Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

copans Jean, 2010, Un demi-siècle d’africanisme africain. Terrains, acteurs et enjeux des sciences sociales en Afrique indépendante

Paris, Karthala, Coll. Disputatio
Elieth P. Eyebiyi
p. 197-199
Référence(s) :

copans Jean, 2010, Un demi-siècle d’africanisme africain. Terrains, acteurs et enjeux des sciences sociales en Afrique indépendante, Paris, Karthala, Coll. Disputatio, 199 p.

Texte intégral

1Effectuer le bilan de cinquante années de la recherche en sciences sociales sur le continent africain : tel est l’objectif de Jean Copans dans cet ouvrage, publié à l’occasion du cinquantenaire des indépendances africaines. Au long de 199 pages, l’anthropologue français et africaniste interroge deux thématiques majeures : la production du savoir africain par les chercheurs africanistes et l’historicité de certaines des disciplines des sciences sociales. En mettant en contexte à la fois les acteurs producteurs africains des savoirs en sciences sociales sur l’Afrique, autant que les enjeux autour desquels ils gravitent ou auxquels leurs pratiques donnent lieu, Jean Copans se livre à un bilan critique et réflexif qui reste pertinent.

2Sur le fond, l’auteur commence dès son introduction à faire des mises au point dont l’une, fondamentale, reste l’usage de l’expression « études africaines ». À l’heure où les African studies prospèrent un peu partout dans le monde occidental, il montre que cette expression tient pour vrai une certaine homogénéité de l’Afrique alors que des travaux empiriques suffisent à démontrer le contraire. L’Afrique des sciences sociales est tout sauf un grand bloc, bien que le renversement de paradigme tarde encore à se concrétiser dans certains cercles et aires. Cependant, les barrières linguistiques continuent d’être à l’origine d’une « ghettoïsation nationale et régionale des études africanistes africaines » (p. 8) sur le continent, entre francophones, anglophones ou encore lusophones. De plus, pour Copans, l’ethno-nationalisme ayant animé les deux premières générations de chercheurs africains a perdu de ses repères panafricains. Ceci en raison d’une part de la déliquescence de l’enseignement supérieur public et de l’extraversion du financement et de l’ingénierie de la recherche, et d’autre part de la montée en puissance de la consultance, qu’il souligne comme un facteur tuant la recherche partout dans le monde. Pour sortir du ghetto intellectuel francophone, Copans promeut la nécessité d’une sorte d’auto-sociologie de la connaissance, si l’on ne veut point signer la disparition des sciences sociales africanistes sur le continent.

3Dans son troisième chapitre, l’auteur examine les conditions de production de la recherche. Pour lui, il existe une science sociale à deux vitesses, en œuvre sur le continent, et qui s’exprime par une division hiérarchique, sociale et intellectuelle du travail scientifique (p. 48). On peut remarquer l’idée du ghetto intellectuel transparaître à travers ces observations. Certes, quelques laboratoires comme le Lasdel tentent d’inverser cette tendance sur le continent, comme il le souligne, mais le défi à relever reste énorme. La sociologie historique des enquêtes en sciences sociales qu’il propose à ce niveau montre que les multiples dynamiques ayant structuré le monde franco-francophone de la recherche en Afrique, ont induit entre autres la création de tout un ensemble d’acteurs subalternes des enquêtes (recueilleurs, transcripteurs, traducteurs, interprètes, tiers, etc.). Il désigne par exemple les étudiants servants d’intermédiaires entre le savant et les « représentants des sociétés étudiées, de ‟Subaltern Students” ou les ‟petites mains” du ‟terrain” » (p. 53), tout en stigmatisant le silence de la recherche sur ces intermédiaires dont le rôle et le poids, quoique peu ou pas restitués dans la recherche, n’en demeurent pas moins importants. L’émergence et la mise sous silence de cet écosystème de la recherche en Afrique autour des chercheurs « principaux », mais aussi de leur influence sur le processus de recherche, se fait alors même que les réflexions méthodologiques restent en marge du processus de construction de la recherche. Et pourtant, il est évident que « la construction de l’objet relève en fait d’une triple sociologie, celle de ‟l’objet” social choisi, celle des observateurs qui interagissent avec celui-ci et celle des acteurs de ces deux opérations » (p. 54).

  • 1 « Les sciences sociales au miroir du développement », Cahiers d’études africaines 202-203, 2011, 44 (...)

4L’auteur revient sur la question du statut du chercheur, notamment face à la montée en puissance des activités de consultance. Ceci n’est d’ailleurs pas sans rappeler les constats inquiétants soulignés par d’autres auteurs (Jean Pierre Olivier de Sardan, Yvan Droz, etc.), quant aux effets pervers de l’hégémonie de la consultance sur la recherche en sciences sociales et sur les chercheurs eux-mêmes. En 2011, un intéressant numéro des Cahiers d’Études africaines (n°202-203)1 traite de la question dans un contexte où les distances avec les logiques de l’expertise deviennent de plus en plus ténues, avec tout ce que cela comporte comme impact sur les sciences sociales. Par ailleurs, l’auteur s’interroge sur la possibilité de l’existence des sciences sociales africanistes africaines. En ce qui concerne l’anthropologie, la réponse de Copans est sans ambages, et ceci au moyen de son cinquième chapitre, intitulé « L’impossible construction d’une anthropologie africaine » (pp. 85-106). La situation paradoxale et contradictoire fondant cette position de l’auteur est la coexistence d’une grande tradition anthropologique africaniste internationale (notamment européenne) avec l’absence de toute inculturation et indigénisation africaine de la discipline anthropologique. De plus, la perte progressive d’influence de l’ethnologie, dans le cadre du projet culturaliste de restauration des valeurs formulé par de nombreux intellectuels africains au cours des années 1950-1960, l’enfermement de la sociologie entre plusieurs modernités du fait du « développementalisme », l’affaiblissement de l’anthropologie par l’histoire, ou encore la fascination exercée par la science politique sont les éléments majeurs de l’analyse de Copans.

5Son effort d’interroger à la fois l’Afrique francophone, lusophone, anglophone est notable bien que l’absence du Maghreb demeure une interrogation. Toutefois, l’essai critique que livre Jean Copans à l’occasion du cinquantenaire des indépendances a le mérite de mettre en débats les sciences sociales africanistes autant dans leurs pratiques historiques que dans les perspectives qui s’ouvrent à elles. Reste aux chercheurs africains en sciences sociales africanistes à prendre en charge le destin de leurs disciplines.

Haut de page

Notes

1 « Les sciences sociales au miroir du développement », Cahiers d’études africaines 202-203, 2011, 446 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elieth P. Eyebiyi, « copans Jean, 2010, Un demi-siècle d’africanisme africain. Terrains, acteurs et enjeux des sciences sociales en Afrique indépendante », Journal des africanistes, 83-2 | 2013, 197-199.

Référence électronique

Elieth P. Eyebiyi, « copans Jean, 2010, Un demi-siècle d’africanisme africain. Terrains, acteurs et enjeux des sciences sociales en Afrique indépendante », Journal des africanistes [En ligne], 83-2 | 2013, mis en ligne le 30 juillet 2014, consulté le 21 août 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3454

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org