Navigation – Plan du site
Écrits hors-champ

Entre écrits « fonctionnels » et écrits « littéraires ». L’édition en bamanankan au Mali

Between “functional” and “literary” writings : the publishing in Bamanankan (Mali)
Nadia Cohen
p. 132-154

Résumés

Cet article prend en compte le point de vue de différents acteurs (éditeurs, auteurs, traducteurs, linguistes) concernant l’édition de livres en bamanankan. Il s’appuie sur les résultats d’une enquête de terrain menée à Bamako en 2005 auprès de maisons d’édition mais aussi d’institutions qui succédèrent à la Direction Nationale de l’Alphabétisation Fonctionnelle et de la Linguistique Appliqué (DNAFLA) au Mali. Cette contribution montre que l’histoire de la littérature en langue bamanankan est étroitement liée aux institutions d’alphabétisation. Les questions linguistiques, notamment orthographique, et les relations entre les divers acteurs jouent un rôle crucial dans l’histoire de l’édition en langues nationales.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Nous utilisons pour cet article la désignation de « bamanankan », terme bambara utilisé par nos int (...)

1En 2005, la production écrite en bamanankan au dire de plusieurs chercheurs spécialistes de cette langue ne semblait guère très développée : le mot « littérature » pour la qualifier paraissait exagéré et les écrits recensés étaient avant tout fonctionnels, publiés principalement par un seul institut d’alphabétisation. Pour autant, les treize maisons d’édition que nous avons identifiées à Bamako non seulement faisaient toutes des efforts pour publier en bamanankan, mais outre cela, notre sujet et nos questions sur l’existence d’une édition et d’une littérature en bamanakan ne paraissaient nullement étonner les éditeurs, auteurs et autres acteurs que nous avons interviewés1.

2On se propose de s’interroger dans cet article sur les raisons de ce manque d’intérêt et de cette méconnaissance vis-à-vis des textes écrits et édités par les maisons d’édition en bamanankan au Mali. L’analyse des discours et des positionnements des éditeurs, auteurs et autres acteurs dans ce domaine permet d’aller au-delà de l’image convenue de l’édition et de la littérature bamanankan au Mali.

3Notre approche s’appuie sur une démarche ethnographique qui a permis d’aborder les acteurs dans le domaine de l’édition et de l’écriture, à travers des interviews, des observations, l’établissement d’une bibliographie de publications en bamanankan et l’analyse de certains textes secondaires que les éditeurs notamment ont pu produire pour présenter leurs maisons d’édition.

4Il importe tout d’abord de se faire une idée du champ de l’édition en bamanankan au Mali, de voir comment ses acteurs travaillent, et quels sont les problèmes auxquels ils se heurtent. Ceci nous permettra ensuite de comprendre comment les auteurs et éditeurs maliens perçoivent ce qu’eux-mêmes ont publié en bamanankan et éventuellement de rendre visible une histoire de la publication et de la littérature malienne en langue bamanankan jusqu’à présent encore trop méconnue.

État de la recherche

La recherche sur l’édition

5La recherche sur l’édition en Afrique doit beaucoup à Hans Zell et à ses publications incontournables comme le African Book Publishing Record (ABPR), African Books in Print (ABIP), les Hans Zell Studies on Publishing ou les Bellagio Studies in Publishing. Le sujet est souvent approché en termes de problèmes de l’édition : problèmes de financement, problèmes des relations entre édition étatique et privée, entre édition étrangère et nationale, problèmes de distinction entre manuels scolaires ou littérature fonctionnelle et « vraie » littérature (roman, poésie...), manque de cadre politique, de culture de la lecture, problèmes de professionnalisme et d’infrastructure (par exemple Altbach et Rathgeber 1980, Altbach et Teferra 1998, Chakava 1996).

6Une deuxième approche consiste à souligner le rôle que jouent, ou pourraient ou devraient jouer, les maisons d’édition et leur littérature dans le cadre du développement du pays. Cette approche se fonde sur l’argument selon lequel il est nécessaire d’alphabétiser les populations dans leurs langues afin de contribuer à leur éducation (notamment dans le cadre de la « post-alphabétisation »), d’où l’importance des maisons d’édition. Ainsi Nguessan de constater :

In many third world countries, particularly in Africa, the contribution of literature to development is not very well perceived. (...) One can rightly observe that no country can develop – or at least has developed – with an illiterate population.
(Nguessan 1995 : 41 et suiv.)

7D’autre part, on constate que les analyses concernant les éditions dans les pays anglophones sont beaucoup plus nombreuses que celles concernant les pays francophones. Néanmoins, la méconnaissance des maisons d’éditions au Mali surprend un peu. En effet, les Éditions Populaires du Mali, créées en 1964, furent l’une des premières maisons d’édition dans les pays africains francophones, après les Éditions CLE au Cameroun (1963) et bien avant les Nouvelles Éditions Africaines au Sénégal (NEA) (1972). Pourtant, dans un article pour l’ABPR en 1984, Günter Simon avance-t-il :

Until about 1970, there was not a single African publishing company in the whole of Francophone Africa, excepting, (...), the CLE (Centre de Littérature Evangélique) publishing house in Yaoundé, Cameroon.
(Simon 1984 : 209 et suiv.).

The result today is the existence, to all intents and purposes, of only three publishing houses in the whole of Francophone Black Africa south of the Sahara (Nouvelles Éditions Africaines, CEDA, and Éditions CLE).
(Simon 1984 : 213)

8Cette méconnaissance pose question. Elle est liée tout d’abord à l’absence de réactivité des maisons d’édition questionnées sur leur production (Zell, in Michelman 1978 : 165). Se pourrait-il toutefois que ce faible intérêt par rapport aux éditions étatiques du Mali fût également lié au contenu ou au genre de littérature publiée ? On notera une phrase de Zell à propos des Éditions Imprimeries du Mali (EDIM, successeur aux Éditions Populaires), à savoir que celles-ci n’offraient qu’un « choix limité d’ouvrages consacrés essentiellement à l’histoire et à la tradition du Mali » (Zell 1984 : 42).

9Dans la même année où Simon écrit son article en ignorant apparemment l’existence d’une maison d’édition au Mali, est publiée dans Notre Librairie une interview avec le directeur des EDIM de l’époque, Ibrahima Berthé. Berthé y évoque déjà un certain nombre de problèmes propres à l’édition au Mali, que l’on retrouve jusqu’aujourd’hui dans les interviews avec les auteurs et éditeurs africains mentionnés plus haut (Jacquey 1984). Il est également intéressant de lire que Berthé se dit optimiste face à l’édition car il est « convaincu que la première matière que le Mali va exporter, est, demeure, et sera sa culture (...) Je pense que nous avons suffisamment de produits à exporter par les livres » (Berthé in Jacquey 1984 : 173). À part quelques lignes sur la création des Éditions Populaires au Mali (Okomba 1990), ainsi qu’un mémoire postérieur à notre étude (P.A. Poudiougo 2009/2010), on ne trouve de traces des éditions au Mali que sporadiquement, dans des articles scientifiques, des articles de journaux, des sites internet d’ONG ou des maisons d’édition elles-mêmes.

10En général, on constate que les études concrètes de cas francophones se font rares. C’est ce que note également Prillaman à propos de Bjornson et de son livre The African Quest for Freedom and Identity: Cameroonian Writing and the National Experience (1991) :

  • 2 Un autre exemple est la thèse de Zogo (1996), également sur l’édition au Cameroun.

The product of scholarly research spanning many years, this book is the most detailed study of literary production and publishing in an African country to appear so far. (...) An overall survey of independent indigenous Francophone African publishing is long overdue.
(Prillaman 1992 : 210)2

La recherche sur l’édition et la littérature en bamanankan

11Cette disparité prévaut également dans l’édition et la littérature en langues africaines :

Despite a significant number of studies conducted over the last decades, only a few exist regarding the status of African publishing in national languages. Comparative regional statistics, especially between French-speaking and English-speaking countries, show that the latter are definitely more advanced in terms of publishing in African languages.
(Sow 1999 : 66)

12Ce fait est la plupart du temps expliqué par les attitudes coloniales différentes de la France et de la Grande-Bretagne (Michelman 1978 : 166, Michelman 1995, Newton 1997 : 318, Kedrebéogo 1995, Hutchinson 1995 : 58 et suiv.).

