Navigation – Plan du site
Écrits hors-champ

Le SMS amoureux. Une étude des pratiques de l’écrit plurilingues liées à la vie amoureuse des jeunes Sénégalais

Texting Love. A Study of multilingual literacy practices related to the love life of Young Senegalese
Kristin Vold Lexander
p. 70-91

Résumés

Cet article traite de certaines pratiques de l’écrit, urbaines et relativement récentes, à savoir les messages transmis par téléphone portable, les SMS. Les études sur le SMS accordent souvent une place centrale à la communication amoureuse. Pourtant, l’aspect évoqué ici – les effets du choix de langues sur l’expression des relations d’amour – reste peu étudié. Afin d’analyser ces effets, les scripteurs étudiés sont des étudiants de Dakar ayant un répertoire linguistique varié, fait notamment de français, de wolof et d’une ou plusieurs autres langues nationales comme le peul, mais aussi à un certain degré d’anglais et d’espagnol, en plus de l’arabe, utilisé surtout pour des messages religieux.

Haut de page

Texte intégral

J’ai gravé ton visage dans mon cœur,
j’ai mémorisé ton regard dans mes rames,
j’ai copié ta douceur dans mon disque dur
et j’ai téléchargé ton amour dans ma vie.

SMS envoyé par Ousmane à Rama, automne 2006

1Ce texte mis en exergue, SMS envoyé par un étudiant dakarois à sa fiancée, illustre les rapports étroits qui existent entre la vie amoureuse des jeunes Sénégalais et leur communication électronique. Avec l’avènement des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), la correspondance romantique de ce groupe peut être intensifiée en fréquence et en rapidité. Plusieurs études provenant de différentes régions du monde montrent en effet que le SMS est le lieu de communication privée privilégié entre jeunes amoureux (Ling 2004, Brinkman et al. 2009), offrant la possibilité de rester en contact malgré les distances géographiques et sociales qui les séparent (Ito et Okabe 2005, Horst et Miller 2006). Pour les étudiants sénégalais aussi, le message transmis par téléphone portable constitue le lieu d’expression privilégié du dialogue amoureux écrit, favorisant l’échange de textes courts à tout moment de la journée. Cet article traitera de ces pratiques de l’écrit, urbaines et relativement récentes, parmi les étudiants de Dakar, en focalisant sur leurs choix de langue(s) et l’effet de ces choix sur le message amoureux.

2Le quotidien dakarois est en effet plurilingue. La capitale sénégalaise se caractérise par le brassage ethnique et linguistique, ce dernier étant marqué notamment par le rôle dominant du wolof urbain, le code mixte wolof-français de la ville. En même temps, l’afflux constant de migrants venant d’autres régions assure le maintien de la diversité linguistique (Dreyfus et Juillard 2004). Cette diversité caractérise aussi les SMS. Les étudiants à l’Université disposent, pour cette pratique de l’écrit, d’un répertoire linguistique fait du français, la langue écrite par excellence, et des langues locales, associées à la communication orale et à l’alphabétisation des adultes. Il s’agit notamment du wolof, mais aussi d’autres langues nationales comme le peul, la plus importante des langues minoritaires. Les jeunes citadins se servent, de plus, de bribes d’autres langues européennes comme l’anglais et l’espagnol. Enfin l’arabe, la langue écrite la plus valorisée dans le domaine religieux, est aussi utilisé à des fins religieuses dans la commmunication par SMS. L’analyse des SMS amoureux de ces jeunes gens portera sur les liens qu’on peut établir entre les fonctions de leurs textes et les langues usitées. Un accent particulier sera mis sur les valeurs et rôles des langues dans la correspondance amoureuse.

3Après une présentation de la situation sociolinguistique du Sénégal et des cadres théorique et méthodologique de la recherche, seront abordés le rôle du SMS dans les rapports d’amour, le rôle des différentes langues dans les textes, ainsi que les effets des choix de langues et de l’alternance codique.

Langues et technologie au Sénégal

4La téléphonie mobile a connu un essor tout particulier en Afrique : le continent constitue actuellement la région du monde qui connaît la plus forte croissance annuelle en nombre d’abonnés. Si l’appropriation du téléphone portable par des populations défavorisées a eu des conséquences socio-économiques importantes (Sylla 2008, Kibora 2009), c’est l’aspect social qui paraît surtout motiver l’emploi de cette nouvelle technologie (Molony 2008), car les SMS sont fréquemment utilisés pour entretenir des relations familiales, amicales et amoureuses. Au Sénégal, le nombre d’abonnés à la téléphonie mobile a atteint 10,9 millions, le taux de pénétration étant de 89% (Osiris, septembre 2012). Jeunes et moins jeunes se servent de différentes langues pour atteindre différents objectifs communicationnels dans leurs SMS (Lexander 2010).

  • 1 La Constitution du 22/01/2001 stipule en son article premier que « Les langues nationales sont le D (...)

5Parmi la vingtaine de langues parlées au Sénégal, la langue officielle, le français, constitue la seule langue d’instruction dans le système scolaire formel et il domine ainsi la communication écrite. On estime qu’environ 25% des habitants sont lettrés en français (selon le recensement de 1988, O’Brien 1998 : 37). Le wolof, lingua franca comprise par la grande majorité de la population, jouit, comme toute langue autochtone codifiée1, du statut de « langue nationale ». Mais il se distingue des autres langues par sa position dominante dans la communication orale et par la dynamique de son extension, une partie croissante de la population l’adoptant comme langue première. En même temps, les frontières entre les usages du français et ceux du wolof deviennent floues : l’emploi du wolof est de plus en plus toléré dans des contextes où le français constituait auparavant la seule option, tandis que le français s’acquiert par d’autres voies que celle de l’école publique (Dreyfus et Juillard 2004 : 113). Le wolof parlé à Dakar et dans d’autres villes contient d’ailleurs tant d’éléments du français qu’on parle d’un code mixte, appelé le wolof urbain (Swigart 1992, McLaughlin 2001). Dans le parler mixte des jeunes citadins, l’anglais joue aussi un rôle important, en tant que marqueur identitaire (Dreyfus et Juillard 2004) inspiré par les émigrés, notamment aux États-Unis, et par la musique anglophone (Auzanneau 2001).

6Le wolof est enseigné à l’université et connaît un certain usage écrit, par des militants des langues nationales ainsi que par des projets d’alphabétisation, à côté de l’usage plutôt populaire dans les bandes dessinées, dans la publicité, et plus récemment, dans la communication électronique. Les usages populaires s’inspirent souvent du wolof urbain (voir par exemple McLaughlin 2001), alors que le wolof enseigné à l’université est peu marqué par l’influence du français. Par conséquent, les étudiants s’identifient plus aux écrits populaires qu’au wolof standard enseigné (Lexander 2010). S’ils écrivent généralement en français, à l’université et ailleurs, comme dans leur communication électronique : SMS, courriels, conversations de la messagerie instantanée et sites de rencontres, les étudiants écrivent aussi en wolof ou en d’autres langues nationales dans ces nouveaux médias. Nous verrons qu’ils jouent, de plus, sur la différence de style entre « wolof correct » et « wolof urbain ».

