Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Schlee Günther, A. Shongolo Abdullahi, 2012, Pastoralism and Politics in Northern Kenya and Southern Ethiopia

Woodbridge & New-York, James Currey / Boydell & Brewer, 178 p.
Catherine Baroin
p. 342-344
Référence(s) :

Schlee Günther, A. Shongolo Abdullahi, 2012, Pastoralism and Politics in Northern Kenya and Southern Ethiopia, Woodbridge & New-York, James Currey / Boydell & Brewer, 178 p.

Texte intégral

1Les sociétés pastorales africaines traversent depuis des décennies, à des degrés divers, de terribles crises qui menacent la survie de certaines. Cette situation globalement dramatique a suscité d’innombrables études qui pointent vers une pluralité de causes, d’ordre politico-économique bien plus que simplement climatique. On s’étonne donc de la phrase provocatrice par laquelle débute cet ouvrage, sous la plume de Günther Schlee, éminent spécialiste des Rendille du Nord-Kenya et plus largement des pasteurs d’Afrique de l’Est : « Il n’y a pas lieu de s’inquiéter sur l’avenir du pastoralisme » (« There is no need to worry about the future of pastoralism »). En effet, remarque-t-il, environ un tiers de la surface du globe et les deux tiers de l’Afrique sont impropres pour toute autre forme de production alimentaire. Le pastoralisme est donc nécessairement voué à un brillant avenir. Brillant ? Certes, mais la question est de savoir à qui appartiendront les animaux. Ainsi le ton est-il donné. Suit un bilan, très pertinent, de la situation générale des pasteurs, notamment d’Afrique de l’Est, et des difficultés auxquelles ils sont confrontés. À cette lecture, les spécialistes d’autres sociétés pastorales africaines se sentiront en terrain connu, car les pasteurs souffrent des mêmes problèmes d’un bout à l’autre de l’Afrique : dénigrement, marginalisation, etc.

  • 1 Krätli, Saverio, 2006, Cultural Roots of Poverty ? Education and Pastoral Livelihood in Turkana and (...)

2Schlee pourfend tout d’abord un certain nombre d’idées reçues, d’images négatives trop largement répandues qui collent à la peau des nomades. Citant Krätli1, il souligne que les pasteurs sont bien moins arriérés qu’on ne le pense généralement, et qu’ils sont même très rapides à adopter les innovations lorsqu’elles leur sont utiles, le téléphone portable par exemple. Ils sont moins pauvres qu’on ne le dit souvent, car les calculs de revenus ne tiennent pas compte du lait et de la viande de leurs troupeaux qui entrent directement dans leur alimentation. Loin d’être « primitive », poursuit l’auteur, la mobilité pastorale elle-même doit être considérée au contraire comme une spécialisation sophistiquée dans une économie agropastorale mixte. En effet l’idée a longtemps prévalu que, sur l’échelle de l’évolution des sociétés humaines, les pasteurs arrivaient nécessairement en seconde position après les chasseurs-cueilleurs, du fait que leur économie était plus « primitive » que l’agriculture. Mais dans le monde scientifique, on admet maintenant au contraire que l’économie pastorale n’est pas antérieure à l’agriculture, pour un ensemble de raisons qu’évoque rapidement Schlee qui résume ainsi la question : « animals cannot be domesticated by hunting them » (p. 9).

3Après cela, ce sont des dogmes introduits par les Britanniques à la période coloniale qui sont dénoncés à leur tour, et le propos est d’autant plus pertinent que ces dogmes font encore autorité de nos jours, même dans le monde savant des spécialistes du pastoralisme. L’auteur s’attaque à deux notions qui paraissent aller de soi, celles de « surpâturage » et de « carrying capacity ». Chacun sait qu’il y a surpâturage dès que la « carrying capacity » du milieu naturel est dépassée, c’est-à-dire quand le nombre d’animaux est trop élevé par rapport à ce que le couvert herbacé peut nourrir. Il importe alors de « déstocker », de limiter la quantité de bétail sur une zone donnée, comme se sont efforcés de le faire les Britanniques au Kenya. Or, nous dit Schlee, des écologistes ont montré que dans les zones semi-arides du Nord Kenya la régénération du pâturage n’a pas grand rapport avec le nombre d’animaux qui ont pâturé l’année précédente, mais qu’elle est par contre directement corrélée avec le niveau de pluviométrie annuel (p. 10). Il est clair que le besoin de déstocker du bétail ne se comprend que par rapport à un territoire donné, dont la « carrying capacity » serait menacée. Ces concepts ne se conçoivent que dans le cadre de la « territorialisation » des espaces pastoraux, c’est-à-dire de la restriction apportée à la mobilité des pasteurs, chaque groupe étant astreint à un espace distinct. C’est dans ces conditions seulement que la « carrying capacity » prend un sens. Les mesures visant à réduire la mobilité des pasteurs, à « territorialiser » les espaces pastoraux dans le but de mieux contrôler les nomades ne se limitèrent pas au Kenya et leurs conséquences néfastes se constatent, à des degrés divers, dans toutes les économies pastorales du Sénégal jusqu’à la mer Rouge. Cependant la situation évolue et quelques progrès sont sensibles, comme le note Schlee. Il remarque que les codes pastoraux de Mauritanie et du Mali reconnaissent et protègent désormais le droit à la mobilité des pasteurs. Il s’agit d’un revirement complet par rapport aux politiques antérieures (sans même parler des multiples tentatives de sédentarisation des nomades), dont on peut espérer qu’il sera suivi d’effet.

