Navigation – Plan du site

Marchandisation du travail et différenciation sociale en Sella Limba (Sierra Leone) de 1950 à nos jours

Commodification of labour and social differentiation in Sella Limba (Sierra Leone) from 1950 to present
Augustin Pallière, Jean-Luc Paul, Hubert Cochet et Frédéric Landy
p. 116-141

Résumés

En Sierra Leone, les migrations vers les zones diamantifères et le développement de cultures à vocation commerciale ont contribué à l’intégration croissante des paysanneries à l’économie nationale et mondiale. Sur la base d’une étude d’une petite région du nord du pays, la Sella Limba, nous décrivons comment la marchandisation des rapports sociaux de production et d’échanges a impliqué le détournement des rapports sociaux « traditionnels », fondés sur l’antériorité, et l’éclatement des grands groupes domestiques en unités de plus petite taille, à l’existence plus précaire. Mais, marginalisées par les importations massives à bas prix de riz, ces agricultures manuelles sont restées à très faible niveau de capital. Dans ce contexte, nous montrons comment la faiblesse de la productivité du travail limite les possibilités de différenciation sociale et économique durables. Les paysans combinent des rapports sociaux autant « modernes » que « traditionnels » pour développer des stratégies hybrides qui relèvent plutôt de la simple survie.

Haut de page

Texte intégral

1La « modernisation » des sociétés rurales africaines renvoie couramment, dans la littérature scientifique, aux dynamiques induites par la pénétration des rapports marchands : monétarisation de l’économie, déstructuration des structures lignagères, développement des migrations économiques, scolarisation des enfants... Bernstein (2010), dans Class Dynamics of Agrarian Change, défend l’idée qu’avec la marchandisation des produits agricoles les paysans devenus « petits producteurs de marchandises » sont soumis à une différenciation en « classes ». Si l’on constate, en effet, ce processus dans certaines régions où l’agriculture marchande s’est développée précocement, dans beaucoup d’autres régions, en Afrique notamment, aucune accumulation n’a accompagné la « modernisation ». Mises en concurrence sur le marché mondial avec des agricultures beaucoup plus performantes (Mazoyer & Roudart 1997 : 445-481), ces paysanneries ont été marginalisées et ont constitué une réserve de main-d’œuvre bon marché pour le secteur capitaliste (Meillassoux 1975 : 139-205).

  • 1 Défini au sens de l’anthropologie économique (Meillassoux 1975). En Sella Limba, le groupe domestiq (...)

2En Sierra Leone, l’intégration de la paysannerie à l’économie de marché, bien qu’aujourd’hui structurelle et irréversible, est encore fort incomplète, notamment dans les zones enclavées comme c’est le cas de notre terrain de recherche, la Sella Limba, au nord du pays. Ici, à partir des années 1950, l’exploitation diamantifère entraîne des migrations de travail et ouvre la voie à la commercialisation des produits vivriers. Plus tard, des cultures purement commerciales (tabac puis piment) apparaissent. Ces dernières années enfin, l’orpaillage artisanal offre de nouvelles opportunités de travail salarié. Cette intégration ne s’accompagne cependant d’aucun bouleversement des techniques de production agricole, qui restent exclusivement manuelles et dont la productivité se dégrade. Bien que la marchandisation des relations sociales se soit accompagnée de l’éclatement des groupes domestiques1 en unités de plus faible taille et à l’existence souvent précaire, l’organisation sociale de la paysannerie continue de porter l’empreinte forte des anciennes solidarités.

3Malgré le maintien des paysans sella limba dans une grande pauvreté matérielle et l’absence d’accumulation de capital au sens classique du terme, la marchandisation est-elle, comme le prédit Bernstein, synonyme de différenciation économique et sociale durable au sein de ces paysanneries ? C’est la question à laquelle cet article tente de répondre.

4L’étude historique détaillée, sur trois à quatre générations de producteurs, des rapports sociaux qui règlent la circulation et le partage de la force de travail, permettra dans un premier temps de comprendre la situation actuelle des groupes domestiques, caractérisés par l’instabilité de leurs contours et l’évolution permanente de leur fonctionnement. On verra ensuite que les institutions qui encadrent aujourd’hui l’essentiel des échanges de travail entre les groupes domestiques et les individus offrent la possibilité de décomposer la force de travail, mais freinent le développement de sa marchandisation totale. Sur cette base, on analysera les formes que prend aujourd’hui, malgré la faiblesse des niveaux de productivité, la différenciation des unités de production/consommation.

  • 2 La constitution de notre échantillon a reposé sur un zonage agro-écologique (Palliere, 2013) et sur (...)

5L’essentiel des sources de l’analyse historique est constitué par les témoignages de paysans sella limba, des deux sexes et de tout âge, collectés dans le cadre d’un doctorat entre mars 2007 et décembre 2011. À travers la reconstitution des trajectoires individuelles et des groupes domestiques, ces entretiens avaient pour objet l’analyse de l’évolution des pratiques paysannes et des rapports de production et d’échange. La dernière partie de l’article repose sur l’exploitation de 58 études de cas conduites en Sella-Limba entre 2010 et 20112.

Identification et fonctionnement du groupe domestique historique

  • 3 CIA World Factbook.

6Les Limba, avec environ 450 000 individus et 8 % de la population, représentent aujourd’hui le troisième groupe ethnique en Sierra Leone3. Dans la littérature ethnographique, ils sont considérés comme étant parmi les plus anciens habitants de la région (Rodney 1970 : 6) et leur territoire historique est un bréchet dont les deux parties se rejoignent au nord-est du pays (Finnegan 1965 : 10). Le sella est l’un des treize dialectes limba, parlé dans l’actuel chiefdom de Sella-Limba qui correspond à notre région d’étude.

7Avec plus de 30 hab/km² (McCulloch 1964 : 49), la Sella Limba était déjà, en 1930, une zone densément peuplée pour la région. Situé dans la vaste zone de mosaïque de forêt ombrophile et de formations herbeuses secondaires (White 1983), le territoire de la Sella Limba est caractérisé historiquement par la présence de couverts arborés visibles sur les cartes de la végétation antérieures aux années 1980 (voir par exemple la carte au 1:500 000 de la FAO : FAO 1978).

8Les recrûs arborés, associant lianes et arbres à croissance rapide dans une formation végétale dense (thakay), dominent en effet le paysage jusqu’à une époque récente. Le mode d’exploitation de ces recrûs arborés est alors l’abattis-brûlis : défrichés à la hache et au sabre d’abattis, ils sont laissés à sécher puis brûlés pendant la période la plus chaude de l’année. En début de saison des pluies, le semis du riz, associé à un complexe cultural très riche, s’accompagne d’un grattage superficiel à l’aide d’une houe à soie au fer étroit (kusala). L’entretien des parcelles mobilise les femmes (désherbage) comme les hommes (construction de barrières) avant les récoltes, qui s’étalent de la fin de la saison des pluies au début de la saison sèche. En seconde année, arachides et fonio sont cultivés sur une partie de la parcelle. Ensuite, la reconstitution de la fertilité du sol est assurée par un recrû arboré d’une période de sept à dix ans.

  • 4 Dans la suite du texte nous utiliserons ce terme qui fait référence à une certaine institutionnalis (...)

9Les terres sont partagées entre villages (meti) autonomes les uns des autres, et dont les territoires respectifs sont contigus. Les emplacements historiques des villages sont repérables dans le paysage, aujourd’hui encore, par la présence d’imposants bosquets sacrés qui ne sont jamais défrichés. À l’ombre des fromagers (Ceiba pentandra) qui dominent ces couverts, les Sellas-Limbas continuent d’inhumer leurs défunts. Chaque village se compose de deux à trois kuru kuru (littéralement : cercle). Le kuru kuru est constitué de cinq à dix cases disposées en cercle autour d’une cour centrale où s’effectue l’essentiel des travaux domestiques, notamment la préparation des repas. À la tête de chacun d’entre eux se trouve un homme âgé que nos informateurs désignent aujourd’hui comme le « père » (handa), « l’aîné »4 (mayon ma, le premier) ou le « chef » (gabku). Il dispose de sa propre case (banka) tandis que les autres cases abritent ses dépendants : les épouses (yereme), les jeunes hommes et jeunes femmes en âge de travailler (langpen et bafuni) ainsi que les enfants pré-productifs (hati). Un kuru kuru regroupe en général plusieurs dizaines de personnes.

  • 5 Nous ne savons pas de quand date l’introduction de ce type de marmite et si les poteries qu’il a re (...)

