Navigation – Plan du site
Écrits hors-champ

Présentation

Mélanie Bourlet et Aïssatou Mbodj-Pouye
p. 7-13

Texte intégral

  • 1 Ce numéro s’inscrit dans le prolongement de la journée d’études de l’opération de recherche « Dynam (...)
  • 2 Pour une discussion de la littérature africaine francophone et de son articulation avec le champ li (...)

1Les contributions qui composent ce dossier s’intéressent à un ensemble de pratiques d’écriture qui, sur les terrains africains, se situent aux interstices de plusieurs disciplines et sont rarement constituées comme objets d’enquête1. Aux marges des travaux sur les littératures orales, les documents produits dans les périodes récentes peuvent éventuellement servir comme réservoirs d’exemples aux linguistes, ou attirer ici ou là la curiosité d’un anthropologue qui les rencontre, à la façon d’un historien qui tomberait sur une archive (Fabian, 1990). Mais elles n’ont fait que depuis peu l’objet d’enquêtes systématiques, associant étude des situations d’écriture et analyse des documents (Mbodj-Pouye, 2013). La métaphore de l’« hors-champ », d’abord photographique, nous a semblé propre à rendre compte du geste qui vise à constituer en objet de recherche des pratiques relativement inaperçues au sein des études africaines ; elle pointe aussi la valeur heuristique de tels objets pour interroger des catégories, telles celle de « champ littéraire », sur des terrains postcoloniaux2.

2Certaines de ces pratiques se développent dans les interactions quotidiennes (ainsi, l’usage des sms), d’autres s’enracinent dans des espaces religieux, professionnels ou liés à l’alphabétisation fonctionnelle. Des écrits à vocation littéraire bousculent les partages attendus par le recours à des graphies originales, des orthographes multiples pour une même langue, des genres composites, des procédés d’édition singuliers.

3L’enjeu est d’approfondir notre compréhension des rapports complexes entre statut de l’écrit, statut des langues (notamment les langues africaines) et actes d’écriture et de lecture. Nous nous appuyons sur le renouvellement des approches de l’écriture en Afrique, attentives à la diversité des pratiques et des espaces sociaux de maniement de l’écrit, dont témoignent plusieurs publications récentes (le volume édité par Karin Barber en 2006, le dossier « Cultures écrites en Afrique » des Annales en 2009). Et, dans ce dossier, qui s’inscrit à la jonction des études littéraires, de la linguistique et des sciences sociales, nous nous tournons plus particulièrement vers les écrits en langues africaines jusqu’ici peu étudiés dans cette perspective. Il ne s’agit pas seulement de faire état de la variété des formes d’appropriation de l’écrit en Afrique et de leur profondeur historique, mais aussi de proposer des méthodes d’enquête, articulant analyse textuelle et étude du contexte d’écriture à des échelles diverses.

Normes et codes

  • 3 Notons que dès sa conception, cette catégorie est donnée pour provisoire : au début de l’ouvrage co (...)

4Abordant des écrits très hétérogènes, le premier réflexe peut être de convoquer diverses catégories de classement, comme celle d’« écrits ordinaires », pour reprendre une expression introduite par l’ethnologie française de l’écriture3. Il paraît difficile de qualifier ainsi des pratiques qui ne sont souvent ni banales ni quotidiennes dans des contextes où les processus d’alphabétisation sont encore en cours et caractérisés par une multiplicité des langues et des graphies. Cette expression fait écho à celle d’« everyday literacy », qui pose le même type de difficulté, et qui côtoie chez Karin Barber l’idée de productions émanant d’une sous-élite lettrée (que condense la formule « sub-elite writing », 2006). Cette dernière proposition a le mérite de pointer la position sociale et culturelle des auteurs et scripteurs, décrits comme aspirant à rejoindre une élite lettrée. Dans ce dossier, la contribution d’Amar Améziane sur les Cahiers de Belaïd, écrits en kabyle dans les années 1940 par un jeune lettré sollicité par un Père Blanc, rappelle la profondeur historique des statuts d’intermédiaires lettrés, bien décrits dans une variété de contextes coloniaux et missionnaires. La dénomination de « grassroots literacy » est proposée par Jan Blommaert pour saisir des écrits « en-deçà » d’une telle pratique tendue vers l’inclusion dans des cercles lettrés, pour pointer des prises d’écriture plus difficiles et instables (2008).  Tous ces efforts de catégorisation ont sans doute le mérite de mettre en lumière l’existence d’une variété de formes d’engagement dans l’écrit, mais ils posent deux problèmes majeurs : ils charrient l’idée d’une hiérarchie des productions écrites adossée, explicitement ou non à une hiérarchie des producteurs, quand précisément les circulations culturelles déjouent souvent ces reproductions attendues (Chartier, 1985) ; ils présupposent l’existence d’un autre pôle, celui des écrits littéraires, dont ils seraient radicalement distincts, et dont l’existence autonome sur les terrains africains est discutée. Aussi nous a-t-il semblé plus pertinent d’envisager la gamme de pratiques d’écriture qui dessinent un continuum entre ces deux pôles.

