Navigation – Plan du site
Écrits hors-champ

Faire entendre sa voix. Deux corpus de lettres envoyées à une radio locale à Mopti (MALI)

Getting your voice heard: two corpora of letters sent to a local radio in Mopti (Mali)
Cécile Van den Avenne et Aïssatou Mbodj-Pouye
p. 38-69

Résumés

Cet article analyse la pratique qui consiste à écrire à la radio, en étudiant des lettres d’auditeurs à une radio locale recueillies au cours d’une enquête de terrain à Mopti. Il s’intéresse au type de prise de parole publique qu’autorise cette forme particulière de la lettre destinée à être lue à l’antenne.
Deux corpus sont étudiés, en combinant les apports de l’analyse linguistique et de l’ethnographie. Le premier est constitué de récits de rêves, en français principalement, envoyés pour être interprétés à l’antenne. L’étude repose essentiellement sur des outils linguistiques, et permet d’analyser les postures des scripteurs et d’éclairer les pratiques décriture. Nous mettons au jour les ressources souvent inventives dont les scripteurs usent pour contourner les difficultés de maîtrise de la langue et de lécriture, et ce afin de s’exprimer le plus précisément possible pour garantir la justesse de l’interprétation. Le second est une série de lettres écrites en bambara pour l’émission C’est pas normal par un auditeur assidu qui s’exprime sur une variété de sujets. À partir de l’étude des courriers, d’entretiens et d’observations, nous analysons les modalités de sa prise de parole et nous intéressons à la construction d’une figure publique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le taux d’alphabétisation du Mali était estimé à 31% en 2010 selon les données de l’UNESCO publiées (...)

1Une radio, média de l’oral, est aussi un lieu où circulent toutes sortes d’écrits : impressions de dépêches de presse, documents préparatoires pour les émissions (conducteurs très élaborés ou notes griffonnées par les animateurs) ou encore courrier des auditeurs. C’est ce dernier type de document que nous nous proposons d’analyser, à partir de lettres envoyées à une radio locale de Mopti, la radio Jamana, que nous avons collectées sur le terrain. Ce travail s’inscrit dans le cadre d’une collaboration pluridisciplinaire entre deux chercheuses de formation différente, sociolinguiste et anthropologue, sur les pratiques d’écriture au Mali. L’un des enjeux de nos travaux en commun est de documenter et d’analyser des pratiques peu (re)connues, dans un contexte où écrire n’est pas une pratique banale1.

2Cet objet fait écho à ceux qu’ont mis au jour des recherches d’historiens ou d’anthropologues qui ont rencontré des écrits hors des cercles lettrés, et qui ont décidé d’en faire une source pour reconstituer des trajectoires individuelles comme des univers sociaux (pour des terrains africains on peut citer Fabian 1990, Blommaert 2008, et les études réunies dans l’ouvrage de Barber 2006). Notre démarche s’apparente à ces travaux et leur emprunte des méthodes, tout en ayant le souci d’un ancrage ethnographique, nourri d’échanges avec les scripteurs et les lecteurs quand cela a été possible, et plus largement d’une connaissance des contextes sociaux et culturels d’usage de l’écrit à travers des observations et des entretiens.

3Travaillant sur des écrits proches de ceux qui, sur d’autres terrains, ont été identifiés comme « malhabiles » (Branca-Rosoff 1989) ou grassroots (Blommaert 2008), nous avons le souci de montrer que les ressources limitées des scripteurs n’empêchent pas une grande efficacité des écrits. Nous reprenons en partie l’approche de Jan Blommaert qui étudie des écrits produits au Congo mais destinés à des lecteurs occidentaux. Mais là où Blommaert inscrit ces textes dans une « économie globale de l’écriture » (global economy of literacy), nous considérons pour notre part des écrits pris dans des espaces de communication locaux qu’il importe de restituer pour les rendre intelligibles, et comprendre ce qu’ils opèrent.

  • 2 Plus précisément, elles relèvent de ce que Maingueneau (1998) nomme l’« hypergenre » épistolaire, s (...)

4Nous consacrons cet article à deux corpus très différents, constitués de lettres adressées à deux émissions : l’émission C’est pas normal et l’émission Sugo kɛnɛ (« Doux rêves »). Dans les deux cas, le courrier des auditeurs est la matière principale de l’émission, mais ces lettres recourent à des modalités d’expression distinctes : dans le cas de « Doux Rêves », une émission d’interprétation des rêves, l’écrit associé à l’anonymat protège l’énonciation déléments d’intimité ; dans le cas de C’est pas normal, la prise de parole est publique et il s’agit de porter à l’antenne un discours critique sur des questions sociales. Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit de lettres, qui se conforment à un genre commun2. Pour chaque corpus, le développement du propos repose sur un savoir partagé quant au format de l’émission, à la façon dont les lettres vont être utilisées à l’antenne, et au type de prise de parole du ou des animateurs.

5Signalons d’emblée que ces corpus renvoient à des logiques de collecte et de classement distinctes : le corpus des lettres de rêves est issu du recueil d’un nombre important de liasses correspondant à l’archivage d’une émission, telles que nous les avons trouvées dans les locaux de la radio ; le corpus de lettres adressées à C’est pas normal a été constitué suite à la rencontre avec un auditeur assidu dont nous avons patiemment tenté de retrouver les lettres, délimitant ainsi un corpus individuel. L’enjeu méthodologique de cet article est de contraster les approches et les outils que requièrent ces corpus construits différemment : le premier suppose la mise en œuvre d’outils linguistiques, qui au-delà du contenu et des registres de langue permettent d’analyser les postures des scripteurs et d’éclairer le tout-venant des pratiques décriture ; le second, qui constitue un cas à bien des égards exceptionnel, permet d’articuler l’analyse d’une trajectoire sociale à l’étude d’une prise d’écriture singulière.

6Par-delà ces différences, il nous semble pertinent d’étudier ensemble ces deux corpus et de les comprendre de façon articulée, précisément pour rompre avec une perspective qui renverrait l’un notamment aux travaux sur le « français d’Afrique », l’autre aux discussions sur l’appropriation des langues africaines à l’écrit. Ces lettres renvoient à un univers social qui est celui de Mopti dans le courant des années 2000, où circulent des écrits dans différentes langues, inégalement maîtrisées, et où la pratique d’écrire à la radio, avant la généralisation du téléphone portable, a connu une certaine fortune.

Des lettres aux situations d’écriture, une approche socio-pragmatique

7La radio Jamana est issue d’un réseau constitué à partir de la coopérative culturelle multimédia Jamana créée en 1986, à l’initiative d’Alpha Oumar Konaré (avant qu’il ne soit chef d’État du Mali), et qui édite une revue, gère une maison d’édition, et fédère un réseau de dix stations de radios privées dans différentes villes du Mali dont Mopti. Les radios privées ont connu un développement spectaculaire au cours des années qui ont suivi l’instauration d’un régime démocratique au Mali en 1991, comme ailleurs en Afrique (Fardon et Furniss 2000 ; Gunner, Ligaga et Moyo 2012). La radio a joué un rôle important dans l’extension de l’usage des langues nationales, en particulier à travers l’essor des radios privées, qui a donné un espace à des langues peu médiatisées en même temps que la place prise dans ces médias par le bambara consacre sa domination parmi les langues nationales (Schulz 2000).

8La radio Jamana de Mopti reçoit plusieurs dizaines de lettres par semaine, adressées aux animateurs de différentes émissions, sans compter un flux régulier de communiqués (annonces de réunions, avis de décès, informations commerciales ou non), destinés à être lus à l’antenne. Le courrier adressé aux émissions est très hétérogène, tant en ce qui concerne les langues d’écriture (le français est majoritaire mais l’arabe, le peul et le bambara apparaissent également fréquemment) qu’en ce qui concerne le niveau de formation des scripteurs (pour ce que nous avons observé : différents degrés de maîtrise du français écrit ; variations dans la connaissance et la maîtrise des règles d’écriture du bambara). Certaines émissions reposent sur l’intervention des auditeurs par écrit ou par téléphone (C’est pas normal, Jeu concours), d’autres d’animation sollicitent moins les auditeurs mais reçoivent tout de même de temps en temps du courrier.

9Le premier corpus dont nous allons rendre compte est un corpus de « lettres de rêves » qui nous a été confié par l’animateur radio en charge de l’émission d’interprétation des rêves. Comme nous l’avons indiqué en introduction, elles étaient, pour une grande partie d’entre elles, organisées en liasse : un regroupement, agrafé ou non, correspondant aux lettres traitées lors d’une émission. Ces lettres débordaient d’un tiroir où l’animateur les stockaient à la radio, il nous en a rempli un grand sac plastique lorsqu’il s’est rendu compte de notre intérêt. Il est probable qu’elles auraient été reléguées dans un placard (placard qu’il nous a ouvert, rempli de cartons poussiéreux et croulants), avant de finir à la benne à ordure.

10Ces lettres trouvées, nous les avons lues. Nous avons également assisté à plusieurs émissions d’interprétations de rêves (que nous avons enregistrées) pour comprendre dans quelle forme de circulation locale des écrits elles étaient prises. Nous avons observé le travail de l’animateur, mené des entretiens avec lui, pour comprendre sa pratique. C’est un homme particulièrement compétent, qui parle les principales langues de communication orale à Mopti (outre le songhay, sa première langue, il utilise pour la radio également le bambara et le peul) et en maîtrise deux, l’arabe et le français, à l’écrit. Ces lettres ne sont cependant pas documentées par un travail d’ethnographie approfondi : nous ne savons en effet rien des scripteurs, nous n’avons observé aucune situation d’écriture ayant mené à leur production. Nous pouvons cependant, à partir de ces lettres, analyser les ressources linguistiques et discursives dont disposent les scripteurs et l’usage qu’ils en font, efficace dans la sphère locale où ces écrits circulent.

11Nous avons collecté 242 « lettres de rêves », recouvrant une période de sept ans (2002-2008). 202 sont écrites en français, 19 en bambara, 20 en arabe, une en peul (le nombre de lettres en arabe est peut-être sous-estimé dans la mesure où certaines peuvent être mêlées aux commentaires en arabe de la main de l’animateur). Compte tenu de nos compétences linguistiques en français et bambara seulement, nous basons l’étude qui suit sur l’analyse des 221 lettres dans ces deux langues. L’analyse linguistique de ces lettres va nous permettre de rendre compte de phénomènes d’appropriation du français écrit, par des scripteurs aux compétences diverses, dans un contexte sociolinguistique où le français est peu utilisé à l’oral et où l’usage véhiculaire du bambara domine.

Un corpus anonyme, quelles informations sociologiques ?

  • 3 Précisant parfois que si le nom est donné pour le destinataire de la lettre, il ne doit pas être re (...)
  • 4 Ainsi par exemple (lettre 04-2/7) : « A. S. D. âgé de 37 ans / marier 2 femmes / père de 4 enfants (...)

12Conformément à la règle de l’émission, ces lettres sont le plus souvent anonymes. Certaines cependant sont signées (dans une quarantaine de cas le nom complet du « rêveur » est mentionné3). Les scripteurs de ces lettres sont parfois distincts du rêveur lui-même dans les cas, nombreux, de délégation d’écriture que nous analysons plus en détail ci-dessous. Assez souvent, le scripteur donne une indication le concernant (ou concernant le rêveur), qu’il juge pertinente pour son identification par l’animateur radio. Parfois aussi, de la main même de l’animateur, des informations permettant l’identification du rêveur sont ajoutées dans la marge4. Ces éléments peuvent nous donner une première idée des caractéristiques sociologiques des scripteurs/rêveurs. À ce stade, notre travail peut s’apparenter à un travail sur archives, et n’est pas sans faire écho à une démarche de micro-histoire. Que nous disent ces lettres de l’identité des individus qui les ont écrites, ou de ceux qui les ont dictées ? Trois types d’indications sont donnés explicitement, mais non systématiquement, dans les lettres : le genre du rêveur, son lieu d’habitation, sa profession. Nous avons parcouru l’intégralité du corpus et procédé à un comptage exhaustif permettant de l’appréhender dans sa globalité.

