Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Mayor Anne, 2011, Traditions céramiques dans la boucle du Niger. Ethnoarchéologie et histoire du peuplement au temps des empires précoloniaux

Francfort, Africa Magna Verlag, Journal of African Archaeology Monograph Series, Vol. 7, nbres fig. et tab., 292 p.
Christian Dupuy
p. 331-333
Référence(s) :

Mayor Anne, 2011, Traditions céramiques dans la boucle du Niger. Ethnoarchéologie et histoire du peuplement au temps des empires précoloniaux, Francfort, Africa Magna Verlag, Journal of African Archaeology Monograph Series, Vol. 7, nbres fig. et tab., 292 p.

Texte intégral

1Le défi que tente de relever Anne Mayor est de taille puisqu’il consiste à suivre la dynamique multiséculaire du peuplement dans la moyenne vallée du Niger, principalement à partir de l’analyse comparée des céramiques d’hier et d’aujourd’hui. De manière spécifique, son étude pose la question de la permanence des techniques de modelage et de décoration des poteries au sein de groupes supposés avoir conservé sur le temps long leur identité sociolinguistique.

  • 1 Inventaire réalisé lors d’un programme dirigé de 1988 à 1996 par Alain Gallay et Eric Huysecom, auq (...)

2Se côtoient de nos jours dans ce secteur de l’Afrique de l’Ouest d’une superficie sensiblement équivalente à celle de la France, des groupes parlant des langues différentes et pratiquant des activités économiques distinctes basées sur la pêche, l’élevage ou/et l’agriculture. Tous utilisent des poteries pour cuire, stocker et transporter diverses substances. Il ressort de l’examen de près de 3000 de ces poteries répertoriées dans 36 villages situés dans la partie occidentale de la région1, une série de correspondances entre appartenances culturelles, techniques de façonnage de l’argile et décorations imprimées sur les vases. Dans les zones de peuplement mélangé, ces relations sont plus difficiles à cerner. Toutefois, les données quantitatives permettent de s’y retrouver : l’identité des utilisateurs des pots peut être établie à partir des pourcentages élevés obtenus sur les caractères discriminants mis en évidence dans les zones où le peuplement est bien individualisé. Forte de ces résultats, l’auteur recherche dans les céramiques archéologiques les traits à valeur de marqueur culturel observés sur les récipients de terre cuite actuels, les considérant comme des indices pertinents de filiations socioculturelles et, par-là, comme révélateurs de l’histoire ancienne du peuplement. La démarche semble porter ses fruits. Quatre aires culturelles sont identifiées tant par une technique de façonnage particulière que par une technique de décoration spécifique, lesquelles techniques auraient été adoptées par des groupes aux appartenances sociolinguistiques distinctes il y a de cela plusieurs siècles, voire plusieurs millénaires.

3Il est dommage que Mayor ne présente, ni n’indexe les tessons renvoyant aux quatre techniques de façonnage en grande partie à la base de ses interprétations. Cette absence d’information tranche singulièrement avec la somme de précisions fournies pour les poteries contemporaines. On aurait aimé disposer des photos de ces documents pour juger de leur pertinence. Cette attente est légitime. Elle vient de la difficulté à retrouver sur les tessons archéologiques les marques laissées par les techniques de modelage, soit parce que les opérations de finition par lissage, grattage, engobage et autre traitement de surface, les ont fait disparaître, soit parce que la petite taille des tessons et/ou leur altération ne permettent pas d’identifier ce genre de traces. Un corpus consacré à ces tessons particuliers aiderait au diagnostic. On regrettera également que leur pourcentage site par site ne soit pas calculé, compte tenu de l’importance des données chiffrées pour se prononcer sur l’identité des groupes dans les zones à peuplement mélangé comme le mettent en évidence les résultats des enquêtes ethnoarchéologiques. Mayor est plus précise en ce qui concerne les décors. Des pourcentages ici sont fournis. Dommage que les quantités de tessons analysés ne soient pas précisées. Mais il y a plus important que ces remarques.