5Loin de tenir pour acquis une distinction nette entre écrits ordinaires et littéraires, nous nous proposons d’interroger la façon dont ce partage se décline dans les études africaines dans une opposition entre, d’une part, le domaine de l’alphabétisation et de la post-alphabétisation et, d’autre part, celui des écrits littéraires. Certes, l’air de famille de beaucoup des textes étudiés dans les articles du dossier, la proximité des trajectoires de certains de leurs scripteurs et la densité des échos d’une contribution à l’autre, orientent vers la recherche d’un vocabulaire analytique commun et incitent à se doter d’outils conceptuels afin de les distinguer et de les comparer. Mais, si la question des normes travaille les textes considérés de manière centrale, il nous a paru plus fécond de partir du constat que les écrivains et scripteurs considérés se débattent très souvent avec des codes et des normes linguistiques et scripturaux, des considérations génériques, des positions assignées ou revendiquées au sein d’espaces sociaux divers plus ou moins institutionnalisés.

  • 4 La possibilité de remonter du texte aux pratiques et aux normes n’est bien sûr pas exclue et illust (...)
  • 5 Sur ces dimensions des littératures en langues africaines, voir notamment les travaux d’Alain Ricar (...)

6Une conséquence directe de cette approche est qu’elle requiert une pratique du terrain pour saisir les débats locaux dans lesquels les textes sont pris4. Centrées sur des textes en langues africaines, les contributions témoignent aussi du fait que même ceux qui relèvent le plus évidemment du pôle littéraire ont rarement fait l’objet de procédures systématiques de collecte : on sait aujourd’hui que la bibliothèque des études littéraires en langues africaines est à constituer, auprès d’une constellation d’éditeurs, souvent privés, missions ou ONG, par des pratiques de recueil souvent sans soutien institutionnel, ce qu’illustrent deux articles du dossier (Le Lay et Bourlet)5. Le terrain s’impose alors tout simplement pour débusquer des textes, dans une pratique de la collecte qui fournit également des données sur l’état du domaine et le type d’acteurs qui y sont investis, et permet d’identifier des espaces de circulation, qui sont plus ou moins vastes.

7Ce déplacement de perspective met donc en évidence deux aspects centraux : l’importance des écrits en langues africaines, même dans des contextes sociolinguistiques où le statut de ces langues est fortement disputé ; le rôle des circulations, d’un support à l’autre, d’un média à l’autre, dans des espaces de référence eux-mêmes changeants.