10Chaque année, l’aîné choisit l’emplacement du « grand essart » (tembuy). Tous les hommes et toutes les femmes du kuru kuru travaillent dans cette parcelle et la récolte de riz paddy est placée dans des coffres en bois, sous le contrôle strict de l’aîné, responsable de la conservation des semences et de la distribution du paddy pour la consommation courante du kuru kuru. Le paddy est confié aux femmes les plus âgées, disposant chacune de sa propre somba (marmite d’importation en fonte)5. Ces aînées supervisent la préparation quotidienne de la nourriture et répartissent le riz cuit entre les individus. Ainsi le travail et le produit agricole circulent au sein du kuru kuru, qui constituait autrefois le groupe domestique fonctionnel. Le lieu de la consommation du produit agricole est la « marmite » : les Sella-Limba disent des individus qui sont nourris par une même femme qu’ils sont « dans sa marmite » confondant, comme dans le français « foyer », l’objet et l’unité socio-économique.

11Les récits que nous avons recueillis témoignent de tensions qui traversent le kuru kuru, tensions d’autant plus vives que le nombre de ses membres est important. Les processus de segmentation qui permettaient de les résoudre, couplés parfois à des processus d’agrégation, ont produit la carte actuelle des villages en Sella Limba. Dans les récits rapportés, le départ d’un homme est déclenché par une succession d’événements plus ou moins dramatiques, comme la chute mortelle depuis le haut d’un palmier, toujours interprétés comme le résultat des mauvaises intentions que les aînés auraient envers des cadets trop « ambitieux ».

12Fonder un nouveau village aux marges du territoire cultivé, ou un nouveau kuru kuru au sein du village initial, est une option réservée aux hommes mariés, disposant de leurs propres outils et semences et capables d’entraîner un nombre conséquent de dépendants. Une solution provisoire consiste à confier à un groupe d’actifs la culture d’un petit essart (hutolo). Le produit du petit essart, comme celui des parcelles de fonio et d’arachide de seconde année, ne rejoint pas le coffre de l’aîné mais reste sous le contrôle de la femme à la tête d’une « marmite ». Cependant, grands et petits essarts sont toujours contigus et un unique brûlis est réalisé au moment jugé opportun par l’aîné. La fenêtre calendaire pour la défriche des petits essarts des cadets, et par conséquent la taille de ceux-ci, restent donc contraintes par le calendrier agricole contrôlé par l’aîné.

  • 6 La société sella limba est patrilinéaire et virilocale.

13Le contrôle de l’aîné sur les cadets se traduit, à l’échelle du cycle agricole, par une organisation stricte de l’assolement et des calendriers de travail. Mais ce contrôle repose surtout, à l’échelle des cycles viagers, sur celui de la circulation des épouses entre les villages6. Ce sont l’aîné et les aînées, à la tête respectivement du kuru kuru et des « marmites », qui procurent à leurs fils des épouses. Elles proviennent d’une « aire matrimoniale » (Meillassoux 1975 : 73) constituée de plusieurs villages voisins. Tous les informateurs insistent sur l’âge tardif auquel les jeunes hommes se mariaient alors : « It was not easy to marry at that time » répètent les vieux dès que l’on aborde la question. Au contraire, les jeunes filles partent très jeunes vivre chez leurs affins, dans le kuru kuru de leur futur époux. Elles y travaillent de longues années sous l’autorité de leur belle-mère avant de disposer à leur tour de leur propre « marmite ». La « patience » dont les cadet(te)s faisaient preuve était alors la manifestation du « respect » témoigné envers leurs aîné(e)s.

14Durant les premières décennies du protectorat britannique, décrété en 1896, la Sella-Limba resta isolée par rapport aux régions proches des comptoirs commerciaux de l’embouchure des rivières du nord ou des stations du chemin de fer achevé en 1907 (Riddell 1970 ; Deveneaux 1973 ; Sibanda 1979 ; Alie 1990). Jusqu’au début des années 1950, le système social traditionnel semble avoir échappé aux involutions radicales subies par d’autres régions plus exposées aux processus de modernisation. Les opportunités économiques permettant aux cadets d’échapper au contrôle des aînés, opportunités qui se multiplieront durant les dernières années du protectorat, sont alors très limitées. La description par les plus âgés des informateurs de ce relatif isolement de la région suscite toujours l’étonnement : ils rappellent aux jeunes gens qui les écoutent, hilares ou ahuris, que personne n’avait alors ni chaussures, ni tôles ondulées sur les toits et que l’on ne pouvait trouver nulle part du riz importé à acheter.

15Les Sellas-Limbas ne vivent pas pour autant, durant la première moitié de la période coloniale, en autarcie. La vente des noix de palmistes, sous-produit de la production d’huile de palme, est notamment restée dans toutes les mémoires. Le comptoir commercial le plus proche se trouve alors à une centaine de kilomètres, qu’il faut parcourir à pied durant le creux du calendrier de travail qui suit la récolte. Cette amorce de marchandisation et de monétarisation de l'activité agricole a-t-elle constitué le ferment de l'émancipation future des cadets ? L'intégration de la paysannerie sella limba à l'économie nationale est longtemps restée, en tout cas, trop faible pour que ces potentialités s'expriment : le groupe domestique produit alors la quasi-totalité de sa subsistance, la plus grande part du travail des productifs est consacrée à la production vivrière et seule une part marginale du produit agricole fait l'objet d'échanges marchands. Ainsi, le grand essart de l’aîné absorbe la quasi-totalité du travail des individus productifs du kuru kuru, tandis que la quasi-totalité du produit agricole circule en sens inverse, du coffre de l’aîné aux « marmites » des femmes aînées.

16Dans cette économie très faiblement intégrée au marché, la production agricole n’a de valeur qu’en tant que subsistance susceptible de se convertir en énergie humaine (Meillassoux 1975 : 83) à court ou moyen terme (entretien des productifs et renouvellement des producteurs), dans le cadre contraignant de la reproduction du système social. Les déséquilibres démographiques structurels entre productifs et improductifs, comme il ne manque pas d’en advenir au sein de groupes numériquement faibles, se résolvent par la mise en circulation des enfants. Cette circulation assure l’équilibre entre la capacité productive du groupe et le nombre de bouches à nourrir. Elle se réalise d’abord au sein même du kuru kuru, entre les « marmites » des grand-mères paternelles (nanda) qui ont la responsabilité de nourrir les rejetons de leurs belles-filles. Il est aussi courant qu’une grand-mère maternelle élève le rejeton de sa fille mariée. L’enfant quitte alors le kuru kuru de son père pour rejoindre celui de son oncle utérin (sisa), parfois définitivement.

17Aujourd’hui, quand on tente de reconstituer les lignées agnatiques de tous les individus masculins adultes d’un village, on s’aperçoit que toutes n’ont pas la même profondeur généalogique et que toutes ne se rattachent pas au(x) fondateur(s), ou reconnus comme tel(s), du village. Se côtoient ainsi dans les villages sella limba des lignages issus en ligne agnatique des fondateurs supposés (lignages lasiri) et d’autres, plus ou moins anciens, identifiés comme les sisa perpétuels des premiers, originaires d’un des villages de l’aire matrimoniale (lignages thahine).

18Durant la première moitié du xxe siècle, la circulation du travail n’avait donc pas encore revêtu sa forme moderne de « force de travail », c’est-à-dire de quantités discrètes de travail en partie autonomisées du reste de la vie sociale. C’est par le mariage virilocal et par l’adoption ou le fosterage que des individus, dans leur plénitude sociale, sont intégrés au groupe qui bénéficiera de leurs capacités productives présentes ou à venir.

Marchandisation de la force de travail et du produit agricole

19Dans les années 1950, le secteur diamantifère connaît un essor spectaculaire à l’est du pays. L’extraction manuelle des diamants alluviaux, longtemps interdite, est autorisée en 1956 (Zack-Williams 1982). Industrie à très faible niveau de capital, les mines nécessitent une importante main-d’œuvre. Pour les jeunes hommes sella limba, c’est une opportunité nouvelle. Leur travail acquiert une valeur d’échange dont la concrétisation implique de quitter le village et le groupe domestique. Choix difficile car synonyme de rupture, parfois définitive, d’avec le lignage et ses ancêtres inhumés dans le bosquet villageois. Les aînés ne peuvent, en effet, accepter d’être privés de ces productifs qu’ils ont eux-mêmes « produits », et dont la présence au sein du kuru kuru est la condition sine qua non de son bon fonctionnement – comme elle l’est d’ailleurs pour la reproduction de l’ensemble du système social.

