Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Tourneux Henry, avec la collaboration de Abdoulaye Boubakary et Konaï Hadidja, 2011, La transmission des savoirs en Afrique. Savoirs locaux et langues locales pour l’enseignement

Paris, Karthala, Coll. Dictionnaires et langues, 304 p.
Nathalie Bonini
p. 345-346
Référence(s) :

Tourneux Henry, avec la collaboration de Abdoulaye Boubakary et Konaï Hadidja, 2011, La transmission des savoirs en Afrique. Savoirs locaux et langues locales pour l’enseignement, Paris, Karthala, Coll. Dictionnaires et langues, 304 p.

Texte intégral

1Comme d’autres publications de ce linguiste spécialiste des langues africaines et des savoirs traditionnels, cet ouvrage se situe à l’articulation entre la recherche et son application, ici dans le cadre scolaire. Contrairement à ce que peut suggérer le titre de l’ouvrage, il ne s’agit pas d’une analyse de la façon dont les savoirs se transmettent en Afrique, mais de la présentation d’une méthode scientifique de recueil et de transmission de quelques savoirs locaux du nord du Cameroun – terrain de recherche et d’expérimentation de l’auteur depuis de nombreuses années. Son objectif est ainsi de mettre la science au service de l’éducation et de contribuer à la réflexion sur l’usage des langues africaines à l’école. En dehors de son intérêt intrinsèque, l’apprentissage des savoirs locaux représente en effet une opportunité de développer l’enseignement en langue vernaculaire « véhicule privilégié de l’enseignement des savoirs locaux » (p 35) dans la mesure où celle-ci n’est plus alors seulement utilisée comme outil de traduction de programmes conçus et rédigés en français ou en anglais, mais constitue le support même de ces savoirs. La majeure partie de ce travail didactique à destination des enseignants qui souhaiteraient s’engager dans cette aventure pédagogique est ainsi présentée en deux langues : français et fulfulde (langue peule largement parlée dans le nord du pays).

2L’ouvrage, qui suit la méthode imaginée par l’auteur pour le recueil et la transmission d’un certain nombre de savoirs qu’il préfère qualifier de « locaux » plutôt que d’ « endogènes » ou de « traditionnels », se divise en trois parties. La première propose une présentation scientifique des langues et savoirs locaux au Cameroun. Le premier chapitre est consacré aux langues camerounaises, à leur rapport avec le français, ou plutôt les français, faisant ici référence à la présence et à la propagation de variétés de français locales, éloignées de la norme écrite. S’il souligne leur richesse sur le plan linguistique, l’auteur n’en déplore pas moins l’utilisation de ces variétés de français à l’école du fait de leur caractère trop local pour offrir l’ouverture sur l’extérieur que permet la connaissance du français standard et trop imprécis par rapport aux langues africaines locales pour servir avec rigueur l’enseignement. Le deuxième chapitre est dédié aux savoirs locaux de la région : après avoir dressé un état des lieux de la connaissance sur ces savoirs, l’auteur plaide pour l’intégration de certains d’entre eux dans le curriculum non plus selon le mode folklorisant qui domine actuellement l’enseignement de ces savoirs à l’école mais en tant qu’éléments de connaissance en eux-mêmes. Ce chapitre se clôt par la présentation de deux expériences pédagogiques réalisées dans deux écoles – rurale et urbaine – l’une considérée comme réussie et l’autre non. Le troisième chapitre de cette première partie présente la méthode de recueil des informations scientifiques sur les savoirs locaux. Recueillies en fulfulde, ces données sont traduites en français de façon à ce qu’elles soient utilisables par des enseignants qui ne maîtriseraient pas le fulfulde. Des indications méthodologiques sont également prodiguées sur la conduite des interviews et la rédaction bilingue. Tous les protocoles de la recherche scientifique sont ainsi pensés et détaillés. L’auteur propose ensuite un plan préparatoire pour des interviews sur quelques savoirs locaux jugés les plus pertinents à transmettre dans le cadre scolaire (essentiellement liés à la faune et à la flore). L’orientation résolument scientifique et non folkloriste de l’auteur ainsi que sa volonté de ne pas provoquer de tensions entre les élèves et leurs parents l’amène à délaisser les savoirs touchant à l’ésotérisme, la magie ou la foi religieuse pour leur préférer ceux ayant trait au milieu naturel et aux activités humaines. Cette première partie se clôt par la présentation en français et en fulfulde de deux exemples d’interviews sur le sorgho repiqué, l’une en saison des pluies et l’autre en saison sèche.

3La deuxième partie, entièrement bilingue, est consacrée au recueil et à la transmission de savoirs. Sont ainsi présentées six leçons sur les savoirs locaux choisis : 1) les saisons, 2) le caïlcédrat (grand arbre de la région connu sous le nom français d’ « acajou du Sénégal »), 3) le protoptère (anguille), 4) le nom des plantes et ce qu’ils nous apprennent, 5) la chauve-souris, 6) le sorgho repiqué. Le choix de ces six savoirs est motivé par le fait qu’ils sont largement connus et/ou pratiqués dans la région et pour certains d’entre eux, très bien documentés dans différentes langues (locales ou français) comme en témoignent les références bibliographiques. Toutes proposées en français et en fulfulde, ces leçons suivent un schéma identique : une première partie consacrée à la description des saisons, des plantes ou des animaux, une autre davantage centrée sur leurs usages ou les activités annexes que ces savoirs permettent, puis pour certains d’entre eux, la présentation de proverbes ou de chansons. Enfin, des questions de synthèse terminent chaque leçon, le tout étant illustré par de nombreuses planches photographiques et dessins.

4Bien plus qu’une simple bibliographie indicative, la dernière partie qui porte sur la documentation est considérée comme un outil didactique au même titre que les leçons qui la précèdent. Elle constitue en effet une source de connaissances indispensable à la réalisation de ce projet de transmission des savoirs locaux. L’auteur y réserve une place particulière aux nombreuses références du réseau Méga-Tchad. De même, pour compléter les sources d’informations, varier les supports et rendre l’apprentissage de ces savoirs locaux plus concret, un DVD présente deux films (de 25 et 13 minutes) sur deux savoirs locaux liés au sorgho. Le premier, sur le sorgho repiqué, détaille la chaîne opératoire de cette activité de culture, de la fabrication des semis au stockage en passant par la récolte et les battages. Le deuxième porte sur la confection des boules de sorgho, base de l’alimentation des habitants de la région. Ces deux films sont eux aussi en version française et fulfulde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Bonini, « Tourneux Henry, avec la collaboration de Abdoulaye Boubakary et Konaï Hadidja, 2011, La transmission des savoirs en Afrique. Savoirs locaux et langues locales pour l’enseignement », Journal des africanistes, 83-1 | 2013, 345-346.

Référence électronique

Nathalie Bonini, « Tourneux Henry, avec la collaboration de Abdoulaye Boubakary et Konaï Hadidja, 2011, La transmission des savoirs en Afrique. Savoirs locaux et langues locales pour l’enseignement », Journal des africanistes [En ligne], 83-1 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3674

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org