Navigation – Plan du site
Écrits hors-champ

Une expérience d’écriture littéraire en kabyle. Quelques notes sur les Cahiers de Belaïd

A pioneering experience of literary writing in Kabyle : Some notes on The Belaïd’s Cahiers
Amar Ameziane
p. 92-105

Résumés

L’article analyse un cas pionnier d’écriture littéraire dans une société de tradition essentiellement orale, la Kabylie. Sollicité par les Missionnaires (les Pères Blancs) dans les années 1940 pour transcrire des contes de son terroir, Belaïd At-Ali passa outre leurs attentes et non seulement transforma les contes traditionnels mais expérimenta de nouveaux genres inconnus dans la tradition orale kabyle, le roman et la nouvelle notamment. Ses écrits publiés à titre posthume sous le titre Les Cahiers de Belaïd ou la Kabylie d’antan, qui se caractérisent par un grand foisonnement générique, renouvellent la littérature traditionnelle et posent les jalons de la littérature kabyle écrite aujourd’hui florissante.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il existe en berbère une tradition écrite en caractères arabes, notamment au Maroc. Très peu de man (...)

1La publication en 1964, à titre posthume, des écrits de Belaïd At-Ali (1909-1950) sous le titre Les Cahiers de Belaïd ou la Kabylie d’antan constitue un événement dans la littérature en kabyle en caractères latins1. Le propos de cet article est de montrer que ces textes écrits dans les années 1940, à la demande des Pères Blancs dont Bélaïd était l’un des collaborateurs locaux, dépasse ce cadre contraint de l’œuvre de commande par sa visée littéraire. En cela, cet ouvrage se distingue de travaux antérieurs, tels ceux de Boulifa, lettré kabyle formé à l’école française, à qui on doit une Méthode de langue kabyle. Étude linguistique et sociologique sur la Kabylie du Djurdjura (1913), écrite exclusivement en kabyle. En effet, alors que les Pères Blancs lui demandaient de reproduire les contes du terroir, Bélaïd se mit à écrire dans un style personnel et avec une remarquable liberté, qui le conduisit à explorer de nouvelles formes que la littérature kabyle ignorait jusque-là.

2Cet article repose sur une analyse textuelle de l’édition de 1964 des Cahiers, étayée par une prise en compte du contexte historique et biographique, et attentive aux procédés discursifs et matériels de présentation de cette œuvre, par les Pères Blancs. Cette expérience inédite pose la question de l’écriture littéraire en kabyle et du renouvellement, par le biais de l’écrit(ure), des genres et des modèles de la littérature traditionnelle.

3Pour développer cette analyse, cette étude mobilise la distinction qu’élabore Genette entre le régime de « littérarité constitutive » (ainsi, de par sa forme, le poème est considéré comme foncièrement littéraire, qu’importe sa qualité) et le régime de « littérarité conditionnelle » (laissée à l’appréciation subjective du lecteur) (Genette 2004 : 223). L’analyse textuelle qui suit va donc poser la question du genre à ces deux niveaux.

4L’interrogation s’articulera comme suit : nous introduirons le contexte dans lequel ont émergé Les Cahiers ; nous poserons ensuite la question du classement des textes dans l’édition de 1964, puis nous montrerons que celui-ci ne rend qu’imparfaitement compte de la diversité des genres présents et expérimentés dans cet ouvrage en soulignant que Les Cahiers constituent un espace d’innovation et de renouvellement générique. Nous proposerons, enfin, quelques perspectives sur la postérité de cette œuvre dans la littérature kabyle écrite.

Genèse des Cahiers de Belaïd

  • 2 C’est grâce à lui notamment que va se développer une longue tradition d’écriture en caractères lati (...)
  • 3 Hanoteau qualifie, dès la préface, ces poésies de « primitives » (1867 : III). Voici, par ailleurs (...)
  • 4 Dans l’introduction de ce même ouvrage, Boulifa répond aux jugements inexacts du Général Hanoteau s (...)

5La naissance des Cahiers est d’autant plus importante à étudier qu’elle permet de reconstituer le contexte socio-culturel de l’époque qui les a vus naître. « Le processus de passage à l’écrit », selon les termes de Chaker (1992), fut entamé au début du siècle par une élite kabyle formée en majorité d’instituteurs sortis des écoles françaises. Ces derniers faisaient partie de ceux que Dulucq & Zytnicki (2006 : 7) appellent les « intermédiaires culturels créés par la situation coloniale elle-même (instituteurs, interprètes, traditionalistes, lettrés, membres des élites formées à l’occidentale...) qui ont joué un rôle d’interface ». Cette élite était fortement affiliée à l’administration coloniale et totalement acquise aux idéaux de l’école républicaine (Chaker 2001). Mais elle développa une prise de conscience très forte de sa propre culture et de la nécessité de la sauvegarder par le biais de l’écrit. Ainsi, Boulifa2, chargé de l’enseignement de la langue kabyle à l’École normale d’Alger, publia plusieurs ouvrages dont Recueil de poésies kabyles en 1904. Ce recueil, composé d’un corpus très riche dont les poèmes du barde Si Mohand ou Mhand, est une réponse indirecte aux jugements péjoratifs que comporte l’ouvrage Poésies populaires de la Kabylie du Djurdjura du Général Hanoteau3 sur la poésie kabyle4.