20De leur côté, les aînés participent à la déstructuration des kuru kuru. Le développement du secteur minier génère une forte demande en vivrier pour nourrir les mineurs (Levi 1975 ; Richards 1996 : 51). Rapidement, des commerçants s’installent en Sella Limba à la recherche de riz à revendre dans les districts diamantifères. En échange, ils proposent aux paysans de nouveaux produits manufacturés. C’est à cette époque, par exemple, que la tôle ondulée s’impose comme l’attribut indispensable de la maison d’un chef de famille respectable. Ainsi, la production vivrière acquiert, elle aussi, une valeur d’échange. La double circulation interne aux kuru kuru du produit et du travail est en partie détournée vers le marché. Les témoignages sont nombreux qui attestent de la multiplication des tensions entre les générations engendrées par ces évolutions. On évoque les frères cadets partis « sans même dire au revoir » ou encore les menaces et les pratiques de sortilèges des aînés à l’encontre des cadets. Jusqu’aux années 1990, c’est environ la moitié de chaque fratrie qui quittera les villages, le plus souvent pour les mines de diamant. L’énergie humaine investie dans le renouvellement des producteurs est donc en grande partie détournée au profit du secteur minier. Il faut souligner que les salaires journaliers des mineurs n’excèdent guère le minimum nécessaire à la simple reproduction de la force de travail, au jour le jour, ce qui suggère que le départ vers les mines correspond, pour les cadets, autant à une aspiration à l’émancipation qu’au désir d’améliorer leurs conditions matérielles de vie.

  • 7 Delarue (2007 : 200-201) décrit le même phénomène en Guinée Forestière, à la même époque.

21À cette même époque, les paysans sella limba adoptent les techniques de riziculture inondée de bas-fond. Elles permettent à la fois de mieux répondre à l’opportunité offerte par l’émergence du marché vivrier et de retenir une partie des jeunes au village. Un nouveau compromis est trouvé au sein des groupes domestiques : en échange du travail fourni sur le tembuy des versants, les aînés offrent aux cadets la possibilité de cultiver à leur compte une parcelle de riz inondée dans les bas-fonds, souvent par groupe de frères utérins : après les semailles dans les champs pluviaux, les jeunes travailleurs descendent labourer les bas-fonds, en utilisant une houe à soie au fer large d’un nouveau type (kubada), et repiquer le riz. Dans les bas-fonds, pour suivre les mouvements de la lame d’eau, il faut effectuer rapidement ces travaux. L’organisation des jeunes en groupes saisonniers (kune), travaillant alternativement dans les champs de bas-fonds des uns et des autres, répond en partie à cette nouvelle contrainte. La récolte du riz inondé a lieu après celle du tembuy. Une partie du riz de ces bas-fonds peut être destinée à la vente pour l’achat, par exemple, de vêtements de prestige, une autre partie permet aux aînées maîtresses des « marmites » de disposer de leur propre réserve indépendante du grenier de l’aîné. Cet arrangement n’est pas entièrement nouveau. Cependant, la déconnexion spatiale entre le grand essart de l’aîné (tembuy) et les petites parcelles des cadets (hutolo) comme le développement de nouvelles techniques de culture singularisent le travail des cadets et leur offre la possibilité d’une organisation plus autonome. C’est ainsi que la commercialisation du riz et l’introduction concomitante du riz de bas-fonds correspondent à un mouvement significatif d’émancipation des cadets vis-à-vis des aînés et d’autonomisation relative des différentes « marmites » vis-à-vis du kuru kuru7.

  • 8 On différencie ici la segmentation, processus structurel du système social « traditionnel » qui con (...)

22La riziculture inondée représente alors aussi un nouveau mode d’exploitation du milieu. Il ne repose plus sur le recrû spontané entre deux cycles de culture mais sur l’aménagement de la parcelle cultivée : défrichage, dessouchage, élargissement, drainage, planage... Les paysans effectuent dès cette époque un investissement pluriannuel et durable en travail et, en conséquence, les actifs concernés du kuru kuru, généralement une fratrie, s’approprient de facto la parcelle aménagée. Cette appropriation amorce le processus d’éclatement8 du kuru kuru : disposant désormais de leurs propres stocks de semences et parcelles, les groupes de frères utérins saisissent plus systématiquement l’occasion du décès de l’aîné pour refuser la succession collatérale. Refusant de se placer sous l’autorité d’un frère cadet du défunt, ils constituent de nouveaux groupes autonomes. On aboutit donc à moyen terme à la multiplication d’unités de plus petite taille dont les caractéristiques socio-démographiques s’opposent désormais au fonctionnement quasi autarcique des anciens kuru kuru.

23Cependant, le développement du secteur vivrier marchand est précocement sacrifié par les importations massives de riz asiatique destinées à contenir les salaires des mineurs (Richards 1996 : 51). C’est dans ce contexte qu’une filiale locale de la British and American Tobacco obtient du gouvernement le monopole régional de la production et de la commercialisation du tabac. Elle met en place un modèle de culture intégrée : en échange de l’avance des frais de campagne, notamment des engrais de synthèse, les paysans s’engagent à suivre un itinéraire technique précis et à vendre l’intégralité de leur tabac à la compagnie. À partir de 1975, la filière intègre un grand nombre de paysans, avec de lourdes conséquences sur le mode de mise en valeur du milieu : une clause du contrat impose en effet le dessouchage des recrûs arborés, bouleversant les modes de reconstitution de la fertilité du sol. Désormais, celle-ci ne repose plus sur le recrû spontané, mais sur l’apport d’engrais. De plus, l’itinéraire technique du tabac entre en concurrence avec celui du riz pluvial pour la mobilisation de la main-d’œuvre. La compagnie avance également aux tabaculteurs du riz importé, payable à la récolte : les sacs de riz asiatique prennent à cette époque une place dans l’économie locale qu’ils ne céderont plus. La période du tabac (1975-1996) est donc caractérisée par l’accentuation de l’intégration économique de la paysannerie sella limba, par une monétarisation rapide de son économie.

24Le développement d’une culture à vocation uniquement commerciale établit un rapport presque direct, au sein des groupes domestiques, entre la journée de travail et sa valeur monétaire. Les échanges marchands de force de travail entre paysans – journées de travail contre argent ou contre riz – se développent alors. Les jeunes de cette époque racontent encore aujourd’hui l’agacement qu’ils ressentaient à travailler pour que l’aîné s’enrichisse à leurs dépens. Inversement, s’offre aux aînés, pour la première fois, la possibilité de mobiliser ponctuellement, aux moments les plus opportuns, des travailleurs dont ils n’ont pas à assurer l’entretien l’année durant. Cette dynamique accélère encore l’éclatement des kuru kuru et la constitution d’unités de production de petite taille.

  • 9 La guerre civile démarre en mars 1991, mais n’affecte directement la Sella Limba qu’à partir de 199 (...)

25La fin des années 1990 est marquée, avec la propagation de la guerre civile dans la région étudiée9, par la disparition de la filière tabac et le ralentissement des activités commerciales. Le mouvement d’intégration au marché de l’économie agricole sella limba marque le pas, voire recule. Aujourd’hui, le piment à destination des marchés urbains a remplacé le tabac comme culture commerciale principale et les groupes domestiques continuent de se procurer sur le marché près de la moitié des céréales qu’ils consomment. Les échanges marchands de force de travail – sous la forme d’achat et de vente de journées de travail entre les paysans – continuent de se développer.

  • 10 Rapport entre la quantité de produit agricole obtenue et le nombre de jours de travail investis dan (...)
  • 11 Pour faciliter la compréhension du texte, les sommes sont indiquées en euros, à la décimale près. E (...)

26L’augmentation de la densité de population, associée à l’arrachage obligatoire des recrûs arborés pour la tabaculture, a entraîné la disparition de l’abattis-brûlis comme mode de mise en valeur du milieu et de reconstitution de la fertilité du sol (Palliere 2013). Pour faire face à la dégradation brutale des conditions agro-écologiques, les paysans généralisent alors la technique du billonnage, qui correspond à un labour stricto sensu : par l’enfouissement de la biomasse végétale, elle limite la pression des adventices sur la culture et concentre dans l’horizon superficiel du sol la matière organique en décomposition. Le billonnage régulier des parcelles – tous les ans dans les bas-fonds avant le repiquage du riz, et tous les quatre ans sur les terres pluviales, avant le repiquage du piment – est aujourd’hui la base du mode d’exploitation du milieu en Sella-Limba. Malgré ce labour de début de cycle, des désherbages plus fréquents et plus lourds sont nécessaires à l’entretien des parcelles pendant la saison des pluies. Ces nouvelles pratiques témoignent de l’intensification par le travail des systèmes de culture. Malgré les innovations de ce dernier demi-siècle, dans le domaine des variétés, des outils (qui restent cependant manuels), des rotations et associations, la productivité brute journalière du travail agricole10 des paysans a nettement décliné. Nous l’avons évaluée pour aujourd’hui de 2,70 € à 3,60 €11. On verra plus loin que le niveau de la production n’excède guère les besoins alimentaires nécessaires à la reproduction du groupe domestique.

  • 12 Ces salaires journaliers correspondaient en 2011 à environ 2,8 à 4,3 kg de riz décortiqué acheté su (...)

