Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

GRIAULE, Marcel, Silhouettes et graffiti abyssins

Paris, Maison-Neuve & Larose, Centre Français des Études Éthiopiennes, 2001, 33 p., 44 pl. et illustrations
Gerald Gaillard
p. 509-510

Texte intégral

1Signée par Marcel Mauss et Marcel Griaule, la courte ‘introduction’ (2 pages) indique que tous les documents présentés furent réunis au cours de la mission confiée à Griaule par le Ministère de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts en 1928. C’est donc cinq ans après celle-ci et immédiatement au retour de l’expédition Dakar-Djibouti que le livre fut publié. Il comporte une partie ‘silhouettes’ : 3 pages de présentation, 4 de photos, 108 figures sur 29 pages ; et une partie ‘graffiti’ : 7 pages de présentation, 4 de photos, 84 dessins sur 12 pages. Les quelques pages de commentaires situent les lieux de recueil, décrivent les églises abyssines, indiquent que les silhouettes présentées figurent sur les damiers entourant portes et fenêtres des sanctuaires, qu’elles sont l’œuvre d’apprentis et, dans le cas des graffitis, donnent la liste des techniques et des supports. Le contenu des représentations est très divers allant du ‘partage du bois’ à la ‘chasse aux serpents’, des ‘têtes de morts’ aux ‘saints cavaliers’. Comme les photos, ce contenu intéressera sans doute en premier lieu les éthiopisants. Il est banal mais néanmoins juste de relever l’isomorphie de certaines des silhouettes avec les peintures d’oiseaux du Braque de la seconde moitié des années 1950.

2En 1928 Griaule (1885-1955) a trente ans. Militaire entre 1917 et 1922, il s’est inscrit en licence de lettres en 1924. Il a découvert l’enseignement du linguiste Marcel Cohen avec qui il a étudié le guèze et l’amharique, et celui de Mauss. Cohen s’est rendu en Éthiopie en 1910. Il cherche à y envoyer en mission Griaule qui a obtenu son diplôme d’amharique en 1927. Grâce à des informateurs éthiopiens présents à Paris, ce dernier s’apprête à publier un premier article dédié aux mythes et coutumes du Begamder pour le fameux Journal Asiatique. C’est avec l’aide de l’un d’eux (Abbas Jérôme Gabra Moussié qui deviendra l’assistant de Leiris durant la mission Dakar-Djibouti) qu’il traduit et édite en 1930 dans la collection des Mémoires de l’Institut d’ethnologie un manuscrit que Cohen avait ramené en 1911 : Le Livre de recettes d’un dabtara abyssin. Pour sa mission de 1928, Griaule part accompagné de Marcel Larget, chimiste et menuisier, qui sera son second deux ans plus tard, lors de la mission Dakar-Djibouti. L’expédition est originellement prévue comme une recherche archéologique, mais la Commission des voyages scientifiques et littéraires du Ministère de l’instruction publique et des Beaux-Arts ayant refusé de l’endosser, car elle risquait d’empiéter sur le domaine du père Aza•s, elle est devenue d’ordre ethnographique et linguistique. Griaule se rend dans la région des hauts-plateaux loin des terrains du père où il fait surtout de l’ethnographie religieuse. Alors pourquoi ces relevés ? Mauss et Griaule insistent dans leur introduction sur le fait que cet “ art abyssin inconnu des jeunes garçons du Godjam ” est “ infiniment intéressant ” car “ l’art adulte est figé dans un style ”. S’agira-t-il de tenter de lire derrière ces représentations une personnalité ou une culture spécifique ? Leur déclaration en reste là mais remarquons que les enfants occuperont longtemps une place majeure dans la démarche de Griaule. Alors qu’il est lui même à la recherche des manifestations les plus spectaculaires et exotiques du sacré, Leiris en 1931 (l’Afrique fantôme, Gallimard, 1933) dit Griaule occupé à “travailler avec les enfants”. “Griaule eut le génie de s’intéresser aux enfants” est la première remarque de Germaine Dieterlen dans ses entretiens avec Nicole Echard (diffusés par France-Culture en 1998). En 1935 la Bibliothèque de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes publie un Jeux et divertissements abyssins et c’est aux Jeux Dogons que Griaule consacre sa thèse complémentaire (1938). Il serait intéressant d’expliquer la constance de cette préoccupation. Y a-t-il une inspiration puisée chez les Américains ? En 1928 M. Mead publie son Coming of age in Samoa préfacé par Boas dont Mauss ne pouvait ignorer l’existence.

3Partis de Paris en septembre 1928, Griaule et Larget sont de retour fin 1929. Griaule publie alors trois articles “abyssins” dans la revue Documents dont Bataille est le secrétaire général. Après le Silhouettes et graffiti, ce sont l’année suivante les trois textes racontant son périple que publie la Revue de Paris. Ils seront rassemblés sous l’intitulé Les Flambeurs d’Hommes (1ère éd. Calmann-Lévy 1934, 2ème éd. 1991, Berg éditeur, préface de Geneviève Calame-Griaule, présentation de Michel Perret). C’est après une douzaine d’articles, La Peau de l’Ours (Gallimard, 1936) que Griaule écrit pour contrer les arguments de ceux du “Manifeste des intellectuels pour la défense de l’Occident” (Maulnier, Gaxotte, Mgr. Baudrillart, Béraud, Brasillach, Maurras...) qui soutenaient l’agression de l’Ethiopie par l’Italie. Si “les Dogon” allaient bientôt supplanter “l’Ethiopie” dans l’oeuvre de Griaule, il est toujours utile de rappeler l’importance de cette première phase abyssinienne.

4Disons enfin que ce livre est un fac-similé de celui publié en 1933 par la même maison, mais que la date de cette première édition n’est nulle part indiquée. Si les rééditions dont l’intérêt est le plus souvent historique, sont éminemment souhaitables, c’est aussi parce qu’elles sont l’occasion d’avant-propos qui relisent, contextualisent, expliquent et pensent un texte, dont la réédition sera si possible agrémentée d’un lourd appareil de notes (indiquant entre autre le tirage de la première édition, les comptes-rendus dont il fût l’objet, etc.). Ce n’est malheureusement pas le cas de celle offerte ici.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gerald Gaillard, « GRIAULE, Marcel, Silhouettes et graffiti abyssins », Journal des africanistes, 74-1/2 | 2004, 509-510.

Référence électronique

Gerald Gaillard, « GRIAULE, Marcel, Silhouettes et graffiti abyssins », Journal des africanistes [En ligne], 74-1/2 | 2004, mis en ligne le 04 avril 2007, consulté le 30 mars 2017. URL : http://africanistes.revues.org/365

Haut de page

Auteur

Gerald Gaillard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org