Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Ugochukwu Françoise, 2010, Le pays igbo du Nigéria

Paris, L’Harmattan (« Études Africaines »)
Gérard Chouin
p. 221-222
Référence(s) :

Ugochukwu Françoise, 2010, Le pays igbo du Nigéria, Paris, L’Harmattan (« Études Africaines »), 349 p.

Texte intégral

1Le Pays Igbo du Nigéria n’est pas un livre d’historien. L’histoire, Françoise Ugochukwu la saisit au vol, quelque part au cours du XIXe siècle, et lui consacre une première partie articulée autour du fait missionnaire, des études et de la promotion de cette langue aux multiples variations dialectales, de l’indépendance marquée par la fondation de l’Université du Nigéria à Nsukka et du rêve brisé d’une nation igbo. L’entrée en matière par le travail missionnaire est déroutante car on aurait aimé que l’auteur donnât au pays igbo des racines, que pour le moins elle évoquât les modalités de son intégration dans le commerce atlantique. Mais, répétons-le, ce livre n’est pas œuvre d’historien, mais une introduction interculturelle au pays igbo destinée à un public francophone, de préférence pétri de culture littéraire.

2Le livre est bâti sur deux fondations principales : la langue, parlée ou écrite, littéraire de préférence, point d’entrée favori de Françoise Ugochukwu dans le monde igbo, et l’expérience personnelle, intime – la sienne – de cette société dont elle a su percer le cuir.

3La seconde partie de l’ouvrage est consacrée à la spiritualité, un thème traité avec finesse et originalité. On y trouve un chapitre consacré aux repas et, par extension, au sacrifice. À première vue, l’arbre, métaphore de la vie, est abordé de manière décevante, car l’approche trop littéraire et la brièveté du propos ne rendent pas justice à l’extraordinaire richesse et à l’ambiguïté du rapport à la nature, au vivant et à ses éléments constitutifs. Heureusement, un chapitre consacré au rapport à la topographie marquée dans l’imaginaire collectif par deux topoï que sont les cours d’eau et les marchés, et un autre explorant le rapport à l’espace viennent quelque peu corriger cette impression première. Le chapitre consacré à la structuration et à la régulation de la parole dans la société igbo est efficace. Il est heureusement complété par la quatrième partie de l’ouvrage qui passe en revue différents moyens d’expression littéraire de la parole : les proverbes – au cœur de l’œuvre de Chinua Achebe, qui occupe naturellement ici une place importante –, le conte et le chant – intimement liés – et, pour finir, la production vidéo à la fois industrie à succès et moyen d’expression populaire dont la forte dimension sociale et contestataire n’est pas évoquée ici.

4La troisième partie donne des clefs pour comprendre la manière dont la vie en communauté s’organise ; espaces, alcool et éducation font l’objet d’évocations où se mêlent références anthropologiques et littéraires, le tout choisi et organisé de façon à laisser transparaître le vécu de l’auteur. J’ai parlé de la quatrième partie ci-dessus et je n’y reviendrai pas. Les quatre derniers chapitres, pour leur part, abordent la manière dont les Igbo se représentent et s’imaginent dans la littérature contemporaine, un domaine dans lequel l’auteure excelle tout particulièrement.

5Au total, il est plus simple de définir ce que le livre n’est pas – ni somme anthropologique ni un manuel ethnographique – que de décrire sa profonde originalité. Certes, il est formé de l’assemblage de vingt courts essais dont certains reprennent les travaux universitaires antérieurs de l’auteur, mais écrire cela ne rend pas justice à cette engageante promenade littéraire au cœur du monde igbo, avec pour guides des voix rarement entendues, des voix que Françoise Ugochukwu nous transmet avec la sensibilité propre aux passeurs de culture. Cette visite du monde igbo, de l’intérieur ou presque, est une expérience intellectuelle originale qui mérite d’être tentée.

6Pour finir, on regrettera le choix peu judicieux des cartes par l’éditeur, cartes dont la navrante inutilité occupe les dernières pages du volume. On se consolera en parcourant la bibliographie fournie par l’auteur, qui propose un outil assez conséquent pour continuer la rencontre intellectuelle et littéraire avec ce pays igbo désormais rendu plus accessible. Serait-ce pour nous inciter à poursuivre l’exploration que Françoise Ugochukwu nous a (presque) privés de conclusion ? Daalo.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Chouin, « Ugochukwu Françoise, 2010, Le pays igbo du Nigéria », Journal des africanistes, 83-2 | 2013, 221-222.

Référence électronique

Gérard Chouin, « Ugochukwu Françoise, 2010, Le pays igbo du Nigéria », Journal des africanistes [En ligne], 83-2 | 2013, mis en ligne le 30 juillet 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3488

Haut de page

Auteur

Gérard Chouin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org