Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Toulier Bernard, Lagae Johan, Gemoets Marc, 2010, Kinshasa. Architecture et paysage urbains. Images du patrimoine. République démocratique du Congo

Paris, Somogy
Samuel Bageta Pety
p. 218-221
Référence(s) :

Toulier Bernard, Lagae Johan, Gemoets Marc, 2010, Kinshasa. Architecture et paysage urbains. Images du patrimoine. République démocratique du Congo, Paris, Somogy, 128 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage, écrit par Bernard Toulier, Johan Lagae et Marc Gemoets à l’initiative de Pierre Jacquemot (alors Ambassadeur de la France en RDC), avec la contribution de plusieurs personnalités du monde scientifique, est une réussite pour tous ces acteurs qui présentent l’inventaire de l’architecture et du paysage urbain de Kinshasa. Ils nous livrent le patrimoine architectural de la ville, qui donne l’envie d’entretenir et de repenser cette ville.

2Connaissant bien les réalités de la ville, Jacquemot a fait une superbe préface qui permet de comprendre les différents problèmes urbains de Kinshasa : ville traversée par un gigantesque fleuve agité et peu exploité, infrastructure urbaine fantomatique ; mobilité qui est un cauchemar pour la population : absence de routes de qualités et de transports en commun, seules la débrouille et la marche à pied permette à la population sans travail, et vivant essentiellement d’expédients de vaquer à ses occupations.

3L’ouvrage s’ouvre par la description des principales caractéristiques du tissu urbain et se poursuit par l’inventaire architectural, effectué à travers l’histoire de la ville. Kinshasa est une ville spontanée et continue, dépourvue d’espaces de transition (espaces vert, places publiques...), et ce constat nous fait comprendre qu’il y a une absence de politique d’aménagement dans cette ville.

4Depuis l’époque coloniale jusqu’à l’ère du président Mobutu, la ville capitale s’est construite au fil du temps avec des périodes significatives. Lors du transfert de la capitale de Boma à Léopoldville, le pouvoir colonial souhaitait reconstruire une nouvelle administration et faire de Léopoldville une ville grandiose. Mais plusieurs projets ne verront pas le jour, et il y a eu dans l’histoire de la ville beaucoup de discontinuités entre les ambitions affichées et les actes. À l’époque coloniale, les urbanistes se sont basés sur un système sécuritaire au profit de l’homme blanc, créant des limites discriminatoire entre la ville européenne (l’actuelle commune de la Gombe) et la cité indigène, articulées par le chemin de fer reliant les deux grands pôles de la nouvelle ville (Léo -Est et Léo-Ouest). Cette barrière physique est une rupture urbaine qui a été consolidée par la construction d’un hôpital, d’un marché, d’un poste de police, d’une église et d’une prison. Dans la partie européenne, l’État et les grandes entreprises ont investi le territoire avec différentes constructions. Pour s’adapter aux contraintes du climat, la maison individuelle du type bungalow fut privilégiée, puis la construction d’édifices avec une architecture hybride basée sur une politique d’adaptation de modèles, de formes et de styles métropolitains, tels la première poste de Kinshasa, la résidence temporaire du gouverneur général, l’hôpital Reine Elisabeth, les deux immeubles de Sabena. Du coté indigène, les missionnaires ont réalisé des projets sociaux dont le Home Saint-Jean-Baptiste de la salle, les deux stades Tata Raphael et Cardinal Malula. Pour faire face à la croissance de la population et construire de nouvelles cités, l’état crée l’OCA (Office des Cités Indigènes). Et au même moment, de grandes entreprises construisent des logements pour leurs ouvriers. Dans les années 1960, après l’indépendance, il y a eu une densification des quartiers qui poussa à l’envahissement des espaces libres et à l’auto-construction : la ville subit alors un éclatement considérable. Les chefs des terres lotissent des terrains sans le service de l’état, sans normes topographiques ni hydrographiques. C’est l’une des causes des problèmes sanitaires et des érosions actuels.

5Kinshasa possède un patrimoine urbain partagé avec trois acteurs qui ont construit l’histoire urbaine, il s’agit de l’état, l’église et les grandes entreprises. Du point de vue de l’histoire de l’architecture, il existe des sites et des bâtiments qui présentent un intérêt sur le plan esthétique, celui de l’innovation technique ou bien encore du point de vue typologique.

