Navigation – Plan du site
Écrits hors-champ

L’acte d’écrire : sur la performativité de l’écriture littéraire en pulaar

The Act of Writing : The Performativity of Creative Writings in Pulaar
Mélanie Bourlet
p. 106-131

Résumés

Cet article propose une réflexion sur la performativité d’une littérature écrite dans une langue africaine (le pulaar), invisible d’un point de vue institutionnel. La recherche des livres en pulaar a de manière inattendue pris du temps parce qu’elle a nécessité de nombreux déplacements pour les localiser. Où trouver ces livres ? Comment évaluer la créativité à l’écrit ? Ces deux problèmes méthodologiques issus du terrain ont permis un déplacement de perspective sur le véritable lieu d’existence et d’efficience de ces écrits. Rétrospectivement, ce temps long passé sur le terrain à chercher des livres, a posé la question de ce que représente le livre en pulaar en tant qu’objet, envisagé dans sa matérialité, et celle de la dématérialisation du livre, à travers l’observation des modes de circulation de cette création littéraire. Les notions de « performativité » et d’« acte d’écriture » (Fraenkel 2006) – reposant sur une interdépendance entre aspect graphique, actualisation des écrits et existence d’une chaîne d’écritures – offre ainsi des perspectives de recherche stimulantes à ces littératures embryonnaires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Variante dialectale du peul parlée au nord du Sénégal, au sud de la Mauritanie, et à l’ouest du Mal (...)

1Des livres en pulaar1 entassés dans un hangar cadenassé, livrés au sable et à la poussière, précieusement gardés ; des recueils de poèmes enfermés dans une armoire métallique au fond du couloir d’une ONG à Dakar ; des romans en peul édités bénévolement, publiés de manière confidentielle grâce aux associations de migrants en France ; des poètes invités en Belgique, aux États-Unis, en Italie, et adulés par la diaspora pulaar, les vidéos de leurs performances vendues à Paris, regardées par des milliers d’internautes sur Youtube ou les sites en peul...

2Cet article se propose d’envisager la question de la création littéraire en pulaar sous un angle pragmatique, de montrer en quoi elle constitue un acte social. Il reprend en partie les résultats d’une thèse soutenue en 2009. Le point de départ de cette recherche fut le terrain mené dans le cadre d’une recherche portant sur une littérature écrite dans une langue africaine (le pulaar) quasiment imperceptible tant sa visibilité institutionnelle est faible, voire nulle. Il s’agissait de comprendre, après l’avoir constaté dans le cadre de l’évaluation d’un projet d’alphabétisation en pulaar à Ndioum (Sénégal) en 2000 : l’engouement de certains élèves (adultes et femmes pour la plupart) pour des écrivains et des poètes mauritaniens intervenant à la radio et la télévision, des personnalités qui semblaient jouer un rôle moteur dans l’apprentissage de l’écriture en peul ; l’existence de textes de fiction circulant de main en main ; et enfin une pratique poétique écrite, personnelle, exprimant bien souvent un attachement très fort à la langue peule. Toute une écriture créative existait hors des cours d’alphabétisation et paraissait générer un appel d’air vers l’écriture. Partant de là, j’ai tenté de comprendre comment cette création littéraire avait pu émerger, comment elle était financée, comment elle circulait, à partir d’entretiens menés auprès de différents acteurs (auteurs, éditeurs, associations culturelles, etc). La recherche des œuvres littéraires, préambule nécessaire à leur analyse, m’a de façon inattendue, pris beaucoup de temps. Elle a posé plusieurs questions d’ordre méthodologique à partir desquelles, rétrospectivement, s’est engagée une réflexion sur ce qu’est la littérature et ce que représentent l’écriture et l’imprimé dans une culture dominée par l’oralité d’un point de vue littéraire.

  • 2 Je reviendrai sur ces notions dans la conclusion de cet article.

3C’est la raison pour laquelle je voudrais partir ici de quelques observations de terrain, que je souhaiterais mettre en lumière en conclusion dans le cadre d’une réflexion sur la performativité de l’écrit, et la notion d’« acte d’écriture » (Fraenkel 2006)2, afin de montrer en quoi la création littéraire en pulaar est performative et dans quelle mesure cela a pu/peut favoriser la prise d’écriture. Je partirai donc de deux interrogations qui se sont posées dans cette quête des livres : la localisation et la circulation des œuvres littéraires.

Le livre en pulaar : un événement d’écriture

4La recherche du livre a tout d’abord suscité une réflexion sur l’objet livre lui-même, en pulaar. Dans un contexte de minorisation linguistique variant d’un pays à un autre, il fut difficile d’établir une bibliographie exhaustive des publications en pulaar, d’en trouver les références, mais aussi les ouvrages. Ces derniers ne s’affichent qu’exceptionnellement dans les devantures des librairies de Paris, Dakar ou Nouakchott – les trois principales villes où s’est effectuée cette recherche entre 2003 et 2009. Des structures éditoriales ayant pignon sur rue n’existent qu’à Dakar. Il faut alors se tourner essentiellement vers les militants du monde associatif peul. De manière générale, les tirages sont faibles, les livres circulent essentiellement de main en main, toutes les structures publiant en peul souffrent de problème d’archivage, et de nombreux auteurs se retrouvent avec les exemplaires de leurs livres à distribuer eux-mêmes. Des stands de livres en pulaar peuvent être mis en place à l’occasion d’événements culturels, des petites bibliothèques existent dans certaines ONG, mais le fonds est en général composé d’ouvrages édités par les éditeurs les plus visibles, tels l’ONG américaine ARED (Associates in Research and Education for Development) basée à Dakar. Une grande partie de la production écrite imprimée en peul est invisible, peu connue des locuteurs eux-mêmes. On la trouve surtout, en plus des éditeurs dakarois, chez les auteurs, dans les « archives » privées de certains responsables associatifs, celles d’ONG, à l’université, dans des garages aménagés. Ces livres souvent soustraits au regard interrogent. Leur localisation a nécessité une mobilité importante et m’a mise en contact avec les auteurs, les structures éditant en peul, les lecteurs et des discours militants sur la langue et l’histoire de l’écriture en pulaar.

5Ce premier problème méthodologique (où trouver les livres ?) a donc permis de prendre la mesure des enjeux de l’écriture en pulaar, et de l’évènement que représente le livre dans cette langue, tout particulièrement la fiction. L’importance de l’objet « livre » en pulaar contraste fortement avec son manque d’accessibilité.

Un acte politique : le choix de la graphie latine 

  • 3 Marie-Ève Humery a consacré en 1997 un mémoire de DEA à l’histoire de ce mouvement pulaar, à partir (...)

6Dans un premier temps, cette quête du livre en pulaar a permis de saisir l’enjeu politique de la graphie latine pour l’écriture du pulaar, lié à la mise en place de réseaux associatifs locaux, nationaux, transnationaux peuls dans un contexte sociolinguistique spécifique. La résonnance qu’ont les livres en pulaar ne peut être pleinement comprise sans ce sous-bassement historique et linguistique. La quarantaine d’entretiens semi-directifs effectués entre 2003 et 2009, auprès des structures éditoriales, des auteurs, des linguistes, des distributeurs et des lecteurs, s’est ajoutée aux travaux existant sur ce que les militants du pulaar appellent les « mouvements pulaar » (Fagerberg-Diallo 1995, Humery 1997, Bourlet 2009)3.

  • 4 Voir sur l’écriture ajami au Foûta Tôro (Sénégal) Humery 2010.
  • 5 Cette « conscience linguistique », se caractérisant par une prise de conscience des enjeux politiqu (...)
  • 6 L’objectif de cette conférence internationale était (Mohamadou 2005 : 144) « la définition et l’uni (...)
  • 7 Heurts communautaires violents qui ont eu lieu entre 1986 et 1989, en Mauritanie, accompagnés de pi (...)

7L’émergence de cette création littéraire contemporaine étant liée à l’adoption massive par les associations peules de l’alphabet latin dans les années 60, la question qui s’est naturellement posée au début de cette recherche fut celle du sens éventuel d’un tel choix graphique pour l’irruption de nouveaux types d’écrits (le roman par exemple). En effet, la langue peule s’écrit au moins depuis deux siècles grâce à l’alphabet arabe, notamment dans les anciens empires et états théocratiques peuls musulmans (Nigéria, Cameroun, Mali, Sénégal, Mauritanie, Guinée, etc.). A contrario, l’alphabet latin était jusque dans les années 1960 utilisé surtout par les Européens (administrateurs coloniaux, missionnaires) pour l’écriture du peul. Ce choix peut donc paraître étonnant à première vue : puisqu’une tradition scripturale en peul existe déjà, pourquoi en investir une autre ? Il ressort des entretiens et des documents consultés que l’adoption de l’alphabet latin est corrélée au contexte politique sénégalais et mauritanien des années 1960. D’une part, au moment des Indépendances, des locuteurs du peul, sensibles à certaines idées nationalistes (notamment celles du Sénégalais Cheikh Anta Diop) décident de réagir devant l’exclusion du peul de la vie politique officielle du Sénégal et de la Mauritanie. Ainsi, à Paris en 1960, de jeunes étudiants et fonctionnaires sénégalais et mauritaniens élaborent un document destiné à populariser une écriture pour la langue peule, convaincus que les Peuls ont un avenir politique en Afrique. Dans cette optique de modernité et de diffusion au plus grand nombre, l’alphabet latin est donc choisi, jugé moins élitiste que l’alphabet arabe maîtrisé surtout par les lettrés religieux ou ceux qui connaissent l’arabe, plus populaire et facilement diffusable4. D’autre part, l’intensification de la politique d’arabisation du système éducatif en Mauritanie a aiguisé la conscience linguistique5 et communautaire des locuteurs du pulaar, les Haalpulaar’en (litt. « ceux qui parlent le pulaar ») engagés dans la reconnaissance de leur existence au niveau gouvernemental. Le choix de l’alphabet latin est pour ces étudiants et fonctionnaires mauritaniens une manière de « désarabiser » la langue peule, de revendiquer une certaine autonomie, qui passera par le choix de la graphie. Il s’agit clairement pour eux d’assurer l’avenir d’une communauté linguistique, de la projeter dans la modernité. Un document est rédigé en ce sens à Paris en 1960, et un syllabaire est conçu et diffusé en Mauritanie, au Sénégal et dans les pays arabes (Egypte, Lybie, Tunisie, Maroc, Irak, etc) où se trouvent de nombreux étudiants d’origine peule, souvent arabisants. Un tissu associatif se met en place en Afrique, dans certains pays soviétiques (notamment en Russie), en Allemagne et en France. Des cours d’alphabétisation sont organisés sur les campus universitaires, dans les foyers de travailleurs, les sections locales des associations, à l’université. Au Sénégal et en Mauritanie, l’Association pour la Renaissance du Pulaar (ARP) s’avère particulièrement efficace dans les années 1980 au niveau de l’alphabétisation. Progressivement donc, un vaste réseau se met en place reposant intégralement sur l’investissement des bénévoles, renforcé par les recommandations de la Conférence de Bamako organisé par l’UNESCO en 19666. Sous la pression internationale et associative, les États sénégalais et mauritaniens promulguent des décrets sur la transcription des langues nationales dès 1968. Les associations culturelles peules, tout en fonctionnant en réseau transnational, luttent pour la reconnaissance de leur langue au niveau national. C’est sous leur pression, par exemple, et pour calmer les esprits contre ce qui est ressenti comme une menace – l’arabisation du système éducatif –, qu’en 1979 est créé officiellement en Mauritanie un Institut des Langues Nationales chargé de préparer l’introduction de ces langues dans le cursus scolaire officiel. Les « événements mauritaniens » de 1986-19897 mettront fin à ses activités et désorganiseront les associations, certains de leurs membres ayant été emprisonnés, torturés, expulsés, ou contraints de quitter le territoire national. Pour de nombreux auteurs rencontrés entre 2003 et 2009, le choix d’écrire avec l’alphabet latin est incontestablement un acte politique, à relier à la situation de minorisation des locuteurs du pulaar en Mauritanie et dans une moindre mesure, au Sénégal. L’écriture du pulaar est une affaire interne, qui engage l’avenir de la communauté poulophone.

