Navigation – Plan du site
Écrits hors-champ

Littérature enfantine et de jeunesse en Tanzanie : la contribution de Elieshi Lema

Children’s and youth literature in Tanzania : the contribute of Elieshi Lema
Flavia Aiello Traoré
p. 180-192

Résumés

Depuis les années 1990 se développe en Tanzanie une production considérable en littérature enfantine et de jeunesse écrite en swahili, étroitement corrélée aux défis de l’instruction publique et de la langue nationale. L’auteure Elieshi Lema y apparaît comme une figure marquante avec des livres dédiés aux plus jeunes, qui abordent des questions cruciales, telles que le droit à l’instruction et la discrimination de genre, tout en articulant la création littéraire autour de l’enfant et de son monde.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cet article est dédié à un objet de recherche peu visible dans les études africaines, en l’occurrence la littérature enfantine et de jeunesse en langues nationales, à travers l’exemple du swahili. Ce type d’écrits participe de la reconfiguration du domaine littéraire africain, inséparable d’une déconstruction des hiérarchies catégorielles qui subordonnent souvent la littérature enfantine à sa finalité pédagogique ou sa présumée naïveté. Ce processus implique aussi une dimension linguistique, car encore aujourd’hui les observations critiques tendent à privilégier les écritures dans les langues ex-coloniales et laissent inaperçus des écrits en langues autochtones (Barber and Furniss 2006 : 4).

  • 1 Par exemple Chinua Achebe, Ngugi wa Thiong’o, Léopold Sédar Senghor, Birago Diop.
  • 2 Référence à la célèbre déclaration de C. Achebe (1981), cité par Osa (1995 : xi) : « [African child (...)

2Le développement d’une écriture créative africaine destinée aux enfants et aux jeunes est intrinsèquement lié au processus de décolonisation et à sa dimension culturelle dans le secteur de l’instruction. Au lendemain des indépendances, plusieurs écrivains africains ont commencé à écrire pour les enfants et les jeunes1 avec l’objectif de « préserver le paysage de leur imagination », en essayant de défier les fausses perceptions culturelles véhiculées par les livres scolaires souvent hérités du système colonial2. Toutefois, en général, les efforts des premiers écrivains étaient contrastés du fait que le système scolaire des pays africains était basé presque entièrement sur les manuels scolaires, et la diffusion commerciale de la littérature d’enfance et de jeunesse était (et est encore) limitée, comme l’est d’ailleurs tout le marché du livre (Segun 1992 : 29).

3Peu à peu, surtout à partir des années 1990, dans un contexte général d’amélioration de l’instruction de base soutenue par les organismes de coopération, la question du lien entre la littérature et l’alphabétisation scolaire a été abordée par les écrivains, les éditeurs, les éducateurs et les planificateurs en Afrique, dans la perspective d’un renforcement des compétences linguistiques et de la lecture (Machet & Olen 1998 : 236).

4Cette tendance implique aussi la question de la langue de l’instruction. Dans le cadre de politiques linguistiques qui défavorisent les langues africaines dans l’instruction scolaire et, en conséquence, l’alphabétisation dans une langue maternelle ou familière aux enfants (Brock-Utne & Skattum, 2009 : 16), la publication de livres pour les enfants et les jeunes en langues nationales constitue un défi culturel et économique pour les éditeurs du continent africain.

  • 3 Les principaux points de discussion durant la conférence de Nairobi ont été résumés par Aliou Sow, (...)

5D’ailleurs, de récentes conférences sur le livre en Afrique en attestent, telles que les réunions organisées par l’ADEA (Association pour le Développement de l’Education en Afrique) à Nairobi en 2011 et à Ouagadougou en 20123. Au cours des deux dernières décennies, plusieurs pays africains ont promu, selon différentes modalités et avec des degrés variables de succès, le rôle des langues africaines dans de l’enseignement de base. Ces politiques linguistiques ont favorisé le développement d’initiatives éditoriales en langues nationales dédiées aux enfants et à la jeunesse : c’est le cas, entre autres, de l’Afrique du Sud post-apartheid (Mohapi 1998 : 201-203), du Kenya (Ngugi 2009 : 16), du Rwanda (Kabanza 2007 : 65) et du Mali (Traoré 2009 : 157).

6À cet égard, la Tanzanie se fait remarquer comme l’un des rares pays sub-sahariens où le gouvernement indépendant a promptement et efficacement introduit la langue véhiculaire autochtone, le swahili (kiswahili pour ses locuteurs), comme moyen d’instruction tout au long de l’enseignement primaire. Le caractère inabouti du processus de « swahilisation » du système scolaire, et la crise de l’école publique, toutefois, représentent des facteurs qui ont graduellement lésé le statut du swahili, et qui inquiètent les intellectuels, les écrivains et les éditeurs tanzaniens pour lesquels cette langue est encore un véhicule de l’identité nationale (Topan 2006 : 119).

  • 4 Pour une vision d’ensemble de cette production littéraire pour l’enfance et la jeunesse tanzanienne (...)
  • 5 Voir, par exemple, la bibliographie de littérature enfantine et de jeunesse (1759 livres en anglais (...)

