Navigation – Plan du site
Mélanges
In Memoriam

Pietro Lupo. Historien, philosophe et anthropologue (1932 / 2013)

Vittorio Morabito
p. 314-317

Texte intégral

  • 1 Pour enseigner en 1958 au Collège Saint-François Xavier de Fianarantsoa, puis au Collège Saint Mich (...)
  • 2 Qu’on se rappelle d’une réponse des Malgaches, audible chez tous les Africains : « Nos ancêtres ava (...)

1Pietro Lupo, né le 29 août 1932 en Sicile, à San Giovanni Gemini (Agrigente), entra dans la Compagnie de Jésus à seize ans et fit ses études supérieures à l’Université de Messine. Licencié de philosophie en 1956, pour satisfaire son penchant missionnaire il fut envoyé à Madagascar1. En même temps, il approfondit ses connaissances dans les universités de Tuléar avec la maitrise en histoire en 1978 et à Paris I en 1979 avec un Diplôme d’Études Approfondies en études africaines et histoire des mentalités. Une année cruciale pour lui car, particulièrement sensible et attentif aux valeurs traditionnelles2 et ayant établi de nombreux contacts avec des Malgaches, il remit en question sa vocation religieuse et quitta les jésuites. En conséquence, Pietro Lupo se dédia entièrement à l’enseignement et à la recherche dans la grande île rouge ; elle deviendra sa patrie et le malgache sa langue, sans compter sa volonté de comprendre les langages du sud de Madagascar.

2Nommé maître de conférences à l’université de Tuléar, il y resta pendant vingt ans, jusqu’à sa retraite de 1998, et au-delà en continuant volontairement, et il y assuma la direction du Département d’histoire. De même, il professa au séminaire des salésiens à Tuléar pendant plusieurs années et aux universités de Tananarive et Tamatave de 1980 à 1994. Ses enseignements couvriront surtout l’histoire des religions et des mentalités, l’histoire de l’Afrique noire au XIXe siècle et l’anthropologie religieuse.

  • 3 Cf. Y. Person, ‟Pour une histoire des religions africaines”, Archives de sociologie des religions, (...)

3À la suite des ses recherches sur la difficile introduction du catholicisme à Madagascar à la fin du XIXe siècle (1883-1895), minoritaire vis-à-vis du protestantisme, il soutient en 1981 sa thèse de doctorat préparée sous la direction d’Yves Person. Á travers l’interprétation du journal personnel d’un personnage remarquable, Paul Rafiringa, il analyse les réactions locales à l’expérience d’une église malgache autochtone et « déclérisée. » Ainsi, en disciple du Centre d’Études Africaines, il découvre que l’Afrique et Madagascar ont une histoire accessible par des sources coutumières et des enquêtes sur le terrain3.

  • 4 Lupo collabore abondamment avec la presse locale, donne des conférences à Madagascar, en France, en (...)
  • 5 Sur les nécessités de la vie quotidienne (malnutrition dans le projet SEECALINE, sécheresse, pauvre (...)

4Désormais, ses travaux ajouteront à l’histoire la compréhension du « discours malgache sur Dieu » basé sur la vie « en profondeur » des populations malgaches et africaines et appréhendé à l’aide de rites, mythes, légendes et prières. Il demeura toujours très actif et infatigable4. Sensible aux difficultés des Malgaches pour assurer leurs moyens d’existence, il compléta les activités spéculatives par des enquêtes menées en collaboration avec son épouse, Monique Lupo Raveloarimanana5. Son succès d’estime, aussi auprès des étudiants et d’anciens étudiants, lui vaut l’attribution de la Grand-croix de 2e classe de l’Ordre national malgache et l’admission à l’Académie malgache.

5Et pourtant, en juin 2009, il fut obligé de se séparer de ses collègues, de ses amis et de ses anciens élèves, une grande partie de l’élite malgache, avec de vifs regrets, d’autant plus pénibles qu’ils le considéraient comme étant un raiamandreny (père et mère, un aîné en plénitude de sagesse) ; mais son voyage dans l’intimité malgache s’était poursuivi pendant cinquante ans, toute une vie, et il était temps de se rapprocher des siens. Il vécut, ainsi, en Grande-Bretagne, conforté de l’affection de sa famille et des petits enfants, sa joie de vivre pendant la maladie. Pietro Lupo décéda le huit janvier 2013 à Kingston Upon Thames (Londres). Selon sa volonté et comme un bon Malgache, ses cendres ont été ramenées en Sicile, dans son tanindrazana (le domaine familial, le lieu natal d’où l’on vient et où vivent les ancêtres, la mère-patrie), à côté de ses parents, avec « mes ancêtres qui, s’ils sont quelque part, ne peuvent constituer qu’une seule famille avec les ancêtres malgaches et africains. » Une intégration culturelle réussie.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie de Pietro Lupo

1975 Église et décolonisation à Madagascar, [Préf. Mgr G. Ramanantoanina], Fianarantsoa, Éd. Ambozontany, 306 p.

