Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Van Beek Walter, Schmidt Annette (ed.), 2012, African Hosts and Their Guests : Cultural Dynamics of Tourism

Woodbridge, James Currey, 352 p.
Marie-Aude Fouéré
p. 347-348
Référence(s) :

Van Beek Walter, Schmidt Annette (ed.), 2012, African Hosts and Their Guests : Cultural Dynamics of Tourism, Woodbridge, James Currey, 352 p.

Texte intégral

  • 1 V. Smith, 1989, Hosts and Guests, The Anthropology of Tourism, Oxford, Basil Blackwell.
  • 2 V. Smith, 2001, Hosts and Guests Revisited, Washington, Cognizant Communication Corporation.
  • 3 D. MacCannell, 1992, Empty Meeting Grounds, The Tourist Papers, London, Routledge.
  • 4 D. MacCannell, 1976, The Tourist. A New Theory of the Leisure Class, London, MacMillan.
  • 5 A. Haley, 1976, Roots : The Saga of an Amerian Family, Garden City, NY, Doubleday.

1En référence aux titres de plusieurs ouvrages qui ont, si ce n’est signé l’acte naissance du sous-champ des études sur le tourisme dans le monde anglo-saxon, en tout cas fortement contribué à légitimer le tourisme comme objet d’étude pertinent au niveau mondial (Hosts and Guest de Valene Smith, qui préface ici l’ouvrage, paru en 19891,et Hosts and Guest Revisited de Valene Smith et Maryann Brent, paru en 20012), l’ouvrage de Walter van Beek et Annette Schmidt intitulé African Hosts and their Guests revisite la question de l’impact du tourisme sur les sociétés d’accueil, ici africaines, et des possibilités et des limites de la rencontre avec l’Autre, surdéterminée par les imaginaires attachés à l’Afrique et les conditions concrètes du voyage. L’Afrique resterait-elle un territoire pour touristes du Nord en quête d’authenticité, d’exotisme et de grands espaces ? L’ouvrage répond positivement à cette question d’entrée de jeu, rappelant la fascination qu’exerce le continent pour des visiteurs héritiers du tournant romantique européen du XXe siècle, avec son esthétisation de la nature, et des imaginaires de l’indigène issus de la colonisation. Ces imaginaires, reconduits dans les pratiques contemporaines de tourisme culturel qui se veulent plus proches de l’Autre, mais parfois aussi plus proche de Soi comme le montre le cas du tourisme dit des racines (roots tourism) associé à l’esclavage, prennent place dans le cadre de relations de pouvoir asymétriques entre visiteurs et visités qui tendent à reconduire, à plus grande échelle, une situation de dépendance des sociétés africaines à l’égard du Nord. Ce cadre théorique posé dans l’introduction prend corps dans deux concepts clés dans les études sur le tourisme, ici réappropriés, celui de regard touristique (tourist gaze) et de bulle touristique (tourist bubble), manière de voir et manière de faire les unes imprégnées de représentations et d’attentes, les autres encadrées par les infrastructures et les intermédiaires touristiques. L’introduction, malheureusement, reste évasive sur les questionnements centraux poursuivis dans cet ouvrage, et leur originalité par rapport aux autres productions écrites sur le tourisme en Afrique, et sur le tourisme en général, de plus en plus nombreuses. Elle l’est aussi sur le cadre théorique adopté qui aurait dû constituer le ciment de contributions abordant des thèmes très variés. Elle peine à trouver un juste équilibre entre un schéma qui s’annonce binaire entre hégémonie et résistance, mais qui, quelques pages plus loin, est remis en question à travers l’idée que la rencontre touristique est une zone de négociation au travers de laquelle se forgent des identités et des subjectivités, individuelles et collectives – celle des hôtes aussi bien que celles des touristes. Les auteurs semblent parfois faire un usage rigide des catégories de visiteurs et de visités, alors même que la porosité de la « bulle touristique » est soulignée et que la recherche de points de passage entre les uns et les autres semble caractériser les nouvelles formes de tourisme, certes marginales, à savoir le tourisme « culturel », « éthique », « solidaire » ou « responsable », souvent à mi-chemin entre loisir et engagement pour le développement, ou le tourisme de mémoire apparenté à des formes de pèlerinage. L’ouvrage oscille donc entre d’un côté, le paradigme classique des études antérieures sur l’impact (destructeur) du tourisme et les effets de domination, qui traite de l’expérience touristique comme d’un « lieu de rencontre vide » (empty meeting place, MacCannell, 1992)3, un espace où l’authenticité est toujours jouée (staged authenticity, MacCannell 1976)4 et un monde où le touriste reste enfermé dans une bulle aux mains des agents du tourisme, et de l’autre, un nouveau paradigme en émergence dans les plus récents travaux sur le tourisme qui mettent l’accent sur les zones de contact, les points de passage, les transformations des subjectivités des acteurs impliqués dans l’expérience touristique. Les contributions reflètent cette mosaïque théorique et thématique un peu dépareillée, tout en étant chacune très stimulante. On passe du cas des danses de masques Dogon au Mali (van Beek) au tourisme des racines et de patrimoine au Ghana et en Afrique du Sud (Warren & MacGonagle, Kessel), des parcs, des grands espaces et des populations reculées du Kenya, de Namibie, du Botswana, du Sahara ou d’Afrique du Sud (Wijngaarden, Koot, Finlay & Barnabas, Mbaiwa) aux pratiques de visite alternatives au Kenya, en Gambie et au Ghana (Swan, von Egmond, Steegstra) où s’insère la question du tourisme sexuel (Kibicho, McCombes). Il est dommage que certaines contributions passent à côté de travaux de référence sur les thèmes qu’ils traitent, dont les réflexions auraient pu alimenter leur démarche, comme celle sur le tourisme des racines au Ghana sur les pas du roman Roots d’Alex Haley5, ou celle sur le tourisme sexuel au Kenya, qui rate la dimension intersubjective de ces pratiques de l’intime prise dans un écheveau de relations de pouvoir. Alors que des sujets moins classiques figurent de manière intéressante dans l’ouvrage, tel le tourisme routard (backpacking), le thème du tourisme domestique africain est singulièrement absent. Cet ouvrage, dans son ensemble, n’en constitue pas moins un panorama très instructif sur la multiplicité des pratiques touristiques en Afrique et des enjeux forts que celles-ci soulèvent.

Haut de page

Notes

1 V. Smith, 1989, Hosts and Guests, The Anthropology of Tourism, Oxford, Basil Blackwell.

2 V. Smith, 2001, Hosts and Guests Revisited, Washington, Cognizant Communication Corporation.

3 D. MacCannell, 1992, Empty Meeting Grounds, The Tourist Papers, London, Routledge.

4 D. MacCannell, 1976, The Tourist. A New Theory of the Leisure Class, London, MacMillan.

5 A. Haley, 1976, Roots : The Saga of an Amerian Family, Garden City, NY, Doubleday.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Aude Fouéré, « Van Beek Walter, Schmidt Annette (ed.), 2012, African Hosts and Their Guests : Cultural Dynamics of Tourism », Journal des africanistes, 83-1 | 2013, 347-348.

Référence électronique

Marie-Aude Fouéré, « Van Beek Walter, Schmidt Annette (ed.), 2012, African Hosts and Their Guests : Cultural Dynamics of Tourism », Journal des africanistes [En ligne], 83-1 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3677

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org