7Dans ce tableau s’est développée une considérable production de littérature enfantine et de jeunesse en swahili4, qui va être l’occasion d’explorer le rapport entre statut de la langue, engagement pédagogique et production de fiction dans l’écriture africaine contemporaine destinée aux enfants et aux adolescents. Cet article se focalisera, en particulier, sur la contribution de Elieshi Lema, qui non seulement a consacré sa créativité narrative aux jeunes lecteurs, mais a aussi concouru en tant qu’éditrice au développement d’un espace éditorial est africain s’adressant aux jeunes lecteurs, aujourd’hui encore plus ramifié grâce à la vitalité de l’édition au Kenya5.

Instruction en swahili et littérature enfantine et de jeunesse en Tanzanie

  • 6 Le terme Ujamaa en swahili signifie fraternité, au sens de cohésion entre les membres d’une famille (...)
  • 7 Entrepris par le East African Swahili Committee (EASC). Cet organisme commença à se réunir à partir (...)

8La République fédérale de Tanzanie est un État récent, créé en 1964 par Julius Nyerere, leader du TANU (Tanganyika National Union), qui avait obtenu l’indépendance du Tanganyika en 1961, et par Abeid Karume, chef de l’ASP (Afro-Shirazi Party) et du Gouvernement Révolutionnaire de Zanzibar. Le président Nyerere, promoteur de l’Ujamaa ou socialisme africain6, attribuait une importance fondamentale à l’expansion du swahili, langue maternelle des communautés côtières (Waswahili), déjà diffusé en Afrique orientale au long des routes caravanières et dans les régions évangélisées par les missionnaires, et devenu à l’époque coloniale l’objet d’un processus de standardisation et de diffusion7, qui se révéla un outil de propagande du parti nationaliste (Askew 2000 : 46).

  • 8 En 1964 l’East African Swahili Committee a été incorporé à l’Institute of Swahili Research/Taasisi (...)

9Associé à la construction d’une nouvelle identité nationale, pan-ethnique, progressiste, le swahili en Tanzanie – à la différence du Kenya et de l’Ouganda – fut déclaré langue nationale et officielle en 1964 (Ricard 2009 : 41). Il fut standardisé ultérieurement8 et utilisé progressivement dans tous les secteurs de la vie publique en substitution à l’anglais, y compris pour l’éducation de base. à la différence de la majorité des pays africains postcoloniaux, où les langues africaines continuaient à être marginalisées (jusqu’à aujourd’hui) dans l’éducation scolaire, dans ce pays le swahili fut en effet introduit peu après l’indépendance comme langue d’enseignement dans l’école primaire et dans les cours d’alphabétisation pour les adultes (Blommaert 1999 : 91).

  • 9 À l’exception du TUKI, où les cours sont délivrés en swahili.

10La réforme de la langue d’instruction, qui était prévue pour tout le système scolaire, est restée toutefois incomplète et n’a jamais été appliquée à l’école secondaire et à l’université, où la langue d’instruction reste l’anglais9, une situation qui selon certains chercheurs a restreint l’accès à une éducation de qualité en détériorant la maîtrise des deux langues (Qorro 2009 : 57, 65). Cette politique linguistique incohérente est aussi souvent indiquée comme une des causes de la lenteur de l’expansion du marché du livre en Tanzanie (Bgoya 2008 : 87).

  • 10 Le système de l’éducation, après la Déclaration d’Arusha (1967), en accord avec les idéaux socialis (...)

11Le développement d’une littérature enfantine et de jeunesse, destinée à soutenir l’éducation primaire, est un phénomène relativement récent en Tanzanie. Après l’Indépendance, dans un contexte de croissance quantitative du système éducatif primaire10, les potentialités de la relation entre scolarisation de base et littérature n’étaient même pas envisagées dans le pays, essentiellement à cause du manque de ressources, qui suffisaient à peine pour la production des manuels scolaires (Moshi, 1998 : 127). Le secteur des ouvrages éducatifs était le monopole de la maison d’édition gouvernementale, Tanzania Publishing House (TPH), qui ne pouvait pas soutenir la publication de livres supplémentaires pour l’enfance.

  • 11 Les maisons d’édition privées en général investissaient dans le secteur de la littérature populaire (...)

12De leur côté, les petites maisons d’édition privées n’avaient pas la capacité économique d’investir dans le secteur pour l’enfance (Saiwaad 1998 : 66)11.

  • 12 La littérature pour l’enfance resta une activité occasionnelle pour les écrivains tanzaniens, par e (...)

13Ce cadre s’accordait à une vision de la lecture des textes créatifs comme une compétence à atteindre au sein des études secondaires, et réservée donc seulement aux adultes. À partir de la proclamation de l’Ujamaa, en effet, l’écriture littéraire en swahili fut largement encouragée, en tant que moyen de diffusion de la langue standard et aussi de conscientisation politique, et se développa sous plusieurs formes, telles que la poésie en vers libres, le roman et le théâtre, mais il s’agissait d’une activité destinée seulement aux lecteurs experts, principalement aux élèves de l’école secondaire et de l’université, une portion de la population évidemment minoritaire12.

14Dans les années suivant la Déclaration d’Arusha, en effet, l’une des raisons pour stimuler la création littéraire en langue swahili fut la volonté de renouveler le programme de littérature des écoles secondaires, qui au début des années 1960 était encore largement britannique (Blommaert 1999 : 139).

