Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Andriamanjato Richard, 2013, Le Tsiny et le Tody dans la pensée malgache

Préface d’Alain Duménil, Paris, L’Herne
Noël J. Gueunier
p. 191-193
Référence(s) :

Andriamanjato Richard, 2013, Le Tsiny et le Tody dans la pensée malgache. Préface d’Alain Duménil, Paris, L’Herne, 164 p.

Texte intégral

  • 1 Sans cesser d’exercer comme pasteur protestant, Andriamanjato a été successivement – pour ne reteni (...)

1La réédition de l’essai de Richard Andriamanjato sur Le Tsiny et le Tody paraît presque exactement au moment de la disparition, en mai 2013, de son auteur, figure marquante de l’intelligentsia et de l’élite politique malgaches1. C’est l’occasion de réexaminer ce petit livre, qui a exercé une influence importante dans le domaine ethnologique, et qui mérite certainement une diffusion plus large.

  • 2 Il est commenté ainsi dans H. Lavondès, Bekoropoka, quelques aspects de la vie familiale... Mouton (...)
  • 3 A. Bouillon, Madagascar. Le colonisé et son « âme ». Essai sur le discours psychologique colonial. (...)

2On est un peu étonné à vrai dire de ce que la préface nous présente l’ouvrage comme une révélation, presque comme un inédit ; on nous dit en effet (p. 12) que Le Tsiny et le Tody « avait été publié confidentiellement à la fin du siècle dernier sur la grande île »... ce qui ne rend pas vraiment compte de l’histoire éditoriale du livre. En effet, avant d’être repris en 1982 à Antananarivo par un éditeur officiel du gouvernement, il avait connu sa première parution en 1957 à Paris, chez Présence Africaine. Originellement thèse de théologie protestante soutenue l’année précédente à l’Université de Strasbourg, le livre trouvait naturellement sa place chez l’éditeur des grandes figures du mouvement de la négritude, par son ambition de présenter et d’illustrer des concepts originaux de la culture malgache, concepts sans équivalent immédiat dans les langues des peuples européens, en particulier dans le français du colonisateur et dans l’anglais des missionnaires protestants dont l’influence avait précédé de plus d’un demi-siècle la parenthèse coloniale. Loin de passer inaperçu, le livre a été fréquenté par des générations d’ethnologues, mais aussi d’historiens, de politistes, pour qui il est devenu une référence obligée2. Les spécialistes connaissent aussi la critique substantielle qu’en a faite Antoine Bouillon3, qui place cruellement le livre dans le cadre de ce qu’il appelle « le lieu commun de l’ethno-philosophie ». À Madagascar, il est devenu un classique au sens propre du terme, ne quittant guère les rayons, pourtant bien dégarnis, des librairies de la capitale (réimpression récente chez Salohy, 2002).

3Le tsiny est le « blâme », la « censure », ou le « tort » que l’homme encourt quand il a enfreint les normes du comportement approuvé par la coutume ; ce blâme est un danger, dont il convient de se protéger, avant même d’avoir commis l’infraction redoutée. Et le contexte premier dans lequel il est évoqué est oratoire : ce sont « les excuses et les prévenances » qui occupent la première partie, souvent la plus longue, des discours traditionnels, et qui servent à ôter, à écarter préventivement le tsiny auquel l’orateur s’expose par le simple fait de prendre la parole. Le tody quant à lui est « l’arrivée » ou « le retour » des choses, que l’ordre du monde impose aux actions de l’homme, sanction impersonnelle et comme automatique, attachée à l’acte lui-même, mais dont nul ne peut prévoir dans quel temps, proche ou lointain, elle se déclenchera. Et là encore c’est à l’aide des expressions traditionnelles de la culture (les proverbes) que le concept se dessine.

4La préface insiste sur la profonde valeur philosophique des réflexions d’Andriamanjato sur ces deux notions, établissant notamment des liens avec Baudrillard et Heidegger. L’auteur lui-même affichait des prétentions modestes : il se proposait seulement de donner un bref aperçu d’une « philosophie vécue », qu’il caractérisait par un certain « flou », et une « saisie intuitive des êtres et des choses » (pp. 15-16). La démarche est voisine de celle de son prédécesseur (qu’il ne cite pas, mais qu’il avait peut-être lu), le Placide Tempels de la Philosophie bantoue, publié lui aussi par Présence Africaine (1949). Comme Tempels, Andriamanjato se voulait avant tout théologien et catéchète : les notions qu’il analyse si subtilement dans la culture malgache prennent toute leur valeur par les rapports qu’elles entretiennent avec les notions chrétiennes du péché et de la rétribution. C’est la problématique de la « pierre d’attente », providentiellement présente dans la culture ancestrale, et sur laquelle le missionnaire peut s’appuyer pour construire l’évangélisation ; ainsi écrit-il : « la notion de Dieu chez l’ancien Malgache, bien qu’imprécise et fort vague, contenait déjà une intuition de ce que la révélation chrétienne est venue par la suite orienter, et achever d’éclairer » (p. 35). Allant plus avant, il pose un fondement théologique à ce que le catholicisme allait bientôt formuler comme la doctrine de « l’inculturation » : pour lui en effet il ne peut pas y avoir une seule manière d’être chrétien, car « ce serait vouloir faire du peuple chrétien actuel un peuple eschatologique et par là même hors du temps. Mais comme l’histoire n’a pas encore pris fin, il est légitime que le Malgache ait lui aussi sa manière d’être chrétien » (p. 145).