13Tout d’abord, le genre du rêveur est très souvent précisé lorsque le rêveur est une femme (mais quasi jamais lorsqu’il s’agit d’un homme). L’identification comme « femme » a été repérée dans 45 lettres, ce qui ne rend pas compte de l’intégralité des cas de prise d’écriture féminine (parfois d’autres indications, factuelles ou grammaticales, voire la mention des accords au féminin ci-dessous, permettent également d’inférer que le scripteur et/ou rêveur est une femme).

  • 5 Taïkiri est un ancien village peul à la périphérie de Mopti, Médinacoura est une extension neuve de (...)

14Le lieu d’habitation est très largement mentionné (100 occurrences de lieu d’habitation) : il s’agit de quartiers de Mopti (quartiers du centre comme Komoguel, Gangal, Bougoufé, Mossinkin, Bas Fond, Centre, mais également plus périphérique comme Taïkiri, Médinacoura, ou Djennédaga et Baricodaga5), de sa ville-jumelle Sévaré, mais également de villages ou localités plus éloignées (Djenné, Fatoma, Somadougou, Kouna, Ngomi, Kouakourou). Les lettres viennent donc de toute la commune et, au-delà, du cercle et notamment de communes rurales.

15Enfin, les hommes indiquent bien souvent leur profession. Sont ainsi mentionnés un certain nombre de métiers liés au commerce, très présents à Mopti : tailleur, boutiquier, commerçant, charretier, « tablier » (revendeur sur stand portatif de petite taille), mais aussi mécanicien, soudeur, garde national au Trésor, jardinier, gardien de sécurité, pêcheur, trois élèves, deux étudiants, deux instituteurs et une étudiante « maîtresse stagiaire à Sévaré ». L’un des rêveur-scripteur mentionne qu’il est président d’une association de lutte contre le paludisme.

  • 6 Transposant la distinction de Ducrot (1984) locuteur/énonciateur (émetteur physique du message vs c (...)

16Si un certain nombre d’indices nous permettent de repérer les cas de délégation d’écriture, aucune information d’ordre sociologique ne nous est donnée par les scripteurs sur eux-mêmes (même s’ils mentionnent parfois leur nom voire signent ; nous avons repéré un seul cas où le scripteur, distinct du rêveur mentionne qu’il est commerçant) lorsqu’ils diffèrent des rêveurs6. Les seuls cas où nous pouvons être sûres que rêveurs et scripteurs sont les mêmes personnes sont les cas où le scripteur mentionne une identité impliquant un certain niveau scolaire (élève, étudiant, instituteur). Parfois aussi, un fort engagement énonciatif permet de déduire que scripteur et rêveur sont la même personne. Ainsi dans cette lettre, qui commence par une contextualisation forte de la prise d’écriture, couplée à la maîtrise certaine de la langue écrite :

  • 7 Les lettres sont retranscrites mot pour mot, avec les fautes d’orthographe et de syntaxe éventuelle (...)

Je suis une fidèle auditrice de votre émission Sògòkenè. J’ai envoyé quelques rares fois mes Rêves. Je suis même passé une fois prendre votre n° de téléphone. Donc, c’est pour vous dire que moi je loge loin car je suis à Barbé alors lorsque je serai empêchée, je vais devoir vous transmettre mes rêves par téléphone. Je compte beaucoup sur votre bonne compréhension (06-B/6)7.

17Ou dans cette autre lettre dont l’introduction est marquée par des phénomènes importants de modalisations :

C’est un petit rêve qui m’avais reellement donné une satisfaction et très heureux de ce rève. Mon rève est tout simplement une voiture toute neuve (06-A/7).

Qui écrit les lettres ? La délégation d’écriture

18Nous pouvons repérer les phénomènes de délégation d’écriture à partir de trois types d’indice. D’une part, sans que la délégation d’écriture soit explicitée, lorsque des lettres, visiblement rédigées de la même main (et bien souvent réunies dans la même liasse et portant éventuellement la même date) sont données comme émanant de rêveurs distincts.

19Par exemple, deux lettres ont été repérées (04-6/1 et 04-6/4), écrites toutes deux dans un français standard et une orthographe normée, avec la même écriture, et rédigées en suivant les mêmes formules : lieu et date en haut de la page (« Taikiry le 13 avril 2004 », « Sévaré le 13 avril 2004 ») ; adresse identique (« À Monsieur le chargé de l’interprétation des rêves », « À Monsieur le chargé d’interprétation des rêves de la radio Jamana ») ; ouvertures similaires concernant l’identité et l’anonymat (« Je préfère garder l’anonymat mais je vous informe que je suis une femme habitant dans un village de la région de Mopti », « Tout en préférant garder l’anonymat je vous informe que j’habite dans une sous-préfecture du cercle de Djenné ») ; même formulation de clôture (« Bonne compréhension », suivi de « Merci » sous le texte et souligné).

20D’autre part, la délégation d’écriture est repérable lorsqu’un rêve, visiblement identique, se retrouve dans plusieurs lettres, écrites de mains différentes. C’est le cas dans les deux lettres suivantes, trouvées dans la même liasse, et qui montrent le récit (dont l’essentiel est identique) traité de deux façons différentes : l’un fortement développé et avec de nombreux détails, l’autre réduit à un seul moment du rêve.

À toi mès nouvelle
je pense en dormit
c’est une femme elle avec sa fille
elle coiffure sa cheveux sa fille
et les amies on disquitte le premier
ministre agamani aussi avec nous
il habi[t/l] avec tout blanc il parle
ce femme agamane dit ce femme
ne travail pas les vendredi mois
aussi je pense je ne veux pas travail
les vendredi agamane dit chaque
jour vendredi quand je travail
je gagne beaucoup de chose à
même t’en je ne travail pas chaque
vendredi. je pensse encore c’est
une femme je vue un chamo grand
gros aun n’ord devent mois je
veux retourne le chamo il en
haut il desend il devient une
personne que je connais c’est mon
[n] oncle mais c’est comme un soldat//
Abdala toure
le maitre [chaugomma] de
l’histoire
moi j’ahbite à côté [BFCAO]
Banque BCFAO
je salut tout les radio
jamana
(03-17/3 ; dans sa disposition originale)

Bonjour cher
Abdella
sa se une nuit je me suis songée que
je suis entrein de causé avec le 1er m-
inistre Mohamed ag Ahmadi quand je la
la vie il etais en tous blanc et il me
dit de laisser de travailler le vendredi
et je me suis songer dans la nuit du
vendredi mêm, et moi même je lui
et repondi comme quoi je vais laisser
me travail du vendredi et il me dit
encore que chaque vendredi qui il
travail mai depuis que je laisser
de travailler du vendredi je eu du
bonneur

par Mm {patronyme}
la réponse en [soingh]
songhoï
(03-17/6 ; dans sa disposition originale)

21À moins de supposer que deux rêveurs aient fait exactement le même rêve, on peut ici plutôt inférer que la rêveuse a sollicité deux personnes différentes à deux moments différents, peut-être parce que sa première lettre est restée sans réponse (ce phénomène est parfois explicitement mentionnée dans certaines lettres, le scripteur-rêveur indiquant qu’il a déjà envoyé une lettre et qu’il en envoie une autre).

22Enfin, plus explicitement, le scripteur peut se désigner et éventuellement signer la lettre, en se distinguant du rêveur. Cela peut prendre différentes formes : le nom du scripteur peut suivre celui du rêveur, comme dans cet exemple, où la mention « écrit par Awa Traoré au Mossikin » est suivie de « Par Aly Coulibaly » (04-5/4), nous permettant d’interpréter qu’ici le « écrit par » est un factitif et renvoie à l’action de « faire écrire » et de prendre en charge énonciativement l’écrit non de le produire matériellement. « Par [...] » signale le scripteur. D’une façon différente, le nom du rêveur peut être mentionné en début de lettre et le nom du scripteur clore la lettre. Ainsi par exemple :

Cher Abdallah
À vous mes nouvelles.
Hamar Haidara. « Je rêve [...]. »
Kouakourou, commerçant
(03-1/6 ; dans sa disposition originale)

23Dans ce cas l’instance énonciatrice (le rêveur) est indiquée en début de lettre ; l’ensemble du rêve est donné comme un propos rapporté (au style direct, avec usage d’un pronom de première personne), clairement signalé par l’usage de guillemets ouvrant et fermant ; le scripteur a signé avec son patronyme complet et une indication de profession à la suite du récit du rêve.

24La distinction scripteur/rêveur peut se signaler également énonciativement lorsque le rêve est rapporté au style indirect, et à la troisième personne du singulier, comme dans l’exemple suivant :

Mopti, le 4/1/06
{prénom et patronyme}, c’est un travaill-
eur de sécurité ou laffe gardie.
Il a fait les causmars [qu] qu’il
a vit une jeune fille qui est
montée dans le chéval rouge.
Le chéval à été entourée par les
gens et après ils ont entourner
pour venir à lui et le cheval aussi.
Abdala ont té salut très bien
toi et tes partinaires qui sont
dans la radio sanga.
Merci et À bientot
Ecris par O. T.
(HL/16 ; dans sa disposition originale).

25Cette lettre représente un phénomène rare dans notre corpus où le scripteur se distingue énonciativement clairement du rêveur, dans le récit du rêve, en rapportant ses propos à la troisième personne alors que bien souvent l’usage généralisé de la première personne vient brouiller les frontières énonciatives entre les deux instances. En revanche, la salutation à l’animateur radio (« Abdala on te salue très bien ») peut être interprétée comme prise en charge et par le scripteur et par le rêveur dont l’énonciation se confond ici dans un « on » valant « nous ».

  • 8 Goffman propose de décomposer le statut du locuteur, en trois positions, qui sont d’une part le res (...)

26La délégation d’écriture peut donc donner lieu dans les lettres à un phénomène d’emboîtements énonciatifs, qui devient un trait particulier et repérable de ce type de correspondance. Elle met en jeu une série de tâches linguistique complexes. Ainsi, on peut supposer, sans trop extrapoler, que dans bien des cas, le récit du rêveur a été transmis dans sa langue première (bambara, songhay, peul) et que la tâche du scripteur n’est pas seulement de prendre en note et transcrire mais également de traduire. On peut imaginer également que le rêveur lui ait raconté intégralement son rêve et qu’ensuite il lui soit revenu de le mettre en récit, en choisissant les mots. Pour reprendre la terminologie de Goffman si le scripteur n’est pas le responsable du texte, il en est cependant bien souvent l’auteur8.

Une langue marquée par l’instabilité

27En termes de scolarisation et de socialisation à l’écrit, les seules informations dont nous disposons sur les scripteurs sont inférées de leurs compétences linguistiques et scripturales, telles qu’elles se manifestent à travers la rédaction des lettres. Les lettres écrites en bambara l’ont été par des individus n’ayant pas été scolarisés et ayant suivi des cours d’alphabétisation pour adultes (nous étudierons ensuite le cas d’un tel scripteur avec le portrait d’Alpha Aly Diallo). En ce qui concerne les lettres écrites en français, les compétences linguistiques sont très variables et témoignent de types de socialisation à l’écriture et de niveaux de scolarisation très divers, allant d’une scolarisation primaire à une scolarisation secondaire voire, dans quelques rares cas, supérieure. Ce qui est frappant c’est que des compétences qui peuvent nous paraître dans certains cas très réduites n’empêchent pas la prise d’écriture, bien au contraire.