8Cette question de l’alphabet est également liée à celle des variations typographiques et orthographiques, qui sont autant de signes d’un fort investissement des locuteurs pour l’écriture de leur langue. En absence d’instance régulatrice, l’écriture du peul est loin d’être totalement unifiée, et elle fait l’objet d’une préoccupation continue au sein des associations culturelles. La Conférence de Bamako, en 1966, est loin d’avoir réglé tous les problèmes liés à la transcription et l’orthographe de la langue (Mohamadou 2005). De plus, à la différence d’autres langues africaines – telles que le swahili, le yorouba ou le haoussa –, il n’existe pas de parler érigé en standard pour le peul. Ainsi, les pratiques d’écritures sont d’autant plus hétérogènes que différents parlers y sont représentés. D’une certaine manière, c’est précisément l’absence de standard de référence qui permet une créativité à l’écrit. Chacun se sent libre d’écrire comme il l’entend. On pourrait même avancer l’idée que l’absence d’une langue normée, standardisée d’un point de vue dialectal, est l’une des conditions à la productivité de l’écrit en pulaar, à son caractère concurrentiel. La publication est une manière de faire valoir ses vues sur la question du standard et de l’orthographe. Ainsi, toute une réflexion d’ordre linguistique accompagne l’écriture d’un texte et constitue l’une des voies d’appropriation personnelle de l’écriture en peul.

L’évènement du livre en pulaar

  • 8 Cet atelier de lectures déboucha sur l’achat plus conséquent de livres en langues africaines et la (...)

9De septembre 2005 à juin 2006, en collaboration avec un médiateur social dans un foyer de travailleurs immigrés de la région parisienne, nous avons mis en place un atelier de lectures. L’idée était alors pour nous de savoir ce que ces personnes pensaient de cette littérature en pulaar, étant eux-mêmes dans une situation d’exigüité sociale, vivant dans ce microcosme du foyer, occupés par des activités professionnelles ne leur laissant que peu de répit. Quelle place pour la littérature ? Cela impliquait bien sûr qu’ils sachent lire et écrire dans leur langue maternelle. Les participants étaient tous natifs du Mali, à l’exception de deux Guinéens. Ils étaient de tous âges, entre 18 et 57 ans. Spontanément, ils ont souhaité participer à cet atelier, y compris des personnes qui ne savaient pas lire et venaient au début par curiosité, puis par intérêt pour les histoires et les débats qui s’ensuivaient. Les livres apportés étaient composés majoritairement de romans publiés en France et au Sénégal. La première séance, consacrée à la présentation de ces textes, fut pour nous tout à fait inattendue. Nous n’avions pas pensé à l’effet du livre en lui-même. La plupart d’entre eux avaient été alphabétisés au Mali et en Guinée, possédaient même quelques textes en pulaar – des syllabaires, des ouvrages didactiques pour la plupart, mais pas de texte littéraire. La vue de tous ces livres écrits en pulaar (une dizaine) fut un moment d’une rare intensité. Dans un silence presque sacral, les livres étaient retournés, feuilletés, caressés, observés. L’émerveillement se lisait sur tous les visages. Trouver des livres en pulaar à cet endroit, en France, était pour eux inimaginable. Savoir que ces écrivains vivaient pour la plupart en France l’était également. Les participants n’avaient pas tous le même niveau de lecture. Aucun n’avait été scolarisé à l’école formelle. Tous manifestaient le même engouement vis-à-vis de ces textes écrits dans leur langue et racontant des histoires dont ils se sentaient très proches. Régulièrement, nous nous réunissions et des débats étaient lancés, en peul surtout, mais aussi en français, autour des livres. Ils parvenaient malgré tout à lire ces textes, dans le métro, sur leur lieu de travail, au foyer, quitte à se priver de sommeil. Nous n’avions pas imaginé un seul instant une telle soif de livres. Cette expérience de lectures révéla donc – entre autres – l’importance du livre, de l’imprimé en tant que tel dans sa propre langue dans un contexte d’exigüité, mais aussi cette fonction sociale de la littérature, où les textes sont lus à voix haute, commentés, les comportements des personnages discutés. Où la littérature est vivante. Certains d’entre eux ont, après cela, souhaité poursuivre en écrivant à leur tour8. Pour d’autres, ce passage par le livre en pulaar leur donna l’envie d’apprendre le français, et pour ceux qui participaient aux débats mais ne savaient pas lire, de s’y mettre.

  • 9 « Tout ce qui entre en scène n’entre pas en mémoire, mais pour entrer en mémoire il faut évidemment (...)

10Cet « effet » du livre en pulaar auprès des locuteurs fait écho à celui constaté au cours de nombreux entretiens effectués au Sénégal et en Mauritanie dans lesquels étaient mentionnés fièrement des titres d’écrits en pulaar qui semblaient constituer pour mes interlocuteurs un puissant moteur pour l’écriture – certains d’entre eux n’ayant jamais vu ou lu les textes en question. Deux textes en particulier ouvriront pour reprendre l’expression de Judith Schlanger « une carrière poétique9 » et susciteront (suscitent encore) admiration, émulation, imitations. De nombreux auteurs ou lecteurs avec lesquels nous nous sommes entretenus ont un souvenir encore très vif de l’irruption de ces livres, et de leur émerveillement. Pour eux, ce fut une véritable rencontre, ouvrant un champ infini de possibles pour l’écriture. Ces deux livres paraissent la même année – en 1981. Il s’agit d’un premier roman publié et d’un récit autobiographique. Pour comprendre l’événement que représentent ces livres, il faut bien imaginer qu’en 1981, les textes écrits en peul l’étaient bien souvent par de jeunes intellectuels poulophones au sein des journaux et des revues. Le langage y était offensif, célébrant et parfois intellectualisant la langue. La fiction se limite surtout aux contes, aux épopées dans ces journaux et revues.

11Le premier texte, Ndikkiri Joom Moolo [Ndikkiri le Guitariste] – considéré comme le premier roman peul – est assurément l’écrit le plus connu, et le plus apprécié du lectorat pulaarophone grâce à son héros, Ndikkiri, de son vrai nom Hammadi, personnage burlesque dont les écarts de conduite, de langage, les manquements au code de l’honneur peul (la pulaagu) font rire le lecteur. Son auteur est Yero Dooro Jallo, un étudiant sénégalais en histoire-géographie au Caire. Le texte est publié à sa parution sous le titre Darol Ndikkiri Joom Moolo [L’Histoire de Ndikkiri le Guitariste]. L’auteur en finance la publication en mille exemplaires grâce à sa bourse d’études et se charge de le distribuer. Le livre circule de main en main, suscitant à chaque fois le même enthousiasme, et ce en dépit de nombreuses erreurs typographiques qui rendent sa lecture malaisée. Du Caire, il se répand à Dakar, à Bordeaux, à Paris, grâce aux réseaux associatifs. Ndikkiri Joom Moolo [Ndikkiri le Guitariste] annonce une forme nouvelle dans la littérature écrite en pulaar, synonyme de modernité : le roman, et l’irruption d’un anti-héros fortement individualisé. Hammadi est un agitateur public qui ébranle fortement les valeurs éducatives traditionnelles, et malmène quelque peu la figure hiératique du marabout. Ce texte signale une appropriation totalement nouvelle – et vécue comme moderne – de l’écriture.

