Navigation – Plan du site
Écrits hors-champ

De l’alphabétisation à la littérature, la prise de parole didactique par des écrivaines wolof

From literacy to literature: the didactic voice of Wolof women writers
Abdoulaye Keita
p. 156-179

Résumés

La production littéraire sénégalaise n’est pas seulement francophone ni exclusivement masculine. De plus en plus de femmes prennent la plume pour produire des romans et des recueils de contes en wolof, à l’instar de Mame Younouss Dieng et Ndèye Daba Niane, deux romancières et de Mame Ngoye Cissé, à qui on doit un recueil de contes. Par rapport aux écrivains préoccupés par les grands problèmes nationaux, elles produisent des écrits ancrés dans le quotidien mais profondément littéraires de par l’exploitation du patrimoine esthétique wolof pour parler de la famille, du mariage, de la polygamie.

Haut de page

Texte intégral

1La littérature écrite en wolof est née bien avant la colonisation. Son émergence est liée à l’arrivée de l’Islam en Afrique de l’Ouest à partir du XIe siècle. La langue arabe qui a servi de véhicule à l’enseignement coranique a permis aux lettrés musulmans de développer une littérature d’abord d’expression arabe à vocation religieuse et diplomatico-administrative. Cette langue a en effet été le support de correspondances entre érudits musulmans puis entre les chefs coutumiers et l’administration coloniale. La graphie arabe fut également, bien avant la colonisation, adaptée pour transcrire les langues africaines : c’est l’avènement de l’ajami dont l’une des versions est le wolofal, qui a donné lieu à des pratiques diverses trop peu documentées comme le souligne M. Cissé :

L’héritage culturel et littéraire que comportent ces documents en wolof, sous forme de correspondance, de mémoires, de pharmacopées de divination, de pratiques magico-religieuses, d’écrits épiques et sous forme de textes plus anciens, est malheureusement menacé de disparition.
(M. Cissé 2006 : 83-84)

  • 1 1. Cet auteur peut-être considéré comme le père du roman wolof en caractères latins ; son roman Buu (...)

2Cependant, l’écrit profane et le texte littéraire en wolof se sont principalement développés dans la période contemporaine grâce au recours aux caractères latins. Si la colonisation française a transformé la plupart des territoires de ses ex-colonies en pays officiellement francophones, il y eut par la suite de grands programmes d’alphabétisation en langues nationales suite au Congrès de Téhéran de 1965 et à celui de Bamako en 1966 pour l’harmonisation des graphies des langues africaines. Avant même ces développements, l’écriture du wolof à l’aide des caractères latins fut l’œuvre de précurseurs : des étudiants sénégalais dont Cheikh Aliou Ndao ont, à Grenoble, établi le premier alphabet wolof ijjib wolof, en 19581.

  • 2 Les NEAS ont été créées en 1972 par Léopold Sédar Senghor, premier président du Sénégal.

3Aujourd’hui, malgré les progrès timides de la production, l’existence d’une structure nationale – les Nouvelles Éditions Africaines du Sénégal (NEAS2) – et d’une Direction du Livre au niveau du Ministère de la Culture, l’édition tarde à suivre.

4Les rares ouvrages publiés le sont par deux maisons qui ont fait de la production en langues nationales un acte de militantisme, il s’agit des éditions Papyrus-Afrique, la seule véritable maison d’édition, et de l’OSAD (Organisme Sénégalais d’Appui au Développement).

5Comment expliquer l’orientation des éditeurs vers des produits de commande comme les écrits ordinaires, lesquels constituent cette nombreuse production à vocation éducative et populaire ? Quel est le rôle des ONG qui opèrent dans le domaine ?

  • 3 Pierrette Herzberger-Fofana (2000) a recensé 40 romancières sénégalaises.

6Environ un tiers de la petite dizaine de romans wolof recensés sur le marché, est écrit par des femmes : deux romancières, Mame Younous Dieng avec Aawo bi [La première épouse] ; Ndèye Daba Niane avec Séy xare la [Le mariage est un combat] et une conteuse Mame Ngoye Cissé avec Liggéeyu ndey añub doom [Le travail de la mère est le salaire de l’enfant]. Comment expliquer cet état de fait si l’on sait qu’au niveau de la littérature sénégalaise francophone les femmes occupent une bonne place ?3

7Cet article va tenter de répondre à ces différentes interrogations. Pour ce faire, nous évoquerons dans un premier temps l’édition et les problèmes qu’elle soulève ; dans un deuxième temps nous aborderons la spécificité des œuvres de ces trois écrivaines aussi bien sur le plan du contenu que de la thématique. À terme, nous nous interrogerons sur l’émergence d’une littérature féminine wolof.

Problèmes de l’édition et de la diffusion au Sénégal

  • 4 Dans les écoles publiques (collèges et lycées) où l’enseignement des langues vivantes est assuré, l (...)

8La première difficulté, à laquelle sont confrontés tous les auteurs écrivant en wolof, est le faible nombre de locuteurs du wolof à même de lire et d’apprécier une production littéraire dans cette langue dans un pays où l’enseignement se fait essentiellement en français. Dans la conscience populaire, aujourd’hui encore, être instruit signifie écrire et parler le français4. Beaucoup de Sénégalais ignorent donc la production romanesque en langues nationales. La raison est évidente : cette langue parlée par plus de 90% de la population sénégalaise reste confinée au domaine culturel et traditionnel, sa maîtrise à l’écrit n’étant facteur de promotion ni sociale ni professionnelle. Ceci s’explique par l’hégémonie du français et c’est la raison qui amène certains militants radicaux à soutenir que la véritable décolonisation n’a pas encore eu lieu, dans un pays où le français est à la fois langue officielle et langue d’enseignement. Le débat est encore actuel si l’on en croit l’un des éditeurs en langues nationales, Seydou Nourou Ndiaye des éditions Papyrus-Afrique (Dakar) : 

Il y a d’abord la situation du français, langue minoritaire dans nos pays. Mais paradoxalement, elle est, et continue d’être exclusivement la langue d’administration du pays, la langue d’instruction de nos enfants. (...) d’autre part, si l’on se fie aux statistiques, il n’y aurait que 10% de francophones dans nos pays.
(Ndiaye 2011 : 11)

9Cette hégémonie du français reste tenace malgré la percée timide de l’enseignement bilingue, et le fait que le Sénégal soit un des promoteurs de la francophonie n’est pas pour arranger les choses. Arame Fal (2002) résume ainsi la situation : « Les langues nationales sont confinées à l’alphabétisation, sans jonction avec la vie publique qui continue d’être administrée exclusivement en français ».

  • 5 Au niveau de cette maison d’édition, la responsable des manuscrits nous a confié qu’elle orientait (...)
  • 6 Ainsi, la version française de ce roman est, depuis des décennies, au programme des lycées et collè (...)

10Le principal obstacle, cependant, au niveau de l’édition, est la logique commerciale. Une maison comme les NEAS (Nouvelles Éditions Africaines du Sénégal) bien que nationale, n’édite que très peu en langues nationales. À ce jour, le seul ouvrage édité en langue wolof est une traduction de Une si longue lettre de Mariama Bâ (Dieng & Fal : 2007) dont la version française publiée par la même maison a connu un certain succès en 1981. Tandis que plus de la moitié du stock de la traduction wolof, éditée en 2007 à 5000 exemplaires, demeure encore dans les magasins, pour le même ouvrage, 20 000 exemplaires édités en français s’épuisent au bout de deux ans5. L’une des principales raisons à cela est l’hégémonie du français déjà rappelée plus haut6. Or, pour les éditeurs, le premier souci est de rentabiliser leur investissement. Il faut une véritable âme de militant des langues nationales pour s’aventurer dans cette odyssée. Dans le domaine, les deux pionniers sont l’O.S.A.D. de Arame Fal et Papyrus-Afrique de Seydou Nourou Ndiaye, qui ont à leur actif, la publication de deux des plus grands romans wolofs connus (Diop 2003, Ndaw 2007 et 2009). Il faut y ajouter, l’IFAN, par le biais du Laboratoire de Littératures et Civilisations Africaines et du laboratoire de Linguistique où a longtemps officié Arame Fal (de l’OSAD), qui édite des ouvrages en langues nationales, mais en version bilingue. Cependant, il ne s’agit pas de romans mais de textes recueillis par les chercheurs, comme les contes, mythes et épopées. Ces publications bien qu’importantes et étendues à toutes les langues nationales du Sénégal et du reste de l’Afrique noire, restent limitées au domaine universitaire même si des efforts de rééditions sont entrepris pour une diffusion plus populaire de ces textes, en adaptant par exemple des versions utilisables au niveau des écoles élémentaires. Cela a été fait pour le wolof et le seereer.

