Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Falgarettes-Leveau Christiane (dir.), 2011, Mascarades et carnavals

Paris, Dapper
Corinne Fortier
p. 205-206
Référence(s) :

Falgarettes-Leveau Christiane (dir.), 2011, Mascarades et carnavals, Paris, Dapper, 325 p.

Texte intégral

1Mascarades et Carnavals est le titre du catalogue de l’exposition qui s’est tenue au musée Dapper sur ce thème. C’est d’abord un superbe catalogue avec des photos muséographiques de masques, des photos ethnologiques de rituels, et aussi des photos d’artistes contemporains. C’est aussi un document ethnologique de référence sur la question de la mascarade et du carnaval, question traitée par différents ethnologues dans une aire culturelle à la fois vaste et limitée qui est traversée par l’Afrique, que ce soit en Afrique même, dans les Caraïbes, ou au Brésil. L’avant-propos de la directrice du Musée Dapper, Christiane Flagayrettes-Leveau, resitue le choix de cette thématique qui, d’une part, a fait suite à l’exposition « Brésil, héritage africain » et qui, d’autre part, a été organisée en 2011, l’année des Outre-mer.

2Les différentes contributions, loin d’être disparates, présentent une cohérence culturelle et thématique indéniable. Elles nous rappellent que la mascarade carnavalesque met en scène visuellement mais aussi de façon sonore le monde de l’au-delà, que cette autre scène fait irruption dans l’espace social et rompt le rythme quotidien des individus, qu’elle crée un lien entre le monde humain, le monde spirituel et le monde animal, en particulier avec les animaux à cornes que sont le bœuf ou le taureau, que la question du mouvement est essentielle et constitue la clé du pouvoir de transformation inhérent au personnage masqué, que la mascarade possède un caractère spectaculaire et esthétique qui apporte des émotions de plaisir et de frayeur à l’assistance, qu’elle a aussi bien souvent un aspect grotesque qui permet la transgression et une certaine liberté de parole, qu’elle est par conséquent fondamentalement politique surtout dans un contexte historiquement esclavagiste fondé sur l’inégalité.

3Flagayrettes-Leveau dans un article extrêmement stimulant met en parallèle les masques du Gabon utilisés lors du carnaval avec les photos de Zak Ové, artiste d’origine trinidadienne dont les personnages d’allure fantasmatiques, qui ont l’air de sortir d’un rêve, sont inspirés du carnaval. Michel Agier insiste sur l’irrévérence esthétique et politique qui caractérise les carnavals au Brésil, et revient sur l’étymologie du mot masque ou persona. Jean-Paul Colleyn interprète également cette étymologie et souligne l’importance en Afrique occidentale de la manipulation des vêtements dans l’esthétique du montré-caché lié au sacré, esthétique qui mobilise autant le textile, la sculpture, la danse, que la musique et le chant. Christine Henry s’attache plus particulièrement aux danses et aux travestissements des Bijago en Guinée Bissau, travestissements marqués par une grande théâtralité des femmes qui laissent exceptionnellement libre cours à leur « caractère masculin » en se mettant ostensiblement en colère et en se lançant dans des combats virils. Jean-Pierre Warnier analyse les masques en tant que technologies sociales et politiques qui ont une action efficace sur la société, et s’attache en particulier aux masques nya à la bouche ouverte et aux joues gonflées qui sont représentés en action de projection et de pulvérisation de substances corporelles comme la salive et le souffle. Véronique Rochais et Patrick Bruneteaux traitent de la question de la parodie dans le carnaval de Martinique, et notamment du travestissement des hommes qui, loin d’être véritablement transgressif, confirme les stéréotypes de genre et la domination masculine. Christian Cécile et Jérôme Nicolas témoignent que la société guyanaise a développé des carnavals contestataires à l’image de sa diversité sociale et ethnique. Florabelle Spielmann décrit l’histoire sociale des différents conquérants de l’île de Trinidad et le rôle du carnaval dans ce contexte. La postface écrite par Jean-Luc Bonniol retrace de façon documentée le lien historique entre carnaval et esclavage, observant que le carnaval, bien qu’il soit d’origine européenne et lié au calendrier liturgique catholique, permettait l’expression d’éléments culturels d’origine africaine ordinairement réprimés tout en reproduisant par mimétisme et sur le mode de la dérision la culture festive des maîtres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne Fortier, « Falgarettes-Leveau Christiane (dir.), 2011, Mascarades et carnavals », Journal des africanistes, 83-2 | 2013, 205-206.

Référence électronique

Corinne Fortier, « Falgarettes-Leveau Christiane (dir.), 2011, Mascarades et carnavals », Journal des africanistes [En ligne], 83-2 | 2013, mis en ligne le 30 juillet 2014, consulté le 21 août 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3463

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org