7Le peul constitue la langue nationale minoritaire la plus importante au Sénégal. Son usage écrit et l’alphabétisation en cette langue sont souvent caractérisés par une motivation culturelle, une volonté de revitalisation linguistique face à la wolofisation (Fagerberg-Diallo 1995) et à une politique linguistique qui favorise le wolof. Cette attitude marque aussi certains usages du peul dans les SMS.

Pratiques sociales, pratiques polyphoniques

8À travers des études ethnographiques des usages de l’écrit, les New Literacy Studies (NLS) ont montré l’intérêt qu’il y a à considérer l’écrit en tant que pratique sociale. La notion clé des NLS, « les pratiques de l’écrit » (literacy practices), englobe, d’une part, ce que l’on fait à l’aide de l’écrit et, d’autre part, les valeurs, les attitudes, les sentiments et les relations sociales liées à ces activités (Barton et Hamilton 1998). Les pratiques de l’écrit sont formées par les institutions sociales et les rapports de pouvoir et elles sont intégrées dans des objectifs sociaux divers et dans les pratiques culturelles (ibid. : 7). Dans le cas des SMS amoureux, il s’agit aussi bien de sentiments et de relations sociales tout particuliers que de valeurs culturelles et sociolinguistiques plus générales, d’attitudes linguistiques et sociales.

9Les textes ont souvent été considérés comme des objets (artifacts) dans les études des pratiques de l’écrit, les questions de langue n’ayant été que peu examinées. Certains travaux plus récents se référant au cadre des NLS (comme Mbodj-Pouye 2007) mettent pourtant l’accent sur le plurilinguisme, et donnent, dans l’analyse, une importance plus prononcée aux textes. Afin de considérer les motivations des choix de langues dans les SMS amoureux, je focaliserai ici mon analyse sur les textes, prenant aussi en compte les propos des scripteurs/récepteurs et le contexte de la communication.

10Comme le montre l’exemple mis en exergue, les SMS d’amour empruntent souvent aux genres littéraires des formes poétiques. La constatation bakhtinienne selon laquelle le roman est un « phénomène pluristylistique, plurilingual, plurivocal », qui joue sur « la diversité des langages sociaux et la divergence des voix individuelles qui y résonnent » (Bakhtine 1999 : 87, 90), peut aussi s’appliquer au SMS. Ainsi le scripteur fait-il appel à différentes voix, par exemple en insérant (avec ou sans modifications) des textes qu’il n’a pas écrits lui-même et en alternant langues et styles, pour animer les échanges avec son ou sa bien-aimé(e). Les langues sont vecteurs de répertoires et styles affectifs que le scripteur peut utiliser pour se donner différents rôles dans le jeu de l’amour (cf. Pavlenko 2005 : 116-117).

11Les études sur le téléphone portable accordent souvent une place centrale aux aspects romantiques (Ling 2004, Horst et Miller 2006, Deumert et Masinyana 2008, Brinkman et al. 2009), même si ce type de communication ne domine pas quantitativement les corpus de SMS (dans les corpus de Thurlow et Brown (2003 sans pagination), de Ling (2005 : 342-343), de Deumert et Masinyana (2008 : 121) et de Goumi et al. (2011 : 181) les messages d’amour comptent pour 9% à 18%). Le SMS est ainsi considéré comme un médium qui peut intensifier les rapports amoureux. Mais le téléphone portable peut aussi renforcer les conflits et même provoquer la rupture de ces rapports (Archambault 2011). Les jeunes Mozambiquiens se plaignent en effet du rôle négatif joué par le mobile dans les affaires intimes : les SMS peuvent contribuer à l’entretien de rapports sexuels parallèles comme ils peuvent fournir des preuves de l’infidélité : messages échangés, appels la nuit (ce n’est d’ailleurs pas l’infidélité en soi, mais le portable qui est considéré comme le problème). Parmi d’autres usages plutôt négatifs du portable, citons l’insulte des rivaux (ibid.) et le contrôle de la sexualité de l’ami : en payant la facture de son ou sa fiancé(e), on peut aussi contrôler ses appels (cf. Hijazi-Omari et Ribak 2008, cité dans Wellman et Rainie 2013 : 168-169).

12Le téléphone portable peut également avoir des fonctions plus pragmatiques : initier et entretenir des relations amoureuses dans un but économique. La pratique de link-up parmi les populations défavorisées à la Jamaïque (Horst et Miller 2006) consiste à tisser et à entretenir un réseau étendu de relations qui peuvent engendrer des avantages économiques. D’une part, la femme entretient des rapports avec plusieurs hommes qui lui offrent de l’aide dans l’objectif d’avoir des rapports sexuels avec elle, d’autre part, elle cherche un homme, qui possède des moyens financiers, pour une relation stable. Pour le groupe étudié par Horst et Miller, le link-up constituait en effet la source de revenus principale, et le téléphone portable en était l’instrument le plus important (Horst et Miller op.cit.).

13Les SMS jouent aussi à beaucoup d’égards le même rôle que les lettres d’amour, comme celles étudiées par Ahearn au Népal. Ces lettres servent non seulement à établir intimité et confiance, à partager des perspectives sur la vie et l’amour et à révéler des émotions que les scripteurs ne peuvent pas exprimer oralement (Ahearn 2001), les scripteurs créent aussi de nouvelles identités, ils négocient le pouvoir, tout en maintenant, et même renforçant, les idées anciennes d’inégalité entre les sexes et entre les générations (ibid. : 191). La correspondance reflète ainsi des dynamiques en vigueur dans la société népalaise, des changements dus à l’éducation et à l’occidentalisation. De la même manière, la pratique de l’écrit du dialogue amoureux électronique nous informe sur les dynamiques sociales et sociolinguistiques en cours parmi les jeunes Sénégalais. Les SMS amoureux se distinguent pourtant des lettres d’amour par la rapidité dans l’échange, pouvant aller jusqu’à l’imitation d’un dialogue direct, et les textes sont en général plus courts. Les SMS constituent tout de même un lieu favorable à la construction des discours d’affection.

Méthode de la collecte de données

  • 2 Tous les SMS disponibles sur le portable de l’enquêté lors de notre première rencontre ont été pris (...)

14Le corpus de cette analyse consiste en trois types de textes de la communication médiatisée par les NTIC : 450 SMS pris en photo, 10 conversations de la messagerie instantanée et 30 courriels recopiés électroniquement2. Les textes ont été collectés auprès de 15 jeunes Dakarois de 20 à 28 ans pendant trois séjours sur le terrain entre 2005 et 2007. Le groupe d’informateurs est constitué de dix étudiants, en sociologie, géographie, pédagogie et administration, de trois lycéens et de deux personnes ayant terminé leurs études. La moitié ne parle pas d’autre langue nationale que le wolof, alors que quatre informateurs parlent aussi le peul, un le diola kasa et un autre le sérère safène. Les informateurs sont tous liés au même réseau social, ce qui rend possible l’étude de la communication entre les enquêtés.

