Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Rabearivelo Jean-Joseph, 2010-2012, Œuvres complètes

Paris, CNRS (Planète libre 2, 3.)
Noël J. Gueunier
p. 212-216
Référence(s) :

Rabearivelo Jean-Joseph, 2010-2012, Œuvres complètes, Paris, CNRS (Planète libre 2, 3.), 2 vol. Tome I. Jean-Joseph Rabearivelo par lui-même : le diariste (les Calepins bleus), l’épistolier, le moraliste. Sous la dir. de Serge Meitinger, Liliane Ramarosoa et Claire Riffard, Paris, CNRS, Présence Africaine, 2010, 1273 p. Tome II. Le poète, le narrateur, le dramaturge, le critique, le passeur de langues, l’historien. Edition critique coord. par Serge Meitinger, Laurence Ink, Liliane Ramarosoa, et Claire Riffard, Paris, CNRS, 2012, 1789 p.

Texte intégral

1La parution des Œuvres complètes de Rabearivelo marquera une date dans les études sur « l’adolescent fluet, à l’ébouriffante tignasse », devenu, dans les années 1920-1930, la figure marquante d’un mouvement littéraire qui a brièvement donné à la petite capitale coloniale un peu endormie dans ses montagnes qu’était alors Tananarive le rayonnement d’une vie littéraire raffinée. Y participaient des Français, fonctionnaires hommes de lettres, imprimeurs-éditeurs..., et une cohorte de jeunes écrivains malgaches qui, groupés autour d’un manifeste, Hitady ny very (« À la recherche des valeurs perdues »), se voulaient les fondateurs d’une littérature moderne, capable aussi de renouer avec une culture ancestrale menacée, sous le choc de la colonisation encore récente, d’un engloutissement sans rémission. Rabearivelo (dorénavant JJR) a été la principale figure de ce moment intellectuel, la seule à avoir atteint un rayonnement dépassant les frontières de Madagascar : il est généralement rangé sous la bannière de la « littérature francophone », dont il est devenu un classique. Or, cette étiquette ne rend compte que bien partiellement de l’intérêt de l’œuvre, et du personnage, comme on va le voir.

2Quelques mots d’abord sur l’entreprise d’édition. Tel que l’ouvrage se présente aujourd’hui, malgré son titre, il ne reprend pas la totalité de l’œuvre de JJR. C’est que les travaux de l’équipe académique, répartie entre la Réunion, Madagascar et plusieurs universités françaises, et forte du soutien des descendants du poète, ont connu un succès imprévu, rendant sa tâche plus lourde que ce qui avait d’abord été envisagé. Limité à l’origine à la publication du journal de l’auteur (qui occupe le premier volume), le projet devient en chemin réédition de l’ensemble de l’œuvre. La découverte et l’inventaire des ressources de « la Malle » conservée dans la famille, contenant manuscrits, livres, brochures et papiers divers, donne toute son ampleur au travail d’édition critique qui confronte manuscrits, mises au net dactylographiées, et quand elles existent éditions imprimées. L’ouvrage doit donc être scindé en deux gros volumes... et quand il commence à prendre forme intervient la découverte dans la famille d’une nouvelle série de documents, constituant une seconde « Malle », ce qui impose de reprendre une grande part du travail. On ne reprochera donc pas aux éditeurs d’avoir fait des choix : difficile d’aller plus loin que les 1789 pages du premier volume ! Sont écartés ainsi des pans entiers de l’œuvre – en particulier la plus grande part des poésies de jeunesse en français, et aussi des nouvelles et feuilletons en malgache épars dans la presse de Tananarive. Tout au plus on pourra regretter que les raisons de ces choix n’aient pas toujours été expliquées. Pourquoi ne pas avouer que c’est parfois simplement le jugement des éditeurs ? Si sur les 400 numéros des premiers cahiers de poésie, S. Meitinger n’a retenu que dix « échantillons » de ces « années d’apprentissage », serait-il honteux de dire que c’est parce qu’il les a trouvés les meilleurs et les plus intéressants ? Les pièces écartées ne le sont d’ailleurs pas définitivement, puisque les éditeurs ont prévu de compléter l’ouvrage imprimé par un « support numérique » où le lecteur pourra trouver ce « reliquat » (considérable : de l’ordre de 1000 pages).

