Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Bermudes João, 2010, Ma géniale imposture, Patriarche du Prêtre Jean, par Sandra Rodrigues de Oliveira (trad.) et Hervé Pennec (intr. et notes)

Toulouse, Éditions Anacharsis, 186 p.
Vittorio Morabito
p. 319-321
Référence(s) :

Bermudes João, 2010, Ma géniale imposture, Patriarche du Prêtre Jean, par Sandra Rodrigues de Oliveira (trad.) et Hervé Pennec (intr. et notes), Toulouse, Éditions Anacharsis, 186 p.

Texte intégral

  • 1 « Patriarche » est le titre juridique de la suprême autorité de l’église chrétienne d’Egypte, dite (...)

1Le portugais João Bermudes, probablement un barbier-médecin ayant des fréquentations religieuses, commence la narration de ses aventures chez le « Prêtre Jean », les rois d’Éthiopie, avec ce qu’il veut souligner : il est un vrai « patriarche » puisqu’il fut nommé à la direction de la millénaire église chrétienne d’Éthiopie par le roi Lebnä Denguel en 1535, après avoir reçu les ordres sacrés du précédent abuna Marcos. Dans sa première mission africaine, Bermudes accompagna, en 1520, le père jésuite Francisco Álvares et un ambassadeur portugais. La finalité, toujours avouée, était de conduire dans l’orbite catholique, donc occidentale et portugaise, l’église éthiopienne attachée au patriarcat copte d’Alexandrie. L’ambitieux Bermudes veut tout embrasser : il prétend avoir aussi la primauté sur le patriarcat d’Égypte où, dit-il, le pape Paul III le nomma quand ce dernier accepta à Rome en 1536 sa nomination comme patriarche de l’église catholique d’Éthiopie, car son roi aurait juré fidèle allégeance au pape1.

  • 2 En réalité, le nombre d’embarqués était supérieur à 400, du fait de la présence de 130 esclaves (no (...)

2Le roi du Portugal et le pape furent sollicités plus d’une fois pour venir en aide aux Éthiopiens et cette fois-ci, en 1541, les violentes attaques contre le royaume chrétien menées par des musulmans sous la conduite de l’imam Ahmad ibn Ibrahim al Ghazi, « Grañ » ou « Goranha, roi de Zeila », avec le soutien des Turcs installés jusqu’au Yémen, conduiront à sa deuxième et dernière mission, la fameuse expédition en Éthiopie de 400 militaires portugais2. C’est la première intervention européenne imposante en Afrique subsaharienne dont le coût, officiellement estimé à cent mille cruzados, somme énorme équivalente selon nos calculs à 350 kilos d’or, fut accepté par Bermudes au départ de Goa pour l’Éthiopie, au nom des « innombrables richesses » du roi d’Éthiopie, bien que le gouverneur de l’Inde eût compris que ces financements « risquaient de ne jamais être remboursés ».

3Bermudes assure que le roi João III lui confia la responsabilité de l’expédition et il se montre effectivement autant chef de guerre et stratège que chef religieux lorsqu’il trace le récit détaillé du mouvement des troupes et de l’artillerie, lourde et légère, au milieu des contrées montagneuses de difficile accès du Tigré et du Semien. À la suite des grands combats de 1542, les Portugais perdirent leur commandant, dom Cristovão da Gama. Le patriarche s’arrogea le droit de nommer ses successeurs et cela provoqua une vive agitation parmi les fidalgo (fils de quelqu’un, de famille aristocrate portugaise) et conduira à la rébellion et à la division de l’armée.

  • 3 Le Père, le Fils et le Saint Esprit, auxquels s’ajoute le pape, considéré comme le quatrième Dieu.

4Du côté des Éthiopiens, lors du décès du roi Lebnä Dengel, la régente poursuivit la position favorable aux Portugais. L’arrivée du jeune roi Galawdéwos, « Gradeus », dans les champs de bataille compliqua les rapports avec les alliés ; il fut opposé à l’union avec l’église romaine et s’il s’y déclara favorable dans l’extrême besoin, comme au moment de la bataille près du lac Tana, en 1543, dans laquelle un habile arquebusier lusitain tuera Grañ, tout de suite il se repentira et montrera son attachement à la foi éthiopienne : « vous êtes un arien car vous avez quatre dieux » répètera-t-il3. Les différends militaires, ajoutés à la querelle religieuse, rendront délicate la position du patriarche. Le doute sur la véracité des titres de Bermudes, déjà manifeste avant son départ, s’installera aussi chez les militaires portugais, d’autant plus qu’il affirme avoir perdu pendant les batailles les documents servant de preuves.

  • 4 Des descendants de Portugais étaient signalés dans l’Éthiopie contemporaine.

5Sans « secours ou assistance », les Portugais qui ne partirent pas à la mort de Grañ s’éparpillent ; certains se marient avec des Éthiopiennes4, d’autres suivront l’armée du roi éthiopien dans la nouvelle guerre contre l’avancé des « Galla », les Oromo, ou resteront cantonnés dans des fiefs lointains ou tenteront de fuir de l’Éthiopie en s’entassant aux alentours du port de Massawa, le roi ayant interdit les départs non autorisés. Un groupe de quarante Portugais fut porté comme prisonnier au Caire et le roi éthiopien accepta la demande d’un vénitien, « Micer Sunçar », de les racheter et libérer. Après dix ans, il restait encore entre 150 et 200 Portugais en Éthiopie.

  • 5 H. Pennec est le responsable des coéditions en trois langues (espagnol, portugais, anglais) de la m (...)