15À l’école primaire, donc, les enfants étaient seulement en contact avec les manuels scolaires, alors que la créativité verbale, un peu pour faire de nécessité vertu, un peu en raison d’une valorisation de l’oralité « traditionnelle » africaine, était vécue essentiellement sous forme orale. Les genres oraux plus diffusés au sein de l’enseignement de base étaient la poésie dialoguée ngonjera et les performances dansantes ngoma, adaptées par les artistes et les troupes locales, avec le soutien du gouvernement, pour diffuser les nouveaux idéaux politiques (Bertoncini Zúbková et al. 2009 : 171-175).

  • 13 Soutenu, parmi les associations, par International Reading Association et READ Association Trust (S (...)
  • 14 Voir le site official du projet TVP, <www.care.org>, consulté le 2 février 2013.

16À partir des années 1990, la situation a amplement changé. Le gouvernement tanzanien a développé des projets cofinancés par des donateurs internationaux, avec pour objectif d’améliorer la capacité de lecture/écriture des élèves dans l’école primaire et de promouvoir le secteur éditorial local destiné à l’enfance (Moshi, 1998 : 128). Le premier projet, lancé en 1991, a été dénommé « Children’s Book Project », cofinancé par CODE (Canadian Organisation for Development through Education) et d’autres organisations internationales (Swedish International Development Cooperation Agency, British Council, etc.). Pour soutenir aussi la distribution des livres pour l’enfance sur le territoire, le projet lança en 1997 une Campagne Nationale sur la Lecture (Madumulla 2001 : 177)13. Un autre projet important est TUSOME VITABU!, financé par CARE International14, qui a permis dans certaines régions l’ouverture de nouvelles bibliothèques (440 en tout) et augmenté la quantité et la qualité des livres scolaires pour l’enfance (Sifuna 2007 : 695).

  • 15 L’abolition des frais d’inscription dans l’école primaire a immédiatement fait augmenter le nombre (...)

17Ces initiatives font partie des efforts du gouvernement tanzanien pour contrer la crise de l’école publique, dont le système commença à se détériorer vers le milieu des années 1980, lorsque le système scolaire fut touché par des reformes libérales imposées par la Banque Mondiale. L’introduction des frais d’inscriptions, en particulier, amena à une réduction drastique du taux de scolarisation.Le sous-financement de l’éducation nationale correspondait, en outre, à l’émergence des écoles privées, en rapide expansion surtout dans les plus grands centres urbains (Lema, Mbilinyi, Rajani 2004 : XV). L’état actuel de l’éducation primaire en Tanzanie s’est considérablement amélioré depuis 2001, avec le lancement du Primary Education Development Plan (PEDP)15, bien que la majorité des élèves n’ait pas encore accès à une éducation de qualité. La didactique est menacée par plusieurs facteurs, tels que les bas salaires des enseignants, l’insuffisance de manuels scolaires et du matériel didactique, les classes surpeuplées, les punitions corporelles encore en vogue, etc. (Lema, Mbilinyi, Rajani 2004 : xv).

  • 16 Voir le site official du projet, <www.cbp.or.tz>, consulté le 2 février 2013.

18Même s’il y a encore beaucoup à faire en termes de distribution et d’utilisation des livres dans la didactique scolaire, tous ces projets ont eu de bons résultats, et ont encouragé des maisons d’éditions privées, nées après la libéralisation du secteur des publications éducatives dans les années 1990, à investir aussi dans la littérature d’enfance en swahili (le seul projet CBP a permis d’imprimer 237 livres pour enfants et les a distribués dans 3.642 écoles primaires du pays16).

19Toutefois, il est encore tôt pour que naisse un secteur éditorial spécialisé pour l’enfance. Le marché tanzanien du livre est encore peu dynamique, principalement à cause des contraintes socioéconomiques et du sous-développement des cycles secondaire et universitaire. Par conséquence, certains éditeurs tanzaniens ont développé une approche diversifiée et ouverte en ce qui concerne les stratégies pour l’expansion des ventes, en publiant dans les différents secteurs éditoriaux et dans toutes les deux langues, swahili et anglais, ce qui leur permet également d’être plus visibles dans les foires internationales et sur le marché électronique. Par exemple, Walter Bgoya, directeur de la maison d’édition tanzanienne Mkuki na Nyota, qui est aussi l’un des fondateurs de African Books Collective, une association née pour la promotion en ligne du livre africain sur le marché européen et nord-américain. Rappelons aussi que la demande de littérature d’enfance et de jeunesse en langue anglaise est en train d’augmenter, à cause de la diffusion du secteur privé de l’éducation primaire, où la langue d’instruction est l’anglais.

Elieshi Lema : auteure et éditrice

  • 17 Elle a obtenu un M.A. à l’université de Dar es Salaam avec son mémoire intitulé Effects of colonial (...)
  • 18 Elle est membre associé, entre autres, du Tanzania Network Gender Program, du National Kiswahili Co (...)

