Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Delafosse Maurice, 2012 [1923], Broussard ou les états d’âme d’un colonial suivis de ses propos et opinions

Présentation de Jean-Claude Blachère, avec la collaboration de Roger Little, Paris, L’Harmattan
Fabio Viti
p. 199-201
Référence(s) :

DELAFOSSE Maurice, 2012 [1923], Broussard ou les états d’âme d’un colonial suivis de ses propos et opinions, présentation de Jean-Claude Blachère, avec la collaboration de Roger Little, Paris, L’Harmattan, 206 p.

Texte intégral

  • 1 Maurice Delafosse, Les Nègres, Paris, Reider, 1927, 75 p. ; réédition 2005, Paris, L’Harmattan (pré (...)
  • 2 Maurice Delafosse, Les états d’âme d’un colonial, Paris, Comité de l’Afrique française, 1909, 84 p.
  • 3 Maurice Delafosse, Broussard ou Les états d’âme d’un colonial, suivi de ses propos et opinions, Par (...)

1Après la réédition de Les nègres1, les éditions L’Harmattan proposent opportunément ce Broussard, publié pour la première fois en 1923 mais issu d’un ouvrage précédent2, enrichi de nouveaux textes rédigés en 1913-14 pour La Dépêche coloniale et achevé dans sa version finale une dizaine d’années plus tard3.

2Maurice Delafosse (1870-1926) y dresse un bilan en clair-obscur de son expérience coloniale, qui l’avait conduit de sa première affectation comme Commis des Affaires indigènes de 3e classe dans la nouvellement proclamée colonie de la Côte d’Ivoire (1894) au grade de Gouverneur, obtenu l’année de sa retraire anticipée (1918). Dialoguant avec son double imaginaire, Broussard, Delafosse se livre à un exercice rhétorique dont le but déclaré est celui de dresser un portrait du « broussard africain », le seul dont il se croit « autorisé à parler » (p. 3). Armé de son pragmatisme anti-idéologique et de son assurance notoire (en dépit d’une fausse modestie affichée), Delafosse vante en effet les mérites de l’expérience et de l’observation directe, aussi bien de la pratique coloniale que des mœurs africaines. Celles-ci sont en particulier abordées dans une veine culturaliste et différentialiste qui lui fait parler d’« âme nègre », de philosophie, de logique et de mentalité africaines et qui l’éloigne nettement de l’idéal assimilationniste qui fut celui de la colonisation française, du moins dans ses principes proclamés. De plus, Delafosse-Broussard recherche une Afrique authentique, la « véritable Afrique, celle au-delà du désert, celle des nègres » et des explorateurs célèbres, qui n’est ni l’Algérie, ni le Sénégal déjà transformé par la civilisation (pp. 5, 10).

3En colonial convaincu mais critique, Delafosse n’épargne pas ses attaques contre les « philanthropes de chambre » (p. 18) de même que contre un certain conformisme colonial, paperassier et peu attentif aux contacts avec les réalités locales. Tout en dénonçant les poncifs des milieux coloniaux et des « sous-Stanley » (p. 21), Delafosse n’en est pas immune, au sujet des porteurs, des serviteurs, des rapports avec les « indigènes » et les autres coloniaux, du plaisir de la tournée, de la solitude du broussard. Et pourtant, ses accents de sincérité ne négligent pas les zones d’ombres, les sentiments les moins reluisants, qui transforment vite le jeune apprenti broussard en un « maître du monde » (p. 30), un « roi de la brousse » (p. 48), et qui peuvent le faire mal tourner lorsqu’il se retrouve en proie à toutes les tentations, loin des conventions mondaines et du contrôle social. Ainsi, Delafosse adresse des conseils pratiques aux plus jeunes, jouant le rôle de l’« aîné » rompu à toute expérience, nostalgique et boudeur, non sans reconnaître avoir été à son tour un « cadet » nourri d’illusions et de faux espoirs.

4Dans la deuxième partie de l’ouvrage, Delafosse-Broussard engage d’abord un dialogue serré avec un interlocuteur imaginaire, le petit-fils de Joseph Prudhomme, personnage de fiction incarnant l’esprit français moyen. Dans ces dialogues, le contraste entre les idéaux coloniaux des métropolitains sans expérience directe et la pratique sur le terrain des broussards « bons à tout » et livrés à eux-mêmes, émerge le plus nettement ; en particulier, Delafosse s’en prend aux idées reçues sur le devoir de civiliser, que l’on pourrait résumer à la question de la naturalisation des indigènes des colonies (pp. 70, 81-83) et à la prétendue nécessité d’une instruction française, vue plutôt par lui comme pernicieuse et corruptrice des mœurs africaines (pp. 89, 94-95). Et pourtant, il n’accorde pas non plus ses faveurs à la colonisation britannique ou belge, épinglées à leurs défauts respectifs (pp. 119-130).

