Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

BAROIN, Catherine, Les Toubou du Sahara central

Paris, Vents de sable, coll. « Initiations aux cultures nomades » photos, 1 carte. 2003, 171 pages
Edmond Bernus
p. 503-504

Texte intégral

1Un livre sur les Toubou est une aubaine, car si les Touaregs, les Maures, les Peuls nomades, ont été l’objet de nombreuses études et reportages, les Toubou ont été les nomades oubliés des livres proposés au grand public. On leur a consacré des travaux remarquables qu’il est impossible de ne pas citer, en particulier ceux de Charles et Marguerite Le Cœur et de Jean Chapelle, qui restent la base de nos connaissances. Il ne faut pas oublier les publications de Monique Brandily sur la musique et de Marie-José Tubiana sur les Zaghawa, proches des Toubou. Parmi les nouvelles générations, les travaux de Catherine Baroin montrent que les Toubou ne sont pas oubliés, mais pour la majorité des amoureux du Sahara les Toubou sont inconnus ou mal connus. Un ouvrage faisant le point sur la société toubou, agréable à lire, accessible à tout public, richement illustré, est particulièrement bienvenu.

2Le livre décrit le milieu où vivent les Toubou, le Sahara et ses marges. C’est dans la zone sahélienne que l’élevage peut trouver des ressources hydrauliques et pastorales suffisantes, avec des dromadaires chez les Teda, auxquels s’ajoutent des vaches chez les Daza dans la frange méridionale mieux pourvue de prairies. Catherine Baroin montre que Toubou et Touaregs exploitent des espaces immenses dans un même milieu naturel. Ils possèdent donc de nombreux points communs et on peut s’étonner que les Touaregs aient focalisé l’attention du public et des chercheurs et que les Toubou n’aient été connus que pour des défauts qui leur sont toujours attribués : "pillards sans scrupules, querelleurs, orgueilleux et susceptibles à l’extrême".

3L’élevage des chameaux exige des déplacements considérables des bergers sur des pâturages de zri (Cornulaca monacantha) ou de gizi (Rhynchosia minima). Les troupeaux s’éloignent du campement pendant plusieurs mois, de fin octobre à la mi-janvier. L’élevage des vaches est moins exigeant que celui des chamelles car il n’est pas nécessaire d’exercer une surveillance permanente : la conduite des chameaux est un travail d’hommes, la traite des vaches celui des femmes. Des chèvres, quelques moutons, constituent un élevage d’appoint.

4La vie dans ce milieu aride exige une adaptation qui se manifeste sur le plan individuel et sur le plan familial. L’endurance physique a toujours été une caractéristique des Toubou signalée par tous les auteurs. La finesse des traits du visage, une longue silhouette, l’harmonie du corps, sont donnés comme favorisant une endurance physique et une agilité exceptionnelles. Cette description physique, attribuée à l’ensemble toubou, ne pourrait être faite pour les Touaregs, dont les traits du visage, la couleur de peau, la morphologie, sont infiniment variés.

5Sur le plan familial, la fluidité des groupes domestiques permet d’affronter la difficile exploitation du milieu en fonction des ressources en eau et en fourrage. La petite taille des unités d’exploitation donne la souplesse nécessaire à de telles contraintes. La tente, faite de nattes tressées en fibres du palmier doum (Hyphaene thebaica), un mobilier peu encombrant, permettent des déplacements rapides. Leur culture matérielle est sommaire : un nombre minimum d’objets limite les charges des animaux porteurs.

6La préhistoire, l’histoire, les premiers témoignages des explorateurs nous sont rapportés et montrent que les Toubou ont été connus plus tardivement que les Touaregs révélés par Henri Duveyrier et Heinrich Barth ; les récits de Gustav Nachtigal seront publiés partiellement en français beaucoup plus tard. La lente pénétration de l’Islam aboutit aujourd’hui au fait que tous les Toubou sont musulmans.

7L’analyse de la vie quotidienne montre que les campements sont d’une taille qui varie sans cesse : de quelques tentes à une soixantaine. La description de la tente et de son mobilier dénote le grand dénuement des familles qui ne s’encombrent que de l’indispensable. Le lit et les ustensiles de cuisine appartiennent à l’épouse.

8Du matin au soir et à la nuit, le partage des tâches pastorales s’organise autour du troupeau, sur le pâturage ou au puits. Hommes et femmes mangent séparément. Dans l’alimentation, le lait tient une grande part, sans oublier les produits de cueillette grappillés par les femmes. Le cours de la vie est ensuite décrit de la naissance à l’adolescence. Le mariage, le choix du conjoint, sont analysés ; la compensation matrimoniale est lourde pour un premier mariage et le futur marié doit faire appel à sa famille ; pour rassembler les animaux et autres dons, le jeune homme doit attendre parfois deux ans ou plus. Il existe une forme de mariage par rapt, pour forcer un mariage qui tarde ou prendre les devants sur un rival annoncé.

9Un des caractères des Toubou, signalé par tous les auteurs, est leur sens de l’honneur qui débouche sur une violence, élément de l’organisation sociale, en raison de l’insécurité permanente, qui commence par le vol d’animaux. L’obligation de vengeance ne vaut qu’entre pairs : un meurtre perpétré par un inférieur ne peut être vengé. En état d’alerte permanent, le Toubou est toujours prêt à dégainer son couteau.

10La société toubou peut être qualifiée d’égalitaire. Dans cette société seules trois catégories sociales font exception : les forgerons, les esclaves, les Kamaya, sortes de vassaux établis dans les palmeraies du Borkou. Au total, on constate une société moins cloisonnée et hiérarchisée que celle des Touaregs ou des Maures, avec des chefferies moins centralisées. Une même apparence physique, un comportement individuel et collectif semblable, donnent aux Toubou une forte originalité et une identité particulièrement affichée.

11Ce livre vient à point révéler une société trop longtemps oubliée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Edmond Bernus, « BAROIN, Catherine, Les Toubou du Sahara central », Journal des africanistes, 74-1/2 | 2004, 503-504.

Référence électronique

Edmond Bernus, « BAROIN, Catherine, Les Toubou du Sahara central », Journal des africanistes [En ligne], 74-1/2 | 2004, mis en ligne le 04 avril 2007, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/353

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org