Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

GONSETH, Marc-Olivier, HAINART, Jacques et KAEHR, Roland, Le musée cannibale

Musée d’ethnographie, Neuchâtel, Suisse, 2002, 295 pages
Marie-Noël Verger-Fèvre
p. 506-509

Texte intégral

1Dans cet ouvrage au titre aussi percutant que sa couverture – celle-ci représente un masque punu sur le point d’être coupé en deux par un énorme hache – les éditeurs, M.O. GONSETH, J. HAINARD et R. KAEHR (GHK), ont réuni une quinzaine de contributions dont les auteurs furent confrontés à la question posée, en 1998, par Jean JAMIN “ Faut-il brûler les musées d’ethnographie ? ” (Gradhiva, 24, Paris)

2Face à la problématique du cannibalisme et aux réactions opposées qu’il suscite, (admission de la réalité du phénomène, sous forme d’endo ou d’exocannibalisme, ou sa négation, suivant la thèse d’Arens, qui le considère comme un “ piège à fantasmes d’altérité qui peut conduire aux pires aberrations ”), GHK estime que la notion de la réalité du cannibalisme est très secondaire par rapport à la portée de l’imaginaire cannibale. Il conclut que “ les musées en général, et les musées d’ethnographie en particulier offrent un espace pour l’ingestion de l’autre, et un simulacre d’ouverture à l’altérité en laissant penser que cet autre devenu même est enfin assimilable ” (p.13).

3La création annoncée d’un “ Musée des Arts Premiers ” fut précédée en 2000 par une exposition au musée du Louvre d’une centaine d’objets considérés par les organisateurs comme des chefs-d’œuvre de l’art universel. L’affiche de l’exposition représentait une sculpture du Vanuatu surmontée de la phrase “ Je suis au Louvre ”. Nélia DIAS relève que cette formule constitue la réponse à la question posée dès 1920 par le critique d’art Félix Fénéon à propos d’objets d’art “ primitif ” : “ Iront-ils au Louvre ? ”. La vingtaine de personnalités artistiques et scientifiques interrogées avaient toutes approuvé le projet.

4Elise DUBUC évoque le problème des revendications d’objets, à titre de biens culturels, par les descendants de ceux qui en furent les auteurs. Au Canada, on est parvenu à l’élaboration d’un compromis entre le musée et les communautés autochtones. Aux Etats-Unis, ces problèmes se règlent par la voie législative, ce qui implique des lourdeurs administratives mais a abouti à “ passer d’une muséologie de l’objet à une muséologie du vivant et du sacré ” (p. 53).

5Jean-Loup AMSELLE, s’interrogeant sur la révolution du concept d’art introduite par les Fauves, cubistes et dadaïstes, reconnaît qu’elle fut à l’origine d’une remise en question des canons de l’esthétique kantienne sur lesquels reposait l’art occidental. Cette nouvelle conception de l’art conduit à se poser maintenant la question de distinguer ce qui est digne d’être mis en patrimoine et en musée. Il conclut que “ la position sereine et décolonisée consiste à assumer l’idée d’un répertoire universel disponible dans lequel les artistes, qu’ils soient africains, asiatiques, latino-américains ou occidentaux, vont butiner. C’est à cette seule condition que l’on échappera à la question pernicieuse de l’identité de l’art ” (p. 150).

6Cette question de mise en musée renvoie à la notion de patrimoine, analysée par plusieurs auteurs. Ellen HERTZ se livre à une sorte d’analyse psychanalytique de l’attrait exercé par l’objet africain sur le visiteur occidental. Jouant sur le glissement sémantique entre les mots “ patrimoine ” et “ matrimoine ”, l’auteur développe l’idée que, dans la mentalité victorienne, la position du primitif était plus ou moins assimilée à celle de la femme, en tant que subordonnée à l’homme blanc et ne possédant pas les qualités rationnelles attribuées à celui-ci. C’est peut-être en cela que les objets ethnographiques, représentant un certain archaïsme, inscrit dans une théorie évolutionniste, appartiennent à notre matrimoine plus qu’à notre patrimoine : “ Ils nous viennent de nos mères structurelles, nos sauvages, nos orientaux, nos autres. ”

7Jean DAVALLON cherche à définir la notion d’objet du patrimoine : “ Est patrimoine ce qui est sauvé de la destruction : par exemple, un objet trouvé au cours d’une fouille archéologique est souvent la seule chose qui existe entre son monde d’origine et nous ”. La reconstruction du lien entre l’objet – archéologique ou ethnologique – et son monde d’origine lui permet d’acquérir le statut d’objet patrimonial. L’auteur établit une distinction entre le couple valeur historique/valeur d’ancienneté, se rattachant au patrimoine historique, et le couple valeur documentaire/valeur d’altérité, renvoyant au patrimoine ethnologique.