20C’est dans ce contexte que se situe l’activité infatigable d’une femme tanzanienne, Elieshi Lema, qui a largement soutenu le développement de la littérature enfantine et de jeunesse est-africaine dans le double rôle d’auteure et d’éditrice. Née en 1948 et ayant grandi dans le village Nronga aux pieds du Kilimandjaro, Elieshi Lema a rejoint Dar es Salaam pour ses études universitaires de littérature17. Elle y vit toujours actuellement et y travaille en tant qu’écrivain, éditrice et aussi activiste dans le domaine de l’associationnisme tanzanien18. Après une longue expérience dans le secteur éditorial, elle a ouvert en1993 sa propre maison d’édition, la E&D Limited (Lihamba et al. 2010 : 450-451). Elle est connue aussi pour sa création littéraire, de la poésie, de la littérature enfantine et de jeunesse, et plus récemment des romans (Tryst with Peril [Rendez-vous avec le danger], 1994, et Parched earth [La terre desséchée], 2001).

  • 19 Dans le catalogue de la maison d’édition E&D on trouve plusieurs livres en swahili : littérature po (...)
  • 20 Elle a traduit trois livres de l’anglais vers le swahili, Nyamanza ndege wa amani (de Janine Cornei (...)

21En tant qu’écrivaine et éditrice, Lema a prouvé qu’elle s’adaptait avec intelligence et pragmatisme à la question de la langue – swahili ou anglaise –, toujours objet de vifs débats dans le secteur de l’éducation et de la littérature en Tanzanie. À travers sa maison d’édition, elle soutient avec conviction la publication de littérature swahili19 (elle-même est auteure/traductrice20 de 14 titres pour les plus jeunes). La littérature enfance-jeunesse est diffusée premièrement dans les bibliothèques scolaires, mais également dans d’autres cadres, par exemple à travers la présentation de ses livres à la télévision (Hanak 2001 : 74) ou dans le café littéraire Soma Book Café, fondé par sa collaboratrice Demere Kitunga (directrice de la branche E&D Readership and Development Agency).

22Son intérêt pour la langue nationale rencontre celui pour l’instruction publique. Lema a publié et coédité un ouvrage, Nyerere on Education/Nyerere kuhusu Elimu (2004), qui relance le débat sur l’éducation publique à travers la publication d’importants essais de Nyerere.

23En même temps, elle écrit ses romans en anglais et les publie avec d’autres titres anglophones pour atteindre le marché international, en n’oubliant pas les livres pour enfants et jeunes en anglais (le dernier, In the Belly of Dar es Salaam [Dans le ventre de Dar es Salaam], a gagné en 2010 le prix Burt Award for African Literature) et les publications bilingues afin de satisfaire aussi le secteur privé de l’instruction.

  • 21 Récemment l’écrivaine s’est aussi intéressé aux tout petits lecteurs, en âge préscolaire, et a inau (...)

24Les ouvrages pour enfants et jeunes de Lema sont écrits en majorité en swahili, la langue parlée par la plupart des jeunes tanzaniens et en même temps medium de l’éducation de base. Ils contribuent ainsi au développement de la langue nationale. Les livres sont destinés à différents groupes d’âge, par rapport à la complexité des thèmes et du langage, selon le niveau scolaire des enfants, et parfois se terminent par un lexique ou des questions/suggestions aux enseignants pour l’élaboration d’unités didactiques21.

25Les œuvres sont également des vecteurs culturels pour les enfants : dans Safari ya Prospa [Le voyage de Prospa], Mwendo [Le chemin], Ndoto ya Upendo [Le rêve de Upendo], la série Freshi na Maisha [Freshi et Maisha], Mkate mtamu [Le pain savoureux], l’auteure articule des thématiques telles que le droit à l’instruction, la discrimination de genre et la formation d’identité à travers des histoires convaincantes et une caractérisation réaliste et dynamique des personnages. Avant d’écrire, elle consulte non seulement la documentation écrite, mais effectue aussi des recherches sur le terrain. C’est le cas de ses premiers ouvrages, Safari ya Prospa et Mwendo, deux romans destinés aux adolescents. Safari ya Prospa est né d’un projet, financé par la NORAD (Norwegian Agency for Development), pour lequel Lema et l’écrivain norvégien Tor Edvin Dahl ont mené ensemble une recherche pour représenter les divers milieux de l’histoire. Après s’être accordés sur les personnages principaux et l’essentiel de l’intrigue, les deux écrivains ont écrit l’histoire dans leur propre langue.

  • 22 Le genre détective/policier apparaît déjà dans les journaux à l’époque coloniale ; depuis les année (...)

26Le protagoniste de ce roman policier, un genre très apprécié en Tanzanie22, est un enfant de presque dix ans, Prospa, qui part tout seul à la recherche du fils de sa sœur, kidnappé durant l’absence de sa mère. Son voyage, qui embrasse symboliquement toute la Tanzanie, de Moshi jusqu’à Zanzibar, en passant par les zones rurales peuplées par les Wapare et la grande ville, Dar es Salaam, lui fera rencontrer beaucoup d’obstacles, mais son enquête, face à l’inertie des adultes, aboutira grâce à l’aide de Sara, une petite fille seule et écartée à cause de son œil blessé, et d’un groupe d’enfants de rues. Cette aventure est un prétexte pour discuter de quelques préjugés, que ce soit pour les enfants Prospa et Sara, qui vont construire leur amitié au-delà des stéréotypes de genre, soit pour les adultes, comme le riche Felix qui, à travers le contact avec les amis de son neveu Prospa, dépassera son sentiment de méfiance envers les pauvres dans la rue.

