Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

LAURENT, Pierre Joseph, 2003, Les pentecôtistes du Burkina Faso. Mariage, pouvoir et guérison, IRD-Karthala, Paris, 442 p., index

Michèle Dacher
p. 516-518

Texte intégral

1Signalons d’emblée que le titre de ce livre passionnant est tout à fait inadéquat : l’ouvrage traite des pentecôtistes dans la société mossi et non au Burkina Faso. Rappelons une fois de plus que l’État burkinabé ne se réduit pas aux Mossi et qu’il est peuplé de nombreux groupes (on n’ose plus dire) ethniques, aux organisations sociales très diverses. Des nécessités éditoriales ont sans doute contribué à cette présentation fallacieuse, mais on pouvait intituler l’ouvrage Les pentecôtistes dans la société mossi (Burkina Faso) sans égarer ni tromper le lecteur.

2L’introduction situe l’apparition et le développement de l’Église pentecôtiste dans son contexte historique et sociologique : l’éclatement de l’univers villageois ancestral mossi, qui se joue entre autres dans l’urbanisation et l’instauration de relations sociales plus anonymes ainsi que le passage à la modernité, qualifiée avec bonheur par l’auteur de “ modernité insécurisée ”, car l’État n’a pas été capable d’assurer la sécurité des citoyens ni la prise en charge correcte des services publics. Au contraire, l’empilement des pouvoirs et des contre-pouvoirs dont aucun ne s’impose, la corruption, la dérégulation des rapports humains entraînent l’accroissement de la défiance et de la peur et une “ crise sorcière ” sans précédent qui incite la population à recourir plus que jamais à la protection des fétiches. Les Assemblées de Dieu constituent une tentative d’alternative à la gestion magique des rapports entre individus, un lieu où s’invente la confiance entre “ frères et sœurs en prière ”. La société coutumière et la société moderne sont toutes deux diabolisées par les pentecôtistes tandis que les Assemblées de Dieu tendent vers un monde pur où le Bien et le Mal sont assignés en fonction de la seule référence biblique.

3La première partie de l’ouvrage retrace l’historique de l’installation de l’œuvre sur le plateau mossi : de la création du mouvement (le Réveil de l’Esprit) aux USA en 1901 à l’installation des pasteurs américains dans l’Empire mossi en 1920, de la reconnaissance des Assemblées de Dieu en 1955 en Haute Volta à la situation actuelle : 450 000 fidèles au Burkina Faso en 2001 sur 10,5 millions d’habitants. Le récit de plusieurs vocations de pasteurs révèle que la conversion se produit lorsque les tensions persécutrices propres à “ la gestion magique coutumière des relations aux autres ” deviennent intolérables.

4La deuxième partie, “ Famille en prière ”, traite de la gestion des alliances au sein des Églises pentecôtistes, principalement en zone rurale. Les pasteurs, dont le rôle de donneurs d’épouses est comparable à celui des chefs de lignages, parviennent à satisfaire le désir d’émancipation des jeunes gens en réalisant des mariages par consentement mutuel, (mais la plupart du temps les fiancés n’ont échangé que quelques mots). Ils rétablissent cependant des limites à la liberté des conjoints par des injonctions propres à leur doctrine religieuse (monogamie, indissolubilité des liens du mariage, etc.). Par ailleurs, les mariages pentecôtistes se coulent dans les formes d’alliance coutumière : ils arrivent ainsi à maintenir les bonnes relations indispensables avec les parents agnatiques et avec les alliés. La description détaillée des mariages célébrés par les Assemblées de Dieu montre que les pasteurs acceptent l’ensemble des rituels sociaux traditionnels et leurs productions sociales ; ils n’en refusent que la référence aux ancêtres et à l’univers religieux coutumier.