1977 Le Catholicisme à Madagascar à la fin du XIX° siècle. Les laïcs. Documents sur la première guerre coloniale 1883-1886, [Introduction Édition critique Traduction de l’Histoire de l’Union catholique], Tananarive, Secrétariat de la Conférence Épiscopale de Madagascar, 298 p.

1977 Lupo P. et Raoelina-Andriambololona J., Philosophie et théologie, Bulletin de l’Académie Malgache [BAM], n. sp. (75e anniversaire de l’Académie Malgache).

1977 Catholicisme et civilisation malgache à la fin du XIXe siècle, (Actes Colloque International des Historiens et juristes de l’Océan Indien), Omaly sy Anio (Tamatave) [0A] 5-6 : 313-334.

1977 Un témoignage sur le catholicisme à Madagascar entre 1883 et 1886 : le « Journal » d’Eugène Arnaud, BAM 55 (1-2) : 27-37.

1978 Come nasce una Chiesa : Vittoria Rasoamanarivo e il laïcato cattolico nel Madagascar, Civiltà Cattolica, 5 août : 239-252.

1978 Les laïcs pendant la guerre de 1894/1895 d’après l’« Histoire-journal » de Paul Rafiringa, Maitrise en histoire, Université de Tuléar, 326 p.

1979 La communauté catholique d’Antananarivo 1883 et 1885, 0A 7-8 : 317-356.

1981 Nouvelles perspectives sur l’histoire du catholicisme à Madagascar au XIXe siècle, Recherche, Pédagogie et Culture, 50, janv. : 68-77.

1981 Contribution à l’histoire du catholicisme à Madagascar à la fin du XIXe siècle : l’église confiée aux laïcs d’après l’« Histoire Journal » de Paul Rafiringa, 1894-1895, 376 et 152 p., Thèse de 3e cycle, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, direction de Yves Person. [Reprise amplifiée de la maitrise, 1978].

1982 Gallieni et la laïcisation de l’école à Madagascar, 0A 16 : 69-100

1987 Religions et développement. Échanges et recherches, Recherches pour le Développement (Tananarive) 3 : 23-50.

1987 Catholiques malgaches de Tananarive (XIXe siècle), Revue Française d’Histoire d’Outre-mer [RFHOM], 270 : 57-67.

1987 Un témoignage sur la religion malgache pratiquée à Nossy Be au XIX siècle. Une lettre du Père Marc Finaz, OA 25-26 : 183-224.

1989 Religion et développement, RD 3 : 23-50.

1990 Catholicisme et société à Madagascar, Antsiranana (Diégo-Suarez), Institut sup. de théologie et de phil., Edit. Recherches et Documents, 80 p.

1990 Une Église des laïcs à Madagascar : les catholiques pendant la guerre coloniale de 1894 - 1895, Paris, Éditions du CNRS, 434 p. [Préf. de S. Ayache. Texte remanié de la thèse, 1981].

1990 Le discours malgache sur Dieu. Contribution à l’étude d’une mentalité, OA 29-32 : 145-161.

1993 Jésuites, Francs-maçons et pouvoir à Tananarive (1890-1893), OA 37-40 : 271-325.

1993 Christianisme, société et culture dans le Sud-Ouest de Madagascar, RFHOM 325 : 173-203.

1995 Espace, Temps, Religion : une étude d’histoire des mentalités, Talily-Revue d’Histoire (Tuléar), 1 : 63-81.

1995 Tradition et environnement. Analyse d’une mentalité, Talily 2 : 69-90.

1997 Ancêtres et Christ : un siècle d’évangélisation dans le sud-ouest de

Madagascar : 1897-1997, (Coord.), [Préf. M. Napetoke, Introd. Père J.-Cl. de Rosny], Université de Tuléar/Mission Catholique de Tuléar, Fianarantsoa, 228 p.

1998-2000 Tuléar et ses environs. Économie et écologie. Regards d’un historien, Talily, 7 : 24-48.

1999 Christianisme, société et culture dans le Sud-ouest de Madagascar, Deuxième moitié du XIXe siècle. La Mission luthérienne de Norvège, RFHOM : 173-203.