  • 23 Watu wanazungumza female genital mutilation, halafu unaandika makala kwenye gazeti, halafu watu wan (...)

27La recherche en vue de son deuxième livre, Mwendo, a été beaucoup plus longue. « Les gens parlent des mutilations génitales féminines, tu écris un article dans le journal, puis les gens font des séminaires, mais rien ne change. Et puis il y a ce fait de dire “ Oh c’est notre culture, de faire comme ça ”. Voilà pourquoi ce discours me préoccupe beaucoup... En vérité ça a été très dur, j’ai fait des recherches dessus pendant trois ans »23.

  • 24 Unyago ni daraja, kutahiri sio daraja. Huvuki kwa kutahiriwa. Unalemaa, unakauka. Waambie rafiki za (...)

28Pour séparer la question de la violence de la discussion sur la fonction des rites d’initiation (ngoma ya unyago), l’auteure a situé l’intrigue parmi les Makonde, une ethnie qui ne pratique pas l’excision. Au cœur de l’intrigue, l’incompréhension entre une famille résidant à Dar es Salaam, qui veut célébrer le passage à l’âge adulte de leur enfant Felisia, avec comme conséquence sa longue absence de l’école, et la maîtresse et le directeur de l’institut scolaire, qui condamnent ces rituels comme des actes barbares et menacent d’expulser la fillette. Felisia découvre l’importance du rituel transmis par son initiatrice (somo) Tante Helena Margreta : « L’unyago, c’est un rite de passage, être excisée n’est pas un rite de passage. Tu ne le franchis pas par l’excision. Tu es mutilée, tu es desséchée. Dis-cela à toutes tes camarades, dis-le à toutes les petites filles avec qui tu étudies ou que tu rencontres, dis-leur de ne jamais accepter aucune mutilation quelconque de leur corps. Jamais, jamais elles ne doivent accepter ça24 ».

29Helena Margreta réussira aussi à expliquer aux éducateurs le rôle de l’unyago chez les Makonde, qui soutient l’enfant dans sa recherche d’identité avec une humanité absente de l’école. Felisia pourra enfin retourner en classe. Tout en refusant la violence, l’écrivaine exprime ainsi la nécessité d’une médiation entre les traditions culturelles tanzaniennes et les institutions « modernes », comme l’école, un procès dialectique quotidien et non une « éducation des masses » dictée par les autorités.

30Le droit à l’instruction des petites filles a été également abordé par l’auteure dans Ndoto ya Upendo, un livre illustré destiné aux enfants en apprentissage de lecture. Upendo est une enfant éveillée, qui aimerait apprendre à lire et à écrire, mais quand son petit frère Yona est envoyé à l’école, elle doit rester à la maison pour aider la maman à s’occuper du nouveau-né. Un jour, elle vole le cahier de Yona et commence à copier les lettres sur le sol. Elle veut découvrir « le secret de l’écriture », et dans le labyrinthe de ses rêves, peuplés d’animaux et de souffles de vent parlants, elle trouve la force de s’affirmer : un matin elle se dirige vers l’école. Elle y rencontre la directrice qui décide de convaincre ses parents d’envoyer l’enfant à l’école. Lema laisse aux petits lecteurs la liberté d’imaginer la conclusion de l’histoire.

  • 25 Herufi nzuri/Kama maua/Namba nzuri/Kama nyota /Nipe siri/Uliyompa kaka. (Lema 2001 : 15)

31Dans tous ces livres, Lema utilise la littérature orale (proverbes, contes, et surtout chanson) qui envoûte le lecteur et rattache l’enfant à son expérience en famille et à l’école. Les chansons expriment souvent la voix profonde des enfants, comme dans le cas de Upendo, qui chante : « Lettres de l’alphabet jolies / Comme des fleurs / Nombres jolis / Comme des étoiles / Donnez-moi le secret / Que vous avez donné à mon frère25. »

32La curiosité et la recherche identitaires des enfants sont aussi au centre de la collection Freshi na Maisha, destinée aux élèves de la cinquième à la septième année, et articulée en quatre volumes : Jipende [Aimes-toi], Jilinde [Protèges-toi], Jijue [Connais-toi toi-même], Jithamini [Aies confiance en toi-même]. La protagoniste est Maisha, avec son ami imaginaire, Freshi, qui parfois se matérialise sous forme d’une petite pierre bleue, et qui symbolise sa force introspective, sa capacité à observer la vie et à s’interroger.

33À travers le vécu quotidien de Maisha, l’écrivaine aborde des thèmes tels que l’alimentation, l’environnement, l’éducation à la santé et la prévention du SIDA. Les contenus informatifs, toutefois, sont bien insérés dans la structure narrative, qui tourne toujours autour de l’enfant et de son développement intégral. La valorisation de soi est aussi la thématique principale de Mkate mtamu, un livre destiné au même groupe d’âge. La protagoniste Maya et son petit frère Modi vivent au village dans une situation de pauvreté. Maya rêve de devenir médecin, Modi veut être un commerçant. Fatiguée de voir Modi se sentir inférieur aux enfants des voisins plus riches et de devoir chercher toujours l’occasion de manger du pain et de la marmelade chez eux, Maya décide de préparer elle-même un pain, avec de la farine de mais et deux œufs qu’elle a dérobés à sa maman qui les vend au marché. Le pain savoureux de Maya aidera les enfants à reconnaître leur valeur et l’importance de se donner de la peine pour réaliser leurs rêves.