13Concernant l’édition et la littérature en bamanankan, on notera surtout Dumestre (1993) avec sa Bibliographie des ouvrages parus en bambara et Bade (2000) avec Books in African Languages in the Melville J. Herskovits Library of African Studies, Northwestern University: A Catalog. À l’époque de notre enquête, nous avons trouvé deux textes qui traitaient de manière un peu plus détaillée de la littérature bamanankan publiée par les maisons d’édition au Mali : la thèse d’Anne-Barbara Ischinger (1995) et un article de Robert C. Newton (1997). S’y ajoute l’article de Jean Derive sur le premier roman en bamanankan (2006).

L’édition en bamanankan au Mali (1964 – 2005)

Situation actuelle des maisons d’édition

  • 3 Il s’agit là de la maison d’édition EDIS, qui depuis le moment de notre enquête en 2005 a publié pu (...)
  • 4 Divisée à partir de 1999 en Direction nationale de l’éducation de base (DNEB), Centre national des (...)

14Lors de notre séjour à Bamako entre août et octobre 2005, nous avons pu répertorier 13 maisons d’édition publiant (10), ayant publié (2) ou ayant des projets de publication3 (1) en bamanankan. Nous ont été cités par les acteurs interviewés encore un ou deux noms d’autres éditions, pour lesquelles nous n’avons pas trouvé de personne à contacter. S’y ajoute une maison d’édition avec un livre en bamanankan, répertoriée par Anne Schelhorn en été 2011. Néanmoins, on constate que la majorité des maisons d’édition s’intéresse aux langues maliennes, en particulier au bamanankan. Nous avons intégré à notre recherche la Direction Nationale de l’Alphabétisation Fonctionnelle et de la Linguistique Appliquée (DNAFLA)4, car la situation des éditeurs ne serait pas compréhensible sans le cas de la DNAFLA.

  • 5 Pour une analyse de brochures islamiques mobilisant le bamanankan, voir Zappa 2009.
  • 6 Il ressort des propos des éditeurs que cette institution occupe en effet le rôle d’une maison d’édi (...)

15Les publications en bamanankan comptent aussi des publications religieuses, chrétiennes ou islamiques, qui constituent une part importante des brochures et livres qui se vendent sur les marchés ou dans des librairies spécialisées5. Les ONG et certains services de l’État sont également pourvoyeurs d’imprimés en bamanankan, qui circulent jusque dans des villages reculés. Ces productions n’ont pas été incluses dans la présente enquête, qui se focalise sur la production émanant des éditeurs identifiables comme tels à Bamako (éditeurs privés et DNAFLA6).

  • 7 Entre parenthèses est donnée la date de création et le fondateur et/ou le premier directeur.
  • 8 La transformation des Éditions Populaires en EDIM date de l’accession au pouvoir de Moussa Traoré e (...)
  • 9 Le même Berthé déjà mentionné dans l’interview avec Notre Librarie en 1984. Il succéda à Barthélémy (...)
  • 10 Daramani Tarawele avait déjà commencé à publier sous le label « Kalan Diya » en 1996.
  • 11 Sur le site de Cauris Éditions on lit qu’elle a été créée en 2000. Dans une interview, la fondatric (...)

16Les quatorze maisons d’édition publiant en bamanankan sont les suivantes7 : les Éditions Populaires du Mali8 (1964-env. 1968 : Amadou Seydou Traoré et al.), les Éditions Imprimeries du Mali/EDIM (env. 1968-1991 : Barthélémy Koné), Jamana (1987/88 : Alpha Oumar Konaré et al.), Fayida (1990 : Chiaka Diarrassouba), EDIM S.A. (1991 : Alain Koné), La Ruche à Livres/Éditions Traoré (1993 : Amadou Seydou Traoré), La Sahélienne (1993 : Ismaïla Samba Traoré), Teriya (1995 : Gaoussou Diawara), Société Malienne d’Édition/SOMED (env. 1996-2000 : Ibrahima Berthé9), Donniya (1996 : Abdoulaye Sylla), Édition Diffusion Distribution/EDIS (1997 : Samba Niaré), Le Figuier (1997 : Moussa Konaté), Togouna (2001 : Paul Poudiougo), Kalan Diya (2003 : Daramani Tarawele / Dramana Traoré10), Cauris Éditions11 (2000 à Paris ; 2005 une succursale à Bamako : Kadiatou Konaré).

17À l’exception de Togouna, qui est un terme dogon, les maisons d’édition ont des noms français ou bamanankan : Jamana (le pays), Fayida (l’élégance), Donniya (le savoir), Kalan Diya (lecture agréable, plaisir de la lecture).

18La première maison d’édition malienne, les Éditions Populaires du Mali, fut créée en 1964 comme édition étatique. Transformée en Éditions Imprimeries du Mali (EDIM) en 1968, à la suite du coup d’État par Moussa Traoré, elle restera la seule maison d’édition jusqu’en 1987/88, année de la création de la première maison d’édition privée Jamana. À l’origine de Jamana, il y eut la Revue Culturelle Jamana, fondée en 1983 par le futur président du Mali, Alpha Oumar Konaré. Cette revue, et plus tard l’édition elle-même, ont joué un grand rôle dans la chute du régime de Moussa Traoré (1968-1991) (interview I.S. Traoré, 07/10/2005 ; H. Konaté 2006 ; Perret 2005 : 20). Plusieurs personnes qui aujourd’hui encore travaillent dans les différentes maisons d’édition, et qui sont auteurs ou elles-mêmes devenues éditeurs, ont débuté chez Jamana :

Même Moussa Konaté [directeur du Figuier et auteur connu aussi en France, ayant publié entre autre chez l’Harmattan et Gallimard] dit : « Jamana, c’est ma famille. » Jamana était un nid d’opposants. Il y en avait qui avaient même peur de garer leur voiture devant. On est tous fiers d’avoir fait ça.
(Interview I.S. Traoré, 07/10/2005)

  • 12 Il y a même certains liens de parenté, comme par exemple l’actuel directeur des EDIM S.A., Alain Ko (...)

19Dans les années qui suivirent, plusieurs maisons d’édition privées furent créées. Beaucoup d’éditeurs, auteurs et employés de ces maisons se connaissent donc grâce à Jamana, mais aussi les institutions d’alphabétisation comme la DNAFLA12. La plupart des éditeurs sont en même temps auteurs. Bien que tous les éditeurs affirment être enregistrés officiellement comme entreprises dans l’édition, la nature de ces maisons d’édition varie en ce qui concerne le nombre d’employés, leur organisation (services ou départements différents, etc.) et l’existence de locaux propres. Ainsi, les EDIM, les EDIMS S.A., Donniya, Le Figuier, Jamana et Togouna sont des maisons d’édition possédant leurs propres bureaux, plusieurs employés plus ou moins fixes et une structure qui permet d’identifier une certaine organisation et répartition du travail entre employés, certains services ou départements, etc. La Sahélienne et La Ruche à Livres/Éditions Traoré avaient cette ampleur pendant un certain temps mais, du moins au moment de notre recherche, avaient dû réduire leurs activités et leur personnel. Kalan Diya, EDIS, Fayida et Teriya sont surtout animées par leurs directeurs qui utilisent leurs appartements privés ou bien les bureaux dont ils disposent dans le cadre d’un autre emploi pour leur travail d’éditeur. Leurs employés peuvent ne pas travailler uniquement ou prioritairement pour la maison d’édition.

  • 13 Tarawele, affirmant ne pas avoir les capacités d’éditer plus que ce qu’il écrivait lui-même, n’avai (...)

20Néanmoins, la taille de la maison n’est pas obligatoirement proportionnelle à sa production en bamanankan. Par exemple, celui qui a le plus publié (la DNAFLA mise à part), et qui est aussi reconnu par ses collègues pour être le plus productif des éditeurs et auteurs en bamanankan, est Daramani Tarawele, l’éditeur de Kalan Diya. Kalan Diya est l’affaire d’un seul homme, son éditeur, certes aidé par ses fils, étant en même temps son unique auteur13. La question « Qui est vraiment un éditeur ? » préoccupe également les éditeurs eux-mêmes. Nous y reviendrons un peu plus loin.