  • 5 Pour une biographie détaillée de Belaïd At-Ali, voir Ibrahim 2011.

6Intermédiaire culturel lui-même, Belaïd, eut, cependant, un tout autre parcours. Bélaïd est le fils d’un paysan et d’une institutrice. Cette dernière, l’une des premières en Kabylie, l’initia très tôt à la langue française et en fit un locuteur bilingue dès son jeune âge. En 1915, il fut scolarisé à l’école du village d’Azrou Oukellal, près de Michelet (aujourd’hui Aïn El Hammam). Il se distingua vite de ses camarades grâce à sa maîtrise orale du français. Il n’obtint pas le CEP car n’ayant pas été « présenté » (Dallet & Degezelle 1964 : XIV). À l’âge de onze ans, son demi-frère Mohand-Saïd, installé à Paris, le prit avec lui et le scolarisa dans une école parisienne. Belaïd y passa six années qui le marquèrent toute sa vie. L’environnement parisien lui plut beaucoup et l’enseignement qu’il y reçut lui ouvrit l’esprit à la littérature (il fréquenta assidûment la bibliothèque municipale du 19e arrondissement), à la musique, à la peinture, aux arts de façon générale. En 1925, la mort de son père le contraignit à rentrer au pays5. Sa scolarité s’arrêta à 16 ans et c’est en autodidacte qu’il compléta son instruction. Contrairement à l’élite évoquée ci-dessus, dont l’activité scientifique et culturelle fut intimement liée au parcours scolaire riche et « réussi » de ses membres, Belaïd dut son expérience littéraire aux missionnaires d’Afrique, dits « Pères Blancs ».

7La Société des Missionnaires d’Afrique (Pères Blancs) a été fondée en 1868 par Monseigneur Lavigerie (Direche-Slimani 2001). Ce dernier exigeait des missionnaires de vivre auprès des gens du pays, d’apprendre à parler leur langue, de partager leurs joies et leurs souffrances (Boucon 2000). Direche-Slimani (2001 : 179) confirme que :

L’apostolat catholique (...) exigeait la connaissance profonde de la langue, du code traditionnel des valeurs sociales, culturelles et religieuses qui permettaient d’entrer dans l’intimité d’un peuple.

8Cette exigence fut pour beaucoup dans leur intégration à la société kabyle. En pénétrant dans l’intimité de cette société, ils récoltaient, non sans passion, des données ethnographiques abondantes et importantes : langue, traditions, légendes, etc. Dans ce cadre, le Centre d’Études Berbères (CEB) fut créé en 1937 à Ouaghzen (puis transféré à Fort National en 1947). À partir de 1946, le CEB publia un périodique mensuel tiré à 200 exemplaires : le Fichier de Documentation Berbère (FDB) dont l’objectif était :

(...) la mise en commun de la documentation kabyle et berbère pour l’approfondissement de la langue, de l’ethnologie, et plus tard des questions sociales en pays berbère et des problèmes missionnaires. (Boucon 2000 : 160-161)

9La présence des Pères Blancs en Kabylie fut indéniablement un facteur de dynamique culturelle (Abrous 2007). La création par leurs soins du Fichier de Documentation Berbère est révélatrice de :

(...) la remarquable adaptation de [ces] missionnaires d’Afrique et [du] glissement de leur discours vers un registre de valorisation du patrimoine berbère. L’intérêt porté à la langue et aux traditions berbères [kabyles] a donné naissance à toute une lignée de berbérisants reconnus qui ont reconstitué tout un pan de la tradition orale kabyle (poésies, contes, proverbes...) mais qui ont aussi contribué considérablement au travail sur la langue (grammaires, dictionnaires, travaux linguistiques...). (Direche-Slimani 2001 : 185-186)

  • 6 Dans son avant-propos au tome II (traduction) des Cahiers, le Père Degezelle précise que leur corre (...)
  • 7 Ce fut le cas lorsque Belaïd, après avoir déserté l’armée en 1943, se retrouva sans papiers et fut (...)

10C’est durant ce « moment missionnaire » (Garnier & Ricard 2007) qu’eut lieu la rencontre entre le Père Degezelle et Belaïd, qui fut décisive pour ce dernier tant sur le plan humain que littéraire. En 1941, le missionnaire, qui rendait régulièrement visite à la vieille institutrice du village, la mère de Belaïd, fit la connaissance du jeune homme. De cette rencontre naquit une amitié qui dura jusqu’à la mort de Belaïd, en 19506. Le Père Degezelle lui fournissait des denrées alimentaires durant les moments les plus difficiles de sa vie7, il lui procurait également de la lecture.