11Le caractère fonctionnel de l’alphabétisation est le second handicap de l’édition en langues nationales de textes de littérature. Portés par une politique volontariste, les programmes d’alphabétisation ont eu pour souci principal d’apprendre aux gens à lire en vue de diffuser des informations sur le plan sanitaire, ou touchant à des questions environnementales. Des usages techniques étaient aussi visés, les paysans ayant aussi besoin de pouvoir lire certains manuels de procédure dans l’utilisation de produits phytosanitaires et d’engrais, voire de produits vétérinaires.

  • 7 À ce titre, bien que l’État du Sénégal se soit franchement investi dans le créneau en érigeant un M (...)

12Le développement de l’écriture en langues nationales doit beaucoup à ce type d’alphabétisation, impulsé par une variété d’acteurs7. Cependant, la logique fonctionnelle a favorisé une certaine monotonie des productions, dans un contexte que M. Bourlet a analysé comme un phénomène de « désalphabétisation » (2008).

  • 8 Renseignements pris au niveau de la direction du livre auprès d’un conservateur des bibliothèques.

13L’édition en langues nationales a tout de même bénéficié des programmes d’alphabétisation à travers des subventions destinées à encourager ce qui pouvait maintenir les acquis des néo-alphabétisés. La Direction du Livre, par le biais du Fonds d’aide à l’édition, fournit aux éditeurs des financements après une sélection des manuscrits. Les trois ouvrages que nous étudions ont bénéficié de ces programmes de post-alphabétisation8.

  • 9 Amadou Lamine Sall est poète, président de la Maison Africaine de la poésie Internationale, ancien (...)
  • 10 Correspondance électronique du 28/04/11.

14Cela ne résout pas le problème de l’accessibilité des écrits. Amadou Lamine Sall suggère qu’une production bilingue wolof/français, sur le modèle de ce qui se fait pour les textes édités par le biais de la recherche universitaire, faciliterait l’édition de ces textes9. Sa maison d’édition, qui reçoit des manuscrits produits par des femmes, des romans et des poèmes, favorise une publication bilingue et en wolof et en français. Il souligne la qualité des œuvres qu’il reçoit en wolof, qui de ce point de vue dépassent de loin les textes en langue française, notamment dans le domaine de la poésie10.

Problèmes de la circulation des écrits en wolof

  • 11 Dans l’entretien électronique du 29/06/11.

15Un autre écueil auquel sont confrontés les romans en wolof, c’est qu’ils seraient restés pratiquement inconnus du lectorat s’il n’y avait pas le bouche à oreille et l’internet, selon Arame Fal11. L’accès aux librairies est difficile parce qu’elles demandent des commissions trop élevées (de l’ordre de 30%) et surtout en raison de leur réticence à accepter les ouvrages en langues nationales. Pour autant, la réception est bonne si l’on en juge par les rééditions (qui concernent tous les ouvrages de fiction : romans et nouvelles)

  • 12 Il s’agit de Mme Mariétou Diop Diongue, actuelle directrice de la bibliothèque centrale de l’UCAD.

16La Direction du Livre, quant à elle, emprunte le canal des centres culturels régionaux et départementaux dans lesquels se trouvent les centres de lecture et d’action culturelle (CLAC). Cependant, un important bailleur de cette action est la Francophonie qui, bien que soucieuse de diversité culturelle, n’en est pas moins sur le terrain pour la langue française d’abord. Par ailleurs, l’association du wolof avec l’oralité est tenace, comme en témoigne le fait que l’ancienne Directrice du Livre et de la Lecture12 au niveau du Ministère de la Culture envisageait lors de la parution du premier roman en wolof, Aawo bi, de mettre le livre sur Cd ou cassette audio pour permettre même aux chauffeurs de taxi d’avoir accès à cette production wolof.

  • 13 Voir Bourlet 2008.

17L’obstacle fondamental est cependant d’ordre sociolinguistique. Si nous faisons une comparaison avec la circulation des écrits en pulaar, plus étendue en raison essentiellement de la transnationalité de cette langue13, on constate une différence dans la perception que les locuteurs des deux langues ont de la question. Pour le pulaar, un enjeu identitaire existe, comme le souligne M-E Humery (2010), qui fait que s’alphabétiser dans sa langue est une manière de la préserver et de la pérenniser. Le problème ne se pose pas pour le locuteur wolof : sa langue n’est pas menacée, elle étend même son hégémonie sur l’espace sénégambien. Cette langue donc, parce qu’elle est la véritable langue véhiculaire dans cet espace, ne bénéficie pas d’un attachement identitaire qui aurait pu être un véritable support pour sa diffusion à partir des œuvres littéraires. On peut indiquer toutefois que la vitalité des écrits en cette langue doit beaucoup au dynamisme de la confrérie mouride, véhicule d’un formidable esprit d’émancipation et d’une philosophie du travail qui a fini d’imposer ses adeptes à tous les niveaux de l’économie nationale. À propos de la dynamique actuelle du wolof, on peut enfin souligner qu’elle tend à se confondre avec une identité sénégalaise, selon l’acception de la notion de « wolofité » que propose le sociologue Youssouph Mbargane Guissé :

La wolofité devient un ensemble de valeurs et de vertus référentielles pour tous les groupes sociaux et culturels. Ainsi, la tolérance, la « téranga », le « muñ », le « kersa » des wolofs sont présentés d’après l’expression même des dirigeants politiques comme étant « les vertus sénégalaises ». À telle enseigne qu’on peut dire que le critère fondamental de la sénégalité est la wolofité.
(Guissé 2009 : 84)

18L’absence de militantisme dans la diffusion des textes wolofs peut ainsi se comprendre comme un investissement dans des valeurs partagées et une diffusion par des canaux principalement oraux, la wolofité pouvant coexister avec un recours principal au français à l’écrit

Les rapports des femmes avec l’écriture

  • 14 Sur six romans en wolof, deux seuls (ceux que nous étudions) sont écrits par des femmes. Il y a un (...)

19Si, dans le domaine francophone, les femmes sont nombreuses à produire des romans, en langue nationale wolof, l’écriture est encore timide, surtout dans le cas du roman14. La poésie est le genre le plus visible en raison de sa facilité d’accès. En effet, dans les sociétés de tradition orale, le folklore est riche d’une infinité de chansons qui sont autant de poèmes. Chaque circonstance de la vie peut inspirer la chanson et c’est pourquoi d’ailleurs, dans la littérature orale, le genre poétique domine résolument.

20Cependant, si l’on se rapporte à ce que dit Mame Younousse Dieng, le genre du roman s’impose pour raconter la vie. Interrogée sur la brièveté de Aawo bi, elle répond qu’elle aurait pu le faire beaucoup plus long. Il s’agissait de raconter le Kajoor où elle a grandi et qu’elle porte en elle, tant les griots y ont chanté la vie sous toutes ses formes. Mais elle a surtout été déçue par les problèmes rencontrés au niveau de l’édition de son premier roman, écrit en français (1997). Elle a passé des années à écrire ce roman alors que celui rédigé en wolof ne lui a pris que trois mois. Elle affirme l’avoir écrit « spontanément » tout en bavardant avec sa mère qui lui reprochait de trop rester collée à ses papiers.

  • 15 On peut citer l’exemple du roman Janeer [Le rêve] de Seex Adraame Jaxate qui traite du phénomène de (...)

21La particularité des femmes qui s’engagent dans l’écriture romanesque en wolof par rapport à leurs équivalents masculins, dont C. A. Ndao et B. B. Diop qui ont produit de grands romans, est que leur production est presque exclusivement centrée sur les femmes et leurs problèmes. On ne voit pas les grands problèmes politiques ou syndicaux auxquels s’intéressent les romanciers. Si chez les hommes, le devenir de la nation et les problèmes des jeunes générations semblent avoir la priorité15, pour les femmes, c’est la famille qui figure comme thème principal. Même dans le recueil de contes Liggéeyu ndey añub doom, M. N. Cissé (2001) nous a dit tenir ces histoires de sa mère comme si la quasi permanence des femmes comme personnages principaux était un hasard.

