Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Ndoh Michel, Diop Cheikh Anta, 2011, Le combat de Cheikh Anta Diop & Philosophie, Science, Religion

Paris, AlfAbarre, Coll. Les fourmis rouges dans nos sommeils, 154 p.
Luc Bouquiaux
p. 334-336
Référence(s) :

Ndoh Michel, Diop Cheikh Anta, 2011, Le combat de Cheikh Anta Diop & Philosophie, Science, Religion, Paris, AlfAbarre, Coll. Les fourmis rouges dans nos sommeils, 154 p.

Texte intégral

1Précédé d’une préface de Lilyan Kesteloot, l’ouvrage comprend deux volets. Le premier est une biographie de Cheikh Anta Diop, l’autre un article de celui-ci précédemment paru dans le numéro spécial de 1985 de la Revue de Philosophie.

2L’étude de Michel Ndoh est particulièrement intéressante car elle replace le « combat » de Diop dans le contexte des luttes estudiantines qui, dans les années cinquante, agitaient les premiers étudiants africains admis, le plus souvent comme boursiers, à faire des études supérieures en France. Rappelons qu’en dépit de certaines réticences, la France fut relativement pionnière dans ce domaine. Jusqu’en 1960, par exemple, la Belgique s’était toujours refusée à permettre à des étudiants congolais (du futur Zaïre) à poursuivre des études universitaires, à quelques exceptions près, comme la possibilité de faire en deux ans au-delà du secondaire des études « d’assistant médical » et, bien entendu, sans aucune restriction sur le plan religieux. Cela explique, entre autres, le grand nombre de vocations religieuses peu assurées : une fois des études poursuivies jusqu’à un certain niveau, on s’empressait de jeter le froc aux orties pour s’occuper d’autre chose. On pouvait aussi changer de nationalité : bien des Congolais de l’ex-Zaïre n’hésitèrent pas à passer de Léopoldville à Brazzaville pour être autorisés à entamer des études supérieures. C’est un aspect du colonialisme qui n’est pas fréquemment relevé, même s’il semblait partir d’un bon sentiment : il fallait que l’évolution de tous se fasse progressivement, sans créer des îlots de quelques évolués diplômés qui ne pourraient que susciter l’envie des autres. On en trouve d’ailleurs trace dans quelques langues africaines où « évolués », traduit littéralement, signifie « ceux qui nous haïssent ». Rappelons que la politique britannique fut toujours, à l’inverse, de créer rapidement des élites diplômées et qu’à l’époque où la Belgique se refusait encore à permettre d’aller au-delà du secondaire, on en était déjà, parmi les membres du Commonwealth, à la deuxième génération de diplômés du supérieur.

3Ndoh montre très bien que le projet de Diop était une réaction d’intellectuel africain nationaliste face à la vaste entreprise d’aliénation culturelle qui sous-tend l’occupation politique du continent. C’est dans cette perspective qu’il faut comprendre les écrits de nombreux théoriciens au service du colonialisme ; certains de ceux-ci n’étaient pas véritablement conscients de ce qu’ils prétendaient, mais la plupart pêchaient par ignorance et croyaient vraiment, comme le déclarait le socialiste Jaurès (vers 1910) que la colonisation se justifiait parce qu’il fallait apporter la civilisation à des peuples qui en étaient exclus. Je relève moi-même cette citation, mais il y en a bien d’autres dans l’ouvrage qui donnent à réfléchir, la pire étant celle de Jacques Soustelle, qui a laissé comme ethnologue d’excellentes études sur la Mésoamérique et qui, pourtant, alors qu’un étudiant africain rappelait la solidarité des étudiants d’Afrique Noire avec le peuple algérien en lutte (c’était en 1956), répondit à ce jeune intervenant que « les étudiants issus de ces nègres qui n’ont ni culture, ni langues, feraient mieux de remercier le colonisateur français grâce auquel il leur est maintenant possible, comme c’est le cas pour ce jeune impertinent qui vient d’intervenir, de s’adresser à un auditoire dans une langue logique et intelligible » (!). Cette déclaration laisse pantois. Sans doute faut-il la mitiger en la replaçant dans son contexte passionnel, mais on constate qu’on peut être un spécialiste objectif et reconnu de certaines civilisations du tiers-monde et nier en même temps, pour des raisons strictement politiques (partisan de « l’Algérie française »), la pertinence d’autres civilisations tout aussi riches.

4J’ai toutefois quelques réserves à exprimer. La note 28 aborde le drame que furent les incendies successifs de la Bibliothèque d’Alexandrie sans mentionner la dernière due aux musulmans en 642. Est-ce parce que tout ce qui a trait à l’Islam est devenu pratiquement tabou, alors que quelques éléments extrémistes viennent tout dernièrement de brûler des manuscrits à Tombouctou et de détruire quelques tombes de marabouts ?

