Navigation – Plan du site
Mélanges
In Memoriam

Luc de Heusch : s’interroger...

Marc Henri Piault
p. 301-303

Texte intégral

1Luc de Heusch nous a quitté il y a peu de temps. Il fut, avec Jean Rouch, l’un des promoteurs de l’anthropologie audiovisuelle mais cinéma et ethnologie n’ont pas été ses seules activités. Ecrivain et cinéaste, la passion de Luc de Heusch pour l’art ne s’est jamais démentie. Il vécut, de 1949 à 1951, dans un phalanstère d’artistes (Les Ateliers du Marais) aux côtés notamment du peintre Alechinsky qui l’entraîna dans le mouvement de contestation et d’innovation intellectuelle et artistique, COBRA. Il consacra divers articles et films à ses amis Alechinsky, Dotremont et Reinhoud, ainsi qu’à Magritte et Ensor.

2Il a cependant très largement contribué au développement du cinéma ethnographique et de ses prolongements. Il a ainsi réalisé de nombreux films et, notamment, assumé la charge de Secrétaire général adjoint du Comité International du Film ethnographique et Sociologique (CIFES). À la demande de l’UNESCO il écrivit une étude sur le cinéma et les sciences sociales dont Edgar Morin fit la préface. De 1955 à 1992 il enseignait l’anthropologie sociale et culturelle à l’Université Libre de Bruxelles dont il fut nommé Professeur émérite. On lui doit de nombreux articles et livres, dont cinq ouvrages publiés par Gallimard.

3Docteur honoris causa de l’Université des sciences humaines de Strasbourg, il fut, à deux reprises (1966-68 et 1973-75), Directeur d’Études associé à la Ve section (sciences religieuses) de l’École Pratique des Hautes Études (Paris). Il y co-dirigea de 1974 (date de sa création) à 1978, avec Michel Cartry, le Laboratoire Systèmes de pensées en Afrique noire, associé au CNRS. Il fut Président du Conseil scientifique du Musée Royal d’Afrique Centrale (Tervuren) de 1987 à 1991. Il était membre de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux Arts de Belgique.

4En Afrique il tournera surtout dans les régions qui avaient été sous domination belge. On lui doit ainsi, Rwanda, tableaux d’une féodalité pastorale (1955), Fête chez les Hamba (1956, nouvelle version en 1998), Une République devenue folle : Rwanda 1884-94 (1996). Il tourna également au Mali Sur les traces du renard pâle (1984) où il retrouve en particulier l’ethnologue Germaine Dieterlen.

5Il réalisa également de véritables portraits sociologiques de la Belgique qui procédaient d’une sorte d’ethno-fiction : Gestes du repas (1958), Les amis du plaisir (1962), Les Amis du plaisir trente ans après (1995). Il était ainsi le précurseur d’un cinéma où réel et fiction se combinent et se complètent pour mieux interroger l’attention du spectateur.

6Il évoqua l’histoire de son pays marqué par le difficile débat entre Flamands et Francophones dans Quand j’étais Belge (1999) et réalisa un long métrage (Jeudi on chantera comme dimanche, 1967), tourné dans la banlieue industrielle de Liège.

7Grand admirateur de Flaherty, Luc de Heusch pensait avec Jean Rouch que Nanook of the North (1922) était « le premier film ethnographique du monde ». Il prônait également la pratique d’une caméra incitative, élément décisif dans la constitution d’une situation anthropologique, établissement et poursuite d’une conversation où l’observateur éclaire ses objectifs en se mettant en position attentive d’écoute.

8Dans son film sur le Rwanda, Luc de Heusch mettait en images la thèse d’histoire précoloniale de son ami ethnologue Jacques Maquet. C’était initialement une tentative pour restituer des comportements et des façons de penser les rapports entre les personnes, entre les sexes, une expérience destinée à éprouver les hiérarchies, la richesse ou la connaissance.

9D’abord initiatives ethnologiques, les modalités de réalisation conduisirent à montrer les images en cours de tournage aux différents groupes concernés par le film. À travers cette procédure les «acteurs» gagnèrent peu à peu une certaine autonomie d’entreprise, ce qui sera le point de départ d’une future anthropologie partagée. Le film tente une compréhension interne de l’articulation des groupes sociaux ainsi que du vécu de systèmes de valeurs légitimant l’ordre social. Il pose la question cruciale des modifications apportées par les occupations coloniales mais aussi par les politiques post-indépendances.

10Luc de Heusch écrivait : « La participation effective et consciente des gens à la réalisation d’un film est souhaitable et parfaitement conforme aux techniques traditionnelles de l’observation ethnographique » (LdH, : Cinéma et Sciences sociales, Reports and Papers in the Social Sciences, 16, Paris, UNESCO, 1962 : 62). Il évoquait clairement à ce propos la réalisation de son film sur le Rwanda. Il s’agissait « ... de restituer aussi fidèlement que possible une société différente de la nôtre, une autre façon de considérer les femmes, de situer le prestige, la richesse, etc. Il me parut impossible de rendre compte des données élémentaires de la vie sociale... sans obtenir la participation effective des gens que l’on film à l’action. » (LdH, cité par Gilles Marsolais, L’Aventure du cinéma direct, Paris, Seghers, 1974 : 233).

11Cette position, affirmée dès 1962, ne sera pas admise facilement par la plupart des ethnocinéastes de l’époque revendiquant encore une vision neutre sinon objective. Le discours du spécialiste prétendait identifier sans ambiguïté les images et, pour les spectateurs, l’écran aurait été une fenêtre ouverte sur les « réalités » du monde.

12Ce type d’attitude confortera pour longtemps des opinions contradictoires et méprisantes à l’égard des films anthropologiques. Les « documentaristes » vont accuser les ethnologues de prétendre tout savoir et d’exprimer « la vérité de ce qui est » du haut d’un commentaire qui expliquerait tout. De l’autre, les anthropologues purs et durs vont soupçonner les cinéastes de tous les trafics ou de toutes les naïvetés, prenant des apparences pour des réalités complexes que seules les approches théoriques de maîtres penseurs devraient faire comprendre.

13Luc de Heusch a contribué de façon décisive à rompre ces oppositions pour avancer vers une interrogation constante à partir des modalités diverses de la représentation. De la description à l’interrogation, de la rencontre au dialogue, il a parcouru et nous a montré certains des chemins que nous tentons encore aujourd’hui de reconnaître.

14Luc de Heusch nous avait d’abord proposé une interrogation nécessaire et persistante aujourd’hui sur ce que transmet l’image filmique. Il ne s’agit ni d’un simple support d’analyse, ni d’un miroir grossissant permettant à un observateur averti de saisir les ressorts de situations et de rapports sociaux dans leur vérité intime, ultime. Le savoir produit est une interprétation plausible des données de l’expérience dont la mise en place contribue à caractériser provisoirement les formes comme les significations. Jean Epstein découvrait, il y a plus de soixante ans déjà, que le cinéma était un dispositif expérimental qui ne faisait qu’inventer une image plausible de l’univers et sans doute Luc de Heusch aura-t-il contribué de manière essentielle à initier une approche anthropologique fondée sur la nécessité de l’interrogation plus que sur la certitude de la réponse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Henri Piault, « Luc de Heusch : s’interroger... », Journal des africanistes, 83-1 | 2013, 301-303.

Référence électronique

Marc Henri Piault, « Luc de Heusch : s’interroger... », Journal des africanistes [En ligne], 83-1 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3640

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org