5La troisième partie, “ Gestion du " monde" ”, étudie les relations des Eglises pentecôtistes avec tout ce qui n’est pas elles : le monde coutumier et le monde moderne, l’un et l’autre considérés comme impurs et devant être convertis. Les “ baptisés de l’Esprit saint ” sont donc des “ soldats de Dieu ” engagés dans un combat permanent, ou des croyants-guérisseurs, aux tentations segmentaires. Au village, les séances d’évangélisation s’adressent à des paysans englués dans de menaçantes relations de dépendance à leur entourage ; dans une ville émergente (Ziniaré, 15 000 habitants), elles concernent des migrants ruraux mais aussi des scolarisés, fonctionnaires et “ intellectuels ”, à qui la conversion offre des moyens de s’adapter à des rapports sociaux en transformation rapide. Les pentecôtistes, qui avaient refusé toute relation avec la politique jusqu’en 1991, jouent maintenant un rôle de premier plan dans la société mossi. L’auteur se livre à une analyse extrêmement fouillée du fonctionnement de la société traditionnelle et de son mode de gestion des relations humaines, qu’il nomme la “ concorde coutumière ”.  Il confronte ce mode de pensée et d’organisation sociale à ce qu’il appelle la “ concorde civile ”, situation de confiance que l’Etat de droit aurait dû étendre à tous les membres de la société. Il n’a pas de mal à en montrer la faillite, d’où cette “ modernité insécurisée ”, source de désordres et d’angoisses multiples et ce besoin d’un cadre de vie plus normatif garantissant mieux la sécurité de tous. À cette crise sociale totale, l’Eglise pentecôtiste offre une tentative de synthèse inédite, seule alternative possible, ou du moins, semble-t-il, une des plus efficaces.

6La quatrième partie, “ Guérisons divines ”, décrit par le menu des séances de guérisons individuelles dirigées par des croyants-guérisseurs ainsi que des cérémonies collectives de délivrance conduites par des pasteurs et des croyants-guérisseurs, ces guérisons des “ affections du vivre ensemble ” constituant la base sur laquelle repose le succès des Assemblées de Dieu. P.-J. Laurent montre que ces deux moments, loin de s’opposer, forment un tout et doivent être analysés ensemble. En effet, si les séances collectives constituent la face officielle de la doctrine et de la pratique pentecôtistes, les séances de guérison individuelles, qui les précèdent et permettent leur réussite, en sont la face officieuse, inavouable, beaucoup plus syncrétique et plus ancrée dans les mentalités et les croyances populaires. Par ailleurs, la dramaturgie d’un de ces combats hebdomadaires contre le mal – la cérémonie “ retransmise ” eut lieu à Ouagadougou en 1996 et dura trois heures trente – est magnifiquement rendue par l’auteur.

7Les analyses de P.-J. Laurent sont impressionnantes de finesse, de précision, de profondeur, qu’elles portent sur la mentalité coutumière, les évolutions sociales, les phénomènes socio-psychologiques à l’œuvre dans la conversion ou les manipulations pentecôtistes durant les séances de guérison individuelle ou de prière collective. Je me permettrais toutefois une légère restriction personnelle : j’ai eu la sensation que l’auteur répétait son message comme les pentecôtistes martelaient le leur et il m’a semblé qu’un léger resserrement du texte servirait mieux son propos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Dacher, « LAURENT, Pierre Joseph, 2003, Les pentecôtistes du Burkina Faso. Mariage, pouvoir et guérison, IRD-Karthala, Paris, 442 p., index », Journal des africanistes, 74-1/2 | 2004, 516-518.

Référence électronique

Michèle Dacher, « LAURENT, Pierre Joseph, 2003, Les pentecôtistes du Burkina Faso. Mariage, pouvoir et guérison, IRD-Karthala, Paris, 442 p., index », Journal des africanistes [En ligne], 74-1/2 | 2004, mis en ligne le 04 avril 2007, consulté le 27 juin 2017. URL : http://africanistes.revues.org/371

Haut de page

Auteur

Michèle Dacher

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org