27Depuis 2007, avec l’évolution des prix relatifs de l’or et des produits agricoles, l’orpaillage artisanal à petite échelle, en Sella Limba même, s’est fortement développé. Les jeunes sont nombreux à vendre leurs bras aux petits patrons qui exploitent l’or alluvial. Mais les salaires journaliers sont maintenus entre 1,80 € et 2,70 € par jour de travail, soit moins que la productivité agricole brute journalière12. Ainsi, si cette activité peut venir compléter, en saison sèche notamment, la faiblesse des revenus agricoles toujours soumis aux aléas climatiques et à la variation des prix sur le marché, les paysans ont été peu nombreux jusqu’ici à abandonner leurs activités agricoles.

Fig. 1 : Chronologie de l’intégration économique de la Sella Limba au marché national et mondial.

Fig. 1 : Chronologie de l’intégration économique de la Sella Limba au marché national et mondial.

La kune : une marchandisation incomplète des rapports sociaux

28L’histoire récente de la paysannerie sella limba est donc marquée par son intégration croissante, dans des conditions variables mais tendanciellement toujours plus défavorables, à l’économie nationale et mondiale, et en conséquence par la marchandisation des rapports sociaux, c’est-à-dire par la circulation marchande du travail et du produit de ce travail. Cette dynamique – à la fois agro-écologique, sociale et économique – s’est traduite par l’éclatement du kuru kuru en groupes plus petits et plus précaires. Aujourd’hui, au sein des villages, ces groupes échangent des journées de travail et la grande majorité de ces échanges sont institutionnalisés en groupes de travail saisonniers, les kune. L’analyse du fonctionnement de cette institution et des usages qu’en font les paysans montre le caractère incomplet et hybride de la marchandisation des rapports sociaux.

  • 13 Voir Pillot (1993 : 195-248) comme exemple d’une analyse détaillée de ce type de stratégie dans le (...)

29You work for me, I work for you répètent à l’envi les paysans pour souligner la réciprocité et la solidarité qui règnent au sein des kune. Ils justifient cette organisation par l’effet d’entraînement et de compétition qui pousserait chacun à effectuer plus de travail que s’il était seul. Ce type de groupe est très commun en Afrique de l’Ouest, et la littérature se fait l’écho des mêmes justifications. Ces descriptions normatives masquent le fonctionnement réel des kune, dont l’analyse révèle des stratégies de captation de travail13. Tandis que certaines de ces stratégies tendent à prolonger les anciens rapports sociaux, d’autres soulignent clairement la dynamique de leur marchandisation.

Le fonctionnement des kune : échanges, achats-ventes et dons

  • 14 Le pan (une bassine de plastique) de riz paddy en Sella Limba pesait, en 2011, environ 2,5 kg.

30La contribution de chaque membre de la kune est soumise à une comptabilité rigoureuse. Pour une kune de vingt membres, par exemple, chaque membre dispose de 5 tours. Chaque travailleur accomplit en une journée un certain nombre de portions (bara) et le chef choisi par la kune est responsable du partage équitable de ces portions. Les retards et le travail bâclé sont punis. Un adolescent effectue des demi-bara et ne bénéficie donc de la kune qu’un tour sur deux. Le souci de décomposer le travail de chaque actif de la kune trahit la manipulation des échanges entre groupes domestiques que permet cette organisation du travail, et facilite leur marchandisation. Il est, en effet, possible de vendre son tour de kune en échange de riz ou d’argent. Si certains paysans s’y résolvent, c’est toujours par défaut de capital circulant. Telle parcelle destinée au riz pluvial est prête à être ensemencée, mais il manque les semences. On échange alors avec un paysan disposant d’un surplus de semences un tour de kune de vingt membres contre vingt pans14 de semences ou 18,20 €. Or, le coût d’un homme-jour au sein d’une kune est inférieur à la productivité journalière moyenne agricole, ce qui justifie l’investissement des acheteurs. Néanmoins, ces derniers doivent avoir assez de capital circulant pour acheter vingt journées de travail d’un coup : la kune ne se divise pas. Des tours de kune sont également vendus pour se procurer de la nourriture pendant la soudure. Au cœur de la saison des pluies, alors que chacun se consacre à lutter contre l’enherbement de ses parcelles, la vente d’une kune de vingt membres peut permettre à une femme de nourrir cinq personnes en riz importé pendant une dizaine de jours.

31Outre cette forme d’achat/vente directe, il existe une autre forme d’inégalité de l’échange de journées de travail, plus courante et plus discrète. Quand vient leur tour d’accueillir la kune, les paysans doivent fournir un copieux repas de mi-journée. Certains membres ne disposent pas, au moment voulu, des ressources nécessaires à la préparation de ce repas. Dans ce cas, le groupe travaillera uniquement la matinée, effectuant la moitié du travail normal. Ainsi, par manque structurel ou conjoncturel de trésorerie ou de réserves, certains paysans échangent des journées entières de travail contre des demi-journées. Le don de kune, enfin, est une autre forme d’échange non équivalent. Or, ce que les intéressés décrivent comme un don s’inscrit en général dans le cadre de relations sociales durables et dans un cycle d’échanges à long terme. Ainsi, au moment du repiquage du riz dans son bas-fond, tel aîné pourra solliciter l’aide d’un jeune paysan qui lui fera bénéficier de son tour de kune. Souvent ce jeune a été nourri par l’aîné durant une période de sa vie et, en cas de besoin pressant, il pourra encore espérer que l’aîné lui fasse don d’une partie de sa récolte.

Le partage des kune au sein des groupes domestiques

32La kune ne permet pas seulement l’échange de journées de travail entre groupes domestiques, mais également le partage de ces journées entre individus qui les composent. Négocié en fonction de l’âge, du sexe et des ressources individuelles, ce partage traduit l’évolution dynamique du groupe.

  • 15 Si le rapport de force est défavorable aux jeunes épouses, la négociation reste nécessaire, car ell (...)

33Une épouse et son mari partagent leur temps de travail sur leurs parcelles respectives. Mais la jeune femme qui vient de rejoindre un groupe domestique comme première épouse se trouve en position défavorable : elle bénéficiera peu de ses propres tours de kune, essentiellement consacrés aux parcelles de son mari et de sa belle-mère. De plus, affectée aux tâches domestiques les plus ingrates, elle n’aura guère de temps à consacrer à ses parcelles. Plus tard, quand ses enfants auront grandi, elle cherchera pour son époux de « petites épouses » (yereme huyete) qui la remplaceront dans la kune et assureront à leur tour les tâches domestiques les plus fastidieuses. La première épouse augmentera ainsi progressivement la surface de ses cultures et son autonomie au sein du groupe15.

34Ce partage dynamique du travail disponible au sein du kuru kuru a également lieu entre les générations. Un jeune homme célibataire, disposant de cinq tours de kune, consacrera, sans transiger, les deux premiers aux parcelles du chef du groupe domestique, qui en négociera lui-même la date et rassemblera les vivres nécessaires à la préparation du repas. La mère – ou la tutrice – du jeune homme, à la tête d’une des « marmites » du groupe, le sollicitera, elle aussi, pour le labour de sa parcelle d’arachide. On laissera au jeune son dernier tour de kune pour qu’il puisse cultiver une parcelle de piment. Les jeunes hommes et les jeunes femmes prennent parfois le risque de « voler » des journées de travail aux aîné(e)s du groupe en vendant un tour de kune en cachette. À mesure que les jeunes hommes prennent des responsabilités, qu’ils se marient et élèvent des enfants, leurs aîné(e)s les laisseront jouir d’une part croissante de leur kune. À la tête d’un groupe domestique important, un homme âgé disposera ainsi d’un seul tour de kune de la part de chacun de ses fils, lesquels travailleront avec leur femme, bien souvent sous l’autorité de leur mère, de manière largement autonome. Bien avant l’éclatement du kuru kuru qui suivra le décès de l’aîné, se dessine ainsi en pointillés le contour des groupes domestiques en formation.

35Naguère circonscrite au sein du kuru kuru sous l’autorité incontestée de l’aîné, la circulation du travail dans les villages de la Sella Limba a aujourd’hui pris la forme d’échanges non équivalents de kune entre individus de groupes domestiques, différents ou pas, reflétant l’émergence de stratégies individualistes et contribuant à l’éclatement des groupes domestiques. Mais la marchandisation est limitée et les nombreux échanges de travail restent contraints par les rapports sociaux « traditionnels » intergénérationnels et de genre qui se prolongent au-delà des cycles agricoles.

