Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Dozon Jean-Pierre, 2011, Les clefs de la crise ivoirienne

Paris, Karthala, Coll. Disputatio, 140 p.
Philippe David
p. 327-328
Référence(s) :

Dozon Jean-Pierre, 2011, Les clefs de la crise ivoirienne, Paris, Karthala, Coll. Disputatio, 140 p.

Texte intégral

1Ce modeste petit livre, avec seulement 132 pages de texte mais d’une exceptionnelle densité, énumère patiemment tous les éléments de l’enchaînement logique et chronologique qui amena en vingt ans un pays florissant et multiple aux portes de la guerre civile et de la disparition.

2Car on pourrait encore s’étonner aujourd’hui de cette triste trajectoire amorcée en 1990 si l’on continuait d’ignorer toutes les faiblesses malignes, toutes les failles, tous les clivages longtemps contenus ou masqués mais bien réels, sournoisement accumulés depuis l’indépendance, tout au long de trente années incontestablement prospères et presque exemplaires pour toute la région. Tout a craqué dès la disparition de Félix Houpohouët-Boigny, le « Vieux », incontestable patriote et bâtisseur doté d’une forte vision de son pays mais coupable pour le moins de n’avoir pas voulu, en tant que chef baoulé fidèle à la tradition, organiser sa succession.

3L’auteur, excellent connaisseur du pays (comme Jean-Pierre Chauveau dont il cite aussi fréquemment les travaux) décèle d’abord dans l’histoire récente du pays une grave et générale crise d’altérité : paradoxalement, la démocratisation de la vie politique à partir de 1990, évidemment bienvenue, n’en a pas moins affaibli désormais l’autorité du « Vieux ». Et cela au moment où l’effondrement du marché mondial du café et du cacao entraînait une détestable « conjoncture » et une forte diminution du niveau de vie, tandis que la « multiplication des nouvelles religiosités », loin d’inciter à l’humilité devant Dieu et la résignation, commençait au contraire à dénoncer comme insupportable la pauvreté en progression. Aux trois « théâtres de brutalisation » vite apparus – insécurité croissante, brutale effervescence de l’Université sévèrement réprimée et violence de la presse écrite émergente – vint s’ajouter, de façon brutale, la stigmatisation des populations « allogènes », jugées trop nombreuses sur des terres agricoles de plus en plus réduites. Absurde, ambigu et à terme désastreux, le trop fameux « concept d’ivoirité », qualifié d’« ethnonationalisme mortifère », vint mettre le feu aux poudres, excluant les minorités immigrées souvent de longue date et même infligé à Alassane Ouatara, ancien premier ministre, à éliminer en tant que candidat présidentiel.

4S’ensuivit alors « une décennie de guerre civile en pointillé » marquée par le nouveau Code rural de décembre 1988 tout aussi « calamiteux » que la nouvelle Constitution de juillet 2000 puis, trois mois plus tard, que les élections qui accordent d’extrême justesse le pouvoir à Laurent Gbagbo. Et l’auteur rappelle alors les désolants, parfois sanglants, déroulements de l’histoire ivoirienne de l’automne 2000 à novembre 2012. Mais il tient à ajouter aux « clefs » déjà indiquées d’autres plus anciennes pour montrer la fragilité longtemps inapparente du pays. D’abord, la brutalité de la conquête coloniale là où les populations s’y sont opposées le plus farouchement. L’œuvre de Maurice Delafosse ne peut faire oublier la « manière forte » du gouverneur Angoulvant. Ensuite, le traitement très différencié des populations selon les ethnies et les régions (chefs Baoulé et colporteurs dioulas contre Bété et Sénoufo, « Boucle du cacao » contre Ouest et Nord, pour simplifier) a vite créé une « structuration inégale » de la société ivoirienne, ou même une excessive « baoulisation », en même temps qu’une double et pénible distorsion, d’une part entre les planteurs européens et indigènes et d’autre part entre Houphouët et le monde agni, génératrice d’innombrables ressentiments à partir de 1945 et des premières élections. Ainsi, très vite, « la période du miracle ivoirien se nourrit plus que de raison des blessures du passé ».

5Dans ses conclusions, Dozon pronostique d’abord que Simone Ehivet-Gbagbo, « pasionaria » redoutable, pourrait bien être plus lourdement condamnée que son époux. Puis il salue la persistance d’un « people » ivoirien bien réel mais écorché vif qui doit (ré)apprendre à redevenir cosmopolite, à condition que le nouveau régime de Ouattara ne mène pas contre lui une « politique vindicative ». Comme l’auteur, on ne peut que lui souhaiter la « remise en route d’un vivre-ensemble ». Demeurant un incontestable pôle économique et politique régional, la Côte d’Ivoire devra en finir avec l’ivoirité frileuse qui faillit l’anéantir et renouer avec la noble ambition qui fut celle d’Houphouët de pratiquer ici « le panafricanisme dans un seul pays ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe David, « Dozon Jean-Pierre, 2011, Les clefs de la crise ivoirienne », Journal des africanistes, 83-1 | 2013, 327-328.

Référence électronique

Philippe David, « Dozon Jean-Pierre, 2011, Les clefs de la crise ivoirienne », Journal des africanistes [En ligne], 83-1 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3652

Haut de page

Auteur

Philippe David

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org