3C’est le second volume qui contient l’essentiel de l’œuvre littéraire. Les éditeurs ont ordonné ce gros recueil selon un plan qui combine une répartition par genres littéraires et une distinction entre les diverses « manières » que l’écrivain a adoptées au cours de sa carrière pourtant bien brève. Ce parti est tout à fait justifié : il permet au lecteur de s’orienter dans la traversée d’une œuvre complexe et variée. Mais il en résulte une difficulté, qu’à vrai dire il n’était pas facile d’éviter : une même pièce peut se retrouver, dans des versions différentes, tantôt en français, tantôt en malgache, dans plusieurs endroits du livre. L’intérêt d’une édition critique est alors de permettre au lecteur de confronter ces versions, et, spécialement dans le cas de JJR, d’apprécier la finesse de l’art du « passeur de langues ». Cela n’échappe pas, bien sûr, aux éditeurs, qui sont orfèvres en la matière. Mais ces références croisées sont données au pauvre lecteur d’une manière bien compliquée. Tel texte publié ici dans sa version française a aussi ailleurs une version malgache, peut-être deux. Mais le renvoi n’est pas fait immédiatement : il faut aller le chercher dans les notes (à la fin du chapitre)... et là on trouve bien une référence, parfaitement exacte, mais elle renvoie à un autre chapitre, et sans indiquer la page. Donc : retour à la table des matières, puis chapitre à feuilleter jusqu’à la page où se trouve le texte recherché. Et cela pour des dizaines de textes. On aurait pu avoir pitié du malheureux lecteur, qui n’a pour faire ses comparaisons d’autre ressource que de gribouiller au crayon dans les marges des numéros de pages. Pourquoi ne pas les lui avoir donnés ? Et pourquoi n’avoir pas non plus dressé, comme on le fait souvent dans les ouvrages de ce genre, un index alphabétique des titres et/ou des premiers vers de chaque morceau ?

  • 1 Voir Traduit de la Nuit. Nadika tamin’ny Alina. Antananarivo : Vohitsera Productions, 2013, xv-65 p (...)

4Dans cet ensemble, la poésie occupe naturellement la place principale. Sa première « manière » est une écriture qui se veut toute française, révérant les grands modèles tels Valéry et Baudelaire, mais se rangeant plutôt dans la ligne d’écoles qu’on qualifie aujourd’hui de mineures, autour d’auteurs comme Pierre Camo, qui faisait dans ces années une carrière de magistrat à Madagascar. Déjà à cette étape JJR est préoccupé de mettre son art au service d’une poésie enracinée dans la tradition. Il remotive en un sens « tribal » le célèbre vers de Mallarmé, « Donner un sens plus pur aux mots de la tribu », dont il fait l’incipit d’une de ses compositions. Et il s’interroge : « Qui me donnera de pouvoir fiancer / l’esprit de mes aïeux à ma langue adoptive / ... pour susciter des chants où ma pure entité / se précise selon le rythme et la cadence... ». Dans l’étape suivante, il entreprend des expériences bilingues. Dans cette veine, ses œuvres les plus originales sont des poèmes où les versions dans l’une et l’autre langue se construisent simultanément, chacune modelant l’autre. Encore les œuvres composées dans ce mode, Presque songes et Traduit de la nuit, n’ont-elles pu être été publiées du vivant de JJR que dans leur version française, faute sans doute d’un lectorat préparé à recevoir cette poésie en miroir. Les textes complets n’ont paru que dans une édition posthume de 1960, l’année de l’indépendance du pays. L’actuelle édition affine la discussion critique (Cl. Riffard), avec des arguments de critique aussi bien textuelle (calques syntaxiques, jeux de mots étymologiques) que matérielle (disposition des manuscrits), travail heureusement complété par le petit album de fac-similés que publie séparément un autre éditeur1. Il faudrait encore citer les traductions et adaptations de textes oraux, qui donnent lieu à un beau chapitre Le Passeur de Langues, et tout l’œuvre en prose : nouvelles, théâtre... mais on doit réserver une place à une production peu importante en quantité mais sociologiquement significative : les essais historiques. JJR n’avait rien d’un historien de métier, et ses essais en la matière – pourtant sérieusement documentés – n’apporteront aucune information originale. Ils n’en sont pas moins passionnants par les paradoxes, voire les contradictions, qu’ils révèlent. La même passion qui le pousse à participer à une anthologie militante de la littérature initiée par l’intellectuelle anglaise Nancy Cunard (Negro : an Anthology, 1934) l’entraîne aussi dans des entreprises exaltant la « race », par quoi il faut entendre les valeurs de la terre et des ancêtres, et la haute dignité d’un sang aristocrate. C’est ainsi qu’il peut presque dans le même moment célébrer l’héroïsme des derniers défenseurs du Royaume malgache abattus par le colonisateur, et affirmer son adhésion à l’Action Française et aux doctrines de Léon Daudet et de Maurras. Cela va jusqu’à un racisme qu’il arrive à JJR de revendiquer haut et clair – on notera seulement que ces déclarations provocatrices, qu’on trouve éparses dans son journal, ne vont pas jusqu’à aveugler son jugement artistique : il peut bien manifester le « mépris qu’il a à l’endroit des musulmans » ou croire qu’il lui faut « défendre la France contre les Métèques », cela ne l’empêche pas de trouver de l’éclat aux contes égyptiens de Goha publiés par le levantin Finbert dans une éphémère revue littéraire d’Alexandrie. Et s’il reprend sans hésiter le stéréotype colonial sur le rire des nègres, cela ne le retient pas de se piquer de fraternité littéraire avec l’« homme de couleur » René Maran, prix Goncourt de 1921.