22Avant de revenir sur cette focale thématique, il importe de préciser les trajectoires de ces femmes romancières qui investissent la littérature en wolof.

Le parcours des romancières wolof

Mame Younousse Dieng

23La première romancière wolof est née en 1940, à Tivaouane (ville à 90km de Dakar). Elle met en avant le fait qu’elle a gardé le contact avec le monde rural traditionnel, et qu’elle a été beaucoup influencée par les griots qui fréquentaient la concession familiale et qui étaient en même temps des voisins. Après avoir fréquenté l’école française jusqu’au brevet, elle est devenue par la suite institutrice et a terminé sa carrière comme directrice d’école, à Dakar. Bien qu’ayant évolué dans l’école française, elle a toujours été attirée par l’écriture en wolof ; ainsi, au début de ses années d’enseignement, elle traduisait des poèmes dans cette langue. Elle a même traduit l’hymne national du Sénégal en wolof.

  • 16 Voir l’entretien qu’elle a accordé à Diop P. S. (1995 : 261-267).

24Elle a profité des campagnes d’alphabétisation des masses en langues nationales et elle déplore le manque de suivi qui empêche que les néo-alphabètes puissent écrire et lire. C’est une des raisons qui l’ont poussée à écrire directement son roman en wolof16. Après le wolof, elle a publié un long roman en français. Elle affirme cependant être plus à l’aise avec le wolof qu’elle écrit pour assouvir un besoin de se raconter en racontant le Cayor, son terroir natal.

Ndèye Daba Niane

25Née en 1967 à Louga au nord du Sénégal, ville de longue tradition culturelle et artistique, Ndèye Daba Niane a passé toute son enfance et son adolescence à Thiès (à 70 km de Dakar) où elle a effectué ses études jusqu’au niveau secondaire, avant de passer un diplôme de sténodactylographie. Elle a milité à la case-foyer des femmes de Pikine, quartier populaire dans la banlieue dakaroise et a été membre du conseil d’administration de cette entité.

26Par l’entremise d’une belle-sœur superviseur dans un projet d’alphabétisation, elle a pu bénéficier de cours de wolof, suivis d’un stage à l’UNESCO pour le renforcement des capacités des écrivains en langues nationales. Forte de cette expérience, elle a tenu des classes d’alphabétisation et est devenue facilitatrice dans le même domaine.

27C’est à la suite de la lecture d’un roman écrit en wolof par un collègue de son mari qu’elle s’y est elle-même essayé, encouragée par l’auteur. Quant au choix du thème, elle le lie à sa propre expérience : elle a vu dans sa jeunesse beaucoup de femmes souffrir dans leur foyer sans comprendre pourquoi. Le mariage lui ayant ouvert les yeux, cela lui a inspiré son roman.

Mame Ngoye Cissé

28Elle est née en 1950 à Pikine, dans la grande banlieue dakaroise. Elle est entrée à l’IFAN en 1970 comme secrétaire, sur un poste qui l’a amenée à travailler à l’édition de textes en langues nationales. Comme elle s’est toujours intéressée au wolof, le travail avec les linguistes de l’institut l’a amenée à apprendre à écrire cette langue. Les histoires que lui racontait sa mère pendant son enfance ont fait le reste. Elle est à la retraite depuis 2010.

29Les parcours de ces femmes combinent l’exercice d’un métier de l’écrit, lié à une scolarisation en français, et une alphabétisation en wolof, parfois décrite de manière presque accidentelle, mais toujours liée à des contextes de promotion de cette langue. L’acquisition de ce moyen d’expression en langue nationale est liée à un souci de s’engager à son tour dans le développement de cette langue, dans une visée didactique où le choix du sujet semble secondaire, et la décision d’écrire sur les femmes est décrite comme allant de soi.

Pourquoi le roman ?

  • 17 Ces informations ont été obtenues lors d’un entretien à domicile qu’elle nous a accordé le 06/06/11 (...)
  • 18 Aram Diop est linguiste, à l’époque chercheure à l’IFAN/UCAD. Aujourd’hui, à la retraite, elle est (...)

30Sur la couverture des romans, figure l’indication Téere fent « Livre de création » (fiction ?). La première romancière, Mame Younousse Dieng17, se rappelle s’être interrogée sur le choix de ce terme plutôt que celui de nettali « raconter » ou celui de waxtaan « discussion, causerie ». Se ravisant, elle convient que fent « créer, inventer » est plus conforme au roman et à sa démarche de création. Pour elle, il faut raconter la vie parce qu’elle est faite de causeries, sous l’arbre à palabres, dans les cours des maisons quand les femmes s’adonnent à leurs activités quotidiennes, au puits ou à la borne-fontaine pour la corvée d’eau et au marché. Il faut noter l’hésitation des éditeurs sur les termes génériques, la première idée nettali de M. Y. Dieng ayant parfois été retenue puisque aussi bien le roman de B. Boris Diop, Doomi golo que la traduction de Bataaxal bu gudde nii de Mariama Bâ sont désignés par le terme nettali. Dans les rares œuvres en wolof que cette écrivaine a parcourues, la priorité est donnée à la poésie et aux contes, puisant aux traditions orales. C’est la raison pour laquelle, les auteurs s’orientent plus facilement vers ces deux genres. M. Y. Dieng a conçu son roman comme un récit de vie constitué de discussions et de causeries qui se déroulent dans les maisons et sous les arbres. C’est ainsi que, « pour s’amuser » dit-elle, elle a, en un mois, écrit Aawo bi avec les rudiments de l’alphabétisation en wolof que lui avait donnés A. Diop18. C’est cette dernière, à qui elle a remis son manuscrit, qui lui a appris qu’elle venait d’écrire le premier roman wolof.

31Si donc le premier roman en wolof a été produit sous forme de récit populaire en empruntant le style habituel du parler oral, il n’en est pas moins un écrit littéraire dans la mesure où l’auteure affirme avoir grandi dans une concession que visitaient quotidiennement les griots et elle était fascinée par leur parler codé. On ne pouvait entendre une phrase qui ne renvoie à des proverbes ou à des maximes.

32On voit ici le roman wolof se former en reprenant des sujets quotidiens, mais utilisant toutes les arcanes que la langue wolof met à la disposition de celui qui s’exprime, pour lui permettre de donner du sens à son propos. Le lecteur pourra, selon qu’il a ou non en sa possession les instruments de décodage, comprendre les différents niveaux du discours.

33À ce point on rencontre une objection : la dimension littéraire des romans de C. A. Ndao et de B. B. Diop ne vient-elle pas du fait que ces auteurs ont d’abord fait leurs armes en français avant de se convertir à l’écriture en langue nationale wolof ? Qu’en est-il d’une romancière comme M. Y. Dieng qui se lance dans l’écriture en wolof ? C’est précisément parce qu’elle mobilise les ressources profondes de la langue, les maximes et aphorismes qu’elle produit un écrit qui a la polysémie du discours littéraire, au risque de ne le rendre accessible qu’à ceux qui ont une grande maîtrise du wolof. Le cas de ce roman wolof semble éviter l’écueil que pointe Xavier Garnier quand il écrit : « les écrivains non populaires se sont retrouvés dans la situation paradoxale de faire une littérature élitiste pour le peuple » (2006 : 222). Par exemple, dans la traduction de Une si longue lettre de Mariama Bâ, Bataaxal bu gudde nii en wolof (Dieng & Fal 2007), on ne trouve pas ces maximes et proverbes qui font la succulence des trois textes de femmes dont l’analyse va suivre. Nous analyserons ici la manière dont le récit s’appuie fortement sur les proverbes, maximes et aphorismes, soit pour illustrer le propos, soit pour faire rebondir l’action, ce qui donne des possibilités infinies aux écrivaines quant au calibre qu’elles veulent imprimer à leur texte. Chacun de ces figures ou procédés permet un long développement, soit sous forme de récit, soit sous forme d’argumentation.