12En 1981, dans la revue Binndi e Jannde, et sous forme d’épisodes, paraît un récit autobiographique Nguurndam Tumaranke [La Vie d’un Immigré] écrit par un ouvrier vivant en France : Baylaa Kulibali. Cet auteur, natif du Foûta Tôro au Sénégal, issu d’une famille d’agriculteurs appauvris par la sécheresse, quitte son village en 1967 sans un sou en poche, pour trouver de quoi faire subsister sa famille. Il entame un long périple qui va le conduire de pays en pays, de la Côte d’Ivoire au Niger puis l’Algérie, la Tunisie et enfin la France où il arrive en 1969 et travaille comme ouvrier spécialisé chez Talbot à Boulogne. En 1979, Baylaa Kulibali se lance dans l’écriture d’un récit autobiographique, retraçant son itinéraire douloureux depuis le Sénégal jusqu’en France. Catharsis sans doute, mais surtout urgence d’écrire, dix ans après son arrivée dans ce pays. Le texte sera publié dans son intégralité sous forme de livre en 1991. Le texte de Baylaa Kulibali, sitôt publié, aura un retentissement important auprès de la communauté pulaar, notamment celle vivant en France. Il fera l’objet d’imitations. Le succès du texte réside dans deux éléments : l’auteur lui-même et son projet d’écriture associé à la langue d’écriture. Baylaa Kulibali signale tout d’abord l’irruption d’un nouveau type d’auteurs pulaar. Il est néoalphabète, et issu d’une classe sociale – celle des artisans – qui au Foûta Tôro a beaucoup de difficultés à accéder au savoir, ne serait-ce que coranique. Jusque dans les années 1970, Baylaa Kulibali ne savait pas lire ni écrire dans quelque langue que ce soit. En 1978, il décide de suivre les cours d’alphabétisation dispensés par des étudiants bénévoles de l’association Jaŋde e Pinal [Études et Culture], à Paris. L’évènement que représente le livre en pulaar est perceptible également au travers des préfaces, souvent longues, et co-signées parfois par plusieurs figures militantes importantes de la langue et de la culture peule. Tout un dispositif paratextuel (y compris les notes de bas de pages) accompagne l’œuvre littéraire, visant à en souligner l’intérêt pour la communauté pulaar, appelée à apprendre à écrire sa langue.

Des livres déroutants : écrits parfois introuvables, souvent inclassables

13La place que les livres en pulaar occupaient dans l’imaginaire de mes interlocuteurs contrastait avec leur difficulté d’accès. La majorité de cette production écrite à laquelle il était fait allusion dans les entretiens était vraiment difficile à trouver. Cela a nécessité de nombreux déplacements (parfois infructueux) afin que soient recensés ces textes. En 2007, j’ai pu avoir accès à une sorte de hangar aménagé à Nouakchott, où étaient entassés un bon millier de livres en pulaar dont on m’avait parlé à plusieurs reprises au cours des entretiens, fruits du travail accompli quasi bénévolement par les militants du pulaar de l’Institut des Langues Nationales de Nouakchott. Ces livres, posés en désordre sur des étagères métalliques, livrés à la poussière et au sable, non lus, furent une précieuse découverte. J’en connaissais l’existence depuis le Sénégal où j’avais commencé mes recherches en 2003, mais ce n’est qu’en 2007, grâce à l’entremise d’un linguiste, que j’ai pu le localiser à Nouakchott. J’y ai retrouvé des titres de livres et de journaux régulièrement cités depuis cette date. Cette masse de livres, finalement non lus depuis les années 1990, ne me semblait donc pas inerte. Au-delà même de cet espace gardé et fermé à clés la plupart du temps, ces livres continuaient d’agir par leur seule existence supposée, ce qui leur conférait indéniablement un caractère précieux. Il s’agissait probablement des seuls exemplaires restants témoignant d’une période en Mauritanie (avant 1986) propice à l’enseignement des langues nationales.

14Partie pour recenser des œuvres littéraires, je me suis retrouvée devant des petits ouvrages imprimés dans un papier friable et jaunissant, joignant à des mises en pages surchargées des préfaces dithyrambiques, des pratiques orthographiques hétérogènes, des couvertures réalisées à la main, des journaux comprenant des nouvelles en pulaar ainsi que des proverbes, des contes, etc ; des « romans » (qualifiés ainsi par leurs auteurs) de faible épaisseur, et des écrits inclassables (sortes de miscellanées). Devant ce constat, s’est posée la question de l’identification de genres littéraires. Le roman, par exemple. Plusieurs livres, d’une vingtaine de pages tout au plus, étaient qualifiés de « roman » par leurs auteurs. Je me suis donc intéressée à ce que les auteurs appelaient « roman » afin de rendre compte des tentatives de classement par les auteurs eux-mêmes. Ecrire « un roman » – il existe plusieurs termes en pulaar pour traduire ce terme – est une fierté, un signal fort adressé à celui qui lit le texte. Le mot « roman » est révélateur, en effet, d’une certaine ambition donnée à l’écriture, et de l’importance accordée à l’objet livre. D’ailleurs, sur les quatrièmes de couverture on évoque davantage le résumé du « livre » (Tonngol deftere) que du « roman ». La grande majorité des auteurs ne font pas des romans, mais des « livres » (« defte »). Le cas typique est, par exemple, celui d’Ibraahiima Dem, auteur d’un texte d’une soixantaine de pages bien connu chez les Haalpulaar’en : Sahre Goonga [Le Monde de la Vérité]. En pulaar, Ibraahiima Dem emploie le mot « livre » (deftere) à l’instar d’ailleurs de son préfacier, Mammadu Sammba Joob, mais en français – il a fait des études de lettres – il parle de « petit roman ». Ce qui compte donc avant tout, c’est l’objet « livre » en tant que tel. La question de savoir si tel ou tel écrit est un roman n’intéresse pas grand-monde. Il se trouve que le mot « roman » n’existe pas à proprement parler dans la littérature écrite pulaar. En 1988, un néologisme a donc été créé à Nouakchott – « Pefol » – par l’Association pour la Renaissance du Pulaar posant comme critères du roman la longueur du texte, mais aussi l’attention portée à la psychologie des personnages. Ce néologisme précédait en quelque sorte la production romanesque en pulaar. À cette date, très peu de textes avaient été publiés. Actuellement, rien n’est encore véritablement fixé et la majorité des textes qualifiés de « roman » s’éloignent de cette définition première. Certains auteurs proposent leur définition du genre romanesque au détour d’une phrase dans la préface, sur la couverture du livre ou tout simplement lorsqu’on leur pose la question, afin de préciser le type de « roman » dont il s’agit. Les quatre termes utilisés en pulaar en 2009 ont tous en commun de souligner l’aspect réflexif du roman et sa propension à créer des débats de société.

15À cela s’ajoute des sortes de miscellanées, des mélanges d’écrits de nature diverse, imprimés, comportant le plus souvent des proverbes, des contes, des réflexions personnelles, des informations d’ordre ethnographique (sur par exemple le mariage chez les Peuls, etc.), parfois des nouvelles. L’un des livres les plus connus, caractéristique de ce type d’écrits, porte le titre de Faandu Almuudo [L’Écuelle du Talibé] de Suleyman Kan. Le titre est éloquent : comme l’écuelle du jeune élève coranique (le talibé) composé des restes alimentaires mélangés de plusieurs maisons, le livre est annoncé d’emblée comme un fourre-tout, un pot-pourri de différents écrits. Il fut réédité par l’UNESCO (Kan 1992) après avoir été publié une première fois (Kan 1989) en Mauritanie. De nombreuses revues en pulaar sont conçues sur le même modèle.

16Le terrain a donc tout d’abord révélé, à travers le problème de la localisation des œuvres littéraires, l’importance du livre (deftere) en pulaar. Ce dernier a une portée et un retentissement considérables car il recèle un potentiel inédit du langage, auquel il donne la certitude de son avenir (par sa présence en tant qu’objet palpable). Son existence est la preuve concrète qu’il est possible d’écrire en pulaar. Ce sont là des éléments importants qu’il convient de souligner, et qui mériteraient d’être approfondis et exemplifiés : un diagnostic institutionnel de la littérature, fait de questionnaires ou de chiffres, peut difficilement les saisir. Le livre en pulaar a une portée psychologique et collective importante. Tout y a un caractère premier, à la fois profondément individuel et éminemment collectif. Ecrire en pulaar est un acte fort ; pouvoir publier en version unilingue (et pas en traduction ou en version bilingue) l’est encore plus. D’où l’importance des publications qui permettent d’exhiber le livre, preuve concrète de l’avenir de la langue. C’est une grande fierté que de pouvoir publier en pulaar. Et un émerveillement que de découvrir sa langue à l’écrit pour de nombreux analphabètes ; ou encore de découvrir des textes en pulaar que l’on ne connaissait pas. Le livre littéraire (objet culturel) est vécu comme un double événement – celui de l’écriture et celui de la littérature. Considérés comme des objets précieux en raison de leur rareté et de ce qu’ils représentent pour la communauté pulaar, l’apparence de ces ouvrages est déroutante et pose la question de l’identification de genres littéraires. Quant à leur accessibilité, elle interpelle : comment les lecteurs ont-ils connaissance de ces livres ? Et que représente dans ces conditions l’acte de lecture ?

Limites de l’imprimé et circulation multimédia : les voies de la création littéraire

17Un autre problème méthodologique se posa très vite au cours de cette recherche des livres en pulaar, concernant précisément (et paradoxalement) les limites de l’imprimé dans l’évaluation de la création littéraire écrite contemporaine en pulaar. Il apparaissait, en effet, que de nombreux textes étaient connus des locuteurs du pulaar avant même leur parution. La littérature circulait par d’autres canaux : radios, DVD, cassettes, conférences culturelles, réunions publiques et, plus récemment, par internet. L’imprimé étant alors une confirmation (ou non) du texte, certains lecteurs pouvaient émettre des critiques sur l’édition papier qui ne leur semblait pas correspondre à ce qu’ils connaissaient. De plus, de nombreux textes encore à l’état de manuscrits, non publiés, pouvaient être cités comme référence par mes interlocuteurs. Comment, dès lors, rendre compte de cette créativité à l’écrit à partir du seul recensement des livres, lequel devenait alors extrêmement réducteur ? Le fait est que l’édition n’est clairement pas ce qui fait vivre ces textes auprès des locuteurs, qui en ont connaissance par d’autres biais.

  • 10 La métaphore végétale du rhizome soutient chez Deleuze et Guattari (1980) l’idée d’une connectivité (...)