15La collecte des textes a été accompagnée d’entretiens individuels, de focus groups ainsi que de l’observation des pratiques et de la vie de tous les jours des informateurs. Dans les entretiens, les jeunes ont commenté leurs propres textes, interprété leurs choix de langue et discuté les pratiques de l’écrit liées aux NTIC de manière plus générale. Différents thèmes ont été traités dans les focus groups, faisant surgir de multiples anecdotes portant sur la communication électronique. J’ai aussi observé les étudiants chez eux, à l’université et dans les cybercafés. Deux informateurs ont tenu un journal sur leurs usages de l’écrit pendant une semaine.

16Ces données ont été analysées à travers l’étude des pratiques de chaque individu, à travers l’analyse des textes individuels et par l’analyse quantitative du corpus. Il s’est avéré que les SMS amoureux jouent un rôle tout particulier pour les jeunes.

La vie amoureuse des jeunes Sénégalais

17Les étudiants universitaires sénégalais jouissent d’une certaine liberté économique grâce à leur bourse, et d’une certaine liberté de participation à la vie sociale au campus, hors du contrôle des parents, en même temps qu’ils sont dirigés par des normes sanctionnées par leurs parents tant qu’ils ne sont pas mariés et qu’ils vivent à la maison. Ces normes veulent que l’interaction sociale soit caractérisée par la pudeur, la discrétion et la honte (en wolof : kersa, sutura et rus) (voir par exemple Werner 2006), et les relations entre futurs époux et même jeunes mariés devraient être réservées et distantes (Diop 1985 : 100-101). L’écrit permet pourtant de faire fi de la pudeur (les jeunes osent y communiquer ce qu’ils ne peuvent pas exprimer oralement), tout en offrant aux amoureux une sphère où ils peuvent communiquer en exclusivité.

  • 3 Feuilletons télévisées d’Amérique latine.

18Les étudiants, et en particulier les étudiantes, se distinguent par leur identité en tant qu’intellectuels. Ils condamnent certaines pratiques, comme les sites de rencontres, affichent un dédain des telenovelas3 (qui sont très populaires, sauf dans la classe moyenne, cf. Werner 2006), tout en étant influencés par les idées de l’amour répandues par ces médias. L’argent est un critère essentiel dans les affaires matrimoniales, mais les étudiants sont plus libres d’avoir un(e) fiancé(e) sans que ce facteur soit déterminant, grâce à leur statut socio-économique (ils sont généralement issus de familles aisées). L’étudiante doit, comme l’étudiant, financer la communication par téléphone, comme le montre le SMS 1 ci-dessous. Or, certaines étudiantes profitent d’une « polyandrie » qui leur assure aussi bien un soutien financier (le sugar daddy) que la compagnie aux soirées dansantes (le chic) et l’assistance dans leurs études (le choc) (Biaya 2001). Dans cette situation, le pouvoir séducteur des femmes est valorisé et peut même impliquer  l’ascension sociale pour certaines (Fouquet 2011). Les mbaraaneuses n’ont d’ailleurs pas nécessairement un rapport sexuel avec l’homme séduit, même si elles obtiennent des bénéfices économiques de lui (ibid.).

19Avec l’internet et le téléphone portable, ce type de relation peut être organisé de façon plus discrète, ce qui est un atout pour les femmes. Car, si un homme peut se vanter de ses activités sexuelles, comme il le fait aussi à travers ses SMS, une femme doit garder ces expériences pour elle-même. Par ailleurs, le soutien financier peut passer par le transfert de crédit.

20Entrer en relation à travers internet est pourtant assimilé à un comportement de mbaaraneuse par la plupart des jeunes femmes :

Ndeya : D’habitude, les filles qui fréquentent ces sites, les gens pensent qu’elles recherchent un copain, un mari, toujours l’amitié n’est pas au sens sain... c’est de l’amitié par intérêt
(Focus group 1).

21D’autres, en revanche, admettent qu’elles communiquent sur les sites de rencontres. Les hommes fréquentent ces sites sans gêne – et sans reproches.

22Grâce à la liberté offerte par l’université, les relations amoureuses de ces jeunes Sénégalais se construisent par rapport à des cadres de références distincts et parfois contradictoires, qu’ils parviennent plus ou moins à articuler et tenir ensemble. Grâce aussi aux NTIC, la pratique de la communication amoureuse est facilitée en ce qui concerne le degré d’intimité et la fréquence du contact. Cette fonction du SMS constitue en fait l’usage le plus frappant et le plus commenté par mes informateurs, traduisant des rapports amoureux intenses dans la vie des jeunes.

Le SMS dans les rapports amoureux

23Les étudiants dakarois gèrent une grande partie de leur vie de tous les jours par le SMS. Ils entretiennent des rapports interpersonnels et ils règlent des problèmes pratiques. Ils engagent, fixent ou évitent des rendez-vous et ils envoient des poèmes d’amour aux petit(e)s ami(e)s. Ce faisant, ils prennent différentes positions dans différents dialogues en exploitant tout leur répertoire linguistique.

24Comme déjà mentionné, le SMS facilite le contact des amoureux éloignés géographiquement l’un de l’autre ou dont le contact physique est limité par des conventions sociales. Ces fonctions sont particulièrement importantes pour des jeunes comme Thialguey, qui est étudiant à Dakar alors que sa fiancée vit dans un village dans le nord du Sénégal. Mais le SMS constitue un moyen de communication essentiel aussi pour des couples à Dakar même, comme Rama et Ousmane, étudiants en sociologie, l’une habitant au nord de la ville de Dakar et l’autre dans la banlieue, à l’est. Les contraintes sociales et les problèmes de circulation limitent le temps qu’ils peuvent passer ensemble. Rama peut difficilement sortir la nuit, sa liberté étant restreinte par la pression de sa famille et les moments où les deux jeunes gens peuvent se voir sont donc brefs et peu nombreux. Lorsqu’ils se rencontrent, ils sont rarement seuls et la communication par SMS peut ainsi être plus privée que la communication en tête-à-tête. Brinkman et al. (2009 : 74) observent la même pratique au Soudan : les portables aident les femmes à opérer plus activement dans l’espace limité par les normes du comportement respectable.

25Le SMS contribue également à modifier la définition du discours amoureux respectable. Les jeunes femmes, notamment, disent que certains thèmes tabous peuvent être traités à travers les messages :

Oumou : Tu es plus à l’aise.
Christine : Oui, oui, ici en Afrique, il y a des choses qu’on fait pas, aussi, il y a des choses qu’on dit pas, on dit pas ça, on dit pas ça, mais avec les SMS là...
Oumou : ...il n’y a plus de tabous. (Focus group 1).