5La position de Delafosse vis-à-vis des colonisés, exprimée à travers son alter ego Broussard, se veut d’abord détachée, « sans passion », scientifique : ni indigénophile ni indigénophobe mais plutôt indigénologue, sans pour autant renoncer ni à « un certain souci de [...] tutelle » ni, à l’occurrence, à « la manière forte » (pp. 85-89). Toutefois, le vieux colonial ne manque pas de s’en prendre aux plus jeunes ainsi qu’au gouvernement, coupables les uns de ne pas comprendre quelle a été la tâche réelle de leurs devanciers, l’autre de ne pas reconnaître à leur juste valeur les services rendus et de submerger les administrateurs de brousse d’une « avalanche » de décrets, textes de lois et autres mesures incompréhensibles, contradictoires et éphémères (pp. 107-112).

  • 4 Maurice Delafosse, « Les Libériens et les Baoulés : nègres dit civilisés et nègres dits sauvages », (...)

6La veine de Broussard est assurément nostalgique, regrettant l’« Afrique sauvage » et ses « vrais nègres » (pp. 132, 137), en arrivant à tenir des propos fort désobligeants envers René Maran et son Batouala, « ni véritablement un roman ni véritablement nègre » (pp. 137-139). Pourfendeur des politiques assimilationnistes, il critique vertement l’instruction française impartie aux africains, recommandant plutôt un enseignement dans les langues du pays, dans l’objectif de préserver l’âme africaine des dégâts des faux progrès. Bref, l’européanisation de l’Afrique est l’issue la plus redoutée de la colonisation, idée qui remonte loin dans la biographie intellectuelle de Delafosse, comme l’attestait déjà sa comparaison entre les Libériens occidentalisés et les Baoulé, exemple de culture africaine « authentique »4.

7Delafosse écrit à partir de son expérience directe, pas encore terminée en 1909, date à laquelle remonte la première partie de son ouvrage qui décrit pourtant la carrière idéale d’un vieux broussard désormais à la retraite. En fait, Delafosse a toujours jouit d’une reconnaissance ambiguë de la part de ses collègues et supérieurs qui lui attribuaient souvent une maturité intellectuelle supérieure à son âge et à son expérience effective, sans lui épargner leurs critiques au sujet d’une certaine sympathie pour les indigènes et de ses intérêts scientifiques, cultivés parfois aux dépenses des tâches administratives. Accusé d’indigénophilie, Delafosse n’hésitera pourtant pas à combattre les armes à la main la résistance baoulé, épreuve qu’il relate sommairement mais sans trop d’« états d’âme » (p. 58). Et d’ailleurs, malgré son amertume et son désenchantement, il ne sera jamais pris de doute sur la bonté de fond de l’entreprise de colonisation de l’Afrique, qu’il mènera pour sa part sans hypocrisie et avec un esprit pragmatique.

Haut de page

Notes

1 Maurice Delafosse, Les Nègres, Paris, Reider, 1927, 75 p. ; réédition 2005, Paris, L’Harmattan (présentation de Bernard Mouralis), 82 p.

2 Maurice Delafosse, Les états d’âme d’un colonial, Paris, Comité de l’Afrique française, 1909, 84 p.

3 Maurice Delafosse, Broussard ou Les états d’âme d’un colonial, suivi de ses propos et opinions, Paris, Larose, 1923, 258 p.

4 Maurice Delafosse, « Les Libériens et les Baoulés : nègres dit civilisés et nègres dits sauvages », Les milieux et les races, avril 1901, pp. 1-37.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabio Viti, « Delafosse Maurice, 2012 [1923], Broussard ou les états d’âme d’un colonial suivis de ses propos et opinions », Journal des africanistes, 83-2 | 2013, 199-201.

Référence électronique

Fabio Viti, « Delafosse Maurice, 2012 [1923], Broussard ou les états d’âme d’un colonial suivis de ses propos et opinions », Journal des africanistes [En ligne], 83-2 | 2013, mis en ligne le 30 juillet 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3457

Haut de page

Auteur

Fabio Viti

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org