Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

PERROT, Claude-Hélène et FAUVELLE-AYMAR, François-Xavier (éds.), Le retour des rois. Les autorités traditionnelles et l’État en Afrique Contemporain

Paris, Karthala, 2003, 568 pages
Thierno Bah
p. 520-522

Texte intégral

1Cet ouvrage, de très bonne facture, constitue les Actes du colloque international organisé en novembre 1999, au Centre de Recherches Africaines (CRA) de l’Université Paris I Panthéon - Sorbonne, sur le thème “ Rois et Chefs dans les Etats Africains. De la veille des indépendances à la fin du XXe siècle ”. On saura dès lors gré aux deux éditeurs, pour la diligence et l’ardeur au travail qu’ils ont déployées, enrichissant ainsi les études africaines d’un ouvrage volumineux, source d’informations et mine de  réflexions précieuses sur un thème d’importance et d’actualité.

2La grille de lecture la mieux indiquée pour en rendre compte consiste à en faire une double critique, externe et interne. Le nombre de contributeurs, trente huit au total est remarquable ; ils sont tous enseignants et/ou chercheurs de très haut niveau dans leurs disciplines respectives. Si les historiens constituent la majorité –  dix neuf au total – on compte également quatre anthropologues, deux ethnologues et deux spécialistes des sciences politiques. C’est dire que cet ouvrage a le mérite de la multidisciplinarité.

3Au plan géographique, les contributions couvrent toutes les sous-régions de l’Afrique subsaharienne, ce qui procure une vision comparatiste toujours féconde, pour mieux comprendre la diversité et la complexité des structures politiques traditionnelles, dans l’espace et dans le temps. L’ouvrage a pour autre mérite, de transcender les clivages artificiels entre Afrique anglophone et Afrique francophone. On a ainsi des contributions aussi bien sur le Ghana (4) que sur le Bénin (4), sur le Burkina-Faso (3) que sur l’Ouganda, (2), sur le Gabon (2) que sur la Tanzanie et le Swaziland. On regrettera toutefois qu’aucune étude n’ait été consacrée au Nord Nigeria où les Émirats peul et haoussa occupent une place prééminente dans la dynamique socio-politique.

4Une riche et abondante bibliographie, heureusement regroupée à la fin de l’ouvrage (au total 478 titres) donne une idée des recherches effectuées sur les institutions politiques “ traditionnelles ”, et comble le lecteur soucieux d’en savoir davantage.

5Pour l’essentiel, le contenu de cet ouvrage pose la problématique des rapports entre deux modèles de régulation politique et sociale, à savoir le modèle endogène (traditionnel) et le modèle exogène (moderne) imposé par les autorités coloniales et post-coloniales. Dans l’ensemble, les contributeurs ont su éviter l’analyse simpliste d’une dichotomie tradition/modernité. Ils ont mis en exergue les ambiguïtés, où l’on perçoit certes une confrontation, mais avec des stratégies d’adaptation, dans une dialectique de rapports qui oscillent de la rivalité à la soumission en passant par l’instrumentalisation. Celle-ci n’est pas toujours univoque, les rois et chefs africains ayant su, à l’occasion, faire montre de capacités de manipulation.

6La richesse et la diversité des contributions permettent également une approche comparatiste, en fonction des systèmes coloniaux (administration directe ou indirecte) et de la nature des régimes en place. Ainsi au Togo, on observe une docilité des chefs à l’égard d’un pouvoir dictatorial installé depuis quatre décennies, alors qu’au Ghana voisin toute tentative d’affaiblir le pouvoir des institutions traditionnelles par les régimes militaires successifs a débouché sur un échec.