18Une réflexion s’est ainsi engagée sur la dématérialisation du livre et les modes de circulation de la littérature pulaar contemporaine. Ce qui était donc au départ un autre problème méthodologique (comment évaluer la créativité à l’écrit ?) a permis un déplacement de perspective : le véritable lieu d’existence de ces écrits est moins à rechercher dans des formes d’institutionnalisation (émergence d’éditeurs), que dans un mode de vie « rhizomatique », pour reprendre la métaphore végétale employée par Gilles Deleuze et Félix Guattari10. La poésie pulaar et internet sont de ce point de vue tout à fait révélateur du modus vivendi de la littérature pulaar.

Circulation de la poésie pulaar

  • 11 À l’occasion d’un entretien téléphonique en septembre 2007 à Nouakchott.

19La poésie est la forme de créativité verbale écrite en pulaar la plus vivace mais aussi la plus difficile à saisir, du fait de son caractère évanescent : on la trouve surtout dans des journaux, sur internet (sur les sites pulaar), sur cassettes audios mais aussi CD et DVD, dans des émissions de radio et de télévision, ou bien encore déclamée à l’occasion de conférences ou de journées culturelles. Ainsi, un célèbre poète pulaar mauritanien, Njaay Saydu Aamadu, auteur d’un petit recueil publié grâce à l’Institut des Langues Nationales de Nouakchott en 1987 (Hol ko mbiɗaa Gelongal Fuuta ?, « Que dis-tu Héron du Foûta ? »), nous confiera avoir enregistré « plus de 80 cassettes de poèmes11 », lesquelles circulent sur les marchés ou sont exposées dans les boutiques spécialisés (appelées « Estandard » à Nouakchott). Et ce poète est effectivement très connu chez les Haalpulaar’en Mauritaniens, non pas grâce à ce recueil, dont les rares exemplaires restant sont ensevelis sous la poussière du hangar de l’ex-Institut des Langues Nationales de Nouakchott, mais grâce à ces cassettes. Cet exemple en dit long sur la vitalité d’une poésie écrite qui, parce qu’elle n’est pas beaucoup publiée, pourrait être interprétée comme inexistante, ou être mal appréciée. Ceci pour signifier que le nombre de publications concernant les recueils de poèmes est bien loin de rendre compte de la vitalité d’une écriture poétique contemporaine qui emprunte majoritairement les chemins de l’oralité. De fait, les poèmes sont bien souvent tous connus des Haalpulaar’en avant d’accéder à la publication.

  • 12 Décédé en 2009. La mort de ce poète très populaire fut vécue comme un drame par la communauté pulaa (...)
  • 13 Auteur de plusieurs ouvrages en pulaar décédé en 2005. Ancien Président de l’Association pour la Re (...)

20La frontière entre un poète (yimiyanke) et un orateur (haaliyanke) est parfois ténue. La vocalité est l’un des critères d’appréciation de la poésie moderne. Une belle voix est une voix grave, profonde, imprégnée d’une certaine solennité, capable de susciter des émotions chez celui qui est à l’écoute du poème. Un poète pulaar mauritanien en particulier se distingue par la puissante tonalité guerrière, parfois épique, de ses poèmes : Mammadu Sammba Joob, surnommé « Le Révolté » (Murtuɗo)12. C’est dans le poème et la voix du poète que résident l’énergie capable de mobiliser une communauté pulaar disséminée aux quatre coins du monde. Ainsi, les personnalités les plus marquantes de ce réseau associatif transnational pulaar comptent parmi les premiers poètes pulaar (cas de Yero Dooro Jallo, par exemple13). La poésie a joué – et continuer de jouer – un rôle important dans le resserrement des liens communautaires entre des Haalpulaar’en dispersés un peu partout. La force persuasive des militants associatifs ne vient pas seulement de leur dévouement et leur détermination à la « cause pulaar », mais aussi (et surtout) du pouvoir de leurs mots. Ce fut le cas notamment en Mauritanie (Bourlet 2007).

21Le poème a un sens collectif. D’où l’importance des conférences ou autres réunions publiques, au cours desquelles soit le poète récite par cœur ses textes écrits, soit les lit devant un public très attentif. Les poètes-militants pulaar sont régulièrement invités en Europe, en Afrique ou aux États-Unis par des associations de promotion de la langue et de la culture pulaar pour des conférences, qui sont l’occasion pour eux de réciter leurs poèmes. Cette poésie récitée publiquement est véritablement mobilisatrice. Les itinéraires de ces figures militantes sont impressionnants : ce sont à proprement parler des tournées (lappi). Ainsi en était-il de Mammadu Sammba Joob qui a passé la plupart de sa vie sur les routes du Foûta Tôro, à voyager du Sénégal à la Mauritanie, en France, en Espagne, en Italie, aux États-Unis, pour ses conférences. Ainsi en est-il encore aujourd’hui du poète et homme politique mauritanien Ibraahiima Saar, régulièrement invité un peu partout en Europe et particulièrement en Belgique, où se trouve une importante communauté haalpulaar mauritanienne.

  • 14 Les poètes collaborent très souvent avec des musiciens et des chanteurs pour l’enregistrement des c (...)
  • 15 En Italie, un jeune homme se fait appeler « Ibraahiima Saar » pour sa parfaite imitation des poèmes (...)

22Cette poésie se diffuse, évolue, se renouvelle, est actualisée par différentes formes de répétitions : des phénomènes de reprises dans la chanson (cas de Baaba Maal)14, des concours de récitations organisées à l’occasion de journées culturelles15, des citations dans des articles de journaux ou sur internet. L’imitation et le plagiat ne sont pas considérés comme répréhensibles ; ce mode de fonctionnement permet au contraire à l’auditeur/lecteur d’apprécier toute la singularité d’un poète et favorise la créativité. Il n’est pas rare de voir des poètes « emprunter » à d’autres certaines de leurs caractéristiques (la tonalité, notamment, qui peut être une marque de fabrique, mais aussi des vers entiers). C’est une manière de consacrer le modèle, de lui témoigner son admiration. On retrouve chez le poète mauritanien Aamadu Malal Gey la même tonalité guerrière que son aîné, Mammadu Sammba Joob.

  • 16 La société pulaar est organisée en trois grands groupes endogames – nobles, artisans, descendants d (...)

23De plus, ce qui caractérise cette poésie, au-delà du fait qu’elle soit en vers libres, et ne relève d’aucune contrainte métrique (comme cela est souvent le cas à l’inverse pour la poésie peule en ajami), c’est sa capacité à jouer des intertextes, à brasser ainsi des traditions poétiques diverses tant au niveau de la forme que du contenu, tout autant qu’à se faire le réceptacle des préoccupations actuelles des Haalpulaar’en. Cette capacité du poème pulaar à constituer un lieu d’interconnexion entre différents langages explique que cette poésie soit parfois difficile à décrypter. Chaque poème constitue ainsi une toile d’intertextes et le plaisir de la lecture (ou de l’écoute) tient justement dans leur reconnaissance et l’appréciation de leurs nouveaux usages. La poésie moderne littéraire pulaar fait bien souvent appel à un fonds culturel, qu’elle renouvèle de l’intérieur pour parler, notamment, du monde contemporain. Ce qui est nouveau dans la poésie moderne pulaar, ce n’est donc pas tant la forme que l’agencement inédit de langages différents – puisés dans des traditions orales appartenant à des catégories sociales particulières – au sein du poème. Et c’est ici que le poème prend tout son sens politique : il incarne d’une certaine manière ce désir de société nouvelle qui domine au cours des années 1970-80 chez les poètes pulaar, le désir d’une société démocratique, égalitaire, débarrassée de la pesanteur de son organisation sociale (de ses « castes »)16. Certains poètes se distingueront pour leur côté révolutionnaire : c’est le cas de Mammadu Sammba Joob. Et c’est peut-être pour cela que cette poésie est si populaire auprès d’une jeunesse tiraillée entre le respect des traditions et les aspirations à la modernité. Tout en s’appuyant sur des langages connus, anciens, respectés – par exemple usage des proverbes, utilisation de la tonalité épique, etc. – ces poètes parviennent à donner de la consistance, du poids à ce qu’ils ressentent comme une nécessité : le changement. Un thème est récurrent : la nécessité d’apprendre à écrire en pulaar. L’écrit n’est donc jamais très loin, bien au contraire : la déclamation de ces poèmes a pour but de créer de l’émulation, de donner l’envie d’écrire, par le pouvoir de mots soigneusement choisis, rappelant à l’auditoire qu’apprendre à écrire le pulaar, c’est une façon de défendre et de perpétuer la culture pulaar, d’en assurer l’avenir.

24D’un point de vue méthodologique, on comprend tout de suite les limites d’une étude sur la création littéraire poétique contemporaine (qui est écrite) qui ne prendrait en compte que les seules publications, bien loin de rendre compte de la vitalité de ces textes. Leur popularité vient de leur diffusion orale, par des médias tels que la chanson, internet, la radio, la télévision. La plupart des gens connaissent par cœur les poèmes de Mammadu Sammba Joob ou d’Ibraahiima Saar sans jamais avoir lu un seul de ses textes.

25On peut penser que la circulation de cette poésie a partie liée à l’oralité comme mode de communication dominant dans la société pulaar. De ce point de vue, le fonctionnement de la création poétique imprimée en pulaar n’est pas sans rappeler la culture des manuscrits, où l’écriture a surtout une fonction mnémotechnique, une « visée performancielle » (Zumthor 1987). Enfin, s’il est certain que la diffusion orale de ces poèmes est aussi une façon de contourner les difficultés d’accession à un marché éditorial restreint (voire inexistant, comme en Mauritanie ou au Sénégal dans les années 1970), il apparaît que la poésie moderne écrite est un genre oral très vivace, et que ce mode de circulation est aussi un mode de créativité poétique.

Internet comme terrain littéraire

  • 17 À l’exception de peeral.com (en peul de Guinée).
  • 18 Même si cette terminologie n’est pas toujours homogène d’un site à un autre.