36On observe néanmoins dans certains villages de nouvelles formes d’organisation du travail qui indiquent comment la marchandisation des rapports sociaux pourrait s’approfondir dans les années à venir. Certains jeunes hommes préfèrent rejoindre des kune de petite taille, cinq personnes par exemple, pour lesquels ils adoptent des règles souples en supprimant le repas ou en remplaçant le riz par un aliment moins coûteux comme le manioc bouilli. Ils se soustraient ainsi à la fois à la nécessité de disposer d’importantes ressources pour mobiliser un tour de kune et au contrôle des aînés qui s’exerce nécessairement dans les grandes kune. Avec le développement de l’orpaillage, on voit même apparaître un nouveau type de rapport social que les paysans appellent le bundali : les travailleurs sont loués à la journée, individuellement, hors de toute kune, et le salaire est négocié à la tâche. Les salaires journaliers du bundali sont calés sur ceux de l’orpaillage et il n’y pas de repas à fournir. L’apparition de tels contrats préfigure peut-être l’aboutissement d’une tendance à la marchandisation complète du travail.

La différenciation actuelle des unités de production/consommation

37Tandis que l’éclatement des groupes domestiques (kuru kuru) en unités de production et de consommation de taille réduite est corrélé à la marchandisation des rapports sociaux, aucun développement significatif des forces productives n’accompagne cette dynamique : la productivité journalière du travail agricole paysan a stagné, voire reculé. L’étude des processus productifs à l’échelle des unités de production et de consommation atteste une faible différenciation économique et sociale de la paysannerie reposant, néanmoins, sur une pluralité de mécanismes de captation du travail.

L’économie des processus de production agricole

  • 16 La première exprime la création de richesse, c’est-à-dire la différence entre la valeur de toutes l (...)

38Pour mesurer les résultats économiques des unités de production/consommation, nous distinguerons, d’une part, la Valeur Ajoutée (VA), c’est-à-dire le résultat du processus technique de production et, d’autre part, le revenu agricole (RA), qui reflète quant à lui les conditions d’accès aux moyens de production et en conséquence les modalités de l’appropriation sociale du produit (Cochet 2011a et 2012)16. De plus, nous distinguerons la part du revenu qui permet la reproduction simple de l’unité d’un cycle agricole à l’autre (c’est-à-dire sa reproduction à l’identique, dans son fonctionnement social et technique), de celle qui permet d’envisager sa reproduction élargie (le surplus).

  • 17 Tous les résultats qui suivent proviennent de l’analyse des 58 études de cas menées en Sella Limba. (...)
  • 18 Soit, au prix du marché, 126 kg de riz blanc, 14 kg d’huile de palme, 18 kg d’arachide coque, 90 kg (...)
  • 19 Pondéré par l’âge des consommateurs (0,5 pour les enfants qui ne participent pas encore au kune, 1 (...)

39Le surplus que peut dégager en moyenne un actif agricole dépend étroitement de la surface qu’il est en mesure de billonner à la houe et de désherber manuellement entre les mois d’août et de mai. Dans les conditions courantes17, nous estimons qu’un actif peut cultiver annuellement 0,1 ha en bas-fond et 0,8 ha en terres pluviales, pour un produit brut par actif et par an de l’ordre de 460,60 €. Après déduction de la valeur des semences (65,80 €), on obtient une valeur ajoutée par actif et par an de 394,70 €, la valeur du capital immobilisé – l’outillage manuel – étant négligeable. La part de la valeur ajoutée qui revient au producteur (308,70 €) est déduite en retranchant la part de la récolte qui est concédée aux aînés du lignage fondateur, distributeurs des droits d’usufruit de la terre, ainsi que les divers dons consentis au moment de la récolte. La quasi-totalité de ce RA (92 %) est consacrée à la subsistance des membres du groupe (producteurs, pré- et post-producteurs)18. Le nombre moyen de consommateurs19 par actif est, aujourd’hui en Sella-Limba, d’environ 1,9 (soit 0,9 inactif/actif). Ce rapport varie sensiblement d’une unité à l’autre et nous reviendrons sur ce point essentiel. Dans les conditions (techniques, économiques et sociales) actuelles, le surplus moyen par actif agricole est donc très faible (de l’ordre de 24,70 €) et la reproduction simple des unités est à peine assurée (figure 2).

40Cette situation moyenne ignore les effets des nombreux aléas (climatique, économique, politique, etc.) et de la morbidité (maladie, accidents) qui pèsent sur la production et les travailleurs. Étant donné la faiblesse du surplus dégagé, le moindre accident peut menacer à court terme la survie de l’unité de production/consommation. Dans ces conditions, les différentes formes de solidarité qui se tissent au sein de la paysannerie restent une nécessité. Les dons concédés à la récolte, dont on a vu l’importance dans la valeur ajoutée totale, constituent la forme la plus visible de cette solidarité. Ainsi, la précarité des unités explique, comme on va le voir, la coexistence de stratégies en apparence contradictoires.

Fig. 2 : Reproduction simple, reproduction élargie de l’unité de production/consommation.

Fig. 2 : Reproduction simple, reproduction élargie de l’unité de production/consommation.

41Ce raisonnement correspond à un producteur ou à un groupe de producteurs qui emploierait sa seule force de travail sur ses seules parcelles. Or, comme on l’a vu, avec l’éclatement des kuru kuru lors de ces dernières décennies, les échanges de journées de travail par le biais des kune se sont développés. Afin d’augmenter le surplus qu’ils dégagent, les paysans tentent de consacrer une part de leur récolte à la captation de travail extérieur, entre mai et août, quand le coût d’opportunité de la journée de travail est maximum.

42À chaque cycle de culture, les ressources injectées dans le processus de production pour capter du travail proviennent du surplus dégagé durant le cycle de culture précédent. Il y a donc potentiellement accumulation de capital circulant (vivrier et argent), c’est-à-dire reproduction élargie de l’unité de production/consommation. En l’absence d’accès à des moyens de production plus performants, cette accumulation est la seule source potentielle de différenciation au sein de la paysannerie. Pour estimer l’ampleur de cette accumulation différentielle, et comprendre sous quelle forme elle se cristallise, il faut d’abord mesurer la place relative des ressources consacrées à la captation de travail, le surplus ainsi créé, et analyser son utilisation.

Faiblesse du surplus et circulation de la force de travail

43Le travail échangé entre les unités de production circule via les kune et le coût de la force de travail correspond soit à l’achat direct de tours de kune, soit à la préparation d’un repas. En 2011, une kune valait 0,90 € par travailleur et par jour et la préparation du repas de mi-journée 0,40 € par travailleur. Les unités de production les mieux dotées en capital circulant (riz ou trésorerie) consacraient jusqu’à 272,70 € à la captation de travail, soit une centaine de journées de travail achetées et plus de 200 repas préparés entre mai et août. À l’opposé, d’autres paysans ne disposaient pas des ressources pour la préparation du repas de la kune et devaient parfois vendre un ou plusieurs tours de kune, certains obtenant de cette vente jusqu’à environ 55,00 € (correspondant à plus de soixante-dix jours de travail payés en monétaire, en semences ou en vivrier).

Fig. 3 : Revenu agricole et surplus par actif domestique en fonction des ressources consacrées par actif domestique pour la captation de force de travail entre mai et août.

Fig. 3 : Revenu agricole et surplus par actif domestique en fonction des ressources consacrées par actif domestique pour la captation de force de travail entre mai et août.
  • 20 Évidemment, pour un même niveau de dépense dans la captation de force de travail on observe des var (...)
  • 21 Il s’agit ici du nombre réel et non plus un nombre moyen de consommateurs de chaque unité.
  • 22 Les revenus de l’orpaillage ont été estimés en considérant qu’un jeune actif travaillait 100 jours (...)

44La figure 3 indique que le RA/actif d’une unité de production augmente régulièrement avec la quantité de travail extérieur capté20. L’essentiel de ce RA est utilisé, comme on l’a vu, pour l’alimentation (autoconsommation et achat de vivrier). Si l’on retranche au RA total de l’unité de production/consommation la somme minimum nécessaire à la subsistance de tous ses membres21 et qu’on ajoute les revenus non agricoles22, on obtient le « surplus ».

45La figure 3 indique aussi la faiblesse générale du niveau des surplus et sa non-corrélation avec le niveau de captation de travail. Quelques unités, à la fois bien dotées en ressources et ayant peu de personnes à charge par actif, dégagent un surplus significatif (environ 135,00 € par actif et par an), mais plus nombreuses sont celles dont le surplus est faible (inférieur à 40,00 €), voire négatif. Pour ces dernières, la solidarité des réseaux de parenté et de voisinage peut aider à passer une année exceptionnellement difficile. Mais lorsque le hiatus entre capacité productive et nombre de bouches à nourrir devient structurel, les unités de production/consommation éclatent : divorce des épouses qui rejoignent avec leur progéniture un autre foyer, placement d’enfants chez un oncle plus prospère ou encore fuite des jeunes actifs vers les mines ou vers Freetown.