5D’autres notations retiendront l’attention de l’africaniste par l’éclairage qu’elles apportent sur le contexte intellectuel dans lequel se mouvait le jeune étudiant théologien. Ainsi nous le voyons adhérer à une vision de l’évolution historique de la société malgache conforme aux schémas de la colonisation finissante, avec ses vues optimistes sur la mise en valeur et la modernisation de la société ; quand il parle de « certains heurts qu’on rencontre actuellement entre ceux qui sont de l’ancienne génération (celle qui a vécu la transition entre le régime malgache et le régime francisant) et la nouvelle génération qui est de culture française... » (p. 31), nul doute qu’il se range lui-même dans cette fraction moderne, de culture française, « francisante » [et non « francisée » – notons-le – la nuance qui évite la forme du passif est sans doute ici pertinente] de la société. Mais, peu de temps après, le même Andriamanjato sera un militant de l’indépendance sans conditions, critiquant les lentes transitions proposées par le projet gaullien de l’autonomie dans le cadre de la Communauté (1958), puis de l’indépendance octroyée (1960). Et, dans la conclusion de l’essai, on voit apparaître ce lieu commun obligé des études socio-économiques de l’époque : les coutumes sont-elles un frein au développement, ou bien peuvent-elles trouver un rôle au service du progrès économique ? La réponse reste prudemment réservée : « Que le « tsiny » et le « tody » soient deux notions à valeurs discutables, qu’ils soient des concepts inhibitifs, plutôt que favorables à l’action, qu’ils soient même néfastes au progrès dans une mesure non négligeable, le lecteur en jugera... » (p. 140). Autre thème sociologiquement important : le poids des chrétiens dans l’ensemble de la population malgache. Andriamanjato situe d’abord cette importance au plan démographique (« l’adhésion de la grande majorité de la population à la religion chrétienne est digne d’être remarquée... »), une affirmation certainement fausse à la date où elle était écrite. Mais il ne tarde pas à se corriger, car ce n’est pas d’une majorité statistique qu’il fallait parler, mais du poids d’une élite : « Catholiques et protestants forment actuellement le cadre compétent de la nation malgache (...) ceux qui ont des situations sociales de quelque importance sont chrétiens », tandis que les non chrétiens occupent les marges géographiques et sociales du pays (p. 142). Aujourd’hui la majorité sociologique s’est encore renforcée, et elle est devenue aussi majorité démographique, un changement auquel la magistrature d’influence des élites chrétiennes si bien représentées par Andriamanjato n’est pas étrangère. Décidément il est des thèses de théologie qui valent d’être relues.

Haut de page

Notes

1 Sans cesser d’exercer comme pasteur protestant, Andriamanjato a été successivement – pour ne retenir que les principales étapes de sa carrière – le leader du principal parti d’opposition, alors classé comme pro-soviétique, au régime de Tsiranana, premier président de Madagascar (de 1958 à 1972), puis l’un des membres éminents du Front National de Défense de la Révolution sous le gouvernement d’orientation progressiste et non alignée du capitaine de frégate Ratsiraka (de 1975 à 1898), et enfin président de l’Assemblée Nationale sous le régime pluripartite de la IIIe République (de 1995 à 1998). Nombreuses références sur sa formation et son rôle politique dans D. Galibert, Les gens du pouvoir à Madagascar. État postcolonial, légitimités et territoires, 1956-2002. Karthala-CRESOI, 2009.

2 Il est commenté ainsi dans H. Lavondès, Bekoropoka, quelques aspects de la vie familiale... Mouton 1967, dans P. Ottino, Les Champs de l’ancestralité... Karthala-Orstom 1998, et d’autres.

3 A. Bouillon, Madagascar. Le colonisé et son « âme ». Essai sur le discours psychologique colonial. L’Harmattan, 1981.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Noël J. Gueunier, « Andriamanjato Richard, 2013, Le Tsiny et le Tody dans la pensée malgache », Journal des africanistes, 83-2 | 2013, 191-193.

Référence électronique

Noël J. Gueunier, « Andriamanjato Richard, 2013, Le Tsiny et le Tody dans la pensée malgache », Journal des africanistes [En ligne], 83-2 | 2013, mis en ligne le 30 juillet 2014, consulté le 21 août 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3445

Haut de page

Auteur

Noël J. Gueunier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org