26Ainsi, internet constitue un observatoire intéressant sur la manière dont se déploie l’écriture littéraire en peul dans son rapport à l’actualité, à l’oralité et à d’autres types d’écrits. En effet, les sites en peul sont avant tout des sites d’informations sur le monde peul, tels pulaagu.com, peeral.com, pulaar.org, mbiimi.com. Ils sont majoritairement en pulaar17. La prédominance de cette variante dialectale s’inscrit dans la continuité des initiatives associatives pour la diffusion d’une écriture de la langue peule initiée dès les années 1960 par des Mauritaniens et Sénégalais, mais également des Maliens et des Guinéens. L’utilisation du peul à l’écrit est indissociable d’une volonté de promotion de la culture peule. Il s’agit de montrer que le peul est pleinement inscrit dans la modernité (des logiciels en peul sont conçus et mis en avant sur ces sites). Ainsi, la langue peule fait l’objet de créations lexicales et d’adaptations à une terminologie de l’actualité18. Un site permet de faire converger dans un même espace plusieurs des moyens de communication utilisés jusqu’à aujourd’hui séparément par ces associations, en l’occurrence la musique (avec mise en ligne de fichiers mp3), la vidéo (avec des liens vers Youtube), les journaux (journaux en ligne téléchargeables) et la radio (chaque site contient des liens vers des radios communautaires).

27La toile rend ainsi visible un fonctionnement rhizomatique de l’écriture sur les sites en peul, circulant par le multimédia, et nourrissant la création littéraire. Toutefois, internet accélère la vitesse des échanges verbaux, condense les espaces-temps, superposant les niveaux local, national, international sur une même page web, et favorise la constitution d’archives. Il est ainsi possible d’écouter en différé des émissions de radios où interviennent des militants de la culture pulaar, à l’occasion de leurs tournées-conférences (lappi). C’est le cas par exemple de certains enregistrements datant des années 1980 du journaliste mauritanien Tijjaani Aan, très connu chez les Haalpulaar’en pour ses émissions à la télévision et à la radio. C’est le cas également du poète Mammadu Sammba Joob, s’exprimant dans une petite salle bondée de Philadelphia aux États-Unis, et invité par la diaspora peule des États-Unis. D’une certaine manière, internet prolonge la fonction performative de la parole tout en entretenant la mémoire de ce réseau associatif, en l’historicisant : l’internaute peut écouter ces discours autant de fois qu’il le souhaite.

  • 19 Sur la page d’accueil du site de l’Union des Forces du Progrès (Dental Ɓamtaare Doole), parti mauri (...)

28La littérature n’est jamais loin, dans la mesure où ces interventions portent souvent sur la culture pulaar. À première vue, sa présence peut paraître insignifiante. Même si certains sites peuls contiennent des rubriques explicitement littéraires tels « Littérature/Arts », Conyce/Nyeenyal (sur pulaar.org), « Poésie », Jime et Jimɗi (sur pulaagu.com), « Contes et récits », Tinndi e malli (sur peeral.com), en réalité ces rubriques sont souvent vides, contenant bien peu de textes, et de rares portraits de poètes ou d’écrivains. La littérature se trouve davantage dans des rubriques comme « Interviews » (Jeewtitte) sur pulaagu.com, « Discussions et proverbes » (Jeewte e pulareeje) sur mbiimi.com, « Musique » (Gaaci) au détour de vidéos sur des conférences, parfois même sur le site d’un parti politique mauritanien19. De plus, la littérature peut constituer un puissant intertexte à la lecture des articles. Sa présence diffuse dans l’actualité, sous forme d’allusions ou de citations, est le premier signe d’un rapport ambigu de la littérature à l’écriture journalistique. Ainsi en est-il de l’article daté du 13 juillet 2009 intitulé « Le Griot des Pauvres a fait ses adieux », (Gawlo Miskineeɓe wayniima) annonçant le décès du poète Mammadu Sammba Joob – le « Griot des Pauvres » étant le titre d’un poème très connu de M. S. Joob. Cette ambiguïté vient d’abord du registre de langue tout de même assez soutenu, et d’une préoccupation esthétique parfois évidente pour le langage qu’ont en commun la littérature et les articles publiés sur les sites en peul. Certains articles peuvent ainsi comporter une part d’hermétisme qui tient à l’inventivité de celui qui a écrit. D’autres encore sont tellement bien écrits, révélant la maîtrise peu commune de la langue peule de son auteur, qu’ils peuvent être appréciés pour leurs qualités esthétiques. Il suffit pour cela de lire les réactions enthousiastes, admiratives, émues des lecteurs/internautes dans les commentaires déposés. L’expression consacrée pour rendre compte de ces effets d’écriture est « waɗde fayiida », « avoir de l’importance, de la valeur ».

  • 20 Les Ngenndiyankooɓe se distinguent par leur engagement envers la promotion de la culture pulaar, po (...)

29D’ailleurs, ceux qui rédigent ces articles sont pour certains des poètes, des écrivains peuls connus, admirés et respectés de la communauté. Leurs articles figurent parmi les plus appréciés, comme en témoigne la présence de commentaires. C’est le cas par exemple du mauritanien Njaay Saydu Aamadu, mais également du journaliste Hammee Lih, qui tous deux ont publié des recueils de poèmes en peul, quoique leur production poétique soit d’abord connue par le biais des cassettes et DVD. Ces écrivains, ces poètes, ces journalistes sont aussi de grands militants de la langue pulaar (Ngenndiyankooɓe20), des animateurs d’un réseau communautaire, personnalités dont les prises de paroles, orales ou écrites, sont toujours très attendues. Ils sont régulièrement invités à faire des conférences, ils animent des émissions à la radio, la télévision, font l’objet de DVD, de vidéos postées sur Youtube. Leur forte présence sur la toile en peul, de manière directe à travers des enregistrements disponibles de leurs émissions, des entretiens, des hommages qui leur sont consacrés, mais aussi de manière indirecte à travers les signatures d’articles (leurs sobriquets) et leurs citations insérées dans l’actualité, témoignent d’une préoccupation pour une esthétisation de la langue peule, notamment à l’écrit.

  • 21 La littérature en peul sur internet a fait l’objet d’un article co-écrit avec Marie Lorin, actuelle (...)

30Sur ces sites internet en peul, la publication d’un article peut provoquer des réactions écrites sous forme de commentaires qui peuvent devenir des discussions et se prolonger dans les forums. Ainsi se dessine tout un réseau d’écrits théoriquement infinis, processus toujours en cours, dont l’élaboration est visible sur une même page, ou à travers un système de ramification (vers d’autres rubriques, d’autres sites). Ces relations d’interdépendances et ce mode de composition particulier, où le lecteur peut être auteur et vice-versa, et le texte en cours de composition presque immédiatement soumis au regard d’autrui, favorise la créativité à l’écrit. Il peut arriver ainsi que l’actualité engendre un poème pour créer des « articles-poèmes ». C’est à ce moment-là qu’on perçoit le mieux le caractère immédiat de la poésie et l’ambiguïté du statut de l’écriture littéraire. Ainsi, l’annonce de la mort du poète Mammadu Sammba Joop, le 11 juin 2009 à 12h00 à Nouakchott (Mauritanie), a déclenché une vague de commentaires émus sur la toile peule. Les témoignages de ceux qui le connaissaient ou l’admiraient se sont multipliés dans le mois qui a suivi. Au moins deux de ces articles ont pris la forme de poèmes inédits et signés en hommage à celui connu sous le sobriquet de Le Rebelle. Ils furent composés spontanément à Dakar (Sénégal) et à Stockholm (Suède) dans la foulée de cette annonce, et mis en ligne sur le même site (pulaar.org) un mois plus tard. Ces poèmes reviennent sur la vie de M.S. Joop, ce qu’il a apporté à la communauté pulaar, en s’appuyant sur certains de ses vers ou de ses poèmes (tel « La Mort », Maayde) devenus populaires, auquel l’auteur de l’article mêle les siens. Il est ainsi possible de voir, grâce à internet, la manière dont la création poétique se nourrit de l’actualité et s’actualise au travers de différentes formes de reprises. Dans l’exemple cité, on pourrait ajouter un autre prolongement : la mise en ligne de vidéos des poèmes de M. S. Joob. Internet révèle ainsi le caractère diffus d’une écriture littéraire qui se mêle à l’écriture journalistique en lien avec l’actualité sociale 21.

31Tout en révélant la nature évènementielle du livre en pulaar, le terrain a paradoxalement permis d’entrevoir les limites de l’imprimé, qui est insuffisant pour rendre compte de la vitalité de cette création littéraire qui, pour toucher son destinataire, emprunte différents canaux de communication. Ce fonctionnement n’est pas seulement une réponse à des difficultés éditoriales réelles ou à un lectorat limité : c’est le modus vivendi de cette littérature pulaar qui se nourrit de l’oralité, de l’actualité, de différents genres littéraires, d’œuvres préexistantes qui sont agencés de manière inédite, et ravissent le lecteur/l’auditeur. La poésie pulaar est une toile d’intertextes et le plaisir de l’écoute, son impact vient tout autant de sa vocalité que de sa résonnance par rapport à des réalités poétiques et sociales. L’observation de la manière dont se déploie l’écriture en pulaar sur internet rend visible ce fonctionnement rhizomatique. Ainsi ce problème méthodologique a amorcé une réflexion sur la dématérialisation du livre, orientant la recherche vers l’observation des phénomènes d’interdiscursivité et la prise en compte de différents médiums de communication (DVD, cassettes, Internet, etc.). Le lieu d’efficience de ces écrits me paraît donc aujourd’hui davantage à rechercher vers des formes de répétitions et de circulations (de textes, d’auteurs, dans les média) que dans des formes d’institutionnalisation. Les exemples de la poésie et d’Internet en pulaar permettent de poser l’hypothèse suivante : la performativité de ces écrits a probablement à voir avec leur connectivité – c’est-à-dire leur capacité à constituer des espaces d’interconnexion entre des pratiques langagières (orales et/ou écrites) de nature diverse – ce qui expliquerait la puissance d’accroche de cette création littéraire auprès du lecteur pulaar.