46Parmi les unités qui dégagent un surplus, la moyenne se situe autour de 60,00 € par actif et par an. Il faut comparer ce chiffre à la valeur des biens matériels auxquels les paysans aspirent aujourd’hui dans les campagnes sierra-léonaises. Un homme mûr doit posséder une maison « moderne », couverte de tôles dont le coût moyen s’élève à 363,60 €. Pour acquérir ce bien, la plupart des paysans forment des tontines (hosusu) et épargnent pendant 5 à 10 ans. Les bonnes années, une minorité de paysans pourra également se procurer une chèvre (entre 18,00 € et 36,00 €). Une moto 125 cc, moyen de transport précieux pour obtenir les meilleurs prix sur les marchés régionaux, vaut plus de 900,00 € et reste hors de portée des paysans.

47Même pour la catégorie des paysans la mieux dotée en ressources productives, le faible niveau des surplus interdit l’accès à des moyens de production plus performants et ne permet pas d’envisager un processus de reproduction élargie significatif. Non seulement le nombre de journées captées reste marginal au regard du travail fourni par les actifs domestiques, mais encore, la productivité journalière du travail restant très faible, le surproduit issu de la captation de journées de travail ne représente qu’une faible part du revenu des groupes domestiques les mieux placés. La marchandisation des rapports sociaux ne correspond donc pas à l’émergence, au sein de la paysannerie, d’une classe d’employeurs qui ferait face à une classe de paysans en voie de prolétarisation, mais plutôt à une déstructuration générale, où les unités les mieux dotées assurent, bon an mal an, leur reproduction simple, tandis que la plupart des autres survivent, vaille que vaille, dans des conditions toujours plus dégradées.

Captation de force de travail et d’énergie de travail en formation

  • 23 Comme c’est le cas, par exemple, dans le modèle de la famille paysanne de Tchayanov (1990).
  • 24 C’est une estimation basse du phénomène qui correspond aux cas de changement de résidence de l’enfa (...)
  • 25 L’ « élevage » d’un enfant renvoie à toutes les tâches dont bénéficie un enfant (alimentation, soin (...)

48Outre la faiblesse des surplus que dégagent les unités de production/consommation, la figure 3 indique également que, contrairement au RA total, le surplus n’est pas corrélé à la quantité des ressources engagées dans la captation de travail à l’extérieur du cercle domestique. Les unités de production qui captent de la force de travail ne dégagent pas un surplus supérieur à celles qui en cèdent. Cette situation s’explique par des différences dans le nombre de bouches à nourrir par actif. En moyenne, le rapport consommateurs/actif est de 1,9. Mais, dans certaines unités, ce rapport chute à moins de 1,5 (par exemple un couple avec deux enfants), tandis que dans d’autres, il grimpe au-delà de 2,5 (un couple avec six enfants). Ces disparités ne sont pas le produit d’une différence de croît démographique endogène des unités de production/consommation23. Elles résultent de réarrangements permanents au travers, notamment, de la circulation des enfants entre unités. Comme dans un grand nombre de sociétés paysannes ouest-africaines, les rejetons ne sont pas élevés systématiquement par leurs géniteurs ou pas seulement par eux. Une enquête que nous avons menée auprès de 148 femmes adultes révèle que, sur leurs 223 enfants vivants encore à charge d’un adulte (enfants et adolescents célibataires), 61 d’entre eux (27 %) sont élevés dans une autre unité que celle de leur génitrice. À l’opposé, ces 148 femmes adultes élèvent 72 enfants (30 % des enfants à leur charge) nés hors de leurs unités respectives24. Comme ailleurs en Sierra Leone (Bledsoe & Isiugo-Abanihe 1989), les femmes âgées, notamment les grands-mères maternelles, sont les bénéficiaires fréquentes de cette circulation. Souvent les enfants sont élevés par plusieurs femmes durant toute leur vie pré-productive et nourrir au quotidien un enfant n’est pas la seule manière de contribuer à son « élevage »25 : on peut également fournir l’argent et le riz nécessaires à son initiation ou encore participer aux frais de sa scolarisation.

49Sans exclure la dimension affective, les grands-mères concernées décrivent explicitement l’énergie et les ressources qu’elles consacrent à élever ces enfants comme un investissement. Quand elles se plaignent d’enfants qui ne donnent pas « de nouvelles » depuis leur départ à Freetown, elles leur reprochent de ne recevoir ni argent, ni riz, ni vêtements. De la même manière, elles disent d’un enfant décédé avant d’avoir pu travailler ou d’un adolescent qui a fui sans « dire au revoir », qu’il est « gâté », comme pour une récolte ou n’importe quel autre investissement perdu.

50Dans la mesure où une partie du RA sert, non pas à la captation immédiate de force de travail mais à élever des pré-productifs, c’est-à-dire à la formation d’énergie de travail dont la jouissance est reportée, donc incertaine, mais potentiellement inscrite sur plusieurs années, voire sur plusieurs générations, on peut parler de stratégies d’accumulation hybrides : productive et viagère. Ces deux stratégies, captation de journées de travail d’une part, adoption de futurs actifs d’autre part, qui se développent à des pas de temps différents, sont en partie contradictoires : la part du RA « mangée » par les enfants non productifs est indisponible pour la captation immédiate de journées de travail. En partie seulement, car c’est bien la captation de travail et l’appropriation d’un surproduit qui autorisent la captation de cette énergie de travail en devenir et la consolidation de l’unité de production/consommation

Permanence des anciens rapports sociaux dans les grands groupes domestiques

51Dans leurs discours, les aînés continuent d’accorder beaucoup d’importance à « l’unité de la maison », et ils désapprouvent l’ambition des jeunes gens à la recherche d’une émancipation toujours prématurée à leurs yeux. Il y a donc un paradoxe : si la captation ponctuelle de force de travail permet aujourd’hui à quelques paysans d’accumuler à court terme du capital circulant, réunir, à long terme, un grand nombre d’individus sous leur autorité continue d’être synonyme de prospérité.

52L’éclatement des kuru kuru a globalement donné naissance à des unités de production/consommation plus petites, mais la situation est hétérogène. La majorité des unités rassemble de deux à quatre actifs ; ces unités sont généralement organisées autour d’un couple monogame, auquel s’ajoute un frère ou un enfant en âge de travailler. Quelques hommes, âgés et polygames, rassemblent sous leur autorité de cinq à dix actifs. Ces dernières unités semblent reproduire les rapports sociaux qui prévalaient au sein des anciens kuru kuru : tous les actifs contribuent au travail sur les parcelles du doyen, qui redistribue le produit vivrier via les femmes âgées du groupe qui, chacune, contrôlent une « marmite ». Cependant, aussi bien pour leur subsistance que pour leurs revenus monétaires, les « marmites » sont aujourd’hui plus autonomes que par le passé. Les disparités économiques entre « marmites » d’une même unité peuvent d’ailleurs être aussi importantes qu’entre unités elles-mêmes. Mieux, chaque travailleur dispose individuellement de ses propres parcelles, dont la taille varie en fonction de son statut et de ses ressources propres. Nous avons vu comment l’institution de la kune permet la circulation de la force de travail disponible au sein de ces unités complexes.

53Si individus et sous-unités jouissent d’une si grande autonomie, comment expliquer la persistance des kuru kuru contemporains ? Les figures 4 et 5 montrent que, proportionnellement au nombre d’actifs, le nombre d’enfants à charge comme le niveau des ressources investies pour capter du travail sont plus importants pour ces unités. Aucune d’entre elles n’est pourvoyeuse nette d’enfants ou de force de travail. Elles sont au contraire les principales destinataires à la fois des enfants et des journées de travail en circulation.

Fig. 4 : nombre d’enfants pré-productifs à charge en fonction du nombre d’actifs (par unité de production/consommation).

Fig. 4 : nombre d’enfants pré-productifs à charge en fonction du nombre d’actifs (par unité de production/consommation).

Fig. 5 : ressources consacrées à la captation de force de travail entre mai et août en fonction du nombre d’actifs (par unité de production/consommation).

Fig. 5 : ressources consacrées à la captation de force de travail entre mai et août en fonction du nombre d’actifs (par unité de production/consommation).

54Cette situation s’explique par une économie d’échelle. Si la force de travail se présente en quantités discrètes, il est encore impossible d’acheter une heure ou une journée de travail. Il faut mobiliser d’un coup les ressources nécessaires à l’achat d’un tour de kune dans son intégralité (18,20 € par exemple pour un tour de kune de vingt membres). Ainsi, en raison de la faiblesse des surplus individuels et du caractère discret de la force de travail, seules les unités de production/consommation qui « mutualisent » le surplus d’un grand nombre d’actifs ont la capacité de capter du travail. Les petites unités, même si elles dégagent un surplus, n’ont pas cette capacité. Ce raisonnement vaut également pour l’adoption d’un enfant.