Statut des langues africaines à l’écrit

8Les contributions de ce dossier témoignent des inégalités profondes de développement des langues africaines à l’écrit. Certaines littératures africaines sont encore embryonnaires et fortement liées à l’alphabétisation, notamment pour des langues peu ou pas enseignées au niveau formel dans les états africains (en témoignent les articles sur le bambara, le wolof, et le pulaar). Les auteurs y sont parfois des néoalphabètes, publiant grâce à l’argent d’associations, d’ONG, ou à leurs propres frais, des textes tirés en très peu d’exemplaires, à l’orthographe non stabilisée. Le développement de structures éditoriales dans ces langues relève avant tout du militantisme, d’initiatives informelles, d’associations, d’engagements individuels. Dans ce contexte, l’écho que ces publications peuvent rencontrer dépend largement du degré d’investissement des locuteurs. C’est la différence entre le cas du wolof et celui du pulaar, par exemple, où seul ce dernier est adossé à une dynamique associative et identitaire. Cette situation contraste avec les cas où une langue africaine est promue au rang de langue de l’instruction formelle, à l’instar du swahili en Tanzanie, dont Flavia Aiello montre le développement, par l’étude d’un domaine particulier (la littérature enfantine), alors même que le processus de swahilisation de l’école publique connaît quelques difficultés. De facto et de jure, le statut sociolinguistique a des incidences sur les pratiques d’écriture.

9Écrire un roman en bambara ou en wolof dans un contexte de post- alphabétisation et sous l’égide d’une ONG relève-t-il de la littérature ? Voilà le type de questions que se posent auteurs et éditeurs. En rappelant l’existence, au Mali, de maisons d’éditions publiant en bambara (bamanankan), Nadia Cohen rappelle implicitement la corrélation forte existant entre le statut d’une langue nationale (non officielle) et les préjugés dépréciatifs aboutissant au manque d’intérêt académique pour le microcosme éditorial qui pourtant existe à Bamako. Cette recherche souligne l’intérêt d’une approche ethnographique locale révélant les enjeux sous-jacents à l’édition en langues africaines. Bien que le Mali fasse partie des pays où la codification des langues nationales est avancée (en particulier le bambara), avec un décret régissant leur orthographe, il est intéressant de souligner que les débats demeurent. Qu’est-ce qu’écrire en « bon » bambara ? Les jeux d’écarts et de rapprochements à une norme linguistique peu reconnue, même dans ce cas où elle est clairement établie, alimentent un marché éditorial concurrentiel, et conditionnent des usages différenciés des langues et/ou des variantes dialectales. À travers l’analyse des écrits de romancières, Abdoulaye Keïta explique, de même, la timidité de la production romanesque en wolof par la faiblesse de l’édition et les normes linguistiques qui associent littérarité et écriture en français. Maëline Le Lay examine, quant à elle, le développement d’écrits en swahili en situation de « tétraglossie » à Lubumbashi, où l’on a coexistence d’un swahili standardisé, ne correspondant pas à celui que parlent les lushois, du français, et d’autres langues africaines. Pour autant, le rapport à la norme n’est pas toujours aussi obsessionnel et certains écrits se développent, sans forme d’autocensure marquée, dans des contextes où la justesse de la communication importe : c’est le cas des auditeurs d’une radio locale de la ville de Mopti, au Mali, radio à laquelle ils adressent leurs « lettres de rêves », essentiellement en français (Cécile Van den Avenne, Aïssatou Mbodj-Pouye). Le lien entre usages sociaux de l’écrit (incluant les positionnements locaux) et choix de langues transparaît nettement dans tous les articles présentés, en particulier dans le cas d’écrits plurilingues. Parce que la réalité des villes africaines est rarement monolingue, Kristin Vold Lexander tente de démêler les fonctions attribuées à chaque langue dans le cadre de la communication amoureuse par SMS d’étudiants à Dakar (Sénégal).

10La complexité des situations locales évoquées à travers ces études de cas permet de nuancer l’affirmation selon laquelle l’absence de reconnaissance officielle, de standardisation d’une langue (y compris le choix d’un parler) est un frein à l’expression écrite (Ricard 1995). Des écrits monolingues ou plurilingues, dans des langues africaines ou non, officielles ou non, standardisés ou pas, existent et ont tous en commun d’être travaillés implicitement par une norme linguistique, variable selon les acteurs, les enjeux et les usages locaux de l’écrit.

