Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Perouse de Montclos Marc-Antoine, 2012, Les humanitaires dans la guerre. Des idéaux à l’épreuve de la politique

Paris, La documentation Française, 251 p.
Philippe David
p. 339-340
Référence(s) :

Perouse de Montclos Marc-Antoine, 2012, Les humanitaires dans la guerre. Des idéaux à l’épreuve de la politique, Paris, La documentation Française, 251 p.

Texte intégral

1Quand l’auteur rappelle (p. 116) que le secours humanitaire est un procédé « difficile à mettre en œuvre », qu’« il ne permet pas de mettre fin à des conflits », qu’« il n’est pas plus efficace que les embargos », qu’« il est très largement utilisé à des fins politiques », que « son impact est aussi douteux que les effets pervers de l’aide dans une économie en guerre », mais aussi « que l’éventualité d’un retrait contrevient à l’impératif moral de l’assistance à des personnes en danger », que « l’idéal de neutralité oblige à aider tous les camps en présence » et que « se retirer ou refuser d’assister un des belligérants est en soi un acte politique »... on comprend que l’exercice est éminemment, fondamentalement, complexe et acrobatique, variable à l’infini, presque toujours trouble et ambigu.

2Cette très vieille dimension de l’histoire internationale est bien antérieure à Solférino et à la Croix-Rouge (l’auteur évoque par exemple le bombardement d’Alger par la marine britannique en 1816 puis le débarquement des Français au Liban en 1860...). Mais au XXe siècle, elle a explosé sur tous les continents, surtout en Afrique et en Asie jusqu’à devenir une véritable industrie perverse et lucrative.

3L’auteur s’efforce, avec courage et même obstination, de passer en revue tous les cas connus et répertoriés, assortis de ses propres analyses et aussi de celles qu’il emprunte aux ONG humanitaires, en général satisfaites d’elles-mêmes, s’estimant « intouchables » ou plaidant non-coupables, ou à des auteurs extérieurs moins complaisants, ou encore à des analystes politiques et militaires plus sévères, voire franchement hostiles. Et le constat est impitoyable : à cause de l’extrême diversité des conditions géo-politico-militaires, des objectifs, des procédures, des stratégies, des compromissions (avec les belligérants ou les pouvoirs en place), des conséquences et des résultats parfois totalement à l’inverse des objectifs visés, il n’y a jamais, il n’y aura jamais deux opérations humanitaires semblables. La confusion est donc totale : chacune est seule dans sa catégorie, ce qui rend presque vaine toute tentative de classification et entraîne inévitablement d’innombrables répétitions, de fastidieuses et impossibles comparaisons, d’interminables commentaires sur les stratégies, les effectifs, les effets pervers et les pertes de chaque action. À noter en passant que la Croix-Rouge internationale elle-même fut parfois victime des violences qu’elle était venue apaiser ou soulager. Autre constatation de l’auteur : « la “profession” humanitaire n’est pas devenue complexe et dangereuse. Elle l’a toujours été ».

4Au hasard des opérations décrites ici défilent toutes les déconvenues, fautes ou ambiguïtés, tous les échecs qui les ont ici et là accablées, fragilisées ou même réduites à néant : erreurs préalables de diagnostic ; inadéquation des moyens et des personnels engagés ; tensions et gênes mutuelles entre militaires et ONG ; désaccords ou accrochages avec les Casques bleus de l’ONU ; pressions ou exigences des parties opposées ; « coulages » et « fongibilité » des crédits et des fournitures ; pillages et détournements par les belligérants aboutissant à les renforcer avec parfois prolongation et extension du conflit en cours ; obédience plus ou moins évidente des ONG au pouvoir politique de leur pays d’appartenance, l’aide américaine, très étudiée, étant évidemment un classique du genre...

5Bref et au total, un affligeant catalogue où le seul cas du Biafra revient à maintes reprises, et marqué par les deux extrêmes que furent, dans des domaines très différents, la retentissante faillite de l’opération « Restore Hope » en Somalie (1992-95) ou la pitoyable escroquerie de l’Arche de Zoé au Tchad. Il fallait bien un enseignant politiste assurément courageux pour traiter en pionnier d’un sujet aussi immense, aussi touffu, aussi malaisé à décrire. Mais il est dommage que son texte soit alourdi par de multiples répétitions ainsi que par d’innombrables noms d’auteurs qui auraient dû être placés en notes (sans compter 19 pages de bibliographie), trop marqué aussi par le style et le vocabulaire qu’il hérite de sa longue expérience en pays anglophones (Kenya, Nigeria, Afrique du Sud). Un livre riche et foisonnant mais très difficile à lire et de surcroît décourageant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe David, « Perouse de Montclos Marc-Antoine, 2012, Les humanitaires dans la guerre. Des idéaux à l’épreuve de la politique », Journal des africanistes, 83-1 | 2013, 339-340.

Référence électronique

Philippe David, « Perouse de Montclos Marc-Antoine, 2012, Les humanitaires dans la guerre. Des idéaux à l’épreuve de la politique », Journal des africanistes [En ligne], 83-1 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3666

Haut de page

Auteur

Philippe David

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org