55La mutualisation repose sur la capacité des aînés à réunir sous leur autorité, en activant les rapports sociaux d’antériorité, même déformés et manipulés, un nombre suffisant d’actifs. Mais ces pseudo-kuru kuru contemporains sont soumis à de très fortes tensions : les femmes veillent à ce que leur propre progéniture ne soit pas lésée et les jeunes travailleurs sont souvent tentés d’abandonner les aînés à leurs parcelles pour émigrer à Freetown. Ainsi l’« unité » domestique, tant louée par les hommes âgés, dépend largement de l’intérêt que trouvent les femmes et les cadets à rester sous leur autorité et donc des récoltes qu’ils obtiennent chaque année. Les vieux Sella Limba le répètent : s’il n’y a pas de riz, il n’y a pas d’unité.

56À la mort de l’aîné, ces grandes unités éclatent en unités plus petites de deux à quatre actifs. Les positions respectives des individus dans l’unité d’origine déterminent alors des trajectoires divergentes et la diversité des situations dérivées (représentées sur la gauche des figures 4 et 5). Les fils aînés, souvent issus des premières épouses du doyen décédé, bénéficient de la force de travail des cadets de leur fratrie élevés par les hommes et les femmes de la génération précédente, surtout leur mère. Durant plusieurs années, les jeunes unités de production qu’ils dirigent, au ratio inactifs/actifs faible, peuvent enclencher le processus de captation de force de travail et d’accumulation. On retrouve ici les unités de production qui dégagent les surplus par actif domestique les plus élevés. À l’inverse, les cadets, notamment ceux nés des dernières épouses du doyen, ne peuvent pas suivre pareille trajectoire. Ils ont le choix entre travailler sous l’autorité d’un aîné ou constituer de petites unités caractérisées par un déficit de capital circulant. C’est parmi ces unités-là que se trouvent les pourvoyeurs de force de travail et de pré-productifs, dont elles assument difficilement l’élevage.

57Avec l’éclatement prochain des dernières unités de production fonctionnant peu ou prou sur le modèle des kuru kuru de naguère, assistera-t-on à l’amorce d’une polarisation durable de la paysannerie ? Si ces processus continuent à se dérouler sans progrès de la productivité du travail et dans des conditions d’intégration au marché toujours aussi défavorables, les jeunes paysans les plus prospères ne pourront durablement poursuivre une stratégie productive et individualiste à court terme. Il est probable qu’ils reproduiront le schéma d’accumulation d’énergie humaine à long terme de la génération précédente en adoptant des pré-productifs.

Conclusion

58Dans les agricultures manuelles africaines caractérisées par une très faible productivité du travail, comme au nord de la Sierra Leone, les stratégies socio-économiques des producteurs sont complexes. La situation de certaines unités de production/consommation leur permet de développer des stratégies d’accumulation, certes limitée, de capital productif à court terme. Parallèlement, elles continuent de mettre en place des stratégies à long terme de captation d’individus pré-productifs. Ces deux types de stratégies, à la fois complémentaires et concurrentielles, mobilisent une combinaison évolutive de rapports sociaux « traditionnels » et « modernes ». D’autres unités se trouvent dans l’incapacité de développer l’une ou l’autre de ces stratégies et luttent pour leur simple survie.

59La marchandisation des rapports sociaux, quelquefois chaotique, semble devoir s’accentuer. En témoignent les effets du développement récent de l’orpaillage local. La vente de journées de travail dans les mines d’or fait désormais partie de la vie d’un grand nombre de jeunes hommes. Bien qu’encore marginales, ces nouvelles modalités de circulation de travail, purement salariales, pénètrent la production agricole paysanne. Dans les prochaines années, l’intégration économique des paysanneries sierra léonaises pourrait connaître une nouvelle phase d’accélération avec de grands projets agro-industriels et la contractualisation de l’agriculture que cherche à développer le gouvernement sierra-léonais (Baxter 2011, MAFFS 2009 : 34). Ces paysanneries, marginalisées et aujourd’hui menacées d’être dépossédées de leur terre, continueront sans doute à jouer le rôle de fournisseurs de denrées et de force de travail bon marché pour le capital des mines ou de l’agro-business. Dans ce cadre, l’émergence au sein de la paysannerie d’une classe de producteurs prospères et salariant eux-mêmes leurs voisins démunis n’est guère probable. À l’instar de nombreuses paysanneries du Sud qui subissent un processus évoquant plus les enclosures qu’une quelconque « koulakisation » (Kenney-Lazar 2011), l’involution de la paysannerie sella limba devrait donc se prolonger par un exode, une paupérisation et une prolétarisation croissantes.

Haut de page

Bibliographie

Alie Joe A.D., 1990, A new history of Sierra Leone, Londres, Macmillan.

Baxter Joan, 2011, Understanding Land Investment Deals in Africa. Country Report, Sierra Leone, Oakland, The Oakland Institute.

Bernstein Henry, 2010, Class dynamics of agrarian change, Winnipeg, Fernwood Publishing.

Binder K., 1989, The vicious circle of hunger and indebtedness. Analysis of the farming system of South-East Bombali District. Sierra Leone, Wageningen, ICRA.

Bledsoe Caroline H., Isiugo-Abanihe Uche, 1989, Strategies of Child Fosterage among mende Grannies in Sierra Leone, in Ron Lesthaeghe (dir.), Reproduction and Social Organization in sub-Saharan Africa, Berkeley, University of California Press: 442-474.

Cochet Hubert, 2011, L’agriculture comparée, Versailles, Quae.

—, 2012, The ‟systeme agraire” concept in francophone peasant studies, Geoforum 43:128-136.

Delarue Jocelyne, 2007, Mise au point d’une méthode d’évaluation systémique d’impact des projets de développement agricole sur le revenu des producteurs : étude de cas en région kpèlè (République de Guinée), Paris, AgroParisTech.

Deveneaux Gustav Kashope, 1973, The political and social impact of the colony in the Northern Sierra Leone 1821-1896, Ann Arbor, University Microfilm.

FAO, 1978, Vegetation and land use in Sierra Leone, Freetown, Land Ressources Survey Project, FAO.

Isaac Barry L., Conrad Shelby R., 1982, Child fosterage among the Mende of Upper Bambara chiefdom, Sierra Leone: rural-urban and occupational comparisons, Ethnology 21 (3): 243–257.

Kenney-Lazar Miles, 2011, Dispossession, semi-proletarianization and enclosure: private accumulation and the land grab in Laos, International Conference on Global Land Grabbing, LDPI/University of Sussex, 6-8 avril 2011.

Leach Melissa, 1994, Rainforest Relations: Gender and Resource Use Among the Mende of Gola, Sierra Leone, Edinburgh, University Press.

Levi John, 1975, African agriculture misunderstood: policy in Sierra Leone, Stanford, Food Research Institute, Stanford University.

MAFFS, 2009, National Sustainable Agriculture Development Plan 2010-2030. Sierra Leone’s Comprehensive African Agriculture Development Programme, Freetown, MAFFS.

Mazoyer Marcel, Roudart Laurence, 2002, Histoire des agricultures du monde : du néolithique à la crise contemporaine, Paris, Seuil.

McCulloch Merran, 1964, The Peoples of Sierra Leone Protectorate, London, International African Institute.

Meillassoux Claude, 1975, Femmes, greniers et capitaux, Paris, Maspero.

Palliere Augustin, 2013, Au-delà de Malthus et Boserup : comprendre les dynamiques agro-écologiques d’un territoire. Un cas d’étude en Sella Limba, Sierra Leone, Rencontre nationale des Jeunes Chercheurs en Études Africaines, 11-12 janvier 2013, Paris.

Paul Jean-Luc, 2003, Anthropologie historique des Hautes Terres de Tanzanie orientale : Stratégies de peuplement et reproduction sociale chez les Luguru matrilinéaires, Paris, Karthala.

Pillot Didier, 1993, Paysans, Systèmes et Crise. Travaux sur l’agraire haïtien, Tome 2, Stratégies et logiques sociales, Pointe-à-Pitre/Port-au-Prince, SACAD/FAMV.

Richards Paul, 1996, Fighting for the rain forest, Oxford, James Currey.

Riddell J. Barry, 1970, The spatial dynamics of modernization in Sierra Leone: structure, diffusion, and response, Evanston, Northwestern University Press.

Rodney Walter, 1970, A History of the Upper Guinea coast: 1545-1800, New York, Monthly Review Press.

Sébillotte Michel, 1977, Jachère, système de culture, système de production, Journal d’Agriculture Tropicale et de Botanique Appliquée (JATBA) 24 (2-3) : 241-264.

Sibanda M.J.M., 1979, Dependency and Underdevelopment in Northwestern Sierra Leone, 1896-1939, African Affairs 78: 481–492.

Tchayanov Alexandre V., 1990 [1925], L’organisation de l’économie paysanne, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

White Frank, 1983, Carte de végétation de l’Afrique, Paris, Unesco.