28Certaines lettres de notre corpus sont marquées par leur hétérographie, pour reprendre un terme utilisé par Jan Blommaert (2008) caractérisant pour lui les « grassroots literacy ». Il décrit ce phénomène comme « deployment of graphic symbols in ways that defy orthographic norms » (Blommaert, 2008 : 7, nous soulignons) : les mots sont épelés de différentes façons, la ponctuation est utilisée de manière erratique, les textes sont marqués par différentes corrections et additions révélant une indécision quant aux règles linguistiques. Cependant plus que l’hétérographie, c’est l’hétérogénéité globale de ces écrits qui semblent davantage les caractériser, qui font d’eux des « patchworks » pour reprendre un mot de Sonia Branca-Rosoff et Nathalie Schneider. Analysant les écrits de « peu-lettrés » datant de la révolution française, elles écrivent :

Les techniques d’alphabétisation, centrées sur la maîtrise d’un art graphique difficile, peuvent laisser au seuil de la langue normée ceux qui ont acquis une habileté suffisante mais n’ont pas poursuivi leurs apprentissages. (...) Comme pour les formes variables des apprenants, pour les phénomènes de mélanges de langue dans la famille d’immigrés, la diversité travaille l’écriture des peu-lettrés. La diffusion de la compétence à parler français et à écrire s’accompagne donc de l’instabilité.
(Branca-Rosoff, Schneider 1994 : 39)

29Notre corpus est également caractérisé globalement par des formes de variabilité, d’instabilité et d’hétérogénéité. Un vocabulaire précis voire recherché coexiste avec des impropriétés et des écarts syntaxiques et orthographiques. Au sein d’une même lettre, l’orthographe de termes identiques peut être instable. Les phénomènes d’interférence avec les langues premières des scripteurs ne sont pas non plus à négliger même si elles peuvent s’avérer difficile à repérer. Nous examinerons ici quelques phénomènes saillants, repérables dans plusieurs lettres de scripteurs différents, sans que l’on puisse pour autant en faire des caractéristiques de l’ensemble du corpus.

De l’oral à l’écrit, bricolages orthographiques et niveaux de langue

30Dans certains cas ont été repérés des phénomènes qu’on ne peut simplement décrire comme des fautes d’orthographe (terme qu’on réservera pour les cas où les scripteurs ont une image graphique, même mal mémorisée, du mot ; par exemple quand un scripteur note « d’escentre » pour « descendre » où la suite « sc », rare en français, suppose qu’il ait déjà une image graphique du mot) mais qui rendent compte plutôt d’un essai de transcription de mots uniquement connus à l’oral ou peu rencontrés à l’écrit.

31C’est sans doute le cas dans l’exemple de « debouroullez-vous », « débrouillez » est transcrit en « debouroullez » rendant une prononciation fortement marquée par des interférences avec le bambara dans lequel la syllabation est toujours de forme CV (consonne-voyelle). Ici le premier digramme « ou » peut être considéré comme notant une voyelle épenthétique permettant la prononciation.

32Entre faute d’orthographe et essai de transcription, dans l’exemple suivant, le terme « fouet » a été rendu par « fouillet », par attraction avec le verbe « fouiller ». Notons comment une première réalisation « fouilleté » pour « fouetté » a été raturée pour être remplacée par la périphrase « frappé par le fouillet ».

je me suis levé avec ma femme entrainent
de lui [fouilleté] frappé par le fouillet
(03-07 ; dans sa disposition originale)

33Le mot graphique est une notion qui ne correspond pas au découpage de la chaîne parlée. Les scripteurs de notre corpus ont globalement une bonne maîtrise des limites du mot, cependant on repère de façon récurrente des phénomènes mettant en cause les frontières de mots, que ce soit des phénomènes d’agglutination (notamment pour les pronoms clitiques, sujet ou objet, qui précèdent le verbe, et particulièrement lorsqu’ils sont élidés : « jai revé ; jai fais un rêve ; jai entendu ; jai ramassé ; jai sur moi ; jé lai bien vu ; il ma repondu ; mon père ma dit ; Jesalu ») ou des phénomènes inverses de surdécoupage (ex. « même t’en », pour « même temps » ; « aun n’ord » pour « au nord »).

34Ces lettres sont aussi marquées par des formes de télescopage de niveaux de langues et dans certains cas, l’utilisation de différents mots ou locutions synonymes rendent compte de cette incertitude quant à ce qui convient, entre précision descriptive, bienséance, et niveaux de langue convenus. Cela est particulièrement manifeste dans l’exemple suivant, où sont en jeu également des questions de bienséance et où le scripteur a visiblement eu du mal avec la description d’une scène de défécation. On y trouve quatre locutions différentes pour la même action de déféquer, plus ou moins explicites ou euphémisées et de niveaux de langues différents :

elle s’est assied au bord
du puit pour chier (faire le déchet) la
clôture avait une petite rentrée, légèrement fermée
par les branches d’épines, qui m’empêchait de
rentrer et regagner la fille, c’est de là que moi
même je me suis assied pour faire le caca, avant
que je fini de faire mon besoin
(03-13/9 ; dans sa disposition originale ; les italiques sont les nôtres)

35Les phénomènes d’hypercorrection, entraînant une réalisation fautive, touchent également l’orthographe grammaticale. C’est par exemple ainsi que l’on peut interpréter certains pluriels en -x fautifs. La variation s/x comme marque du pluriel est connue du scripteur mais la règle est mal maîtrisée, et fait l’objet d’une extension. On trouve ainsi au pluriel : pneux, foux.

36Dans la lettre suivante, manifestement écrite par une femme, et pour l’attention qu’elle porte au genre sans doute à la fois rêveuse et scriptrice, le texte a été manifestement relu et un certain nombre de e, marque du féminin, sont ajoutés (et un raturé) en fin de participes passés, certain conformément aux règles d’accord, d’autres de façon fautive.

[...] L’autre jour
j’ai rêvée. Il y a une homme qui voulait
me mariée. Mais ses parents n’ont pas
accepté[
e] Après, il m’a dit que ses parents
ont accepté, je n’a ka partir donné
bonjour chez ses parents. Allez làbas
ils m’ont négligée. Je suis resté arrêté
longtemp. C’est après, ils m’ont donnée
<’une>place. Je suis très [XXXX] étonnée [de]
immediatement, je me suis reveillée.
(03-17/8 ; dans sa disposition originale ; les italiques sont les nôtres)

37L’ensemble de ces phénomènes font que ces textes forment « une matière composite, résultant sans doute de l’image que les scripteurs se font de l’écriture et de leurs tentatives pour obéir aux formes contraignantes du français légitime » (Branca-Rosoff 1992 : 59). Cela joue également sur l’appropriation de genres discursifs.

Faire entendre sa voix : compétences discursives et ajustement du sens

38Ces écrits ont pour caractéristique, ainsi que nous l’avons indiqué en introduction, d’être des lettres (puisqu’ils sont envoyés) faisant le récit d’un rêve. Cependant, si comme nous le mentionnions en introduction la plupart des textes peuvent effectivement être reconnus comme appartenant à l’ « hypergenre » épistolaire (ils ouvrent sur un terme d’adresse après une éventuelle mention de date et lieu d’écriture, se closent sur des salutations ; avec une incorporation plus ou moins poussée des normes lettrées de la correspondance), d’autres n’en sont pas, adoptant d’autres mises en forme, par exemple en ouvrant sur un titre centré : « Rêve » ou « Avis de cauchemar » (le terme avis renvoyant à un genre proprement radiophonique qu’est l’avis – de perte, décès, etc. – ou le communiqué) précédant immédiatement le récit. Dans les termes d’adresse, on distinguera aussi entre les adresses personnelles (« cher Abdallah ») et les formules qui le visent dans sa fonction soit d’animateur radio, soit d’herméneute (« cher maître du rêve »). Par ailleurs, la maîtrise du genre épistolaire peut aussi conduire à s’écarter du modèle de la lettre personnelle pour adopter un style plus adéquat à ce genre du courrier adressé à la radio. En ce qui concerne la mise en récit, elle peut faire l’objet d’un traitement minimal (par exemple, une lettre se réduisant à : « J’ai fais un rêve / j’ai vu un viel homme planter / un gros baobab » (06-B/14) ou être au contraire très développée. L’attention à certains détails, signifiants pour l’interprétation, témoigne aussi d’une prise en compte voire d’une connaissance de la tâche propre à l’animateur radio qui interprète les rêves.

Le travail d’ajustement du sens

39L’enjeu de ces écrits est de mettre en récit un rêve de telle sorte qu’il soit correctement compris et interprété par le lecteur. Le travail de l’animateur radio, tel que nous l’avons observé lors de plusieurs émissions, est de repérer les termes signifiants, éventuellement les traduire en arabe, et en donner le sens qui correspond à la clé des songes qu’il utilise (et qui se présente comme un glossaire alphabétique). La justesse à trouver est donc avant tout une précision lexicale, et cette donnée semble, dans bien des cas, connue des auditeurs-scripteurs, d’après ce que laisse entendre un travail d’ajustement du sens, visible dans les lettres. Quelles traces sont repérables dans les lettres de la complexité de la tâche du scripteur ?

40Un usage particulièrement saillant des parenthèses dans l’ensemble de notre corpus va avec ce souci d’explicitation. Parfois, elles servent à reformuler un syntagme entier, qui pourrait ne pas être clair, comme dans l’extrait suivant, où ces reformulations vont de pair avec un certain nombre de ratures :

J’ai [rève] l’abitude de revé, arriver à la
maison (famille) On ma dis que j’ai
perdu un de mes moutons (detache de la
corde), donc j’ai <pris> la route de la brousse
à 3km j’ai rencontre un troupeau des
moutons tous blancs comme la mienne
et j’ai très bien consulté ce grand nombre
de moutons, [XX] jai pas pus [de]
retrouver la mienne (j’ai pas vus mon mouton)
(HL/15 ; dans sa disposition originale)

41Plus généralement, la précision et la reformulation porte sur un seul mot, comme dans les exemples suivants :

Ce soir là mon meilleur ami avec lequel j’étais en conflit (querelle, désaccord) (03-4/4)
la joie que j’ai ressentie en écoutant l’émission d’hier soir (Mercredi) (03-10/7)
Je l’ai tenu par ses quatres membres (deux bras et deux jambes) (03-8/2)
prendre de l’eau à 2 bornes fontaines (robinets) (06-B/10)
j’ai rêvé de voir monfils avec un mouton noir (femelle) (06-5/3)
il y avait deux filles dans la voiture et un vieux (trois poches) (03-1/1)
je les sortit avec des poissons (carpes) (04-5/3)
ça s’est terminé par un bijoux <(colliers)> dans ma main (06-C/4)

  • 9 Pour une analyse approfondie des phénomènes d’alternances codiques, incluant une analyse de ce corp (...)

42Notons que dans ce dernier exemple, le terme entre parenthèses a été ajouté après coup, sur l’interligne supérieure, avec une flèche indiquant l’insertion. Les phénomènes d’alternance de langues peuvent aller de pair avec ce souci de clarté. Insérer un mot ou un syntagme en bambara permet généralement d’être plus précis et de régler la réception sémantique. À partir de l’observation de notre corpus, nous pouvons dresser une typologie des différents modes d’insertion rencontrés9 :

  • Usage non marqué. L’emprunt ou alternance n’est pas signalé. Par exemple : « j’ai Rêvé que je tés dans le cabourou / deux méléké sont venus » (06-3/7).