21Au moment où nous faisions nos recherches au Mali en 2005, la préoccupation principale des éditeurs portait sur les efforts renouvelés de l’État à faire progresser l’enseignement en bamanankan dans les écoles et les appels d’offres pour l’édition de livres scolaires en bamanankan. Cette situation causa davantage une certaine concurrence et méfiance entre les éditeurs. Souvent mentionné dans la littérature sur l’édition en Afrique, le manuel et le livre scolaire représentent une source d’argent sûre à condition évidemment qu’une maison d’édition remporte l’appel d’offre (Altbach 1998 : 169 et suiv., Pernille 1998 : 95 et suiv.) :

L’édition scolaire est en plein boum, c’est une des choses les plus rentables.
(Interview V. Seguinaud, 29/09/2005)

L’édition doit d’abord passer par l’édition scolaire.
(Interview S. Niaré, 30
/09/2005 ; cf. également Interview G. Diawara, 13/09/2005)

  • 14 Dans ce dernier extrait, notons que A. S. Traoré parle de « librairie » parce que sa propre maison (...)

Les librairies qui marchent, elles sont adossées à des marchés. L’État, les écoles font des commandes cossues.
(Interview A. S. Traoré, 13/10/200514)

  • 15 Certaines remarques des personnes interviewées étant très critiques, nous avons anonymisé certains (...)

22L’édition de livres scolaires paraît néanmoins créer un certain malaise chez les éditeurs et les auteurs. Comme l’exprime Samba Niaré plus haut, l’édition scolaire semble être un « mal nécessaire » afin de pouvoir, dans un futur proche ou lointain, éditer d’« autres choses » (interview V. Seguinaud, 29/09/2005). Le genre de publication y est parfois érigé en critère pour définir ce qu’est une « vraie maison d’édition ». Ainsi, certains de nos interlocuteurs prétendaient que certaines maisons d’édition n’auraient été créées que pour profiter du marché rentable des manuels et livres scolaires et ne seraient pas de « vraies » maisons d’édition, dans la mesure où elles ne publient pas de littérature (interview anonymisée15, 2005).

23Un problème plus concret est le fait que les commandes sûres de l’État et d’ONG de livres et manuels scolaires réduisent encore plus les efforts de (et les connaissances en) marketing et distribution des maisons d’édition auprès de leur public : le choix des livres publiés en bamanankan passe souvent par l’État et les ONG qui sont les principaux acheteurs et dont les lecteurs potentiels ne connaissent souvent que ce que ceux-ci leur présentent. On peut y ajouter le fait que les médias, et bien sûr surtout ceux en bamanankan, ne voient souvent pas la nécessité de parler de la littérature bamanankan. Un argument souvent utilisé est celui selon lequel parler d’un livre ou d’une maison d’édition serait en faire la publicité (cf. interviews O. Konaté, 17/10/2005 ; N. Samaké, 23/08/2005 ; T.Y. Sidibe, 21/09/2005, M. Konta, 23/08/2005 ; M. O. Touré, 29/08/2005 ; Sow 1999 : 67).

24On peut donc se demander quel va être l’effet de ce nouvel élan de l’édition scolaire sur l’édition en bamanankan. Il est douteux que la rentabilité attendue de l’édition scolaire permettent de dynamiser l’édition en général. Ainsi, on peut lire sur le site internet de la Sahélienne, pendant un certain temps l’une des maisons d’édition phares en ce qui concerne la littérature bamanankan :

Longtemps spécialisée dans la littérature en langues nationales (...) elle s’ouvre depuis 2010 à la littérature francophone au travers de trois nouvelles collections.
(Traoré, sd16)

25Cela pose inévitablement des questions quant au statut de l’édition bamanankan. Le tournant vers la littérature francophone est-il vraiment une « ouverture » ?

26Qu’en est-il de l’engagement de l’État aussi bien dans le domaine de l’édition en bamanankan que dans le secteur de la politique linguistique au Mali ? Nous avons déjà mentionné le manque d’un cadre politique clair pour l’édition, et il semble qu’il en est de même pour la politique linguistique. Ainsi, Robert C. Newton critique par exemple le statut toujours expérimental de l’éducation en langues maliennes :

(...) its [Mali’s] ministers have yet to develop and implant a final plan in regard to the expanded use of national languages in the formal school system, even after studies and evaluations of almost 15 years of national languages experimental schools.
(Newton 1997 : 316 ; voir également Alidou-Ngame 2000 : 6)

27On peut également constater l’absence de mise en application de l’usage des langues maliennes dans d’autres secteurs de la société :

For example, all ministers and top-level administrators are required to become literate in a national language of their choice but all national identity cards are written only in French (...).
(Newton 1997: 316)

28Ainsi, qui veut avoir sa place dans la société, étudier, trouver un emploi, faire carrière, est toujours obligé de passer par le français. Certains auteurs et éditeurs critiquent l’usage « intéressé » que les hommes politiques font des langues maliennes. Elles seraient utilisées de préférence quand il s’agit de faire passer un message politique (par exemple avant les élections) ou en matière de développement (par exemple dans le cadre de la prévention contre le SIDA ou le paludisme) ainsi que sous des aspects « folkloriques » ; festivals culturels, etc. (interview A.S. Traoré, 13/10/2005).

29Comme nous allons le voir par la suite, les ambiguïtés autour du statut du bamanankan, et donc de l’avenir de l’édition dans cette langue, sont accompagnées de plusieurs autres incertitudes et de flous quant à la relation entre édition et instituts d’alphabétisation, ainsi qu’aux normes auxquels devraient ou ne devraient pas se soumettre aussi bien les acteurs que la langue (écrite) et les genres littéraires.

Maisons d’édition ou instituts d’alphabétisation ?

  • 17 Selon A. S. Traoré lui-même, mais aussi plusieurs autres éditeurs et auteurs, même les plus critiqu (...)
  • 18 Victorien Dakouo, neveu d’un des directeurs des EDIM, Barthélémy Koné (env. 1968-1978), travailla a (...)
  • 19 Doucouré est plus souvent connu sous ses pseudonymes « T. Jigifa D. » ou « V0 » (parce qu’il était (...)

30Amadou Seydou Traoré, surnommé le « père de l’édition malienne » parce que sa Librairie L’Étoile Noire est à l’origine de la Librairie Populaire et ensuite, en 1964, des Éditions Populaires du Mali17 ; et Victorien Dakouo, qui travailla aux EDIM en tant que lecteur à partir de 197518, affirment que l’idée et la volonté d’éditer en langues maliennes existaient dès le début de la création des Éditions Populaires. Néanmoins, on constate que, alors que la première maison d’édition – étatique – malienne fut créée en 1964, l’édition en bamanankan semble n’avoir commencé qu’en 1976, une année après la création de la DNAFLA (on ne trouve pas de parutions en bamanankan avant cette date). Dès le départ, donc, il régnait une sorte de concurrence entre institution d’alphabétisation et maison d’édition en ce qui concerne l’édition en langues nationales. A. S. Traoré (interview 13/10/2005) se souvient : « Il y avait un service spécial pour l’alphabétisation, la DNAFLA, qui se détachait des éditions. Ce détachement était suspect (...). » Comme d’autres personnes de sa génération (par exemple les auteurs et éditeurs Gaoussou Diawara ou Mamadou Doucouré19), A.S. Traoré (id.) se voit parmi les pionniers non seulement en ce qui concerne l’édition, mais aussi en ce qui concerne la fixation de l’orthographe des langues maliennes : « J’avais un niveau supérieur aux gens de la DNAFLA (...) c’est moi qui corrigeait, faisait la saisie. » D’où le malaise de voir ces deux domaines, édition et langues nationales, se séparer avec la création de la DNAFLA. Certains acteurs se plaignaient également du fait que les EDIM n’étaient parfois pas informés de projets d’éditions en bamanankan : « Ils [les acteurs à la DNAFLA] ne voulaient pas partager l’affaire avec nous. Ils avaient leur propre imprimerie » (interview anonymisée). Une coopération existait toutefois, ne serait-ce qu’au niveau personnel, comme le montre par exemple le cas du prêtre français Etienne Balenghien, un connaisseur de la langue bamanankan qui travailla pour la DNAFLA et plus tard pour Jamana et qui accepta, selon V. Dakouo, de recopier des textes des EDIM sur une machine spéciale, propre à la DNAFLA. Cette machine à écrire disposait des nouveaux caractères (« ɛ », « ɔ », « ɲ ») pour l’orthographe officielle du bamanankan qui avait été modifiée par décret en 1982.