Conclusion

34La littérature pour l’enfance et la jeunesse constitue pour les écrivains tanzaniens un important soutien à l’instruction en langue swahili, et aussi un espace inédit pour la création littéraire. Les livres pour les enfants et les jeunes de Lema sont des exemples intéressants de support à l’enseignement primaire publique, et leur visée didactique se transmet toujours à travers une représentation littéraire soignée. L’esprit pédagogique de Lema met au centre de la création littéraire la subjectivité de l’enfant, et la représentation réaliste et minutieuse du monde qui l’entoure.

35Pour que cette production de littérature puisse jouer un rôle efficace dans la scolarisation de base en langue swahili, et développer l’habitude de la lecture parmi les élèves, il serait utile d’encourager davantage la synergie entre éducation et littérature, non seulement avec le financement de nouvelles bibliothèques et de cours de formation pour les enseignants, mais aussi en intégrant l’enseignement de la langue et de la littérature pour l’enfance dans le programme de langue swahili, comme cela fut le cas au Kenya en 2002 où, selon les premières recherches, cette initiative a déjà produit quelques bénéfices dans la didactique (Ngugi 2009 : 232-233).

Haut de page

Bibliographie

Aiello traore Flavia, 2010, Swahili Children’s Literature in Contemporary Tanzania, Journal des Africanistes 80, 1-2 : 152-177.

Askew Kelly, 2002, Performing the Nation, Chicago, The University of Chicago Press.

Barber Karin, Furniss Graham, 2006, Africa-Language Writing, Research in African Literatures, 37-3 : 1-14.

Bertoncini zúbková Elena, 1989, Outline of swahili literature, Leiden, Brill.

Bertoncini zúbková Elena, Gromov Michail D., Khamis Said A.M., Wamitila Kyallo W, 2009, Outline of Swahili Literatur, Leiden, E. J. Brill.

Bgoya Walter, 2008, The endeavour of publishing : its limits of success with Swahili readers, in Anja Oed, Uta Reuster-Jahn (eds.), Beyond the Language Issue. The Production, Mediation and Reception of Creative Writing in African Language, Köln, Rüdiger Köppe : 87-94.

Blommaert Jan, 1999, State Ideology and Language in Tanzania, Köln, Rüdiger Köppe.

Brock-utne Birgit, Skattum Ingse, 2009, Introduction. Languages and Education in Africa : a transdisciplinary discussion, in Birgit Brock-Utne, Ingse Skattum (eds.), Languages and Education in Africa, Oxford, Symposium Books : 15-54.

Hanak Irmi, 2001, Kuandika kwa ajili ya watoto [interview avec Elieshi Lema], Stichproben. Wiener Zeitschrift für kritische Africastudien : 56-79.

Hunt Peter, 1999, Introduction. The World of Children’s Literature Studies, in Peter Hunt (éd.), Understanding Children’s Literature, London, Routledge : 1-14.

Kabanza Faustin, 2007, Littérature de jeunesse à double dynamique au Rwanda : littérature urbaine/rurale, in Bernard Huber, Guy Missodey (eds.), Nationalités, mondialisation et littératures d’enfance et de jeunesse, Paris, Éditions des archives contemporaines, AUF : 63-68.

Lema Elieshi, 1995, Safari ya Prospa, Dar es Salaam, E&D Limited.

—, 1998, Mwendo, Dar es Salaam, E&D Limited.

—, 2001, Ndoto ya Upendo, Dar es Salaam, E&D Limited.

—, 2005, Freshi na Maisha. Jijue, Dar es Salaam, E&D Limited.

—, 2005, Freshi na Maisha. Jilinde, Dar es Salaam, E&D Limited.

—, 2005, Freshi na Maisha. Jipende, Dar es Salaam, E&D Limited.

—, 2005, Freshi na Maisha. Jithamini, Dar es Salaam, E&D Limited.

, 2006, Mkate mtamu, Dar es Salaam, E&D Limited.

Lema Elieshi, MBilinyi Marjorie, Rajani Rakesh (eds.), 2004, Nyerere on education/Nyerere kuhusu elimu, Dar es Salaam, Hakielimu/E & D limited.

Lihamba Amandina, Moyo Fulata L., Mulokozi Mugyabuso M., Shitemi

Naomi L., Yahya-othman Saida (eds.), 2010, Des femmes écrivent l’Afrique, Paris, Karthala.

Machet Myrna, Olen Sandra, 1998, Enticing Children to read, in Indaba 98. Books and Children, Harare, Zimbabwe International Book Fair Trust : 236-241.

Madumulla Joshua S., 2001, Hali ya Vitabu vya Watoto katika Tanzania, Swahili Forum VIII : 171-183.

