Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Eklu-Natey Raphaël D., Balet Annie (en collab. avec M. A. Ahyi, E. J. Adjanohoun, L. Ake Assi, F. Borst, C. Chatelain, D. Diallo, K. Hostettmann, L. Sanou, M. Koumaré), 2012, Pharmacopée africaine, Dictionnaire et monographies multilingues du potentiel médicinal des plantes africaines. Afrique de l’Ouest

Vol. 1 : Dictionnaire. Vol. 2 : Monographies, Genève, Traditions et Médecine ; Lausanne, Éditions d’en bas
Henry Tourneux
p. 202-205
Référence(s) :

Eklu-Natey Raphaël D., Balet Annie (en collab. avec M. A. Ahyi, E. J. Adjanohoun, L. Ake Assi, F. Borst, C. Chatelain, D. Diallo, K. Hostettmann, L. Sanou, M. Koumaré), 2012, Pharmacopée africaine, Dictionnaire et monographies multilingues du potentiel médicinal des plantes africaines. Afrique de l’Ouest. Vol. 1 : Dictionnaire. Vol. 2 : Monographies, Genève, Traditions et Médecine ; Lausanne, Éditions d’en bas.
Volume 1 : xliv (dont 5 p. de planches photographiques) + 912 p.
Volume 2 : lii + 1 002 p. (dont 114 planches comportant 755 photographies de plantes).

Texte intégral

1Ces deux imposants volumes sont dédiés à la mémoire du professeur Michel Robert Amakoué Ahyi, qui est décédé en 2010 à Lomé, à l’âge de quatre-vingt-huit ans. Il a été au Togo un pionnier des études botaniques appliquées à la médecine traditionnelle. Deux auteurs et neuf collaborateurs sont cités en page de titre ; cependant, en pages intérieures, on trouve des notices biographiques sur quinze « coauteurs ».

  • 1 Burkill H. M. 1985-2000, The Useful Plants of West Tropical Africa, Kew, Royal Botanic Gardens, 5 v (...)

2Le premier volume, intitulé « Dictionnaire », contient la liste des noms latins des 973 plantes retenues pour l’étude. Viennent ensuite les « noms usuels africains et européens ». Par « noms européens » il faut entendre « noms en français et en anglais ». Les cent quarante langues africaines représentées – en fait, il y en a moins, car la langue peule, par exemple, est citée treize fois sous treize noms différents – correspondent aux huit pays d’Afrique de l’Ouest pris en considération (Bénin, Burkina Faso, Côte-d’Ivoire, Guinée, Mali, Niger, Sénégal, Togo). Les noms locaux sont transcrits de façon hétérogène, sans tenir compte le moins du monde des dictionnaires existants pour les langues qui en sont dotées (ashanti, bambara, baule, fulfulde, hausa, kanuri, kisi, moore, pulaar, pular, seereer, soŋay, tenda, wolof, yoruba, etc.). Sur ce plan, l’ouvrage est une parfaite régression par rapport au travail monumental de H.M. Burkill1 qui, lui, a fait l’effort de donner des transcriptions phonétiques, fussent-elles un peu simplifiées. On trouve ainsi p. 152 : « Djabi, Peuhl-Toucouleur [Sénégal], Ziziphus mauritiana » ; en page 245, on a : « Jabi, Peuhl [Mali], Ziziphus mauritiana ». La bonne solution aurait été : « jaaɓi, pulaar [Sénégal], fulfulde [Mali], Z. mauritiana ». Notons au passage la graphie coloniale complètement obsolète de « Peuhl ». Le son [ɲ] transcrit habituellement par / ny / ou / ñ / est écrit, au hasard, « gn, ni, ny ». La syllabe [ge] est transcrite « ge, gé, gue ou gué ». On pourrait multiplier les exemples à l’envi. Le wolof xay « Khaya senegalensis », se trouve transcrit « hail, hay, kail, kay, xai, xail ».

3On aura compris qu’il ne faut rien attendre de l’ouvrage du point de vue linguistique. C’est une simple compilation de données hétéroclites, puisées dans des études dont l’imprécision (linguistique) est l’un des défauts principaux. Aucun linguiste n’a été sollicité pour harmoniser les transcriptions, éviter les doublons fautifs et les mélanges de formes du singulier et du pluriel, par exemple. L’aide que cet index est censé apporter aux « tradithérapeutes » est donc des plus problématiques ; en effet, c’est à partir de là que celui qui ignore les taxons latins doit pouvoir entrer dans le volume 2 qui contient les notices de chaque plante citée.