Zack-Williams Alfred, 1982, Merchant Capital and Underdevelopment in Sierra Leone, Review of African Political Economy 25: 74–82.

Haut de page

Notes

1 Défini au sens de l’anthropologie économique (Meillassoux 1975). En Sella Limba, le groupe domestique est longtemps resté le lieu où se décidait et se déroulait l’essentiel de la circulation du travail et de son produit.

2 La constitution de notre échantillon a reposé sur un zonage agro-écologique (Palliere, 2013) et sur les résultats de notre analyse historique.

3 CIA World Factbook.

4 Dans la suite du texte nous utiliserons ce terme qui fait référence à une certaine institutionnalisation du rapport d’antériorité vis-à-vis des « cadets » (Paul 2003 : 309).

5 Nous ne savons pas de quand date l’introduction de ce type de marmite et si les poteries qu’il a remplacé portaient le même nom.

6 La société sella limba est patrilinéaire et virilocale.

7 Delarue (2007 : 200-201) décrit le même phénomène en Guinée Forestière, à la même époque.

8 On différencie ici la segmentation, processus structurel du système social « traditionnel » qui constitue le moyen de résolution de ses contradictions internes, de l’éclatement, tendance historique décrite ici et observée par de nombreux auteurs dans la région (Binder 1989 ; Leach 1994 ; Delarue 2007).

9 La guerre civile démarre en mars 1991, mais n’affecte directement la Sella Limba qu’à partir de 1996 et surtout d’octobre 1998, quand les rebelles du Revolutionary United Front (RUF) installent leurs quartiers dans le bourg de Kamakwie, jusqu’à la fin officielle du conflit 3 ans plus tard. Cependant, le RUF a peu recruté parmi les jeunes ruraux de Sella Limba et la chefferie n’a pas connu d’afflux massif de réfugiés.

10 Rapport entre la quantité de produit agricole obtenue et le nombre de jours de travail investis dans la culture.

11 Pour faciliter la compréhension du texte, les sommes sont indiquées en euros, à la décimale près. En 2011, durant la période de recherche de terrain, 1 euro équivalait en moyenne à 5 500 leones. Les données fournies datent de 2011. Elles sont le résultat de l’analyse des pratiques agricoles à l’échelle des systèmes de culture basée sur la décomposition du paysage en facettes agro-écologiques et sur un zonage de la région étudiée (sur ces concepts : Sébillotte 1976 ; Cochet 2011a et 2012). Cette analyse dépasse le cadre de ce document, notons cependant que la quantification des niveaux de la productivité journalière à l’échelle des systèmes de culture intègre aussi bien les parts vendues qu’autoconsommées du produit agricole.

12 Ces salaires journaliers correspondaient en 2011 à environ 2,8 à 4,3 kg de riz décortiqué acheté sur le marché au prix moyen. Il est frappant qu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale, les manœuvres sans qualification se battaient pour obtenir une rémunération journalière minimum de l’ordre de 1 shilling, correspondant à environ 5 kg de riz au tarif de l’époque (circulaire « Rates of unskilled labour » n°18/D/9/31 du 26 mai 1938). En Sierra Leone, la grande majorité des travailleurs des villes comme des campagnes en sont toujours à lutter pour leur survie.

13 Voir Pillot (1993 : 195-248) comme exemple d’une analyse détaillée de ce type de stratégie dans le cas d’Haïti.

14 Le pan (une bassine de plastique) de riz paddy en Sella Limba pesait, en 2011, environ 2,5 kg.

15 Si le rapport de force est défavorable aux jeunes épouses, la négociation reste nécessaire, car elles peuvent mettre à exécution la menace d’un retour dans leur village d’origine, souvent voisin. En pleine saison des pluies, une telle démission mettrait en péril toutes les entreprises en cours.

16 La première exprime la création de richesse, c’est-à-dire la différence entre la valeur de toutes les richesses produites (produit brut) et la valeur des richesses détruites. Le RA correspond à ce qui revient finalement au producteur après le partage de la Valeur Ajoutée en fonction des rapports sociaux qui déterminent l’accès aux moyens de production (force de travail extérieure à l’unité de production, accès au foncier, éventuellement accès au capital).

17 Tous les résultats qui suivent proviennent de l’analyse des 58 études de cas menées en Sella Limba. L’exposition complète de la méthode et des hypothèses nécessaires pour les calculs économiques excède les limites de cet article (Cochet, 2011a et 2012). Signalons néanmoins qu’ils reposent, pour chaque unité de production/consommation, sur un inventaire précis des actifs et des consommateurs en présence, des parcelles cultivées par chaque individu et de l’origine et de la destination de la force de travail mobilisée. VA et RA correspondent à la valorisation, le plus souvent au prix du marché de détail, de toutes les productions : cultures en rotation et en association, récoltes vendues, intra ou auto-consommées, données, etc.

18 Soit, au prix du marché, 126 kg de riz blanc, 14 kg d’huile de palme, 18 kg d’arachide coque, 90 kg de manioc frais, 6 kg de pois cajan et l’équivalent de 41,3 € d’ingrédients achetés (poissons, glutamate, sel, ...). Les autres besoins vitaux, comme l’habillement ou les produits d’hygiène (hors soins médicaux), ont un coût négligeable.

19 Pondéré par l’âge des consommateurs (0,5 pour les enfants qui ne participent pas encore au kune, 1 pour tous les autres). Cette pondération un peu grossière est inspirée de la manière dont les cuisinières calculent la ration en riz pour leur « marmite » (en cup et demi cup de riz décortiqué).

20 Évidemment, pour un même niveau de dépense dans la captation de force de travail on observe des variations liées à de légères différences d’assolements, d’accès à des prix de vente différents ou encore d’équilibre entre hommes et femmes au sein des unités.

21 Il s’agit ici du nombre réel et non plus un nombre moyen de consommateurs de chaque unité.

22 Les revenus de l’orpaillage ont été estimés en considérant qu’un jeune actif travaillait 100 jours dans les mines tout en continuant d’exploiter ses parcelles.

23 Comme c’est le cas, par exemple, dans le modèle de la famille paysanne de Tchayanov (1990).

24 C’est une estimation basse du phénomène qui correspond aux cas de changement de résidence de l’enfant. Entre les « marmites » d’une même unité de résidence, la circulation des enfants est plus discrète et encore plus réversible. Ces chiffres sont par ailleurs cohérents avec les résultats d’autres enquêtes réalisées en Sierra Leone. Chez les Mende de l’est du pays, entre 30 et 45 % d’enfants sont « fosterés » (Bledsoe & Isiugo-Abanihe 1989 ; Isaac & Conrad 1982).

25 L’ « élevage » d’un enfant renvoie à toutes les tâches dont bénéficie un enfant (alimentation, soins corporels, apprentissage des règles de socialisation, habillage, transport, etc.). Cette notion d’anthropologie économique permet, au-delà des relations affectives et/ou de la naturalisation des rapports entre les enfants et les adultes, de faire apparaître le travail de production de la vie humaine et d’analyser les rapports de production, le plus souvent de genre, qui s’y tissent.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Chronologie de l’intégration économique de la Sella Limba au marché national et mondial.
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/3389/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 2 : Reproduction simple, reproduction élargie de l’unité de production/consommation.
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/3389/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 3 : Revenu agricole et surplus par actif domestique en fonction des ressources consacrées par actif domestique pour la captation de force de travail entre mai et août.
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/3389/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 4 : nombre d’enfants pré-productifs à charge en fonction du nombre d’actifs (par unité de production/consommation).
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/3389/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 5 : ressources consacrées à la captation de force de travail entre mai et août en fonction du nombre d’actifs (par unité de production/consommation).
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/3389/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Augustin Pallière, Jean-Luc Paul, Hubert Cochet et Frédéric Landy, « Marchandisation du travail et différenciation sociale en Sella Limba (Sierra Leone) de 1950 à nos jours », Journal des africanistes, 83-2 | 2013, 116-141.

Référence électronique

Augustin Pallière, Jean-Luc Paul, Hubert Cochet et Frédéric Landy, « Marchandisation du travail et différenciation sociale en Sella Limba (Sierra Leone) de 1950 à nos jours », Journal des africanistes [En ligne], 83-2 | 2013, mis en ligne le 30 juillet 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3389

Haut de page

Auteurs

Augustin Pallière

doctorant AgroParisTech, UMR Prodig/Université Paris Ouest Nanterre La Défense, UMR LAVUE

Jean-Luc Paul

Anthropologue, Université des Antilles et de la Guyane/ UMR 8171 IMAf

Articles du même auteur

Hubert Cochet

Professeur AgroParisTech, UFR Agriculture Comparée et Développement Agricole, UMR PRODIG

Frédéric Landy

Géographe, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, UMR LAVUE

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org