8Pour de nombreux auteurs, l’avenir des musées d’ethnographie, durement concurrencés par les musées “ d’arts premiers ”, réside dans la diversité des regards portés sur l’objet tribal. “ Une structure muséale ne peut plus présenter les objets en un discours unique, pas plus qu’elle ne peut, à elle seule, proposer un parcours rendant compte des aspects historique, esthétique, géographique, cognitif, philosophique, encyclopédique, didactique ” estime Serge BAHUCHET. Aussi préconise-t-il le recours aux moyens proposés par la technicité moderne telle que des catalogues informatisés et bien documentés, ouvrant aux chercheurs, même non spécialistes, des sources d’informations illimitées.

9Jean-Claude MULLER insiste également sur l’importance des réserves qui conservent l’ensemble des archives concernant les objets exposés et ceux non exposés dans les salles publiques. L’auteur relève aussi la nécessité d’utiliser l’informatique pour une étude exhaustive d’un certain type d’objets. Il constate que le visiteur d’un musée ethnographique se désintéresse des objets considérés comme trop utilitaires, pour se tourner vers ceux qu’il juge esthétiques, point de vue moderne qui influence les collecteurs.

10Cette tendance est combattue par Jean BAZIN dans un texte brutalement interrompu par son décès le 12 décembre 2001. Il rappelle ce précepte de Marcel Mauss : “ Les objets les plus communs sont ceux qui apprennent le plus sur une civilisation… En fouillant un tas d’ordures, on peut reconstituer toute la vie d’une société”.

11Boris WASTIAU propose de présenter l’objet accompagné de nombreux documents d’archives, retraçant les conditions de collecte et citant les différentes expositions auxquelles il a été associé, afin de mettre en évidence les multiples interactions exercées par ses détenteurs successifs. L’auteur propose ainsi le “ délaminage ” des différentes strates de signification de l’objet, ouvrant de nouveaux champs de perspective, et permettant d’exprimer d’autres discours que celui de l’anthropologie.

12Un parallèle peut être suggéré entre les méthodes pédagogiques préconisées par George E. MARCUS dans l’enseignement et la pratique de l’ethnographie et les procédés de collectes des objets ethnographiques et des publications les concernant. De même que chaque étape du travail ethnologique devra être soumis à discussion avec les enseignants, les condisciples, les spécialistes, les populations concernées ( multisitted ethnography), de même les objets collectés et exposés fourniront matière à de nombreux débats avec les visiteurs afin de mieux appréhender la civilisation dont ces objets sont les témoins.

13Annette VIEL exprime une pensée semblable en se référant à l’initiative, en 2000, des trois musées de Neufchâtel – d’ethnographie, d’histoire naturelle et des beaux-arts – d’organiser trois expositions autour du même thème “ La Grande Illusion ”. Ils proposaient trois visions différentes des objets exposés : “ l’objectif du musée doit être de donner à voir l’objet pluriel, par une interprétation créatrice de sens, imprégnant le public de l’esprit dont il est porteur. ” (p.231). L’auteur examine par ailleurs les possibilités d’avenir d’un musée d’ethnographie, qui, pour survivre, se doit de se montrer acteur du paysage en mutation, en s’insérant dans la vie de la cité. L’auteur en donne, parmi d’autres exemples, celui du centre culturel Jean-Marie Tjibaou, à Nouméa, vision moderne de la culture kanak.

14Henri-Pierre JEUDY insiste sur le symbole prédominant que constitue le musée pour toute ville : il est le “ miroir de son épopée ”. Le musée lui-même, devenu œuvre architecturale, voire artistique, pourrait, indépendamment de son contenu et peut-être sans ce contenu, être visité en tant que tel, chacun le peuplant alors de son propre imaginaire, voire d’objets de son choix. Ainsi serait restituée cette liberté du regard dont l’esprit muséal prive les visiteurs, en imposant un cadrage à ce qui est donné à voir, supposé conforme à ses désirs, en un temps où tout ce qui “ fait musée ” fait œuvre (p. 261).