Dicussion : performativité, acte d’écriture et littérature pulaar

32Si l’objectif de ma thèse fut de mettre en lumière une créativité littéraire écrite bien réelle, le résultat reste surtout une impression très forte d’avoir été plongée grâce au terrain – nécessaire pour trouver les livres – au cœur d’un champ de forces d’une rare intensité, et d’avoir constaté que la littérature est vécue d’abord comme un acte social. Elle constitue un réservoir de potentialités qui engage l’écriture dans un devenir autre de la société. Les notions de « performativité » et d’ « acte d’écriture » (Fraenkel 2006) offrent une perspective anthropologique stimulante au cas de la littérature pulaar.

  • 22 « Il est clair qu’en de telles circonstances, le langage n’est pas employé sérieusement, et ce de m (...)
  • 23 Ainsi, en est-il du « oui » qui scelle l’alliance entre les futurs mariés en présence du maire.
  • 24 Voir Denis 2006.
  • 25 Il n’en va pas de même pour les discours oraux où les notions de performance et de performativité o (...)

33Telle qu’elle fut développée initialement par le philosophe John Langshaw Austin dans son ouvrage How to do Things with Words (1962) traduit en français Quand dire c’est faire (1970), la notion de performativité prenait appui essentiellement sur les actes de langages oraux ordinaires. La littérature était considérée comme un « usage parasitaire » du langage22, non sérieuse, suspectée de masquer le performatif. De fait, elle était exclue du projet initial du philosophe dont le but était d’établir une distinction claire entre des énoncés performatifs (qui font des choses23) et des énoncés constatifs (qui décrivent des choses). Il avait toutefois tracé une voie si l’on en juge par la « fortune » (Culler 2006) que connut – et connaît encore – la notion de performatif, au-delà même de la linguistique de l’énonciation et la philosophie24. Il eut plusieurs intuitions qui seront par la suite reprises pour la littérature : l’idée d’un langage qui peut agir sur le monde, le rapport entre performativité et contexte social (dont il constata qu’il était indispensable à la réussite du performatif). Pour les littéraires, le performatif permet d’abord de mettre en avant l’idée d’une réflexivité dans la littérature, d’un langage créateur de mondes, de personnages, d’idées etc., qui fait autant qu’il dit. Cependant, les littéraires s’intéressent avant tout à la dimension événementielle des œuvres, exclusivement à partir du langage lui-même et très peu en interaction avec ce qui l’environne et ne relèverait pas du langage25. A contrario, du côté des anthropologues, l’accent est davantage mis sur l’acte social concret que réalise l’acte de langage, du fait que sa performativité vient de l’interaction entre divers éléments qui ne sont pas forcément langagiers. C’est donc du côté des anthropologues que s’est amorcée une réflexion théorique sur la performativité de l’écriture à partir des écrits juridiques, qui me semble particulièrement féconde pour comprendre la vitalité des littératures « invisibles » (institutionnellement) et la place de l’écriture dans une culture littéraire essentiellement orale.

  • 26 Après avoir constaté que l’écrit est bien présent dans les exemples donnés par Austin, quoique de m (...)
  • 27 Notamment celui concernant le présent hic et nunc de l’énonciation (son caractère immédiat).

34Béatrice Fraenkel en particulier, dans son article Actes oraux, actes écrits : la performativité de l’écriture (2006), propose de revisiter la notion de performativité telle qu’elle fut dégagée par Austin, pour poser l’hypothèse de ce que pourrait être un modèle d’acte d’écriture. Il s’agit pour elle d’esquisser les contours d’une anthropologie pragmatique de l’écriture. Elle n’évoque pas la question de l’écriture littéraire mais appelle à une exploration de la performativité de l’écrit au travers d’actes écrits non juridiques, en particulier les actes écrits ordinaires (la signature par exemple). Elle met ainsi en lumière un modèle d’acte écrit « en creux » dans la théorie d’Austin26. En reprenant le problème à la source, celui des écrits juridiques cités par Austin (testament par exemple), elle questionne plusieurs éléments avancés par le philosophe sur la performativité27. Elle pose l’hypothèse d’une spécificité de l’écrit dont la performativité viendrait de trois choses : « fabriquer un artefact, produire un énoncé et poser un acte qui modifie le cours des choses, petites ou grandes. » Dans ce qui suit, je reprendrai donc ces trois critères que je mettrai à l’épreuve des observations de terrain sur la littérature pulaar évoquées dans cet article.

  • 28 D’autres éléments, tel que le paratexte mentionné rapidement dans cet article, constitueraient une (...)

35Partant du fait que tout acte écrit suppose un acte graphique, Fraenkel montre, à partir des écrits juridiques, que leur performativité vient de ce qu’ils sont consignés dans des formulaires bien précis, que leur autorité provient aussi de l’apposition de tampons, de signatures, de signes imprimés ou autographes. Elle émet donc l’hypothèse d’une « force graphique » inhérente à la performativité de l’écrit, de l’importance des objets écrits, des artefacts (ibid. : 11) : « tous les phénomènes de mise en forme par le tracé, par la mise en page, jusqu’aux choix typographiques sont susceptibles de porter des significations et de participer à l’effectuation d’un énoncé performatif. » (Fraenkel 2006 :11) Cet aspect n’est pas pris en compte dans les réflexions philosophiques sur la performativité littéraire. J’ai évoqué ici rapidement le sens politique que revêt l’alphabet latin pour cette littérature et qui est perçu comme le signe d’un engagement fort pour l’avenir de la société pulaar, synonyme de modernité. Quant aux variations typographiques et orthographiques, elles sont révélatrices de l’histoire et des tensions qui traversent l’écriture de la langue, et autant de témoignages du fort degré d’appropriation des questions linguistiques de la part des locuteurs du pulaar dans une création littéraire déconnectée des circuits habituels du livre et demeurant une affaire interne28. La vitalité de cette littérature contemporaine est liée aux enjeux linguistiques qui la traversent.

  • 29 Une position comparable est observable chez Ngugi Wa Thiong’o (1986).

36De plus, Fraenkel remet en cause la question du présent immédiat de l’énonciation comme condition de la performativité. Elle montre au contraire que l’écrit juridique, à la différence de l’oral, tire sa force de sa performativité latente : « L’acte écrit est fait pour durer, pour servir « en cas de », il possède une force d’opposition qui peut surgir à tout moment. » Ce sont les actes de lecture ou de relecture qui permettront d’actualiser l’écrit juridique (une loi dans le cadre d’un jugement par exemple). La dimension événementielle des œuvres littéraires fut bien souvent le prisme par lequel fut abordé la performativité de la littérature. Pourquoi à un moment donné telle œuvre fait-elle événement ? Dans un très bel essai intitulé La mémoire des œuvres (2008), Judith Schlanger (2008 :16) pose clairement l’existence d’un lien de cause à effet entre l’existence d’une une mémoire lettrée et un événement littéraire : « [...] C’est la mémoire des lettres, plurielle, directive et ouverte, qui par-delà les entreprises actuelles, rend possibles les entreprises à venir. » Cette dimension vivante de la littérature, ce rôle fondamental joué par une mémoire lettrée active annonçant en quelque sorte l’événement littéraire, nous interpelle dans le cas qui nous intéresse ici. Elle fait écho à l’importance du livre écrit en pulaar, au fait que non seulement il existe des « livres-événements » (relevant tous de la création littéraire) qui ont joué (et jouent encore) un rôle moteur dans l’apprentissage de l’écriture en suscitant admiration et émulation chez les lecteurs, mais également au fait que l’objet livre en pulaar, dans un contexte de minorisation linguistique, peut constituer un événement en soi et qu’il existe un stock de livres manuscrits et imprimés, plus ou moins connu des locuteurs. Ce dernier agit dans l’imaginaire collectif comme un puissant auxiliaire, venant prouver par là qu’il est possible d’écrire dans sa langue (puisque d’autres l’ont fait). C’est dans cette perspective que je replace l’acte d’écrire un roman en pulaar qui ne sera peut-être jamais publié mais qui est considéré par son auteur comme un acte inaugural, une force potentiellement agissante sur l’écriture. Écrire en pulaar est un acte destiné à prolonger la vie d’une communauté linguistique. Pour les auteurs interrogés, le livre n’est pas écrit pour aujourd’hui mais pour demain29. Dès lors qu’on envisage le problème des livres en suspens, non lus (l’image du hangar cadenassé à Nouakchott), sous l’angle de la performativité, on perçoit l’importance de leur présence matérielle. Il est possible de relativiser ce postulat, très souvent avancé, selon lequel l’acte de lecture est la condition sine qua non d’une performativité littéraire.

37Enfin, Fraenkel souligne à quel point l’énonciation performative est à la fois le résultat et la source d’un engagement collectif. Elle montre qu’un écrit juridique tire sa force de son caractère composite, du fait qu’il est rédigé à plusieurs mains (elle parle de « chaînes d’écritures ») et met en évidence la pluralité des entités énonciatrices qui participent à son élaboration, son actualisation, grâce notamment aux pratiques de lecture et de relecture. Ce troisième critère, celui d’une énonciation plurielle, d’une « chaîne d’écritures » qui confère à un énoncé écrit son autorité et lui permet d’agir, fait écho aux observations de terrain sur la dématérialisation du livre, et les canaux multiples qu’un énoncé littéraire peut emprunter pour toucher son auditoire/lectorat, se nourrissant d’un faisceau de discours déjà existants. De fait, il s’agit moins de distinguer des genres littéraires dans la production écrite en pulaar que d’étudier les phénomènes d’interdiscursivité et la manière dont s’agencent des formes de créativité à l’écrit. Ont été présentés très succinctement le cas de la poésie pulaar et d’Internet, exemplaires de ce fonctionnement en réseau. Internet constitue de ce point de vue un laboratoire intéressant sur la manière dont se déploie l’écriture, les rapports qu’elle entretient avec l’actualité sociale, où la création littéraire se mêle à l’écriture journalistique.