5Nous venons de parler du journal de JJR. Ces Calepins bleus, qui s’étendent de janvier 1933 jusqu’au jour de son suicide en juin 1937, occupent presque entièrement le premier volume, paru depuis maintenant plus de trois ans. Quelques amoureux du poète ont pu être passablement remués quand le contenu de ces Calepins, connus de longue date mais restés inédits, est enfin devenu public. La figure qui en émerge est souvent peu sympathique. C’est avec délectation que JJR note les traits scandaleux d’une vie de poète maudit : soûleries, visites aux fumeries d’opium, où il tient le rôle du compagnon indigène de fonctionnaires français en goguette (une fois il se vante d’avoir dénoncé par lettre anonyme un important personnage de la Colonie qui fréquentait ces maisons, clandestines en principe, mais connues de tous), éthique de prédateur sexuel (un jour il marque d’un caillou blanc l’occasion où il a « culbuté sa cinq-centième Eve »), le tout mêlé dans un savant contraste avec les afféteries et les sentiments délicats qu’il échange jour après jour avec une très chère amie, non sans garder une complaisante affection pour l’épouse légitime à demi délaissée. Tout cela est calculé : JJR est conscient d’être un précurseur, et il sait qu’il écrit pour la postérité. Mais c’est sans doute moins consciemment qu’il laisse transparaître les traits de sa vie publique et professionnelle. La société coloniale ne pouvait lui assurer la reconnaissance dont il était assoiffé : il pouvait bien être pour ainsi dire le « poète officiel » de la Colonie, il n’en restait pas moins un « indigène », donc toujours un subordonné. Alors, la ressource qui lui reste, c’est d’intriguer dans les bureaux, auprès de ces fonctionnaires que par ailleurs il méprise pour leur grossièreté et leur inculture. Quelle joie quand il réussit à être reçu par le gouverneur général (le « vice-roi », le « gobernador »), même s’il sait pertinemment que celui qui occupe cette fonction ne peut admettre, ni sans doute comprendre, les ressorts de son entreprise poétique. JJR peut-il croire ce qu’il écrit quand il note : « il est vrai... que je n’ai jamais rien sollicité auprès des Puissants de cette Terre » ? En fait, il a tant sollicité, et si peu obtenu... Ces contradictions prennent finalement un tour dramatique quand finalement le gouvernement général refuse de l’envoyer, comme membre de la délégation de Madagascar, à l’Exposition Internationale de Paris en 1937. Pourtant il avait tant espéré ce voyage de France, et l’administration avait bien accepté d’avoir recours à lui pour les travaux de la commission préparatoire ! On a pensé à l’époque – et les éditeurs des Œuvres complètes le pensent encore – que cet échec a été l’une des raisons du suicide que par ailleurs il méditait de longue date comme la cérémonie finale de son existence. À toutes ces notations, qui révèlent des aspects peu connus de la vie sociale d’une ville coloniale, s’ajoutent les témoignages de l’extraordinaire réseau de correspondance littéraire que JJR avait réussi à entretenir, avec la France principalement, mais aussi ailleurs en Europe et dans le vaste monde. Un échantillon de ce qui a été conservé est publié à la fin du volume. Au total, au-delà du monument littéraire, un matériau original d’un grand intérêt pour des recherches en histoire et en sociologie. Décidément le chapitre Rabearivelo n’est pas clos.

Haut de page

Notes

1 Voir Traduit de la Nuit. Nadika tamin’ny Alina. Antananarivo : Vohitsera Productions, 2013, xv-65 p. [Album de fac-similés du manuscrit de Rabearivelo, 1931-1932, avec translittération, et reproduction face à face du texte imprimé. Préfaces de J. Rabemananjara, 1960 et de J.-L. Joubert, 1990.]

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Noël J. Gueunier, « Rabearivelo Jean-Joseph, 2010-2012, Œuvres complètes », Journal des africanistes, 83-2 | 2013, 212-216.

Référence électronique

Noël J. Gueunier, « Rabearivelo Jean-Joseph, 2010-2012, Œuvres complètes », Journal des africanistes [En ligne], 83-2 | 2013, mis en ligne le 30 juillet 2014, consulté le 21 août 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3477

Haut de page

Auteur

Noël J. Gueunier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org