Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

White Bob W., Yoka Lye M. (dir.), 2010, Musique populaire et société à Kinshasa. Une ethnographie de l’écoute

Paris, L’Harmattan, 290 p
Sarah Demart
p. 349-350
Référence(s) :

White Bob W., Yoka Lye M. (dir.), 2010, Musique populaire et société à Kinshasa. Une ethnographie de l’écoute, Paris, L’Harmattan, 290 p

Texte intégral

1L’ouvrage collectif dirigé par Lye Mudaba Yoka et Bob White sur la musique populaire et la société kinoise (de Kinshasa) est tout simplement fabuleux. Il montre à quel point la musique est un reflet et un moteur du changement social. Ainsi, nous disent les auteurs, la chanson permet-elle aux Kinois de transmettre des messages aux autres comme de se situer en tant qu’être social, politique et moral. Sur base de ce constat, l’« ethnographie de l’écoute » déployée a pour terrain : la réception de la musique dans l’espace urbain kinois, et ses extensions diasporiques, et pour objet : les rapports entre musique, identité urbaine et pouvoir.

2Une dizaine de chercheurs évoluant à Kinshasa et à Montréal sont mobilisés, ainsi qu’une réflexion épistémologique d’une redoutable exigence. Le premier chapitre restituant les conditions de l’enquête et la démarche ethnographique de cette « collaboration » multi-située, est tout à fait passionnant et fondamental. Car il s’agit non seulement d’amener à la visibilité un objet peu considéré, la dimension sociale de la musique populaire et sa réception dans un espace urbain africain, mais aussi de rendre clairement perceptible la complexité du dispositif de recherche. La réflexivité épistémologique avec laquelle la démarche collaborative, et l’évolution de la relation entre les chercheurs du nord et du sud, sont restituées est sans concession ni complaisance, prenant acte de la potentialité idéologique de tout cadre empirique, au-delà des proclamations de neutralité ou d’universalisme.

3S’en suivent une dizaine d’articles développant sous différents angles le lien entre musique populaire et société kinoise. Venant d’horizons aussi divers que l’anthropologie, la communication sociale, les arts populaires, la gestion et l’animation culturelle ou la sémiologie, les auteurs examinent les données recueillies entre 2001 et 2005 à partir d’une ethnographie de l’écoute qui mêle observation participante, focus group et entretiens.

4La place de la musique populaire dans la société kinoise est alors successivement appréhendée sous l’angle des identités générationnelles, des chanteurs comme du public (Serge Makobo), du regard des jeunes kinois sur les musiciens « chrétiens », issus des Églises de réveil d’obédience pentecôtiste (Jean Liyongo Empengele), de la « monotonie » dans la musique moderne congolaise et des incompréhensions intergénérationnelles qu’elle engage (Doudou Madoda), du genre et de la place des femmes, comme artistes ou dans le cadre de l’enquête (Jean-Claude Diyongo), de l’Europe dans la chanson congolaise (John Nimis), des enjeux de l’oralité dans la musique congolaise moderne, telle l’expansion du libanga, ou dédicace (Serge Makobo), de la prise de conscience politique par l’écoute de la musique (Bob White), du rapport entre musique et pouvoir (Lye M. Yoka), du lien entre musique et moralité, ou transgression des normes morales (Thierry Nlandu) et enfin de la place que les artistes sont invités à reconquérir, celle d’un paradis perdu à l’image de la rumba congolaise au carrefour de la société (Lupwishi Mbuyamba).

5Cet ouvrage, on l’aura compris, est mosaïque et constitue une formidable entrée pour comprendre la société kinoise de l’intérieur et dans ses extensions ou reflexions diasporiques. D’autant que parmi les dynamiques sociales décrites, certaines similitudes emergent dans la comparaison que le lecteur peut faire avec d’autres champs, notamment religieux.

6En l’occurrence, la mise à distance des Eglises de réveil par les interviewés, voire par les chercheurs, à l’instar de la société globale, n’épuisent pas le fait de discours communs, concernant par exemple l’ailleurs européen. Chantée par les musiciens, louée par les pasteurs, l’Europe est dès les années 1980 constituée en lieu de distinction incontournable, traçant des routes migratoires, notamment vers Paris et Bruxelles, qui marqueront de façon durable la géographie diasporique congolaise.

7On pourrait aussi s’étendre sur le discours post-mobutiste, transversal au sein de la société congolaise, et ses extensions diasporiques, d’une nécessaire remoralisation de la vie publique. Une remoralisation qui tout en mettant en concurrence de manière parfois virulente “musique chrétienne” et “musique du monde” donne à voir une certaine étanchéité. En témoignent les conversions d’un papa Wemba ou la reprise fréquente des rythmes “païens” durant le culte d’adoration des Eglises de réveil. Le projet visant à rendre compte de la dimension sociale de la musique populaire à Kinshasa est donc non seulement pleinement abouti mais riche de perspectives, y compris programmatiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Demart, « White Bob W., Yoka Lye M. (dir.), 2010, Musique populaire et société à Kinshasa. Une ethnographie de l’écoute », Journal des africanistes, 83-1 | 2013, 349-350.

Référence électronique

Sarah Demart, « White Bob W., Yoka Lye M. (dir.), 2010, Musique populaire et société à Kinshasa. Une ethnographie de l’écoute », Journal des africanistes [En ligne], 83-1 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3680

Haut de page

Auteur

Sarah Demart

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org