Conclusion

38Écrire en pulaar est un acte lié au devenir d’une société en proie à des changements continuels. La notion d’acte d’écriture attire l’attention sur des aspects (matériels, graphiques) peu pris en compte par les littéraires. Plus généralement, la notion de performativité et la mise en œuvre d’une approche pragmatique de l’écriture peut se révéler d’un enjeu important pour ces littératures embryonnaires, dont la vitalité, on le voit bien dans l’exemple présenté ici, ne saurait se mesurer à l’aune de l’institutionnalisation. Mettre en évidence la dimension performative de ces écrits, c’est montrer où réside la force sociale de la littérature qui se construit au carrefour de formes langagières diverses et emprunte différentes voies (le multimédia, par exemple). De fait, une réflexion sur la performativité littéraire dans le cas du pulaar – et, on peut imaginer, dans d’autres langues africaines – nous invite aussi à ne pas exclure ce mode de culture qu’est l’oralité.

  • 30 Karin Barber montre comment le premier roman en yorouba, paru sous forme de feuilletons dans un jou (...)
  • 31 Jacques Derrida (1986, 1990, 1992) et Judith Butler (1993, 1997), notamment, ont mis en lumière l’i (...)

39À considérer la littérature pulaar comme un acte, plusieurs perspectives de recherche intéressantes s’ouvrent afin de poursuivre la réflexion sur la performativité littéraire. L’une d’elle consisterait, par exemple, à l’instar du travail réalisé par Karin Barber sur le premier roman de langue yorouba (2012), à mettre en évidence l’agencement et la multiplicité des discours et des supports matériels qui fondent une œuvre donnée (par exemple le rapport de la littérature au journal), pour en comprendre l’impact social30. Une autre perspective de recherche serait celle qui prendrait comme point de départ un énoncé littéraire écrit et chercherait à en retracer les différentes vies possibles, la manière dont il fait l’objet d’appropriations différentes, afin de mettre en évidence la capacité de résonnance de ce texte auprès du destinataire. Il serait alors possible d’observer les effets de l’émulation et de l’admiration sur l’écriture à travers différentes formes de répétition : l’imitation, le plagiat, l’allusion ou la citation31. En filigrane, il s’agirait également de réfléchir à ce que représente le livre, à ses modes de circulation et aux différents usages qu’il peut en être fait, dans la continuité des réflexions initiées par Roger Chartier (2008-2009).

Haut de page

Bibliographie

Austin John Langshaw, 1970, Quand dire, c’est faire, Paris, Seuil.

Barber Karin, 1995, African-Language Literature and Postcolonial Criticism, Research in African Literatures 26 (4) : 3-30.

Barber Karin, Furniss Graham, 2006, African-Language Writing, Research in African Literature 37 (3) : 1-14.

Barber Karin (ed.), 2006, Africa’s Hidden Stories. Everyday Literacy and Making the Self, Bloomington, Indiana University Press.

Barber Karin, 2012, Print Culture and the First Yoruba Novel : I. B. Thomas’s Life Story of Me, Segilola’ and Other Texts, Birmingham, Brill.

Bourlet Mélanie, 2007, Poésie pulaar et politique au Sénégal et en Mauritanie dans les années 1970 et 1980, Littératures, Savoirs et Enseignements. Actes du colloque de l’APELA 2004, Bordeaux, PUF : 37-47.

Bourlet Mélanie, 2009, Émergence d’une littérature écrite dans une langue africaine. Le cas du poulâr (Sénégal, Mauritanie, France), Thèse, INALCO.

Bourlet Mélanie, Mohamadou Aliou, 2010, Une langue, deux systèmes d’écriture : de quelques problèmes graphiques du peul, Séminaire commun du LAMOP/Paris 3, « Représenter la langue parlée du Moyen-âge à nos jours » (communication non publiée).

Bourlet Mélanie [Sous presse], Mobilité, migrations et littératures en réseaux. Cas des romans poulâr, Cahiers d’Études Africaines, Paris, EHESS.

Bourlet Mélanie, Lorin Marie [Sous presse], La littérature en peul sur internet : circulation, création, édition, in Abdourahmane Diallo, Ursula Baumgardt (ed.), Autour de la transmission culturelle, Cologne, Rüdiger Köppe Verlag.

Butler Judith, 1993, Bodies That Matter: On the Discursive Limits of ’Sex’, London, Routledge.

Butler Judith, 1997, Excitable Speech: A Politics of the Performative, London, Routledge.

Calame Claude et al, 2010, La voix actée : pour une nouvelle ethnopoétique, Paris, Kimé.

Chartier Roger, 2005, Inscrire et effacer, Paris, Seuil/Gallimard.

—, 2008-2009, Qu’est-ce qu’un livre ? Série de cours dispensés au Collège de France.

Culler Jonathan, 1997, Literary Theory : A Very Short Introduction, Oxford, University Press.

—, 2006, Philosophie et littérature : les fortunes du performatif, Littérature 144 (4) : 81-100

Deleuze Gilles, Guattari Félix, 2006 [1980], Mille plateaux, Paris, Minuit.

Dem Ibraahiima, 2004 [1997], Sahre Goonga, Dakar, ARED.

Denis Jérôme (ed.), 2006, Performativité : Relectures et usages d’une notion frontière, Études de communication 29 : 8-24.

Derrida Jacques, 1992, Acts of Literature, New York, Routledge.

Derrida Jacques, 1986, Declarations of Independance, New Political Science 15 : 7-15.

Derrida Jacques, 1990, Limited Inc., Paris, Galilée.

Fagerberg-Diallo Sonja, 1995, Milk and Honey : Developing written litterature in Pulaar, Yearbook of Comparative and General Literature 43 : 67-83.

Fraenkel Beatrice, 2006, Actes écrits, actes oraux : la performativité à l’épreuve de l’écriture, Études de communication 29 : 69-93.

Fraenkel Béatrice, Mbodj Aïssatou (éd.), 2010, New Literacy Studies, un courant majeur sur l’écrit, Langage & Société 133, Paris, Éditions de la MSH.

Garnier Xavier, Ricard Alain (dir.), 2006, L’Effet roman. Arrivée du roman dans les langues d’Afrique, Itinéraires et contacts de cultures 3, Paris, Université Paris 13/L’Harmattan.

Jallo Yero Dooro, 2003, Ndikkiri joom moolo [Ndikkiri le guitariste], Dakar, ARED.

Humery Marie-Ève, 1997, Facteurs et enjeux du développement écrit d’une langue africaine : le cas du mouvement pulaar au Sénégal (1960-1996), Mémoire de DEA d’Études Africaines, Université de Paris I.

Humery Marie-Ève, 2010, L’écriture ajami au Fuuta Tooro (Sénégal/Mauritanie) : une littératie délibérément restreinte, Sociétés politiques comparées 30, consulté sur <www.academia.edu> le 20 mars 2014.

Humery Marie-Ève, 2012, Lire et écrire en pulaar au Sénégal : le mouvement pulaar, lieu de toutes les résistances, in Daouda Gary-Tounkara, Didier Nativel (dir.), L’Afrique des savoirs au sud du sahara (xvie-xxie siècle), acteurs, supports, pratiques, Karthala, Paris : 287-312.

Kan Suleymaani, 1992, Faandu almuudo [L’Écuelle du Talibé], Dakar, UNESCO-Regional Office for Education in Africa (1ère édition : 1989).

Kastoryano Riva, 2006, Vers un nationalisme transnational : redéfinir la nation, le nationalisme et le territoire, Revue française de science politique 4 : 533-553.

Kulibali Baylaa, 1991, Nguurndam Tumaranke [La Vie d’un Immigré], Paris, Binndi e Jannde.

Kyburz Olivier, 1994, Les hiérarchies sociales et leurs fondements idéologiques chez les Haalpulaar’en (Sénégal), Doctorat d’Université, Université Paris X/Nanterre, 1994.

Lorin Marie, 2013, L’édition, instrument pour la promotion des langues et cultures africaines. Entretien avec Aliou Mohamadou, co-fondateur de la revue Binndi e Jannde, in Abdoulaye KEÏTA (dir.), Au carrefour des littératures Afrique-Europe, chap.18 : 317-328.

Mohamadou Aliou, 2000, Présentation de cinq auteurs haal-pulaar (Sénégal et Mauritanie) in Ursula Baumgardt, Abdellah Bounfour (éd.) Panorama des littératures africaines : état des lieux et perspectives, Paris, L’Harmattan/Inalco : 77-92.

Mohamadou Aliou,, 2005, Si Bamako m’était conté..., in Ursula Baumgardt, Jean Derive (dir.), Paroles nomades. Écrits d’ethnolinguistique africaine, Paris, Karthala :139-151

Nagy Gregory, 2000, La poésie en acte, Paris, Belin.

Ngugi Wa Thiong’o, 1986, Decolonizing the Mind : the Politics of Language in African Literature, London, James Currey.

Njaay Seydu Aamadu, 1987, Hol ko mbiyd’aa Gelongal Fuuta? [Que dis-tu heron du Foûta?] Nouakchott, DLN.

Schlanger Judith, 2008, La mémoire des oeuvres, Paris, Verdier.

Seydou Christiane (éd.), 2008, La poésie mystique peule du Mali, Paris, Karthala.

Sow Alfâ Ibrâhima, 1966, La Femme, la vache, la foi, Paris, Julliard.

—, 1971, Le Filon du bonheur éternel, par Tierno Mouhamadou Samba Mombêya, Paris, A. Colin.

Petrey Sandy, 1990, Speech Acts and Literary Theory, New York, Routledge.

Vandermotten Céline, 2004, Géopolitique de la vallée du fleuve Sénégal. Les flots de la discorde, Paris, l’Harmattan.

Wane Yaya, 1966, Les Toucouleurs du Foûta Tôro (Sénégal), Stratification sociale et structure familiale, DAKAR, IFAN.

Zumthor Paul, 1987, La lettre et la voix, Paris, Éditions du Seuil.

Haut de page

Notes

1 Variante dialectale du peul parlée au nord du Sénégal, au sud de la Mauritanie, et à l’ouest du Mali. Le peul n’est langue officielle dans aucun des pays où il est parlé.

