Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

BONTE, Pierre, La montagne de Fer

Paris, Karthala, 2001, 368 pages
J.C. Simon
p. 504-505

Texte intégral

1Un ouvrage original, qui contribue fortement à la connaissance des activités productives industrielles de l’Afrique de l’ouest contemporaine – ce qui est aussi un apport à la compréhension du processus de développement dans la région. Cette analyse de P. Bonte, anthropologue du CNRS, offre une lecture sociologique et d’économique industrielle, ainsi qu’une clé pour la compréhension de l’ethnologie de la ‘modernisation’ dans le contexte mauritanien.

2Le titre et le format de ce livre pourraient sembler lourds et rigides, à l’image même du minerai qui constitue le fondement de cette étude. Cependant le sous-titre ‘la SNIM (Mauritanie) : une entreprise saharienne à l’heure de la mondialisation’ laisse entrevoir l’enjeu réel et la grande richesse d’un travail de belle ampleur. Rédigé pour préserver et faire connaître le savoir sur l’entreprise, à la suggestion de la direction de la SNIM, l’ouvrage est un travail scientifique indépendant qui s’appuie sur l’expérience mauritanienne de l’auteur, longue de près de quatre décennies, et sur des collaborations prolongées avec des partenaires locaux.

3L’ouvrage comprend dix chapitres et se déroule en trois parties. La première expose le contexte d’implantation de l’entreprise ; la deuxième décrit le processus de ‘mauritanisation’ et de nationalisation ; la troisième est consacrée au diagnostic sur les enjeux contemporains de modernisation et d’adaptation au contexte de l’économie mondialisée.

4Le texte offre des analyses détaillées, érudites et mûrement réfléchies. La longue histoire du gisement, mentionné dès le XIe siècle, et l’émergence d’une activité d’exploitation à la période coloniale attestent de son enracinement historique. Par ailleurs, le cadre de l’exploitation moderne, l’ampleur des moyens requis, notamment en infrastructure, déterminent un espace géographique bien spécifique.

5Une iconographie originale aide le lecteur à pénétrer une réalité complexe et évolutive. De ce fait, l’ouvrage parvient à couvrir plusieurs axes de réflexion :

6Etude institutionnelle et structurelle de la construction de l’entreprise : on passe de la société Mines de Fer de Mauritanie à la SNIM, Société Nationale des Industries Minières – et ce changement de statut traduit le processus de passage d’un fonctionnement d’entreprise coloniale (MIFERMA) à celui d’entreprise nationale, pilier de l’économie mauritanienne – avec ses enjeux de gestion, d’intégration de population ouvrière, de maîtrise technique.

7Socio-anthropologie d’une industrie en contexte saharien : prise en compte de la réalité du fonctionnement, de sa dimension culturelle, dans une population mauritanienne imprégnée de traditions sahariennes pastorales, que l’auteur connaît bien.

8Étude des changements économiques dans l’espace mauritanien, à travers une dissection fouillée d’une activité structurante : une industrie lourde assise sur des infrastructures complexes. Le système économique est en interaction avec des réalités mondiales (marché du minerai…) qui conditionnent directement ses perspectives de croissance.

9La construction formelle de l’ouvrage est particulièrement satisfaisante. On comprend que les choix de présentation de documents ont été un dilemme pour l’auteur qui a certainement dû trier dans un fonds considérable, mais la présentation s’appuie sur des outils variés : cartes, schémas et tableaux ainsi que des photos particulièrement bien sélectionnées.

10Ainsi ce livre peut se présenter comme un témoignage très original sur la SNIM au cours des dernières décennies – une œuvre de mémoire en même temps qu’un outil de diagnostic sur la réalité contemporaine d’une entreprise moderne en zone saharienne. On souscrit volontiers à la thèse de l’auteur sur l’approche de la SNIM comme ‘fait social total’ dans le contexte de la Mauritanie.

11Cet ouvrage, très fouillé mais aisément accessible, est donc à recommander à des chercheurs, spécialistes, mais aussi à ceux – y compris les visiteurs occasionnels – qui veulent prendre en compte les éléments contemporains de l’évolutions des sociétés humaines du Sahara.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

J.C. Simon, « BONTE, Pierre, La montagne de Fer », Journal des africanistes, 74-1/2 | 2004, 504-505.

Référence électronique

J.C. Simon, « BONTE, Pierre, La montagne de Fer », Journal des africanistes [En ligne], 74-1/2 | 2004, mis en ligne le 04 avril 2007, consulté le 21 août 2017. URL : http://africanistes.revues.org/357

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org