34Notons sur ce point la proximité entre hommes et femmes écrivains en wolof : ces cas rares sont dûs à des sollicitations ou à un contexte de promotion des langues nationales. C’est le même phénomène qui s’est produit chez les écrivains hommes. Marouba Fall et Boubacar Boris Diop ont cédé à l’amicale insistance du doyen Cheikh Aliou Ndaw pour écrire en wolof. Ils avaient déjà acquis la célébrité en produisant de remarquables œuvres littéraires en français avec, à la clé, des prix littéraires. Deux autres romanciers, Seex Adraame Jaxaté (Cheikh Adramé Diakhaté) et Mamadu Jaara Juuf (Mamadou Diara Diouf), qui sont tous les deux professeurs de français dans les lycées, ont été encouragés par Aram Fal à écrire en wolof, sans avoir jamais produit en français.

Analyse des œuvres : dimensions didactique et réaliste

35L’examen des titres de ces trois œuvres permet d’indiquer que la visée de ces écrivaines est d’enseigner la vie pour aider à la faire comprendre. La femme y est omniprésente dans ses attributs de mère et d’épouse, rejoignant l’idéologie de la société traditionnelle wolof en particulier, où elle est, de ce fait, le socle de la société. Ces auteures ont une perspective à la fois réaliste et didactique qui consiste, d’une part, à capter le lecteur en évoquant les problèmes du citoyen et, d’autre part, à susciter des débats dans la société, en s’appuyant sur les nombreuses ressources du wolof  : proverbes, maximes, aphorismes, comparaisons.

Aawo bi [La première épouse] de Mame Younous Dieng (1999)

Un roman de maximes, un éloge de la persévérance érigée en mythe

  • 19 Sauf indication contraire, les traductions que nous proposons dans cet article sont de notre fait. (...)

36Le titre campe la problématique : la « première épouse » suppose un foyer polygamique avec tout ce que cela comporte de désagréments pour la susnommée, ne serait-ce que le fait de « partager » son mari avec une (des) coépouse (s). Dans la dédicace, l’auteure énonce une sorte de conclusion par anticipation, sous forme de parabole, mais qui laisse déjà deviner la succulence du verbe19 :

Sonn daw, jaaxle daw, bëgg a dee daw ; doo fekke dara
Waaye sonn muñ, jaaxle muñ, bëgga dee muñ

Ku muñ muuñ.

Celui (ou celle) qui devant les problèmes, les préoccupations et les risques s’enfuit, ne récoltera rien.
Par contre, persévérer devant les problèmes, les préoccupations et les risques,
Celui qui persévère sourira.

37Comme l’a relevé Guedj Fall (2006 : 138), la quatrième de couverture donne le ton : « Le wolof se chante en proverbes, sentences, dictons, calembours et contes, où le savoir se transmet en poésie ». L’ancrage dans l’univers discursif du quotidien est également exprimé dans la préface : « ce livre ne contient rien d’extraordinaire, c’est du déjà vu ou du déjà entendu et à terme, le lecteur devra se dire « cela est facile. Mame Younous ne le fait pas mieux que moi » parce qu’il s’agit de raconter et de discuter en sa langue ; tout le monde le peut, l’écriture est facile surtout si l’on sait lire en français ». On voit là un exemple de ces transferts d’une langue à l’autre qu’analyse M-E. Humery (2001) qui souligne que l’alphabétisation en pulaar peut donner envie de découvrir les écrits en d’autres langues, l’instruction en français motivant à déchiffrer dans sa langue maternelle, voire à pour tenter l’aventure de l’écriture.

Résumé de l’œuvre

38Ndeela a quitté le village au nom mythique de Dooxiif « tu n’auras jamais faim » qui baigne dans l’abondance, pour rejoindre son époux et cousin Matar au village (au nom non moins mythique) de Finaax, littéralement « ici, tromperie (illusions, supercherie) », dont la caractéristique principale est la profondeur et la quasi permanence de l’assèchement des puits.

39Dans la concession familiale, Ndeela connaît une existence pire que l’esclavage : elle doit s’occuper seule de tout dans le ménage. L’exode rural retient son mari à la ville de façon permanente. Dans la maison vivent sa belle-mère, ses beaux-frères et sa belle-sœur divorcée qui est rentrée avec ses enfants. Elle fait tout pour tout le monde : cuisine, lessive, balayage de la cour, puisage de l’eau même pour laver les chevaux des beaux-frères, nourriture et traite du bétail de l’enclos aux moutons. Elle doit s’occuper seule de sa progéniture malgré ses grossesses rapprochées. En guise de rémunération, elle n’entend que reproches et récriminations, et une bagarre avec sa belle-sœur la laisse édentée.

40Son mari revient définitivement s’installer au village, les affaires prospèrent, il prend une deuxième épouse que la première accueille et adopte comme sa fille. Une troisième femme est épousée en ville, la première aide la deuxième à supporter cet affront. Ce troisième mariage ruine le mari qui est ramené de la ville mourant, l’épouse citadine demande et obtient le divorce. Ndeela et la deuxième épouse, Mbeen, remettent leur mari sur pied au bout d’un an.

41Plus tard, le beau-fils de Mbeen remet à celle-ci un billet d’avion pour le pèlerinage à la Mecque. Mbeen le donne à la première épouse en hommage à sa persévérance et à sa sociabilité. C’est le rapport de cet échange de politesses qui aura servi de prétexte à une griotte-tresseuse pour raconter l’histoire de cette Première épouse : Ndeela.

À l’école des maximes et proverbes ou l’art d’encoder le récit

42Voici quelques un des proverbes et dictons qui émaillent le récit.

Gàtt saf, nijaayam du ko wecceek njool mu tóoy. (p. 5)
Un mari n’échangera jamais son épouse petite mais charmante contre une grande nonchalante.

Xamal ni waaw góor dey yokk ngóora. (p. 12)
Sache que dire bravo encourage à mieux faire.

Yakkamteek gaawantu bu ñu juree doom, reecu am ca yoon. (p. 14)
Quand l’impatience et l’empressement font un enfant, les regrets auront droit au chapitre.

Waaye Kajoor a mën a xeex: ku leen jam ñu feyyu. (p. 47)
Les gens du Kajoor savent se battre, on ne les provoque jamais impunément.

Ku la jëkk ci néeg bu lëndem won law yoon. (p. 53)
C’est celui qui t’a devancé dans une pièce obscure qui te guidera.

Ku sa nàkk jeex, nga aj say koog. (p. 55)
Celui qui a fini de manger sa pâte de mil doit ranger sa cuiller.

Xam ga ne góor moom, seet bu bees, ndof gu bees ! (p. 65)

Tu sais un homme, femme nouvelle, folie nouvelle.
Xam naa ku daa wàbbiy yóbbu, ba yàgg ngay foraat di yóbbu moos, léegi saw yoon sore mbaa sab yóbb woyof. (p. 66)

Tu sais: celui qui ramassait pour emporter en cadeau, qui ensuite glane pour emporter, bientôt ses voyages seront espacés ou ses cadeaux très légers.
Ndeela, wayu du jëmbat garab, garab ga sax, mu yendu ca ker ga, wayu du jëmbat garab ! (p. 70)

Ndèla, un voyou ne plante pas un arbre, que l’arbre pousse et qu’il passe la journée à son ombre, un voyou ne plante pas un arbre.

Les comparaisons hyperboliques

Taatam wii ni toŋŋ ni ku boot leket ! (p. 5)
Son derrière était aussi rebondi que si elle avait porté une calebasse sur son dos.

Góor gu mu ko man ni kaŋ, nga fàtte sa turu jabar ! (p. 5)
L’homme à qui elle la (sa belle denture) montre oublie le nom de sa femme.

Asamaan saa ngi xonq ba mel nig daay. (p. 9)
Le ciel est rouge comme un incendie.

43L’auteure dit avoir été marquée par une famille de griots dont la maison faisait face à la sienne. Elle a été frappée par le fait que ce couple ne pouvait formuler trois phrases sans recourir à des devinettes, des proverbes ou des maximes. C’est là qu’il faut peut-être chercher l’origine de ces nombreuses maximes dont la traduction pose problème alors que sa compréhension va de soi compte tenu de la polysémie des mots et énoncés, et qui suppose une maîtrise poussée de la langue et des situations évoquées.

