Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Rubbers Benjamin, 2009, Faire fortune en Afrique. Anthropologie des derniers colons du Katanga

Paris, Karthala, 300 p.
Sarah Demart
p. 340-341
Référence(s) :

Rubbers Benjamin, 2009, Faire fortune en Afrique. Anthropologie des derniers colons du Katanga, Paris, Karthala, 300 p.

Texte intégral

1Développé autour de quatre chapitres, l’ouvrage de Benjamin Rubbers nous propose une captivante « anthropologie des derniers colons du Katanga », l’historique province du cuivre, dont la sécession en 1960 devait favoriser le renversement du premier gouvernement congolais (RDC). À partir d’une immersion dans le milieu des entrepreneurs européens du Katanga, l’auteur entreprend de questionner la minorité blanche dans son économie interne, ses rapports avec la société congolaise, son commerce et ses rapports avec le politique.

2La partie introductive restitue de manière scrupuleuse la démarche méthodologique ainsi que le contexte socio-historique dans lequel la recherche prend effet, à commencer par l’évolution de cette population au Katanga, depuis l’époque coloniale. Le chapitre sur l’imaginaire de la race est tout à fait passionnant même si l’on peut regretter que la perspective interactive retenue n’ait pas été thématisée d’un point de vue méthodologique donnant à voir les Congolais comme un tout homogène dénué de différenciation interne, alors que le portrait démographique de la minorité européenne est tout en nuance. Il en résulte des logiques d’équivalence dont on peut se demander si celles-ci ont vraiment lieu d’être.

3Cela étant, la mise à jour socio-historique des frontières raciales organisant les espaces professionnels, domestiques et de loisirs est d’une grande richesse empirique, à l’instar des extraits d’entretien, édifiants. Outre les diverses formes de ségrégation et de hiérarchisation à l’œuvre, c’est la tension permanente au sein même de la minorité blanche, travaillée par des logiques extrêmement concurrentielles, que l’auteur met à jour. La recherche de distinction, héritée de la période coloniale, articulée au contrôle social dessine alors une communauté dont l’insularité raciale trouve pour partie sa justification dans les stéréotypes coloniaux portés sur les Congolais.

4La permanence des thèmes de l’eldorado et du chaos, dans le discours des entrepreneurs européens sur le Congo, donne à voir une continuité avec l’Afrique des explorateurs, dont les potentialités économiques inouïes, comme le souligne Rubbers, exigeraient le sacrifice de valeurs bourgeoises, notamment dans le domaine de la morale. Cette dissociation est particulièrement intelligible dans les pratiques commerciales de ces acteurs qui investissent majoritairement le secteur de l’importation. Car si la corruption, présentée comme un impératif de survie économique, permet de contourner les taxes locales, réelles ou fictives, elle justifie également la spéculation sur la pénurie des aliments.

5L’organisation de cet espace commerçant est restituée à partir des négociations menées avec les douanes, comme de l’arrivée de nouveaux opérateurs économiques dans les années 1970 et 1990, d’origine libanaise et indienne, et la répartition des acteurs congolais dans les différents étages de la chaîne de distribution. C’est dans ce contexte que la population européenne du Katanga en vient à occuper une position stratégique similaire à celle des marchands portugais au XIXe siècle, courtiers du marché extérieur et pourvoyeurs de ressource patrimoniale. Toutefois, si les compétences de ces acteurs suscitent l’intérêt du politique, ces entrepreneurs n’en sont pas moins confrontés, dans un contexte d’affaiblissement de l’État et d’autonomisation des différents échelons de pouvoir, à une intervention politique dont l’efficacité est loin d’avoir l’immédiateté et la durabilité de l’époque mobutiste.

6Les relations entretenues avec la classe politique supposent dès lors une maîtrise des rouages de la « corruption » qui relève pour ces acteurs de la compétence culturelle et du marqueur identitaire, faisant la preuve d’une intégration réussie. Mais si ces alliances cherchent à subvertir les contraintes liées à la corruption des fonctionnaires, elles peuvent aussi viser l’éviction d’un concurrent européen. La rumeur ayant amenée, au début des années 2000, des experts de l’ONU à accuser l’homme d’affaire belge, George Forrest, de pillages et de vente d’armes s’inscrit, nous dit l’auteur, dans ces concurrences locales, même si en dernière instance, cette rumeur amena la minorité blanche du Katanga au repli communautaire face à un monde ne comprenant décidément rien « à la vie des Blancs en Afrique ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Demart, « Rubbers Benjamin, 2009, Faire fortune en Afrique. Anthropologie des derniers colons du Katanga », Journal des africanistes, 83-1 | 2013, 340-341.

Référence électronique

Sarah Demart, « Rubbers Benjamin, 2009, Faire fortune en Afrique. Anthropologie des derniers colons du Katanga », Journal des africanistes [En ligne], 83-1 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3668

Haut de page

Auteur

Sarah Demart

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org