5Je ne pense pas qu’on puisse affirmer (p. 21) que Diop avait « la maîtrise des principes de la science linguistique » ni que « l’une des pièces maîtresses de l’argumentation de Diop, était d’avoir établi la parenté linguistique existant entre différentes langues parlées en Afrique Noire et l’égyptien pharaonique ». J’y reviendrai dans ce qui constitue la dernière partie de l’ouvrage, à savoir l’étude de Diop. Nous avons là en 40 pages une synthèse magistrale des problèmes majeurs qui ont préoccupé jusqu’à nos jours les premiers philosophes présocratiques et leurs successeurs en matière de science et de religion. Pour rédiger ces pages, il faut être à la fois un grand physicien, particulièrement au fait des développements de sa science et un excellent vulgarisateur apte à simplifier sans trahir des notions aussi délicates que les différences entre relativité restreinte et relativité générale, à nous démonter les invraisemblances apparentes de l’indéterminisme quantique. De plus, ses considérations en matière de philosophie et de religion sont tout à fait pertinentes et originales. Comme il le note après avoir résumé l’expérience d’Alain Aspect sur le paradoxe Einstein-Podolski-Rosen qui démontre une des propriétés les plus invraisemblables de l’univers, « tous les créateurs en physique théorique et en mathématiques, deviennent maintenant des philosophes des sciences en interprétant leurs propres résultats ». Nous avons donc affaire à un savant, même si ce terme est aujourd’hui dévalorisé, voire désuet, qui manie de main de maître la méthode scientifique et à qui sûrement on ne pourrait faire prendre des vessies pour des lanternes. Je suis donc complètement dérouté quand je le vois mettre de côté toute son éducation scientifique pour rejeter des méthodes qui ont fait leurs preuves en matière de langues et surtout de comparaisons linguistiques. Certes la science des langues ne s’est pas constituée d’un coup. Il y a eu en la matière de multiples tâtonnements, d’essais et erreurs, mais finalement une méthodologie s’est mise progressivement en place qui a montré sa pertinence car elle a permis entre autres le déchiffrement de langues inconnues. On ne peut donc aujourd’hui la mettre entre parenthèses pour proposer des rapprochements hasardeux et finalement pour faire plier des faits à une théorie, ce qui est le déni même de la démarche scientifique. Qu’il s’agisse de science dure ou de science molle, la démarche scientifique est la même. Les rapprochements entre wolof et égyptien proposés en 1977 dans son ouvrage Parenté génétique de l’égyptien pharaonique et des langues négro-africaines ne tiennent pas la route, sont strictement fantaisistes et inacceptables pour tout linguiste sérieux, car la méthode préconisée permettrait d’établir la parenté d’une langue donnée avec pratiquement n’importe quelle autre ; on en a notamment fait la démonstration pour montrer la parenté entre wolof et anglais. C’est sur cette base plus que fragile, ou pour tout dire inexistante qu’il a finalement établi l’existence d’un « négro-égyptien » qui serait la langue-mère de toutes les langues africaines. Bien sûr cela plaisait aux Africains et permettait de renforcer l’argumentation de Diop, relativement convaincante sur d’autres plans. Mais redisons-le, en matière de parenté linguistique, ça ne marche pas. Ce qui est regrettable, c’est que le renom de Diop et l’aura qui a entouré son nom ont très vite entraîné l’adhésion de disciples qui ont essaimé un peu partout et se sont mis, en l’absence de toute méthode ou en utilisant la pseudo-méthode de Diop, à rapprocher leur langue de l’égyptien, puisque chacune reflétait la parenté avec le grand ancêtre. Ainsi ont paru les ouvrages de Théophile Obenga (depuis 1993) et, plus récemment (2010) de Jean-Claude Mboli, tandis qu’une revue ANKH s’est créée pour répandre la bonne parole. Ces ouvrages se caractérisent par une bibliographie largement déficiente : mieux vaut ignorer ses détracteurs que d’engager la discussion avec eux. Or un débat scientifique ne peut s’instaurer que si on a connaissance de toutes les pièces de la discussion, sinon on tourne en rond et on se contente de répandre des idéologies et non de faire œuvre scientifique. Ce type d’ouvrage a cependant son utilité : il nous permet de raffiner nos positions et nous fournit à foison des exemples pour nos cours afin de montrer aux étudiants ce qu’il ne faut pas faire.

6Je voudrais pour terminer et montrer à quel point le statut de l’égyptien comme langue-mère est de plus en plus battu en brèche, citer l’ouvrage de Gábor Tákacs, Studies in Afro-Asiatic Comparative Phonology, Berlin, D. Reimer, 2011. On y trouve la démonstration que c’est le sémitique et non l’égyptien qui représente le système le plus archaïque, les deux langues étant par ailleurs étroitement apparentées. Nous voilà bien loin des thèses afrocentristes et du rejet de l’afro-asiatique prônés par Diop et ses disciples.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Bouquiaux, « Ndoh Michel, Diop Cheikh Anta, 2011, Le combat de Cheikh Anta Diop & Philosophie, Science, Religion », Journal des africanistes, 83-1 | 2013, 334-336.

Référence électronique

Luc Bouquiaux, « Ndoh Michel, Diop Cheikh Anta, 2011, Le combat de Cheikh Anta Diop & Philosophie, Science, Religion », Journal des africanistes [En ligne], 83-1 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3660

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org