Séy xare la [Le mariage est un combat] (2001) de Ndèye Daba Niane

Le roman d’une insomnie ou la rage de sauver une famille

44La métaphore du titre traduit la conception féminine du mariage qui domine dans une société marquée par des formes de domination masculine, qui s’expriment notamment par des pratiques de répudiation. La propension du mari de Degen (Déguène) à frapper son épouse relève de ces pratiques, aujourd’hui mises en débat. En associant au mot mariage séy le mot xare qui signifie littéralement « guerre », l’auteure reprend une idée convenue. Son roman repose sur l’idée qu’au-delà de  l’union conjugale, le mariage est à considérer dans son rôle constitutif d’une famille.

Résumé de l’œuvre

45L’œuvre est un récit de vie dont la scène se passe à Thiès. À la suite d’une altercation avec son mari Abdou Gaye, Déguène Fall reçoit une violente gifle qui la rend sourde. Chaque nuit, pendant les neuf jours qu’elle passe à l’hôpital de Thiès dans une totale surdité, les insomnies lui ramènent les souvenirs de ce qu’avait été sa vie jusqu’à cette gifle fatidique.

46Cela va de la jeunesse insouciante de jolies jeunes filles admirées et courtisées, avec son amie d’enfance Ndèye Diaw, à la rencontre avec son futur mari, dont le mauvais caractère avait très vite été décelé par sa mère Sokhna Awa, jusqu’au mariage dans l’aveuglement de l’amour.

47La vie conjugale dans la concession familiale du mari n’est pas de tout repos : grossesses rapprochées qui déclenchaient la fureur de la belle-mère et des belles-sœurs qui auraient voulu qu’Abdou épousât une cousine. Violences fréquentes du mari en plus de ses infidélités nocturnes. Déguène supporte tout pour ne pas perturber l’éducation de ses enfants dont l’aîné fréquente l’université.

48Son mari au chômage, Déguène, avec l’aide de son amie Ndèye, se lance dans le commerce, où sa réussite croissante provoque la sourde jalousie d’Abdou, jusqu’au terrible après-midi où elle reçut la gifle de trop. Le récit se termine sur la décision du médecin de la transférer à l’hôpital de Dakar.

Le sens de la fiction

49Ces neuf nuits qui forment la trame du roman sont autant de tableaux : chacun d’eux commence par le verbe « revenir » utilisé de manière répétitive. L’alternance entre le jour auquel l’auteure consacre le récit et la nuit à laquelle sont réservées la réflexion et la méditation, donne à cette fiction la forme d’un cycle.

50Le jour dans ce roman n’est que l’apparence de vie qu’a vécue Déguène dans le foyer conjugal, le récit lui réserve le défilé habituel des visiteurs au chevet de la malade : les personnes qu’elle chérit comme ses enfants, sa mère et son amie et celles qu’elle ne peut que supporter : sa belle-famille et son mari.

51La nuit, c’est l’invisible, l’inapparent, le moment de revivre les drames qu’elle a soufferts seule. Il ne serait pas exagéré de parler de vie de martyr si l’on mesure la charge de travail que Déguène abat seule dans son foyer, charge à laquelle il faut ajouter les grossesses et le nombre d’enfants non choisi. L’on peut ajouter à cela un mari violent dont les maigres moyens se sont taris avec le chômage et qui, par oisiveté et ennui sans doute, est devenu infidèle ou en tout cas, ne fait rien pour démentir les soupçons que ses retours nocturnes tardifs ont fait naître chez sa femme.

Les proverbes et maximes comme balisage des segments narratifs

Lii de mooy li ñu naan cat du wees.
On n’est jamais à l’abri du mauvais sort.

Waxi mag dina yendu àll waaye du fanaan mukk.
La sagesse de l’ancien n’est jamais démentie.

Ku la mag ëpp lay sagar.
L’âge fait l’expérience.

Lu feeñ ci séy, nuyoowoon na ca ngoro ga, dañu koo feyul. (p.16)
Les éléments de la discorde conjugale se sont signalés au cours des fiançailles sans être solutionnés.

Séy xare la, saa yoo ca juree doom, jam nañu la. (p.17)
Le mariage est un combat, à chaque fois que tu y fais un enfant, on t’a atteint (d’un coup ou d’un impact).

52Ces maximes qui parsèment le récit constituent à elles seules une armature autour de laquelle on peut construire d’autres récits, similaires ou non. Chacun pourrait fonctionner comme le titre d’une partie ou d’un chapitre, constituant un motif, que l’auteure illustre par de nombreuses occurrences dans la vie quotidienne, de péripéties qui font les sujets des palabres, éléments incontournables de la vie communautaire des sociétés de tradition orale. Au regard de la production littéraire sénégalaise, ce roman peut soutenir la comparaison avec Une si longue lettre de Mariama Bâ (1979). De même que l’héroïne Ramatoulaye dans Une si longue lettre, Déguène dans Séy xare la (Le mariage est un combat), plutôt que de rompre son mariage, a préféré stoïquement persévérer, pour la sauvegarde de l’éducation de sa progéniture. Les deux héroïnes ne vivent pourtant pas dans une société traditionnelle qui imposait une sorte d’omerta à l’épouse quant à ses déboires conjugaux. Elles avaient toutes deux la possibilité de se libérer d’un mariage devenu une sorte d’entrave à leur épanouissement. Même Déguène, qui n’était pas fonctionnaire comme Ramatoulaye, avait les moyens de s’émanciper de son mariage. Avec la maison de sa mère comme foyer et l’aide de son amie de tous les jours qui a fait d’elle une commerçante dont les affaires commençaient à prospérer, elle ne pouvait plus évoquer la dépendance qui enchaîne littéralement certaines femmes au domicile conjugal.

53L’un des ressorts de ce roman réside dans le camouflage subtil de l’héroïne derrière sa surdité pour avoir un recul extraordinaire qui lui permet de juger ses semblables et d’analyser l’existence. Témoigner de la réalité de la vie dans le foyer conjugal est la motivation principale de l’auteure qui affirme que son mariage lui a permis de comprendre les souffrances qu’elle voyait endurer par les femmes dans leurs foyers.

Ligéeyu ndey añub doom [Le travail de la mère est le salaire de l’enfant] de Mame Ngoye Cissé

Composition de l’œuvre

54Dès lors qu’il s’agit d’un recueil de textes où les contes dominent, il n’y a pas une homogénéité narrative qui permettrait de résumer l’œuvre. Il ne reste qu’à décliner sommairement sa composition, en attendant qu’un prochain point consacré à la thématique des textes permette d’y revenir.

55L’ouvrage se compose de neuf textes et la traduction des titres est rendue difficile par le fait que ce sont parfois des expressions idiomatiques de la langue wolof, parfois des proverbes ou de simples noms propres. Mais la visée éducative quant à elle est évidente et se trouve résumée par le titre d’ensemble. Nous avons fait le choix de restituer dans cette section l’intrigue de chacun des contes, afin d’en proposer une vue d’ensemble.

  • 20 Diouf, Jean-Léopold, Dictionnaire wolof-français et français-wolof, Paris, Karthala, 2003.

56Le premier titre, Yéene néeg la, boroom a ciy fanaan (« Le souhait est comme un boomerang ; fais-en un mauvais, il retombe sur toi20 ») reprend un proverbe qui se dit quand quelqu’un, animé de mauvaises intentions envers un individu au point d’ourdir un méfait à son encontre, se retrouve victime de sa propre machination, en quelque sorte, dans la situation de l’arroseur arrosé.

57Dans le texte, deux bossues sont coépouses. Celle qui a mauvais cœur prie chaque fois pour que sa coépouse qui a bon cœur soit plus affligée qu’elle et en fin de compte, c’est celle qui a bon cœur qui se voit délestée de son infirmité par des génies qui la rajoutent à celle de la première.

Taamukatu dàll boo gis ciy carax lay mujje

58« Une personne très capricieuse devant un choix de chaussures finit toujours, par se retrouver avec des sandales. »

59C’est l’histoire d’une fille capricieuse qui voulait un mari sans cicatrice et qui a finalement épousé un mauvais génie sous la forme d’un lion et qui l’aurait dévorée n’eût été le pur-sang qu’elle avait amené de chez ses parents.

Lu waay def boppam

60« On ne récolte que ce que l’on a semé. »

61Une mauvaise dame, dans un village, en voulait à un gai paysan qui aimait répéter à tout le monde cette maxime qui titre le texte. Elle lui donna un repas empoisonné ; avant que le monsieur ne le mange, les enfants de la dame, de retour de leur errance passent devant le cultivateur en se plaignant de faim. L’homme leur demande de manger une partie du repas en lui laissant l’autre. Les enfants meurent empoisonnés.

