Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

MARK, Peter, “Portuguese” Style and Luso-African Identity. Precolonial Senegambia, Sixteenth-Nineteenth Centuries

Indianapolis, Indiana University Press, 2002, 34 illustrations en noir et blanc, notes, bibliographie, index
Gerald Gaillard
p. 518-520

Texte intégral

1“ C’était ma première visite en Guinée-Bissau. A St. Domingo, un jeune Africain me fut présenté comme Portugais, ce qui impliquait qu’“il était comme moi ”. Immédiatement incrédule, je pensais qu’il tentait par ce moyen de gagner ma confiance. Lorsqu’aujourd’hui je relis Le Maire et d’autres narrateurs des seizième et dix-septième siècles qui rejetaient la prétention des Luso-Africains à se dire “ Portugais ”, c’est avec gêne que je me souviens de cet incident. Des rencontres similaires au long des années, m’ont fait réfléchir sur ce que signifiait être Jola, Manding ou Portugais. J’ai finalement pris conscience qu’il y avait un fil commun entre ces expériences. L’identité est le produit d’un héritage propre mais c’est aussi quelque chose de manipulable. Une manipulation qui ne me semble en rien cynique” (p.146-147). (Ma traduction).

2Anthropologue et professeur à l’université de Wesleyan, l’auteur de ces lignes a déjà publié A Cultural, Economic, and Religious History of the Basse Casamance since 1500 (Stuttgart, Steiner) et The Wild Bull and the Sacred Forest (New York, Cambridge University Press), devenus des classiques sur la Sénégambie définie comme la région des fleuves Gambie, Casamance et Cacheu. P. Mark s’interesse ici à l’évolution des perceptions et dynamiques identitaires et tente de les retrouver à travers l’architecture qui en serait tant l’expression volontariste que l’un des traits structuraux fondamentaux. L’enquête se fonde principalement sur les textes et de rares illustrations, les plus anciennes étant celles de Frans Post au Brésil (1637-1644). Mark montre que le style architectural peint par ce dernier, reflète un modèle ouest-africain importé par les Luso-africains sur le continent américain.

3L’introduction reprend quelques généralités touchant la question des identités ethniques (on se définit par ce que l’on n’est pas...), puis le premier chapitre examine l’irruption de celle dite “portugaise” apportée par l’installation des commerçants européens et cap verdiens. Le second chapitre traite du lien de cette nouvelle identité avec les architectures des XVIe et XVIIe siècles. Le troisième nous amène au Brésil tel que l’ont peint Albert Ackhout (1610-1664) et Frans Post (1612-1680), soit au moment du transfert de ce pays des Portugais aux Hollandais. Le quatrième revient en Gambie pour examiner la période couvrant la deuxième moitié du XVIIe siècle et la première moitié du XVIIIe. Les chapitres cinq et six traitent de la Sénégambie du milieu du XVIIIe siècle au milieu du XIXe et de l’architecture en Casamance de 1850 à l’établissement de l’administration coloniale. Les quelques pages de conclusions répètent que la culture matérielle est un processus de métissage et que le style architectural n’évolue pas isolément.

4Insistant sur le fait qu’une importante population luso-africaine se disant “portugaise” est implantée tout le long de la côte dès le début du XVIIe siècle, Mark examine les critères que les différents auteurs emploient pour définir l’identité des populations rencontrées. On trouve ainsi la langue, la religion et la profession chez Richard Jobson en 1620, l’activité commerciale étant l’élément déterminant d’une identité dite “ portugaise ”. Employés pour leur fine connaissance des courants marins, les Gourmettes (ou Grumetes), sont chez lui et d’autres, des Africains qui ne cultivent pas. Tant chez Michel Jajolet de La Courbe (1685) que chez Francis Moore (1738), les “ Portugais ” se définissent par le style architectural de leur demeure. Ces témoins décrivent des fermes entourées de fortifications et parmi celles-ci des “ maisons à la portugaise ”, c’est-à-dire pourvue d’un porche et d’une véranda ou d’un vestibule. Les Gourmettes venus chercher de la cire ou d’autres produits y logent et elles sont ainsi adaptées au commerce. Mark montre (sur les pas de Jay Edwards, nous dit-il), que porche et véranda sont des inventions d’origine ouest-africaine et non pas européenne. Devenue brésilienne, “ la maison portugaise ” revint dans les ports de traite du Nigéria, du Dahomey et du Togo. Il montre que la véranda (ou le vestibule) ne sont pas seulement un élément architectural utile mais aussi un style qui permet de revendiquer un statut de commerçant aisé. Dans un monde aux identités fluctuantes, la “maison portugaise” permet aux Luso-Africains d’afficher ou d’établir une identité dite portugaise.