Mohapi Tseltsi W. D., 1998, Writing for Children in Indigenous Languages: a South African Perspective, in Indaba 98. Books and Children, Harare, Zimbabwe International Book Fair Trust : 200-204.

Moshi Elibariki A., 1998, Books and Children in Tanzania, in Indaba 98. Books and Children, Harare, Zimbabwe International Book Fair Trust : 127-128.

Mpesha Nyambura, 2007, African Children’s Literature. A Bibliography, Bloomington, AuthorHouse.

Ngugi Pamela M., 2009, Language and Literary Education: the State of Children’s Literature in Swahili in Primary Schools in Kenya, University of Wien, Ph.D. thesis.

Osa Osayimwense, 1995, African’s Children’s and Youth Literature, New York, Twayne Publishers.

Qorro Martha A.S., 2009, Parent’s and Policy Maker’s Insistence on Foreign Languages as Media of Education in Africa: restricting access to quality education – for whose benefit?, in Birgit Brock-Utne, Ingse Skattum (eds.), Languages and Education in Africa, Oxford, Symposium Books : 57-82.

Ricard Alain, 2000, Ebrahim Hussein: Swahili Theatre and Individualism, Dar es Salaam, Mkuki Nyota Publishers.

, 2009, Le Kiswahili, une langue moderne, Paris, Karthala.

Saiwaad Abdullah. The Publishers Association of Tanzania, in Indaba 98. Books and Children, Harare, Zimbabwe International Book Fair Trust : 64-67.

Segun Mabel D., 1992, Children’s Literarture in Africa: problems and prospects, in Chidi Ikonne, Emélia Oko, Peter Onwudinjo (eds.), Children and Literature in Africa, Ibadan, Heinemann Educational Books (Nigeria) : 24-42.

Sifuna Daniel, 2007, The Challenge of Increasing Access and Improving Quality: An Analysis of Universal Primary Education Interventions in Kenya and Tanzania since the 1970s, International Review of Education, 53, 5-6 : 687-699.

Topan Farouk, 2006, Why does a Swahili Writer write?, Research in African Literatures, 37-3 : 103-119.

Traoré Mamadou L., 2009, L’utilisation des langues nationales dans le système éducatif malien: historique, défis et perspectives, in Birgit Brock-Utne, Ingse Skattum (eds.), Languages and Education in Africa, Oxford, Symposium Books : 155-162.

Whiteley Wilfred, 1969, Swahili. The Rise of a National Language, London, Methuen & Co Ltd.

Haut de page

Notes

1 Par exemple Chinua Achebe, Ngugi wa Thiong’o, Léopold Sédar Senghor, Birago Diop.

2 Référence à la célèbre déclaration de C. Achebe (1981), cité par Osa (1995 : xi) : « [African children] must now be brought up on a common vocabulary for the heroic and the cowardly, the just and the unjust. Which means preserving and refurbishing the landscape of the imagination and the domain of stories. »

3 Les principaux points de discussion durant la conférence de Nairobi ont été résumés par Aliou Sow, ancien président du Réseau des éditeurs africains (APNET), dans le Dossier 2012 « Langues et Livres pour la jeunesse », publié dans la revue en ligne Takam Tikou. Le Dossier contient aussi une riche bibliographie de livres pour la jeunesse disponibles dans trente-trois langues parlées dans les pays d’Afrique francophone. Voir <www.takamtikou.fr/dossiers/dossier-2012-langues-et-livres-pour-la-jeunesse²>, consulté le 2 février 2013.

4 Pour une vision d’ensemble de cette production littéraire pour l’enfance et la jeunesse tanzaniennes, voir Aiello Traore 2010 : 152-177.

5 Voir, par exemple, la bibliographie de littérature enfantine et de jeunesse (1759 livres en anglais et swahili) publiée par N. Mpesha (2007).

6 Le terme Ujamaa en swahili signifie fraternité, au sens de cohésion entre les membres d’une famille. Nyerere utilisa ce mot pour expliquer le concept de socialisme africain.

7 Entrepris par le East African Swahili Committee (EASC). Cet organisme commença à se réunir à partir de 1930, mais on souhaitait déjà sa naissance au cours d’une « Education Conference » organisée à Dar es Salaam par le gouverneur du Tanganyika en 1925. L’objectif de la conférence était la sélection d’une langue qui aurait pu servir de langue véhiculaire pour tout le territoire colonial. Pour cela fut choisi le swahili, pour lequel se révéla nécessaire une standardisation par une orthographe commune et une seule forme dialectale de référence (Whiteley 1969 : 79-80).

8 En 1964 l’East African Swahili Committee a été incorporé à l’Institute of Swahili Research/Taasisi ya Uchunguzi wa Kiwahili (TUKI) de l’Université de Dar es Salaam (Whiteley 1969 : 82).

9 À l’exception du TUKI, où les cours sont délivrés en swahili.

10 Le système de l’éducation, après la Déclaration d’Arusha (1967), en accord avec les idéaux socialistes et nationalistes de Nyerere, avait été remodelé et financé jusqu’à atteindre un taux d’alphabétisation supérieur à 90% à la fin des années 1970 (Lema, Mbilinyi, Rajani 2004 : xiv).