Samba am ndey ak Samba amul ndey

62« Samba-sans-mère (orphelin) et Samba-avec-mère. »

63C’est un thème commun plus souvent traité avec des orphelines. Ici, l’orphelin de mère, maltraité par sa marâtre et son père complaisant au profit de son demi-frère, va, par persévérance et abnégation, trouver la fortune par ses seules vertus. L’envie pousse les parents à envoyer l’autre sur ses traces, mais les choses tournent mal car il n’a ni la correction, ni la patience de l’orphelin.

64Leggal : c’est un simple prénom dont l’histoire ne donne pas la signification. Il s’agit d’une histoire qui rappelle celle de Cendrillon où la jeune fille, par persévérance, sera princesse parce qu’elle va épouser le fils du roi du pays.

65Ce dernier, cependant, sous la tromperie des apparences, au début, n’avait que mépris pour la fille.

Liggéyu ndey añub doom

66« Le travail de la mère est le salaire de l’enfant. »

67Ce titre est une des maximes les plus célèbres dans l’aire culturelle wolof. C’est peut-être pourquoi il sert de titre au recueil tout entier. Cette maxime sert de vade mecum aux femmes mariées, convaincues que seule l’endurance des souffrances dans le foyer conjugal, la persévérance face aux « exactions » du mari et de ses proches fera non seulement la fortune des enfants ici-bas, mais fera également la fortune de l’épouse dans l’au-delà.

68C’est l’histoire d’une princesse mariée qui a accepté d’être rangée parmi les esclaves, et ses enfants sont devenus héritiers de couronnes royales.

Kiñaan fanqul muur, yàllaay maye

69« L’envie ne peut entraver la chance, c’est Dieu qui donne. »

70Deux coépouses se sont liguées contre la troisième pour empêcher que leur mari, le roi en fait, ne voie ses trois enfants exceptionnels. Elles les séquestrèrent et les jetèrent en brousse. Ils seront sauvés par un oiseau qui les confia à une grand-mère et plus tard, leur père les retrouva et punit les deux fautives, tout en couvrant leur mère d’honneurs.

Musibam Mbabba Kumba

71« Le malheur apporté par Mbabba Kumba. »

72Ce texte illustre la vérité « un malheur ne vient jamais seul et ne se limite pas à celui qui en est la cause ». Mbabba Kumba a bravé l’interdit qui consiste à éviter le sacrifice d’un mouton particulier, celui atteint d’albinisme. Après, c’est une série de malheurs qui s’abattent sur sa famille d’abord, sur lui ensuite et sur tout le village enfin.

Maye

73« Blague. »

74Le recueil se clôt sur une histoire courte et cocasse destinée à susciter le rire. Un jeune homme, célibataire, vit dans l’aisance et l’insouciance. Après son mariage, assailli par les problèmes conjoncturels et par la force des choses, il s’assagit. Lorsque son père se plaint de la désinvolture de son chat qui aime faire ses siestes sur les nattes de prière, le jeune conseille au vieux de « marier » ledit chat, pour l’amener certainement à s’assagir.

Le sens général

75Au vu de cette série de textes assez courts, on sent l’entreprise d’adaptation voire de modernisation du récit destinée plutôt à distiller des leçons assez précises et de manière concise. Autant les contes, originellement longs, servaient à donner des leçons à discuter à la fin du récit, autant ces textes dont la seule différence réside dans la brièveté, ont aussi la même vocation. À la fin du recueil, comme d’ailleurs de tous les textes édités par l’OSAD, figure un répertoire des publications. Les romans et ce recueil de contes sont classés dans la catégorie « Livres de lecture pour le maintien des acquis (alphabétisation et post-alphabétisation) pour susciter des discussions sur différents thèmes (éducation, castes, rapports hommes-femmes, polygamie, etc.) ».

76Le titre du recueil est plus polysémique qu’il ne paraît. Chaque mot permet plusieurs interprétations mais il en est un dont l’évidence frôle le truisme, la mère. Au-delà de cette dernière, c’est le rôle central de la femme dans la société qui est rappelé. Cet aspect occupe d’ailleurs une bonne partie de l’entretien avec la romancière Mame Younousse Dieng, rapporté par P. S. Diop (1995 : 264-265). Si l’homme n’est pas absent de ces récits, il n’est cependant pas dans le rôle de pilier que le machisme de nos sociétés traditionnelles voudraient le voir jouer.

Thématique générale des œuvres

77Une prise d’écriture de femmes wolofs, compte tenu du caractère traditionnel de cette société, évoque tout de suite un positionnement du problème en termes d’émancipation. Dans son ouvrage, P. Herzberger-Fofana propose de penser les choses autour de la question d’une revendication d’un statut de femme qu’il s’agit davantage de valoriser, sans perspective féministe assumée. À une époque où beaucoup de mouvements, d’associations et d’ONG sont acquis à la cause féministe et à une orientation sur les questions de genre, il est intéressant de constater que ces romancières ne se revendiquent pas de ces perspectives. Dans les différents entretiens dont nous disposons, le seul militantisme qu’elles concèdent est celui, inspiré par Aram Fal, en faveur des langues nationales.

L’écriture féminine wolof, confirmation d’un archétype : mère et bonne épouse

  • 21 L’œuvre n’est pas vendue dans les circuits habituels, l’auteure détient le stock et elle vit au nor (...)

78Ce positionnement, en retrait par rapport à des questions d’émancipation, amène à une expression de la féminité en des termes assez convenus, même si des éléments de critiques sont également perceptibles. Dans un certain sens, le but poursuivi semble plus documentaire que littéraire. Comme on l’a indiqué plus haut, le besoin d’écrire est né de l’acquisition d’un instrument d’expression : l’alphabétisation en langue nationale wolof. Ajoutons à ces œuvres ce dernier roman : Tukki aayul, yàgg faa aay « Émigrer n’est pas mauvais, c’est s’y éterniser qui est mauvais21 ». Il s’est posé un problème de disponibilité et de distribution ; l’éditeur ayant lui-même remis tout le stock à l’écrivaine. L’auteure dit raconter une histoire vraie qui est arrivée à l’une de ses connaissances. Il s’agit des hommes qui émigrent vers l’Europe, l’Amérique ou ailleurs, pour faire fortune et qui laissent au pays des épouses, parfois pendant plus d’une décennie. Cela crée beaucoup de problèmes sociaux et très souvent, la justice est mise à contribution pour démêler certaines histoires. Dans les discours sur l’émigration, cette femme traite d’une question souvent occultée, la vie des épouses restées au pays.

La magnification du rôle de la griotte chez Mame Younousse Dieng

  • 22 Ce terme est plutôt péjoratif : il s’agit de griots ou supposés tels qui ne font que dans le laudat (...)

79Dans l’entretien que nous avons mené avec elle, l’auteure raconte qu’elle a grandi au milieu de beaucoup de femmes dans une grande concession, avec une mère couturière et femme au foyer, et qui a perdu son mari très tôt. Les griottes chantaient la vie sous toutes ses formes et c’est peut-être la raison pour laquelle le roman Aawo bi a pris comme prétexte une séance de tresses pour raconter l’histoire de Ndeela, personnage principal du roman. Les tresses sont au début et à la fin du roman. Les griottes se rendaient quotidiennement dans les maisons pour tresser des femmes auxquelles elles étaient attachées par des liens d’amitié entretenus depuis des générations par les familles. La venue d’une griotte dans une concession, bien que phénomène habituel, était toujours l’occasion pour les autres femmes, de la même concession ou de concessions voisines, de venir bavarder. Mame Younousse Dieng n’a retenu que du positif de ces palabres et elle ne se gêne pas pour dire qu’il ne s’agissait pas de « griottisme22 ». Nous avons dans le roman un exemple : une griotte est passée dans la concession de Ndeela pour « saluer » et comme le veut la coutume, elle commence par la belle-mère, mère du chef de famille. Celle-ci se plaint de la désinvolture de sa belle-fille Ndeela à son égard ; c’était en fait de la médisance. La griotte s’est inscrite en faux contre ces allégations et lui a dit en guise d’au revoir : Xamal ni waaw góor dey yokk ngóora (p. 12) « Sache que dire bravo encourage à mieux faire », maxime visant à encourager les belles-filles en vue de les amener à persévérer dans le ménage. Et pourtant, dans l’histoire, la belle-fille est l’étrangère. Il faut comprendre par là qu’elle n’est pas une cousine de son mari, comme c’est souvent le cas.

