Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

LARGEAU, Victor-Emmanuel, À la naissance du Tchad, 1903-1913

Saint-Maur, SEPIA, 2001, 325 pages
Antoine Bangui
p. 513-516

Texte intégral

1De toutes les monographies publiées sur le Tchad, cet ouvrage consacré au général Victor-Emmanuel Largeau tranche nettement par son caractère historique. Il rassemble les principaux rapports établis par cet officier commandant les Territoires Militaires du Tchad, au titre de ses quatre séjours successifs : 1902-1904 ; 1906-1908 ; 1911-1913 et enfin 1913-1915.

2Ce que nous découvrons ici c’est donc l’histoire de la conquête du Tchad, peu connue du grand public et encore moins des Tchadiens. En effet, peu d’ouvrages existent sur cette période. Dans notre pays, les lettrés en écriture arabe, en particulier les imams et les fakis, qui auraient pu relater certains événements importants contemporains de leur époque, s’intéressaient davantage à l’enseignement religieux qu’à l’histoire des hommes.

3Un siècle nous sépare très exactement des événements relatés ici. On aurait pu supposer qu’il existe un immense décalage entre cette époque apparemment lointaine et la nôtre. Mais nous découvrons à travers les documents tels que rapports, recensements et chiffres, ce qu’était notre pays il y a cent ans et nous percevons mieux l’héritage qui est le nôtre et que nous devons assumer aujourd’hui. Le regard de l’historien est nécessaire pour nous faire comprendre la complexité et les déchirements de notre vécu actuel.

4Un autre sentiment se fait jour : l’étonnement admiratif devant le courage, la motivation et la ténacité de ces pionniers, officiers et sous-officiers de marine partis à la conquête du Tchad pendant les dernières années du XIXe siècle et la première décennie du XXe. Parvenir dans ce nouveau territoire était déjà une aventure ! Et quel isolement était le leur, loin de leurs familles, sans grande possibilité de communiquer avec elles ni même avec la hiérarchie dont ils dépendaient. Partis à la conquête d’immensités parfois désertes, parfois parcourues par des bandes de guerriers hostiles, bien armés et jaloux d’une autorité qu’on leur enlevait, ces militaires embarqués dans une aventure à laquelle ils étaient peu préparés devaient assumer seuls d’énormes responsabilités, y compris la mise en place de l'administration coloniale.

5À travers ces pages d’histoire, nous comprenons que le pouvoir politique de l’époque ne leur apportait qu’un soutien fort limité et leur fournissait des moyens logistiques dérisoires. Ainsi, pourrait-on expliquer la mort de Bretonnet, du lieutenant Durant-Autier et de la quarantaine de tirailleurs sénégalais qui les accompagnaient, surpris le 17 juillet 1898 à Togbao, à une centaine de kilomètres au nord de Fort-Archambault, par une horde fortement armée du conquérant Rabah.

6Cette histoire contemporaine du Tchad débute avec Emile Gentil, le premier Français à naviguer sur le Chari et le lac Tchad et à planter, en août 1897, le pavillon français sur cette nouvelle colonie, devenue trois ans plus tard, exactement le 5 septembre 1900, “ Territoires Militaires et Protectorats du Tchad ”.

7La conquête française du Tchad fut difficile et jalonnée de nombreuses batailles. La première grande menace sérieuse rencontrée par les Français dans leur avancée fut Rabah. Venu du Soudan avec des troupes bien armées et aguerries à la suite de multiples combats et razzias, il ne fut vaincu qu’au bout de trois affrontements meurtriers, le dernier ayant lieu à Kousseri, le 22 avril 1900, où il trouva la mort de même que Lamy. Après la victoire remportée sur Rabah, les différents chefs militaires qui s’étaient succédé au Tchad à la suite d’Emile Gentil - Destenave, Largeau, Gouraud entre autres - ont mis plus de dix ans pour vaincre les Ouaddaïens à l’est et les Sénoussistes au nord. Les limites territoriales du Tchad telles qu’elles sont reconnues actuellement ne furent parachevées qu’après le rattachement du Tibesti en 1929.

8On s’aperçoit que le rôle joué par Largeau dans la création du Tchad a été considérable, tant sur le plan militaire et administratif que sur celui de la politique et de l’économie. Au niveau politique, il apparaît comme un visionnaire. À ses yeux, il aurait été hasardeux d’évacuer ce pays, sans doute pour une double raison : d’abord, afin d’éviter que les ennemis ouaddaïens et sénoussistes ne considèrent un tel départ comme une reculade et en second lieu pour que ne se reproduise pas un second Fachoda dans le Haut Nil, défaite qui avait mis fin en 1898 à la mission Marchand et permis aux Anglais de s’implanter dans la région en éliminant les Français. Il fut heureusement soutenu dans sa position par le ministre des Colonies, Gaston Doumergue, qui nota en marge sur l’un de ses premiers rapports : “ Travail intéressant, très bien fait. Il faut donner au commandant Largeau ce qu’il demande, dans la limite des crédits. Un échec dans ces régions aurait une portée incalculable ”. Nous savons par ailleurs, que son successeur, le commandant Gouraud, se fit l’apôtre de cette politique. Sans cette volonté et la fermeté de ces deux hommes, comment imaginer ce que seraient devenues les régions de ce bassin du lac Tchad alors dominées par des potentats éloignés de tous les courants progressistes qui soufflaient sur le monde depuis l’abolition de l’esclavage en 1848 ? Peut-être auraient-elles été colonisées par une autre puissance européenne, anglaise, allemande ou même turque, cette dernière ayant déjà implanté des postes à Gouro, Bardaï, Sherda dans le massif du Tibesti !