Je lui fournis de la lecture, écrit-il. Les ouvrages d’histoire et de psychologie avaient, disait-il, ses préférences : il avait pas mal de Proust ; il savait apprécier un roman de façon profonde, précise et sûre.
(Dallet & Degezelle 1964, Vol. 1 : XI)

11C’est en le sollicitant pour mettre par écrit les contes narrés dans sa langue maternelle que le Père Degezelle fut à l’origine des écrits de Bélaïd. Peu convaincu au début, car il doutait que la langue kabyle s’écrive, ce dernier lui répondit :

Une langue kabyle en... caractères latins ? Je veux bien, mon Père. Je ne demande pas mieux. Je vous souhaite une complète réussite et je vous garantis (...) toute la reconnaissance des Kabyles dans les siècles à venir. Mais pour ce qui me concerne particulièrement, j’aime mieux vous dire franchement : vulgaire mortel et plein d’égoïsme que je suis, je trouve que la vie est trop courte pour que je ne me dépêche pas de goûter de suite aux joies spirituelles que l’on trouve dans ce même latin, et par conséquent, il m’est plus...court de me perfectionner dans ce français qui me donne, lui, déjà, mes plus douces jouissances... (Ibrahim 2011 : 61)

12Mais, malgré ces doutes, Belaïd ne se fit pas prier : en quelques jours le premier manuscrit d’une série de neuf cahiers fut prêt. Le Père Degezelle le rémunéra 150 francs pour chaque cahier. Belaïd était fasciné par l’écriture. Cette fascination est perceptible dans les lettres accompagnant les cahiers qu’il remettait au Père Degezelle. Elle est à l’image de ce voyage fatigant mais source de jouissance dont il parle dans la lettre jointe au deuxième cahier en date du 21 juin 1945 :

Ouf ! Quel voyage mon Dieu ! Quel voyage et cependant quelle douce fatigue ! Il me semble remonter d’un gouffre sans fond ! À tel point qu’à certains moments j’y ressens comme une frayeur. Oui mon père, je m’effraie, mais quand je vous vois me tenir la main, je ne m’occupe plus que de... jouir des merveilles qu’on y découvre. Car, c’est là l’une des merveilles ! Je vais de découverte en découverte, bien que... en descendant. (Ibrahim 2011 : 62)

13Ce voyage n’est autre que l’écriture à laquelle il s’adonnait avec un plaisir inouï. L’enchantement que Belaïd ressentait à l’égard de l’écriture est perceptible dans le fort attachement qu’il vouait à ses personnages :

J’en arrivai, écrit-il, à aimer mes personnages tellement que je n’ai pas pu les faire se révéler autres que je ne les voulais. (Ibrahim 2011 : 57)

14Le désir de Belaïd était de créer avec ses cahiers une œuvre littéraire. Il en témoigna dans la première lettre adressée au Père Degezelle en mai 1945 :

Je ne sais pas si les « préfaces » ou « avant-propos » se font, se composent avant ou une fois l’œuvre achevée.

15Il faut cependant remarquer que le désir du Père Degezelle freinait par moments l’élan littéraire de Belaïd ; on constate d’ailleurs qu’il ne qualifia nulle part les écrits de littéraires. Dans son avant-propos il désigne à maintes reprises les écrits de Belaïd comme des « études », leur assignant une portée ethnographique, et évinçant leur visée littéraire. Le premier exigeait du « folklore », le second voulait aller outre et créer une œuvre littéraire. Ainsi, dans la lettre accompagnant le cahier n°V, on découvre que la conclusion initiale écrite au conte Tafunast fut rejetée par le Père Degezelle, qui lui répondit :

Cette belle histoire, fort bien narrée, aurait gagné à l’être exactement à la façon kabyle. Mettez-vous à la place, cher conteur (Belaïd) dans la peau d’une vieille grand-mère kabyle racontant des histoires à ses petites enfants. Ce sera parfait et le folklore gagnerait en authenticité.
(Ibrahim 2011 : 57-58)

16Belaïd fut contraint de remettre au conte sa conclusion classique, non sans regret... ce qu’il exprima à demi-mot :

(...) il me faut avouer le plaisir que j’ai éprouvé en inventant et en adaptant ce dénouement à Tafounast. Car figurez-vous, je m’y suis pris de goût pour mon propre ouvrage à mesure que je m’y donnais.
(Ibrahim 2011 : 57)

17Décrivant le manuscrit de Belaïd, Dallet écrit ceci :

Il consiste en une dizaine de liasses de feuilles de papier d’emprunt : papier à musique à portée de cinq lignes (format 14-22) ; pochettes d’expédition d’une revue (Afrika stimmen, Strasbourg) (17-22) : pour confectionner chaque cahier, Belaïd a assemblé et cousu les feuillets sous une couverture de papier gris d’emballage où il a tracé des titres en « belles lettres » de fantaisie, dans le genre de ceux que nous avons reproduits et dont nous n’avons pas cru devoir modifier la transcription.
(Dallet & Degezelle, 1964, vol.1 : XVI)