80Un fait est aussi à noter, tout au long du récit, Ndeela n’émet pas une seule plainte à l’égard de son mari ; même quand ce dernier lui a amené une jeune coépouse, elle n’a eu pour seul commentaire, que cette autre maxime du Kajoor : Boo bëgge xam sa jikkoy jabar, nanga ko wutal wujj que Guedj Fall traduit par « La présence d’une coépouse montre la vraie nature de la première épouse » dans un article où il a été tenté de donner à ce roman le sous-titre « Le climat infernal d’un espace conjugal » (Fall 2006 : 148).

81On peut donc en tirer la conclusion que le rôle de la griotte est de favoriser la bonne entente, comme celle qui chante la bravoure de Ndeela pendant qu’elle tressait une amie. Cela n’est pas resté sans effet. Le roman s’achève sur la promesse de surpasser Ndeela. La leçon a donc porté, surtout que la griotte dit : Bu ma doon yow de ! Lu metti yàggut, te ku roy ci Ndeela doo juum, « Si j’étais toi ! La souffrance est éphémère, et celle qui imite Ndéla ne se trompera pas ». 

Le triomphe de l’amour chez Ndèye Daba Niane

82Dans le second roman que nous étudions, l’amour triomphe à deux niveaux, au début et à la fin du roman. L’amour rend aveugle dit-on. Ce n’est pas Déguène, le personnage principal du roman, qui le démentira. En effet, au début de son idylle avec son futur mari, Abdou Gaye, sa mère avait constaté une irritabilité inhabituelle chez le fiancé, attitude doublée d’une jalousie maladive. Aveuglée par son amour, prenant les défauts de son fiancé pour de l’amour aussi, Déguène reste sourde aux mises en garde de sa mère et c’est ce qui motive la maxime suivante, lorsque son mari lui donne la gifle de trop : lu feeñ ci séy, nuyoowoon na ca ngoro ga, dañu koo feyul (p.16) « Les éléments de la discorde conjugale se sont signalés au cours des fiançailles, on ne leur a pas prêté attention ».

83Vers la fin de l’histoire aussi, quand le mari commence à rentrer tard le soir, il ne supporte pas les reproches de son épouse et il semble que pour lui, toute solution passe par les coups et autres violences. La pensée de son fils, étudiant à l’université de Dakar qui ne serait pas content s’il apprenait que sa mère est devenue sourde suite aux sévices de son père, est ce qui la fait tenir. Et son leitmotiv pour tout supporter est : Séy xare la, saa yoo ca juree doom, jam nañu la (p.17) « Le mariage est un combat, à chaque fois que tu y fais un enfant, on t’a atteint (d’un coup ou d’un impact) ». Le sens du sacrifice est féminin, et en premier lieu lié à la condition de mère.

L’abnégation de la femme chez Mame Ngoye Cissé

  • 23 C’est une histoire que nous avons recueillie dans notre corpus de thèse (Keïta 2008). Un prince a r (...)

84Le sacrifice est le principal viatique qui accompagne les femmes quand elles vont rejoindre le foyer conjugal ; il y a dans la langue wolof des jeux de mots de construction relativement simples, qui se font sur une sorte de paronymie consistant à allonger une voyelle d’un mot comme muñ et muuñ « persévérer » et « sourire » et pour celle qui va rejoindre son époux séy et seey « se marier (dans une famille) » et « se dissoudre (dans cette famille) ». Le travail de la mère est le salaire de l’enfant et la femme ne recule plus devant aucun sacrifice ; il y a dans l’histoire africaine des récits épiques où le sacrifice de la mère a porté le fils au trône. L’histoire de Birame Yacine Boubou est très connue des sénégalais23. Dans le recueil de M. N. Cissé, il y a une princesse qui a été reléguée au niveau d’esclave et miraculeusement, seuls ses enfants, parmi une nombreuse fratrie, ont pu passer avec succès les épreuves qualifiantes pour accéder au trône.

  • 24 Pour parler comme Mamoussé Diagne dans Critique de la raison orale, Paris, Karthala, 2005.

85Dans nos textes, qu’il s’agisse des romans ou du recueil de contes, les enfants reviennent comme un leitmotiv. Dans les sociétés traditionnelles, surtout agraires, les enfants ont toujours été considérés comme une sorte d’investissement. L’homme s’investit dans l’éducation et la formation, la femme, elle, paye de sa personne pour assurer à ses enfants un avenir radieux. C’est dans cette préservation des enfants contre les déséquilibres d’une vie familiale instable qu’il faut comprendre cette « obstination » des femmes à préserver leur mariage contre vents et marées. Selon Mame Younousse Dieng, une femme qui a suffisamment d’autonomie financière peut refuser la polygamie, mais dans des sociétés où une majorité de la population est nécessiteuse, la polygamie est une forme de solidarité, surtout dans l’éducation des enfants. On voit ainsi que les valeurs de la femme que les deux premières auteures ont narrativisées sous forme de roman, les récits qui composent le recueil de M. N. Cissé consacrent leur ancrage traditionnel dans le « hors-temps »24 du conte.

Conclusion

86Au terme de ce parcours à travers la littérature écrite wolof par trois écrivaines, deux romancières et une conteuse, on peut souligner la dimension didactique de ces écrits, attestée par le recours massif aux proverbes qui donnent de l’autorité au texte. Ils confèrent aussi à cette littérature écrite le style de l’oralité. On relève aussi que les thèmes choisis, autour de la conjugalité et des expériences féminines de la vie dans la société sénégalaise, inscrivent ces textes dans un dialogue avec des sujets de discussion et de causerie quotidiens, tout en témoignant d’un réel travail littéraire.

87Dès lors, la brièveté des œuvres, les deux romans surtout, est-elle due à ce qu’A. Ricard appelle l’« absence de souffle narratif » (1995 : 148) qui se pose aux créateurs littéraires n’ayant pas hérité d’une longue tradition dans leur langue ? Il nous semble que cela est davantage lié à la situation de l’édition que nous avons détaillée dans cet article, qui ne pourra évoluer positivement sans un engagement fort du gouvernement envers l’édition en langues nationales.

Haut de page

Bibliographie

Bâ Mariama, 1979, Une si longue lettre, Dakar-Abidjan-Lomé, Nouvelles éditions africaines.

Bakhtine Mikhaïl, 1987, Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard.

Bourlet Mélanie, 2008, Littératures en langues africaines et développement. L’exemple peul au Sénégal et en France, in Henry Tourneux (dir.), Langues, cultures et développement, Paris, L’Harmattan : 251-277.

Bourlet-Ba Mélanie, 2009, Emergence d’une littérature écrite dans une langue africaine : l’exemple du Poulâr (Sénégal/Mauritanie), thèse de doctorat, Paris, INALCO.

Cisse Mamadou, 2006, Écrits et écriture en Afrique de l’ouest, Revue Electronique Internationale des sciences du langage 6 (Consulté le 22 décembre 2011 sur <www.Sudlangues.sn>).

Cisse Mamadou, 2010, L’énonciation rapportée dans les récits écrits en langue wolof : entre rythme et inclusion syntaxico-énonciative, Ethiopiques 85, 2e semestre : 113-134.

Cisse Mame Ngoye, 2001, Liggéeyu ndey añub doom, Dakar, OSAD-Éditions.

Dieng Mame Younousse, 1997, L’ombre en feu, Dakar, NEAS.

, 1999, Aawo bi, Dakar, OSAD-Éditions.

Dieng Mame Younousse et Fal Aram, 2007, Bataaxal bu gudde nii, Dakar, NEAS.

Diop Boubacar Boris, 2003, Doomi golo, Dakar, Papyrus-Afrique.

Diop Papa Samba, 1995, Sénégal-Forum. Littérature et histoire, frankfurt, IKO-Verlag für Interkulturelle kommunikation.

Fal Arame, 2002, Quelle stratégie pour alphabétiser deux millions de personnes ?, Éducation des Adultes et Développement 61, DVV International, Bonn, Allemagne (<www.iiz-dvv.de/index.php?article_id=337&clang=2>, consulté le 19 janvier 2011).