4La deuxième partie du Dictionnaire (vol. 1) donne en français un lexique de termes médicaux, suivi de la liste des maladies ordonnées selon la classification internationale des maladies de l’OMS. On a par exemple I INFECT (maladies infectieuses et parasitaires) ; II TUMEUR, III HEMAT (maladies du sang et des organes hématopoïétiques ainsi que certains troubles du système immunitaire), etc.

5Vient ensuite un index qui renvoie du nom français de la pathologie à la page du même volume où sont donnés, suivant la classification OMS des maladies, les noms des plantes et des parties de plantes susceptibles de la soigner. C’est la partie la plus utile du volume 1 et aussi la plus originale. Chaque fois sont indiqués les organes ou parties de la plante qui sont utilisés (feuille, feuille fraîche, feuille séchée, tige feuillée, tige défeuillée, rameau feuillé, branche, tige fructifère, plante entière, parties aériennes, jeune pousse, racine, écorce, écorce de rameau, écorce de tronc, écorce de racine, bulbe, rhizome, tubercule, fleur, stigmate, stipule, sommités fleuries, pédoncule, fruit mûr, graine, amande, latex, sève de tronc, sève de racine, moelle de tige, miel, etc.). On a aussi l’indication « organe non précisé », dans certains cas.

  • 2 Pousset J.-L., 2004, Plantes médicinales d’Afrique : comment les reconnaître et les utiliser, Aix-e (...)

6À côté de chaque taxon botanique est donc juxtaposée l’utilisation qu’il a dans tel pays pour soigner telle affection, mais rien sur le mode d’utilisation (décoction, macération, infusion, fumigation, etc.) ni sur les dosages. On peut ainsi avoir une bonne indication de la généralisation ou non de cette utilisation, et donc, potentiellement, de son efficacité. En effet, si plusieurs peuples dans plusieurs pays non contigus ont le même usage de la même plante, il est probable qu’elle soit efficace. C’est ce principe, étendu à toute la zone sahélienne qu’a appliqué J.-L. Pousset dans son remarquable ouvrage Plantes médicinales d’Afrique2, pour sélectionner 117 plantes à l’efficacité avérée (avec confirmation par des analyses toxicologiques et pharmacologiques). Les auteurs du Dictionnaire que nous recensons ne sont pas allés jusque-là, se contentant de longues listes qui ne sont accompagnées d’aucun commentaire scientifique.

7Quand une propriété est reconnue en plusieurs lieux, il reste encore à prouver qu’il ne s’agit pas d’une propriété magique commune (magie sympathique, par exemple) : plusieurs plantes à latex se retrouvent notamment dans les galactogènes ou galactagogues. Nous soupçonnons, par exemple, que le lien entre le fruit du Kigelia africana, la stérilité féminine, la puberté des filles, le développement des seins, l’inflammation des seins, le cancer du sein, etc., soit établi par l’intermédiaire symbolique du fruit, semblable à une énorme mamelle qui pend de l’arbre.

8Pour soigner la stérilité féminine, le Dictionnaire ne donne pas moins de 200 indications de plantes, ce qui laisse rêveur quant à leur efficacité potentielle. On peut simplement en conclure que la stérilité féminine est un tel problème que l’on essaie tout et n’importe quoi pour la soigner... Les cent dernières pages du volume 1 donnent un index des synonymes botaniques, qui est bien utile pour que le non-botaniste s’y retrouve.

9Le deuxième volume, intitulé « Monographies » est le plus immédiatement pratique. Outre les planches photographiques, pour la plupart de très bonne qualité, il donne pour chaque plante une planche botanique, une description détaillée et des indications sur sa répartition géographique et/ou écologique. En dessous, on trouve les noms vernaculaires classés par pays et par langues, suivis des indications médicinales les plus succinctes classées par pays. Citons par exemple Ocimum basilicum L. var. basilicum (Lamiaceae). On a, pour le Sénégal, les indications d’usages médicinaux suivants : « Feuille : stimulant, sinusite, otite, insectifuge, céphalée ». La même feuille a de toutes autres indications au Togo : « baisse de vision, épistaxis, psychose ». Au Bénin : « céphalée, hypertension, dystocie, grossesse prolongée, vertige, variole ». En Côte-d’Ivoire : « ophtalmie, céphalée, otite, maux de gorge, maladie de la peau, gale, ictère grave, hémoglobinurie, hématurie, médico-magique ».