  • Formes signalées graphiquement, par des guillemets ou des parenthèses, qui fonctionnent comme signaux de « modalisation autonymique » (selon la terminologie de J. Authier Revuz). Par exemple, « nous étions tous en train d’attendre le “seli daga” » (03-12/6). Plus loin, dans la même lettre, deux occurrences du même emprunt ne sont plus signalées : « lorsque l’intéressé a laissé le selidaga moi et la femme qui était à cote de moi on couru pour prendre le selidaga » (selidaga : aiguière à ablution) ; « j’ai balayé et ramasse avec du (lèfè) les ordures » (03-5/7).

  • Formes signalées discursivement par une glose. Par exemple, « On va monté en eau de la maison que on appelle bilisanfait » (03-10/2).

  • Formes signalées graphiquement et discursivement. Par exemple, « elle étais couvert par une «disa» comme son nom l’indique en bambara » (06-A/3).

43Le travail d’ajustement du sens est visible quand les insertions sont signalées graphiquement et/ou discursivement. La chaîne d’écriture dans laquelle sont prises ces lettres inclut potentiellement deux moments de traduction : le premier, dans les cas de délégation d’écriture, comme nous l’avons signalé, quand la lettre est écrite en français, alors que le rêve a sans doute été raconté dans une des langues locales de communication (bambara, peul, songhay) ; puis, à l’antenne, lorsque l’animateur traduit puis commente les rêves, essentiellement en bambara, et parfois, si cela est demandé explicitement, en songhay ou dans une autre langue (nous avons décrit plus haut l’étendue de son répertoire linguistique), en insérant parfois des mots en arabe. L’hétérogénéité linguistique de notre corpus est aussi la trace de ces processus multiples de traduction.

44Les phénomènes d’appropriation du français écrit en Afrique sont très peu documentés et n’ont pour l’instant pas intéressé les linguistes qui depuis les années 1970 travaillent sur ce que l’on appelle le/les français d’Afrique (Hattiger 1983 ; Manessy 1994 ; Lafage 2002 ; Ploog 2001). Ceux-ci font porter leurs analyses soit sur des corpus oraux, soit sur des corpus écrits normés (presse, littérature et para-littérature) qui permettent d’observer pour l’essentiel des particularités lexicales, dans des contextes où ont émergé des formes de français endogènes relativement « exotiques » (et cela particulièrement en Côte d’Ivoire : français populaire ivoirien, nouchi, etc.). Au contraire, le français utilisé dans ces lettres est un français qui a pour cible la norme standard, où les phénomènes les plus saillants (orthographe, hyper-correction) sont essentiellement dus au fait que cette langue est une langue seconde, apprise uniquement dans un contexte scolaire. Si l’on excepte les phénomènes d’emprunts ou alternances de langues, qui sont somme toute rares à l’échelle du corpus entier, ce corpus, si l’on ne regarde que le code linguistique utilisé, peut paraître très peu « africain ». Pourtant, il permet justement de rendre compte des dynamiques linguistiques propres au Mali, où le français reste la langue principale de l’écrit, pour des scripteurs dont les compétences disparates n’empêchent pas qu’ils s’emparent efficacement de l’écriture. Le second corpus que nous allons analyser maintenant, centré autour d’un individu au profil particulier, de langue première peul mais dont la langue d’écriture majoritaire est le bambara, permet de rendre compte d’une autre facette de la situation sociolinguistique du Mali : le bambara, langue véhiculaire à l’oral, peut aussi faire l’objet d’appropriation écrite par des individus dont elle n’est pas la langue première.

Prendre la parole. Les lettres d’Alpha Aly Diallo à l’émission C’est pas normal

  • 10 Entretien réalisé par C. Van den Avenne.
  • 11 Avec son accord, nous avons choisi de ne pas user de pseudonyme pour Alpha Aly Diallo, qui écrit en (...)

45En 2003, dépouillant le courrier des auditeurs de la radio Jamana nous avons repéré cet auditeur particulièrement prolixe, collecté 25 de ses lettres, et nous l’avons rencontré pour un premier entretien10. En 2007 et 2008, lors de séjours de terrain en commun, nous avons pu revoir Alpha Aly Diallo, et nous entretenir à nouveau plus longuement avec lui, passant du temps avec lui à Mopti et dans son village11. Nous avons également complété le corpus de ses courriers, en photographiant toutes les lettres de lui que nous parvenions à retrouver à la radio.

46Nous disposons de 87 lettres écrites de sa main, envoyées à la radio et datées de 2002 à 2008, mais qui ne représentent sans doute qu’une partie de l’ensemble des lettres qu’il a adressées. En effet, si l’archivage immédiat est effectué de manière systématique en constituant une liasse d’émission à la radio, la conservation sur la durée de ces documents ne fait pas l’objet d’un grand soin, et ces liasses ne font pas l’objet d’un classement chronologique. À partir des lettres retrouvées, on repère des périodes pour lesquelles l’écriture est quasiment hebdomadaire et d’autres pour lesquelles on ne dispose d’aucun courrier, sans qu’on puisse savoir si cela correspond à une suspension dans l’écriture (par exemple lors d’un déplacement d’Alpha Aly Diallo hors de la région) ou à la non-conservation du courrier correspondant. L’essentiel du corpus (81 lettres) consiste en des lettres adressées à l’émission C’est pas normal. Nous disposons également d’un courrier écrit en tant que délégué politique de son village, et de 4 lettres de rêves (anonymes, comme dans le cas des lettres présentées ci-dessus, mais que la large écriture manuscrite caractéristique d’Alpha nous permet de lui attribuer sans doute aucun). Une grande majorité des 81 lettres est signée par Alpha Aly Diallo uniquement, mais 9 lettres sont écrites soit avec soit pour d’autres personnes. Plus de la moitié des lettres (50) sont datées de 2002, année où il a pris l’habitude d’écrire régulièrement des lettres à l’émission.

  • 12 Ces données sont tirées d’un entretien en français, avec prise de notes, de 2002, et d’un entretien (...)

47Né en 1974, Alpha Aly Diallo vit dans un village situé à une trentaine de kilomètres de Mopti et a pour activité principale l’élevage et l’agriculture12. Selon son récit, à quinze ans, alors qu’il n’avait pas été à l’école, il a pu suivre des cours d’alphabétisation en bambara suite à l’implantation d’un centre dans son village. Il a poursuivi sa formation en autodidacte, notamment lors de 8 mois de travail près de Fana, dans une région bambarophone plus au sud du Mali ; il souligne l’importance de cette période dans le développement de sa compétence orale comme écrite en bambara, et exprime un attachement au bambara lié à la nostalgie qu’il a de ce moment. C’est à son retour à Mopti en 1994-1995 qu’il a commencé à écouter régulièrement la radio, l’ORTM à l’époque (chaîne publique nationale, dont une antenne régionale est implantée à Mopti), et qu’il a commencé à écrire occasionnellement des courriers en peul et en bambara. Il a également été associé à la distribution du journal en peul Kabaaru et adresse régulièrement des articles à la presse en bambara et en peul. Il est par ailleurs mobilisé comme écrivain public, sollicité pour écrire des lettres et lire des lettres (en bambara et peul). Au fil des années, ses lettres et sa fréquentation régulière de radio Jamana lorsqu’il venait à Mopti lui ont valu une certaine notoriété à la fois dans son village et à Mopti, et surtout au sein de la radio. Les animateurs lui ont confié à partir de 2003-2004 des interventions ponctuelles, notamment des reportages à réaliser ; puis ils lui ont proposé en 2005 d’assister l’animateur chargé du peul, avant de lui confier l’émission hebdomadaire en peul. Ce statut, s’il couronne une « carrière » de scripteur assidu, est toutefois précaire et quasiment bénévole.

  • 13 Nous avons ainsi retrouvé dans les archives quelques lettres d’Alpha en peul à l’émission en langue (...)

48Alpha Aly Diallo a pour première langue le peul, mais a donc d’abord été alphabétisé en bambara avant d’apprendre à transcrire le peul. Les lettres que nous considérons ici sont toutes écrites en bambara, ce qui tient au fait que les animateurs de cette émission n’ont pas nécessairement de compétences en peul, et qui est lié également au fait que l’émission est en bambara, langue utilisée à l’antenne en dehors des temps spécifiquement réservés à telle ou telle autre langue (peul, songhay et dogon notamment)13. En termes de niveau de langue, il s’agit d’un bambara véhiculaire relativement aisé à lire, généralement respectueux de l’orthographe telle qu’elle est enseignée dans les classes d’alphabétisation.

49Comme le montrent ces éléments sur sa trajectoire et la présentation du corpus, il s’agit d’un cas exceptionnel par l’intensité de son engagement dans la pratique de l’écriture et plus particulièrement du courrier à la radio. L’usage à la fois du peul et du bambara est également étonnant dans une région où existe un réseau de militants de l’alphabétisation en peul, dont certains revendiquent un rapport plus exclusif à cette langue. Cette singularité ne réduit en rien l’intérêt de cette étude, permettant d’observer sur un cas relativement atypique des logiques sociales qui sont à l’œuvre plus largement autour de l’écrit et des langues. Cette perspective reprend une méthode très souvent déployée dans des contextes où les processus d’alphabétisation sont en cours qui consiste à s’intéresser à des individus qui s’engagent dans l’écrit d’une manière peu commune (pour des cas africains, voir Barber 2006 qui évoque des « marathons d’écriture », p. 1).

Qu’est-ce qu’écrire à C’est pas normal ?

50L’émission C’est pas normal est hebdomadaire, animée en direct le samedi de 10h00 à 12h00, par deux journalistes ; elle se veut un forum ouvert aux auditeurs pour évoquer des questions concernant la vie à Mopti et dans les environs. Les auditeurs participent par courrier et, de plus en plus, par téléphone. Bien que le titre soit en français, l’émission, on l’a dit, est en bambara, les courriers dans d’autres langues étant traduits à l’antenne en bambara, selon un processus de traduction immédiate qui vaut pour toutes les émissions, où des supports écrits en français, en arabe ou dans d’autres langues, sont utilisés pour des émissions dans d’autres langues.

51Ce format du forum ou talk-show reprend un genre d’émission très répandu, sponsorisé par des ONG œuvrant dans le domaine des médias mais aussi initié par des acteurs locaux, et promu comme vecteur de démocratisation des sociétés africaines, ouvrant des espaces d’expression et de participation au débat public et à la société civile. Comme cela a été souligné, ces émissions ne sont ni le prolongement spontané d’arènes de discussion antérieures, ni des espaces où la prise de parole serait complètement libre (voir par exemple Brisset-Foucault 2009) ; elles font advenir des formes d’expressions qui répondent à des conventions et reprennent une rhétorique convenue, et où l’autorité de la parole publique se renégocie. L’analyse qui suit s’inscrit dans cette perspective et considère que le cadre de l’émission offre l’espace d’une prise de parole réglée, à la fois par des consignes explicites et par des normes implicites, tout en ouvrant des possibilités d’expression dont il va s’agir de tracer les contours.

Une protestation publique réglée

  • 14 Texte original : « I k’i jija k’a kɛ jama bɛɛ lajɛlen ka haminanko ye, sigila ka ɲɛtaa ye a ka ka s (...)

52Le format de l’émission, tel qu’il est déterminé par son titre et rappelé par le discours introductif, appelle un type de prise de parole particulier. En effet les règles de la prise de parole sont rappelées à chaque début d’émission (« jamukan sariya », « le règlement de l’émission ») : elles proscrivent l’attaque personnelle et visent à susciter des discours qui restituent des opinions partagées et visent le développement (« Efforce-toi de faire [de tes paroles] une opinion partagée par tous réunis, quelque chose qui favorise le développement et le progrès de notre localité14 », extrait du discours introductif de l’émission du 01/03/2008). On peut dès l’abord dégager deux grands traits de ce type d’expression.