Fall Guedj, 2006, Aawo bi, un récit fondateur en langue wolof, Ethiopiques 76, 2e trimestre : 137-155.

Garnier Xavier, 2006, Le roman swahili. La notion de « littérature mineure » à l’épreuve, Paris, Karthala.

Guisse Youssouph Mbargane, 2009, Transition, changement et reproduction. (Hypothèses et recherches sur la formation sociale wolof), Bulletin de l’IFAN, L II (1-2) : 67-90.

Herzberger-Fofana Pierrette, 2000, Littérature féminine francophone d’Afrique Noire, Paris, Harmattan.

Humery Marie-Ève, 2001, Le paradis, le mariage et la terre : des langues de l’écrit en milieu fuutanke (arabe, français et pulaar), Cahiers d’Études Africaines 163-164 : 565-594.

Humery Marie-Ève, 2010, Multilinguisme et plurigraphie dans le Fuuta Sénégalais : quelques outils d’analyse, Journal of language contact (<www.jlc-journal.org>, consulté le 24 juillet 2011).

Keita Abdoulaye, 2008, La poésie orale d’exhortation, l’exemple des bàkku des lutteurs wolof (Sénégal), Thèse de doctorat, Paris INALCO, 2 vol.

Ndiaye Seydou Nourou, 2011, Il faut une discrimination positive en faveur des langues nationale, Le Témoin 1045 : 11.

Ndaw Cheikh Aliou, 2007, Mbaam Aakimoo I, Dakar, OSAD.

, 2009, Mbaam Aakimoo II, Dakar, OSAD.

Niane Djibril Tamsir, 1961, Soundjata ou l’épopée mandingue, Paris, Présence Africaine.

Niane Ndèye Daba, 2006, Séy xare la, Dakar, OSAD-Éditions.

Ricard Alain, 1995, Littératures d’Afrique noire, Paris, Karthala/CNRS.

Wade Coumba, 2006, Tukki aayul, yàgg faa aay, Dakar, Papyrus-Éditions.

Wane Ibrahima, 2004, Du français au wolof : la quête du récit chez Boubacar Boris Diop, Ethiopiques 73, 2e semestre : 1-12.

Haut de page

Notes

1 1. Cet auteur peut-être considéré comme le père du roman wolof en caractères latins ; son roman Buur Tilleen [Le roi de Tilène] avait été écrit en wolof dès le début des années 1960, mais n’a pas pu être édité. Il a acquis la célébrité grâce à ses écrits en français avant de revenir au wolof. Des écrivains comme B. Boris Diop auteur de Doomi Golo [Les petits de la guenon] et Marouba Fall auteur de Yobbalu ndaw [Viatique pour un jeune] indiquent avoir écrit en wolof sous son insistance, après avoir acquis leur notoriété en français.

2 Les NEAS ont été créées en 1972 par Léopold Sédar Senghor, premier président du Sénégal.

3 Pierrette Herzberger-Fofana (2000) a recensé 40 romancières sénégalaises.

4 Dans les écoles publiques (collèges et lycées) où l’enseignement des langues vivantes est assuré, l’arabe est très défavorisé, ce qui est paradoxal dans un pays où une importante frange de la population lit le Coran par le biais de cette langue. La formation non occidentalisée des maîtres suscite même un désintérêt de la part des élèves. Ces problèmes ont amené à la création d’un syndicat d’enseignants en langue arabe dont l’essentiel des revendications tourne autour de la valorisation de cet enseignement.

5 Au niveau de cette maison d’édition, la responsable des manuscrits nous a confié qu’elle orientait les porteurs de manuscrits en langues nationales vers les éditions Papyrus-Afrique de Seydou Nourou Ndiaye qui s’occupe de langues nationales.

6 Ainsi, la version française de ce roman est, depuis des décennies, au programme des lycées et collèges du Sénégal.

7 À ce titre, bien que l’État du Sénégal se soit franchement investi dans le créneau en érigeant un Ministère de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues Nationales, ses moyens restent encore limités. Beaucoup d’associations et d’ONG sont venues en appoint et l’on peut citer par exemple : l’ANAFA (Association nationale pour l’Alphabétisation et la formation Adulte), créée en 1990, l’ONG française Aide et Action, créée en 1981, l’ONG TOSTAN créée en 1991, l’ARED (Associés en Recherche et Education pour le développement) créé en 1990. À ceux-là il faut ajouter un regroupement dénommé CNOAS (Comité National des Opérateurs en Alphabétisation du Sénégal), qui est un ensemble de prestataires de services que l’État sénégalais rémunère.

8 Renseignements pris au niveau de la direction du livre auprès d’un conservateur des bibliothèques.

9 Amadou Lamine Sall est poète, président de la Maison Africaine de la poésie Internationale, ancien président de l’association des écrivains du Sénégal, propriétaire des Éditions Feu de Brousse.

10 Correspondance électronique du 28/04/11.

11 Dans l’entretien électronique du 29/06/11.

12 Il s’agit de Mme Mariétou Diop Diongue, actuelle directrice de la bibliothèque centrale de l’UCAD.

13 Voir Bourlet 2008.

14 Sur six romans en wolof, deux seuls (ceux que nous étudions) sont écrits par des femmes. Il y a un septième roman, écrit par une femme Coumba Wade (2006) : Tukki aayul, yagg faa aay « Voyager n’est pas mauvais, c’est s’y éterniser qui est mauvais », Dakar, Papyrus-Éditions ; cet ouvrage nous a été signalé sur le tard par l’éditeur et nous avons eu un échange téléphonique avec l’auteure.

15 On peut citer l’exemple du roman Janeer [Le rêve] de Seex Adraame Jaxate qui traite du phénomène de l’émigration clandestine, notamment des jeunes de pays subsahariens vers l’Europe et qui a posé un réel problème international dans la première décennie du XXIè siècle. Doomi golo [Les petits de la guenon] de B. B. Diop utilise la métaphore du singe pour s’adresser à ceux-là qui ne sont plus eux-mêmes à force d’imiter (comme le singe, petit de la guenon)

16 Voir l’entretien qu’elle a accordé à Diop P. S. (1995 : 261-267).

17 Ces informations ont été obtenues lors d’un entretien à domicile qu’elle nous a accordé le 06/06/11, à la SICAP à Dakar, rond-point du Jet d’eau. Enregistrement conservé à la sonothèque numérique du Laboratoire de Littérature et civilisations Africaines de l’IFAN, à l’Université Cheikh Anta Diop.

18 Aram Diop est linguiste, à l’époque chercheure à l’IFAN/UCAD. Aujourd’hui, à la retraite, elle est responsable de l’OSAD.

19 Sauf indication contraire, les traductions que nous proposons dans cet article sont de notre fait. Elles tâchent de conserver la dimension littéraire des textes originaux, sans viser la littéralité.

20 Diouf, Jean-Léopold, Dictionnaire wolof-français et français-wolof, Paris, Karthala, 2003.

21 L’œuvre n’est pas vendue dans les circuits habituels, l’auteure détient le stock et elle vit au nord du Sénégal (à St-Louis).

22 Ce terme est plutôt péjoratif : il s’agit de griots ou supposés tels qui ne font que dans le laudatif pour s’attirer les faveurs des personnes sollicitées et qui ne s’embarrassent d’aucun principe.

23 C’est une histoire que nous avons recueillie dans notre corpus de thèse (Keïta 2008). Un prince a reçu un talisman de son marabout, il devait s’en laver le corps après avoir dormi avec une de ses épouses qu’il devait prévenir de sa mort immédiatement après la prise du talisman ; toutes les épouses sollicitées ont refusé un honneur posthume sauf la princesse Yacine Boubou. C’est son fils qui succédera au roi grâce à son sacrifice ; elle avait en vue l’avenir de son enfant.

24 Pour parler comme Mamoussé Diagne dans Critique de la raison orale, Paris, Karthala, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abdoulaye Keita, « De l’alphabétisation à la littérature, la prise de parole didactique par des écrivaines wolof », Journal des africanistes, 83-1 | 2013, 156-179.

Référence électronique

Abdoulaye Keita, « De l’alphabétisation à la littérature, la prise de parole didactique par des écrivaines wolof », Journal des africanistes [En ligne], 83-1 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3584

Haut de page

Auteur

Abdoulaye Keita

IFAN Cheikh Anta Diop, Université de Dakar

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org