6Ainsi, les auteurs de l’ouvrage ont présenté l’inventaire architectural par une subdivision en sept temps indicatifs, qui vont du plus ancien au plus récent. Le premier, avant 1655 : « Les traces d’un passé lointain », invite à la découverte de plusieurs objets préhistoriques, dont un, ressemblant à un crucifix, prouve la maitrise de la métallurgie avant l’arrivée des Européens. Kinshasa est alors déjà une zone de marché et un point de départ vers l’intérieur du pays.

7Le second temps, « les anciens villages et le premier contact avec les européens », va de 1655 à 1881. Le père Jérôme Montesarchio, capucin italien, fut le premier à découvrir Kinshasa. L’histoire urbaine prend son origine avec trois villages : Kinshasa, Kintambo, et Lemba, et quelques autres petits villages, tous dominés par une architecture de hutte aux matériaux éphémères.

8« La fondation d’un poste colonial », de 1881 à 1923, prend pour point de départ l’arrivée de Stanley (1881), qui signe le traité d’amitié avec le roi Ngaliema du village Kintambo et fonde le premier poste, Stanley pool station. Le chemin de fer et le port avec ses factoreries formeront l’ossature urbaine de Kinshasa. Deux noyaux se développent : Léo-Ouest avec son port de Kintambo et Léo-Est avec la gare. Les bungalows préfabriqués en bois et en métal importés font partie du début de l’architecture coloniale. Les missionnaires érigent plusieurs églises et logements, et de son côté l’état construit des postes de santé en pavillon, avec une typologie de bâtiments simple et modeste.

9« Léopold capitale du Congo Belge », de 1923 à 1949 : lors du transfert de la capitale de Boma à Léopoldville (Kinshasa), le quartier de Kalina est choisit pour édifier le nouveau quartier administratif avec des bureaux, des bâtiments publics et des maisons pour loger des fonctionnaires. L’état, l’église, et les grandes entreprises construisent plusieurs édifices avec une architecture moderne répondant aux normes tropicales, c’est le début d’une ère architecturale.

10Le cinquième temps, « Tout le Congo est un chantier », va de 1949 à 1960. Pour représenter son pouvoir, l’autorité coloniale construit à Kalina des édifices avec une architecture de monumentalité, à l’instar de la résidence du gouverneur générale et du siège de la banque centrale. Les investisseurs immobiliers construisent des immeubles sur le boulevard du 30 Juin. L’OCA construit plusieurs logements dans la cité indigène. Alors les trois acteurs d’urbanisation construisent des édifices scolaires, sanitaires et des logements dans le quartier européen comme dans la cité indigène.

11« Kinshasa, capitale du Congo indépendant » (1960-1973) prend pour point de départ l’accession du pays à l’indépendance. L’afflux d’architectes étrangers change alors l’image du pays. La stabilité du nouveau régime permet la construction d’immeubles de logements et de bureaux de style international offrant un panoramique urbain sur le boulevard du 30 juin.

12La dernière période, de 1973 à 2010, est intitulé « Ville africaine, 3e ville d’Afrique ». Le président Mobutu construit des édifices de grande envergure et climatisés, comme la cité de la voix du Zaïre et le palais du peuple. L’actuel président Joseph Kabila fait rêver son peuple avec le projet de société en cours dit de « 5 chantiers » (infrastructure ; santé et l’éducation ; eau et électricité ; logement puis santé), avec lequel il ambitionne de changer la physionomie de la ville.

13À la lecture de ce livre, on découvre donc la volonté des auteurs de présenter l’inventaire architectural de Kinshasa par cette chronologie. L’architecture a évolué dans le temps en réponse aux besoins de la population et de la ville. Mais on constate qu’à cette ville est attaché un désintéressement des politiques en matière d’aménagement et de prise en charge des problèmes urbains. Ceci éloigne la ville capitale de sa potentialité de grande ville et la fait demeurer anarchique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel Bageta Pety, « Toulier Bernard, Lagae Johan, Gemoets Marc, 2010, Kinshasa. Architecture et paysage urbains. Images du patrimoine. République démocratique du Congo », Journal des africanistes, 83-2 | 2013, 218-221.

Référence électronique

Samuel Bageta Pety, « Toulier Bernard, Lagae Johan, Gemoets Marc, 2010, Kinshasa. Architecture et paysage urbains. Images du patrimoine. République démocratique du Congo », Journal des africanistes [En ligne], 83-2 | 2013, mis en ligne le 30 juillet 2014, consulté le 21 août 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3483

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org