Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Bornes Varol Marie-Christine (dir.), 2011, Chocs de langues et de cultures ? Un discours de la méthode

Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 526 p.
Noël Gueunier
p. 323-325
Référence(s) :

Bornes Varol Marie-Christine (dir.), 2011, Chocs de langues et de cultures ? Un discours de la méthode, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 526 p.

Texte intégral

  • 1 Les auteurs se gardent d’ailleurs soigneusement de faire allusion aux polémiques, françaises ou aut (...)

1Identités, identifications, contacts culturels : ce sont les thèmes d’un livre ambitieux, touffu, qui doit intéresser l’africaniste, non pas tant parce que certaines des contributions portent sur des terrains africains (Olivier Leservoisier, sur la négociation des catégories d’origine servile chez les Haalpulaaren de Mauritanie ; Philippe Laburthe-Tolra, sur la figure de nkukuma « chef » chez les Beti du Cameroun ; Susanne Fürniss, sur l’emprunt d’un rituel de circoncision par les Baka du Cameroun ; Hugo Ferran, sur le rôle de la musique dans le conflit religieux entre protestants et « traditionalistes » chez les Maale d’Ethiopie), mais surtout parce qu’il explore des notions importantes pour l’historien, pour l’anthropologue, pour le linguiste, à quelque région du monde que le rattachent ses études. Ces thèmes ont été, sont encore hélas, souvent dévoyés, banalisés, ou manipulés à des fins perverses1 ? C’est une raison de plus pour tenter de clarifier.

2Un trait assez original de l’entreprise est son ambition interdisciplinaire, non pas – comme c’est souvent le cas quand on invoque cette étiquette – sous la forme d’une juxtaposition d’études conduites selon des approches disparates, mais avec le souci permanent que chaque analyse menée par un spécialiste soit rediscutée avec les outils intellectuels des autres disciplines. Cela justifie une architecture du livre que d’aucuns pourront juger un peu lourde : deux chapitres méthodologiques encadrent les dix études de terrain qui constituent le cœur du recueil. Le premier de ces exposés de méthode, introductif, détaille les procédures mises en œuvre dans le groupe d’étude à l’origine de la publication pour confronter les points de vue. J’en retiens notamment l’attention aux ambiguïtés qui résultent souvent dans les sciences humaines du fait que les mêmes termes sont employés selon les disciplines avec des acceptions différentes, parfois opposées. Clarifier ces ambiguïtés est un préalable à la compréhension. Les auteurs s’y sont employés en dressant – à l’orée du travail, présentation peu courante, mais justifiée puisqu’il s’agit de préciser les outils – un glossaire des principales notions litigieuses (ainsi emprunt, interférence, signification, transfert...). À la fin du livre, un second essai méthodologique reprend les mêmes questions pour tenter d’en tirer une théorie de l’emprunt nourrie des apports des études de terrain. On remarquera en particulier la proposition d’une typologie des situations d’emprunt, inspirée de la notion de continuum (reprise aux créolistes et aux romanistes) : les différentes formes de l’emprunt s’étagent de l’emprunt zéro (rien n’est pris par une société de la culture de l’Autre si ce n’est la conscience d’être une culture distincte) à l’emprunt total (qui est l’assimilation, ou, si on la désigne autrement, l’ethnocide). Dans ces procédures de confrontation et de synthèse, les auteurs se montrent très soucieux d’écarter le soupçon d’un « impérialisme disciplinaire » des linguistes (p. 21). Le lecteur remarque quand même que c’est généralement à des concepts issus des travaux de linguistique et de sociolinguistique qu’il a été fait recours pour fédérer les différentes démarches.

3Quatre disciplines sont représentées dans les études de terrain. La psychanalyse fournit une seule contribution, l’étude d’un cas de pathologie d’identifications chez un enfant de migrant en France, qui donne l’occasion d’une discussion des méthodes contestées de l’ethnopsychiatrie (Zaki Strougo). Trois études se réclament de l’ethnomusicologie : celles déjà citées de Fürniss (l’emprunt d’un rituel par des « Pygmées » du Cameroun aux « Villageois » voisins entraîne cette conséquence inattendue que ce sont les Villageois, habituellement décrits comme dominants, qui viennent se présenter en demandeurs), et de Ferran (un mouvement de conversion dont la doctrine est celle d’une rupture radicale avec le monde de l’incroyance aboutit, dans le domaine musical, plutôt à un syncrétisme qu’à un abandon total des formes anciennes), auxquelles s’ajoute celle de Marie-Pierre Gibert sur la construction d’une figure du « Yéménite israélien » à travers la reprise et les transformations d’un genre chanté et dansé autrefois par les juifs au Yémen. On y trouve une discussion sur l’opposition entre le folklorique et le traditionnel (posée non pas en termes de changement versus non-changement, mais en termes de volonté ou non de transformer l’héritage).

4Les autres contributions se répartissent entre travaux se réclamant de la linguistique et de l’anthropologie. Relèvent de la linguistique les essais de Marie-Christine Bornes Varol (sur les emprunts du judéo-espagnol au turc : comment cette ancienne langue de diaspora, parlée à Istanbul, fonctionne aujourd’hui dans un système où c’est le multilinguisme qui est un trait identificatoire), d’Amandine Bergère (sur les interférences des systèmes linguistique et graphique chinois et français chez des apprenants sinophones à Paris), et de Marta López Izquierdo (sur les vicissitudes de l’ethnonyme Chicano entre Mexique et Etats-Unis, avec une démonstration bien éclairante de la signification sociale que peuvent assumer des variations phonétiques). Mais, à vrai dire, la distinction avec les chapitres qui sont classés comme anthropologiques paraît quelque un peu artificielle. Tous en effet peuvent se ramener à des discussions sémantiques. Il peut s’agir du nom d’une fonction sociale (Laburthe-Tolra : comment la notion de « chef » chez les Beti se retourne quand colonisation et christianisation inversent les significations sociales de l’accumulation des biens et de la polygamie). Ce peut être aussi le nom d’un groupe statutaire (Leservoisier : comment un groupe stigmatisé comme d’origine servile tente de négocier un autre nom... qui paradoxalement met encore en exergue un statut d’affranchis), ou encore un socio-ethnonyme (criollo au Pérou, étudié par Denys Cuche : l’acriollarse péruvien, qui signifie distinction et discrimination, est bien différent de la créolisation syncrétique et consensuelle des intellectuels martiniquais). Au total, une mine de réflexions stimulantes.

Haut de page

Notes

1 Les auteurs se gardent d’ailleurs soigneusement de faire allusion aux polémiques, françaises ou autres, sur le thème. Peut-être une meilleure manière de les ramener à leur néant que de longues réfutations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Noël Gueunier, « Bornes Varol Marie-Christine (dir.), 2011, Chocs de langues et de cultures ? Un discours de la méthode », Journal des africanistes, 83-1 | 2013, 323-325.

Référence électronique

Noël Gueunier, « Bornes Varol Marie-Christine (dir.), 2011, Chocs de langues et de cultures ? Un discours de la méthode », Journal des africanistes [En ligne], 83-1 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3648

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org