  • 20 Alpha Oumar Konaré, lui aussi membre fondateur de Jamana ainsi que son premier directeur, quitta l’ (...)

31Cette oscillation entre coopération et concurrence est l’une des caractéristiques de la relation entre maisons d’édition et institutions d’alphabétisation jusqu’à nos jours. L’étroite liaison entre les deux domaines se manifeste surtout au niveau des acteurs. Des éditeurs et auteurs comme A. S. Traoré ou Gaoussou Diawara affirment avoir participé aux commissions de développement de l’alphabet et de l’écriture des langues maliennes dans les années 1960 et 1970. Des auteurs, éditeurs et traducteurs comme Daramani Tarawele, Mahamadou Konta, Moussa Diaby, Bubakari Jara, Brehima Wulale ou Abdoulaye Barry ont travaillé aussi bien pour des institutions d’alphabétisation que pour des maisons d’édition. Ce dernier est l’un des membres fondateurs de la première maison d’édition privée au Mali, Jamana, devant succéder à Alpha Oumar Konaré20 à la tête de Jamana, tout en étant en même temps nommé directeur de la DNAFLA. A. Barry mourut peu de temps après, en 1991. L’un des instituts successeurs à la DNAFLA porte encore son nom : L’Institut des Langues Abdoulaye Barry (ILAB).

  • 21 La raison de ce changement est, selon un éditeur interviewé, le fait que l’ILAB, en tant qu’institu (...)

32Ce qui précède a mis en lumière le point de vue des éditeurs qui, dès le début, se sentaient en concurrence avec les institutions d’alphabétisation. Cette ambigüité est perceptible au niveau du statut des publications et des auteurs de celles-ci. Ainsi, dans la liste de publications bamanankan disponible à la bibliothèque de l’ILAB, ne sont – pour la plupart d’entre elles – notées que les institutions ou éditions (DNAFLA, ILAB, CNR-ENF, EDIM, etc.) dans la colonne « auteur ». Ceci semble avoir pendant longtemps exaspéré les auteurs (interview anonymisée, 2005). Pendant nos recherches en 2005, on nous affirma que cette politique avait changé et que, dorénavant, les auteurs publiaient à titre privé et que leur travail d’auteur n’avait rien à voir avec leur travail de fonctionnaire à l’ILAB. L’ILAB servait à la recherche et non à la publication de livres. En conséquence, les auteurs devaient payer pour pouvoir imprimer et vendre leurs livres à l’ILAB21. Néanmoins, la situation reste incertaine et les acteurs eux-mêmes se plaignent souvent de ne pas savoir exactement où ils en sont. Ainsi, un auteur travaillant à l’ILAB et comme auteur à titre privé, affirme que lui et d’autres collègues s’étaient vus accuser de « concurrence déloyale » vis-à-vis de l’ILAB. Par ailleurs, le manque de cadre politique clair mentionné si souvent dans les publications sur l’édition en Afrique est renforcé par le fait que même là où il semble y avoir certaines lois, les acteurs concernés n’en sont pas clairement informés et donc continuent à agir selon ce qu’ils pensent être juste. D’ailleurs, l’ambiguïté des fonctions entre maisons d’édition proprement dit et institutions d’alphabétisation, entre fonctionnaires travaillant pour la DNAFLA ou ses successeurs et auteurs écrivant à leur compte, se retrouve aussi au sein même de l’ex-DNAFLA, où, selon certains employés, les différentes tâches qui se répartissent entre ILAB, CNR-ENF et DNEB ne seraient pas toujours claires. Cette ambigüité se retrouve également chez les personnes elles-mêmes qui sont souvent à la fois auteurs, éditeurs, libraires et exercent d’autres métiers parce qu’elles ne peuvent pas vivre de leur engagement éditorial et littéraire. Ceci semble confirmer que les institutions d’alphabétisation ont encore des problèmes à ne plus se voir dans le rôle de maisons d’édition.

Le « bon » bamanankan et ses conséquences

33Malgré l’existence de coopération au quotidien, beaucoup d’éditeurs et d’auteurs éprouvent donc toujours une certaine méfiance envers les institutions d’alphabétisation. La raison ne tient pas seulement au marché concurrentiel que représente l’édition en bamanankan. Un facteur non négligeable est l’écrit en bamanankan lui-même. À la DNAFLA/l’ILAB, on peut entendre dire que tous les livres édités en bamanankan devraient d’abord passer par là pour garantir la « conformité » de l’écrit bamanankan. Cela est justifié par la crainte que les néo-alphabètes pourraient ne pas comprendre les textes si ceux-ci ne sont pas écrits « comme il faut ». D’un autre côté, on peut constater avec Kathrin Buchmann, qui a fait une analyse des courriers de lecteurs dans le journal Kibaru, que :

[l]e bambara dans lequel les lettres sont écrites, est souvent elliptique et n’est pas très souvent conforme au code national. (...) Cela donne la preuve que la plupart des gens post-alphabétisés écrivent quand-même selon leur goût ou selon leur prononciation personnelle ou dialectale du bambara.
(Buchmann 2004 : 12 et suiv.)

  • 22 Skattum n’a pu trouver que deux articles de Dumestre datant de 1978 et 1993.

34Il est surprenant de noter avec Ingse Skattum (2000 : 108) que ce phénomène, que ce qu’elle appelle « l’anarchie de l’orthographe » n’ait pas fait l’objet de plus d’analyses22. Or, il faut le rappeler ici, l’orthographe du bamanankan, au même titre que les autres langues nationales, est fixée par décret (voir République du Mali, DNAFLA 1982 et 1993).

  • 23 Siyaka Doumbia, auteur de deux livres bamanankan chez Jamana, nous raconta cette anecdote : ayant d (...)

35Tandis que certains éditeurs utilisent le « contrôle » par la DNAFLA/l’ILAB pour prouver que leur bamanankan est de bonne qualité, d’autres au contraire affirment leur indépendance : « Nous n’avons pas besoin de nous référer à la DNAFLA » ou « J’avais un niveau supérieur aux gens de la DNAFLA [en ce qui concerne les connaissances du bamanankan écrit]» (interview S. Niaré, 30/09/2005 ; interview A.S. Traoré, 13/10/2005). Même si les décrets « concernent aussi bien la segmentation des mots que les rapports son-signe » (Skattum 2000 : 108), les opinions divergent quant à la transcription des mots. L’auteur Mamadou Doucouré par exemple a le sentiment que la DNAFLA leur a donné un alphabet, mais pas de règles de transcription (interview M. Doucouré 04/10/2005). Ainsi, à l’ILAB, un employé nous affirma que lui et ses collègues travaillaient toujours avec le petit Lexique bambara-français (79 pages) publié par la DNAFLA en 1980, tout en y ajoutant de nouveaux mots à la main, chacun pour soi. Les collègues se consultent sur les néologismes mais jusqu’en 2005, il n’y avait pas de nouvelle édition du dictionnaire. De plus, d’autres institutions de recherche et universitaires, ou pour être exacte, certains de leurs employés (par exemple à l’Institut des Sciences Humaines, à la FLASH ou à l’ENSup), ne semblent pas toujours adhérer à la version « conforme » de la DNAFLA/l’ILAB. Tout cela laisse à penser que, là aussi, la situation est loin d’être claire et que les maisons d’édition apparemment ne sont pas les seules à avoir des problèmes quant à définir et suivre une « norme » du bamanankan. Cette absence d’harmonisation orthographique pose question. Est-ce là une des raisons pour lesquelles on ne trouve pratiquement aucun des livres des maisons d’édition privées à la petite librairie de l’ILAB et que, la plupart des enseignants des cours de bamanankan ne connaissent pas cette littérature, certains éditeurs craignant le contrôle par la DNAFLA/ILAB23? Les éditeurs, de toute manière, ont un problème de distribution de leurs livres à un public d’alphabétisés qui, en majorité, se trouve hors de Bamako. Manquer cette occasion de faire connaître et de vendre leurs livres directement auprès d’un public alphabétisé à Bamako est une conséquence négative à ne pas sous-estimer. La question de la conformité de l’écrit peut également avoir d’autres conséquences, quand par exemple l’État ou même des ONG refusent d’acheter des livres chez un éditeur parce qu’il n’a pas fait « contrôler » son bamanankan.

