Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Gandah Nabi Hassane, 2013, Commerçants et entrepreneurs du Niger (1922/2006)

Paris, L’Harmattan, 350 p.
Philippe David
p. 328-330
Référence(s) :

Gandah Nabi Hassane, 2013, Commerçants et entrepreneurs du Niger (1922/2006), Paris, L’Harmattan, 350 p.

Texte intégral

1Constitué en colonie distincte seulement en 1922 et Cendrillon de l’ex-AOF, mais voisin immédiat de la plus puissante des colonies britanniques, le Niger est resté longtemps démuni autant de structures commerciales modernes que de statistiques économiques sérieuses. L’entreprise de l’auteur a donc été courageuse, novatrice et malaisée à propos d’un pays pauvre, le sien, où il ne lui fut pas facile de « faire parler les commerçants africains... quelque peu oubliés par l’historiographie ».

2Hassane Gandah Nabi innove sur plusieurs points majeurs, à commencer par une excellente description du commerce traditionnel du bétail et de tous les acteurs, entrepreneurs-exportateurs, démarcheurs, logeurs, vendeurs, intermédiaires et comptables, d’un système typiquement sahélien et encore très actuel. Il retrace aussi les parcours biographiques et professionnels, parfois surprenants et tout à fait inédits, de commerçants autochtones, tripolitains ou libanais à différentes époques, tels Malan (Malam ?) Yaroh, « pionnier du négoce nigérien », qui sut s’imposer habilement aux Français dès leur arrivée à Zinder en 1899 et pour une vingtaine d’années jusqu’à sa mort en 1921 ; ou, plus tard, El hadj Moctar (1910-1971) qui fut un « grand concurrent du commerce français ».

3Entre 1922 et 1960, année de l’indépendance du Niger, l’auteur raconte l’installation tardive des maisons de commerce européennes (CFAO, CNF, SCOA et quelques privés comme Personnaz & Gardin, Ruetsch, Chiaverini, Petrocokino ou Dufour), la marginalisation progressive des commerçants autochtones, les multiples et déroutantes fluctuations de la législation économique, fiscale et surtout douanière, la création des Sociétés indigènes de prévoyance (1932), le trafic des cuirs et peaux et de la gomme arabique, la montée de la culture arachidière (1925-1939), ou encore la crise de 1929 et la célèbre Opération « Hirondelle », originale, unique en AOF mais « contraignante pour le négoce européen » qui a relié (et lié) par camions (le Niger et le Dahomey entre 1953 et 1959, puis l’OCDN qui en a hérité.

4Passant aux mutations économiques et sociales intervenues depuis 1960, Gandah Nabi décrit la diversification des activités commerciales et la lente formation d’une « classe marchande », évoque la réforme des structures commerciales ou industrielles nationales (BDRN, UNCC, SONARA, COPRO-Niger, CN, SNC, Nigelec, OCBN, SNTN, NITRA ...), la nouvelle évolution des firmes européennes, la percée des femmes dans le commerce, le bref « boom » de l’uranium (1974-1981) mais aussi les ravages des trop fameux « programmes d’ajustement structurel » infligés par la Banque mondiale et le F.M.I. Son précieux « essai de typologie » des grands opérateurs commerciaux d’aujourd’hui (Hamidou Saley, Tondi Abdoulaye, Bagué Daouda, Moussa Larabou) révèle leurs surprenants parcours de jeunes boys ou manœuvres expatriés au Ghana devenus des commerçants aisés qui doublent leur négoce d’un mécénat parfois social et sportif mais avant tout islamique, pratiquant le prêt sans usure et multipliant les subventions aux mosquées et collèges religieux, notamment à Maradi.

5L’ouvrage comporte, outre un précieux répertoire des sigles, 32 tableaux, 5 cartes, 13 graphiques, 10 illustrations, et 23 pages de bibliographie et sources. Inévitable, son découpage historique avant et après 1960 n’est cependant pas significatif dans tous les domaines et oblige, notamment pour ce qui touche au petit commerce traditionnel très peu évolutif, à de nombreuses banalités et répétitions d’une période sur l’autre. Par ailleurs, on ne parle guère du rôle de la Chambre de commerce. Enfin, tout en saluant de nouveau l’originalité et la valeur de cette étude, on est bien obligé de signaler que, faute très certainement d’une relecture sérieuse, le texte accumule, surtout en deuxième partie, des imperfections de toutes natures avant de s’achever de façon confuse, comme s’il avait perdu ses dernières pages sans véritable conclusion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe David, « Gandah Nabi Hassane, 2013, Commerçants et entrepreneurs du Niger (1922/2006) », Journal des africanistes, 83-1 | 2013, 328-330.

Référence électronique

Philippe David, « Gandah Nabi Hassane, 2013, Commerçants et entrepreneurs du Niger (1922/2006) », Journal des africanistes [En ligne], 83-1 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3654

Haut de page

Auteur

Philippe David

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org