9À travers ces pages, ces rapports qui reflètent tant de difficultés sans que jamais ne soit entachée la volonté missionnaire de ces militaires, le travail qu’ils ont effectué avec si peu de moyens nous apparaît exemplaire. Mais nous cernons également les limites d’une telle entreprise parce que l’esprit de l’époque amenait à considérer les résultats en terme de conquête, donc de possession, et les populations en termes de gens à coloniser en faisant fi des données culturelles et tout simplement humaines. Cela explique en grande partie pourquoi la décolonisation a accouché d’un pays instable. En effet, même si sur un plan personnel des administrateurs se sont attachés à faire œuvre d’unité en cherchant à résoudre les nombreux problèmes liés aux complexités ethniques et religieuses, ce que nous, ex-colonisés, vivons actuellement nous démontre la fragilité politique de ces immenses territoires qui rassemblaient sous une même administration des populations aussi diverses dans leurs manières de vivre que dans leurs croyances.

10Quelques remarques :

11a - La conquête et la création du Tchad ont commencé avec l’arrivée d’Emile Gentil en 1897. C’est une œuvre collective à laquelle ont participé des officiers et sous-officiers courageux, dévoués, que l’on ne peut tous citer tant ils sont nombreux mais dont certains restent liés à l’histoire du Tchad. Outre Emile Gentil, Largeau, Lamy, Destenave, Gouraud, ce sont également Moll, Hilaire, Rivière, Figenschuh, Julien, Lenfant, etc… Le titre de l’ouvrage aurait pu refléter cette commune aventure militaire et politique. Ne pourrait-on l’intituler par exemple : “ Victor-Emmanuel Largeau et les artisans de la création du Tchad” ?

12b - Certaines appréciations m’apparaissent choquantes parce que superficielles et donnant un aspect faussé des réalités. Ainsi ce passage relevé page 59 : “ Les Dogorda (Toubou) ne se réunissent guère que pour la récolte des dattes ; ils habitent déjà la hutte quadrangulaire, basse et allongée faite de nattes soutenues par des branchages, caractéristique des nomades de cette région, trop paresseux pour tisser le poil de chameau. Les autres sont sédentaires, tels les Kanembous. Rien n’égale l’abrutissement et la fourberie de ces derniers ; la misère et les tribulations les ont complètement avilis ”.

13De tels jugements mériteraient des notes explicatives plus objectives, de nature ethnologique, ou devraient être supprimés pour ce qu’il drainent de mépris.

14c - En dépit d’une note explicative sur la signification du terme “ kirdi ”, ce mot apparaît encore dans de nombreux paragraphes réservés au recensement pour désigner telle ou telle ethnie. Sans dénaturer les documents, des notes explicatives là aussi s’imposent.

15d - En lisant cet ouvrage, nous sommes surpris de constater que les sérieux problèmes qu’a connus le Tchad dans les années 60 s’étaient déjà produits au début du XXe siècle pendant l’occupation française. Tel est par exemple celui provoqué par la perception de l’impôt. En 1910, un certain faki Erbih fut à l’origine de la révolte des Kodoïs au Ouaddaï comme en 1965 un autre faki, Abdoulaye, provoqua celle des Moubis pour des raisons similaires. L’Histoire se répète, dit-on, ou bégaie parce que finalement les hommes ne changent pas et que les mêmes causes provoquent les mêmes effets !

16e - Sur les cartes des pages 216 et 222, la position d’Aïn-Galakka est mentionnée, une fois au Sud-Ouest de Faya, et une autre fois au Nord-Ouest de cette localité.

17f - En matière d’organisation des circonscriptions administratives : p.127, la localité de Léré est portée sous la rubrique Moyen-Logone au lieu de l’être sous celle du Mayo-Kebbi.

18g - Dans la localité du Mayo-Kebbi, p. 130, la subdivision de Fianga est peuplée à la fois des Toubouris et de Moussayes. Le terme “ banana ” signifie simplement en Massa, tout comme en Moussaye : camarade.

19h - La division en chapitres de l’ouvrage ne fait pas apparaître de façon claire l’action des autres chefs militaires qui ont précédé Largeau ou lui ont succédé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Bangui, « LARGEAU, Victor-Emmanuel, À la naissance du Tchad, 1903-1913 », Journal des africanistes, 74-1/2 | 2004, 513-516.

Référence électronique

Antoine Bangui, « LARGEAU, Victor-Emmanuel, À la naissance du Tchad, 1903-1913 », Journal des africanistes [En ligne], 74-1/2 | 2004, mis en ligne le 05 avril 2007, consulté le 23 mai 2017. URL : http://africanistes.revues.org/369

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org