36Les débats autour de la langue concernent aussi le style. Un auteur exprime ainsi, par exemple, son insatisfaction au sujet de la traduction de son œuvre en bamanankan par un employé de la DNAFLA. Un autre affirme :

[La DNAFLA] est sèche et scolastique, un peu figée. Elle est contournable. Le paysage doit s’enrichir. Le littéraire crée, forge la langue, fait vivre la langue. Il a des libertés qu’il faut reconnaître, sinon la langue est morte. Le linguiste a un autre travail. Il a une vision puritaine de la langue.
(Interview S. Niaré, 30/09/2005)

37L’image du linguiste revient plusieurs fois dans les interviews d’auteurs et d’éditeurs. Pourtant, comme nous l’avons constaté, on ne peut souvent pas, en réalité, parler d’une séparation claire entre les personnes qui travaillent dans les institutions d’alphabétisation et celles qui travaillent pour les maisons d’édition. Parfois également, les personnes travaillant dans les institutions d’alphabétisation ne sont pas des linguistes au sens exact du mot, mais plutôt des personnes qui en général s’intéressent aux langues nationales et se retrouvent, a un moment donné, dans le domaine de l’alphabétisation. Le dilemme – ou peut-être au contraire la « tension féconde » (Ricard 1995 : 6 et suiv.) – est donc d’un côté, comme le constate A. Ricard, de se trouver face à une « multiplicité des transcriptions [qui] est bien un obstacle à l’expansion, aux fins d’éducation et d’alphabétisation des langues africaines transcrites » (ibid. : 96), d’un autre côté de trouver, en tant qu’écrivain, sa conscience linguistique qui « est d’abord conscience de la multiplicité des langues, expérience d’une manière d’éclatement du discours, marqué par la diglossie et le métissage » (ibid. : 6). On note une différence intéressante quand Ricard parle d’abord de la conscience linguistique des écrivains, qui est liée à « l’invention de sa langue propre » (ibid. : 6), donc à une langue dite littéraire ; et quand, plus tard, Ricard se tourne vers la conscience linguistique de la communauté qui, si elle n’est pas « capable de produire elle-même l’instrument de son expression littéraire – de s’entendre sur la langue standard – on peut considérer qu’elle abandonne de fait le terrain à la langue européenne » (ibid. : 146). Les écrivains ont-ils donc d’abord besoin d’un standard pour pouvoir ensuite s’en libérer afin de produire une langue littéraire autonome, comme le suggère également Pascale Casanova dans La République mondiale des Lettres (ibid. 1999 : 467) ?

Fiction ou fonction ?

38La distinction entre littérature « fonctionnelle » et littérature « fictionnelle » –  entendue ici dans le sens de création littéraire – est-elle pertinente, dans le cas de l’édition en bamanankan ?

39Les éditeurs et auteurs eux-mêmes se posent constamment des questions quant à la nature et à la qualité de la littérature produite en bamanankan. Ils portent un regard critique non seulement sur la production de littérature bamanankan par la DNAFLA et ses successeurs, mais aussi sur leur propre littérature. Ainsi, Ismaïla Samba Traoré de la Sahélienne pense que de nombreuses œuvres se lisent encore trop comme des traductions, c’est-à-dire qu’on sent, ou du moins on a l’impression que l’auteur a d’abord écrit, ou pensé, le livre en français et l’a ensuite traduit en bamanankan (interview I.S. Traoré, 12/08/2005). Samba Niaré d’EDIS affirme : « La qualité est consommable, ça va, la qualité a augmenté » (interview S. Niaré, 30/09/2005).

40La critique vise aussi les genres de littératures publiées. On peut dire que les auteurs et éditeurs sont tous d’accord sur le fait qu’il y a, à leur goût, trop peu de fiction. Pourtant un auteur avoue (interview O. Diarra, 27/09/2005) : « Ça m’effraye l’idée d’écrire une centaine de pages d’un roman en bambara. » Un autre raconte qu’il voulait traduire un de ses propres livres du français en bamanankan et qu’il a fini non pas par traduire mais par ré-écrire le livre en bamanankan (interview M. Konta, 26/09/2005). Même si beaucoup d’auteurs avouent donc avoir des difficultés à écrire ce genre de littérature en bamanankan, plusieurs auteurs déclarent avoir des manuscrits dans leurs tiroirs. De même pour les éditeurs qui affirment souvent recevoir des manuscrits qu’ils n’ont pas les moyens d’éditer. Qu’en est-il donc de cette rivalité entre littérature « fonctionnelle » et littérature « fictionnelle » ? La simple utilisation de ces deux termes est ambiguë. La littérature dite fonctionnelle est en relation avec une alphabétisation dite fonctionnelle que Klaudia Dombrowsky résume ainsi : « l’alphabétisation fonctionnelle facilite aux adultes l’exercice de la ou des fonctions (économique, sociale, etc.) qu’ils assument dans leur groupe » (Dombrowsky 1993).

41On pourrait donc dire que la littérature fonctionnelle a une fonction précise et n’est pas ou pas seulement là pour divertir. Cela dit, le terme « fonctionnel » ne définit pas nécessairement le genre de littérature en question. Pourtant, en opposant « fonctionnel » à « fictionnel », on suppose premièrement que tout ce qui est fonctionnel ne peut pas être en même temps fictionnel ; et deuxièmement, que tout ce qui n’est pas fictionnel est donc d’une façon ou d’une autre fonctionnel. Implicitement, ceci semble avoir mené à l’opinion souvent entendue selon laquelle il n’y a pas beaucoup de « littérature » bamanankan au Mali, ce qui signifie : pas beaucoup de fiction (romans, nouvelles, etc.).

42Ainsi que nous l’avons mentionné dans notre introduction, notre approche est ethnographique, axée sur les acteurs. Il nous semble que c’est peut-être justement cette perspective qui nous a permise d’approcher le sujet de la « littérature » en bamanankan sous un nouvel angle, en valorisant aussi bien la littérature fictionnelle que la littérature dite fonctionnelle, ou même plutôt en remettant en question cette séparation stricte. Le fait de mettre les perspectives et les opinions des acteurs au centre de notre recherche nous a permis d’aller au-delà de ces catégories. Cette perspective prend tout d’abord en compte le fait que les éditeurs, auteurs, traducteurs, « linguistes » sur place ont une idée beaucoup plus large du terme « littérature », qui pour eux comprend aussi bien la littérature dite fonctionnelle, que celle dite fictionnelle. Cependant, il ne faut pas commettre l’erreur d’une conclusion inverse qui supposerait que les acteurs maliens n’ont pas conscience de genres et de styles différents. Ce que la perspective des acteurs montre est que l’édition et l’écriture en bamanankan ont une histoire à raconter. C’est en même temps une valorisation des efforts entrepris pour éditer et écrire en bamanankan, quel que soit, en premier lieu, le genre ou le style des textes.

43Dans un deuxième temps, l’approche ethnographique a révélé les discours controversés menés par les acteurs au sujet de définitions et de droits d’édition, de règles et contrôles de la langue, de contraintes face aux styles et aux genres, etc. Ces discours indiquent un processus de construction quant aux représentations que les acteurs se font de « la littérature », de « l’édition », du « bamanankan », représentations qui sont souvent plus pertinentes dans la pensée d’un acteur que dans les faits. Ceci montre également que la notion ou la définition de ce qu’est ou doit être « la » littérature – et donc aussi la « langue littéraire » – dépend du point de vue de l’observateur et dépend aussi du but qu’on veut atteindre.

  • 24 Pour ces deux livres, voir par exemple l’analyse détaillée de Tabea Rittgasser dans sa maîtrise Kal (...)