26Les normes à l’intérieur du groupe des informateurs diffèrent pourtant : certaines pensent que les amoureux peuvent se dire des choses dans les messages qu’ils ne peuvent pas se dire face-à-face alors que d’autres ne voient pas de différence entre les types de communication, mais entre la nature de la relation

27Le SMS présente plusieurs avantages pour une relation amoureuse naissante, permettant par exemple la relecture et l’assistance dans l’édition du message (Ling 2004 : 151) et est ainsi un outil fréquemment utilisé pour la séduction en Afrique comme ailleurs (Caron et Caronia 2007 : 193 et suiv., Brinkman et al. 2009 : 80-81). Le SMS a également joué un rôle central lorsque Rama et Ousmane sont devenus un couple. Ils se sont rencontrés lorsqu’ils travaillaient sur le même sujet d’étude et Ousmane a usé d’un prétexte pour obtenir le numéro de portable de Rama. Il ne cessait de lui envoyer des messages – ludiques, romantiques ou avec des allusions sexuelles – au moins deux fois par jour : l’un le matin et l’autre le soir, rituel typique dans la communication par SMS (voir aussi Horst et Miller 2006). De plus, Ousmane l’appelait aussi souvent qu’il le pouvait, misant sur la valeur supérieure de l’appel, plus coûteux et permettant de se dire plus de choses que le SMS. Rama ne montrait aucun intérêt.

28Au fur et à mesure, la stratégie d’Ousmane a pourtant porté ses fruits, et Rama et Ousmane ont créé un style qui leur est propre à travers une focalisation et une accommodation mutuelle à l’interlocuteur. Nous verrons que le SMS 1, écrit par Rama, comporte abréviations et graphies créatives en français typiques pour le langage des SMS, ainsi que le mot anglais call.

  • 4 Les SMS, pris en photo, figureront dans leur version originale et seront suivis par la traduction/t (...)

Chéri, tout ce que j’attends de toi, c’est de l’amour qui inclut compréhension, tendresse. Je réclame plus que tout ta compréhension. Certes j’ai pas le droit de rester aussi longtemps sans te call4 : comprends-moi, chéri, c’est parce que je ne peux pas. Et je pense qu’on a atteint un niveau qui nous permet de combler ce gap. Tu me croiras pas, mais j’ai plus de fric et c’est même comme ça : ma sœur me demande de la dépanner à tout bout de champ. Je ne peux pas demander à mes parents, cause je leur ai remis y’a pas longtemps. T’es le seul capable de me comprendre et je t’aime. Je ne supporte pas de te voir fâché à cause de ça cause je t’aime Papa [nom donné à ceux qui porte le nom de son père], je t’aime, je t’aime, je t’aime et je ferai tout pour que tu redeviennes comme avant car je t’aime. Crois-moi, je fais tout pour te call Papa. Je t’aime.

29Dans ce message, nous trouvons l’emblème du dialogue romantique de Rama et Ousmane : jtm. La déclaration d’amour, je t’aime, est souvent abrégée dans les SMS du corpus : j tém, j tem, je tm, j tm. Dans les messages envoyés entre Rama et Ousmane, « leur » façon d’abréger l’expression, jtm, devient une marque identitaire, une référence à ce qu’ils partagent, à leur relation. Pratiquement tous les messages qu’ils se sont envoyés se terminent par ces trois lettres.

30Le SMS 1 exemplifie aussi un emploi important du SMS pour Rama et Ousmane, et pour d’autres couples : les disputes, les excuses et la réconciliation. Ici, Rama définit certains côtés de leur relation : ce qu’elle attend de son fiancé (compréhension, tendresse), ce qu’elle attend d’elle-même (appeler son ami assez souvent) et elle évalue leur relation (d’être à un niveau où le fait de ne pas appeler ne provoque pas une rupture). Elle signale d’ailleurs une intimité vis-à-vis de son copain qui va au-delà des rapports avec ses parents et sa sœur (lui seul est capable de la comprendre). Ainsi, des identités d’amoureux se construisent à travers le SMS : les rôles des acteurs sont définis et « leur » code romantique est négocié.

31Si le SMS est surtout utilisé pour exprimer des sentiments amoureux, il peut aussi être une arme vindicative pour susciter, entre autre, la jalousie, les rumeurs et la colère (Archambault 2011). Ousmane et Rama choisissent la sincérité comme stratégie pour éviter de mauvaises interprétations possibles et un petit épisode sur la plage montre la façon dont Rama et Ousmane prouvent qu’ils se font mutuellement confiance :

On est sur la plage. Ousmane est dans l’eau, ou il joue au foot, en tout cas, il n’est pas là quand son portable sonne. Rama est à côté. Lorsqu’Ousmane revient près d’elle, elle lui dit qu’il a un message. Il dit – Liiral, liiral ! [« lis-le ! lis-le ! »] Mais elle refuse et lui donne son portable. – Je ne suis pas jalouse, dit-elle (notes du terrain 07.04.07).

32Par ces réactions autour du téléphone, Rama montre qu’elle fait confiance à son ami et Ousmane signale qu’il n’a rien à cacher. Pour Ousmane, le portable a des fonctions comparables à un journal intime. Il y garde des messages qui réveillent « certaines émotions », il note des citations et il y exprime ses sentiments à travers ses messages. En donnant à Rama libre accès à son portable, Ousmane l’inclut dans cette sphère privée.

33Le SMS constitue donc un espace important pour le développement des sentiments et des rapports amoureux, à différents niveaux, et pour le développement d’un discours écrit sur ces sentiments et ces rapports.

Le Français, langue de l’amour

34Comme nous venons de le voir, l’intimité, traditionnellement une caractéristique des rapports entre mariés (Diop 1985 : 66), est facilitée entre petits amis par le SMS. Or, c’est la langue française qui est considérée comme la langue la plus apte à exprimer cette intimité. La plupart des informateurs disent que le français est la langue « la plus romantique » et la langue qui exprime le mieux les sentiments amoureux. Ceci corrobore les discours épilinguistiques des jeunes à Dakar receuillis par Dreyfus et Juillard (2004 : 245), qui indiquent que le francais est considéré comme la langue de séduction aussi à l’oral. Le corpus des 450 SMS contient 75 messages où le contenu est de nature romantique et le français y domine : 32 messages sont des déclarations d’amour, dont 24 monolingues en français, alors que 7 contiennent l’usage du wolof et/ou du peul et un est en français mélangé à l’anglais. Il y a 13 messages de flirt, dont 11 en français et 2 où le wolof ou le peul apparaissent. D’autre part, on trouve 13 messages de dispute, 7 en français et 6 en langues nationales. Enfin, 17 messages sont liés à l’amour d’une autre façon (messages avec un contenu à la fois romantique et pratique, par exemple l’envoi de crédits) ; ils sont écrits en français seulement (10), en français mélangé à l’anglais (3) ou en wolof ou peul (4). Ainsi la communication amoureuse des jeunes Sénégalais rompt-elle avec la conception habituelle de la première langue comme la langue la plus apte pour l’expression des sentiments personnels. Mbodj-Pouye (2007 : 592) a d’ailleurs observé un phénomène similaire au Mali, où le français s’avère être la langue dominante des affaires personnelles et intimes dans les cahiers plurilingues tenus par des scripteurs villageois ayant reçu un enseignement dans leur première langue à l’école primaire. L’analyse quantitative nous montre toutefois que les langues nationales jouent un rôle non négligeable dans la communication électronique amoureuse ; dans ce corpus leur présence est accentuée dans les SMS de dispute (voir par exemple SMS 6-8 infra).