4En tout et pour tout, une quarantaine de sites archéologiques a été étudiée dans la moyenne vallée du Niger depuis les années 1970 par diverses équipes. La faiblesse de ce chiffre au regard de l’immensité du territoire concerné et des trois millénaires interrogés, fait prendre conscience du caractère très lacunaire de la documentation. À cela il faut ajouter que ces sites ne sont connus que par sondages, à l’exception de Dia-Shoma et de Djenné-jeno qui ont fait l’objet de dégagements importants. De plus, la chronologie établie pour plusieurs d’entre eux se fonde sur des datations 14C de charbons, non pas retrouvés prisonniers dans des foyers, dans des fours ou dans d’autres types de structures fermées, mais découverts isolément à des endroits parfois indéfinis dans les publications. L’âge de ces charbons ne donne pas forcément l’âge des vestiges qui leur sont contigus parmi lesquels prédominent les tessons faisant l’objet des analyses de Mayor. En effet, en milieu sahélien, les alternances entre saison sèche et saison des pluies engendrent régulièrement une érosion et une déflation des sols, la formation et le comblement de crevasses et de ravins dans les terrasses alluviales souvent propices aux occupations humaines, sans omettre les perturbations occasionnées par les hommes et par les animaux petits et grands, fouisseurs ou non. Combien de tessons et de charbons se trouvent ainsi déplacés à un moment ou à un autre après leur abandon ? La méfiance devrait donc être de mise en ce qui concerne la chronologie des sites fondée sur quelques datations de charbons « flottants ». Il est surprenant que l’auteur n’évoque à aucun moment ce problème, d’autant qu’elle y a été confrontée sous l’auvent rocheux de Dangandouloun du plateau de Bandiagara. Les petits charbons dispersés parmi les céramiques bien conservées qu’elle a mis au jour en ce lieu, ont donné des âges 14 C différents de plusieurs siècles de ceux obtenus par thermoluminescence sur des poteries à leur contact... Autre point critiquable de ce livre sur le plan de l’archéologie : le caractère prématuré de quelques déductions « techno-économiques » basées sur des résultats préliminaires qui demandent à être confirmés par des analyses complémentaires ou par des fouilles extensives. Ainsi en va-t-il, par exemple, pour le début du Ier millénaire av. J.-C., de la production du fer dans le Delta intérieur (p. 143), dans le Dallol Bosso (p. 154) et dans la boucle du Mouhoun (p. 164).

5Afin d’étayer plus solidement ses hypothèses fondées sur les traditions céramiques, Mayor se reporte à l’archéologie funéraire, aux textes locaux et étrangers et à la tradition orale. Quelle valeur accorder à cette dernière quand elle prétend nous renseigner sur l’époque du royaume du Ghana (p. 109-111) ou même sur des évènements remontant à plus de deux siècles seulement ? En combinant indices archéologiques et indications écrites et orales, l’auteur arrive à construire des scénarios séduisants certes, mais dont il est permis de douter de leur fidélité à la réalité au regard des connaissances archéologiques actuelles et de la fiabilité de certaines des sources sollicitées.

6On saura gré à Mayor d’avoir initié une démarche originale en dressant des passerelles entre ethnoarchéologie, archéologie, histoire et tradition orale relatives à la moyenne vallée du Niger, de nous livrer sur ces sujets des compilations exhaustives avec références bibliographiques associées et de nous présenter dans le détail le matériel archéologique qu’elle a exhumé de l’abri-sous-roche de Dangandouloun en pays dogon. Ce matériel permettra à terme, c’est-à-dire lorsque d’autres recherches auront été menées avec la même rigueur dans ce secteur, de reconstituer l’histoire locale du peuplement dans les limites imposées par les données archéologiques. La faiblesse de cet ouvrage est de forcer le trait, d’autres diraient de jeter le bouchon trop loin. Le défi que cherche à relever l’auteur me semble, en l’état des connaissances archéologiques, hors d’atteinte. À mon pessimisme, on opposera l’optimisme de Mayor, somme toute bénéfique puisqu’il ouvre de nouveaux cadres de réflexion palliant la stagnation des recherches. On notera de plus qu’au-delà de son optimisme, l’auteur reste lucide ; ainsi écrit-elle (p. 187) : « il est certain que ce bilan très provisoire se fonde sur un très petit nombre de données techniques et chronologiques mais nous estimons qu’elles suffisent à esquisser des tendances qu’il s’agira de confirmer ou d’infirmer dans le futur ». Les centaines de poteries reproduites à l’encre sur les nombreuses planches que compte son livre et les photographies de leur décor intégrées sous forme de vignette dans quantité de tableaux et de cartes d’excellente définition, réjouiront, par leur qualité et leur grande valeur documentaire, tous ceux qu’intéressent les céramiques de l’Afrique de l’Ouest.

Haut de page

Notes

1 Inventaire réalisé lors d’un programme dirigé de 1988 à 1996 par Alain Gallay et Eric Huysecom, auquel l’auteure a participé et dont elle reprend dans son livre les résultats.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Dupuy, « Mayor Anne, 2011, Traditions céramiques dans la boucle du Niger. Ethnoarchéologie et histoire du peuplement au temps des empires précoloniaux », Journal des africanistes, 83-1 | 2013, 331-333.

Référence électronique

Christian Dupuy, « Mayor Anne, 2011, Traditions céramiques dans la boucle du Niger. Ethnoarchéologie et histoire du peuplement au temps des empires précoloniaux », Journal des africanistes [En ligne], 83-1 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3658

Haut de page

Auteur

Christian Dupuy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org