44Il reste sûrement un grand travail à faire quant à l’analyse approfondie de ce qui a été publié en bamanankan jusqu’à présent. Ce premier aperçu nous dit que la division stricte entre « fictionnel » et « fonctionnel » pourrait être trop simple et ne pas tenir compte des mélanges de styles et de genres difficiles à classer sous une seule dénomination. Qu’en est-il par exemple des livres de la Sahélienne issus de projets comme Caravane de la Jeunesse/Caravane du Sahel (Série Emergence Mali Kura), écrits par des jeunes ou des alphabétisés de tous âges, ou de la série Dugu kelen, gafe kelen (Un village/une ville, un livre), qui sont un mélange de recherches anthropologiques, sociologiques, historiques et autres (interviews I.S. Traoré, 17/08/2005 et 14/10/2005 ; Morikala 1995 : 12) ? Qu’en est-il de livres pour enfant avec contenu « fonctionnel » comme Diden lakalilen denmisɛnninw ye ou Munna ntori bɛ balo ji kɔnɔ ? (Les abeilles racontées aux enfants et Pourquoi la grenouille vit-elle dans l’eau ?) ? Qu’en est-il de manuels d’alphabétisation comme Kalanjɛ ni sɛbɛnni (Lecture et écriture), Musow kalangafe (Livre d’instruction/éducation pour les femmes)24 ou Kalanjɛ san filanan (Études/Lecture 2e année) qui contiennent de petites histoires ou de la poésie, de livres comme Baganw ka minnɔgolaminɛ taamajan (Le long voyage des animeux assoiffés) qui mélange littérature orale à de propres idées ?

  • 25 À noter également, tout en leur souhaitant encore une très longue vie, que certains acteurs qui ont (...)

45Ces exemples témoignent du caractère problématique de la séparation entre fonctionnel et fictionnel. Ceci dit, il ne s’agit pas de nier que romans, nouvelles et autres se font sûrement plus rares en bamanankan qu’en swahili ou en yoruba, par exemple. La question qui se pose est cependant de savoir si cette catégorisation en genres classiques et cette comparaison entre langues et littératures nous mènent vraiment loin dans l’analyse du champ de l’écrit en bamanankan. De plus, on peut se demander à quoi sert de mesurer la littérature bamanankan aux littératures swahili ou autres, si ce n’est à négliger l’histoire de plus de trente années d’effort de maisons d’édition maliennes (y compris la DNAFLA et ses successeurs) en matière de publication en bamanankan25. Comme il l’a été dit plus haut, il est vrai que les éditeurs et auteurs maliens eux-mêmes se plaignent du manque de littérature « fictionnelle » en bamanankan. Mais ils le font tout en accordant du mérite à ce qui a été publié jusqu’ici, que ce soit fonctionnel, fictionnel ou autres.

Conclusion

46L’histoire de l’édition en bamanankan au Mali est marquée par les relations difficiles entre acteurs et institutions, par des questions d’orthographe et de norme linguistique, de manque d’encadrement politique, de marketing et de médiatisation. Tout cela montre qu’à part le manque de financement, les acteurs se sentent également en manque d’information et d’organisation. Ainsi, beaucoup se plaignent du manque de coopération – entre collègues ou concurrents ? :

Les gens ne se fréquentent pas. Les éditeurs devraient travailler de manière plus solidaire.
(Interview I. S. Traoré, 07
/10/2005)

Les éditeurs devraient se mettre ensemble. Ils sont trop dispersés. Il faut faire un effort ensemble.
(Interview J. Thera, 22
/09/2005)

Quand va-t-on coopérer entre maisons d’édition ? Il faut mettre ensemble les compétences.
(Interview V. Dakouo, 26
/10/2005)

47Ce désir de voir une plus grande coopération entre ce qui pourrait aussi simplement être vu comme une concurrence normale dans une économie de marché peut surprendre. Ainsi Diana Newton affirme :

The reasons for a publisher to get involved in literacy and post literacy materials should be based on sound commercial decisions: Answers should not be philanthropic as publishers are not and should not be international donors.
(Newton 1994 : 108)

  • 26 Voir par exemple les interviews Ch. Diarrassouba, 06/10/2005, G. Diawara, 13/09/2005 mais aussi la (...)

48En fait, les éditeurs et auteurs dans le champ des langues nationales voient souvent leur rôle d’éditeur dans une perspective de développement du pays (cf. Nguessan 1995 : 41 et suiv. ; Werk 1992 : 94), et parlent de patriotisme ou de satisfaction morale quand ils parlent de leur « combat » d’éditeurs26. En effet, Alidou-Ngame constate que :

(...) la contribution des maisons d’édition privées dans la création d’un environnement lettré est dans une large mesure un acte nationaliste vu le coût élevé de la production en langues nationales et le nombre très réduit d’acheteurs de livres en langues nationales.
(Alidou-Ngame 2000 : 17 ; souligné par nous-mêmes)

49Ces tensions entre ambition littéraire et dimension pédagogique, entre logique du marché et projet nationaliste, rendent compte de la difficile émergence de la littérature en bamanankan, mais témoignent aussi, sur la durée, de la ténacité des acteurs qui se sont investis dans ce domaine.

Haut de page

Bibliographie

Alidou-Ngame Hassana, 2000, Stratégies pour le développement d’un secteur éditorial en langues nationales dans les pays du Sahel : Burkina Faso, Mali, Niger et Sénégal. Synthèse de l’atelier de réflexion sur la politique du livre en langues nationales, London, ADEA.

Altbach Philip G., 1998, Publishing in the Third World: Issues and Trends for the Twenty-First Century, in Philip G. Altbach et Damtew Teferra (eds.), Publishing and Development: A Book of Readings. Chestnut Hill MA [et al.], Bellagio Publishing Network [et al.] : 59-190.

Altbach Philip G., Rathgeber Eva-Maria, 1980, Publishing in the Third World, Trend Report and Bibliography, New York, Praeger Publishers.

Altbach Philip G., Teferra, Damtew (eds.), 1998, Publishing and Development: A Book of Readings, Chestnut Hill MA [et al.], Bellagio Publishing Network [et al.].

Bade David W., 2000, Books in African Languages in the Melville J. Herskovits Library of African Studies, Northwestern University: A Catalog, PAS Working Paper 8.1-2. Consulté le 07.07.2011 sur <www.northwestern.edu/african-studies/docs/working-papers/wp8bade.pdf>.

Bjornson Richard, 1991, The African Quest for Freedom and Identity. Cameroonian Writing and the National Experience, Bloomington [et al.], Indiana University Press.

Buchmann Kathrin, 2004, Observation sur le journal Kibaru et les lettres des lecteurs, mémoire, INALCO, Paris, non publié.

Casanova Pascale, 1999, La République mondiale des Lettres, Paris, Éditions du Seuil.

Chakava Henry, 1996, Publishing in Africa: One Man’s Perspective. Chestnut Hill MA [et al.], Bellagio Publishing Network [et al.].

Cohen Nadia, 2006, Verlagswesen und bamanankansprachige Literatur in Mali, maîtrise (Magister Artium), Institut für Ethnologie und Afrikastudien, Mayence, Allemagne, non publié.

Derive Jean, 2006, Le Parcours sinueux d’un roman bambara : Kanuya Wale (un acte d’amour) de Samba Niaré, 1996, in Xavier Garnier et Alain Ricard (eds.), L’Effet roman. Arrivée du roman dans les langues d’Afrique, Paris, CENEL/Harmattan : 265-285.

Dombrowsky Klaudia, Dumestre et Gérard, Simonis Francis, 1993, L’alphabétisation fonctionnelle en Bambara dans une dynamique de développement. Le cas de la zone cotonnière (Mali-Sud), Aix-en-Provence, Université de Provence.

Dumestre Gérard, 1993, Bibliographie des ouvrages parus en bambara, Mandekan 26 : 67-90.

Hutchinson John, 1995, The Politics of Educational Publishing in Francophone Africa: 1944-94, in Hutchinson John et Nguessan Michel (eds.), The Language Question in Francophone Africa. West Newbury, Mother Tongue Éditions : 57-70.

Ischinger Anne-Barbara, 1995, Kulturidentität und Frankographie: Eine komparatistische Untersuchung über den Roman der Wolof und der Manding, Köln, Institut für Afrikanistik, Universität zu Köln.

Jacquey Marie-Clotilde, 1984, Éditer et imprimer. Entretien avec Ibrahim Berthe, Directeur des EDIM, Notre Librairie 75-76 : 171-173.

Kedrebéogo Gérard, 1995, Francophonie and African Development: Myth or Reality?, in John Hutchinson et Michel Nguessan (eds.), The Language Question in Francophone Africa. West Newbury, Mother Tongue Éditions : 39-46.

