Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Ozainne Sylvain, 2013, Un Néolithique Ouest-Africain. Cadre chrono-culturel, économique et environnemental de l’Holocène récent en Pays dogon (Mali)

Francfort, Africa Magna Verlag, Journal of African Archaeology Monograph Series, Vol. 8, 259 p.
Christian Dupuy
p. 337-338
Référence(s) :

Ozainne Sylvain, 2013, Un Néolithique Ouest-Africain. Cadre chrono-culturel, économique et environnemental de l’Holocène récent en Pays dogon (Mali), Francfort, Africa Magna Verlag, Journal of African Archaeology Monograph Series, Vol. 8, 259 p.

Texte intégral

1Dans ce bel ouvrage consacré à la préhistoire des trois derniers millénaires av. J.-C. du Pays dogon, Ozainne se fixe pour premier objectif de cerner au plus près l’âge des vestiges archéologiques issus de onze gisements stratifiés fouillés entre 1997 et 2011 : sept d’entre eux se situent dans la vallée du Yamé s’insinuant dans un défilé du plateau gréseux de Bandiagara, trois au pied de la falaise de Bandiagara, le onzième dans la plaine avoisinante du Séno. Le matériel est ensuite étudié secteur par secteur et phase par phase, avant d’être comparé aux vestiges des régions voisines.

2L’auteur atteint son premier objectif en soumettant quatre vingt huit datations 14C sur charbons et deux sur grains de mil domestique (Pennisetum glaucum) à des analyses bayésiennes. Cet outil statistique est performant lorsqu’il s’applique à des séries de datations cohérentes ; ce qui semble être ici le cas eu égard au mode d’échantillonnage adopté (p. 60) : « le choix des échantillons s’est progressivement orienté vers les fragments de charbons allongés et très fins, situés dans les lamines les plus fines correspondant à des processus de sédimentation en décantation en basse énergie. De plus les études anthracologiques ont permis de sélectionner dans certains cas des échantillons représentatifs d’une végétation ripicole locale et, quand l’opportunité se présentait, des tiges carbonisées, un type de matériel ne supportant pas d’être transporté sur des longues distances ». On regrettera que l’auteur n’ait pas jugé utile de présenter les résultats de ces examens combien importants pour limiter les risques de dater des charbons en contexte secondaire. Dans l’attente de leur publication, on retiendra les bénéfices du traitement statistique. À type d’exemple, le plus ancien grain de mil initialement daté de 2016 à 1456 av. J.-C. par radiométrie 14C s’avère dater, sur inférence bayésienne, de 1692 à 1534 av. J.-C. (p. 61). L’incertitude concernant son âge se trouve ainsi réduite de près d’un tiers. Des gains de précision également appréciables sont obtenus pour les charbons. Les stratigraphies étant peu perturbées comme en témoigne la rareté des inversions chronologiques entre positions en profondeur des charbons et datations, les âges des artefacts à leur voisinage se trouvent de fait mieux cernés.

3Les répartitions des vestiges ne mettent en évidence aucun secteur d’activité spécifique. L’assimilation de groupements de pierres dans le site des Varves à des bases de structure d’habitat n’emporte pas la conviction (p. 43). L’état souvent très fragmentaire et altéré de la céramique pose la question des circonstances de son abandon et de ses déplacements subséquents. L’analyse phase par phase des quelques 3000 tessons mis au jour tient compte des développements les plus récents concernant les techniques de modelage de l’argile et de décoration des poteries. Malheureusement la mauvaise préservation du matériel est souvent défavorable à leur identification. D’autre part, l’observation sous fort grossissement des grains de quartz et des spicules d’éponge inclus dans les pâtes céramiques ne permet pas de se prononcer sur leur présence naturelle ou sur leur ajout volontaire comme dégraissants. Des correspondances sont établies entre couleurs des céramiques et modes de cuisson. Quelques formes sont partiellement restituées et les volumes des récipients estimés à partir des plus gros fragments. Sont étudiées de manière tout aussi méthodique les autres catégories d’objets mis au jour en nombre beaucoup plus restreint : pierres taillées, pierres polies, matériel de broyage et de polissage auxquels s’ajoutent, dans les niveaux récents, quelques perles, os ouvragés et restes d’outils en fer. Les photographies et/ou les dessins des vestiges représentatifs de chaque époque sont rassemblés sur des planches en fin d’ouvrage. De ce minutieux travail résulte une typochronologie de référence pour l’Afrique de l’Ouest.

4La troisième partie, aussi bien structurée que les précédentes, constitue le tiers de l’ouvrage. Elle vise à l’établissement de correspondances entre les paléoenvironnements et les occupations humaines, d’abord dans le Pays dogon, puis à l’échelle de l’Afrique de l’Ouest. Les informations recueillies sont abondantes. Celles enregistrées localement, de par leur nouveauté, ont plus particulièrement retenu mon attention. Des groupes commencent à fréquenter la vallée du Yamé vers le milieu du IIIe millénaire av. J.-C. alors que la pluviosité décroît, que les paysages s’ouvrent et que se multiplient les feux de brousse d’origine anthropique. La forte représentativité du matériel dans cette même vallée au cours de la seconde moitié du IIe millénaire av. J.-C. et au début du millénaire suivant, sous-tend une densité de population jusque-là inégalée. Les derniers siècles avant l’ère chrétienne sont marqués par l’apparition de poteries carénées, de nouveaux décors céramiques et du fer représenté par trois petits artefacts mal conservés. Un fragment de perle en pâte de verre mis au jour dans ces mêmes niveaux est considéré comme d’origine phénicienne ; hypothèse que des analyses chimiques mériteraient de confirmer. Ces données attestent de relations à grande distance qui ne sont pas vraiment pour surprendre puisque, de longue date, les arts rupestres du Sahara méridional – totalement ignorés dans ce livre – plaident en faveur d’échanges sur de vastes espaces au cours des deux derniers millénaires av. J.-C. Les analyses multivariées appliquées aux vestiges connus de l’Ouest-africain conduisent l’auteur à délimiter plusieurs aires culturelles reportées sur d’attrayantes cartes en couleur que complètent des courbes isochrones permettant de suivre la progression de l’élevage et de l’agriculture. Les scénarios avancés font appel à des « migrations de groupes de pasteurs sahariens », puis à « un grand courant culturel directement lié à la diffusion de l’agriculture »... Ces interprétations, par trop globalisantes, voire sujettes à caution (peut-on suivre des migrations à travers les vestiges matériels ?), ont pour inconvénient de masquer les importantes lacunes documentaires dont soufre l’archéologie ouest-africaine. L’étude rigoureuse que consacre Ozainne aux objets usuels abandonnés en Pays dogon au cours des trois derniers millénaires av. J.-C. comble partiellement l’une de ces lacunes. En cela sa monographie constitue une référence pour la préhistoire récente de l’Afrique de l’Ouest.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Dupuy, « Ozainne Sylvain, 2013, Un Néolithique Ouest-Africain. Cadre chrono-culturel, économique et environnemental de l’Holocène récent en Pays dogon (Mali) », Journal des africanistes, 83-1 | 2013, 337-338.

Référence électronique

Christian Dupuy, « Ozainne Sylvain, 2013, Un Néolithique Ouest-Africain. Cadre chrono-culturel, économique et environnemental de l’Holocène récent en Pays dogon (Mali) », Journal des africanistes [En ligne], 83-1 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3664

Haut de page

Auteur

Christian Dupuy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org