35La communication entre Rama et Ousmane se compose entre autres de messages poétiques, le SMS mis en exergue étant l’un des nombreux exemples dans le corpus. Cet échange de poèmes s’intègre dans une pratique qui dépasse le SMS : pour l’anniversaire d’Ousmane, Rama lui a offert un poème d’amour écrit sur papier, joliment emballé et parfumé. Comme la plupart des poèmes échangés, il était en français. Certains messages en français, comme le SMS 2, envoyé par Ousmane à Rama, se placent à cheval sur un poème et une déclaration d’amour :

Je n’arrive pas à dormir, tellement tu hantes mon esprit... Ma puce, je n’ai jamais aimé comme je t’aime ! Tu m’as tout donné, je t’ai tout offert, tu es née pour moi, je vivrai pour toi. Je t’aime, ma chérie.

36Ce message traduit des émotions très fortes, tu hantes mon esprit, j’ai jamais aimé comme je t’aime, je vivrai pour toi. Le répertoire d’expressions fixes et poétiques de l’amour est plus accessible en français pour les étudiants pour des raisons culturelles, l’expression de tels sentiments étant considérée comme allant à l’encontre des valeurs wolof traditionnelles (cf. Diop 1985 : 100-101). La transmission en une langue autre que le wolof peut ainsi rendre le message plus acceptable culturellement (cf. Pavlenko 2005). À travers la communication électronique, l’indépendance des intéressés est renforcée, l’amour est individualisé. Une motivation possible pour l’emploi du français est donc que les étudiants visent la conception individualisée de l’amour typiquement « occidentale » lorsqu’ils veulent impressionner leurs fiancé(e) s. Au Népal, Ahearn (2001) voit ainsi un rapport direct entre les pratiques de l’écrit et l’influence de l’Occident dans ce domaine, à travers l’emploi du mot lav (adaptation de l’anglais love). Dans la communication épistolaire, entre jeunes amoureux, majoritairement en népali, ce mot est utilisé uniquement par référence à la conception occidentale de l’amour. L’importance des associations liées au vocabulaire romantique du français est soulignée par la préférence des étudiants sénégalais pour le français dans la déclaration même de l’amour, je t’aime. Les informateurs trouvent cette formule plus romantique, à l’écrit comme à l’oral, que l’équivalent wolof (qui peut être nopp naa la, bëgg naa la, dama la bëgg, selon différents informateurs) : « en français, je t’aime, c’est plus romantique » (Marième), « nous, on a l’habitude plus d’utiliser je t’aime que bëgg naa la » (Rama). La valeur sémantique est aussi censée différer entre les langues : « c’est plus précis de dire ça en français » (Baba Yaro).

37Le SMS offre une possibilité de se dire des choses que l’on n’ose pas dire (Horst et Miller 2006) et à travers le français, l’embarras est encore réduit : une langue plus éloignée de la communication orale, et sans doute plus éloignée de l’identité intime du scripteur, facilite l’expression des tabous. A. Deumert et O. S. Masinyana (2008 : 128) trouvent pareillement dans leur corpus de SMS d’Afrique du Sud que l’anglais est préféré dans la communication des aspects comme la passion euphorique et l’exultation ou le désir douloureux de voir l’autre. Pour obtenir un plus haut degré d’authencité émotionnelle, ils utilisent pourtant l’isixhosa. Ceci correspond à l’emploi du wolof et du peul dans les SMS sénégalais.

Les langues nationales, langues de l’amour discret

38À cause de l’association du français au romantique, les messages en langues nationales échangés par les amoureux obtiennent une valeur de distinction. L’emploi des langues nationales peut ainsi donner d’autres dimensions à la communication, signalant d’une part le respect et la profondeur, et d’autre part la taquinerie, l’allusion sexuelle ou le flirt. Le wolof peut donc être employé dans les messages d’amour pour « faire différent » et Ousmane exploite la rareté des poèmes en wolof pour toucher Rama :

Mon présent ne doit point déshonorer mon passé, et encore plus l’avenir, en ce qui concerne mon amour pour toi. Toi, mon cœur, toi, qui me donnes envie de voyager, de réussir et d’assurer que tu ne manques de rien. Je t’aime.

39Par le choix du wolof pratiquement sans influence du français, le SMS 3 se démarque des autres SMS envoyés par Ousmane à Rama. Le même phénomène existe dans le rap sénégalais : les rappeurs épurent leur wolof, produisant des énoncés qu’ils n’emploieraient pas quand ils parlent (Auzanneau 2001). Rama déclare qu’elle a été très touchée de l’effort fourni par Ousmane : « Bon, j’ai l’impression quand il parle le wolof [dans les SMS], je me rends compte qu’il fait trop d’efforts. Qu’il a réfléchi pour écrire ça, ça me flatte, quoi ». L’amour est, de plus, déclaré de façon plus indirecte dans ce message, plus en conformité avec les normes dites traditionnelles. Alors que dans le SMS en français, le récepteur « hante l’esprit » du scripteur, l’amour est ici censé inspirer des actions vertueuses. La déclaration même de l’amour, pourtant, est toujours réservée au français et avec la clôture jtm Ousmane lie le message au reste de leur communication, à leur discours romantique.

40Alors que le français constitue la langue dominante du dialogue entre Ousmane et Rama, Thialguey communique en peul avec sa fiancée, qui, en conformité avec l’alliance préférentielle, est sa cousine. Cette langue est « plus saisissante », dit-il : « On écrit le plus souvent en français, c’est pourquoi les messages en peul marquent, ils font exception ». D’une part, la langue est utilisée parce que c’est la langue que la jeune femme, qui a suivi des cours d’alphabétisation dans la langue, comprend le mieux. D’autre part, Thialguey manifeste son opposition à la dominance du wolof à travers ce choix de langue. L’utilisation du peul est une manière de resserrer les liens communautaires, en jouant sur la fibre culturelle et les liens de parenté. Thialguey dit, de plus, que cette langue est porteuse d’une dimension émotionnelle autre que celle du français, avec une fonction comparable à celle du wolof dans le SMS 3 :

Je peux lui dire je t’aime [en peul]. Beaucoup de mots, chérie, patati, patata, c’est ça qui est plus facile en français, mais il y a une autre manière d’affection, petite sœur et tout ça, mon amour.

41Il utilise ces expressions affectives dans les SMS à sa fiancée :

Moi aussi vraiment, tu me manques [lit. j’ai ta nostalgie], ma chère petite sœur et ma bien-aimée. Je ne cesse pas et aussi je ne cesserai pas de penser à toi. Merci.

42En retour, sa fiancée l’appelle deede am (« mon cher grand-frère ») et deede (« grand-frère »), pour montrer son affection.

43Des mots wolof isolés peuvent également avoir un sens romantique, comme dans un des SMS où une jeune femme traite son ami de « super thiof » (coof, nom d’un poisson [le mérou bronzé], mais aussi utilisé pour désigner un « bel homme »). Coof peut d’ailleurs être utilisé de manière taquine, dans un discours saay-saay (« coureur de jupons »).