53Premièrement, il s’agit d’une prise de parole publique : la lettre n’est pas adressée à l’animateur mais à la communauté des auditeurs, et au-delà à une « communauté imaginée » qui se situe souvent à l’échelle locale, mais qui va parfois au-delà pour proposer un discours à la nation. Cette prise de parole s’effectue en son nom propre, même dans les cas de délégation d’écriture.

54Deuxièmement, le titre même de l’émission enjoint l’auditeur à s’exprimer pour dénoncer une situation, protester contre un état de fait. Au-delà de la stricte dénonciation d’une injustice, qu’appellerait un titre tel que « Ce n’est pas juste », il s’agit plus généralement de protester contre des manières de faire qui ne correspondent pas aux normes d’une société digne de ce nom. Ce format laisse implicite la ou les normes en question, que l’analyse de l’abondant courrier d’Alpha va permettre d’éclairer. L’écoute et l’observation de plusieurs émissions nous ont permis de constater que les prises de parole s’inscrivent généralement dans ce format très vaste, même si certaines interventions relèvent plutôt du commentaire, tandis que d’autres consistent en de simples salutations à l’équipe ou à d’autres auditeurs.

Des espaces et des sujets privilégiés

  • 15 Ces analyses s’appuient sur la lecture approfondie accompagnée de transcriptions de travail des 81 (...)

55Afin de présenter ce corpus, nous recourrons dans cette partie à des citations de courriers partielles ou intégrales15. Pour donner un aperçu d’ensemble de ces lettres, nous donnons également dans l’annexe 2 quatre courriers, écrits le même jour, qui rendent compte de la diversité des registres et des thèmes abordés.

  • 16 Cette unité de sujet est liée à un format souvent assez court, la lettre couvrant en général une à (...)
  • 17 Dans toute cette partie, les numéros renvoient à la numérotation, chronologique, que nous avons opé (...)

56Le plus souvent, un courrier s’attache à traiter d’une question spécifique, et le discours de portée générale est lié à un événement ou à un phénomène localisé16. Les lettres concernent régulièrement les problèmes des agriculteurs et éleveurs de la région : ainsi apparaissent une protestation contre le prix trop élevé du tourteau (9)17, une discussion sur les changements dans les zones de pâturage des animaux (18), des commentaires sur la météo (27), une question sur l’avancement d’un projet de barrage contesté dans la région (51), ou encore l’évocation récurrente des conflits entre agriculteurs et éleveurs (20 par exemple). La référence est parfois faite à des villages en particulier, notamment son village d’origine. Le courrier 43 évoque ainsi un conflit qui a opposé, durant trois ans, son village et un autre village, porté devant un tribunal à Mopti mais dont la résolution traîne. Les réalités urbaines sont également bien présentes, témoignant de la connaissance qu’Alpha a de Mopti, comme dans la lettre 34, donnée en annexe, qui déplore l’état des latrines de l’hôpital.

57D’autres lettres se situent d’emblée à un niveau beaucoup plus général, réfléchissant par exemple au bilan du premier mandat du président Amadou Toumani Touré (74) ou réclamant qu’on détruise les armes (28). Certaines lettres dénoncent des phénomènes largement répandus (comme la lettre 39 sur les charlatans) sans indiquer si c’est en réponse à un fait local ou pas.

58Du point de vue des thèmes, les questions de politique et plus largement de gouvernance locale sont centrales. Les lettres 32, 33 et 34 données en annexe introduisent ainsi les thématiques majeures de ce courrier : le souci du développement, en particulier autour de la santé et de l’éducation ; la critique de la corruption.

59Enfin, un nombre non négligeable de lettres s’attellent à expliciter cette situation de prise de parole qu’est la lettre à la radio, dans une démarche auto-référentielle sur laquelle nous reviendrons car elle éclaire cette situation d’expression (comme le montre la lettre 31 en annexe).

Registres, normes et arguments

60À lire l’ensemble du corpus, on constate que la protestation est un registre dominant mais pas exclusif. Le type de protestation qu’entend susciter la radio doit, on l’a vu, éviter la dénonciation personnelle, et prend souvent la forme d’une simple contribution critique sur un sujet de société. Les problèmes socialement constitués comme tels, comme par exemple la corruption ou les entraves au développement et à la démocratie, constituent les principaux sujets ou au moins points d’accroche des lettres. Mais la protestation vise parfois des phénomènes plus anecdotiques, comme lorsqu’Alpha écrit contre les poissons d’avril à la radio qui prennent de court les villageois qui ne connaissent pas cette tradition (62).

  • 18 Texte original : « Ni ɲuman kɛra, a ka fɔ, ni juguman kɛra, a ka fɔ, ni a ma fɔ, sɛpanɔrɔmal. »

61Une variante du discours critique peut être l’éloge, selon le précepte suivant (courriers 14, 48, 53) : « si quelque chose de bien s’est passé, on doit en parler, si quelque chose de mal s’est passé, on doit en parler, si on n’en parle pas c’est pas normal » (ce précepte fait partie de certaines présentations de l’émission)18. La félicitation peut du reste comporter une charge critique implicite ; ainsi du courrier 48 qui fait l’éloge d’une commune exemplaire, mais qu’on peut lire comme une critique en creux des gens de son village puisque précisément il valorise l’effort pour construire une école. Selon la tonalité du message, le courrier débouche sur des souhaits, des exhortations ou des vœux. D’autres courriers n’ont pas de portée critique évidente, mais visent à donner accès à des informations, et à porter des éléments à la connaissance du public, soit des informations générales soit des faits divers rapportés par d’autres (comme l’histoire de nécrophagie en lettre 17, rapportée par une personne de Douentza dont il donne le nom).

62La protestation, forme dominante, engage une comparaison avec des normes ou des idéaux dont certains sont énoncés et invoqués, tandis que d’autres restent implicites. Parmi les idéaux explicites qui justifient le regard critique porté sur une situation, la notion de développement ou de progrès (ɲɛta) est omniprésente, à la fois dans des discours généraux qui semblent littéralement citer les discours introductifs, mais aussi dans des courriers où Alpha lui donne un contenu plus précis. Ainsi la lettre 40 déplore que les gens de son village ne soient pas davantage mobilisés pour la construction d’une école et souligne que si les gens de son village « n’arrivent pas à se décider en faveur de l’école, qu’ils sachent que le progrès n’est pas pour eux ». Le courrier se poursuit en soulignant qu’un autre projet négligé par les villageois est celui de la construction d’un dispensaire et le propos est ici amené par une mise en récit assez saisissante.

  • 19 Texte original : « Waati dɔ, ni muso jɔra a jigini na fo ka don faliwɔtɔrɔ la, i n’a fɔ ɲɔ bɔrɔ, ka (...)

Parfois, quand une femme a un accouchement compliqué [littéralement s’arrête en cours d’accouchement], il faut la mettre dans une charrette tirée par un âne, comme un sac de mil, pour aller jusqu’au centre de santé communautaire de Somadougou ; entre {mon village} et Somadougou il y a environ 20 km, eh bien parfois, une femme reste environ trois jours à essayer d’accoucher, la délivrance ne vient pas, avant qu’ils disent qu’ils l’emmènent au centre de santé, il se trouve que la femme aussi meurt. Cela vraiment, c’est pas normal, un centre de santé et une école, les gens du village ne devraient pas les considérer comme accessoires19. (40)

63Ici, le terme de développement n’est pas seulement invoqué comme un horizon lointain de l’action politique mais d’une part a un contenu relativement précis (référant à des structures éducatives et de santé) et d’autre part n’est pas conçu seulement comme quelque chose qui est attendu de l’Etat mais aussi ce que des gens décidés peuvent faire advenir à l’échelle locale. Ce dernier point rend compte du contexte du Mali des années 2000, marqué, avec la décentralisation, par une compétition accrue, et où la possibilité d’avoir une école ou un dispensaire dépend de l’entregent de courtiers locaux et de la possibilité de capter un projet, qu’il soit porté par l’Etat ou une ONG (Fay et al. 2006).

64La notion de démocratie est également régulièrement invoquée. Ainsi, le courrier 1 adresse des vœux à l’équipe de la radio et loue l’émission comme étant « un pilier de la démocratie » (« demokarasi-so cɛmancɛ jiri dɔ »). Certaines lettres ont ce ton didactique d’une promotion de la démocratie, comme le courrier 16 qui à l’approche d’élections législatives et municipales enjoint de porter son choix sur « celui qui connait nos problèmes et en qui on a confiance pour en parler ». Mais d’autres courriers associent directement la notion de démocratie au type de parole que permet l’écriture à la radio. Ainsi le courrier 15 énonce ce qu’est la démocratie en référence à la pratique d’Alpha qui pose en simple citoyen ou fils du pays (« jamanaden »), et justifie l’écriture de lettres qu’il a entreprise depuis un an comme ne visant pas à nuire à la réputation du village ni à celle d’individu. La lettre 59 dénonce comme une attaque à la démocratie (« ka demokarasi sariya sɔsɔ », « contester la règle de la démocratie ») un acte de malveillance dont la radio a été l’objet ; ce courrier met en scène les opposants à la radio comme des personnes mauvaises qui « refusent de voir leurs secrets portés au grand jour » (« u tɛ fɛ [...] u ka gundow ka bɔ kɛnɛ ye ») et qui sont également accusés d’être sorciers (« A ka di u ye, oluw ka hadamaden joli min, k’u to dibi kɔnɔ », « il leur plaît de rester dans l’ombre à boire le sang des êtres humains »). Cette lettre est organisée autour d’une opposition entre gens de l’ombre, soucieux du secret, et partisans de la radio campés en promoteurs de la démocratie et qui mettent les choses au grand jour (kɛnɛ kan). Ce que la pratique même de la lettre à la radio suppose et met en avant c’est que l’information devrait circuler, cette pratique rejoignant le positionnement d’Alpha Aly Diallo contre les hiérarchies sociales, en affirmant qu’il n’y a pas de porte-parole autorisé.

L’émergence d’une figure publique

65Avant de poursuivre l’analyse, il importe de situer la parole d’Alpha dans ce registre singulier qu’est une lettre destinée à être oralisée. Certaines formules et tournures des lettres les rattachent à l’espace de communication orale qui est le leur une fois lues et débattues à l’antenne. Ainsi un certain nombre de formules rappellent le style du discours oral par exemple la ponctuation du discours par la formule n b’a fɔ, « je le dis » (43). Le verbe k’a fɔ, « dire », est omniprésent. Des apostrophes et des interpellations à l’adresse de telle ou telle personne ou groupe, émaillent les lettres. Un sort particulier doit être fait à la formule éponyme de l’émission, qui n’est pas traduite mais qui figure sous la forme d’un emprunt agglutinant les différents mots de l’énoncé, phonétiquement transcrit sɛpanɔrɔmal, à la graphie instable. Elle rythme une majeure partie des courriers : ainsi sur les 81 lettres à cette émission, elle apparaît dans 52, quelquefois simplement en référence au titre de l’émission (dans des formules saluant l’équipe ou les auditeurs), mais le plus généralement en tant qu’expression qui intervient dans l’argumentation. Elle est souvent introduite en conclusion : « o dun sɛpanɔrɔmal », « alors ça c’est pas normal ». La variante interrogative « esike sɛ nɔrɔmal ? », « est-ce que c’est normal ? » apparaît aussi, en ouverture ou sous la forme d’une question rhétorique.

