Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

KAWADA, Junzo, Genèse et dynamique de la royauté : les Mosi méridionaux (Burkina Faso)

Paris, L’Harmattan, « Études africaines », 2002, 396&bnsp;pages
Benoît Beucher
p. 510-513

Texte intégral

1La publication de la thèse soutenue en 1979 par l’anthropologue japonais Junzo Kawada nous invite à ouvrir les portes du royaume méridional de Tenkodogo, dans l’actuel Burkina Faso, une des plus importantes formations politiques des Moosé (ou Mossi, Moaga au singulier), avec celui de Ouagadougou (au centre) et du Yatenga (au nord). Après avoir consacré ses premiers travaux à l’étude du Moogo central, cet auteur japonais s’est penché sur un État qui nous ramène aux origines des États moosé tout en dressant une histoire comparative de ces royaumes avant la conquête française, réalisée à la fin du XIXe siècle. Ajoutons à cela que cette étude est nourrie par une moisson d’informations orales recueillies entre 1963 et 1968 en Haute-Volta, c’est-à-dire au moment même où la chefferie subissait de plein fouet les attaques de l’État “ moderne ” naissant.

2Le fonctionnement des institutions politiques moosé à l’époque précoloniale avait essentiellement été mis en lumière par les importants travaux de Michel Izard relatifs au Yatenga. Comme l’ont remarqué à juste titre Izard et Kawada, le Moogo n’est pas l’univers homogène et “ unitaire ” que la littérature coloniale a dépeint, mais un espace où les faits politiques et sociaux revêtent une réelle diversité, si bien que l’étude d’un de ses royaumes ne peut rendre compte du fonctionnement de l’ensemble. On ne peut ignorer non plus le monde nord-ghanéen occupé par des populations apparentées aux Moosé : les Mamprusi, Dagomba et Nanumba. En effet, par leur organisation sociale et politique, ces sociétés ont préfiguré ce qu’a été le Moogo ancien. La mise en relation de leur histoire avec celle des Moosé semble par conséquent évidente. Cependant, à l’époque coloniale, ces populations au passé commun ont été séparées par la frontière délimitant les colonies anglophones de Gold Coast (Ghana) et francophones de Haute-Volta (Burkina Faso). Cette frontière est non seulement politique mais aussi intellectuelle, si l’on considère le fait que les chercheurs des deux ensembles linguistiques ne l’ont guère traversée.

3Mais pénétrons au cœur de l’ouvrage. D’entrée de jeu, Kawada fait part de ses réflexions quant à la difficulté d’établir l’histoire de cette région à partir des matériaux oraux. C’est que le chercheur ne peut faire abstraction des déformations historiques inévitables après un demi-siècle de domination coloniale et donc de dénaturation du pouvoir : l’histoire orale “ est toujours actualisée dans le présent ” (p. 66.) Mais, dans un deuxième chapitre, l’auteur nous livre les voies qu’il a suivies pour contourner cet écueil.

4Junzo Kawada présente ainsi une source orale majeure bien que difficilement exploitable : la chronologie dynastique. Tout en s’entourant de précautions méthodologiques, l’auteur insiste sur la nécessité de rendre compte à la fois des modalités de son élaboration et de sa transmission. Kawada nous suggère de mettre en sourdine notre désir de datation absolue et de nous attacher davantage à l’analyse dynamique de la royauté.

5Dans le troisième chapitre, l’auteur déconstruit méticuleusement le mythe d’origine des formations politiques moosé – et non moosé – au moyen d’une analyse comparative des chronologies dynastiques élaborées à Ouagadougou ainsi qu’à Tenkodogo. Cette analyse met en lumière les liens tissés entre les royaumes nord-ghanéens et les royaumes moosé.

6Dans le chapitre suivant, on apprend que la tradition de Ouagadougou a expliqué avec une ‘trop grande logique’ la place qu’aurait occupée le royaume de Tenkodogo dans la formation des espaces politiques moosé. Kawada remet en cause l’hypothèse probablement élaborée à l’époque coloniale dans l’entourage des chefs selon laquelle les Moosé seraient partis de Gambaga (pays mamprusi) pour Tenkodogo avant de s’établir à Ouagadougou.

7En effet, la tradition dominante à la cour du Moogo naaba (le chef- naaba, nanamsé au pluriel- du royaume de Ouagadougou), nous apprend que Naaba Wedraogo, l’ancêtre-fondateur des Moose, est issu de l’union d’une princesse de Gambaga, Yenenga, et d’un chasseur d’éléphant, Riyaare. Ce même Naaba Wedraogo se serait installé sur une terre qu’il aurait nommé “ Tenkodogo ” ou “ vieille terre ”. Mais Kawada se demande pourquoi nommer ainsi un lieu où le héros vient tout juste de s’installer. En réalité, Tankudgo signifierait “ vieille maison ”, ce qui rend plus problématique les rapports entre les royaumes de Ouagadougou et de Tenkodogo. Par ailleurs, selon la tradition dominante, Naaba Wedraogo aurait eu un fils nommé Zungrana, considéré comme le premier chef de Tenkodogo, et donc comme l’ancêtre de la dynastie actuelle des Tenkodogo nanamse. Or, aucune tradition des Moosé méridionaux ne corrobore cette version. Bien plus, on peut même douter de l’historicité de ce Zungrana. Enfin, Kawada émet l’hypothèse que, d’une part les liens entre Gambaga et les Moosé centraux auraient été directs et ne seraient pas passés par l’intermédiaire de Tenkodogo, et que, d’autre part, la dynastie actuelle des chefs de Tenkodogo ne peut avoir précédé la naissance des autres formations moosé.