7Plusieurs contributions ont porté l’éclairage sur les années 1989-1991, marquées par le “ renouveau démocratique ”. Il a permis le développement du multipartisme et du clientélisme qui offrent une marge de manœuvre aux chefs et rois intéressés à jouer un rôle politique Le contexte démocratique, dans de nombreux cas, conduit à la réhabilitation des structures traditionnelles qui, paradoxalement, s’impliquent ça et là dans des projets de développement et de modernisation. L’ONG Africa Cultures International Institute au Bénin est citée en exemple comme structure ayant imprimé sa marque, en se positionnant comme partenaire incontournable, dans le cadre des politiques de décentralisation amorcées dans ce pays comme dans beaucoup d’autres. Ce problème des modes d’insertion des anciennes unités historiques dans des Etats-nations souvent déliquescents, est perçu comme un “ néo-traditionalisme ” qui s’inscrit dans une logique entrepreneuriale et d’encadrement social. Ce sont là autant de signes de revitalisation d’une institution qui a pu résister à l’adversité en s’adaptant, en pliant sans rompre, à quelques exceptions près, comme la Guinée Conakry où la chefferie traditionnelle fut supprimée dès 1957, sans perspective de renaissance.

8Un thème récurrent, évoqué dans la plupart des contributions est la mise en exergue des assises spirituelles de la royauté, ses liens au sacré. Il en est ainsi de l’Oricha qui contribue à renforcer le pouvoir du roi d’Abomey, des monarchies sacrées de la région des Grands lacs, du rôle des reliques des ancêtres dans la symbolique royale sakalava (Madagascar), de l’Islam comme fondement du pouvoir dans les Lamidats du Nord Cameroun, ou encore de l’église anglicane à laquelle s’est identifiée la monarchie buganda en Ouganda à partir de 1900. On voit dès lors comment cette référence au sacré, à travers des rites et des symboles, a permis aux chefs et rois de conserver ou de reconquérir leur pouvoir.

9Cet ouvrage propose par ailleurs une réflexion stimulante sur des questions d’une brûlante actualité, en rapport avec les modalités de dévolution du pouvoir, de succession et d’alternance dynastique. Les critères de choix de l’héritier, les crises et rivalités sont examinés par rapport à une légitimité liée à l’appartenance à une ancienne famille dirigeante, ou fondée sur la sacralité. Si l’immixtion des autorités coloniales et post-coloniales ne modifie pas fondamentalement les règles successorales traditionnelles, la soumission et la collaboration constituent des paramètres nouveaux.

10La question de la dévolution du pouvoir et de l’alternance évoquée dans cet ouvrage est fondamentale et digne de recherches plus approfondies. C’est cette question qui aujourd’hui en Afrique constitue la pierre d’achoppement avec pour conséquences la récurrence des coups d’État, des crises politiques et des conflits ethniques.

11Tels sont, brièvement évoqués, les problèmes abordés dans cet ouvrage sérieux et documenté, qui fait honneur aux organisateurs du colloque et aux deux éditeurs scientifiques. Le bénéfice théorique et pratique en est l’éclairage d’une question complexe, d’un modèle de référence politique et ethnique, parfois refoulé mais qui reste à l’ordre du jour dans le processus de recomposition actuelle, lequel oscille entre repli identitaire et mondialisation. Pour tout cela, cet ouvrage s’impose comme une référence pour les spécialistes en sciences sociales intéressés par le devenir des sociétés africaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierno Bah, « PERROT, Claude-Hélène et FAUVELLE-AYMAR, François-Xavier (éds.), Le retour des rois. Les autorités traditionnelles et l’État en Afrique Contemporain », Journal des africanistes, 74-1/2 | 2004, 520-522.

Référence électronique

Thierno Bah, « PERROT, Claude-Hélène et FAUVELLE-AYMAR, François-Xavier (éds.), Le retour des rois. Les autorités traditionnelles et l’État en Afrique Contemporain », Journal des africanistes [En ligne], 74-1/2 | 2004, mis en ligne le 04 avril 2007, consulté le 21 août 2017. URL : http://africanistes.revues.org/373

Haut de page

Auteur

Thierno Bah

Porfesseur Département d’Histoire Université Yaoundé I Cameroun

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org