18Ces précisions révèlent ainsi un personnage fasciné par la « chose écrite ». Dallet ajoute d’ailleurs :

(...) le foliotage est rigoureux, de même que la division en chapitres ou épisodes ; l’articulation en paragraphes nettement séparés révèle une familiarisation avec la littérature écrite. (1964 : XVII)

19S’agissant de la graphie utilisée, Belaïd se contenta au début d’appliquer la transcription du Fichier de Document Berbère. Mais en 1946 il adopta son propre système qui, selon Dallet, respecte la règle d’« un seul signe pour un seul son » (Dallet & Degezelle, 1964, vol.1 : 1964 : XVII), qui constitue une grande avancée par rapport à ses prédécesseurs comme Bensedira et Boulifa qui, eux, n’observaient pas cette règle. Sa transcription s’avère, de par sa grande précision, méritoire.

Fig. 1 : Extrait d’une page manuscrite des Cahiers.

Fig. 1 : Extrait d’une page manuscrite des Cahiers.

Les Cahiers de Belaïd : foisonnement générique et impasses de la classification

Fig. 2 : Couverture des Cahiers.

Fig. 2 : Couverture des Cahiers.

20L’ouvrage publié est composé de deux tomes. Le premier regroupe des textes écrits en kabyle par Belaïd : 18 textes narratifs et 25 poèmes ; le second est une traduction réalisée par les Pères Dallet et Degezelle. La version kabyle est constituée des parties suivantes :

  • un avant-propos de 18 pages (en chiffres latins), rédigé par Dallet et Degezelle, dans lequel est exposée la conception des Cahiers de Bélaïd.

  • partie I : Timucuha (contes) ;

  • partie II : Amexluḍ (mélange) ;

  • partie III : Isefra (poèmes) ;

  • un ensemble de notes rédigées par Belaïd (complétées par d’autres notes des Pères Blancs), dans lesquelles il explique le sens de certains mots et expressions figurant dans ses cahiers.

21Les Cahiers de Belaïd ou la Kabylie d’antan se caractérise par la diversité générique des textes qui le composent. Cependant, la classification opérée par les Pères Blancs n’en rend pas convenablement compte. Ses Cahiers ayant été publiés à titre posthume, il semble que Belaïd ne soit pas intervenu dans la classification. Les précisions font crucialement défaut : à l’exception du premier cahier dont la couverture porte la mention « timucuha » (contes), et qui répond explicitement à la demande du Père Degezelle, il n’existe aucun commentaire de l’auteur, qui aurait pu éclairer ses desseins génériques, notamment pour Lwali n wedrar (Le saint homme de la montagne), un texte complexe, au carrefour de plusieurs genres (le conte, la légende hagiographique et la poésie). Comme le paratexte n’est pas suffisant, il incombe à l’analyse textuelle de déterminer la véritable classe générique des textes. Car la classification ci-dessus (celle effectuée par les éditeurs) est très aléatoire.

22On remarque d’emblée que des textes de nature différente sont classés dans le même ensemble « Timucuha » ; il faut préciser que si certains textes s’apparentent à des contes que Belaïd a repris de la tradition, d’autres, en revanche, n’entrent guère dans cette catégorie générique. Ils appartiennent au patrimoine traditionnel certes, mais ils ne correspondent pas à la définition locale du genre dit tamacahutt (le conte merveilleux). Ainsi, le texte Aẓidan d umerẓagu (Le doux et l’amer) appartiendrait plutôt à ce qu’on appelle dans la tradition littéraire tamεayt, un apologue, que Belaïd transforme, grâce à une langue très élaborée, en nouvelle. Il apparaît ainsi que le classement effectué par les Pères Blancs des textes de Belaïd est source d’ambiguïtés. La classification du texte Lwali n wedrar dans la catégorie du conte est très problématique et pourrait s’expliquer par la non-perception par les Pères Blancs (lecteurs, traducteurs et éditeurs des Cahiers) de la dimension parodique (subversive) du récit.

23Dans la partie dite « amexluḍ » (mélange), l’acte classificatoire est plus modéré, moins catégorique, pour une raison claire : la facture des textes échappait aux Pères Blancs (aux traducteurs). Cette partie des Cahiers de Belaïd montre que la frontière entre écrits littéraires, dont on reconnaît la classe générique et ceux dont on a du mal à voir l’appartenance n’est pas étanche. Ainsi, de par le réalisme de l’histoire centrée sur un personnage d’une grande singularité (Jeddi) dont le narrateur rapporte les péripéties, qui s’ajoute à la fin inattendue du récit, le texte Jeddi (Mon grand-père) entre clairement dans la catégorie que la tradition littéraire française, dont Belaïd s’est bien nourri, nomme la nouvelle. En revanche, on peine à classer d’autres textes, comme Lexḍubegga (Démarches matrimoniales) ou Amezwaru unebdu (Premier jour d’été), dans une catégorie générique bien précise. Même si le Père Degezelle ne voit dans Lexḍubegga qu’une « esquisse d’ethnographie et de psychologie à propos des tractations matrimoniales » (Dallet & Degezelle 1964, Vol. 1 : XV), on ne peut ignorer le travail littéraire. En effet, même si la dimension ethnographique est présente dans ses textes (c’est surtout elle qui intéressait les Pères Blancs), la préoccupation de l’auteur semble moins de décrire les démarches matrimoniales au sein de son village que de dire de manière expressive les subtilités féminines déployées à cette occasion. Ces finesses, qui sont pour lui une source d’enchantement, Bélaïd s’évertue à les faire partager à ses lecteurs à l’aide d’une langue agréable et très expressive où la connotation prend le dessus sur la dénotation, où les faits de style sont légion.