66Cependant, les courriers respectent aussi un certain nombre de conventions du genre écrit de la lettre. On le verra à propos des signatures, genre proprement écrit qui permet d’attester de l’implication personnelle de l’auteur, mais qui n’a pas de traduction à l’antenne. Les modes de désignation de l’objet écrit présents dans le corpus lui-même attestent de cette ambivalence de la lettre écrite destinée à être lue : on trouve en effet régulièrement des références à la lettre comme telle (bataki) mais aussi des occurrences de désignation de la lettre comme kan ou cikan, « message », terme qui vaut aussi bien pour l’oral.

L’espace de la protestation20

  • 20 Pour analyser ce registre de la protestation, nous nous inspirons en l’adaptant de l’analyse que pr (...)

67Il s’agit maintenant d’analyser les modalités de la prise de parole mise en œuvre par la lettre (comment et par qui est-elle signée ? au nom de qui ? en prenant qui à témoin ?) ainsi que la question de l’adresse.

68Les lettres sont toujours signées, au moins par la formule « Alpha Aly Diallo de {nom de son village} » (en bambara, sauf une fois en français). Les rares lettres écrites pour d’autres sont signées du nom de la personne qui s’exprime, et quelques lettres sont écrites à deux. Cette indication du nom se détache visuellement du corps de la lettre par une graphie un peu plus grande, parfois mise en valeur par un encadrement de l’expression notamment dans la marge des courriers quand Alpha arrive à la fin du courrier en bout de page. Parfois, la signature manuscrite redouble cette présentation du nom. L’inscription de la première personne dans le texte n’est pas limitée à l’espace de la clôture de la lettre mais transparaît dans le corps des lettres, avec une présence forte du pronom personnel, souvent sous la forme du pronom emphatique ne, « moi ». Des formules telles que ne bɔra k’a fɔ, littéralement « moi je me suis levé pour dire » ponctuent le propos. Mais cette prise de parole personnelle se fait souvent au nom d’autres, faisant d’Alpha Aly Diallo le porte-parole de certains groupes, leur « avocat » selon une manière de signer qui émaille les courriers, en particulier quand il se fait l’avocat ou le député des femmes (23, 26, 28, 60, 75). Un de ses amis pour lesquels il écrit plusieurs lettres signe pareillement « le ministre des paysans » (29). Les paysans et les femmes figurent en première place parmi les groupes dont Alpha se fait le défenseur.

69On a indiqué d’emblée que la lettre porte à la connaissance du public des demandes, protestations et considérations. À ce titre, l’auditoire est d’abord conçu comme la communauté des auditeurs. Mais au-delà de ce public indéterminé, les lettres s’adressent souvent à des personnes identifiées. Ce public est parfois spécifié comme un groupe : les paysans du cercle de Mopti, ou encore les gens de son village auxquels Alpha s’adresse régulièrement à travers ses lettres. L’adresse est parfois directe : je demande, je sollicite etc. Parfois indirecte {les habitants de son village} ka dɔn, « que les habitants de mon village sachent » (15). Mais le plus souvent les personnes interpellées sont des autorités : le procureur, le Haut-Commissaire, les puissants (sing. faama, pl. faamaw), le gouvernement du Mali, ou encore les maîtres peuls du pâturage (sing. joowro) dont la mauvaise gestion de la ressource est pointée.

70On peut discerner deux aspects de cette adresse aux puissants. La première la rapproche de la supplique, dans laquelle la recherche d’une relation immédiate vise à s’attirer la bienveillance de l’autorité (Fassin 2000). Ainsi la lettre 60, écrite en tant qu’ « Avocat des femmes » implore l’aide du gouvernement dans un contexte de manque de nourriture. La lettre s’ouvre sur cette formule « Voici une lettre écrite avec des larmes, qui s’adresse au gouvernement du Mali » (formule qui réapparaît dans la lettre 63), et vise à susciter la pitié en proposant la description précise et figurée d’une situation. Une image qui revient est celle de la vieille femme aux cheveux blancs (musɔkɔrɔba si jɛ), décrite par exemple « passant la journée les pieds dans l’eau à arracher le ségo [mauvaise herbe] des champs de riz, contrainte par la nécessité de pourvoir à sa subsistance » (58). Une autre lettre qui fait l’éloge de l’émission en fait d’ailleurs explicitement le porte-voix des pauvres à l’adresse des puissants : « fantan bɛ ci fɔ faamaw ye », « le pauvre envoie un message aux puissants ».

71Mais ce message aux puissants est souvent plus ambivalent qu’un simple appel à l’aide : l’adresse au puissant à partir du moment où elle se fait de manière publique est bien souvent une manière détournée de mettre publiquement en accusation, à tout le moins de placer les autorités face à leurs responsabilités ou de réclamer une enquête. Ainsi du courrier 77, qui réclame « aux autorités et à la radio Jamana » de mener une enquête sur les vendeurs de céréales, afin de mettre un terme à des tricheries sur les quantités vendues.

  • 21 Texte original : « Ne b’a ɲini faamaw fɛ u ka wuli ka sɛgɛsɛgɛli kɛ, walasa min kɛra sababu ye, ka (...)

72L’adresse est souvent plurielle, et change au long d’un même discours : ainsi réagissant à un incendie au marché de Sévaré le 25/01/2003 (56), Alpha commence par exprimer sa sympathie aux victimes. Puis il réclame aux autorités qu’elles « diligentent une enquête afin que celui qui a été responsable de ce que des gens ont perdu leur bien puisse être attrapé et mené chez le juge »21. Enfin il poursuit en demandant au maire de la commune dont dépend un autre marché, celui de Somadougou, qu’il prenne des mesures de prévention en remplaçant les paillotes par des constructions avec des toits en tôle. Un autre incendie évoqué dans le lettre 66 suscite quant à lui la mise en cause directe du maire (« ne bɛ mɛri kɔfɔ », « je critique le maire »).

Une figure publique fragile

73Un certain nombre de traits de ce corpus convergent vers la constitution par le biais des lettres d’une figure publique : c’est le cas de l’emphase sur la prise de parole personnelle que redouble la signature, du choix de s’exprimer au nom de groupes identifiés comme dominés dont il se fait l’avocat, et de l’adresse soit au public, soit aux gouvernants. Le fait que les sujets abordés tendent à être constitués en causes communes à des échelles variées y contribue également.

74Pour autant, les lettres permettent aussi de tracer un portrait plus complexe d’Alpha Aly Diallo, notamment dans son positionnement vis-à-vis de son village. Sa marginalité par rapport à la chefferie de son village est un thème qui traverse les entretiens que nous avons fait avec lui, et qui correspond au discours qu’il porte à l’émission. En effet, au-delà de la réaffirmation constante de son statut de villageois par la signature de son nom suivi de celui de son village, son discours est très critique par rapport à son village et il s’inscrit régulièrement en faux contre ce que font ou disent les gens de son village.

75Ainsi dans la lettre 52 il dénonce le fait que les gens de son village, après avoir protesté contre les Peuls qui laissent paître le bétail dans les périmètres de culture du riz (dits « casiers »), y laissent ensuite leur propre bétail en accusant les Peuls. Pointant la contradiction qu’il y a à édicter une loi pour ensuite s’en excepter, il conclut en affirmant « je n’ai peur de dire la vérité devant personne » (« ne tɛ siran mɔgɔ ɲɛ ka tinyɛ fɔ »). Or une deuxième lettre du même jour, qui démarre par des vœux (ces courriers sont datés du 1/1/2003) reprend le fil de cet argument en s’adressant directement aux gens de son village.

  • 22 Texte original : « 2003 san sɛpanɔrɔmal ka tile fɔlɔ ne bɛ Rajɔ Jamana ani Umaru {nom de famille} s (...)

À l’occasion de la première émission de l’année 2003 de C’est pas normal, j’adresse mes vœux à la radio Jamana et à Oumar {nom de famille}. Puis, je dis aux habitants de {mon village}, personne n’est au-dessus des lois, le fait qu’on ne se respecte pas, le fait qu’on se critique les uns les autres, cela suffit ! Et je dis aux habitants de {mon village} à nouveau que faire quelque chose qu’on ne doit pas faire, quelque chose qui ternit la réputation du village, ou bien qui fait régresser le village, si je vois une des ces choses, je le dis. Que ce qui doit en résulter en résulte. Alpha Aly Diallo de {nom du village}22. (52)

76De manière intéressante, Alpha se pose comme celui qui a le souci de ne pas ternir la réputation du village ; cela fait directement écho au courrier 31 donné en annexe, où il se défend de cette accusation. Il s’agit effectivement d’un risque inhérent au discours de dénonciation, et on voit Alpha naviguer entre des injonctions contradictoires : le désir marqué dans sa société de maintenir une réputation, ici collective, et la dynamique de protestation et de diffusion publique des problèmes qu’encourage le format de l’émission.

77Pour établir la mesure dans laquelle la pratique d’écrire des lettres à la radio Jamana aurait constitué Alpha Aly Diallo en figure publique influente, il nous aurait fallu mener une enquête beaucoup plus large et nous intéresser à l’usage de ces lettres en cours d’émission et au-delà à la réception de ses lettres lues à l’antenne. Nos observations et nos entretiens avec lui permettent néanmoins d’indiquer qu’il est resté dans une posture économique et sociale précaire, au village comme à Mopti, et que la reconnaissance que lui donne le statut d’animateur à la radio est limitée dans un univers professionnel où certains peuvent se prévaloir de titres scolaires ou de formations reconnues. Mais si en termes de promotion sociale la pratique d’écriture des lettres n’a pas eu un grand effet, il nous semble que les lettres sont tout de même le lieu d’émergence d’un discours original dans la multiplicité des positionnements qu’elles autorisent.

Un habitué qui contribue à définir les règles

  • 23 Texte original : « Esike sɛ nɔrɔmal e te bataki ci nka ni maa wɛrɛ nana ka bataki ci Rajo la, e bɛ (...)

78C’est précisément le glissement d’un registre à l’autre qui font des lettres dans leur mise en série une prise de parole originale. Alpha Aly Diallo s’empare en effet de ce format contraint de la lettre à cette émission mais le construit aussi, ne serait-ce qu’en s’imposant comme un auditeur régulier, adressant on l’a vu à certaines périodes au moins une lettre par émission, parfois quatre comme dans la série donnée en annexe qui concerne la même date. Cette régularité se traduit aussi par le fait que certaines lettres sont exclusivement consacrées à définir les règles de la bonne prise de parole. Ainsi la 7 pose, de manière rhétorique, la question suivante : « Est-ce que c’est normal, de ne pas écrire de lettre, mais si quelqu’un d’autre écrit une lettre à la radio, de finir par insulter celui-ci ? »23. Quelques lettres s’inscrivent dans un échange qui court sur plusieurs émissions, en réponse à d’autres. L’un des courriers écrit par Alpha Aly Diallo au nom d’un autre villageois contient même une adresse aux gens de son village pour les convaincre « d’écouter ce que dit Alpha Aly Diallo ».

79Plus généralement, l’écriture d’un courrier permet de mettre en rapport des faits très différents les uns et d’autres et de porter des discours à des adresses multiples. Ainsi, le courrier 41 est exemplaire des procédés d’enchâssement de différents niveaux de discours et d’adresse dans un même texte. Alpha Aly Diallo y raconte une anecdote récente qui le concerne, puisqu’ayant surpris un enfant peul qui faisait paître ses vaches dans un champ de mil, il l’a giflé et a chassé ses vaches. Or l’enfant s’est plaint à son père de ce qu’Alpha l’aurait frappé avec un bâton et son père s’est emporté contre Alpha. Au cours de ce courrier, Alpha opère deux choses : d’une part il rétablit la réalité des faits en indiquant que la version du jeune garçon est mensongère, d’autre part il porte le débat à un autre niveau en faisant de l’impossibilité à châtier l’enfant d’un autre le signe d’une décadence morale générale :

  • 24 Texte original : « Ni i y’a ye, an ka jamana tinyɛna bi, nin n’a ɲɔgɔn don, hali ni i y’a ye, walid (...)

