notes

1 La translittération de l’arabe est effectuée selon des critères non unifiés pour l’ensemble de l’ouvrage.
2 Testament de Sayyid Hamūd b. Ahmad b. Sayf Āl-Būsa‘īdī de 1294 H. (1904)
3 H. N. Chittich, Kilwa. An Islamic trading City on the East African Coast, 2 vol., Nairobi, British Institute in Eastern Africa, 1974.
4 Il est plus triste que ridicule de lire : “ Les uns viennent des émirats arabes, ils contrôlent la corne de l’Afrique où, épousant les femmes du pays, ils ont donné naissance au peuple swahili. On les trouve à Mogadiscio et Brava ; les autres provenant de la Perse sont établis à Kiloa, Sofala, Quelimane et aux Comores. Les Chirazi, comme on dit alors, font de la politique indigène appuyant un chef dévoué ou laissant tomber celui qui n’est pas coopératif. ” A. Stamm, Histoire de l’Afrique précoloniale, Paris, P.U.F.- “ Que sais-je ? ”, 1997, p.73.
5 I.M. Lewis, Saints and Somalis: Popular Islam in a Clan-based Society, New Jersey, Read Sea Press, 1998.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vittorio Morabito, « SCARCIA AMORETTI, Biancamaria, (dir.), Islam in East Africa: new Sources (Archives. Manuscripts and Written Historical Sources. Oral History. Archaeology) », Journal des africanistes, 74-1/2 | 2004, 523-527.

Référence électronique

Vittorio Morabito, « SCARCIA AMORETTI, Biancamaria, (dir.), Islam in East Africa: new Sources (Archives. Manuscripts and Written Historical Sources. Oral History. Archaeology) », Journal des africanistes [En ligne], 74-1/2 | 2004, mis en ligne le 05 avril 2007, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/375

Haut de page

Auteur

Vittorio Morabito

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org