2001 Anthropologie de l’eau dans le Grand Sud de Madagascar, BAM 79 (1-2) : 59-64.

2003 L’idée de sacré (hasina) et d’autorité dans la pensée traditionnelle, Mémoires de l’Académie Malgache, (Tananarive), 47 : 113-122.

2003 Ranavalona 1er et le Christianisme, Talily, 10 : 22-44.

2005 Un Culte dynastique à Madagascar, le Fitampoha (bain des reliques), Hommage à Bruno Hübsch, Université de Lyon & Institut Catholique de Madagascar, Tome 1er : 101-146 [Texte de 1995].

2005 L’Au-delà entre l’histoire et l’imaginaire. Pistes de recherches sur la pensée religieuse traditionnelle malgache, in Démons et merveilles. Le surnaturelle dans l’Océan Indien, V. Marimoutou, V. Magdelaine, B. Terramorsi (eds.), Saint-André (La Réunion), Océan Eds : 325-340.

2006 Dieu dans la tradition malgache : approches comparées avec les religions africaines et le christianisme, (Préf. J. Rakotoniaina), Fianarantsoa & Paris, Ambozontany & Karthala, 189 p.

2010 Un mythe malgache, Sonoro sirène et Sainte Mère Vasimba, in B. Terramorsi (Dir.), Les filles des eaux dans l’Océan indien. Actes du Colloque international de Toliara, Paris, L’Harmattan : 325-340.

À paraître, Ody et Sampy, Idoles et talisman dans l’histoire de Madagascar. Énergies sacrées et forces cosmiques, Paris.

Haut de page

Notes

1 Pour enseigner en 1958 au Collège Saint-François Xavier de Fianarantsoa, puis au Collège Saint Michel de Tananarive jusqu’en 1978.

2 Qu’on se rappelle d’une réponse des Malgaches, audible chez tous les Africains : « Nos ancêtres avaient un Dieu, nous n’avons pas besoin d’une religion importée, le christianisme et l’époque coloniale ont aliéné la culture et la spiritualité malgaches. » Et dans un pays à forte présence protestante, la hiérarchie catholique craignait que « le catholicisme malgache » puisse s’opposer au « catholicisme universelle.» Le préfacier d’Église et Décolonisation disait que P. Lupo pose les réels problèmes de l’église, surtout après les événements de mai 1972 à Madagascar.

3 Cf. Y. Person, ‟Pour une histoire des religions africaines”, Archives de sociologie des religions, 1973, 36, 91-101. La disparation précoce d’Y. Person, en 1982, aurait compliqué le cursus universitaire de Pietro Lupo. Dans sa magnifique préface en 1990, Simon Ayache, pour qui Pietro Lupo garda toujours un profond respect, encadre dans un plus vaste espace culturel, l’histoire et la méthodologie utilisées dans la thèse.

4 Lupo collabore abondamment avec la presse locale, donne des conférences à Madagascar, en France, en Suisse, en Italie et en Norvège et dirige des séminaires avec des étudiants et des chercheurs, comoriens, malgaches et français sur les religions dans le monde, le rôle de l’Islam dans la mondialisation etc. Il présenta de nombreuses communications à des congrès scientifiques et fut le grand animateur des revues Cahiers de l’École normale supérieure (philosophie) et Talily – Revue historique de l’Université de Tuléar. Il resterait en manuscrits une communication au colloque de l’université de la Réunion, Chemins de la laïcité dans l’histoire de Madagascar et également deux travaux incomplets, un sur les ancêtres et l’histoire et un plus personnel sur ‟mes religions”.

5 Sur les nécessités de la vie quotidienne (malnutrition dans le projet SEECALINE, sécheresse, pauvreté, lèpre, amélioration de l’enseignement, des enseignants, les sociétés des pêcheurs, responsabilisation des communes rurales, assainissement urbain etc.) soit comme consultant soit dans le cadre d’un bureau d’études, le Groupe de recherche pour la connaissance du Sud (G.Re.C.S.), pour le compte d’organismes internationaux ou nationaux et d’associations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vittorio Morabito, « Pietro Lupo. Historien, philosophe et anthropologue (1932 / 2013) », Journal des africanistes, 83-1 | 2013, 314-317.

Référence électronique

Vittorio Morabito, « Pietro Lupo. Historien, philosophe et anthropologue (1932 / 2013) », Journal des africanistes [En ligne], 83-1 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3642

Haut de page

Auteur

Vittorio Morabito

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org