  • 3 Tourneux H., 2010, « Traditional healing of fevers as practiced by the Fulani of Northern Cameroon  (...)

10Toutes ces indications laisseraient induire qu’il peut y avoir superposition parfaite entre les noms de maladies tels qu’ils sont répertoriés par l’OMS et les noms qui ont cours dans les langues africaines (qui sont employés par les médecins traditionnels). Ce n’est pas toujours le cas et certaines maladies africaines n’ont pas de correspondant ailleurs. Les médicaments qui les soignent s’adressent moins à la pathologie en tant que telle qu’à la conception que s’en font les patients. Cela ne signifie pas, bien évidemment, que certaines plantes n’ont pas des vertus avérées : les industriels de la pharmacie sont d’ailleurs aux aguets de ce côté ; mais je me permettrai de citer la conclusion à laquelle je suis arrivé après avoir étudié la façon dont les Peuls du Diamaré soignent les « fièvres » : on peut penser que ces traitements ne pourraient être efficaces pour des patients qui ne partageraient pas les mêmes conceptions des fièvres que les Peuls (Tourneux H., 2010)3.

11En résumé, nous devons nous réjouir d’avoir ce nouvel outil de travail pour l’étude de la pharmacopée ouest-africaine. Il constitue un répertoire utile pour le scientifique mais nous ne sommes toujours pas sûr qu’il puisse être directement utile à un « tradithérapeuthe ». Il pourra servir à orienter des recherches à venir. Espérons que le respect pour les pratiques ancestrales n’empêchera pas de les aborder d’un œil critique, en tenant compte notamment des conceptions et des représentations que patients et guérisseurs ont des maladies.

12Les auteurs sont eux-mêmes conscients d’avoir réalisé une simple compilation reposant à titre principal sur les monographies devenues introuvables des « Contributions aux études ethnobotaniques et floristiques » réalisées pays par pays dans les années 1980 sous l’égide de l’Agence de coopération culturelle et technique. Il ne faudrait surtout pas sous-estimer l’énorme travail que représente leur entreprise et nous devons les remercier pour la qualité de présentation des deux volumes où l’information botanique est parfaite.

Haut de page

Notes

1 Burkill H. M. 1985-2000, The Useful Plants of West Tropical Africa, Kew, Royal Botanic Gardens, 5 vol.

2 Pousset J.-L., 2004, Plantes médicinales d’Afrique : comment les reconnaître et les utiliser, Aix-en-Provence, Secum / Edisud.

3 Tourneux H., 2010, « Traditional healing of fevers as practiced by the Fulani of Northern Cameroon », Folia Orientalia 45-46 : 331-340.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henry Tourneux, « Eklu-Natey Raphaël D., Balet Annie (en collab. avec M. A. Ahyi, E. J. Adjanohoun, L. Ake Assi, F. Borst, C. Chatelain, D. Diallo, K. Hostettmann, L. Sanou, M. Koumaré), 2012, Pharmacopée africaine, Dictionnaire et monographies multilingues du potentiel médicinal des plantes africaines. Afrique de l’Ouest », Journal des africanistes, 83-2 | 2013, 202-205.

Référence électronique

Henry Tourneux, « Eklu-Natey Raphaël D., Balet Annie (en collab. avec M. A. Ahyi, E. J. Adjanohoun, L. Ake Assi, F. Borst, C. Chatelain, D. Diallo, K. Hostettmann, L. Sanou, M. Koumaré), 2012, Pharmacopée africaine, Dictionnaire et monographies multilingues du potentiel médicinal des plantes africaines. Afrique de l’Ouest », Journal des africanistes [En ligne], 83-2 | 2013, mis en ligne le 30 juillet 2014, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3459

Haut de page

Auteur

Henry Tourneux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org