8Reste à rendre compte des conditions et des modalités de la domination politique au sein de ces sociétés. Un premier chapitre analyse le vocabulaire politique afin d’épurer nos connaissances des diverses ‘contaminations’ héritées de la période coloniale, cette démarche constituant un préalable à la découverte des rapports qu’entretenaient ces populations avec le pouvoir.

9Ces rapports sont examinés à la lumière des institutions politiques des Moosé centraux qui permettent de faire le lien avec le reste du Moogo, mais aussi de mettre en évidence ce qui semble faire la particularité de la région étudiée. Ainsi apprend-on qu’à la différence du royaume de Ouagadougou, les Moosé méridionaux n’opèrent pas de distinction nette entre “ conquérants ” (moosé) et “ autochtones ”. L’auteur rappelle à ce sujet que le Tenkodogo naaba a souvent épousé des femmes bisa.

10La naissance de royaumes toujours plus puissants et mieux organisés ne repose pas seulement sur une idéologie du pouvoir habilement ciselée au cours des siècles, mais, en toute logique, devrait également s’appuyer sur des fondements économiques que Kawada tente d’exhumer. Or, aucune évolution majeure n’est perceptible : l’économie moaga est demeurée pour l’essentiel non cumulative. Les ‘gens du pouvoir’ se sont appuyés sur leur capacité à disposer d’une main-d’œuvre nombreuse .

11En 1892, tandis que dans son célèbre ouvrage Du Niger au Golfe de Guinée, Gustave Binger ne retient de la richesse matérielle du plus puissant naaba, le roi de Ouagadougou, que le “ groupe de misérables cases ” qui lui tiennent lieu de palais, Kawada énumère près d’un siècle plus tard – et non sans malice – les nouveaux attributs du Tenkodogo naaba, de son “ bonnet rouge cérémoniel commandé à Paris ” à “ sa voiture favorite, une Chevrolet ” en passant par “ sa montre suisse ”. (p. 205) Tous ces signes ostentatoires de richesse imposent ce constat : le colonisateur est passé par là, et avec lui l’économie monétaire.

12Loin d’avoir appauvri le naaba, l’administration coloniale a certainement accru de façon substantielle sa puissance économique en le désignant “ chef de province ”, et donc bénéficiaire d’une partie des impôts levés sur son commandement. À ce propos, on peut se demander si cette nouvelle fonction ainsi que ses bénéfices ont réellement eu un impact sur le pouvoir du naaba. Souvenons-nous du prestige et des avantages politiques que certains chefs moosé ont su tirer de leur capacité à mobiliser les ressources humaines qu’offraient leurs commandements en direction des grands chantiers de l’Afrique occidentale française (chemins de fer, mise en place d’importants réseaux routiers, développement des cultures de rente, etc.).

13Le dernier chapitre est l’occasion de réfléchir à la notion apparemment paradoxale d’‘État segmentaire’. Loin de constituer une réflexion tout à fait neuve sur le sujet (notre auteur fait lui-même référence aux travaux de Vansina qui ont contribué à remettre en cause la classification politique établie par Fortes et Evans-Pritchard), ce chapitre montre que les royaumes moosé répondent quasiment en tout point aux critères de l’État segmentaire définis par Southall en 1956 (cf. Alur Society : a study in process and types in domination.).

14La thèse de Kawada est suivie par une série d’articles actualisant les propos de 1979. Parmi ceux-ci, nous retiendrons le remarquable développement consacré au “ blason sonore ” de la dynastie des Tenkodogo nanamsé, cette voix de la royauté interprétée par les tambourinaires royaux. L’étude de ces musiciens de cour montre comment s’est perpétuée l’idéologie du pouvoir au sein d’une société moaga qui n’a pas entretenu de griots. Mais si l’auteur accorde à l’étude de ces matériaux oraux une place centrale, il nous paraît étonnant que ces sources ne soient pas répertoriées dans son ouvrage, à la différence des écrits. Nous aurions ainsi aimé connaître le degré de proximité des informateurs de Kawada par rapport au pouvoir ainsi que leur âge (les souvenirs de certains d’entre eux remontent peut-être à une période antérieure à la conquête et l’on imagine que ceci aurait pu avoir une incidence sur la teneur de leur discours.)

15Enfin, nous ne pouvons que nous satisfaire de voir la thèse de Kawada publiée. Les spécialistes des Moosé y trouveront un travail de qualité sur le royaume de Tenkodogo, mais aussi de nouveaux matériaux permettant d’assembler peu à peu les pièces qui constituent l’histoire du Moogo. À n’en pas douter, cet ouvrage retiendra également l’attention de tous les esprits curieux d’anthropologie politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Beucher, « KAWADA, Junzo, Genèse et dynamique de la royauté : les Mosi méridionaux (Burkina Faso) », Journal des africanistes, 74-1/2 | 2004, 510-513.

Référence électronique

Benoît Beucher, « KAWADA, Junzo, Genèse et dynamique de la royauté : les Mosi méridionaux (Burkina Faso) », Journal des africanistes [En ligne], 74-1/2 | 2004, mis en ligne le 04 avril 2007, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/367

Haut de page

Auteur

Benoît Beucher

Université de Paris IV, École doctorale des mondes contemporains

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org