11 Les maisons d’édition privées en général investissaient dans le secteur de la littérature populaire. Citons par exemple la maison d’édition bénédictine Ndanda Mission Press (Bertoncini Zúbková et al. 2009 : 101), ou les auteurs comme H. Rajab, K. Mukajanga, J. Mkabarah, N. Mbajo, qui dans les années 1980 ouvrirent de petites maisons d’édition pour publier des livres policiers et textes sentimentaux qui étaient vendus dans les rues avec les journaux et les livres de poche d’occasion en anglais (Zúbková Bertoncini 1989 : 4-5).

12 La littérature pour l’enfance resta une activité occasionnelle pour les écrivains tanzaniens, par exemple Ebrahim Hussein, qui traduisit en kiswahili le conte The little black fish de l’auteur iranien Samad Behrangi, en « s’appropriant » en quelque sorte l’œuvre de son prédécesseur (Ricard 2000 : 134). L’un des rares écrivains à s’engager de manière systématique dans la littérature d’enfance depuis les années 1970 est Martha Mvungi, auteure de nombreux livres pour les enfants en anglais et swahili.

13 Soutenu, parmi les associations, par International Reading Association et READ Association Trust (Sud Afrique), le programme avait trois objectifs principaux : augmenter le nombre de bibliothèques scolaires, intégrer les enseignants de l’école primaire dans le programme, et améliorer la qualité des livres à travers la mise à niveau des écrivains, des illustrateurs et des éditeurs (Moshi, 1998 : 127).

14 Voir le site official du projet TVP, <www.care.org>, consulté le 2 février 2013.

15 L’abolition des frais d’inscription dans l’école primaire a immédiatement fait augmenter le nombre d’inscriptions scolaires. Le taux brut de scolarisation, passé de 78% en 2000 à 108% en 2003, est resté stable les années suivantes. <www.unicef.org/infobycountry/tanzania_statistics.html>, consulté le 2 février 2013.

16 Voir le site official du projet, <www.cbp.or.tz>, consulté le 2 février 2013.

17 Elle a obtenu un M.A. à l’université de Dar es Salaam avec son mémoire intitulé Effects of colonialism on Machame oral literature: proverbs and riddles (1980). Voir <www.literature.udsm.ac.tz/oral.htm>, consulté le 2 février 2013.

18 Elle est membre associé, entre autres, du Tanzania Network Gender Program, du National Kiswahili Council, de l’organisme de reforme éducative Haki Elimu et de l’African Publishers Network.

19 Dans le catalogue de la maison d’édition E&D on trouve plusieurs livres en swahili : littérature pour adultes (parmi les auteurs G. Ruhumbika, C. S. Chachage et F. Macha), mais aussi œuvres pour les enfants et les jeunes, en langue originale ou traduites de l’anglais (parmi les créateurs/traducteurs : A. Lihamba, M. M. Mulokozi, Abeid H. Sakara et Ali Mwalim Rashid). Voir <www.edvisionpublishing.co.tz>, consulté le 2 février 2013.

20 Elle a traduit trois livres de l’anglais vers le swahili, Nyamanza ndege wa amani (de Janine Corneilse), Almasi na Jitu (de Sue Appley) et Sosu (de Meshak Asare). Voir ibid.

21 Récemment l’écrivaine s’est aussi intéressé aux tout petits lecteurs, en âge préscolaire, et a inauguré la collection Nipambe kwa rangi [Colorie-moi], des livres illustrés à colorier. Voir ibid.

22 Le genre détective/policier apparaît déjà dans les journaux à l’époque coloniale ; depuis les années 1980 il monopolise à peu près la littérature populaire (fasihi pendwa) (Bertoncini Zúbková et al. 2009 : 101).

23 Watu wanazungumza female genital mutilation, halafu unaandika makala kwenye gazeti, halafu watu wanafanya semina lakini hakuna kinachotokea. Na kuna kitu kingine hapo - issue ya « Oh ni utamaduni wetu, kufanya hivi na hivi »... Kwa hivyo hicho kitu kikanigusa. Kweli ilikuwa ngumu, nilifanya utafiti kwa miaka mitatu. (Interview de Lema, Hanak 2001 : 66)

24 Unyago ni daraja, kutahiri sio daraja. Huvuki kwa kutahiriwa. Unalemaa, unakauka. Waambie rafiki zako wote, waambie watoto wote wa kike unaosoma nao na utakaokutana nao, waambie, katu, wasikubali kukatwa sehemu yoyote ya mwili wao. Katu, katu wasikubali. (Lema 1998 : 44)

25 Herufi nzuri/Kama maua/Namba nzuri/Kama nyota /Nipe siri/Uliyompa kaka. (Lema 2001 : 15)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Flavia Aiello Traoré, « Littérature enfantine et de jeunesse en Tanzanie : la contribution de Elieshi Lema », Journal des africanistes, 83-1 | 2013, 180-192.

Référence électronique

Flavia Aiello Traoré, « Littérature enfantine et de jeunesse en Tanzanie : la contribution de Elieshi Lema », Journal des africanistes [En ligne], 83-1 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3590

Haut de page

Auteur

Flavia Aiello Traoré

MCF Langue et Littérature swahili Université de Naples « L’Orientale »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org