Vous voyez, notre pays est gâté aujourd’hui, c’est [à cause de] ce genre de comportements, même si vous voyez l’enfant d’autrui commettre un acte répréhensible, vous avez peur de le corriger24. (41)

80Inversement, procédant du général au particulier le courrier 45 est l’occasion pour Alpha Aly Diallo de rétablir des faits le concernant. La lettre débute par une question qui semble technique : un reçu lors du paiement d’une amende que l’on a été condamné à verser est-il payant ? Alpha désigne précisément un document émanant du procureur et permettant de clore l’affaire. Il ramène ensuite la question au contexte personnel où elle s’est posée : un jugement qu’il a perdu, suite auquel il a donné les deux vaches qu’il a été condamné à payer, acte pour lequel il ne dispose pas de document. À la fin de ce courrier qui se situe dans un registre qui semble neutre, celui de la demande d’information, la dernière phrase introduit une tout autre idée en rectifiant les choses sur le fond et en signalant : « les deux vaches, celui qui les a obtenues sait qu’elles ne sont pas vraiment à lui mais le résultat de ses magouilles » (45).

Conclusion

81L’étude de ces différentes pratiques décriture nous permet de rendre compte de phénomènes d’appropriation qui mettent en jeu des compétences certes limitées, au regard de la maîtrise des normes lettrées, mais qui du coup nécessitent un travail important sur la langue et l’écriture et requièrent finalement des opérations complexes. Pour les mettre au jour, une grande attention aux textes et aux procédés langagiers (concernant aussi bien l’usage du code linguistique proprement dit que la mise en discours) se révèle indispensable, l’approche du terrain par l’ethnographie permettant d’éclairer le contexte, mais aussi, sur le dernier cas présenté, de préciser les scènes dénonciation et les modes d’engagement du scripteur. Notre double perspective, sociolinguistique et anthropologique, mettant en jeu des méthodologies différentes et que nous pensons complémentaires, permet de décloisonner l’approche de ces pratiques et de penser de façon globale ce que veut dire s’approprier une langue, s’approprier l’écriture. Il s’agit tout à la fois de s’approprier un code linguistique, des normes textuelles et discursives, mais surtout d’en faire un usage pragmatiquement efficace. À analyser la façon dont ces écrits fonctionnent dans leur sphère locale de production et de circulation, les épithètes « malhabiles » ou « peu-lettrés » accolés aux écrits et aux scripteurs semblent tout à fait inadéquats. L’efficacité de ces écrits est au contraire frappante.

82L’analyse de ces deux corpus permet aussi d’aller au-delà d’une conception simple de l’espace de la prise de parole : la parole publique est assortie de références à des relations interpersonnelles, et l’anonymat s’accompagne d’éléments de singularisation de soi destinés à permettre une interprétation adaptée par le récepteur de la lettre. On comprend mieux en dépliant les différents niveaux du discours et en prenant la mesure de la complexité de ce qui se joue dans chacun de ces textes, que certains comme Alpha Aly Diallo, s’investissent aussi intensément dans l’écriture.

83Enfin, ces analyses apportent un nouvel éclairage sur les dynamiques linguistiques dans un pays comme le Mali, incluant l’usage des langues à l’écrit, alors même que les recherches en sociolinguistique se sont largement focalisées sur les pratiques et usages oraux. Ainsi, l’usage écrit du français dépasse largement le cadre scolaire ou administratif, et le bambara peut aussi être une langue véhiculaire de l’écrit, et pas simplement de l’oral. Cela permet de penser les usages linguistiques en contexte plurilingue hors du lien exclusif entre identité et langue première. Ce qui compte ici avant tout est la maîtrise de l’écrit, que ce soit en bambara ou en français, ressource importante pour, au-delà d’un cercle restreint, faire entendre sa voix.

Haut de page

Bibliographie

Barber Karin (ed.), 2006, Africa’s Hidden Histories: Everyday Literacy and Making the Self, Bloomington, Indiana University Press.

Banegas Richard, Florence Brisset-Foucault, et Armando Cutolo (eds), 2012, Espaces publics de la parole et pratiques de la citoyenneté en Afrique, Politique africaine 127.

Blommaert Jan, 2008, Grassroots Literacy. Writing, Identity and Voice in Central Africa. London, Routledge..

Boltanski Luc, 1990, L’Amour et la Justice comme compétences, Paris, Gallimard.

Branca-Rosoff Sonia, 1992, Constantes et variantes dans l’appropriation de l’écriture chez les ’mal-lettrés’ pendant la période révolutionnaire, in GEHLF, Grammaire des fautes et français non conventionnel, Presses de l’École normale supérieure : 59-76.

Branca-Rosoff Sonia, 1989, Vue d’en bas : Des écrits « malhabiles » pendant la période révolutionnaire, Langage et société, n°47 : 9-27.

Brisset-Foucault Florence, 2009, « Polis Academy ». Talk-shows radiophoniques, pluralisme et citoyenneté en Ouganda, Politique africaine 113 : 167-186.

Ducrot Oswald, 1984, Le dire et le dit, Paris, Minuit.

Fabian Johannes, 1990, History from below. The « Vocabulary of Elisabeth ville » by André Yav. Text, Translations, and Interpretive Essay, Amsterdam.

Fardon Richard et Graham Furniss, 2000, African Broadcast Cultures. Radio in transition, Oxford, James Currey.

Fassin Didier, 2000, La supplique. Stratégies rhétoriques et constructions identitaires dans les demandes d’aide d’urgence, Annales. Histoire, Sciences Sociales 55 (5) : 955981.

Fay Claude, Yaouga Kone, Catherine Quiminal, 2006, Décentralisation et pouvoirs en Afrique. En contrepoint, modèles territoriaux français. Paris, IRD.

Goffman, Erving, 1991, Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit.

Gunner Elizabeth, Dina Ligaga, et Dumisani Moyo (eds), 2012, Radio in Africa: publics, cultures, communities, Woodbridge & Rochester, James Currey.

Hattiger, Jean-Louis, 1983, Le Français populaire d’Abidjan: un cas de pidginisation, Abidjan, I.L.A.

Lafage Suzanne, 2002, Le lexique français de Côte d’Ivoire (Appropriation et créativité), ROFCA, 16-17.

Maingueneau Dominique, 1998, Scénographie épistolaire et débat public, in Jürgen Siess (éd.), La lettre entre réel et fiction, Paris, SEDES : 55-71.

Manessy Gabriel, 1994, « Normes endogènes et français de référence », in

Gabriel Manessyd.), Le français en Afrique noire : mythes, stratégies, pratiques, Paris, L’Harmattan : 215-227.

Mbodj-Pouye, Aïssatou et Cécile Van den Avenne, 2012, Multilingualism in vernacular texts in present-day Mali: Written language repertoires, graphic resources and discursive strategies, in Mark Sebba, Shahrzad Mahootian et Carla Jonsson, eds, Language mixing and code-switching in writing: approaches to mixed-language written discourse, London, Routledge: 170-191.

Ploog Katja, 2001, Le non-standard entre norme endogène et fantasme d’unicité, Cahiers d’études africaines, 163-164 : 423-442.

Schneider Nathalie, Branca-Rosoff Sonia, 1994, ‎L’‎écriture des citoyens, une analyse linguistique de l‎’‎écriture des peu-‏lettres pendant la Révolution française,‏‎ ‎Paris, Klincksieck.

Schulz Dorothea E., 2000, Communities of Sentiment. Local Radio Stations and the Emergence of New Spheres of Public Communication in Mali, in Stefan Brüne, Neue Medien und Öffentlichkeiten. Politik und Tele-Kommunikation in Asien, Afrika, und Lateinamerika, (vol. 2), Hamburg, Deutsches Übersee-Institut: 36-62.

Haut de page

Annexe

1. Conventions de transcription

[et]

indique les séquences raturées

[X]

indique une rature illisible

[-]

indique une séquence illisible

[être]

indique une interprétation douteuse (ici, être)

[etre/ete]

indique deux interprétations possibles

[le/C]

indique des séquences qui se superposent (la seconde corrigeant la première)

//

signale un changement de pages

< >

indique les ajouts sur l’interligne supérieur

<’>

signale un ajout dans la marge gauche

{}

signale la suppression d’un nom pour l’anonymisation

2. Quatre courriers d’Alpha Aly Diallo à « C’est pas normal »

Lettre n° 31. 9-9-2002

I na fɔ donko, ne bɔra k’a fɔ{aux habitants de mon village} banna ka kalan kɛ, o kuma ni [a] digira dɔ ma, ne ka a tigi ka dɔn. Ne ma dabɔ ka dugu tɔgɔ tiyɛn. Ne y’a kɛ dugu ɲɛta kama, ne bɛ bataki min ci Sɛpanoromal ma, ni o kuma digira mɔgɔ o mɔgɔ, a tigi ka yafa n ma. Ne ma lawuli kɛlɛ kama. Alfa Ali Jallo, ka bɔ {nom du village}.

Comme un jour j’ai pris la parole pour dire que les gens de {mon village} ont refusé d’apprendre, si cette parole a blessé quelqu’un, que je sache de qui il s’agit. Mon intention n’est pas de ternir la réputation de notre village. Je l’ai fait pour le progrès de notre village. Si dans les lettres que j’envoie à « C’est pas normal » des propos blessent quelqu’un, que celui-ci me pardonne. Je n’ai pas fait cela pour susciter la dispute. Alpha Aly Diallo, de {nom du village}.

Lettre n° 32. 9-9-2002

Dɔ y’a fɔ ne ma yala Alfa, e tɛ na misi kelen feere, k’a di M. ma, walasa {nom des habitants du village} denmisenw bɛ kalan kɛ wa ? O b’a jira k’a fɔ mɔgɔ dɔ bɛ yen a tɛ dugu ɲɛtaa fɛ, a tɛ komini ɲɛtaa fɛ, a tɛ mara ɲɛtaa fɛ, a tɛ hali jamana ɲɛtaa fɛ, a bɛ a yɛrɛ de ɲɛtaa fɛ. O dun sepanoromal ne b’a jabi, k’a fɔ, ni Ala y’a kɛ, nafolo bɛ ne fɛ ka kalanso jɔ {nom du village} yan, ne b’a kɛ, ni Ala y’a kɛ, nafolo bɛ ne fɛ ka dɔgɔtɔrɔso jɔ {nom du village} yan, ne b’a kɛ, ni Ala y’a kɛ, nafolo bɛ ne fɛ ka faramasin dayɛlɛ {nom du village} yan, ne b’a kɛ. Alfa Ali Jallo ka kamalen ka kuma jabi don, ka bɔ {nom du village}.

Quelqu’un m’a demandé « Alpha, tu ne vendrais pas une vache pour la donner à M., afin que les enfants de {nom du village} aillent à l’école ? » Cela montre qu’il y a quelqu’un ici (ou qu’il y a des gens ici ?), qui ne se soucie pas du progrès du village, ni de celui de la commune, ni de celui du cercle, ni même de celui du pays. Il se préoccupe de son progrès à lui. Alors là je lui réponds que « c’est pas normal », et je dis que si Dieu m’en donne les moyens, construire une école ici à {nom du village}, je le ferai, si Dieu m’en donne les moyens, construire un dispensaire ici à {nom du village}, je le ferai, si Dieu m’en donne les moyens, ouvrir une pharmacie ici à {nom du village}, je le ferai. Voici la réponse d’Alpha Aly Diallo à la parole de ce jeune homme, depuis {nom du village}.