5Contrairement à beaucoup de ses prédécesseurs, pour Le Maire (1695), c’est la couleur de la peau qui définit une “ identité africaine ” et il associe le “ noir ” à un statut inférieur. Cette redéfinition typologique correspond, selon Mark, à l’influence grandissante de la traite atlantique marquant l’appréhension des races par les Européens. D’ailleurs au XVIIe siècle, l’identité “ portugaise ” est progressivement déterminée par le teint de la peau plutôt que par des traits culturels. Les Portugais noirs vivant à Joal ont beau accentuer leurs pratiques religieuses, John Mathews (1788) déclare sarcastiquement : “ ils se nomment eux-mêmes Portugais et se disent chrétiens, lors même qu’ils sont noirs ”. Ce racisme imprègne aussi l’appréhension de l’architecture.

6Bien que Donelha indique l’existence de ces solides et imposantes maisons “à la portugaise” dès le XVIe siècle, Jean-Baptiste Durand, vivant au Sénégal entre 1785 et 1788, suppose que les Européens en ont enseigné les techniques de construction aux Africains, car on n’imagine pas que des cultures autochtones soient capables de les concevoir. C’est le cas de Bertrand-Bocandé installé à Carabane depuis 1837, puis de Lasnet (1899) ou de Anfreville de la Salle (1909). Rien de ce qu’ils découvrent ne coïncide avec leur vision du monde diola. Alors qu’ils défendent leur aveuglement idéologique en élaborant une théorie diffusionniste arguant que les Diola ont repris ces modèles des Soudanais, des Phéniciens ou éventuellement des Portugais, Mark montre que les constructions de la communauté portugaise furent influencées par celles des Diola/Floups et non l’inverse,

7Au XIXe siècle l’architecture est conçue comme isomorphe à un stade culturel. Déjà en 1836, pour Dagorne, chaque communauté possède un style architectural propre, correspondant à une organisation sociale spécifique exprimant un certain niveau de civilisation. C’est pourquoi il en compte trois à Bissau : les Papel, les Portugais noirs et les Européens. Les Français qui suivent Dagorne (Hecquart, Bertrand-Bocandé) rejettent les seconds du côté “ des Africains ”. En ne conservant que ces deux groupes, ils dénient à la couronne du Portugal, les droits coloniaux dont elle se targue. Les Portugais blancs en étant presque absents, ces terres ne sont occupées que par de “ vrais africains ” à conquérir.

8La colonisation s’accompagne de la diffusion d’une conception de l’identité fondée sur des traits physiques. Les identités sont désormais immuables. L’appartenance à un groupe est associée à des capacités intellectuelles inhérentes à celui-ci et s’exprimant par un certain niveau culturel. Lasnet et Delafosse établissent ainsi des typologies à partir de traits où l’architecture est déterminante. La survivance des évolutionnistes est remplacée par le trait diffusé : certains d’entre eux s’expliquent par une lointaine consanguinité sémitique ou une influence européenne tout aussi ancienne. La cohérence du modèle est assurée.

9Voici résumés les thèses et les éléments principaux d’un livre par ailleurs intéressant par le fourmillement de multiples remarques. Le problème récurrent de ce type d’enquête est cependant que les thèses y sont bien fragiles. Juste sur le fond (enfin j’en suis persuadé), le schéma présenté n’est pas vraiment démontrable. La Courbe (1685) est pratiquement contemporain de Le Maire (1695) dont Moore est postérieur (1738). Peut-on alors dater “l’apparition” d’un racisme de peau ? Les sources sont trop rares et imprécises pour le prouver. Comme Mark le reconnaît (page 89), les témoins cultivent l’ambiguïté et l’inconsistance en matière de labels ethniques. Rien ne dit que les quelques phrases d’un auteur, aujourd’hui reprises avec gourmandise par les ethnologues, expriment la conception d’une époque, un régime de discours, une formation discursive ou une Weltanschauung.

10On peut féliciter Mark d’avoir osé s’attaquer à l’histoire des identités et d’avoir pensé à l’architecture comme un fil possible de leur expression. Avoir lié véranda, commerce et identité luso-africaine était une idée originale et forte. Aucun des auteurs du A Habitaçao Indigena na Guiné Portuguesa (Bissau) que Teixeira da Mota et Ventim Neves éditèrent en 1948, n’a fait preuve d’une telle perspicacité. On regrettera que l’état économique de la production éditoriale, n’ait pas autorisé l’auteur à livrer un ouvrage au plus large format, illustré de reproductions en couleur et ce à un prix raisonnable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gerald Gaillard, « MARK, Peter, “Portuguese” Style and Luso-African Identity. Precolonial Senegambia, Sixteenth-Nineteenth Centuries », Journal des africanistes, 74-1/2 | 2004, 518-520.

Référence électronique

Gerald Gaillard, « MARK, Peter, “Portuguese” Style and Luso-African Identity. Precolonial Senegambia, Sixteenth-Nineteenth Centuries », Journal des africanistes [En ligne], 74-1/2 | 2004, mis en ligne le 04 avril 2007, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/372

Haut de page

Auteur

Gerald Gaillard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org