24La troisième partie intitulée « isefra » (poèmes) ne souffre, quant à elle, d’aucun problème de classification. L’analyse globale du corpus qui regroupe 24 textes poétiques très autobiographiques, montre cependant que l’auteur se démarque des canons poétiques traditionnels.

25Ce qui précède illustre le caractère provisoire et non définitif des classifications génériques effectuées jusqu’ici des Cahiers de Belaïd. Le foisonnement générique des textes qui composent l’ouvrage n’a pas été judicieusement étudié. Seules des analyses textuelles approfondies peuvent permettre de saisir leur véritable identité générique.

Les Cahiers de Belaïd : un espace de renouvellement et d’innovation génériques

26À l’heure où Belaïd écrivit ses textes dans les années 1940, sa formation littéraire était déjà accomplie et ses choix opérés. Il aimait beaucoup la psychologie des personnages et l’étude des caractères. Dans une lettre adressée au Père Degezelle, il écrit :

Vous savez que j’en suis arrivé à aimer les lectures plus sérieuses, plus sages...les lectures d’analyse qui m’offrent le plaisir du démontage de l’appareil psychologique, le spectacle de son fonctionnement.
(Dallet & Degezelle 1964, Vol. 2 : XIX)

27À la même période, Belaïd était probablement conscient de l’inadéquation des formes littéraires traditionnelles aux mutations sociales que vivait la Kabylie depuis le début de la présence française, notamment l’ouverture des écoles qui concurrençait sérieusement le mode traditionnel d’acquisition du savoir. Agissant en « éclaireur », Belaïd a fait le premier l’expérience de renouveler les formes littéraires traditionnelles en les modifiant. Ainsi, la partie « Timucuha » (contes) est composée de contes connus dans la tradition orale. On peut supposer à première vue que Belaïd n’a fait que les transcrire, ce qui lui était d’ailleurs demandé par le Père Degezelle. Or, on remarque que de simple transcripteur, il se mue en re-créateur. Il opère dans les contes des transformations pour le moins inédites.

28Ainsi, il attribue aux personnages des contes traditionnels des patronymes puisés dans la réalité villageoise (comme Faḍma et Saɛdi dans Tafunast igujilen (La vache des orphelins), ce qui les rend plus proches de son lecteur. De plus, il décrit ses personnages et les dote d’une épaisseur psychologique de sorte qu’ils n’incarnent plus des types mais des individus. Par ailleurs, il supprime des passages trop invraisemblables des contes et les remplace par d’autres plus vraisemblables. Le travail opéré sur les contes traditionnels s’apparente ainsi à en faire des contes littéraires, destinés à la lecture.

29À travers le texte Lwali n wedrar (Le saint homme de la montagne), Belaïd effectue une avancée plus notable, celle de transformer un modèle générique traditionnel. Il reprend la légende hagiographique, la parodie et en fabrique la trame d’un roman. Ce dernier raconte sur un mode burlesque le parcours initiatique d’un nigaud qui accède à la sainteté. Contraint de quitter son village pour subvenir à ses besoins, il se retrouve malgré lui officiant comme imam dans une autre contrée. Des circonstances, dues au hasard et qui lui échappent totalement, vont faire de lui un saint vénéré dans toute la contrée. Au premier degré, le récit se donne à lire comme une légende d’un saint mais l’analyse des procédés stylistiques employés révèle une parodie : la forte présence de l’ironie, le ton burlesque du récit... Reprenant le matériau hagiographique traditionnel, l’auteur lui fait subir des transformations qui touchent essentiellement au statut du personnage central : l’attribution à ce dernier d’une dimension psychologique, sa caricature physique qui anéantit la dimension héroïque.

30Le choix de la légende hagiographique n’est pas anodin. Imprégné du roman à travers ses lectures (de Proust notamment), Belaïd était conscient de la présence du romanesque dans la légende. Sa structure hybride, la présence d’un discours dialogique (superposition de deux discours : un, sérieux, sur l’hagiographie et un autre qui s’évertue à le discréditer par le biais de l’ironie) ainsi qu’une narration pluri-vocale font du récit Lwali n wedrar un roman sur le modèle de la légende hagiographique.