Le wolof, langue des saay-saay

44Selon l’informateur peul Baba Yaro, le wolof est « la langue des saay-saay ». Il est mieux de parler d’amour et de flirter dans cette langue qu’en peul, qui est une langue « très lourde », dit-il. C’est ainsi qu’il utilise le plus souvent le wolof quand il parle avec son amie qui, elle aussi, est peul. On ne trouve en effet aucun mot de leur première langue dans les SMS échangés entre ces deux amoureux.

45Le discours saay-saay peut être plutôt innocent, le wolof jouant le rôle de langue romantique taquine, ou plutôt grossière. La fonction taquine du wolof est particulièrement évidente dans la communication de la lycéenne Anta, la petite sœur d’Ousmane. Comme Thialguey, Anta n’est pas tout à fait d’accord sur ce que le français serait la langue la plus romantique. Elle trouve que le wolof est plus apte à transmettre les messages amoureux :

Parce que des fois il y a des choses qu’on peut pas, non c’est plus beau de le dire en wolof. Je parle rekk (« seulement »), ah ? Par exemple, si tu envoies un message à ton copain, ou ton copain t’envoie des messages, il peut te dire, iiih, eh, yow, toi, mais chérie, amul lu mu téyewul (« j’aime tout ce que tu es », lit. « il n’y a rien que je n’attrape pas ») dinga ma rey rekk (« tu me tues »), yow rekk laa nopp (« c’est toi seulement que j’adore/aime »). C’est plus beau. Des fois, ils ne comprennent même pas, ils te disent, yow, te sa cuuraay bi neex na (« toi, et ton encens, il est bon »), ils ne peuvent pas dire cuuraay en français.

46Le cuuraay dont parle ici Anta, l’encens pour parfumer la chambre, est l’une des caractéristiques d’une femme mokk-pooj, « une femme qui a l’art de plaire à son époux ». Donc, Anta renvoie à des éléments de séduction traditionnels par l’emploi du wolof, mais l’usage auquel elle fait référence ici fait probablement partie d’un jeu métaphorique : il est peu probable que la personne qui parle de son cuuraay l’ait vraiment senti. Anta préfère aussi des compliments ludiques en wolof : amul lu ma téyewul [« j’aime tout ce que tu es »], dinga ma rey rekk [« tu me tues »] et, à l’opposé des autres informateurs, elle préfère yow rekk laa nopp à je t’aime. Ces représentations linguistiques, opposées à celles exprimées par les autres informateurs, peuvent signaler qu’Anta s’engage dans un autre type de discours romantique, plus ludique, que l’on retrouve sur les sites de rencontres. Dans cette communication, il s’agit donc de flirter, de jouer, sans doute pour « s’entrainer », plutôt que de déclarer des sentiments sérieux. Adama, ami et voisin d’Ousmane, a envoyé le SMS 7 à un de ses camarades :

Mon ami, la sœur de N, NN est volontaire pour être ta deuxième femme. Seulement, ses fesses [lit. «vente de bouillie»]. Hum.

47Ici, l’insertion des mots wolof sert d’une part à rendre le SMS plus taquin, d’autre part à faire référence à des spécificités culturelles : le ñaareel se rapporte à la polygamie et jaay fonde est utilisé pour l’idéal sénégalais de la femme à grosses fesses. Cette expression est utilisée par Papa Ndiaye Guéwél5 qui chante jaay fondé amul pertement pour dire que la femme qui vend la bouillie va gagner de toute façon : si elle ne la vend pas, elle va la manger elle-même et avoir de grandes fesses. Dans le SMS 5, jaay fondé, inséré entre seulement et hum sert à demander au récepteur s’il préfère l’idéal traditionnel ou si cela pose problème.

48Le wolof est aussi utilisé pour les allusions sexuelles. Ndeya évoque un tel emploi dans les messages de flirt : « J’ai effacé beaucoup de messages en wolof, il y avait tellement de mots vulgaires. C’est pas bon si quelqu’un lit ça ». Ce phénomène a pu être observé lors des séances sur les sites de rencontres, où des pseudos en wolof font parfois référence à la sexualité, entre autres pour plaisanter : lounekh (lu neex, « (qui est) bon/sexy »), mbeugel (mbëggeel, « amour »), Rencontre saf-safal (« savoureux ») ce soir, et dans les SMS : bayil cagatu bi, « arrête de te prostituer » et dans un SMS reçu par une des jeunes femmes, un ami lui dit yangi tooy (« tu es sexy [lit. humide] ») pour plaisanter. L’alternance des langues peut également se faire dans l’objectif de plaisanter, mais nous allons voir qu’elle sert aussi des buts plus sérieux.

L’alternance des langues

49Le choix de langues correspond à un jeu de perspectives, à un jeu de voix dans le sens bakhtinien de différents points de vue sur le monde. Les valeurs accordées aux langues sont exploitées pour alterner différentes voix dans le discours amoureux à travers une alternance de langues inter- ou intratextuelle.

50La valeur du français comme langue romantique est exploitée dans l’alternance intertextuelle pour signaler l’introduction ou l’abandon d’une voix romantique. Dans les SMS 6 à 9, Marième et son ami Abdou se disputent en wolof (avec quelques mots de français) et se mettent finalement d’accord en français. Les messages sont ceux écrits par Abdou, les SMS de Marième n’étant malheureusement pas conservés :

Si je suis fâché contre toi, c’est que je suis à bout, et c’est toi qui m’as poussé à l’être.

Mais moi, qu’est-ce que je t’ai dit ? Parfois, toi, tu ne me dis rien, ça me fait mal, [mais] je ne peux rien faire.

Pourquoi tu doutes de notre relation [lit. ma relation avec toi] ?

Et moi aussi, je ne trouve rien que de t’aimer. Parce que tu es mon tout, bébé.

51C’est Marième qui a initié la dispute : « On s’est disputés, il m’a téléphoné, je n’ai pas répondu. Il a envoyé des messages. Je lui ai répondu. » Dans le SMS 6, Abdou exprime sa colère, dans le SMS 7 il est plutôt blessé et dans le SMS 8, la colère semble moins forte, quand il lui demande pourquoi elle doute de leur relation. Marième lui explique que les divorces lui font peur, qu’elle craint qu’il fasse « partie de ce genre de garçons » qui demandent le divorce le lendemain du mariage, mais qu’elle l’aime. À la suite de quoi Abdou passe au français pour un message final de réconciliation (SMS 9). Dans ce message final, le changement de ton de la conversation allant de l’hostilité à une déclaration d’amour est souligné par l’alternance du wolof en français, la langue de l’amour. L’alternance au français sert à marquer un contraste entre les sentiments de colère, de déception, de stupéfaction et d’amour.

