Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Robion-Brunner Caroline, Martinelli Bruno (dir.), 2012, Métallurgie du fer et Sociétés africaines. Bilans et nouveaux paradigmes dans la recherche anthropologique et archéologique

Oxford, (« Cambridge Monographs in African Archaeology » 81), BAR International Series 2395
Christian Dupuy
p. 216-218
Référence(s) :

Robion-Brunner Caroline, Martinelli Bruno (dir.), 2012, Métallurgie du fer et Sociétés africaines. Bilans et nouveaux paradigmes dans la recherche anthropologique et archéologique, Oxford, (« Cambridge Monographs in African Archaeology » 81), BAR International Series 2395, 258 p.

Texte intégral

  • 1 Échard Nicole (dir.), 1983, Métallurgies africaines, nouvelles contributions, Paris, Mémoires de la (...)

1Ce volume regroupe dix-sept articles rédigés en anglais ou en français renvoyant aux communications présentées en avril 2010 à Aix-en-Provence à l’occasion du colloque qu’avaient organisé Caroline Robion-Brunner et Bruno Martinelli, directeurs de cette publication. Certaines contributions sont essentiellement archéologiques. D’autres ethnologiques. Quelques-unes sont tournées plus spécifiquement vers l’histoire, vers la réduction du minerai et les ressources nécessaires en charbon de bois ou vers les examens au microscope des déchets métallurgiques. Les restantes combinent diverses approches. Comme le précise Robion-Brunner dans l’avant-propos, le tout vise à « poursuivre la réflexion sur la place du fer dans la formation et la transformation des sociétés africaines passées et actuelles ». « Poursuivre » est bien le verbe approprié, puisque c’est sous l’impulsion de Nicole Échard et avec le soutien de la Société des africanistes1 que cette réflexion pluridisciplinaire prit son essor il y a une trentaine d’année. Elle n’a cessé depuis de motiver nombre de thèses, livres, ouvrages collectifs et articles.

2L’originalité de ces actes tient à la large gamme des sociétés considérées : chasseurs-cueilleurs de Namibie, éleveurs nomades toubous du Tchad, chefferies agricoles des monts Mandara et Alantika (Cameroun, Nigeria), du Pays bassar (Togo) et du Pays dogon (Mali, Burkina Faso), royautés de l’Afrique centrale, hégémonies guerrières du Sahel. Selon les lieux et les organisations socio-économiques, les métallurgistes étaient, au début du XXe siècle, soit fondeurs-forgerons, soit agriculteurs-fondeurs, ou bien forgerons exclusifs, endogames ou non. La maîtrise de ces artisans à transformer par réduction directe le minerai en éponge de fer, puis ce métal brut en objets finis par le biais de divers traitements à hautes températures, leur conférait du prestige et, plus encore, des pouvoirs surnaturels. Plusieurs auteurs cherchent à saisir les mécanismes ayant conduit à la diversité de leur statut, en se référant aux besoins en fer, à l’organisation des productions, aux modes de vie, aux structures politiques, au tissu économique, aux poids de l’idéologie et de l’histoire. De ce travail résultent d’intéressantes grilles d’analyse marquées du sceau de la complexité desquelles ne se dégage aucune relation univoque entre le statut des métallurgistes et un type de société.

3Les illustrations donnent un petit aperçu de la variété architecturale des fours de réduction africains. L’éventail typologique s’élargit même un peu plus avec la présentation de ceux récemment découverts dans deux provinces distinctes du Burkina Faso et du Niger. Les plus anciens d’entre eux pourraient avoir fonctionné aux alentours du Ve siècle apr. J.-C. d’après des datations sur charbons dont les lieux de prélèvement ne sont pas précisés, d’où l’emploi du conditionnel ici concernant leur âge. Cette diversité des fours implique de multiples innovations qui n’auraient pu voir le jour sans apprentissage préalable. Le rôle du symbolisme dans la transmission des savoir-faire métallurgiques transparaît de nouveau dans ce livre. Ainsi les fours de réduction dernièrement reconstitués en Ethiopie occidentale sont-ils assimilés, à l’instar de ceux d’autres régions africaines documentés de plus longue date, à des corps de femme féconds qui « accouchent » d’une éponge de fer. Mais les perceptions sensorielles – la vue, l’ouïe, l’odorat, le toucher – ont probablement joué aussi un rôle clé dans la mémorisation des savoir-faire. Les témoignages de Philippe Andrieux sont à cet égard instructifs. Cet expérimentateur chevronné nous révèle ce que ses sens ont enregistré face aux fours de réduction qu’il a fait fonctionner. Sont décrits, séquence après séquence, la couleur changeante des flammes s’échappant des ouvertures des superstructures, l’intensité et la nature variables de la chaleur rayonnée décelable en posant la paume des mains sur la paroi en argile des cellules de combustion, les céphalées provoquées par les gaz inhalés, les sons plus ou moins intenses et continus engendrés par la descente de la charge, les flux d’air et les réactions physico-chimiques,... Forts de leur maîtrise à contrôler la réduction des minerais, symbolisme et perceptions sensorielles à l’appui, les fondeurs africains ont innové à moultes reprises. Au-delà du facteur individuel qu’on ne saurait négliger, les plus puissants moteurs de ces changements techniques, comme le mettent en évidence les exemples ethnographiques présentés, semblent surtout avoir résidé dans la transformation du tissu économique, dans l’étendue et les termes des échanges marchands et dans les recompositions politiques. Le statut des artisans du fer et l’organisation de leur production se sont adaptés en permanence à ces évolutions. Ce jeu subtil d’interactions entre économie, politique et technique, nous ramène à la complexité des grilles d’analyse évoquée ci-dessus.

4Que les vingt-huit auteurs qui ont contribué à ce livre soient remerciés ! Grâce à eux, la métallurgie du fer ancienne ou contemporaine de dix pays, à savoir du Burkina Faso, Cameroun, Éthiopie, Mali, Namibie, Niger, Nigeria, Tanzanie, Tchad, Togo, se trouve désormais mieux renseignée et de nouvelles réflexions bien engagées.

Haut de page

Notes

1 Échard Nicole (dir.), 1983, Métallurgies africaines, nouvelles contributions, Paris, Mémoires de la Société des Africanistes n° 9.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Dupuy, « Robion-Brunner Caroline, Martinelli Bruno (dir.), 2012, Métallurgie du fer et Sociétés africaines. Bilans et nouveaux paradigmes dans la recherche anthropologique et archéologique », Journal des africanistes, 83-2 | 2013, 216-218.

Référence électronique

Christian Dupuy, « Robion-Brunner Caroline, Martinelli Bruno (dir.), 2012, Métallurgie du fer et Sociétés africaines. Bilans et nouveaux paradigmes dans la recherche anthropologique et archéologique », Journal des africanistes [En ligne], 83-2 | 2013, mis en ligne le 30 juillet 2014, consulté le 21 août 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3479

Haut de page

Auteur

Christian Dupuy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org