Konaté Hamidou, sans date, Mot du directeur, <www.jamana.org/mots_dg.html> consulté le 07.07.2011.

Mbouguen Hervé, 2004 : Kadiatou Konaré, directrice de Cauris Éditions, <www.grioo.com/info3604.html>, consulté le 15.10.2011

Michelman Fredric, 1978, New Life for Francophone Publishing in Africa, The African Book Publishing Record IV (3) :163-167.

, 1995, French and British Colonial Language Policies: A Comparative View of Their Impact on African Literature, Research in African Literatures 26 (4) : 216-225.

Ministère de l’Éducation nationale, DNAFLA, 1980, Lexique bambara-français (bamanan kan ni tubabu kan danyègafè), Bamako, Imprimerie DNAFLA.

Morikala, 1995, « Yɛrɛdɔn », Saheli 10 : 12.

Newton Diana C., 1994, Publishing for Sustainable Literacy in Francophone West Africa, The African Book Publishing Record XX (2) : 107-111.

Newton Robert C., 1997, Writing and Publishing in National Languages Today: The Case of Bamanankan, Matatu 17-18 : 315-325.

Nguessan Michel K., 1995, African Literature in French: The Question of Authenticity, in John Hutchinson et Michel Nguessan (eds.), The Language Question in Francophone Africa. West Newbury, Mother Tongue Éditions : 39-46.

Okomba Emile, 1990, L’Édition et la distribution du livre en Afrique Noire francophone, Université Paris VII, U.F.R. des Sciences Sociales, Paris, non publié.

Pernille Askerud, 1998, Educational Publishing and Book Provision, in Philip G. Altbach et Damtew Teferra (eds.), Publishing and Development: A Book of Readings. Chestnut Hill MA [et al.], Bellagio Publishing Network [et al.], Bellagio Studies in Publishing, 9 : 91-110.

Perret Thierry, 2005, Médias et Démocratie au Mali. Le journalisme dans son milieu, Politique africaine 97 : 18-32.

Poudiougo Paul Apanga, 2009/2010, La problématique et les enjeux del’édition au Mali, mémoire de maîtrise, FLASH, Bamako, non publié.

Prillaman Jerry, 1992, Books in Francophone Africa, in Philip G. Altbach (ed.), Publishing and Development in the Third World. London [et al.], Hans Zell Publishers [et al.], (Hans Zell Studies on Publishing, 1) : 199-210.

République du Mali, Direction nationale de l’alphabétisation fonctionnelle et de la linguistique appliquée, 1982, Règles d’orthographe des langues nationales, Bamako, DNAFLA.

—, 1993, Alphabets et règles d’orthographe des langues nationales, Bamako, DNAFLA.

Ricard Alain, 1995, Littératures d’Afrique noire. Des langues aux livres, Paris, CNRS Éditions et Karthala.

Rittgasser Tabea, 2003, Kalebassenflicken und Pilgerfahrt: Eine Analyse bambarasprachiger Alphabetisierungsmaterialien (Mali), maîtrise, Universität Mainz, Fachbereich Sozialwiss. Mainz, non publiée.

Sans auteur, 2009, Bamanankan. A language of Mali, in Paul M. LEWIS (ed.), Ethnologue: Languages of the World, Sixteenth edition, Dallas, Tex., SIL International, Online Version, <www.ethnologue.com/show_language.asp?code=bam>, consulté le 15.10.2011.

Schelhorn Anne, 2011, Courriel, 15.10.2011.

Simon Günter, 1984, The Book in Francophone Black Africa: a critical perspective, The African Book Publishing Record X (4) : 209-215.

Skattum Ingse, 2000, Le bambara écrit à l’école fondamentale, Nordic Journal of African Studies 9 (3) : 108-132.

Sow Mamadou Aliou, 1999, African Publishing and National Languages: The West African Experience, in Philip G. Altbach et Damtew Teferra (eds.), Publishing in African Languages: Challenges and Prospects, Chestnut Hill, Bellagio Publishing Network, Bellagio Studies in Publishing 10 : 65-74.

Traoré Ismaïla Samba, sans date, Éditions la Sahélienne, <www.facebook.com/pages/éditions-La-Sahélienne/419447950514?sk=info>, consulté le 15/10/2011.

Werk Jan Kees van de, 1992, Challenges and Reality in West African Publishing, in Philip G. Altbach (ed.), Publishing and Development in the Third World, London [et al.], Hans Zell Publishers [et al.], Hans Zell Studies on Publishing, 1 : 191-198.

Zappa Francesco, 2009, Écrire l’islam en bambara. Lieux, réseaux et enjeux de l’entreprise d’al-Hâjj Modibo Diarra, Archives de sciences sociales des religions 147 : 167-186.

Zell Hans M., 1984, Publishing & Book Development in Africa: A Bibliography/L’édition et le développement du livre en Afrique: une bibliographie, Paris, Unesco.

Zogo Félix, 1996, L’édition et le livre au Cameroun : production, distribution, consommation.Contribution à l’étude des systèmes éditoriaux dans les pays d’Afrique subsaharienne, thèse de doctorat, Université de Paris 2, Sciences de l’Information.

Bibliographie des œuvres bamanankan citées dans l’article

Série Dugu kelen, gafe kelen

Auteur(s) inconnu(s), date inconnue, Kangaba, Bamako, La Sahélienne, série Dugu kelen, gafe kelen.

—, Marakala, Bamako, La Sahélienne, série Dugu kelen, gafe kelen.

—, Niono, Bamako, La Sahélienne, série Dugu kelen, gafe kelen.

Tarawele Sumayila Sanba, 1996, Kuruma Tariki, Bamako, La Sahélienne, série Dugu kelen, gafe kelen.

Wulale Berehima, Tarawele Abudul Karimu, Kulubali Kajatu [et al.], 2000, Kɔlɔnjɛba, Bamako, La Sahélienne, série Dugu kelen, gafe kelen.

Série Emergence Mali Kura

Kulibali Adama Jokolo, Wulale Berehima, Berete Amidu, 1994, Nsiirin : nin kɛra kungosogow ye, Bamako, La Sahélienne, série Emergence Mali kura.

Saheli jekasɛbɛnni jɛkulu, 1994, Karimu ni Kaja, Bamako, La Sahélienne, série Emergence Mali kura.

Saheli jekasɛbɛnni jɛkulu, Traoré Ismaîla Samba, Oulalé Bréhima (eds.), 1996, Nuku, Bamako, La Sahélienne, série Emergence Mali kura.

Tarawele Isumayila Sanba,Wulale Berehima, Berete Amidu (eds.), 1999, Kaaba, Bamako, La Sahélienne, série Emergence Mali kura.

Wulale Berehima, Saheli jɛkasɛbɛnni jɛkulu, 1994, Sidako, Bamako, La Sahélienne, série Emergence Mali kura.

Autres

Diarra Ousmane (Jara, Usumani), 1996, Baganw ka minnɔgolaminɛ taamajan, Bamako, Le Figuier.

Diarrassouba Chiaka, sans date, Diden lakalilen denmisɛnninw ye, Bamako, Fayida.

—, sans date, Munna ntori bɛ balo ji kɔnɔ ?, Bamako, Fayida.

T. Jigifa D. Mamadu Dukure, 2010/2011 : Ni san cyɛnna jate tɛkalo la, Bamako, Paris, Cauris Éditions.

Sans auteur, 2000, Kalanjɛ ni sɛbɛnni, Bamako, DNAFLA.

—, 2001, Kalanjɛ san filanan, Bamako, CNR-ENF.

, 1991, Musow kalangafe, Bamako, DNAFLA.