31Belaïd expérimente d’autres genres inexistants dans le contexte traditionnel. Sut n taddart (Nos villageoises) est le texte d’une pièce de théâtre en plusieurs scénettes dont chacune s’ouvre par la présentation des personnages. Ecrite sous une forme stylisée, elle décrit les palabres que tiennent entre elles les femmes au village. Les textes composant la sous-partie At zik (Nos anciens) sont construits sous forme de chroniques villageoises (fonction traditionnellement tenue par la poésie). Ils dépeignent dans une langue subtile et un réalisme saisissant des personnages qui ont marqué, par leur singularité, la vie du village.

32Le genre littéraire est une catégorie de la réception qui fonctionne comme « un modèle d’attente et de reconnaissance » (Macé 2004 : 241). Que ce soit en revisitant les genres traditionnels, ou en expérimentant de nouvelles formes littéraires, Belaïd a ouvert la voie au renouvellement de la réception et à l’élargissement de l’horizon d’attente, préparant ainsi à de nouvelles attitudes de réception.

Les Cahiers de Belaïd dans la littérature kabyle contemporaine

  • 8 Notamment par l’introduction, en 1995, de la langue berbère à l’école et la création du Haut Commis (...)
  • 9 Le dernier colloque s’est tenu à Tizi-Ouzou le 13 mai 2010 et a rassemblé des chercheurs des univer (...)
  • 10 Nous tenons cette information de l’éditeur lui-même qui nous a sollicité pour rédiger la présentati (...)
  • 11 Voir Berdous 2001 et Titouche 2001.

33Compte tenu de son faible tirage – 200 exemplaires selon Ibrahim (2010) – et de sa mince diffusion, l’ouvrage Les Cahiers de Belaïd est resté longtemps l’apanage de quelques lettrés, en majorité des gens proches des Pères Blancs. D’autres facteurs ont pu entraver sa circulation : l’absence d’une tradition de lecture dans la société, le parcours d’écrivain autodidacte, atypique et marginal de l’auteur. Néanmoins, les récents développements de l’usage écrit de la langue kabyle ont eu un impact positif sur l’œuvre8. En effet, des journées d’étude et des colloques scientifiques9 ont été récemment tenus sur la vie de Belaïd et ses écrits. Par ailleurs, son ouvrage a été réédité dans sa transcription initiale (celle du Fichier de Documentation Berbère) par les éditions Dar Khettab à Alger et une nouvelle version adaptée à la transcription graphique adoptée aujourd’hui est en préparation chez Tira Éditions, un éditeur privé10. En outre, des travaux universitaires sont consacrés à l’œuvre de cet auteur11.

  • 12 Nous parlons d’écriture théâtrale plutôt que de théâtre car ce dernier est avant tout spectacle ; o (...)
  • 13 L’année 1980 est une date charnière dans l’histoire de la Kabylie : le 20 avril a été le début du « (...)

34L’ouvrage Les cahiers de Belaïd ou la Kabylie d’antan a non seulement introduit de nouveaux modèles littéraires occidentaux (roman, nouvelle, écriture théâtrale12) qui remplacent progressivement les formes traditionnelles en état d’essoufflement (Ameziane 2008), mais semble avoir contribué à créer une dynamique de renouvellement dans le champ littéraire kabyle. Cette dynamique se mesure à l’abondance de la littérature écrite, notamment depuis les années 198013. De plus en plus d’auteurs émergent et adoptent les genres initiés par Belaïd. L’expérience romanesque de ce dernier à travers son texte Lwali n wedrar est certes ponctuelle, mais le genre a été massivement adopté à partir de 1981, date de la publication du texte Asfel (Le sacrifice rituel) de Rachid Aliche, le premier à porter la mention paratextuelle « ungal » (roman). Mezdad, auteur de trois romans en kabyle, Iḍ d wass (Le jour et la nuit), Tagrest urγu (Hiver brûlant) et Ass-nni (Ce jour-là), a souligné le caractère pionnier du texte de Belaïd(1987). On dénombre aujourd’hui autour de quarante romans publiés (Salhi 2006), sans compter un nombre non négligeable de textes encore à l’état de manuscrits.

  • 14 Cf. Lounaci 2006.

35À côté du roman, deux genres littéraires connaissent un foisonnement important : la nouvelle et l’écriture théâtrale. La nouvelle est devenue un genre de prédilection chez les auteurs kabyles. L’écriture de pièces de théâtre constitue également une pratique solide. Le genre connait un essor considérable depuis les années 1980 grâce à Mohia14, dramaturge, installé à Paris, qui a adapté en kabyle les pièces de théâtre d’auteurs aussi célèbres que Lu Xun, Brecht, Pirandello, etc. Ses pièces ont été jouées d’abord à Paris, par des troupes dont il faisait partie, puis en Algérie notamment après 1988. Elles traitent avec fine dérision des problèmes socio-culturels en Algérie. Mohia est aujourd’hui considéré comme le « père » du théâtre en kabyle.