Lettre n° 33. 9-9-2002


Ne bɛ min fɔ, Mɔti mara togodamɔgɔw, don o don kɛlɛ, don o don ɲɔgɔnfaga, don o don kiri, min tɛ ban. An sera ka o dabila, an ka kan ka ɲɛsin min na, ka kɛlɛ ka bɔ yen, kalanbaliya, ani ka dɔgɔtɔrɔso jɔ ka faramasinw dayɛlɛ. Alfa Ali Jallo ka bɔ {nom du village}.

Voici ce que je dis, paysans du cercle de Mopti, tous les jours des conflits, tous les jours des gens qui s’entretuent, tous les jours des procès sans fin. Nous sommes arrivés au point où il nous faut arrêter cela. Ce vers quoi nous devons tendre, c’est se débarrasser de la guerre et de l’analphabétisme, et construire des dispensaires et ouvrir des pharmacies. Alpha Aly Diallo, de {nom du village}.

Lettre n° 34. 9-9-2002

Mɔti hopital Sominɛ Dolo ka ɲɛgɛn nɔgɔlen don kojugu. Ni mɔgɔ donna yen, i b’a sɔrɔ ɲɛgɛn dala bɛɛ b’o don, ani joli, min bɛ bɔ banakɔtaa ani kasa jugu o tuma na, mɔgɔ minnu bɛ taa ani u ka mɔgɔw dɔgɔtɔrɔso la, u man kan nin yɔrɔ saniyalen wa ? Munna ɲɛgɛn kɔnɔ na, a tɛ ko ka jɛ, ka gasi k’a la, walasa banabaatɔ ani a nɔfɛ mɔgɔw ka lafiya sɔrɔ. Sɛpanoromal sabu ne b’a dɔn dɔgɔtɔrɔ mɔgɔw u tɛ sɔn ka dɔn ɲɛgɛn ninnu kɔnɔ sabu u b’a dɔn a bɛ bana lase mɔgɔw ma. Aw ka taa [a] lajɛ ban. Alfa Ali Jallo ka bɔ {nom du village}.

Les latrines de l’hôpital Somine Dolo de Mopti sont trop sales. Si quelqu’un y entre, tout le monde le sait dans le voisinage, ainsi que le sang, les excréments et les mauvaises odeurs. Alors les gens qui vont avec leurs proches à l’hôpital, est-ce qu’ils ne devraient pas [trouver] ce lieu nettoyé ? Pourquoi l’intérieur des douchières n’est pas lavé à fond, pourquoi n’y met-on pas de produit, afin que les malades et leurs visiteurs trouvent un peu de repos. C’est pas normal parce que je sais que le personnel de l’hôpital n’accepte pas d’entrer dans ces douchières, parce qu’ils savent qu’on y contracte des maladies. Allez donc y voir. Alpha Aly Diallo, de {nom du village}.

Haut de page

Notes

1 Le taux d’alphabétisation du Mali était estimé à 31% en 2010 selon les données de l’UNESCO publiées sur le site www.uis.unesco.org.

2 Plus précisément, elles relèvent de ce que Maingueneau (1998) nomme l’« hypergenre » épistolaire, soit une catégorisation correspondant à un certain formatage du texte, mais aux contraintes réduites, où la mise en scène de la parole peut se développer de façon variée. Un texte peut être immédiatement reconnu comme lettre par un certain nombre d’indices formels encadrants : adresse au destinataire, formule de clôture, signature, mention éventuelle de la date et du lieu.

3 Précisant parfois que si le nom est donné pour le destinataire de la lettre, il ne doit pas être rendu public : « par [...] / Ne dis pas mon nom à l’antenne » (03-4/4 ; l’indexation des lettres, tout au long de cet article, renvoie au corpus détenu par les auteurs).

4 Ainsi par exemple (lettre 04-2/7) : « A. S. D. âgé de 37 ans / marier 2 femmes / père de 4 enfants à Mopti Bougoufé ».

5 Taïkiri est un ancien village peul à la périphérie de Mopti, Médinacoura est une extension neuve de la ville ; Djennédaga et Baricodaga sont deux daga, berge ou îlot, sur le Niger et le Bani, quartier-village non lotis à la population précaire, faisant partie de la ville de Mopti.

6 Transposant la distinction de Ducrot (1984) locuteur/énonciateur (émetteur physique du message vs celui qui prend effectivement en charge le message), nous utiliserons une distinction scripteur (producteur matériel de la lettre) /rêveur (instance d’énonciation qui prend en charge le rêve raconté).

7 Les lettres sont retranscrites mot pour mot, avec les fautes d’orthographe et de syntaxe éventuelles. Voir conventions de transcription en annexe 1.

8 Goffman propose de décomposer le statut du locuteur, en trois positions, qui sont d’une part le responsable (principal), « qui devra répondre d’une position qui viendra confirmer le sens de ses énonciations », celui qui est lié par ce que les paroles disent ; l’animateur (animator) : celui qui anime la figure, le corps physique, qui lui donne de l’expressivité et ne se contente pas d’émettre un message ; l’auteur (author) qui choisit les mots pour encoder les sentiments qu’il veut exprimer (1991).

9 Pour une analyse approfondie des phénomènes d’alternances codiques, incluant une analyse de ce corpus précis, voir : Mbodj-Pouye A., Van den Avenne C. (2012).

10 Entretien réalisé par C. Van den Avenne.

11 Avec son accord, nous avons choisi de ne pas user de pseudonyme pour Alpha Aly Diallo, qui écrit en son nom propre. En revanche, nous n’identifions pas son village ni les autres protagonistes des lettres.

12 Ces données sont tirées d’un entretien en français, avec prise de notes, de 2002, et d’un entretien enregistré en bambara, de mai 2007. Ces deux entretiens se recoupent pour ce qui est du « récit d’apprentissage » que nous a fait Alpha Aly Diallo.

13 Nous avons ainsi retrouvé dans les archives quelques lettres d’Alpha en peul à l’émission en langue peule.

14 Texte original : « I k’i jija k’a kɛ jama bɛɛ lajɛlen ka haminanko ye, sigila ka ɲɛtaa ye a ka ka sigila ka yiriwa laɲini ».

15 Ces analyses s’appuient sur la lecture approfondie accompagnée de transcriptions de travail des 81 lettres de ce corpus. Cet article s’intéresse prioritairement aux modalités de la prise de parole et d’écriture, aussi les indications sur le contenu ne sont données que pour préciser le contexte ; nous remettons à une publication ultérieure une présentation et une analyse plus étoffées. Par ailleurs, le traitement de ce corpus reste pour l’essentiel qualitatif et le décompte n’y a qu’une fonction de repérage de grandes tendances. Enfin, si nous avons assisté à plusieurs émissions et enregistré et transcrit un certain nombre d’entre elles, nous ne disposons que rarement de l’enregistrement de l’émission correspondant à la lettre envoyée ; aussi ces observations nous servent d’éléments de contextualisation mais ne nous permettent pas d’élaborer une analyse de chaque lettre dans la série des interactions d’une émission.

16 Cette unité de sujet est liée à un format souvent assez court, la lettre couvrant en général une à deux pages ce qui compte tenu de l’écriture assez large d’Alpha Aly Diallo représente des lettres comme celles données en annexe.

17 Dans toute cette partie, les numéros renvoient à la numérotation, chronologique, que nous avons opérée du corpus dont nous disposons.

18 Texte original : « Ni ɲuman kɛra, a ka fɔ, ni juguman kɛra, a ka fɔ, ni a ma fɔ, sɛpanɔrɔmal. »

19 Texte original : « Waati dɔ, ni muso jɔra a jigini na fo ka don faliwɔtɔrɔ la, i n’a fɔ ɲɔ bɔrɔ, ka ɲɛsin Somadugu CS com. la, {nom du village} ni Somadugu dun, a bɛ taa fo kilo : 20 ɲɔgɔn, k’a sɔrɔ waati dɔ, muso bɛ sigi, tile saba : 3 ɲɔgɔn a b’a fɛ ka jiginni kɛ, a dɛsɛlen don k’a yɛrɛ sɔrɔ, yanni u b’a fɔ, u bɛ taa n’a ye dɔgɔtɔrɔso la, a bɛ sɔrɔ muso fana bɛ banna. O dun sɛpanɔrɔmal, dɔgɔtɔrɔso ani ekɔliso dugu mɔgɔw man kan ka [u] kɛ bolokɔfɛfɛn ye. »

20 Pour analyser ce registre de la protestation, nous nous inspirons en l’adaptant de l’analyse que propose Boltanski du système de la dénonciation, selon laquelle « une dénonciation instaure un système de relations entre quatre actants : 1) celui qui dénonce ; 2) celui en faveur de qui la dénonciation est accomplie ; 3) celui au détriment de qui elle s’exerce ; 4) celui auprès de qui elle est opérée » (1990, 316). Du fait que le courrier ne s’inscrit pas dans la registre de la dénonciation stricto sensu (à de rares exceptions près), on évoquera ici les figures du protestataire, de celui en faveur de qui il proteste, de la personne à qui il impute la responsabilité du problème soulevé et de l’instance prise à témoin. La question de l’adresse complexifie ce schéma puisque la protestation peut s’adresser aux responsables comme elle peut prendre à témoin un large public.

21 Texte original : « Ne b’a ɲini faamaw fɛ u ka wuli ka sɛgɛsɛgɛli kɛ, walasa min kɛra sababu ye, ka tinyɛli kɛ mɔgɔw kun na, a ka se ka minɛ zuzɛ [fɛ]. »

22 Texte original : « 2003 san sɛpanɔrɔmal ka tile fɔlɔ ne bɛ Rajɔ Jamana ani Umaru {nom de famille} sanbe sanbe. O kɔfɛ, ne b’a fɔ {les habitants de son village} ye, mɔgɔ si tɛ sariya san fɛ, ɲɔgɔn bonyabaliya ani ɲɔgɔn kɔrɔfɔ, dɔ kɛra a la sa, k’a fɔ {nom des habitants du village} ye tugunin ka fɛn dɔ kɛ min man kan ka kɛ dugu kɔnɔ, min bɛ dugu tɔgɔ tinyɛ, walima min bɛ dugu segin kɔfɛ, ni ne ɲɛ b’a ye bɛɛ, n b’a fɔ, min mana bɔ a la, o ka bɔ a la, Alfa Ali Jallo, ka bɔ {nom du village}. »

23 Texte original : « Esike sɛ nɔrɔmal e te bataki ci nka ni maa wɛrɛ nana ka bataki ci Rajo la, e bɛ tila ka min bɛ bataki ci, k’u neni. »

24 Texte original : « Ni i y’a ye, an ka jamana tinyɛna bi, nin n’a ɲɔgɔn don, hali ni i y’a ye, waliden bɛ sira jugu kan, i bɛ siran k’a gosi. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Van den Avenne et Aïssatou Mbodj-Pouye, « Faire entendre sa voix. Deux corpus de lettres envoyées à une radio locale à Mopti (MALI) », Journal des africanistes, 83-1 | 2013, 38-69.

Référence électronique

Cécile Van den Avenne et Aïssatou Mbodj-Pouye, « Faire entendre sa voix. Deux corpus de lettres envoyées à une radio locale à Mopti (MALI) », Journal des africanistes [En ligne], 83-1 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3517

Haut de page

Auteurs

Cécile Van den Avenne

ENS de Lyon

Aïssatou Mbodj-Pouye

Institut des mondes africains (IMAf-CNRS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org