2 Je reviendrai sur ces notions dans la conclusion de cet article.

3 Marie-Ève Humery a consacré en 1997 un mémoire de DEA à l’histoire de ce mouvement pulaar, à partir d’une recherche menée au Sénégal, effectuée auprès de l’éditeur ARED (Humery 2012). Toute la première partie de ma thèse, soutenue en 2009, est également consacrée à retracer cette histoire de l’écrit avec l’alphabet latin à partir de trois pays (France, Sénégal, Mauritanie) et de données actualisées entre 2003 et 2009 (d’autres structures éditoriales, en pulaar notamment, ont été prises en compte). Il s’agissait de mettre en évidence le sens politique que recouvre cet alphabet dans l’émergence d’une littérature qui se veut moderne, et le rôle que la littérature a joué dans sa diffusion. Etant donné que la plupart des figures de ce vaste réseau associatif transcontinental pulaar sont des poètes et des écrivains, il est vite apparu incontournable d’en retracer l’histoire. Mon hypothèse sur ce phénomène est davantage politique et mon orientation se veut littéraire avant tout. Il m’apparaît que ce projet d’élaboration et de diffusion d’une écriture du pulaar à l’aide de l’alphabet latin s’inscrit dans la continuité d’une forme de nationalisme peul bien connu (voir note 4). La diffusion de cette écriture a coïncidé avec la mise en place d’une forme d’organisation politique en réseau, que Riva Kastoryano (2006) considère comme moderne et symptomatique d’un état du monde globalisé, reposant sur l’engagement associatif et les initiatives individuelles. Dans la thèse, ont été évoquées l’influence du nationaliste sénégalais C. A. Diop et les revendications marxistes de certains militants du pulaar, en rapport avec la production littéraire (notamment poétique) en pulaar. Autant de pistes de réflexion qui mériteraient d’être approfondies. Cette thèse est en cours de publication.

4 Voir sur l’écriture ajami au Foûta Tôro (Sénégal) Humery 2010.

5 Cette « conscience linguistique », se caractérisant par une prise de conscience des enjeux politiques et culturels de la langue peule, n’est pas nouvelle. À cet égard, le dynamisme remarquable des associations de défense de la langue et de la culture peule, s’inscrit dans la continuité de ce qui a par ailleurs été observé dans d’autres régions peules, telles la Guinée. A.I. Sow (1966 : 15) évoque l’existence d’un nationalisme culturel qui s’est traduit très tôt par la traduction et l’adaptation en peul de textes religieux islamiques en arabe : « Le passage d’une langue à l’autre s’est accompagné de l’expression d’une volonté nationale d’affirmation, d’un désir d’autonomie culturelle ». Pour Louis Brenner, « les musulmans poulophones semblent s’être posés la question de la langue de façon plus systématique que ceux de la plupart des autres groupes linguistiques de l’Afrique » (in Seydou 2008 : 49). Dès le XVIIe siècle, des classiques de l’Islam sont traduits, des ouvrages sont composés en peul pour faciliter la compréhension de la nouvelle religion. Ce souci de populariser la religion musulmane a permis l’éclosion d’une littérature populaire en ajami en Guinée (Sow 1966). D’autre part, dans la région du fleuve au Sénégal, dès les années 1940, des ressortissants peuls s’étaient fédérés autour d’une Union des Peuls afin de préserver les intérêts des populations poulophones.

6 L’objectif de cette conférence internationale était (Mohamadou 2005 : 144) « la définition et l’unification des transcriptions à appliquer à cinq langues nationales, le fulfulde (appellation préconisée pour le peul en général), le haoussa, le kanouri, le manding, le songhay-zarma et le tamasheq (touareg). »

7 Heurts communautaires violents qui ont eu lieu entre 1986 et 1989, en Mauritanie, accompagnés de pillages, tortures, expulsions (voir à ce sujet Vandermotten 2004).

8 Cet atelier de lectures déboucha sur l’achat plus conséquent de livres en langues africaines et la mise en place d’un centre de documentation à l’intérieur du foyer. Il fut financé par la ville, étendu à d’autres langues africaines, notamment le bambara ; mais également à d’autres foyers de travailleurs dans la région parisienne.

9 « Tout ce qui entre en scène n’entre pas en mémoire, mais pour entrer en mémoire il faut évidemment entrer en scène [...] Cet événement est fécond s’il devient un exemple transitif ou contagieux, qui ouvre, pour ainsi dire, une mini carrière d’activité poétique. » (Schlanger 2008 : 55-56)

10 La métaphore végétale du rhizome soutient chez Deleuze et Guattari (1980) l’idée d’une connectivité entre plusieurs éléments placés au même niveau et donc d’une absence de hiérarchisation entre eux : chacun des éléments pouvant s’influencer l’un l’autre.

11 À l’occasion d’un entretien téléphonique en septembre 2007 à Nouakchott.

12 Décédé en 2009. La mort de ce poète très populaire fut vécue comme un drame par la communauté pulaar.

13 Auteur de plusieurs ouvrages en pulaar décédé en 2005. Ancien Président de l’Association pour la Renaissance du Pulaar au Sénégal, il a fait de l’alphabétisation en pulaar une action prioritaire dès les années 60 en Egypte puis dans les années 80 à son retour au Sénégal.

14 Les poètes collaborent très souvent avec des musiciens et des chanteurs pour l’enregistrement des cassettes qui sont diffusées sur les marchés locaux et nationaux, mais aussi hors du pays. La poésie moderne pulaar trouve dans la chanson un véhicule efficace. Si beaucoup d’Occidentaux connaissent le chanteur haalpulaar de renommée internationale, Baaba Maal, bien peu savent qu’une grande partie des paroles de ses chansons proviennent des poèmes du Mauritanien Ibraahiima Saar. Les poèmes d’Ibraahiima Saar ne font pas l’objet de reprises entières dans les chansons de Baaba Maal. Ainsi, la chanson « Le Croyant » (Juuloowo) reprend-t-elle en grande partie le poème « El Hadj Seydou Nourou Tal » (Alhajji Saydu Nuuru Taal) composé à la gloire du petit-fils du célèbre conquérant islamique d’Afrique de l’Ouest, El Hadj Oumar Tall.

15 En Italie, un jeune homme se fait appeler « Ibraahiima Saar » pour sa parfaite imitation des poèmes de ce dernier.

16 La société pulaar est organisée en trois grands groupes endogames – nobles, artisans, descendants de captifs – subdivisés chacun en sous-catégories. Voir à ce sujet Wane 1966, Kyburz 1994. 

17 À l’exception de peeral.com (en peul de Guinée).

18 Même si cette terminologie n’est pas toujours homogène d’un site à un autre.

19 Sur la page d’accueil du site de l’Union des Forces du Progrès (Dental Ɓamtaare Doole), parti mauritanien, on peut trouver cinq poèmes du mauritanien Aamadu Maalal Gey.

20 Les Ngenndiyankooɓe se distinguent par leur engagement envers la promotion de la culture pulaar, pour laquelle ils sont parfois prêts à sacrifier leur vie familiale. Ils se déplacent beaucoup pour faire des conférences en Europe comme en Afrique, se distinguent par leur maîtrise de la langue peule, et leurs qualités oratoires. Leur apparition publique à l’occasion de journées culturelles associatives est un évènement. Ce sont souvent des poètes, des écrivains. Tous maîtrisent le pulaar à l’écrit, pour lequel ils militent ; certains ayant déjà publiés ou possédant des manuscrits inédits. Ils sont désignés par un sobriquet qu’il n’est pas rare de voir figurer en bas des articles, à côté de leur nom. Une thèse est actuellement en cours en anthropologie sur cette forme de « nationalisme » culturel qu’est le Ngenndiyankaagal à l’Université de Floride, par John Hames. Il fut emprisonné précisément en raison de son engagement pour la cause pulaar lors des évènements mauritaniens

21 La littérature en peul sur internet a fait l’objet d’un article co-écrit avec Marie Lorin, actuellement sous presse. Les éléments présentés ici y sont plus longuement développés.

22 « Il est clair qu’en de telles circonstances, le langage n’est pas employé sérieusement, et ce de manière particulière, mais qu’il s’agit d’un usage parasitaire par rapport à l’usage normal – parasitisme dont l’étude relève du domaine des étiolements du langage. » (Austin 1970 : 55)

23 Ainsi, en est-il du « oui » qui scelle l’alliance entre les futurs mariés en présence du maire.

24 Voir Denis 2006.

25 Il n’en va pas de même pour les discours oraux où les notions de performance et de performativité ont connu des développements importants, de manière récente dans le cadre de l’ethnopoétique (Calame et al 2010 ; Nagy 2000)

26 Après avoir constaté que l’écrit est bien présent dans les exemples donnés par Austin, quoique de manière très limitée (puisque seuls sont concernés les écrits juridiques).

27 Notamment celui concernant le présent hic et nunc de l’énonciation (son caractère immédiat).

28 D’autres éléments, tel que le paratexte mentionné rapidement dans cet article, constitueraient une voie d’analyse intéressante de cette force graphique, tant il peut occuper dans certains ouvrages une place importante.

29 Une position comparable est observable chez Ngugi Wa Thiong’o (1986).

30 Karin Barber montre comment le premier roman en yorouba, paru sous forme de feuilletons dans un journal, se situe à la confluence de faits divers et de différents discours sociaux ambiants dans la société nigériane des années 1930, tout en utilisant un système rhétorique puisé dans l’oralité (par exemple, utilisation des proverbes).

31 Jacques Derrida (1986, 1990, 1992) et Judith Butler (1993, 1997), notamment, ont mis en lumière l’importance du phénomène de l’itérabilité, c’est-à-dire de la répétition d’énoncés, dans la réflexion sur la performativité du langage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélanie Bourlet, « L’acte d’écrire : sur la performativité de l’écriture littéraire en pulaar  », Journal des africanistes, 83-1 | 2013, 106-131.

Référence électronique

Mélanie Bourlet, « L’acte d’écrire : sur la performativité de l’écriture littéraire en pulaar  », Journal des africanistes [En ligne], 83-1 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3563

Haut de page

Auteur

Mélanie Bourlet

Institut National des Langues et Civilisations Orientales
Langage, Langues et Cultures d’Afrique Noire (UMR 8135)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org