15La diversité des points de vue entourant l’objet, exposé ou non, inspire à certains auteurs des propositions assez surréalistes. Michel THEVOZ propose deux exemples illustrant le détachement progressif de l’œuvre artistique occidentale de son substrat idéologique tel qu’il était imposé depuis le concile de Nicée (787) jusqu’à la Renaissance. Ainsi, l’anamorphose d’un crâne humain, s’étirant entre les deux élégants “ Ambassadeurs ”, peints par Holbein le Jeune en 1533, semble annoncer une prédisposition à privilégier le signifiant sur le signifié, processus qui aboutit à  l’exemple d’une “ ethnographie absolue ” : une sculpture hyperréaliste, “ Les Touristes ”, œuvre de Duane Hanson (1988), “ protagoniste ironique de la désublimation de l’art ”, de sa “ nullité ”, amené à réfléchir sa propre réception. L’auteur considère l’ “ ethnographie relative ” comme celle qui soumettrait les œuvres des cultures non occidentales au verdict de la rationalité blanche. En menant le plus loin possible la liberté d’expression, l’art parvient à n’être plus que le reflet de lui-même, ayant perdu toute signification aussi bien réelle que transcendante. “ Le nivellement de toutes les formes d’art aboutit à la disparition des cultures non occidentales, et à la faillite de la rationalité blanche, ce qui, en inversant les points de vue, rend possible l’ethnographie absolue ” (p. 245), par la confusion de toutes les cultures.

16Octave DEBARY évoque le musée comme “ un temple du temps qui passe ”, “ l’endroit où est abandonné et déposé ce qui reste de l’histoire ” (p. 267). C’est aussi le temple de l’oubli, de tout ce qui n’y figure pas. Ainsi, certains musées d’ethnographie pourraient être immolés par le feu, pour reprendre l’interrogation de Jean Jamin, ou aboutir à une “ esthétique de l’abandon ” (P. H. Jeudy 1986), “ façon de conjurer l’oubli par sa forme la plus délibérée, le sacrifice ” (p. 270). Cependant, “ le véritable oubli n’est pas le déni d’un évènement passé, mais le transport de sa dépouille jusqu’au seuil de sa renaissance, le souvenir ”. Ainsi, le musée ne nie pas “ l’être ” de l’objet, car il le sait absent, il renvoie l’image de l’objet et non sa vérité. Exposer ce qui fait l’altérité est la raison même de l’existence du musée d’ethnographie.

17Jean JAMIN clôt ce débat autour de son article de 1998 “ Faut-il brûler les musées d’ethnographie ? ”, en nous entraînant à sa suite dans une marche à travers les rues de Charleville, à la recherche du temps de son enfance, dans les brumes du souvenir où s’entremêlent les fantômes du passé et les rêveries de l’ethnomuséologue : ces reflets déformés de son image que lui renvoyaient les vitrines éclairées, par les soirs d’hiver, ne sont-elles pas des réminiscences des présentoirs des galeries d’exposition ? Et l’amoncellement d’objets hétéroclites qui remplissait la camionnette d’un vieux brocanteur, une évocation des réserves d’un musée d’ethnographie, pleines de vestiges de civilisations lointaines, dormant dans d’étranges et mystérieuses exhalaisons ? La fin tragique de cette camionnette, engloutie dans les eaux de la Meuse, avec le brocanteur et tout son bric-à-brac, sonne-t-elle le glas des musées d’ethnographie ? L’auteur n’en dit rien, préférant en garder le précieux souvenir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Noël Verger-Fèvre, « GONSETH, Marc-Olivier, HAINART, Jacques et KAEHR, Roland, Le musée cannibale », Journal des africanistes, 74-1/2 | 2004, 506-509.

Référence électronique

Marie-Noël Verger-Fèvre, « GONSETH, Marc-Olivier, HAINART, Jacques et KAEHR, Roland, Le musée cannibale », Journal des africanistes [En ligne], 74-1/2 | 2004, mis en ligne le 05 avril 2007, consulté le 27 juin 2017. URL : http://africanistes.revues.org/359

Haut de page

Auteur

Marie-Noël Verger-Fèvre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org