  • 2 Un ouvrage au moins fait exception, Paul T. Baxter et Richard Hogg (eds), 1990, Property, Poverty a (...)
  • 3 Voir à ce propos Baroin, C. 2008. La circulation et les droits sur le bétail, clés de la vie social (...)

4Un autre point capital, trop souvent passé sous silence dans la littérature spécialisée2, est la question de la propriété du bétail. Celle-ci fait l’objet de droits complexes dans les sociétés en cause, et Schlee souligne qu’il importe d’étudier ces droits avant de vouloir tout changer (p. 15-17). Je ne saurais, pour ma part, que souscrire pleinement à ce point de vue3. Sous le même sceau du bon sens est abordée la question non moins importante du genre. Comme le note l’auteur, les femmes en milieu pastoral sont toujours économiquement prises en charge par un homme, mari ou parent, et il est donc moins essentiel pour elles que pour les hommes de posséder du bétail. Mais dans ce monde musulman, elles ne reçoivent le plus souvent rien en héritage, contrairement aux règles de la sharia. Pour améliorer les droits de ces femmes, il serait donc plus efficace de faire appel au droit musulman plutôt que de vouloir introduire un concept totalement étranger, celui d’égalité des droits entre hommes et femmes, trop éloigné des réalités locales pour avoir la moindre chance d’être accepté (p. 17).

5Cette tonique introduction est suivie de deux gros chapitres qui, sous la plume des deux auteurs, décrivent les épisodes politiques qui ont affecté les sociétés pastorales du Nord du Kenya, le premier pendant la présidence de Daniel Arap Moi (1978-2002), le second pour la période qui suivit (2002-2007). Les détails du jeu politique sont retracés avec une grande précision, le processus de territorialisation des ethnies faisant l’objet d’une attention particulière. Ces descriptions événementielles détaillées, toutefois, intéresseront davantage les Kényans, les spécialistes du pastoralisme Est-africain et les politologues qu’un public plus général.

6L’ouvrage s’achève sur des perspectives comparatives, des conclusions et des recommandations de Günther Schlee. Les recommandations nous sont familières. Elles visent une meilleure insertion politique des nomades, en particulier par la mise en place d’écoles nomades, et l’amélioration de leur situation sanitaire, mesures qui ressemblent beaucoup à ce qui a pu être préconisé ailleurs. Malheureusement la distance est grande, ici comme ailleurs, entre ce qu’il serait souhaitable de faire et ce qui est effectivement réalisé. L’auteur dénonce, de plus, la « spirale de corruption » qui règne au Kenya (p. 146), laquelle n’est guère susceptible de favoriser le sort des nomades. Mais ce qui frappe surtout le lecteur, c’est l’amertume de l’ethnologue en fin de carrière (le premier ouvrage de Schlee date de 1979, soit plus de trente ans) devant le désastre d’une nouvelle sécheresse (en 2009) qui a provoqué la déliquescence brutale de la société qu’il a si longtemps étudiée. Il constate la perte quasi totale du bétail (p. 151). Le tableau est sinistre. Les hyènes sont parties (faute d’animaux à se mettre sous la dent). Même les charognards ont cessé de tournoyer dans le ciel (p. 153). « No grass. No food. No life. But lots and lots of politics » (p. 162).

7C’est sur une note d’espoir cependant qu’il s’efforce de conclure. Un régime vraiment démocratique, auquel participeraient pleinement des pasteurs scolarisés, serait la meilleure solution à tous ces problèmes. Services mobiles d’éducation, de santé, de sécurité, services vétérinaires, de justice, voici ce qu’un État vraiment attentif au bien-être de ses citoyens, pasteurs inclus, devrait leur apporter, dans le respect de la liberté de mouvement et des stratégies très élaborées d’exploitation de milieux marginaux qui sont le propre des pasteurs.

Haut de page

Notes

1 Krätli, Saverio, 2006, Cultural Roots of Poverty ? Education and Pastoral Livelihood in Turkana and Karamoja. In Caroline Dyer (ed.), The Education of Nomadic Peoples : Current Issues, Future Prospects. Oxford, New York, Berghahn Books : 120-140.

2 Un ouvrage au moins fait exception, Paul T. Baxter et Richard Hogg (eds), 1990, Property, Poverty and People : Changing Rights in Property and Problems of Pastoral Development. Manchester : Department of Social Anthropology and International Development Centre.

3 Voir à ce propos Baroin, C. 2008. La circulation et les droits sur le bétail, clés de la vie sociale chez les Toubou (Tchad, Niger), Journal des africanistes 78 (1-2) : 120-142.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Baroin, « Schlee Günther, A. Shongolo Abdullahi, 2012, Pastoralism and Politics in Northern Kenya and Southern Ethiopia », Journal des africanistes, 83-1 | 2013, 342-344.

Référence électronique

Catherine Baroin, « Schlee Günther, A. Shongolo Abdullahi, 2012, Pastoralism and Politics in Northern Kenya and Southern Ethiopia », Journal des africanistes [En ligne], 83-1 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3671

Haut de page

Auteur

Catherine Baroin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org