Interviews

Dakouo Victorien, le 26/10/2005

Diarra Ousmane, le 27/09/2005

Diarrassouba Chiaka, le 06/10/2005

Diawara Gaoussou, le 13/09/2005

Doucouré Mamadou, le 04/10/2005

Konaté Ousmane, le 17/10/2005

Konta Mahamadou, le 23/08/2005

Samaké Nianzé le 23/08/2005 

Niaré Samba, le 30/09/2005

Seguinaud Virginie, le 29/09/2005

Sidibe Tumani Yalam, le 21/09/2005

Tarawele Daramani, le 25/08/2005

Thera Job, le 22/09/2005

Touré Mariam Oumar, le 29/08/2005

Traoré Amadou Seydou, le 13/10/2005

Traoré Ismaïla Samba, le 12/08/2005

Traoré Ismaïla Samba, le 14/08/2005

Traoré Ismaïla Samba, le 07/10/2005

Traoré Ismaïla Samba, le 17/10/2005

Haut de page

Notes

1 Nous utilisons pour cet article la désignation de « bamanankan », terme bambara utilisé par nos interlocuteurs maliens, pour la langue communément appelée « bambara » en français ou « bamanan » en anglais. Le site <ethnologue.com> utilise également le terme « bamanankan » comme entrée principale (sa 2009 : <www.ethnologue.com/show_language.asp?code=bam>, page consultée le 15/10/2011).

2 Un autre exemple est la thèse de Zogo (1996), également sur l’édition au Cameroun.

3 Il s’agit là de la maison d’édition EDIS, qui depuis le moment de notre enquête en 2005 a publié pusieurs ouvrages en bamanankan (Anne Schelhorn, communication personnelle).

4 Divisée à partir de 1999 en Direction nationale de l’éducation de base (DNEB), Centre national des ressources pour l’éducation non formelle (CNR-ENF) et Institut des langues Abdoulaye Barry (ILAB). Néanmoins, jusqu’à aujourd’hui, les acteurs interviewés parlent souvent de « la DNAFLA » pour désigner les institutions qui ont succédé, et nous suivrons leur usage dans les citations.

5 Pour une analyse de brochures islamiques mobilisant le bamanankan, voir Zappa 2009.

6 Il ressort des propos des éditeurs que cette institution occupe en effet le rôle d’une maison d’édition et donc d’une concurrente, contrairement aux publications religieuses ou aux ONG.

7 Entre parenthèses est donnée la date de création et le fondateur et/ou le premier directeur.

8 La transformation des Éditions Populaires en EDIM date de l’accession au pouvoir de Moussa Traoré en 1968, mais on trouve des livres datés de 1977 qui portent encore la mention « Éditions Populaires », en même temps que d’autres livres qui portent déjà la mention « EDIM » à partir de 1968.

9 Le même Berthé déjà mentionné dans l’interview avec Notre Librarie en 1984. Il succéda à Barthélémy Koné à la tête des EDIM à partir de 1978 (interview A.S. Traoré, 13/10/2005 et V. Dakouo, 26/10/2005).

10 Daramani Tarawele avait déjà commencé à publier sous le label « Kalan Diya » en 1996.

11 Sur le site de Cauris Éditions on lit qu’elle a été créée en 2000. Dans une interview, la fondatrice Kadiatou Konaré, fille de l’ancien président du Mali et fondateur de Jamana, Alpha Oumar Konaré, dit avoir créé Cauris Éditions en 2001 (Mbouguen 2004 : <www.grioo.com/info3604.html>, consulté le 15.10.2011). L’employé Boubacar Sissoko prétend même que la maison d’édition fut créée en 1998 (propos recueillis par Anne Schelhorn en 2011). Toujours d’après B. Sissoko, Cauris Éditions dispose d’une succursale à Bamako depuis 2005.

12 Il y a même certains liens de parenté, comme par exemple l’actuel directeur des EDIM S.A., Alain Koné, qui est le fils d’un des anciens directeurs des EDIM, Barthélémy Koné ; comme Victorien Dakouo, qui travaillait comme lecteur chez les EDIM et aujourd’hui chez Donniya et qui est le neveu de B. Koné (et donc le cousin de A. Koné) ; comme Siaka Doumbia, auteur bamanankan et employé (saisie, montage) chez Jamana, qui est le fils adoptif d’Abdoulaye Barry, membre fondateur de Jamana et nommé directeur aussi bien de Jamana que de la DNAFLA juste avant sa mort en 1991 (interview T.Y. Sidibé, 21/09/2005) ; ou comme Kadiatou Konaré, fondatrice et directrice de Cauris Éditions, fille d’Alpha Oumar Konaré.

13 Tarawele, affirmant ne pas avoir les capacités d’éditer plus que ce qu’il écrivait lui-même, n’avait accepté qu’une seule publication écrite par un autre auteur au moment de nos recherches.

14 Dans ce dernier extrait, notons que A. S. Traoré parle de « librairie » parce que sa propre maison d’édition était intégrée dans une structure qui comprenait une librairie. En général, les maisons d’édition remplissent souvent en même temps le rôle d’une librairie. Ceci est également noté par Zappa à propos de librairies islamiques au Mali servant de maison d’édition (Zappa 2009 : 172 et suiv.).

15 Certaines remarques des personnes interviewées étant très critiques, nous avons anonymisé certains propos afin de protéger les personnes concernées.

16 Voir la page interet <www.facebook.com/pages/éditions-La-Sahélienne/419447950514?sk=info>, consultée le 15.10.2011.

17 Selon A. S. Traoré lui-même, mais aussi plusieurs autres éditeurs et auteurs, même les plus critiques à son égard, A. S. Traoré avait donné sa Librairie L’Étoile Noire, fondée en 1958, à l’État malien en 1960. Elle forma la base de la Librairie Populaire et ensuite, en 1964, des Éditions Populaires du Mali. A. S. Traoré créa également la Ruche à Livres, souvent aussi appelée Éditions Traoré, en 1993.

18 Victorien Dakouo, neveu d’un des directeurs des EDIM, Barthélémy Koné (env. 1968-1978), travailla aux EDIM en tant que relecteur à partir de 1975. Plus tard, il travailla également pour les éditions Donniya.

19 Doucouré est plus souvent connu sous ses pseudonymes « T. Jigifa D. » ou « V0 » (parce qu’il était professeur de physique). Bien qu’il aie reçu le Prix Littéraire Bamanan trois fois entre 1979 et 1981, la première publication qu’on trouve de lui a paru aux éditions Cauris en 2010/2011. Il n’a jamais été édité auparavant.

20 Alpha Oumar Konaré, lui aussi membre fondateur de Jamana ainsi que son premier directeur, quitta l’édition en 1991 pour devenir président du Mali en 1992.

21 La raison de ce changement est, selon un éditeur interviewé, le fait que l’ILAB, en tant qu’institution étatique, n’avait pas le droit d’exercer une fonction commerciale, et que même les livres destinés à l’alphabétisation devaient être soumis à un appel d’offres.

22 Skattum n’a pu trouver que deux articles de Dumestre datant de 1978 et 1993.

23 Siyaka Doumbia, auteur de deux livres bamanankan chez Jamana, nous raconta cette anecdote : ayant déjà publié ses deux livres chez Jamana, quelques années plus tard, il devait faire le cours officiel de bamanankan à la DNAFLA simplement pour obtenir un certificat de bamanankan officiel. À la fin du cours, il offrit ses deux livres à son professeur de bamanankan, qui était très surpris, ne connaissant ni l’auteur ni ses deux livres.

24 Pour ces deux livres, voir par exemple l’analyse détaillée de Tabea Rittgasser dans sa maîtrise Kalebassenflicken und Pilgerfahrt : Eine Analyse bambarasprachiger Alphabetisierungsmaterialien (2003 : Réparation de calebasses et pèlerinage : une analyse de matériel d’alphabétisation en langue bambara).

25 À noter également, tout en leur souhaitant encore une très longue vie, que certains acteurs qui ont vécu l’évolution de l’édition bamanankan dès sa première heure sont déjà âgés et qu’il serait nécessaire de profiter de leur savoir tant que possible.

26 Voir par exemple les interviews Ch. Diarrassouba, 06/10/2005, G. Diawara, 13/09/2005 mais aussi la structure multi-dimensionnelle de beaucoup de maisons d’édition qui se veulent à la fois centres de recherche, théâtre, centres pédagogiques, etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadia Cohen, « Entre écrits « fonctionnels » et écrits « littéraires ». L’édition en bamanankan au Mali », Journal des africanistes, 83-1 | 2013, 132-154.

Référence électronique

Nadia Cohen, « Entre écrits « fonctionnels » et écrits « littéraires ». L’édition en bamanankan au Mali », Journal des africanistes [En ligne], 83-1 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3570

Haut de page

Auteur

Nadia Cohen

Chercheur indépendant

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org