52L’alternance intratextuelle peut aussi faire contraster différents sentiments. Dans le discours amoureux, ceci se fait par exemple à travers l’opposition entre la voix émotive, orientée vers le destinateur et la voix conative orientée vers le destinataire (cf. les fonctions émotive et conative, Jakobson 1963 : 214-216). Dans un SMS reçu par Anta, l’un de ses prétendants se plaint de son manque d’intérêt :

Qu’Allah le tout puissant efface nos péchés, agrée notre jeûne, répande sur nous sa grâce et sa miséricorde. Mon portable était en panne. Je t’aime pour toujours, mais tu dois néanmoins m’appeler ou m’envoyer des messages.

53Ce message fait partie d’un flirt, et quand le scripteur dit qu’il l’aime pour toujours, c’est une hyperbole. Cette hyperbole est renforcée par l’alternance qui augmente l’opposition entre la fidélité du scripteur, exprimée par la voix émotive, et l’accusation d’indifférence d’Anta, exprimée par la voix conative. L’accusation de négligence : tu ne m’appelles pas et tu ne m’envoies pas de messages, est aussi soulignée par rapport au reste du message par l’alternance. La même stratégie peut être utilisée dans des contextes plus sérieux :

Salut, c’est NN. Je pense beaucoup à toi, mais tu n’as rien (lit. il ne pèse pas lourd).

54L’amie de Baba Yaro lui a envoyé ce SMS lorsqu’elle était fâchée et déçue. La voix émotive s’exprime en français et la voix conative en wolof, le passage d’une langue à l’autre servant à mettre en opposition ses sentiments (je pense très à toi) et le comportement de Baba (yoru ko). Ainsi, le scripteur signale que le récepteur ne mérite pas son amour. Ce message illustre plusieurs aspects de l’alternance : le scripteur exprime sa colère et sa déception, il sollicite des réactions de la part du récepteur telles que la mauvaise conscience et des actions dirigées par ce sentiment et il oppose ses sentiments aux réactions du récepteur.

55La maîtrise limitée d’une langue ne l’exclut pas de la communication électronique, qu’il s’agisse des langues nationales ou étrangères. C’est ainsi que la créativité linguistique peut prendre la forme de crossing, l’usage de petits segments d’une langue dont la personne a une faible maîtrise et qui est associée à un groupe dont elle n’est pas considérée comme membre (Rampton 1995). Le phénomène se produit notamment dans des situations où les structures et les routines sociales sont relâchées, comme c’est le cas dans la communication électronique. Ainsi Thialguey a enregistré sa fiancée sous le nom de amore mea dans le répertoire de son portable : « c’est espagnol, je crois » (mi amor est « mon amour » en espagnol, amore mia est « mon amour » en italien), sans doute inspiré par les telenovelas de l’Amérique latine. Un autre étudiant, Tallal, a baptisé son amie My queen (« ma reine ») dans son répertoire. Un type de crossing, plus proche des pratiques étudiées par Rampton, se fait à travers les langues nationales : Zombie, qui est peul, utilise le peul avec son amie wolof. Christine, qui est diola, utilise des mots sérères avec son ami sérère. Ils déclarent que leur objectif est de taquiner l’autre.

Conclusion

56L’analyse du SMS amoureux des jeunes Sénégalais nous donne des connaissances sur leur vie amoureuse, sur leur discours romantique. Divers aspects d’une relation sont présents dans les messages : ses débuts, ses apogées, ses difficultés et les solutions. Le SMS s’intègre avec d’autres pratiques de l’écrit romantique comme la lecture, écriture et reproduction de poésie (voir aussi Lamoureux 2009), et il est enchâssé dans une chaîne complexe d’interactions entre amoureux. À travers cette pratique, les jeunes définissent leurs rapports avec le bien-aimé, ou ils engagent un jeu pour s’entrainer à ce faire. Ainsi, le SMS devient un instrument de définition des relations amoureuses où le scripteur balance valeurs et normes traditionnelles et influence occidentale. Les normes surgissant des telenovelas, comme l’amour émotionnel, la liberté de parole concernant les sentiments et la sexualité ainsi que l’intimité et la tendresse (Werner 2006) sont favorisées par le SMS, car il permet de briser des tabous et de communiquer en privé sans les limites posées par la présence physique. Ainsi, le SMS contribue à l’individualisation des rapports sociaux en Afrique (Marie 1997).

57Le plurilinguisme constitue une ressource importante dans cette pratique de l’écrit. Un discours romantique électronique est créé par les scripteurs sénégalais où le jeu des rôles et des positions se déroule à travers des choix complexes de langues, et les jeunes mobilisent tout leur répertoire linguistique pour construire un discours polyphonique. Même si le français reste la langue dominante, et l’incontestable langue de l’amour, les langues nationales sont mises en valeur à travers des usages faisant référence à des valeurs de la société sénégalaise comme la taquinerie et la discrétion. L’alternance de langues est un instrument utilisé pour nuancer les messages qui sert à impressionner, attaquer, faire rire ou susciter d’autres sentiments chez le récepteur. Ainsi, les langues nationales ont une fonction en tant que langues écrites à travers une pratique qui est très importante dans la vie émotionnelle des jeunes Sénégalais.

Haut de page

Bibliographie

Ahearn Laura M., 2001, Invitations to Love. Literacy, love letters and social change in Nepal, Ann Arbor, Michigan Press.

Archambault Julie Soleil, 2011, Breaking Up “Because of the Phone” and the Transformative Potential of Information in Southern Mozambique, New Media & Society 13 : 444-456.

Auzanneau Michèle, 2001, Identités africaines : le rap comme lieu d’expression, Cahiers d’études africaines 163-164 : 711-734.

Bakhtine Mikhaïl, 1999, Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard.

Barton David, Hamilton Mary, 1998, Local Literacies. Reading and writing in one community, Londres, Routledge.

Biaya Thikala Kayembe, 2001, Les plaisirs de la ville. Masculinité, féminité et sexualité à Dakar (1997-2000), African Studies Review 44 (2) : 71-85.

Brinkman Inge, Bruijn (de) Mirjam, 2009, The Mobile Phone, “Modernity” and Change in Khartoum, Sudan, in Mirjam de Bruijn et al. (eds.) : 69-91.

Bruijn (de) Mirjam, Nyamnjoh Francis, Brinkman Inge (eds.), 2009, Mobile Phones: the new talking drums of everyday Africa, Bamenda /Leiden, LANGAA/Africa Studies Centre.

Caron André H., Caronia Letizia, 2007, Moving Cultures. Mobile communication in everyday life, Montreal, McGill-Queens University Press.

Deumert Ana, Masinyana Sibabalwe Oscar, 2008, Mobile Language Choices. The use of English and isiXhosa in text messages (SMS): Evidence from a bilingual South African Sample, English World-Wide 29 (2) : 117-147.

Diop Abdoulaye Bara, 1985, La famille wolof, Paris, Karthala.

Dreyfus Martine, Juilliard Caroline, 2004, Le plurilinguisme au Sénégal. Langues et identités en devenir, Paris, Karthala.

Fagerberg-Diallo Sonja, 1995, Milk and Honey: Developing written literature in Peul, Yearbook of Comparative and General Literature 43 : 67-83.