36La nouvelle et l’écriture théâtrale semblent, à l’image du roman, répondre, mieux que les genres traditionnels (conte, légende, etc.) – progressivement tombés en désuétude –, aux mutations qui se produisent dans la société kabyle comme l’affirmation de l’individu, l’essoufflement du mode de vie traditionnel, la forte scolarisation. Les changements sociaux se traduisent ainsi par des transformations sur le plan littéraire. L’émergence sociale de l’individu a pour corollaire l’émergence de la figure de l’auteur, absente dans le contexte littéraire traditionnel où « il n’y a pas de propriété de la parole » (Bounfour 1984 : 187).

37L’adoption de ces nouveaux modèles littéraires s’accompagne d’un renouvellement esthétique non négligeable. L’esthétique de la convenance qui caractérise les formes traditionnelles, et qui repose sur un « accord tacite entre l’auteur ou transmetteur de textes et son destinateur » (Galand-Pernet 1998 : 176), est progressivement battue en brèche : les jeunes auteurs explorent de nouvelles formes et cherchent à surprendre les attentes traditionnelles de leurs lecteurs.

Conclusion

38L’expérience littéraire de Belaïd At-Ali constitue un bel exemple d’appropriation de l’écrit à des fins littéraires, dans une société de tradition orale. Bien qu’à l’origine cette expérience ait eu une visée ethnographique (Belaïd répondit allègrement, mais non sans hésitation, à la demande des Pères Blancs qui voulaient collecter les contes de son terroir), l’auteur investit ce projet initial d’une visée toute autre, et se lança dans une aventure littéraire inédite qui le poussa à écrire des textes d’une diversité générique frappante : conte, nouvelle, roman, poésie. Cette diversité pourrait fort bien s’expliquer par le caractère expérimental de son écriture. Il fut pris de goût, selon ses propres mots, pour son propre ouvrage à mesure qu’il s’y donnait et cette passion naissante pour l’écriture se traduisait visiblement par une expérimentation de diverses formes littéraires, en quête du genre « idéal », à savoir le roman auquel appartient son texte le plus long, en l’occurrence Lwali n wedrar (Le Saint homme de la montagne ; Ameziane 2007). Cette expérience ne constitue pas moins un moment clef dans la littérature écrite en kabyle, car l’œuvre de Belaïd suscite l’admiration et l’émulation des nouvelles générations d’écrivains qui ont aujourd’hui définitivement consacré les genres initiés par ce prédécesseur.

Haut de page

Bibliographie

Abrous Dabhia, 2007, La société des Missionnaires d’Afrique à l’épreuve du mythe berbère. Kabylie, Aurès, Mzab, Paris/Louvain, Peeters.

Aissani Djamel, 2012, Le lexique manuscrit arabe dialectal-kabyle de la zawiya, historique du Cheikh Aheddad (XIXe siècle), Revue d’Études Berbères 6, Paris, Inalco : 15-32.

Ameziane Amar, 2007, Lwali n wedrar : une légende démystificatrice, in Xavier Garnier,Alain Ricard (éd), L’effet roman, l’arrivée du roman dans les langues africaines, Paris, L’Harmattan :151-166.

—, 2008, Tradition et renouvellement dans la littérature kabyle, Thèse de doctorat s. dir. A. Bounfour, Paris, Inalco.

Boucon Isabelle, 2000, Les Pères Blancs en Kabylie (1873-1962), Mémoire de maîtrise (s.dir. O. Goerg), Strasbourg, Université Marc Bloch.

Berdous Nadia, 2001, La narration dans la prose kabyle : étude comparative entre la narration dans le conte populaire et les écrits de Belaïd At-Ali. Mémoire de magister, université de Tizi-Ouzou.

Boulifa Amar Saïd, 1904, Recueil de poésies kabyles (textes zouaoua), Alger, Jourdan.

—, 1913, Méthode de langue kabyle. Étude linguistique et sociologique sur la Kabylie du Djurdjura. Texte zouaoua, suivi d’un glossaire, Alger, Jourdan.

Bounfour Abdellah, 1984, Transformations et enjeux de la poésie berbère, Annuaire de l’Afrique du Nord N°XXIII : 181-188.

Bounfour Abdellah, Chaker Salem (dir.), 2006, S, Littérature berbère, Études Littéraires Africaines 21, Paris, Karthala.

Chaker Salem, 1992, La naissance d’une littérature écrite : le cas du berbère (Kabylie), Bulletin d’Études Africaines 17/18 : 7-21.

Dallet Jean-Marie, Degezelle Jean-Louis (éd), 1964, Les cahiers de Belaïd ou la Kabylie d’antan (.1. Textes), Fort-National, FDB.

Direche-slimani Karima, 2001, Les Pères Blancs, in Salem Chaker (ed.), Hommes et femmes de Kabylie, Aix-en-Provence, Edisud : 179-186.

Dulucq Sophie, Zytnicki Colette (dir.), 2006, Savoirs autochtones et écriture de l’histoire en situation coloniale (XIXe-XXe siècles). Informateurs indigènes, érudits et lettrés en Afrique (nord et sud du Sahara), Outre-mers. Revue d’histoire 352-353 : 7-14.