6N’appréciant pas le départ de pères dominicains avec Bermudes et l’exclusion, les jésuites demandèrent au pape et au roi portugais l’envoi d’une mission en Éthiopie avec un patriarche catholique, un jésuite, « à émender et à éviter les préjudices que ledit Diogo João Bermudes aurait fait » explique un document cité dans l’éclairante introduction d’Hervé Pennec5.

7Puisque le roi Galawdéwos en 1548 a obtenu du patriarche d’Alexandrie un nouveau abuna pour l’église éthiopienne, Bermudes perd ses prérogatives et pour se sauver accepte la coutume d’être nommé seigneur de fiefs éloignés de la mer rouge et loin du roi, un véritable exil ! Par sa tactique privilégiée, « la ruse », il arrive à s’embarquer au port de Massawa en direction de Goa. Pendant que « le pseudo-patriarche », selon la désignation des jésuites, se trouve en Inde, il rencontre « le patriarche catholique » destiné à l’Éthiopie et ses compagnons en 1556. Dans sa relation, il admet la rencontre en deux lignes, sans la commenter. Il débarque au Portugal en 1559, ayant passé en tout trente années en Éthiopie.

  • 6 Miguel de Castanhoso, 1563 [reéd. 1988], Historia das cousas que o mui esforçado capitão dom Cristi (...)
  • 7 Esta he huna breve relação da embaixada que o Patriarcha dom João Bermudez trouxe do Emperador da E (...)

8Un peu plus tard, un commandant portugais, un fidalgo, rédigea les mémoires de l’expédition et ne fut pas tendre pour Bermudes6. Alors celui-ci, pour répondre à ceux qui « se moquent de moi » et à d’autres qui « écrivent et disent certaines choses qui n’ont pas eu lieu », écrira cette relation éditée en 1565 en peu d’exemplaires et dédiée au roi Sebastião7. Sous le titre accrocheur Ma géniale imposture et le sous-titre Patriarche du Prêtre Jean, l’intitulé français prête à équivoque et permettrait de penser qu’il s’agit de « mémoires falsifiés d’un aventurier de la plus belle trempe » qui voulait « être roi ». Les mémoires expriment les opinions authentiques du narrateur, le vécu passé ou tel qu’il lui semble être passé. Lors de son premier séjour en Éthiopie, d’ambassadeur connaissant probablement le latin ecclésiastique et ayant appris l’amharique, Bermudes fut proclamé ou s’est autoproclamé patriarche. Comme patriarche d’une contrée inconnue mais digne d’intérêt, il s’imposera chez les décideurs européens et ensuite comme patriarche catholique chez le roi d’Éthiopie. Toutefois, ce ne sera pas cette relation à révéler « l’imposture », ni ce qu’il incarna faussement ni ce qu’il fut. L’historien suppléera-t-il à l’absence d’aveux ?

9Diverses réalités sont présentées : des esclaves, des eunuques, la traîtrise d’un important personnage d’origine luso-éthiopien « un mulâtre de sang inférieur » locuteur de l’amharique, une désertion de 40 militaires portugais, l’ingéniosité dans l’usage de la poudre explosive et inflammatoire, l’assistance au combat de saint Jacques en personne, le miracle d’une source d’eau jaillie où dom Cristovão fut tué, le partage du butin et des femmes, l’encadrement portugais de deux mille écuyers et archers du pays, des Arméniens au service du roi éthiopien, la disposition en guerre du campement royal, l’estime des Abyssins comme « peuple rustre », armé de flèches et de frondes, la coutume du pays et surtout celle en cours chez les Oromo de couper les organes génitaux des ennemis, la montagne Amba Geshen prison des héritiers au trône, les juifs du Semien, les églises rupestres de Lalibela et encore d’autres curiosités. La description, dans les derniers chapitres, des merveilles du pays (or, sables, Amazones, cataractes du Nil ...) semblerait empruntée à Francisco Álvares, comme l’indique Pennec. La traduction est fluide et la lecture du récit est passionnante.

Haut de page

Notes

1 « Patriarche » est le titre juridique de la suprême autorité de l’église chrétienne d’Egypte, dite copte, et abuna, notre père, est le titre honorifique du primat, ou métropolite, éthiopien nommé par ce patriarche copte.

2 En réalité, le nombre d’embarqués était supérieur à 400, du fait de la présence de 130 esclaves (noirs) et de plusieurs marins. Bermudes parle de 600 hommes engagés dans une opération militaire.

3 Le Père, le Fils et le Saint Esprit, auxquels s’ajoute le pape, considéré comme le quatrième Dieu.

4 Des descendants de Portugais étaient signalés dans l’Éthiopie contemporaine.

5 H. Pennec est le responsable des coéditions en trois langues (espagnol, portugais, anglais) de la monumentale História de Etiópia de Pedro Páez.

6 Miguel de Castanhoso, 1563 [reéd. 1988], Historia das cousas que o mui esforçado capitão dom Cristivão da Gama fez nos reinos do Preste João..., Lisbonne.

7 Esta he huna breve relação da embaixada que o Patriarcha dom João Bermudez trouxe do Emperador da Etiopia, chamado vulgarmente Preste João ... , Lisbonne, 1565.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vittorio Morabito, « Bermudes João, 2010, Ma géniale imposture, Patriarche du Prêtre Jean, par Sandra Rodrigues de Oliveira (trad.) et Hervé Pennec (intr. et notes) », Journal des africanistes, 83-1 | 2013, 319-321.

Référence électronique

Vittorio Morabito, « Bermudes João, 2010, Ma géniale imposture, Patriarche du Prêtre Jean, par Sandra Rodrigues de Oliveira (trad.) et Hervé Pennec (intr. et notes) », Journal des africanistes [En ligne], 83-1 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3644

Haut de page

Auteur

Vittorio Morabito

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org