Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Derive Jean(éd.), 2012, Chanter l’amour en pays dioula (Côte d’Ivoire).

Badinage, sexe et jalousie, Paris, Karthala, Classiques africains, 249 p.
Lilyan Kesteloot
p. 325-327
Référence(s) :

Derive Jean(éd.), 2012, Chanter l’amour en pays dioula (Côte d’Ivoire). Badinage, sexe et jalousie, Paris, Karthala, Classiques africains, 249 p.

Texte intégral

1On connaissait la profonde compétence de Jean Derive en matière de littérature dioula. On n’a pas oublié sa thèse sur les chants de cette ethnie, à cheval sur le Mali et la Côte d’Ivoire ; les Dioula de Kong sont pour trois quarts mandingue et pour un quart senoufo. Ayant accumulé un énorme corpus oral, le professeur Derive peut utiliser sa retraite à le publier par fragments significatifs.

2C’est ce qu’il fait avec le volume de Chants d’amour, amour compris ici au sens large, comme il le précise dans le sous-titre : « badinage, sexe, jalousie », mais mieux encore à la page 27, où il définit l’amour (Kanuya) selon une acception extensive qui inclut « toutes les formes d’inclination entre deux êtres ayant pour fin des rapports charnels, que ceux-ci soient réels ou fantasmés, ainsi que toutes les stratégies de séduction pour y parvenir, dans le cadre d’une compétition ». Définition minimale cependant qui met l’accent sur les formes plus que sur le fond. Car il est évident (Derive le signale lui-même plus haut, page 26), la Kanuya en tant qu’amour purement sentimental, où les rapports charnels sont exclus, ou en tout cas interdits, existe bel et bien entre jeunes gens ; et il était d’ailleurs pratiquement absent dans le mariage (alliance entre familles, en vue de la procréation en plus des intérêts réciproques). Enfin, Derive décèle aussi la mutation affective qui suit la mutation sociale, où l’émancipation des jeunes filles leur permet plus souvent de choisir leur mari et donc d’associer le mariage et les élans du cœur.

3Lorsqu’après un très instructif exposé historico-socio-culturel de la société dioula, l’auteur aborde les textes, on est ravi. Ces chants de diverses catégories selon les circonstances, veillées et danses où se déploient la séduction et la compétition ; ou nuptiaux où se mêlent les regrets, les adieux à l’amoureux et à la famille, la rencontre avec le mari, l’exhibition du pagne de la vierge déflorée ; les chants de dyoba, de grofé déclinent une philosophie de l’amour réduite à une maxime, les chants de grobi, de kouroube à l’occasion de fêtes profanes ou religieuses, et dans lesquels on exprime toutes sortes d’attentes et de sentiments amoureux, aussi bien que des déceptions et des annonces de rupture ; bref, ces chants nous charment par leur variété, leur spontanéité, leur naïveté (parfois), leur scepticisme (souvent), leur nostalgie et leur réalisme.

4Mais aussi par leur poésie due souvent à des métaphores : « Visage aperçu visage insaisissable/Tel est l’agouti de Konokwo », pour signaler la difficulté de captiver-capturer l’attention des jeunes filles. Due aussi à des comparaisons :

« Il y a autant de mots doux dans le cœur de mon aimée que de distance entre Abidjan et la France. »

« Qu’elle arrive
Celle qui a l’œil comme une étoile. »
Même les regrets et les injures usent d’images :

« C’est le baobab lisse qui engendre
                      un fruit qui gratte
Si je ne suis pas bonne, n’accusez pas
                      ma mère. »

« Le mariage d’aujourd’hui est
                      devenu comme une partie de ballon
Est-ce que ce sont les hommes qui
                      vont gagner ? »

« L’eau peut-elle blanchir quelqu’un
                      qui n’a pas de cauris ?
Hé mon ami, je ne peux me
                      coucher sans me laver. »

5Ces chants souvent très courts et allusifs, qu’un abondant commentaire de Derive éclaire à suffisance, sont dits au cours de danses ou non, par des femmes ou par des hommes, et parfois alternativement. En plus du badinage, de la moquerie, ou de la provocation, certains exprimant une réelle souffrance, évoquant des situations de mal-aimé(e) et plus souvent de mal-mariée.

6Cela nous remémore alors les ouvrages précédents du Père Luneau et de Pascal Couloubaly sur les chants de femmes au Mali, où les difficultés de la vie conjugale en société polygame dominaient le répertoire féminin. L’originalité du corpus de Derive est qu’il provient des deux sexes et explore un registre plus large dans la thématique de l’amour.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lilyan Kesteloot, « Derive Jean(éd.), 2012, Chanter l’amour en pays dioula (Côte d’Ivoire). », Journal des africanistes, 83-1 | 2013, 325-327.

Référence électronique

Lilyan Kesteloot, « Derive Jean(éd.), 2012, Chanter l’amour en pays dioula (Côte d’Ivoire). », Journal des africanistes [En ligne], 83-1 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3651

Haut de page

Auteur

Lilyan Kesteloot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org