Galand-Pernet Paulette, 1998, Littératures berbères, des voix des lettres, Paris, PUF.

Garnier Xavier, Ricard Alain (dir.), 2007, L’effet roman, l’arrivée du roman dans les langues africaines, Paris, L’Harmattan.

Genette Gérard, 2004, Fiction et diction, Paris, Seuil.

Hanoteau Adolphe, 1867, Poésies populaires de la Kabylie du Jurjura, Paris, Imprimerie Impériale.

Ibrahim Mohand, 2011, Belaïd At-Ali. Errance et génie littéraire, Alger, Dar Khettab.

Lounaci Mohand (dir.), 2006, Tifin Notre découverte, Revue des littératures berbères 2, Paris, Ibiss-Press.

Mace Marielle, 2004, Le genre littéraire, Paris, GF Flammarion.

Mezdad Amar, 1987, Belaïd At-Ali, Etudes et Documents Berbères 2 : 128-141

Salhi Mohand Akli, 2006, Regard sur les conditions d’existence du roman kabyle, in A. M. Di tolla, A.M., Studi Berberi E Mediterranei, Miscellanea offerta in onore di Luigi Serra, Studi Magrebini Vol. IV, Universita Degli Studi di Napoli ’’l’Orientale’’: 121-127.

Titouche Rachid, 2001, Les Cahiers de Belaïd : du conte à la nouvelle, Mémoire de magister, Université de Tizi-Ouzou.

Yacine-TITOUH Tassadit, 2008, Les voleurs de feu, éléments d’une anthropologie sociale et culturelle de l’Algérie, Paris et Alger, La Découverte & Alpha.

Haut de page

Notes

1 Il existe en berbère une tradition écrite en caractères arabes, notamment au Maroc. Très peu de manuscrits sont signalés en Kabylie. Voir par exemple Aïssani 2012. 

2 C’est grâce à lui notamment que va se développer une longue tradition d’écriture en caractères latins qui se poursuit jusqu’à nos jours. Un enjeu important qui a toujours accompagné le combat politique pour la sauvegarde de la langue berbère (kabyle).

3 Hanoteau qualifie, dès la préface, ces poésies de « primitives » (1867 : III). Voici, par ailleurs ce qu’il en dit « Le souvenir de cette origine (de la poésie kabyle) rendra aussi plus facile l’indulgence pour certaines comparaisons, certaines images triviales, ou grossières que le goût épuré par l’étude bannit avec soin des littératures cultivées » (id.). Le préjugé ethnocentriste est ici bien visible.

4 Dans l’introduction de ce même ouvrage, Boulifa répond aux jugements inexacts du Général Hanoteau sur la condition de la femme dans la société kabyle. Voir Yacine-Titouh 2008 : 17-61.

5 Pour une biographie détaillée de Belaïd At-Ali, voir Ibrahim 2011.

6 Dans son avant-propos au tome II (traduction) des Cahiers, le Père Degezelle précise que leur correspondance a duré jusqu’au décès de Belaïd en 1950 dans un hôpital de Sig.

7 Ce fut le cas lorsque Belaïd, après avoir déserté l’armée en 1943, se retrouva sans papiers et fut contraint de rester au village.

8 Notamment par l’introduction, en 1995, de la langue berbère à l’école et la création du Haut Commissariat à l’Amazighité (HCA), dans le but de « veiller à sa promotion ».

9 Le dernier colloque s’est tenu à Tizi-Ouzou le 13 mai 2010 et a rassemblé des chercheurs des universités de Béjaïa et Tizi-Ouzou.

10 Nous tenons cette information de l’éditeur lui-même qui nous a sollicité pour rédiger la présentation du texte Lwali n wedrar réédité en 2012 en Algérie.

11 Voir Berdous 2001 et Titouche 2001.

12 Nous parlons d’écriture théâtrale plutôt que de théâtre car ce dernier est avant tout spectacle ; or, dans notre cas, les pièces n’ont pas été jouées.

13 L’année 1980 est une date charnière dans l’histoire de la Kabylie : le 20 avril a été le début du « printemps berbère », appellation donnée au mouvement de protestation et de revendication culturelle qui a suivi l’interdiction d’une conférence de Mouloud Mammeri sur les poèmes kabyles anciens à Tizi-Ouzou. Le mouvement a été sévèrement réprimé.

14 Cf. Lounaci 2006.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Extrait d’une page manuscrite des Cahiers.
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/3547/img-1.png
Fichier image/png, 65k
Titre Fig. 2 : Couverture des Cahiers.
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/3547/img-2.png
Fichier image/png, 366k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amar Ameziane, « Une expérience d’écriture littéraire en kabyle. Quelques notes sur les Cahiers de Belaïd », Journal des africanistes, 83-1 | 2013, 92-105.

Référence électronique

Amar Ameziane, « Une expérience d’écriture littéraire en kabyle. Quelques notes sur les Cahiers de Belaïd », Journal des africanistes [En ligne], 83-1 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3547

Haut de page

Auteur

Amar Ameziane

Lacnad/INALCO

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org