Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Bonhomme Julien, 2009, Les voleurs de sexe. Anthropologie d’une rumeur africaine

Paris, Ed. du Seuil, 199 p.
Christian Seignobos
p. 321-323
Référence(s) :

Bonhomme Julien, 2009, Les voleurs de sexe. Anthropologie d’une rumeur africaine, Paris, Ed. du Seuil, 199 p.

Texte intégral

1« Les voleurs de sexe » ont toute l’apparence d’un fait divers : au moment d’une salutation, voire à la suite d’un frôlement interprété comme un acte intentionnel, un individu constate que son sexe a disparu ou s’est « désactivé ». Il rameute alors son entourage afin de rattraper l’agresseur, qui subit un lynchage.

2Julien Bonhomme a collecté ces anecdotes insolites, dont l’extension spatio-temporelle laisse supposer qu’elles ne peuvent que masquer un fait social autrement important. À travers des articles ou dossiers, on retrouve les mêmes biais médiatiques. Le scénario de l’événement reste identique, depuis les prémisses, le déroulement jusqu’à la fin où l’accusé est livré à la vindicte populaire. Les marchés offrent le cadre obligé de ces psychodrames. Partout une même conclusion : « on ne peut se faire justice soi-même ». Les autorités, de leur côté, traitent le « vol de sexe » comme un trouble à l’ordre public. Le voleur présumé est condamné pour « charlatanisme », requalifié en escroquerie.

3Bonhomme suit une ligne descriptive et analytique simple qui facilite la lecture et la compréhension de l’ouvrage. Il cherche à historiciser ces événements, depuis leur apparition au Nigeria et à travers le franchissement des frontières. Nous avons nous-même été témoin sur le marché central de N’Djamena en 1975 de « voleurs de sexe » passés par le « supplice du collier », l’individu étant maintenu dans un pneu enflammé, ce qui infirme l’idée que ce soit l’Afrique du Sud qui ait initié en 1980 le necklacing dans les townships (p. 77).

4Son analyse le pousse à évoquer les contextes de ces émotions populaires : une urbanisation qui explose après 1970, en même temps que le trafic des biens et des personnes. Les récits sur les « voleurs de sexe » sont nés dans les foules des marchés et des gares routières, lieux privilégiés de propagation de nouvelles. Les vols de sexe et les peurs qu’ils engendrent sont basés sur la rumeur, le ragot. Les « légendes urbaines » transforment toujours la rumeur en événement non pas « vrai », mais « réel ». L’angoisse de ces situations anticipe la peur et naît alors la contagion mimétique de celui qui se croit atteint et de la violence qui s’enchaîne, l’incroyable devient réalité. Tout cela est parfaitement décrit, traduit en fait social car justement cette rumeur met à l’épreuve des formes élémentaires de sociabilité (p. 108). On n’ose se saluer et la défiance envers l’étranger l’emporte sur ce qui, en Afrique, est contraire à l’urbanité qui préside à tout négoce.

5Si Bonhomme laisse rapidement les interprétations psychanalytiques et la surabondante littérature psychiatrique traitant de l’impuissance, y compris dans sa version africanisée, il développe en revanche le registre de la sorcellerie. Le vol de sexe ne s’apparente pas à la sorcellerie « ordinaire » villageoise qui opère de façon occulte dans un cadre familial et auprès d’affins. Il s’agit, au contraire, d’un espace public urbain et de promiscuité avec des étrangers. Les contacts physiques sont diurnes et réduits au seul monde masculin. Bonhomme suit Geschiere (1995) pour qui la modernité en Afrique s’accompagne d’une extension du champ de la sorcellerie. Contre cette nouvelle pathologie on accroît l’arsenal de « blindages » et de pratiques « mystiques ». Le vol de sexe s’intègre bien dans la grande famille de la sorcellerie africaine.

6On peut regretter que l’auteur n’ait pas enquêté dans le berceau du phénomène, qu’il évoque néanmoins (p. 124) : le nord du Nigeria. Sans doute donne-t-il trop d’importance à l’un de ses terrains d’étude, le Gabon, qui reste marginal pour le propos. Au Nigeria, les communautés commerçantes hausaphones ont très largement alimenté les incidents concernant les « voleurs de sexe ». Les victimes Igbo (Nigeria, Tchad, Cameroun, Bénin) semblaient plus identifiables dans les premiers récits. Au moment des indépendances, en 1960, les marchés du nord du Nigeria relèvent d’un monopole musulman absolu. L’arrivée de concurrents chrétiens venus du sud, les Igbo, particulièrement pugnaces en affaires crée un choc. Cette concurrence se double d’une méfiance profonde, issue du passé, envers les peuples du sud, hors des frontières de l’islam. Les Igbo sont partout désignés comme niamri (anthropophages), ce qui renvoie à des appellations anciennes des peuples de ces confins : Niamniam, Lamlam, Damdam des chroniqueurs arabo-berbères. À la charnière des XXe et XXIe siècles, ce sont des « mangeurs d’âmes », des « voleurs de sexe », intégrant toujours ce vieil imaginaire sans cesse rebrassé. Toutefois l’auteur a raison de mettre en garde de sur-rationnaliser ces événements par le biais d’une concurrence commerciale et plus encore de l’associer à des confessions religieuses. Pour notre part, nous nous interrogeons seulement sur l’amorce du phénomène dans ce qui restera son foyer le plus actif, les réseaux commerciaux hausa.

7Loin de l’anecdote, les « voleurs de sexe » permettent de comprendre l’Afrique entrée dans sa contemporanéité avec ses propres modes de communication. Pour autant ces flambées épidémiques aussi intenses que momentanées s’inscrivent-elles dans un processus désormais récurrent ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Seignobos, « Bonhomme Julien, 2009, Les voleurs de sexe. Anthropologie d’une rumeur africaine », Journal des africanistes, 83-1 | 2013, 321-323.

Référence électronique

Christian Seignobos, « Bonhomme Julien, 2009, Les voleurs de sexe. Anthropologie d’une rumeur africaine », Journal des africanistes [En ligne], 83-1 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3646

Haut de page

Auteur

Christian Seignobos

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org