Fouquet Thomas, 2011, Aventurières noctambules, Genre, sexualité & société 5. Consulté en février 2013 sur <http://gss.revues.org/index1922.html>.

Goumi Antoine, Volckaert-Legrier Olga, Bert-Erboul Alain, Bernicot Josie, 2011, SMS Length and Function: a comparative study of 13 to 18 years-old girls and boys, European Review of Applied Psychology 61 (4) : 175-184.

Horst Heather, Miller Daniel, 2006, The Cell Phone: an anthropology of communication, Oxford, Berg.

Ito Mizuko, Okabe Daisuke, 2005, Intimate Connections: contextualizing Japanese youth and mobile messaging, in Richard Harper, Leysia Palen, Alex Taylor (eds.), The Inside Text: social, cultural and design perspectives on SMS, Dordrecht, Springer : 127-145.

Jakobson Roman, 1963, Essais de linguistique générale : les fondations du langage, Paris, Éditions de Minuit.

Kibora Ludovic, 2009, Téléphonie mobile : l’appropriation du SMS par une « société d’oralité », in Mirjam de Bruijn et al. (eds.) : 110-124.

Lamoureaux Siri, 2009, Imagined Connectivity, Poetic Text-Messaging and Appropriation in Sudan”, in Mireia Fernandez-Ardevol, Adela Ros (eds.), Communication Technologies in Latin America and Africa: A multidisciplinary perspective, Barcelona, IN3 : 221-244. Consulté en novembre 2012

sur <http://in3.uoc.edu/web/IN3/communication-technologies-in-latin-america-and-africa>.

Lexander Kristin Vold, 2010, Pratiques plurilingues de l’écrit électronique : alternances codiques et choix de langue dans les SMS, les courriels et les conversations de la messagerie instantanée des étudiants de Dakar, Sénégal, thèse de Ph.D., Université d’Oslo.

Ling Rich, 2004, The Mobile Connection. The cell phone’s impact on society, Amsterdam, Elsevier/Morgan Kaufman.

Marie Alain (dir.), 1997, L’Afrique des individus : itinéraires citadins dans l’Afrique contemporaine (Abidjan, Bamako, Dakar, Niamey), Paris, Karthala.

Mbodj-Pouye Aïssatou, 2007, Des cahiers au village. Socialisation à l’écrit et pratiques d’écriture dans la région cotonnière du sud du Mali, thèse de doctorat, Université Lumière-Lyon 2.

Mclaughlin Fiona, 2001, Dakar Wolof and the Configuration of an Urban Identity, Journal of African Cultural Studies 14 (2) : 153-172.

Molony Thomas, 2008, Nondevelopmental Uses of Mobile Communication in Tanzania, in James E. Katz (ed.), Handbook of Mobile Communication Studies, Londres, MIT : 339-352.

O’brien Donal Cruise, 1998, The Shadow-Politics of Wolofisation, The Journal of Modern African Studies 36 (1) : 25-46.

OSIRIS – Observatoire sur les Systèmes d’Information, les Réseaux et les Inforoutes au Sénégal : Chiffres clés : Téléphonie, Internet. Principaux indicateurs. Consulté en septembre 2012 sur <www.osiris.sn/article26.html>.

Pavlenko Aneta, 2005, Emotions and Multilingualism, Cambridge, Cambridge UP.

Rampton Ben, 1995, Crossing. Language and ethnicity among adolescents, Londres, Longman.

Sylla Ibrahima, 2008, TIC et accès des ruraux à l’information : l’exemple du Xam Marsé de Manobi au Sénégal, Netcom 22 (1-2) et Netsuds 3 : 87-108. Consulté en septembre 2012 sur <www.osiris.sn/article4879.html>.

Swigart Leigh, 1992, Two Codes or One? The insider’s view and the description of codeswitching in Dakar, in Carol Eastman (ed.), Codeswitching, Clevedon, Multilingual Matters Ltd : 83-102.

Thurlow Crispin, Brown Alex, 2003, Generation Txt? The sociolinguistics of young people’s text-messaging, Discourse Analysis Online. Consulté en novembre 2012 sur <http://extra.shu.ac.uk/daol/articles/v1/n1/a3/thurlow2002003-paper.html>.

Wellman Barry, Rainie Lee, 2013, If Romeo and Juliet Had Mobile Phones, Mobile Media and Communication 1 (1) : 166-171.

Werner Jean-François, 2006, How Women Are Using Television to Domesticate Globalization: a case study on the reception and consumption of telenovelas in Senegal, Visual Anthropology 19 (5) : 443-472.

Haut de page

Notes

1 La Constitution du 22/01/2001 stipule en son article premier que « Les langues nationales sont le Diola, le Malinké, le Pular, le Sérère, le Soninké, le Wolof et toute autre langue nationale qui sera codifiée ». À ces 6 langues reconnues depuis le décret du 24 juillet 1968, revu par celui du 21 mai 1975, s’en ajoutent donc d’autres au fur et à mesure de leur transcription. Selon Adjaratou O. Sall, linguiste à l’Institut Fondamental de l’Afrique Noire (IFAN), on comptait en octobre 2011 19 langues nationales.

2 Tous les SMS disponibles sur le portable de l’enquêté lors de notre première rencontre ont été pris en photo, alors que les courriels ont été choisis selon leur contenu (pour éviter les textes impersonnels). Les conversations de la messagerie instantanée ont été collectées en les enregistrant sur un ordinateur personnel et en les copiant suite à l’observation de l’activité de l’informateur dans un cyber café.

3 Feuilletons télévisées d’Amérique latine.

4 Les SMS, pris en photo, figureront dans leur version originale et seront suivis par la traduction/transcription en français standard. Dans la transcription standard, les parties du texte écrites originellement en français sont en fonte normale, wolof en gras, peul souligné et l’anglais en italique. NN remplace les noms des personnes dans les textes. Les noms des enquêtés sont des pseudonymes.

5 Voir <www.youtube.com/watch?v=Ov2dbFRCiFs> pour le clip de cette chanson.

Haut de page

Table des illustrations

Titre SMS 1
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/3531/img-1.png
Fichier image/png, 110k
Titre SMS 2
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/3531/img-2.png
Fichier image/png, 64k
Titre SMS 3
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/3531/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre SMS 4
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/3531/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre SMS 5
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/3531/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre SMS 6
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/3531/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre SMS 7
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/3531/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre SMS 8
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/3531/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre SMS 9
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/3531/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre SMS 10
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/3531/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre SMS 11
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/3531/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kristin Vold Lexander, « Le SMS amoureux. Une étude des pratiques de l’écrit plurilingues liées à la vie amoureuse des jeunes Sénégalais », Journal des africanistes, 83-1 | 2013, 70-91.

Référence électronique

Kristin Vold Lexander, « Le SMS amoureux. Une étude des pratiques de l’écrit plurilingues liées à la vie amoureuse des jeunes Sénégalais », Journal des africanistes [En ligne], 83-1 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3531

Haut de page

Auteur

Kristin Vold Lexander

Université d’Oslo

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org