Circulations et publics

11Les différentes instances de production de normes que nous avons évoquées (éditeurs, linguistes, acteurs nationaux ou internationaux des politiques éducatives), témoignent de la variété des échelles dans lesquelles les documents considérés ici circulent, et de la diversité de leurs publics. Les articles mettent en lumière différents canaux qu’empruntent ces écrits pour parvenir à leurs destinataires, et la variété des supports mobilisés, rejoignant ainsi des interrogations classiques des historiens de la culture écrite sur sa matérialité. Ces questions montrent à quel point le lieu d’existence de ces écrits ne saurait, on le voit, se confondre avec la mise en place d’un champ éditorial dans des langues non officielles. Ces interrogations s’articulent à des enjeux théoriques sur le lien entre matérialité et efficacité de l’écrit tel qu’il est discuté en linguistique et en anthropologie (Fraenkel, 2007). Ainsi Mélanie Bourlet montre, à partir de l’exemple de la création littéraire contemporaine écrite en pulaar, que cette notion, et de manière plus générale celle de la performativité, peuvent également offrir des perspectives stimulantes aux littératures invisibles, faiblement voire pas du tout institutionnalisées.

12Xavier Garnier met ainsi en évidence l’importance que revêt le cahier d’écolier pour Sony Labou Tansi, écrivain africain reconnu, dans une œuvre littéraire qui se construit avant tout dans un faisceau de correspondances entre amis. Cette circulation invisible et méconnue est décisive dans le processus créatif et la constitution d’un lectorat. Quant aux lettres étudiées par Cécile Van den Avenne et Aïssatou Mbodj-Pouye, elles sont destinées à être lues à la radio, élargissant ainsi le cercle de leurs destinataires au-delà de lecteurs potentiel, dans des usages de l’anonymat ou au contraire une publicité revendiquée que l’article s’attache à analyser.

13Deux articles, dans ce dossier, évoque l’usage croissant des nouvelles technologies dont on sait, d’une part, qu’elles font l’objet d’appropriations massives sur le continent africain et dans les diasporas, et que d’autre part, elles peuvent constituer pour des minorités linguistiques, un outil d’expression, de revendication et de communication privilégié, permettant de contourner certaines difficultés (politiques, sociales, éditoriales, etc.). Kristin Vold Lexander analyse ainsi l’intense communication amoureuse écrite entre étudiants dakarois au travers d’un corpus de SMS plurilingue, mais où les langues nationales sont bien présentes dans un pays où leurs usages écrits, on l’a vu, sont peu développés. Les téléphones portables offrent ainsi un espace en pleine expansion pour la communication écrite, de même qu’Internet dont d’autres travaux permettent de mesurer l’importance comme espace d’expression et lieux où se reconfigurent les rapports entre les langues (Bourlet, sous presse). Ces objets permettent donc de reposer à nouveaux frais la question des interférences entre oral et écrit, en écho avec des contributions sur des médias plus classiques : ainsi la leçon de morale (mafundisho), qui clôt les pièces radiophoniques de la troupe théâtrale Mufwankolo au Katanga (Congo), très attendue des auditeurs, constitue en réalité la seule partie intégralement écrite des pièces (Le Lay).

14Si la diversité des niveaux d’alphabétisation et d’outillage des langues est connue, c’est sans doute la coexistence de modes d’engagements très divers dans l’écrit, souvent intenses, qui est la plus marquante. Nous travaillons des contextes où en une génération on peut passer d’une présence lointaine de l’écriture à son usage quotidien, d’usages parcimonieux et déférents de l’écrit à un recours constant à des formes de communication électroniques. Nous espérons que les études de cas, présentées ici, ouvriront sur des études qui intègrent ces différentes dimensions et approfondissent la question des dynamiques sociales, sur le mode de la transmission tout autant que de la rupture et de l’écart, à l’occasion de l’émergence de genres et l’expansion de technologies.

Haut de page

Bibliographie

Annales. Histoire, Sciences Sociales 4, 2009, n° spécial Cultures écrites en Afrique.

Barber Karin (ed.), 2006, Africa’s Hidden Histories: Everyday Literacy and Making the Self, Bloomington, Indiana University Press.

Blommaert Jan, 2008, Grassroots Literacy. Writing, Identity and Voice in Central Africa, London, Routledge.

