Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Lame Danielle de, Mazzocchetti Jacinthe (dir.), 2012, Interfaces empiriques de la mondialisation. African junctions under the neoliberal development paradigm

Tervuren, Musée royal de l’Afrique centrale (« Studies in Social Sciences and Humanities » 173 ; édition bilingue)
Camille Al Dabaghy
p. 208-210
Référence(s) :

Lame Danielle de, Mazzocchetti Jacinthe (dir.), 2012, Interfaces empiriques de la mondialisation. African junctions under the neoliberal development paradigm, Tervuren, Musée royal de l’Afrique centrale (« Studies in Social Sciences and Humanities » 173 ; édition bilingue), 352 p.

Texte intégral

  • 1 Association euro-africaine pour l’anthropologie du changement social et du développement.

1Cet ouvrage est issu d’un colloque organisé en 2007 par l’APAD1 qui proposait de faire le bilan épistémologique et empirique de l’anthropologie du développement et de son ancrage dans le champ des sciences sociales. Cette sélection de communications publiée en 2012 sous la direction de Danielle de Lame et Jacinthe Mazzocchetti vise elle à appréhender les diverses interfaces où se joue l’appropriation locale des « injonctions néolibérales mondialisées ».

2Après une première partie consacrée aux enjeux actuels de la pratique socio-anthropologique en contexte de développement, douze études de cas illustrent les mutations récentes des problématiques propres à l’Apad : la remise en cause d’une définition du développement centrée sur les seules interventions (les « projets »), leurs bénéficiaires et leurs opérateurs, la prise en compte des transformations de l’Etat et des systèmes d’échanges mondiaux, etc. L’anthropologie européenne du développement s’est ainsi ouverte à de « nouveaux objets » et à de nouvelles questions de recherche : les politiques et les services publics – ici en matière de santé, d’éducation ou de culture –, les collectivités locales ou, autre exemple, le rôle des entreprises dans les dynamiques de développement.

3La thématisation des sections du livre souligne des problématiques en réalité plus transversales que distinctives. De nombreux textes ont ainsi en commun d’examiner les procédures de catégorisation et de formalisation, les mises en récit induites par les opérations d’aide au développement, par les politiques publiques (Cavalli & Van Dormael) ou par l’activité des compagnies minières (Luning et Kraemer), de marchands d’art (Panella)... Leurs auteurs montrent comment ces stratégies d’information, de coordination et de communication aboutissent à l’invisibilisation de pans de la réalité et à la fragilisation de certains groupes ou pouvoirs locaux. Ingelaere, par exemple, retrace les processus par lesquels le gouvernement rwandais a construit un modèle propre de tribunaux populaires répondant à la double injonction d’être lié à une tradition ainsi réifiée et de coïncider avec les standards internationaux en matière de justice et de réconciliation. Elle montre comment ces acteurs produisent et diffusent, dans une logique incantatoire, une « réalité de référence » des tribunaux Gacaca modernes, bien différente de ce qui s’y joue effectivement. Enten propose, lui, une description fine des conditions pratiques dans lesquelles sont fabriquées les données des systèmes de pilotage de l’aide alimentaire en Éthiopie (Systèmes d’Alertes Précoces). Il relate les ajustements successifs et les négociations formelles par lesquels les experts parviennent à traduire le « monde en chiffre » et, finalement, à « construire des chiffres de toute pièce ».

4Un autre groupe d’études de cas trouve sa cohérence dans l’usage de la focale locale ou à l’analyse spécifique des jeux d’échelle. Derrider et Ciavolella montrent comment la décentralisation politico-administrative au Mali et en Mauritanie, contrairement à la rhétorique étayant sa mise à l’agenda, renforce les pouvoirs dits traditionnels et les marginalités politiques antécédentes. Enfin, Huygens et al. montrent comment des experts choisissant une stratégie bottom up se trouvent engagés dans la défense de différents groupes de bénéficiaires reproduisant les positionnements normatifs et les rapports de pouvoir au lieu d’aider à les dépasser.

5D’autres questions intéressantes sont présentes en filigrane dans différents textes et se trouvent ainsi éclairées sous différents angles : la connaissance comme support d’(auto-)identification dans une configuration mondialisée, l’importance de la maîtrise du « langage et [des] codes des interactions mondialisées » (p. 21) dans les processus de hiérarchisation sociale.

6L’ouvrage doit surtout sa qualité à la rigueur empirique des études de cas qui rendent compte pour certaines d’ethnographies précises, pour d’autres de plongées historiques fouillées. Bien que dans la mouvance de l’APAD, les réflexions introductives et conclusives comme les différents chapitres s’appuient aussi sur la littérature américaine néodépendantiste ou sur les travaux de politistes et d’anthropologues français (Bayard, Hibou, Abelès...) qui explorent différentes dimensions de la globalisation. C’est une richesse, comme l’est la variété des cadres analytiques mobilisés par les auteurs : au-delà des « arènes », il y a les champs de Bourdieu, les champs de pouvoir de Nuijten, des organisations, des réseaux sociotechnique, les systèmes experts de Giddens, etc. Ils auraient pu être plus clairement mis en discussion. Ces textes datent de 2007 et reflètent de fait un manque souligné dès cette époque : sans être figés dans une posture de dévoilement « des fausses notes dans l’alléluia néolibéral » (p. 336), alors qu’ils décrivent finement des mécanismes par lesquels les « résultats attendus » et les effets en viennent à différer, la sélection qui en est faite laisse de côté la question de la production (versus l’appropriation) du « catéchisme international » qui reste une boîte noire, alors même que cette production est une co-production qui se joue inévitablement à des interfaces entre univers. Enfin, ni la « mondialisation », ni la notion d’échelles (évoquées comme des « niveaux »), ni la notion d’ « interface » (définie indirectement dans une note de la conclusion) ne sont clairement discutées et problématisées dans l’introduction ou la conclusion.

Haut de page

Notes

1 Association euro-africaine pour l’anthropologie du changement social et du développement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille Al Dabaghy, « Lame Danielle de, Mazzocchetti Jacinthe (dir.), 2012, Interfaces empiriques de la mondialisation. African junctions under the neoliberal development paradigm », Journal des africanistes, 83-2 | 2013, 208-210.

Référence électronique

Camille Al Dabaghy, « Lame Danielle de, Mazzocchetti Jacinthe (dir.), 2012, Interfaces empiriques de la mondialisation. African junctions under the neoliberal development paradigm », Journal des africanistes [En ligne], 83-2 | 2013, mis en ligne le 30 juillet 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3469

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org