Bourlet Mélanie, sp, La littérature en peul sur internet : circulation, création, édition, in Abdourahmane Diallo, Ursula Baumgardt (éd.), Autour de la transmission culturelle, Cologne, Rüdiger Köppe Verlag.

Chartier Roger, 1993, Pratiques de la lecture, Marseille, Payot & Rivages.

Ducournau Claire, 2010, Mélancolie postcoloniale ? La réception décalée du roman Monnè, outrages et défis, d’Ahmadou Kourouma (1990), Actes de la Recherche en Sciences Sociales 185 (5), déc. 2010 : 82-95.

Fabian Johannes, 1990, History from below. The ‟Vocabulary of Elisabethville” by André Yav: Text, Translations, and Interpretive Essay, Amsterdam, John Benjamin Publishing Company.

Fraenkel Béatrice, 2007, Actes d’écriture : quand écrire c’est faire, Langage et société 121-122 : 101-112.

Jezequel Jean-Hervé, 1998, Maurice Delafosse et l’émergence d’une littérature africaine à vocation scientifique, in Jean-Loup Amselle, Emmanuelle Sibeud (éd.), Maurice Delafosse. Entre orientalisme et ethnographie : l’itinéraire d’un africaniste (1870-1926), Paris, Maisnonneuve et Larose : 90-104.

Mbodj-Pouye Aïssatou, 2013, Le fil de l’écrit. Une anthropologie de l’alpha-bétisation au Mali, Lyon, ENS-Éditions.

Newell Stephanie, 2002, Literary culture in colonial Ghana : How to Play the Game of Life, Bloomington, Indiana University Press.

Ricard Alain, 1995, Littératures d’Afrique noire: des langues aux livres, Paris, CNRS/Karthala.

Haut de page

Notes

1 Ce numéro s’inscrit dans le prolongement de la journée d’études de l’opération de recherche « Dynamiques d’appropriation de l’écrit » de l’équipe « Langue et pragmatique » du LLACAN, intitulée « Écrits ordinaires et littérature en Afrique », qui s’est tenue le 10 février 2011. Nous remercions le LLACAN pour son soutien lors de l’organisation de cette journée.

2 Pour une discussion de la littérature africaine francophone et de son articulation avec le champ littéraire français, voir Claire Ducournau (2010).

3 Notons que dès sa conception, cette catégorie est donnée pour provisoire : au début de l’ouvrage collectif Écritures ordinaires l’énumération de gestes quotidiens d’écriture se conclut ainsi « telles étaient, dès l’abord, dans leur désordre déroutant, quelques unes des façons que nous mîmes sous ces deux mots : écritures ordinaires ». Elle s’élabore dans une opposition nette à « l’univers des écrits que distinguent la volonté de faire œuvre, la signature authentifiante de l’auteur, la consécration de l’imprimé » (Fabre, 1993 : 11).

4 La possibilité de remonter du texte aux pratiques et aux normes n’est bien sûr pas exclue et illustrée par certains articles, mais une pratique du terrain, selon des modalités diverses on le verra à lire les contributions rassemblées, permet d’éclairer au mieux ces dynamiques d’imposition, de contestation, d’acceptation ou encore d’ignorance des normes.

5 Sur ces dimensions des littératures en langues africaines, voir notamment les travaux d’Alain Ricard (1995) et ceux de Stephanie Newell sur les littératures de marché (2006).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélanie Bourlet et Aïssatou Mbodj-Pouye, « Présentation », Journal des africanistes, 83-1 | 2013, 7-13.

Référence électronique

Mélanie Bourlet et Aïssatou Mbodj-Pouye, « Présentation », Journal des africanistes [En ligne], 83-1 | 2013, mis en ligne le 01 avril 2014, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3505

Haut de page

Auteurs

Mélanie Bourlet

Institut National des Langues et Civilisations Orientales
Langage, Langues et Cultures d’Afrique Noire (UMR 8135)

Articles du même auteur

Aïssatou Mbodj-Pouye

Institut des mondes africains (IMAf-CNRS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org